Durant la pandémie de COVID-19, veillons au bien-être du personnel médical militaire

Le 1 avril 2020 - Nouvelles de la Défense
Adapté des recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé et du Centre pour l’étude du stress traumatique.

La pandémie du nouveau coronavirus a plongé les systèmes de soins de santé du monde entier dans une période stressante et incertaine qui exige beaucoup du personnel médical.

En prenant soin de vous-mêmes et en encourageant les autres à prendre soin d’eux-mêmes, vous soutenez notre capacité de soigner ceux qui en ont besoin et de maintenir les services de santé essentiels à mesure que la situation évolue.

Vous devez, pour vous-même, votre famille, votre équipe et vos patients, de prendre le temps de préserver votre santé et votre bien-être.

Défis pour le personnel soignant pendant la pandémie de COVID-19

Il y a de multiples sources de stress pour les travailleurs et les dirigeants de la santé, que ce soit pendant l’examen ou le traitement des personnes qui pourraient être atteintes de la COVID-19, ou la gestion de la continuité des soins essentiels pour nos patients aux prises avec d’autres maladies ou blessures.

Le repos et la récupération vous permettent d’être à votre meilleur.

Nous reconnaissons que cette pandémie peut être difficile sur le plan émotionnel, et nous vous proposons ci-dessous quelques stratégies d’adaptation positives.

Modèle de continuum de la santé mentale
Modèle de continuum de la santé mentale

Source pour infographie ci-dessus

Modèle de continuum de la santé mentale - Version textuelle

Ce diagramme décrit l'étendue de la santé mentale « bonne santé, réactif, blessé, malade » et énumère les comportements rattachés à chaque volet.

Les comportements liés à une bonne santé sont les suivants : fluctuations normales de l'humeur, calme et capable de mettre les choses en perspective, sens de l'humour, bon fonctionnement, maîtrise de soi, sommeil normal, peu de difficultés à dormir, bonne santé physique, beaucoup d'énergie, activités physiques et sociales, aucune consommation d'alcool ou faible consommation et pratique peu ou ne pratique pas les jeux de hasard.

Les comportements réactifs sont les suivants : irritabilité ou impatience, nervosité, tristesse ou accablement, sarcasme déplacé, procrastination, oublis, problèmes de sommeil, pensées intrusives, cauchemars, tension musculaire ou maux de tête, manque d'énergie, baisse d'activités ou de socialisation, consommation d'alcool régulière mais maîtrisée ou pratique des jeux de hasard régulière mais maîtrisée.

Les comportements en cas d'accident ou de blessure sont les suivants : colère, anxiété, tristesse profonde ou désespoir, négativité, mauvais rendement ou intoxication au travail, manque de concentration ou mauvaises décisions, sommeil agité et perturbé, images récurrentes ou cauchemars, maux et douleurs plus nombreux, fatigue plus importante, évitement, retrait, consommation accrue d'alcool ou pratique accrue des jeux de hasard; habitudes mal maîtrisées.

Les comportements en cas de maladie sont les suivants : crises de colère ou agressivité, anxiété excessive ou attaques de panique, idées dépressives ou suicidaires, excès d'insubordination, incapacité à exécuter ses fonctions, à maîtriser son comportement ou à se concentrer, ne peut s'endormir ou rester endormi, excès de sommeil ou manque de sommeil, maladies, problèmes de santé physique, fatigue chronique, ne sort pas et ne répond pas au téléphone, dépendance à l'alcool ou au jeu, autres dépendances.

En période de stress accru, il est courant pour les membres du personnel soignant, qu’ils fournissent des soins aux patients de première ligne ou occupent des rôles de direction, d’entrer dans la zone « En réaction » (jaune) du continuum de santé mentale. Il s’agit d’une réaction normale, et la plupart des gens utiliseront leurs propres stratégies d’adaptation positives pour gérer les exigences accrues. Il est important de surveiller votre santé et votre bien-être. Remarquez les changements de comportement importants (comme ceux énumérés dans les sections « Blessé » [orange] et « Malade » [rouge] du tableau) et écoutez vos amis et les membres de votre famille s’ils se disent inquiets de vous. Demandez de l’aide si vous estimez être du côté droit du continuum, ou si vous vous inquiétez de votre capacité de prendre soin de vous, de votre famille ou des patients. Communiquez avec un pair, un superviseur ou un professionnel, selon le cas.

Si vous ou un proche vous sentez accablé d’émotions comme la tristesse, la dépression ou l’anxiété, parlez-en. Voici quelques options qui s’offrent à vous :

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :