Deuxième Sommet du leadership dans le secteur des énergies propres

Discours

Notes d’allocution

L’honorable Navdeep Bains, C.P., député
Ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique

Ottawa (Ontario)
3 mai 2017

La version prononcée fait foi

Je vous remercie, Jason [Jason Lee, membre du conseil d’administration, Technologies du développement durable Canada (TDDC)], de cette aimable présentation.

J’ai eu l’honneur de prononcer une allocution l’an dernier dans le cadre de cette conférence.

Je suis heureux d’être de retour cette année.

Permettez-moi tout d’abord de remercier Leah Lawrence [présidente-directrice générale de TDDC] et Jim Balsillie [président du conseil d’administration de TDDC].

C’est sous leur direction que Technologies du développement durable Canada aide les entreprises canadiennes de technologies propres à faire leurs premiers pas sur la scène internationale.

Je désire également féliciter tous les membres de leur équipe qui a réussi à réunir des dirigeants d’entreprise de technologies propres du Canada en vue d’établir un plan pour l’avenir.

Mesdames et Messieurs, aujourd’hui, je désire vous présenter le Plan pour l’innovation et les compétences de notre gouvernement et vous expliquer en quoi il sera utile à ceux parmi vous qui développez de nouvelles solutions relatives aux technologies propres.

Le Plan pour l’innovation et les compétences est une stratégie visant à faire du Canada un pôle mondial de l’innovation.

Il va permettre la création d’un plus grand nombre d’emplois bien rémunérés pour la classe moyenne et permettre à tous les Canadiens d’acquérir les compétences pour réussir dans la nouvelle économie.

Grâce à ce plan, le Canada développera une main-d’œuvre pouvant être compétitive en raison de ses compétences spécialisées et à la fine de pointe.

Il incitera aussi les Canadiens à adopter une culture d’apprentissage continu.

Je suis persuadé que ce plan permettra d’attirer au Canada encore plus de personnes de grand talent et d’établir des partenariats public-privé renforcés.

Je crois aussi que la nouvelle génération d’entreprises canadiennes, dont certaines sont représentées ici aujourd’hui, sera en mesure de prospérer sur la scène internationale.

Mesdames et Messieurs, nous sommes plusieurs ici à suivre de près la situation économique au Canada.

À l’heure actuelle, le Canada fait figure d’exception parmi les autres nations.

Nous avons une économie dont la croissance est stable.

Selon le Fonds monétaire international, la croissance de notre économie se situera au deuxième rang parmi les pays du G-7 cette année et l’an prochain.

Cette croissance profitera aux Canadiens.

Nous avons fait des gains appréciables pour ce qui est de la création d’emplois à plein temps : il y a eu plus de 250 000 emplois créés depuis l’automne dernier.

Une croissance comme celle-là n’est pas le fruit du hasard.

Notre gouvernement fait des investissements judicieux et responsables. Il y a donc plus emplois et de possibilités pour les Canadiens.

Nous avons ciblé les secteurs à forte croissance où le Canada est un leader.

L’industrie des technologies propres est un de ces secteurs.

Les investissements dans les technologies propres cadrent bien avec l’engagement qu’a pris notre gouvernement de protéger la planète.

Ils témoignent également de notre orientation claire et stratégique à l’égard d’un développement économique axé sur l’innovation.

Pourquoi? Parce que l’innovation dans les technologies propres peut contribuer à la création de produits et de services qui ont une incidence sur tous les secteurs de l’économie.

Le secteur des technologies propres est susceptible de créer des milliers d’emplois bien rémunérés pour les Canadiens.

Selon un récent rapport de la firme KPMG, un emploi moyen dans le domaine des technologies propres en Colombie-Britannique rapportera 84 000 $ à celui qui l’occupe.

Je désire souligner que le Plan pour l’innovation et les compétences est une solution aux obstacles auxquels sont confrontées les entreprises de technologies propres, obstacles qui ralentissent leur croissance.

Il est question ici notamment de l’accès au financement à long terme.

Le gouvernement se doit donc d’investir à toutes les étapes, du développement des technologies jusqu’à l’entrée sur les marchés et à la croissance des entreprises.

Pour ce faire, près de 1,4 milliard de dollars a été accordé dans le budget de 2017 au financement des technologies propres.

Les fonds alloués le seront par l’entremise de la Banque de développement du Canada et d’Exportation et développement Canada.

De ces nouveaux fonds totalisant 1,4 milliard de dollars, il y aura 380 millions d’investissements en capital pour aider les entreprises à prendre de l’expansion et pour les aider à éviter la vallée de la mort, ce point critique de transition que redoutent les entreprises dont le cycle de développement des produits est long.

Un autre montant de 570 millions de dollars en fonds de roulement sera réservé afin de soutenir les investissements pour l’achat de biens, le maintien des stocks et les efforts pour attirer des gens talentueux.

Un montant de 450 millions de dollars sera également disponible pour financer des projets uniques et originaux destinés aux marchés canadien et international.

Nous travaillerons activement avec la Banque de développement du Canada et Exportation et développement Canada afin que les fonds disponibles aident les entreprises tout au long du cycle de vie de leurs produits, permettent de créer plus d’emplois pour la classe moyenne et aident les entreprises canadiennes à prendre de l’expansion au-delà de nos frontières.

L’approche que nous avons adoptée permettra au Canada de former des experts de classe mondiale et de les retenir au pays, dans des domaines liés aux technologies propres, soit l’ingénierie, la conception, la commercialisation et la gestion.

C’est ici que TDDC entre en jeu.

Cet organisme joue le rôle essentiel de catalyseur pour le développement d’innovations à un stade précoce.

C’est pourquoi le gouvernement investit 400 millions de dollars sur cinq ans dans la recapitalisation du Fonds de technologies du développement durable de TDDC.

Plusieurs d’entre vous le savent, ce fonds est une mesure très efficace.

Jusqu’à présent, 320 projets ont été financés par le Fonds, et plus de 9200 emplois ont été créés.

La mise en œuvre des projets financés par le Fonds a permis de réduire les émissions de dioxyde de carbone d’environ 6,3 mégatonnes par année.

J’aimerais prendre un moment pour souligner, parmi les nombreuses réussites, le travail de certains bénéficiaires du Fonds de TDDC.

Parmi eux, il y a CarbonCure de la Nouvelle-Écosse.

Cette entreprise a mis au point une technologie qui permet de recueillir des émissions de dioxyde de carbone et de les confiner dans des blocs de béton.

Ces blocs sont ensuite utilisés dans la rénovation de bâtiments.

Carbon Engineering de la Colombie-Britannique est un autre bel exemple de réussite.

Cette entreprise commercialise une technologie capable de recueillir le dioxyde de carbone directement de l’atmosphère.

Les émissions ainsi récupérées servent à produire des carburants à teneur extrêmement faible en carbone.

Le troisième exemple de réussite dont je veux vous parler est celui de Quantiam Technologies de l’Alberta.

La technologie mise au point par cette entreprise permet aux entreprises de l’industrie de la pétrochimie de faire fonctionner leurs fours à des niveaux de chaleur extrême, sans produire de néfastes émissions de gaz à effet de serre.

Grâce aux investissements du gouvernement du Canada, ces entreprises et plusieurs autres seront plus en mesure de prendre de l’expansion au-delà de nos frontières.

Un autre obstacle à la croissance des entreprises de technologies propres est celui de l’accès aux marchés.

Le gouvernement du Canada peut jouer un rôle essentiel en étant un des premiers à adopter les innovations développées dans le domaine des technologies propres.

Pour les jeunes entreprises en croissance, le fait d’avoir le gouvernement comme premier acheteur représente une valeur stratégique plus grande même que la valeur du marché conclu.

Voir son travail reconnu par le gouvernement peut influer grandement sur le parcours d’une entreprise.

C’est pourquoi dans le budget de 2017, il est proposé de mettre en œuvre un nouveau programme d’approvisionnement appelé Solutions innovatrices Canada.

Les entreprises auront ainsi davantage d’occasions de développement d’innovations qui offriront des solutions aux défis urgents que doit relever le gouvernement.

Ce programme offrira aux petites et moyennes entreprises une plateforme pour mettre au point et tester de nouveaux produits et services.

Toutes ces initiatives montrent bien que le gouvernement du Canada est prêt à prendre des risques et à miser sur de bonnes idées.

Le gouvernement est également prêt à être un partenaire fiable qui sera présent alors que votre entreprise prendra de l’expansion.

En retour, le gouvernement aura accès aux produits et services les plus innovateurs.

Nous ferons preuve de souplesse et serons de plus en plus enclins à adopter de nouvelles technologies.

Il y a un troisième obstacle auquel se heurtent les entreprises de technologies propres.

Il s’agit du laborieux processus administratif par lequel vous devez passer pour accéder aux programmes du gouvernement destinés à vous soutenir.

La création d’Innovation Canada est la mesure mise en place dans le cadre du budget de 2017 pour régler ce problème.

Il s’agit d’un guichet unique où seront regroupés tous les programmes d’innovation gouvernementaux destinés aux entreprises.

L’objectif est de faciliter l’accès aux programmes pour les innovateurs canadiens.

Dans le cadre de ces efforts, un carrefour de la croissance propre sera mis en place afin de simplifier les services et de vous permettre d’accéder aux marchés internationaux.

Notre gouvernement dirigera également l’élaboration de stratégies de croissance économique dans des secteurs importants comme celui des technologies propres.

Nous désirons améliorer la coordination des programmes de soutien à l’innovation pour le secteur des technologies propres et assurer un meilleur suivi quant aux résultats obtenus par ces programmes.

Le dernier obstacle à la croissance, et celui qui entrave le plus la voie vers la réussite, est l’accès à de la main-d’œuvre hautement qualifiée.

Aucune entreprise ne peut aspirer au succès sans une main-d’œuvre possédant les compétences et l’expérience requises pour stimuler l’innovation.

C’est pourquoi nous avons établi la Stratégie en matière de compétences mondiales.

À compter du 12 juin prochain, vous serez en mesure de recruter plus rapidement des travailleurs étrangers spécialisés possédant des compétences recherchées.

Les démarches pour le recrutement prendront quelques semaines plutôt que quelques mois.

Ce programme changera la donne.

Il donnera au Canada un avantage concurrentiel sur les autres pays pour ce qui est d’attirer les meilleurs talents du monde entier au Canada.

Enfin, le Plan pour l’innovation et les compétences permettra aux Canadiens de bien réussir à toutes les étapes de leur vie professionnelle, qu’ils soient nouvellement diplômés ou sur le marché du travail depuis 15 ans.

À cet effet, le budget de 2017 propose de nouveaux fonds pour que davantage de Canadiens aient accès à de l’apprentissage intégré au travail et puissent ainsi développer leurs compétences liées au numérique, aux sciences, aux technologies, à l’ingénierie et aux mathématiques.

Nous avons également adopté plusieurs nouvelles mesures afin d’aider les adultes à mettre à niveau leurs compétences.

Les Canadiens seront donc bien outillés pour évoluer dans des secteurs novateurs comme celui des technologies propres.

Mesdames et Messieurs, ces politiques ne font pas que montrer notre engagement envers les technologies propres. Elles démontrent aussi l’importance de l’innovation pour stimuler la croissance économique du Canada.

Mais, nous pouvons faire mieux.

Par exemple, nous avons élaboré une stratégie nationale en matière de propriété intellectuelle.

Dans une économie du savoir, il est crucial que les Canadiens soient propriétaires des idées et des solutions qu’ils mettent de l’avant.

Nous pouvons faire mieux pour nous assurer que les investissements en recherche-développement vont plus loin que le stade de l’invention. Il faut qu’ils se traduisent par des innovations au profit des Canadiens.

Il importe de créer une culture où les politiques et les stratégies seront élaborées dans cette optique.

Nous pouvons aussi faire mieux pour nous assurer que les entreprises canadiennes de technologies propres saisissent les occasions qui se présentent à elles, alors que 21,9 milliards de dollars seront investis dans les infrastructures vertes.

Cet investissement fait partie du plan d’infrastructure à long terme du gouvernement.

Nous avons besoin que chaque personne ici présente prenne le temps de tisser des liens avec une autre personne afin de mettre en place un cadre pour les partenariats public-privé et coordonner les efforts, ce qui permettra au Canada d’atteindre son plein potentiel en matière d’innovation.

Nous écoutons. Nous prenons des mesures. Voyons ce que cela donnera.

Merci.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Please select all that apply:

Privacy statement

Thank you for your help!

You will not receive a reply. For enquiries, contact us.

Date de modification :