Protection de l’habitat des espèces sauvages et des oiseaux : contributions internationales

Contributions internationales

Environnement et Changement climatique Canada participe à divers programmes et conventions internationaux sur la conservation. Par exemple, nombre des aires protégées d'Environnement et Changement climatique Canada sont reconnues à l'échelle mondiale et contribuent aux engagements internationaux du Canada, dont les suivants:

  • La Convention sur les zones humides d'importance internationales (Convention de Ramsar), signée en 1971, à Ramsar, en Iran, laquelle identifie les zones humides d’importance écologique internationale. Sur les 37 sites Ramsar au Canada, 17 sont contenues au sein du réseau d'aires protégées d'Environnement et Changement climatique Canada dont la réserve nationale de faune du Cap Tourmente au Québec, le tout premier site de Ramsar établie en Amérique du Nord (en 1978).
  • Le Western Hemisphere Shorebird Reserve Network (site en anglais seulement), qui relie des sites essentiels pour les oiseaux de rivage migrateurs à travers les pays d'Amérique du Nord, centrale et du Sud. La réserve nationale de faune de Shepody au Nouveau-Brunswick a été la première réserve canadienne désignée du réseau en 1987.
  • Les Zones importantes pour la conservation des oiseaux, un programme de BirdLife International (site en anglais seulement) mis en place pour la protection de l’habitat essentiel pour les oiseaux du monde. Au sein du réseau d’aires protégées d’Environnement et Changement climatique Canada on compte 89 zones importantes pour la conservation des oiseaux.

Au niveau fédéral, Environnement et Changement climatique Canada administre la Convention concernant les oiseaux migrateurs de 1916, signée entre le Canada et les États-Unis, l’un des premiers traités environnementaux internationaux conclus en Amérique du Nord. Cette Convention a été modifiée en 1995 par le Protocole de Parksville.

Environnement et Changement climatique Canada a aussi joué un rôle déterminant dans la mise en œuvre de la Convention sur la diversité biologique des Nations Unies de 1992, laquelle vise la conservation de la diversité biologique, l’utilisation durable de ses éléments et le partage juste et équitable des avantages tirés des ressources génétiques. Une des premières mesures prises par le Canada en réponse a la convention a été le développement de la Stratégie canadienne de la biodiversité publiée en 1995, soit un cadre de travail sur la conservation de la biodiversité dans le but d’améliorer la coordination des efforts nationaux. Le réseau des aires protégées d'Environnement et Changement climatique Canada est une partie intégrante de l’avancement de nombreux principes énoncés dans cette stratégie.

À titre de membre de l’Union internationale pour la conservation de la nature, Environnement et Changement climatique Canada contribue également à différents projets continus, dont le World Database on Protected Areas (site en anglais seulement), pour lequel Environnement et Changement climatique Canada agit à titre de coordonnateur pour la soumission du rapport national sur les aires protégées au Canada, un rôle que le Ministère exécute par l'entremise du Conseil canadien des aires écologiques.

Pour en savoir davantage sur la contribution du Canada aux efforts de conservation mondiaux, consultez la section sur les conventions et programmes internationaux sous la page Web de l'habitat faunique.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :