Présentation des points saillants du budget de 2017 à l’Agence spatiale canadienne

Discours

Notes d’allocution

L’honorable Navdeep Bains, C.P., député
Ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique

Saint-Hubert (Québec)
Le 27 avril 2017

La version prononcée fait foi

Merci beaucoup de cette aimable présentation, David [David Lametti, secrétaire parlementaire du ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique]. 

C’est un plaisir de travailler à vos côtés, puisque nous partageons un portefeuille. 

Je sais à quel point vous mettez votre passion et votre expertise au service des Canadiens. 

Sans parler de votre engagement indéfectible à servir les gens de LaSalle–Émard–Verdun à titre de représentant à Ottawa. 

J’aimerais remercier Sylvain [Sylvain Laporte, président de l’Agence spatiale canadienne] de nous recevoir aujourd’hui. 

J’aimerais aussi saluer le ministre des Transports, Marc Garneau. 

Le ministre Garneau ne vous est certainement pas étranger. 

Bien entendu, il a déjà été le président de cet organisme, et il a été le premier Canadien à se rendre dans l’espace. 

Le ministre Garneau est un ancien du programme spatial canadien et il en est un ardent défenseur. 

Et je suis fier de le compter parmi mes amis et mes collègues. 

Mesdames et Messieurs, j’ai le grand plaisir de vous parler aujourd’hui d’un élément clé du plan de notre gouvernement visant à favoriser l’innovation pour un meilleur Canada. 

Ce plan aidera un plus grand nombre d’entreprises canadiennes à se développer et à s’imposer devant la concurrence mondiale. 

Il contribuera à créer des emplois bien rémunérés pour la classe moyenne et à faire en sorte que les avantages d’une société plus novatrice soient partagés également par les Canadiens. 

Les données les plus récentes de Statistique Canada montrent qu'en janvier, notre croissance économique a été plus forte que prévu. 

C’est l’un des plus forts taux de croissance en près de six ans. 

Selon le Fonds monétaire international, la croissance économique au Canada sera l’une des plus fortes parmi les pays du G7 cette année et l’année prochaine. 

Cette croissance est avantageuse pour les Canadiens. 

Nous avons constaté une augmentation incroyable de plus d’un quart de million d’emplois à plein temps au sein de notre économie au cours des huit derniers mois. 

Cette période a vu la création de plus de 80 000 emplois au Québec. 

Plus de la moitié de ces emplois étaient à temps plein. 

Ce rythme de croissance n’est pas le fruit du hasard. 

Notre gouvernement fait les investissements intelligents et responsables susceptibles de donner aux Canadiens de meilleurs emplois et de plus grandes possibilités. 

Le programme spatial est un investissement avisé. 

Les technologies spatiales ont des applications dans la vie de tous les jours des Canadiens. 

Elles peuvent aider à contrer les effets des changements climatiques ou à diagnostiquer et à traiter les maladies. 

Et elles créent aujourd’hui les emplois qui permettront aux Canadiens d’acquérir les compétences dont ils ont besoin pour occuper les emplois de demain. 

Pour cette raison, je suis fier de souligner que le budget de 2017 a octroyé 80,9 millions de dollars sur cinq ans à l’Agence spatiale canadienne. 

Ces fonds appuieront la démonstration de deux technologies dans l’espace. 

Le premier projet est la mise au point d’un instrument radar en vue d’une future mission orbitale vers Mars. 

L’instrument servirait à étudier la surface et la sous-surface de la planète rouge. 

Il pourrait contribuer à la préparation d’une carte à haute résolution de la surface de Mars. 

C’est inouï! 

Le Canada pourrait jouer un rôle clé dans la collecte de renseignements géologiques d’une importance fondamentale pour la sélection de sites d’atterrissage destinés aux vaisseaux qui se rendront un jour sur Mars. 

Le second projet permettra des progrès dans le domaine du cryptage quantique. 

Ce domaine émergent consiste à utiliser une technologie informatique hautement avancée pour créer des codes de sécurité pratiquement inviolables. 

Cette technologie pourrait rendre les communications plus sécuritaires au Canada dans des domaines comme les services bancaires, les transports et les technologies de l’information. 

Je dois reconnaître que je n’ai rien d’un spécialiste en mécanique quantique. 

Je crois comprendre qu’il s’agit des phénomènes physiques qui touchent la matière et la lumière à l’échelle atomique et subatomique. 

Cette sphère de la recherche pourrait révolutionner le monde de l’informatique tel que nous le connaissons. 

Et le Canada a une réputation de chef de file mondial dans le domaine de l’informatique quantique. 

Ce secteur laisse entrevoir un potentiel énorme de croissance et de création d’emplois au cours des années à venir. 

Mesdames et Messieurs, notre gouvernement a fait la preuve de son engagement ferme à l’égard du programme spatial canadien. 

Les 80 millions de dollars que nous investissons cette année s’ajoutent aux 379 millions de dollars que le gouvernement a fournis à l’Agence spatiale canadienne l’an dernier. 

Ce financement permettra de prolonger la participation du Canada aux activités de la Station spatiale internationale jusqu’en 2024. 

Le budget de 2016 avait prévu 30 millions de dollars sur quatre ans pour renforcer le partenariat entre le Canada et l’Agence spatiale européenne. 

La participation du Canada au Programme de recherche de pointe sur les services de télécommunications ouvrira les marchés européens à l’industrie canadienne des communications par satellite. 

Notre gouvernement investit également 8 millions de dollars pour appuyer la prochaine génération de spatiologues et d’innovateurs. 

Ces fonds sont octroyés par l’entremise du projet canadien CubeSat. 

Un maximum de 13 subventions de 200 000 $ chacune sera octroyé à des professeurs et à des étudiants d’établissements postsecondaires canadiens pour les aider à concevoir, à construire et à exploiter leur propre satellite. 

Une fois mis à l’essai et prêts pour l’espace, ces satellites seront déployés à partir de la Station spatiale internationale. 

Quel projet exceptionnel pour aider les jeunes Canadiens à acquérir les compétences et l’expérience dont ils ont besoin pour occuper les emplois de demain! 

Les jeunes Canadiens qui laissent libre cours à leur imagination débordante aujourd’hui pourront devenir les innovateurs de demain. 

Ils pourraient même explorer l’espace. 

Les percées et les découvertes de demain reposent sur notre capacité d’aviver la curiosité et la passion des jeunes Canadiens aujourd’hui. 

C’est pour cela que je suis enchanté d’être le ministre responsable du programme spatial canadien. 

Notre gouvernement a des projets ambitieux en vue pour le secteur de l’espace. 

Nous croyons qu’investir dans l’espace, c’est investir dans les sciences et l’innovation. 

C’est pourquoi j’ai annoncé, plus tôt en avril, la nomination de nouveaux membres du Comité consultatif de l’espace du gouvernement du Canada. 

J’ai le plaisir de souligner la présence de l’une des nouveaux membres aujourd’hui. Il s’agit de Michelle Mendes. Merci, Michelle, d’avoir accepté ce rôle et de vous joindre à nous aujourd’hui. 

Ce comité appuiera l’élaboration des priorités à long terme qui guideront le secteur spatial du Canada. 

Et il consultera les parties intéressées pour définir les éléments clés de la stratégie sur l’espace qui sera lancée cet été. 

Les objectifs du gouvernement, dans le cadre du Plan pour l’innovation et les compétences, sont axés sur les façons dont l’espace est un moteur de croissance économique au sens large. 

Nous y arriverons en appuyant les gens de talent, ainsi que la recherche et l’entrepreneuriat au sein de l’industrie. 

Mesdames et Messieurs, notre gouvernement croit qu’un investissement dans le programme spatial aujourd’hui est un investissement en vue d’améliorer notre qualité de vie demain. 

C’est aussi un investissement dans un avenir prometteur pour nos enfants et nos petits-enfants. 

C’est ainsi qu’un investissement dans le secteur spatial amènera des innovations pour un meilleur Canada. 

Merci.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :