Vision et principes directeurs pour les aires protégées

Vision et principes directeurs

Voici la vision des aires protégées du Ministère: un réseau d'aires visant à protéger les habitats prioritaires nécessaires à la conservation des oiseaux migrateurs et des espèces en péril, de même que les habitats rares ou uniques du Canada, planifié pour pouvoir s'adapter aux changements écologiques et géré conjointement avec d'autres intervenants.

Les principes directeurs

La protection d’abord

L’objectif premier d’une aire protégée est la protection de la faune et de son habitat. Toutes les activités menées sur des aires protégées, sur terre ou sur mer, doivent être examinées en tenant compte de cette priorité. Cette protection se réalisera par l’acquisition de terres par voie légale et l’établissement de règlements, l’émission de permis, l’application des lois, l’évaluation et la surveillance comme il est prévu dans les plans directeurs.

La science au coeur de la planification et de la gestion des aires protégées

La science fournit le fondement de la planification de réseaux, de l’établissement et de la gestion d’aires protégées. Les connaissances sur les espèces sauvages, les habitats et les écosystèmes à conserver sont au coeur de ce fondement alors que les considérations d’ordre social, économique et politique ainsi que le savoir traditionnel autochtone apportent des couches supplémentaires d’information contextuelle importante.

Un réseau conçu en complément d’autres mesures de conservation

Le réseau d’Environnement et Changement climatique Canada est conçu comme un complément de l’ensemble d’aires protégées et d’accords d’intendance qui existent au Canada. Le Ministère reconnaît que son réseau est un sous-ensemble de grands réseaux nationaux et internationaux créés par les gouvernements et les organismes non-gouvernementaux ayant des programmes et des critères différents pour sélectionner des aires de protection.

Un réseau conçu et géré pour s’adapter au changement écologique à venir

Le réseau d’aires protégées est conçu et géré pour s’adapter aux changements écologiques à venir, notamment les changements résultant du réchauffement climatique. Cela exige que la planification prenne en compte les échelles écologiques spatiales et temporelles et une approche adaptative de la conservation où la collecte de nouvelles connaissances oriente la planification de la conservation de manière itérative.

Une gestion écosystémique des aires protégées

Environnement et Changement climatique Canada reconnaît les avantages d’une approche écosystémique dans la planification et la surveillance de ses aires protégées lorsque celles-ci font partie intégrante de paysages plus vastes gérés par des particuliers et des organismes auxquels ils fournissent des produits et services écosystémiques.

Le partenariat

Environnement et Changement climatique Canada collabore avec les peuples autochtones, les communautés, les organismes partenaires et les autres gouvernements ainsi que les autres ministères fédéraux pour améliorer la conformité et la protection, compléter les capacités et favoriser la sensibilisation à la conservation de la faune.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :