Les membres du Groupe de travail intergouvernemental spécial sur la migration irrégulière poursuivent leurs efforts collectifs en vue de gérer la situation concernant les demandeurs d’asile

Communiqué de presse

Le 14 août 2018 – Ottawa, ON – Les membres du Groupe de travail intergouvernemental spécial sur la migration irrégulière se sont réunis hier en vue de poursuivre leurs efforts collectifs et d’échanger les plus récents renseignements concernant l’afflux et les tendances liés à la migration irrégulière ainsi que la situation touchant les demandeurs d’asile au Canada.

Marc Garneau, ministre fédéral des Transports et président du Groupe de travail, a ouvert la réunion en remerciant les membres du Groupe de travail de leur participation et de leur engagement soutenu à l’égard de l’action collective et de la collaboration. Il a annoncé qu’il s’agissait de sa dernière réunion en tant que président et a exprimé sa reconnaissance pour tout le travail accompli au cours de la dernière année afin de mettre en œuvre des mesures coordonnées visant à gérer les enjeux liés à la migration irrégulière. Le rôle de président sera confié à Dominic LeBlanc, ministre fédéral des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur.

Il a aussi annoncé que Bill Blair, ministre de la Sécurité frontalière et de la Réduction du crime organisé, assurerait à l’avenir la direction et la coordination des efforts du gouvernement fédéral vis-à-vis la migration irrégulière. Le ministre Blair remplacera le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Ahmed Hussen, et le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Ralph Goodale, au sein du Groupe de travail.

Le ministre Hussen a présenté un survol opérationnel et a souligné qu’après avoir connu une pointe en avril, le nombre de demandeurs d’asile qui traversent la frontière de façon irrégulière au Québec était à la baisse en juillet, et que le nombre de gens interceptés entre les points d’entrée en juillet représentait environ la moitié de ce qu’il était l’année dernière à la même date. Le gouvernement reste en bonne position pour réagir si l’afflux de demandeurs d’asile devait augmenter

Le ministre Hussen a également parlé de sa récente rencontre avec Kirstjen Nielsen, secrétaire à la Sécurité intérieure des États-Unis, au cours de laquelle ils ont discuté des tendances en matière de migration irrégulière vers le nord, des politiques entourant les visas, du contrôle des voyageurs et de l’Accord sur les tiers pays sûrs, un traité international dont toute modification exige l’accord des deux pays. Le ministre Hussen poursuivra ses discussions avec la secrétaire Nielsen au cours des prochaines semaines.

En reconnaissance du fait que la migration irrégulière à la frontière occasionne de nouvelles pressions sur certaines provinces qui doivent trouver des logements temporaires pour les demandeurs d’asile, le ministre Blair a indiqué que le gouvernement du Canada a transféré 11 millions de dollars à la ville de Toronto et 3 millions de dollars à la province du Manitoba.

Le gouvernement du Canada s’est aussi engagé à verser un montant de 36 millions de dollars au Québec, et les discussions se poursuivent en ce qui concerne les demandes d’indemnisation du Québec relativement aux coûts associés à la migration irrégulière. Le gouvernement fédéral et le gouvernement du Québec poursuivent leur étroite collaboration en vue d’assurer une gestion ordonnée des demandeurs d’asile qui entrent au Québec.

Le ministre Blair a ajouté que le gouvernement fédéral s’est préparé avec succès en vue d’éventuelles difficultés liées à l’hébergement temporaire au cas où la capacité d’hébergement temporaire était atteinte au Québec. De nouveaux sites sont maintenant opérationnels au cas où la situation l’exigerait.

Récemment, le gouvernement fédéral a aussi travaillé en étroite collaboration avec des représentants de la ville de Toronto en vue d’aider la ville à réinstaller des demandeurs d’asile qui avaient été hébergés temporairement dans des résidences d’étudiants. Si les autorités peuvent obtenir des chambres d’hôtel dans la ville jusqu’au 30 septembre, elles auront le temps de trouver des solutions en matière de logement comme elles ont l’habitude de le faire pour les personnes qui utilisent les centres d’hébergement municipaux.

De plus, les ministres fédéraux ont réaffirmé leur engagement à mettre en œuvre un système de triage pour gérer l’afflux de migrants et veiller à ce que les demandeurs d’asile puissent être hébergés dans des municipalités ayant la capacité de les accueillir. Le travail se poursuit à cet égard.

Bien qu'une baisse des interceptions des demandeurs d'asile irréguliers ait été constatée à la frontière, le ministre de l'Immigration du Québec, David Heurtel, rappelle que ces derniers entrent presque tous au Québec et que leur nombre restera en 2018 minimalement le même qu'en 2017, soit autour de 18 000. Ces demandeurs d’asile occasionnent une pression sur les services d'éducation, d'aide sociale, de santé et services sociaux, d'aide juridique, de garde et d'immigration offerts par le gouvernement du Québec, en plus de l’hébergement temporaire, et sur les coûts de ces services. Il a rappelé l’importance de réduire les délais de traitement des demandes d'asile, pour réduire ces coûts, et de mettre rapidement en place le système de triage à la frontière puisque la majorité des demandeurs d’asile ont exprimé un désir de s’installer ailleurs qu'au Québec.

Le maire de Toronto, John Tory, a reconnu que des progrès avaient été réalisés et a exprimé sa reconnaissance à l’égard des efforts concertés déployés jusqu’ici. Il a toutefois ajouté qu’il reste encore du travail à faire. Il a exhorté tous les ordres de gouvernement à participer à une intervention robuste et coordonnée en vue rediriger les demandeurs d’asile vers des municipalités où il y a des emplois et des logements. Le maire Tory a aussi indiqué que le nombre de demandeurs d’asile qui s’inscrivent au système d’hébergement de Toronto n’a pas diminué et que, à défaut de mesures immédiates, la ville serait obligée d’envisager des mesures d’urgence.

Le ministre Garneau a clos la réunion en remerciant les membres de cette rencontre productive et en ajoutant qu’il appréciait grandement les efforts et le travail de tout le monde en vue de gérer la situation entourant la migration irrégulière.


Citations

« La poursuite de la coopération entre tous les ordres de gouvernement sera essentielle à l’avenir pendant que nous travaillons à gérer ce défi. »
– L’honorable Marc Garneau, président du Groupe de travail intergouvernemental spécial sur la migration irrégulière

« Le gouvernement du Canada se penche sur la situation actuelle et travaille en étroite collaboration avec les provinces et les municipalités pour assurer la mise en œuvre de nos plans d’urgence. Le gouvernement fédéral contribue à atténuer les pressions subies par les provinces et les municipalités en accordant des fonds et en mettant au point un plan de triage et de transport pour rediriger les personnes à l’extérieur des grands centres urbains où les pressions sont les plus fortes. »
– L’honorable Ahmed Hussen, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté

« Nous sommes conscients que la migration irrégulière a entraîné des pressions sur certaines régions, mais il est important que les Canadiens soient au courant des faits. Le gouvernement a élaboré un plan pour gérer la situation. À l’heure actuelle, le nombre de passages irréguliers est à la baisse comparativement à l’été dernier, et le gouvernement du Canada contribue à soutenir les régions qui ont subi des pressions supplémentaires au cours de la dernière année. »
– L’honorable Bill Blair, ministre de la Sécurité frontalière et de la Réduction du crime organisé

« J’ai bien hâte de poursuivre les travaux du Groupe de travail intergouvernemental sur la migration irrégulière. Nous continuerons de collaborer avec nos partenaires pour gérer les passages irréguliers à la frontière avec compassion et dans le respect du droit international. »
– L’honorable Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur

Faits en bref

  • Du 1er janvier au 31 juillet 2018, la GRC a intercepté 12 329 demandeurs d’asile ayant traversé la frontière entre des points d’entrée. De ce nombre, 11 763 passages ont été effectués au Québec.

  • En juillet 2018, 1 552 demandes ont été faites entre des points d’entrée au Québec, ce qui représente en moyenne 50 demandes d’asile par jour comparativement au total de 2 996 demandes et à une moyenne de 101 demandes par jour enregistrées en juillet 2017. En juin 2018, il y a eu 1 179 arrivées, ce qui représente une moyenne de 39 arrivées par jour. En mai 2018, 1 775 arrivées ont eu lieu, soit 57 arrivées par jour, en moyenne. En avril 2018, on a enregistré 2 479 arrivées, pour une moyenne de 83 arrivées par jour.

Liens connexes

Personnes-ressources

Personnes-ressources à l’intention des médias seulement

Pour toute question liée à la migration irrégulière :

Relations avec les médias
Direction générale des communications
Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada
613-952-1650
IRCC.COMMMediaRelations-RelationsmediasCOMM.IRCC@cic.gc.ca

Pour toute question liée au Groupe de travail :

Vincent Hughes
Attaché de presse
Cabinet du ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur
613-941-7111
vincent.hughes@iga-aig.gc.ca


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :