Qui conduit un taxi au Canada ?

Sommaire

Les médias ont souvent fait état d’immigrants détenant un doctorat ou un diplôme en médecine, mais conduisant un taxi au Canada. Toutefois, très peu d’études sérieuses se sont penchées sur la question. Le présent document s’appuiera sur les données du Recensement de 2006 pour fournir de l’information sur l’exercice par les immigrants et les personnes natives du Canada de la profession de chauffeur de taxi.

Selon le Recensement de 2006, de nombreux immigrants occupent un emploi de chauffeur de taxi au Canada. En effet, des quelque 50 000 chauffeurs de taxi du pays, deux sur quatre sont des immigrants. Le nombre d’immigrants présents au sein de la population canadienne pour ce même groupe d’âge est deux fois moins élevé (près de 1 sur 4), ce qui confirme l’importante surreprésentation des immigrants au sein de la profession de chauffeur de taxi.

La Classification nationale des professions a déterminé qu’un emploi de chauffeur de taxi était un poste de niveau de compétence C; ces postes exigent habituellement un diplôme d’études secondaires ou une formation propre à la profession. Près de 35 % des chauffeurs de taxi natifs du Canada et 53 % des chauffeurs de taxi immigrants détiennent au moins un diplôme d’études secondaires et se révèlent potentiellement surqualifiés pour cet emploi. Cette surqualification est présente aussi bien chez les chauffeurs de taxi nés au Canada que ceux ayant immigré, quoique la proportion soit plus forte chez ces derniers.

La conduite d’un taxi s’est avérée être l’emploi principal de 255 personnes titulaires d’un doctorat ou d’un diplôme en médecine (ou un domaine connexe), dont 200 immigrants. Des 6 040 autres chauffeurs de taxi qui détiennent un baccalauréat ou une maîtrise (12 %), la majorité sont immigrants (80,7 %). En outre, parmi tous les chauffeurs de taxi immigrants, 20,2 % ont au moins un baccalauréat; ce taux est quatre fois moins élevé chez les chauffeurs de taxi nés au Canada (4,8 %).

Les immigrants provenant de l’Inde, du Pakistan, du Liban, d’Haïti et d’Iran sont particulièrement surreprésentés dans cette profession.

Un chauffeur de taxi immigrant détenant un diplôme postsecondaire sur trois a fait ses études au Canada; les autres ont été diplômés à l’étranger. Les chauffeurs de taxi immigrants titulaires d’un diplôme provenant de l’Inde ou du Pakistan représentent respectivement 18,8 % et 11,8 % de tous les chauffeurs de taxi immigrants de cette catégorie. Des 4 515 chauffeurs de taxi ayant un baccalauréat, 33,4 % l’ont réalisé au Canada et 35 % l’ont obtenu en Inde ou au Pakistan. De même, parmi les 1 525 chauffeurs de taxi titulaires d’une maîtrise, 16,1 % l’ont faite au Canada et 25,3 % l’ont obtenue en Inde. Enfin, des 255 chauffeurs de taxi détenant un doctorat ou un diplôme en médecine, 70,6 % ont réalisé leurs études à l’étranger, dont 19,4 % en Inde. On a également compté 75 chauffeurs de taxi ayant obtenu leur doctorat ou diplôme en médecine au Canada (29,4 %).

Les champs d’études postsecondaires préconisés par les chauffeurs de taxi diffèrent grandement selon que ces derniers sont nés au Canada ou ont immigré. Près du tiers des Canadiens de naissance sont titulaires d’un diplôme dans le domaine de l’architecture et des technologies connexes, 14,5 % ont étudié en commerce, en gestion, en marketing et en services de soutien connexes, et 13,5 % ont choisi les domaines des services personnels, de protection et de transport. En revanche, le principal champ d’études postsecondaires des immigrants est celui du commerce, du marketing et des services de soutien connexes (15,9 %). Les domaines de l’architecture et des technologies connexes ainsi que du génie arrivent respectivement aux deuxième et troisième rangs, comptant respectivement 13,7 % et 13,4 % des immigrants détenant un diplôme d’études postsecondaires. Par ailleurs, le pourcentage de chauffeurs de taxi ayant un diplôme en génie est beaucoup plus élevé chez les immigrants (13,4 %) que chez les Canadiens de naissance (2,2 %).

Les immigrants représentent au moins la moitié du bassin de chauffeurs de taxi de huit villes canadiennes (Toronto, Vancouver, Calgary, Edmonton, Ottawa-Gatineau, Winnipeg, Montréal et Hamilton); à Toronto et Vancouver, plus de 80 % des chauffeurs de taxi sont des immigrants. À l’extérieur de ces villes, seulement 17,5 % des immigrants exercent cette profession.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :