Niveaux de régulation

AA (régulation de précision, variations saisonnières minimes, uniquement à la température)

Variations admissibles de courte durée de ± 5 % d'humidité relative et de ± 2 °C, avec changement saisonnier de la valeur de consigne de la température (hausse de 5 °C, baisse de 5 °C). Aucune variation saisonnière de la valeur de consigne d'humidité relative n'est permise.

Les figures ci-dessous illustrent le scénario le plus défavorable, en tenant compte d'une variation maximale admissible.

Figure 1 : Sur une base quotidienne, l'humidité relative (HR) fluctue légèrement autour de 50 % et la température, autour de 25 °C.
Figure 2 : L'humidité relative (HR) présente des fluctuations importantes autour de 50 % sur une base quotidienne, tandis que la courbe de température baisse pendant l'automne après avoir atteint un niveau de 30 °C durant l'été et de 20 °C durant l'hiver, puis elle remonte au printemps. Ces changements ne sont pas abrupts; ils se produisent progressivement au cours d'une période de trois mois.

Risques et avantages pour la collection

Aucun risque de dommages mécaniques à la plupart des artéfacts et peintures, et risque minime même aux objets de vulnérabilité très élevée. Certains métaux et minéraux peuvent se dégrader si une humidité relative de 50 % dépasse le taux d'humidité relative critique. Les objets chimiquement instables deviennent inutilisables en l'espace de quelques décennies.

Observations

Il s'agit du paramètre classique, très détaillé, touchant la régulation des conditions ambiantes pour les collections, qui prévoit un léger réglage saisonnier de la température. Toutefois, il ne faut pas le traiter de paramètre « idéal ». En effet, il n'aborde pas la question importante des matériaux chimiquement instables dans les collections du XXe siècle, et il pourrait être superflu pour une grande partie de la collection. En outre, même les systèmes qui restreignent les variations à l'intérieur de ces limites dans 97 % des cas peuvent connaître des ratés quelques jours par année. (Actuellement, les paramètres de l' ASHRAE ne désignent pas clairement la valeur nominale de ces niveaux de régulation.) Malgré ces restrictions, cette classe demeure un objectif réalisable pour une institution dotée du mandat et des ressources nécessaires pour offrir ce qu'il y a de mieux, pourvu que les ressources attribuées au système et à son fonctionnement ne réduisent pas celles qui sont nécessaires pour remédier à des risques plus importants pour la collection.

A (bonne régulation, quelques gradients ou variations saisonnières, mais pas en même temps)

Ce niveau de régulation comporte deux sous-catégories :

  • variations de courte durée de ± 5 % d'humidité relative et de ± 2 °C, avec une variation saisonnière de la température (hausse de 5 °C et baisse de 10 °C) et une variation saisonnière de l'humidité relative (hausse de 10 % et baisse de 10 %)
  • variations de courte durée de ± 10 % d'humidité relative et de ± 2 °C, avec une variation saisonnière de la température (hausse de 5 °C et baisse de 10 °C)

Les figures ci-dessous illustrent le scénario le plus défavorable, en tenant compte d'une variation maximale admissible.

Figure 3 : L’humidité relative diminue durant l’automne, passant de 60 % l’été à 40 % l’hiver, puis augmente au printemps. Ces variations ne sont pas brutales mais sont progressives et s’étalent sur quelques mois. La température diminue durant l’été et l’automne, passant de 25 °C l’été à 10 °C l’hiver, puis augmente au printemps. Ces variations ne sont pas soudaines mais sont progressives et s’étalent sur trois mois.
Figure 4 : Si l’on regarde l’évolution jour après jour de l’humidité relative, celle-ci reste constante et se situe entre 40 % et 60 %. La température est diminuée durant l’été et l'automne, passant de 25°C l’été à 10°C l’hiver, puis augmentée au printemps. Ces variations ne sont pas brutales mais progressives et s’étalent sur une période de trois mois.

Risques et avantages pour la collection

Un faible risque de dommages mécaniques aux artéfacts à vulnérabilité élevée; aucun risque de dommages mécaniques pour la plupart des artéfacts, peintures, photographies et livres. Les objets chimiquement instables deviennent inutilisables en l'espace de quelques décennies.

Observations

Ce paramètre porte la lettre « A » parce qu'on estime qu'il s'agit du degré de régulation le plus efficace sur le plan des coûts pour la plupart des collections, compte tenu de la possibilité et du mandat d'assurer un bâtiment dont les conditions ambiantes sont régulées. La plupart du temps, de tels systèmes fonctionneront probablement au niveau AA. Une conformité constante au niveau A à longueur d'année constitue une tâche exigeante sur le plan des ressources dans la plupart des conditions climatiques. Les plus grands réglages saisonniers des valeurs de consigne indiquent que même les grands musées se heurtent à des contraintes sur le plan de l'énergie et de la durabilité, et que ces variations suggérées de la température ne représentent pas un risque important.

B (régulation, quelques gradients et baisse de la température en hiver)

Ce degré de régulation autorise des variations de courte durée de ± 5 °C et de ± 10 % d'humidité relative, avec un changement saisonnier de la température allant jusqu'à 10 °C. Soulignons que la température ne doit pas dépasser 30 °C, mais peut baisser autant que nécessaire afin d'assurer une régulation de l'humidité relative.

L'image ci-dessous illustre le scénario le plus défavorable, en tenant compte d'une variation maximale admissible.

Figure 5 : L’humidité relative est diminuée durant l’automne. Comprise entre 50 % et 70 % l’été, elle varie entre 30 % et 50 % l’hiver, puis est augmentée au printemps. Ces variations ne sont pas brutales mais progressives et s’étalent sur quelques mois. La température est diminuée durant l’été et l’automne. Comprise entre 20 et 30°C l’été, elle varie entre 5 et 15°C l’hiver, puis est augmentée au printemps. Ces variations ne sont pas brutales mais progressives et s’étalent sur une période de trois mois.

Risques et avantages pour la collection

Risque moyen de dommages mécaniques aux artéfacts de vulnérabilité élevée; faible risque de dommages aux objets de vulnérabilité moyenne; risque minime à la plupart des peintures, à la plupart des photographies, à quelques artéfacts et à certains livres; aucun risque à de nombreux artéfacts et à la plupart des livres. Les objets chimiquement instables sont inutilisables en l'espace de quelques décennies – plus tôt encore si on expose régulièrement les collections à une température de 30 °C. En revanche, les conditions froides de l'hiver réduiront considérablement le taux de détérioration.

Observations

Les artéfacts de vulnérabilité élevée de la plupart des collections historiques ont déjà connu de grandes variations, et présentent des fissures possibles. De nouvelles variations de la même ampleur présentent un très faible risque de dommages ultérieurs. C'est ce que l'on appelle la « variation démontrée ». Par conséquent, il faut reconnaître que le risque susmentionné pour les objets de vulnérabilité élevée ne concerne que les objets qui proviennent de milieux plus favorables ou qui ont été réparés. On propose le niveau de régulation B en tant que cible raisonnable pour les collections dans les bâtiments historiques qui peuvent tolérer l'intervention de certains systèmes mécaniques, mais qui ne doivent pas subir de dommages causés par des conditions d'humidité.

C (prévention de toutes les conditions extrêmes à haut risque)

Dans la plage d'humidité relative de 25 à 75 % à longueur d'année. La température dépasse rarement 30°C et, habituellement, est inférieure à 25°C.

Risques et avantages pour la collection

Risque élevé de dommages mécaniques pour les artéfacts de vulnérabilité élevée; risque moyen pour la plupart des peintures, la plupart des photographies, quelques artéfacts et certains livres; risque minuscule pour de nombreux artéfacts et la plupart des livres. Les objets chimiquement instables sont inutilisables en l'espace de quelques décennies – plus tôt encore si on expose régulièrement les collections à une température de 30 °C. En revanche, les conditions froides de l'hiver réduiront considérablement le taux de détérioration.

Observations

Les artéfacts de vulnérabilité élevée dans la plupart des collections historiques ont déjà connu de grandes variations, et présentent des fissures possibles. De nouvelles variations de la même ampleur présentent un très faible risque de dommages ultérieurs. C'est ce que l'on appelle la « variation démontrée ». Par conséquent, il faut reconnaître que le risque susmentionné pour les objets de vulnérabilité élevée ne concerne que les objets qui proviennent de milieux plus favorables ou qui ont été réparés. Le niveau de régulation C reconnaît qu'il suffit d'éviter tout extrême d'humidité pour empêcher la plus grande partie du potentiel de dommages causés par l'absence de régulation des conditions ambiantes. Entre 25 % et 75 % d'humidité relative, la réaction hygroscopique n'est que de la moitié ou du tiers de celle constatée à moins de 25 % ou à plus de 75 % d'humidité relative. On évite la formation de moisissure et la corrosion accélérée. On conseille le niveau de régulation C en tant que cible pour les collections ouvertes dans les bâtiments historiques qui sont aussi importants que la collection.

Si certaines parties de la collection demeurent à risque en raison de ces conditions, assurer un milieu où les conditions ambiantes pour ces objets sont régulées au moyen de vitrines, de cabinets, d'emballages (objets en réserve) et de salles ou de zones spéciales.

D (prévention des conditions d'humidité excessive)

Ce niveau de régulation ne nécessite qu'une humidité relative « systématiquement inférieure à 75 % ».

Risques et avantages pour la collection

Risque élevé de dommages mécaniques soudains ou cumulés à la plupart des artéfacts et peintures (y compris les objets de vulnérabilité faible) en raison d'une rupture causée par la faible humidité; toutefois, on évite la délamination et les déformations causées par une humidité élevée, surtout dans les placages, les peintures, le papier et les photographies. On évite la formation de moisissure et la corrosion accélérée. Les objets chimiquement instables sont inutilisables en l'espace de quelques décennies – plus tôt encore si on expose régulièrement les collections à une température de 30 °C. En revanche, les conditions froides de l'hiver réduiront considérablement le taux de détérioration.

Observations

L'aspect le plus important de la régulation des conditions ambiantes pour les musées de petite ou grande envergure est probablement d'éviter la formation de moisissures et la corrosion accélérée causées par une humidité excessive. Même si cet objectif n'est normalement pas intégré aux travaux de conception technique, il l'est dans le cas de bâtiments historiques élémentaires dont l'enveloppe est de mauvaise qualité. Il s'agit également d'un objectif légitime pour toute collection hébergée dans un bâtiment élémentaire exposé à un climat humide, par exemple dans les provinces de l'Atlantique. Des systèmes bien pensés sur le plan de l'ingénierie s'appuient davantage sur une conception soignée que sur la simple force ou la capacité absolue d'un système de CVC.

Si certaines parties de la collection demeurent à risque en raison de ces conditions, assurer un milieu où les conditions ambiantes pour ces objets sont régulées au moyen de vitrines, de cabinets, d'emballages (objets en réserve) et de salles ou de zones spéciales.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :