Chapitre 2
Profil économique et budgétaire

La COVID-19 au Canada

La pandémie de la COVID-19 est une crise mondiale qui pose une menace sans précédent pour notre santé. Il n’existe aucun traitement ou vaccin efficace. Le virus est très contagieux; il peut être transmis même par les personnes asymptomatiques et présymptomatiques; et l’infection peut avoir des conséquences graves et mortelles, particulièrement chez les adultes plus âgés et les personnes ayant des troubles médicaux sous-jacents. On compte maintenant plus de 11 000 000 de personnes dans le monde atteintes de cette maladie qui continue de se propager rapidement. Les mesures prises par les autorités de la santé publique du Canada leur ont permis de contrôler la propagation au pays.

Au début du mois de mars, alors qu’une hausse exponentielle des cas a été signalée, les différents gouvernements partout au Canada ont pris des mesures de grande portée afin d’atténuer et de contenir la propagation de la COVID-19. Des mesures de santé publique de confinement ont été mises en place, comme la fermeture des écoles, des entreprises, des lieux de culte et d’autres lieux de rassemblement, ainsi que l’annulation des rassemblements de masse. Partout au Canada, les gouvernements ont mis en place des restrictions sur les déplacements et des directives de confinement à domicile.

Grâce à son expertise, éclairée en partie par l’expérience d’autres pays dans la maîtrise du virus, le Canada a pu agir de manière décisive et fournir du soutien là où le besoin était le plus grand. Alors que le Canada a aplati la courbe du nombre de cas de COVID-19 plus rapidement qu’un bon nombre de pays, d’autres ont affiché une maîtrise plus forte de l’épidémie, ce qui leur a permis de réduire le nombre de cas plus rapidement (graphique 2.1). Mais le Canada devra continuer d’être vigilant, car il s’agit d’un effort continu qui exige des mesures de santé publique soutenues si l’on veut éviter la réémergence de cas.

Graphique 2.1
Nouveaux cas quotidiens de COVID-19 au Canada par rapport à d’autres pays
(ajustés en fonction de la population)
Nouveaux cas quotidiens de COVID-19 au Canada par rapport à d’autres pays <br>(ajustés en fonction de la population)

Source : Agence de la santé publique du Canada

  • version texte
    Jours Brésil Canada France Allemagne Italie Japon Mexique Russie Corée du Sud Suède Royaume-Uni États-Unis
    0
    1 0.1 0.3 0.2 0.2 0.3 0.1 0.1 0.1 0.2 1.7 0.2 0.0
    2 0.1 0.4 0.3 0.2 0.5 0.1 0.2 0.1 0.5 2.6 0.3 0.0
    3 0.1 0.6 0.4 0.2 0.7 0.1 0.2 0.2 1.1 3.3 0.3 0.2
    4 0.2 0.7 0.4 0.4 0.9 0.1 0.2 0.2 1.6 4.2 0.5 0.3
    5 0.3 1.0 0.6 0.6 0.9 0.1 0.3 0.2 2.2 6.0 0.6 0.4
    6 0.4 1.3 0.8 0.8 1.5 0.1 0.3 0.4 2.6 7.8 0.7 0.5
    7 0.6 1.9 1.2 1.1 2.1 0.1 0.4 0.3 3.3 10.0 0.8 0.7
    8 0.7 2.3 1.8 1.3 2.4 0.1 0.3 0.4 4.6 11.0 1.0 0.9
    9 0.9 2.7 2.1 1.7 3.5 0.1 0.5 0.5 5.9 11.6 1.4 1.2
    10 1.1 3.4 2.6 1.7 4.1 0.1 0.6 0.6 7.5 12.2 2.1 1.4
    11 1.3 4.3 3.4 1.8 4.5 0.1 0.7 0.8 8.7 11.7 2.4 1.7
    12 1.4 4.4 4.3 2.1 6.4 0.1 0.8 0.9 9.3 11.7 2.6 2.3
    13 1.6 6.3 5.2 3.2 7.6 0.1 0.8 1.1 10.6 11.2 3.4 3.5
    14 1.7 8.3 6.5 4.1 8.9 0.2 0.9 1.4 11.3 11.8 4.7 5.5
    15 1.9 10.2 7.6 5.1 11.3 0.2 1.1 1.8 11.1 11.5 5.8 7.6
    16 1.8 12.0 9.2 6.4 13.5 0.2 0.9 2.1 10.9 12.2 6.8 10.4
    17 1.8 14.0 11.1 8.4 16.9 0.3 1.1 2.7 10.0 12.5 8.3 13.7
    18 2.4 16.3 12.7 10.1 18.7 0.3 1.2 3.1 9.4 15.4 9.2 18.2
    19 3.0 18.4 14.6 11.4 22.2 0.3 1.3 3.4 8.8 16.9 10.9 21.2
    20 3.4 20.4 17.3 20.3 26.6 0.3 1.5 3.8 7.5 19.3 13.1 26.0
    21 3.8 22.0 19.1 26.3 30.8 0.4 1.8 4.5 6.7 19.9 14.8 31.2
    22 4.3 24.0 21.2 30.4 36.1 0.4 2.0 5.1 5.8 23.8 18.0 37.0
    23 4.7 27.5 22.6 34.3 41.1 0.4 2.3 5.8 4.7 25.1 22.6 42.6
    24 5.1 29.6 28.2 39.9 44.5 0.4 2.4 6.5 3.6 28.1 25.9 46.9
    25 5.5 31.8 31.1 42.0 50.5 0.4 2.6 7.7 2.8 30.2 29.7 51.4
    26 6.2 34.9 34.3 48.7 55.0 0.3 2.9 8.8 2.4 34.0 33.2 58.5
    27 6.8 35.0 38.7 48.4 61.4 0.3 2.9 10.3 2.2 37.1 36.6 64.2
    28 7.2 35.4 43.4 52.1 69.5 0.3 3.0 11.8 1.8 42.3 42.8 69.4
    29 7.1 36.3 49.3 53.5 76.7 0.3 3.0 13.5 1.9 41.8 47.3 75.4
    30 7.5 36.0 51.5 56.0 81.4 0.3 3.2 15.6 1.9 43.7 50.6 81.6
    31 7.8 36.5 52.7 56.3 85.1 0.3 3.4 17.6 2.0 44.4 53.2 84.7
    32 7.9 35.3 63.6 61.6 89.2 0.3 3.7 19.9 2.0 45.5 60.6 88.7
    33 8.5 33.7 67.7 63.7 91.5 0.4 4.1 22.9 2.0 48.5 63.2 91.5
    34 8.6 34.3 63.9 64.4 93.5 0.4 4.3 26.8 2.0 51.3 64.5 93.9
    35 9.6 34.8 66.9 64.0 93.4 0.5 4.6 28.5 2.0 50.4 67.0 96.1
    36 10.8 34.5 66.2 67.4 92.1 0.6 5.3 31.3 1.9 51.8 67.2 97.3
    37 11.2 35.5 64.6 65.5 91.2 0.7 6.0 33.1 1.9 51.0 68.8 94.8
    38 11.7 37.2 63.6 64.2 89.5 0.9 6.8 34.4 1.9 52.3 79.5 95.7
    39 12.1 38.1 55.5 61.7 86.7 0.9 7.2 36.2 1.9 52.4 78.2 93.2
    40 11.9 39.5 53.4 59.7 85.6 0.9 7.3 37.4 1.9 49.0 79.3 91.3
    41 13.0 42.4 58.1 58.2 82.1 1.0 7.6 37.7 2.1 47.5 82.8 90.2
    42 13.2 43.2 56.2 54.9 78.9 1.4 8.2 39.6 1.8 49.3 80.9 89.3
    43 14.9 44.9 53.7 49.5 76.1 1.6 8.2 40.3 2.0 51.3 81.5 89.3
    44 15.8 45.6 53.2 47.5 74.0 1.8 8.6 40.9 2.0 54.5 82.3 89.4
    45 17.7 45.5 50.5 44.5 72.9 2.0 8.9 43.2 1.9 53.5 75.5 88.0
    46 19.6 45.6 54.2 41.9 70.5 2.1 9.3 45.3 1.8 54.1 76.7 89.4
    47 22.1 46.0 51.5 38.3 68.3 2.2 10.0 48.9 1.7 56.9 77.4 93.9
    48 24.5 44.3 48.0 34.9 67.2 2.3 10.6 53.1 1.5 58.9 75.4 88.3
    49 26.3 44.1 39.6 34.0 65.7 2.3 10.5 57.5 1.7 60.8 75.1 86.1
    50 25.9 43.4 38.5 33.4 65.4 2.7 11.1 61.1 1.2 60.8 75.0 86.4
    51 26.8 42.3 36.7 32.1 64.9 3.9 11.8 65.8 1.1 59.4 74.5 88.8
    52 28.1 42.5 35.4 31.6 63.8 4.1 12.2 69.9 0.8 57.9 73.2 89.7
    53 29.2 43.2 29.3 31.2 63.7 4.3 12.9 72.6 0.8 60.0 70.2 87.3
    54 32.1 47.8 27.6 30.3 60.9 4.7 13.1 73.8 0.7 60.0 69.5 81.5
    55 33.9 46.6 25.5 28.5 59.9 4.9 12.9 74.1 0.6 60.6 68.8 86.1
    56 36.6 45.7 28.4 25.8 58.8 5.1 13.9 75.2 0.6 55.2 68.0 87.4
    57 40.5 45.2 26.2 24.6 56.0 5.0 14.2 76.0 0.5 54.5 71.1 86.5
    58 42.0 44.4 25.5 23.3 53.5 4.1 14.7 75.5 0.5 51.3 72.9 84.4
    59 41.3 43.2 29.2 22.2 51.4 3.9 15.3 74.2 0.6 53.0 72.6 83.8
    60 42.9 41.8 20.3 20.6 50.8 3.9 15.5 74.1 0.4 50.2 72.4 83.6
    61 43.5 35.6 19.8 19.1 52.5 3.8 16.1 72.5 0.4 50.5 71.7 83.5
    62 46.2 35.0 18.7 17.9 49.8 3.6 17.3 80.1 0.3 49.3 72.5 81.9
    63 49.7 34.6 16.2 15.9 48.7 3.5 18.1 77.7 0.3 52.3 77.1 81.4
    64 52.6 33.4 14.6 14.3 46.0 3.5 18.6 75.6 0.2 53.6 76.0 78.2
    65 53.4 32.2 14.3 13.7 44.3 3.2 19.2 74.4 0.2 55.9 72.7 76.8
    66 58.6 31.1 7.5 12.9 43.0 3.0 19.8 73.4 0.2 55.1 70.7 74.6
    67 64.1 31.0 13.1 12.5 41.5 2.8 21.2 72.2 0.2 56.6 69.8 72.8
    68 70.0 31.0 18.6 12.0 38.5 2.7 22.0 71.6 0.2 55.7 69.6 72.1
    69 73.1 30.7 17.5 11.3 36.7 2.6 22.0 62.0 0.2 55.3 67.5 70.6
    70 76.8 30.2 17.6 11.8 34.2 2.3 22.9 61.7 0.2 55.0 61.1 70.0
    71 77.9 29.9 16.8 11.6 33.1 1.9 24.3 61.3 0.2 52.5 56.7 69.4
    72 83.3 30.1 16.6 11.0 30.9 1.9 24.7 60.8 0.2 53.4 54.3 68.9
    73 82.3 29.9 16.3 11.4 29.6 1.9 25.0 69.3 0.2 51.8 53.4 68.3
    74 81.6 29.5 15.5 11.0 27.2 1.9 24.5 51.2 0.2 49.3 52.5 70.1
    75 82.0 29.3 7.6 10.6 25.7 1.7 25.0 60.7 0.2 50.5 50.0 69.1
    76 87.4 29.0 7.6 10.1 24.6 1.6 25.3 60.8 0.1 50.1 47.9 70.1
    77 91.6 28.6 7.5 9.0 23.1 1.4 25.8 60.7 0.1 50.3 39.8 69.6
    78 103.0 28.0 7.3 8.8 21.2 1.2 26.3 60.9 0.1 49.0 38.1 68.8
    79 103.4 27.3 7.1 8.8 19.8 1.0 27.5 61.4 0.1 46.3 37.5 67.4
    80 103.3 26.4 7.2 8.1 18.6 0.8 28.8 52.7 0.2 48.4 30.1 68.1
    81 111.9 25.0 6.8 8.1 19.4 0.7 29.6 61.5 0.2 50.8 34.0 67.0
    82 117.4 23.7 6.6 7.8 18.1 0.8 29.9 52.2 0.3 49.8 31.7 66.5
    83 120.5 22.8 6.0 7.0 17.1 0.7 30.2 52.2 0.4 49.6 35.2 64.5
    84 102.1 21.9 5.6 7.0 15.9 0.7 30.5 60.2 0.4 51.2 40.6 62.8
    85 118.9 21.2 5.4 6.8 15.4 0.7 31.6 60.1 0.5 54.8 39.1 63.4
    86 120.6 19.8 5.4 6.7 15.1 0.6 32.0 60.0 0.5 57.0 36.5 64.3
    87 123.4 18.7 5.1 6.5 14.4 0.6 33.0 60.2 0.5 55.5 39.9 64.0
    88 125.6 18.5 4.5 5.8 13.0 0.6 32.9 68.8 0.5 57.9 32.6 64.6
    89 128.5 18.1 4.1 5.1 12.4 0.4 33.7 68.8 0.4 79.8 32.5 65.5
    90 128.1 17.3 10.5 5.6 11.6 0.4 34.1 68.0 0.4 86.0 27.3 59.1
    91 145.8 16.1 10.9 5.8 11.3 0.4 34.6 59.4 0.4 90.3 27.0 65.6
    92 121.2 15.3 14.3 5.5 10.8 0.3 34.6 59.6 0.4 94.6 26.9 65.6
    93 119.9 14.5 14.6 5.6 10.5 0.3 35.6 58.6 0.3 100.4 25.9 65.2
    94 123.3 13.7 14.5 5.2 10.1 0.3 35.4 57.6 0.4 102.2 25.8 66.2
    95 125.3 12.7 12.3 5.2 9.1 0.3 36.8 56.1 0.4 102.4 24.5 65.3
    96 124.8 11.7 12.6 5.2 8.9 0.3 38.2 55.8 0.4 83.9 23.7 64.5
    97 119.5 11.0 7.2 4.8 8.8 0.3 39.5 55.2 0.4 89.4 23.9 71.7
    98 139.2 10.7 7.2 4.3 8.5 0.2 41.4 54.4 0.4 94.2 22.0 66.8
    99 148.0 10.4 4.6 4.3 7.9 0.3 41.9 52.1 0.6 98.4 20.9 65.8
    100 147.1 10.2 4.7 4.1 7.5 0.3 42.4 51.5 0.7 96.1 20.7 67.4
    101 148.8 10.2 4.5 4.3 7.2 0.3 36.8 50.3 0.8 101.2 20.4 66.0
    102 151.9 9.9 7.0 4.3 7.0 0.3 42.6 50.0 0.8 103.3 20.8 66.5
    103 159.1 9.7 7.4 4.6 6.4 0.4 41.1 48.3 0.8 108.2 20.3 68.7
    104 170.5 9.5 6.6 4.1 5.4 0.4 40.2 47.4 0.9 108.3 19.3 70.9
    105 165.1 9.5 6.9 4.0 5.4 0.4 39.3 46.7 0.9 88.8 19.5 71.9
    106 167.8 9.1 6.8 3.9 5.1 0.3 39.5 46.9 0.8 71.4 19.4 75.6
    107 177.8 9.1 6.9 3.9 4.7 0.3 . 46.5 0.7 61.8 19.0 78.5
    108 178.5 8.3 6.8 4.0 4.9 0.3 . . 0.8 91.5 18.7 81.4
    109 174.7 7.7 6.7 4.0 4.8 0.3 . . 0.9 104.9 18.1 86.3
    110 177.4 7.3 6.5 4.0 4.6 0.3 . . 0.9 108.4 18.1 91.1

Depuis le mois de mars, le Canada a réalisé des progrès importants pour maîtriser l’épidémie. L’approche de santé publique coordonnée, appuyée par une forte collaboration fédérale-provinciale-territoriale ainsi que par la coopération et l’engagement des Canadiens, a permis de considérablement réduire le taux de transmission du virus. En date du 21 juin, l’incidence sur sept jours des nouveaux cas quotidiens au Canada avait diminué d’environ 80 %, par rapport à un plateau d’environ 1 730 nouveaux cas par jour le 26 avril (graphique 2.2) – une amélioration spectaculaire par rapport à la trajectoire potentielle de l’épidémie que laissait entrevoir la hausse rapide de l’épidémie au mois de mars.

Graphique 2.2
Cas de COVID-19 signalés quotidiennement et moyenne mobile sur sept jours, Canada
(données en date du 30 juin 2020)
Cas de COVID-19 signalés quotidiennement et moyenne mobile sur sept jours, Canada<br>(données en date du 30 juin 2020)

Source : Agence de la santé publique du Canada

  • version texte
    Cas déclarés quotidiennement Moyenne mobile sur 7 jours Arriéré
    8 mars 6
    9 mars 6 7
    10 mars 18 9
    11 mars 24 12
    12 mars 37 16
    13 mars 43 21
    14 mars 51 27
    15 mars 75 36
    16 mars 100 50
    17 mars 173 72
    18 mars 128 87
    19 mars 148 103
    20 mars 208 126
    21 mars 290 160
    22 mars 103 164
    23 mars 617 238
    24 mars 701 314
    25 mars 617 383
    26 mars 634 453
    27 mars 714 525
    28 mars 898 612
    29 mars 665 692
    30 mars 1128 765
    31 mars 1143 828
    1er avril 1140 903
    2 avril 1554 1035
    3 avril 1252 1111
    4 avril 1481 1195
    5 avril 1494 1313
    6 avril 1155 1317
    7 avril 1230 1329
    8 avril 1394 1366
    9 avril 1474 1354
    10 avril 1383 1373
    11 avril 1170 1329
    12 avril 1065 1267
    13 avril 1297 1288
    14 avril 1383 1309
    15 avril 1316 1298
    16 avril 1727 1334
    17 avril 1821 1397
    18 avril 1427 1434
    19 avril 1432 1486
    20 avril 2045 1593
    21 avril 1591 1623
    22 avril 1768 1687
    23 avril 1920 1715
    24 avril 1778 1709
    25 avril 1466 1714
    26 avril 1541 1730
    27 avril 1605 1667
    28 avril 1526 1658
    29 avril 1571 1630
    30 avril 1639 1589
    1er mai  1825 1596
    2 mai 1653 1623
    3 mai 1443 1797 1317
    4 mai 1298 1753
    5 mai 1274 1717
    6 mai 1450 1700
    7 mai 1426 1669
    8 mai 1512 1625
    9 mai 1268 1570
    10 mai 1146 1339
    11 mai 1133 1316
    12 mai 1176 1302
    13 mai 1121 1255
    14 mai 1123 1211
    15 mai 1212 1168
    16 mai 1251 1166
    17 mai 1138 1165
    18 mai 1070 1156
    19 mai 1040 1136
    20 mai 1030 1123
    21 mai 1182 1132
    22 mai 1156 1124
    23 mai 1141 1108
    24 mai 1078 1100
    25 mai 1012 1091
    26 mai 936 1076
    27 mai 872 1054
    28 mai 993 1027
    29 mai 906 991
    30 mai 772 938
    31 mai 757 893
    1er juin 758 856
    2 juin 705 823
    3 juin 675 795
    4 juin 641 745
    5 juin 609 702
    6 juin 722 695
    7 juin 642 679
    8 juin 545 648
    9 juin 409 606
    10 juin 461 576
    11 juin 416 543
    12 juin 413 515
    13 juin 467 479
    14 juin 377 441
    15 juin 360 415
    16 juin 320 402
    17 juin 386 391
    18 juin 367 384
    19 juin 398 382
    20 juin 401 373
    21 juin 318 364
    22 juin 300 356
    23 juin 326 357
    24 juin 279 341
    25 juin 380 343
    26 juin 172 311
    27 juin 238 288
    28 juin 218 273
    28 juin 668 326
    30 juin 286 320

La vague initiale de transmission a dépassé son apogée, mais la pandémie est loin d’être terminée. En fait, à mesure que les gouvernements assouplissent les mesures de confinement plus restrictives (comme la fermeture des entreprises) afin d’atténuer les dommages économiques et sociétaux, il devient important de redoubler les efforts relatifs aux autres contrôles de santé publique essentiels, notamment l’amélioration de la détection et de l’isolement des cas, le retraçage de contacts, la mise en quarantaine, le port du masque ainsi que le respect de la distanciation physique, afin de compenser et de maintenir le contrôle sur l’épidémie. Et, comme on peut le lire dans l’Approche commune de santé publique au soutien de la relance de l’économie[1], l’assouplissement de certaines mesures de confinement de santé publique lors de la réouverture des provinces et des territoires a été jumelé à la protection renforcée des populations vulnérables, notamment les aînés dans les centres de soins de longue durée.

Les scénarios modélisés par l’Agence de la santé publique du Canada révèlent le rôle crucial qu’ont joué et que continueront de jouer les mesures de santé publique pour maîtriser l’épidémie. Ils révèlent que sans ces contrôles, les répercussions auraient été considérablement plus graves que ce qui est le cas jusqu’à présent (graphique 2.3).

Graphique 2.3
Scénarios modélisés des répercussions des mesures de santé publique
Scénarios modélisés des répercussions des mesures de santé publique

Source : Agence de la santé publique du Canada

À mesure que les provinces et les territoires commencent à relancer leurs économies dans des conditions sécuritaires, le gouvernement fédéral investit dans le dépistage, le retraçage de contacts et les systèmes de santé afin d’atténuer et de gérer une résurgence possible. Le gouvernement investit également dans des services sociaux essentiels pour assurer une relance équitable et forte. Des gouvernements partout au Canada ont publié des plans et des cadres pour la réouverture sécuritaire de leur économie qui tiennent compte de leurs propres expériences et de leurs besoins particuliers. Elles ont toutes pris pour guide des considérations d’ordre sanitaire, et ont suivi un ensemble d’objectifs et de principes communs convenus par les premiers ministres dans une déclaration commune le 28 avril 2020.

Les plans de réouverture ont pour objectif de gérer le risque direct de la COVID-19 tout en atténuant les conséquences involontaires des mesures de santé publique sur la santé, l’économie et la société. Ils visent également à susciter la confiance des particuliers et des entreprises tandis que les Canadiens apprennent à se réapproprier leurs vies quotidiennes alors que le virus continue de se transmettre au pays bien que son niveau de transmission soit réduit. Figurent dans ces plans progressifs la reprise de certaines activités dans des conditions sécuritaires et une augmentation modeste de la taille des rassemblements autorisés. Ils sont flexibles et passent par des phases différentes fondées sur une surveillance attentive des indicateurs comme le nombre de nouveaux cas et le taux de transmission (tableau 2.1).

Tableau 2.1
Critères d’évaluation de la préparation et indicateurs pour la levée des mesures de santé publique restrictives
Critères Indicateurs
1 La transmission de la COVID-19 est maîtrisée check mark Nombre de cas hebdomadaire
check mark Nombre de décès hebdomadaire
check mark Taux de transmission
2 Une capacité sanitaire suffisante est en place pour le dépistage, le retraçage de contacts et l’isolement de tous les cas check mark Nombre de personnes testées chaque semaine
check mark Pourcentage de résultats positifs chaque semaine
check mark Pourcentage des nouveaux cas locaux dont la source d’exposition est inconnue
3 Une capacité des soins de santé élargie est en place check mark Nombre hebdomadaire de lits occupés par des patients atteints de la COVID-19 aux soins intensifs
check mark Pourcentage hebdomadaire du total des ventilateurs utilisés pour des patients atteints de la COVID-19
4 Des mesures de soutien sont en place pour les groupes ou communautés vulnérables et les populations clés check mark Pourcentage de tous les décès qui surviennent dans des centres de soins de longue durée et des maisons de retraite
5 Des mesures préventives en milieu de travail sont établies afin de réduire les risques check mark Trois principaux milieux où l’émergence d’éclosions est la plus élevée
6 Évitement du risque d’importation de cas check mark Nombre de cas ayant voyagé à l’étranger, et nombre de cas ayant été en contact avec un voyageur international
Source : Recommandations du Comité consultatif spécial FPT sur la COVID-19

La relance de l’économie canadienne est un processus complexe. Les modèles sanitaires indiquent que lorsque des mesures de confinement sont levées, il faut que d’autres mesures de confinement du virus soient strictement suivies pour contrôler la propagation. D’autres mesures, notamment la distanciation physique, une capacité accrue en matière de dépistage et de retraçage de contacts, la mise en quarantaine des contacts et la gestion du risque de transmission provenant des voyages internationaux, sont plus essentielles que jamais. Les données indiquent également que certains segments de la population ont été particulièrement touchés et peuvent exiger un soutien supplémentaire afin de faire en sorte que tous les Canadiens puissent participer à la reprise économique.

Le gouvernement s’est engagé à collaborer avec les provinces et les territoires pour s’assurer que les mesures de soutien appropriées sont en place pour tous les Canadiens. Comme l’a annoncé le premier ministre le 5 juin, le gouvernement investira environ 14 milliards de dollars en soutien aux provinces et aux territoires pour appuyer la relance sécuritaire des économies du pays au cours des six à huit prochains mois.

Ces investissements permettront de faire en sorte que les provinces et les territoires aient non seulement l’aide nécessaire pour soutenir la réouverture de leur économie, mais aussi qu’ils soient préparés à faire face à la possibilité d’une résurgence du virus. Ce financement contribuera à l’atteinte d’objectifs importants en matière de santé, tels que celui d’effectuer 200 000 tests de dépistages par jour à l’échelle nationale. Le soutien fédéral dans ces domaines donnera des résultats concrets qui protègent et soutiennent tous les Canadiens. Le gouvernement poursuit les discussions avec ses homologues provinciaux et territoriaux sur chacun de ces secteurs, et il fera rapport sur les progrès réalisés au fur et à mesure, en vue de la conclusion de l’Entente sur la relance sécuritaire.

Tableau 2.2
Entente sur la relance sécuritaire
Volet prioritaire Objectifs
1   Dépistage et retraçage de contacts   check mark Accroître la capacité de dépistage à 200 000 tests par jour
check mark Partenariat fédéral-provincial-territorial (FPT) sur l’approvisionnement en matériel et en équipement de dépistage et échange de données sur les stocks de dépistage
check mark Aider les provinces et les territoires à accroître la capacité de retraçage de contacts
check mark Contribuer à une gestion des données pancanadiennes améliorée et moderne pour communiquer des données ventilées
2 Capacité des soins de santé check mark Aider les provinces et les territoires à se préparer à une deuxième vague éventuelle de la COVID-19
check mark Appuyer les personnes qui connaissent des difficultés sur le plan de la santé mentale et de la consommation problématique de substances
3 Équipement de protection individuelle (EPI) check mark S’assurer que les travailleurs de la santé et ceux qui ne sont pas du domaine de la santé ont accès à un service d’approvisionnement en EPI, ainsi qu’à une réserve d’EPI d’urgence
4   Populations vulnérables   check mark Répondre aux besoins immédiats et combler les lacunes relativement aux soins de soutien (c.-à-d., soins à domicile, soins de longue durée et soins palliatifs)
check mark Fournir du soutien, tant au niveau de la santé qu’au niveau social, à d’autres groupes vulnérables
5     Services de garde     check mark S’assurer qu’il y a suffisamment de garderies sécuritaires et adéquates pour appuyer le retour au travail graduel des parents
check mark Répondre aux besoins du personnel, notamment par l’intermédiaire de la formation, de coûts supplémentaires en matière de salaires et d’un équipement approprié (y compris l’EPI) pour garder les enfants et le personnel en sécurité
6 Congé de maladie check mark Établir un programme de soutien au revenu temporaire qui offre aux travailleurs la possibilité de se prévaloir d’un maximum de 10 jours de congés payés dus à la COVID-19 pour les travailleurs qui n’ont pas droit à d’autres congés de maladie payés
7 Municipalités check mark Aider les municipalités à surmonter les impacts financiers de la COVID-19, notamment les coûts croissants associés à la relance sécuritaire de l’économie
Vivre avec la COVID-19 : Phases de la pandémie et reprise économique

De façon générale, la pandémie et ses répercussions économiques peuvent se définir en trois phases. Ces phases sont présentées à titre d’illustration et la forme exacte de chacune d’entre elles, en pratique, dépendrait de l’ampleur des transmissions virales successives et de notre capacité à les maîtriser. Par exemple, un scénario comptant une série de sommets répétitifs de taille similaire suggère une période prolongée de la phase 2, alors qu’un scénario comptant un sommet plus élevé signifierait une résurgence de la phase de confinement suivie d’une courte période de phase 2.

Phase 1 : Phase du confinement

Le Canada et bon nombre d’autres pays sont passés par une phase de confinement au cours de laquelle des mesures de grande portée ont été prises afin de ralentir la propagation du virus. Ces mesures ont eu des répercussions dévastatrices sur l’économie. En intervenant et en offrant rapidement un soutien important aux Canadiens et aux entreprises pour les aider à traverser la crise, le Plan d’intervention du Canada pour répondre à la COVID-19 a limité la gravité du déclin de l’activité économique.

Phase 2 : Réouverture contrôlée et sécuritaire de l’économie pendant que le virus demeure actif

Pendant cette phase, l’économie commence à reprendre du terrain à mesure que les restrictions de santé publique les plus sévères sont assouplies. Les secteurs d’activité ou les régions où le risque de transmission virale est le plus faible seront parmi les premiers à rebondir. Pour la plupart des secteurs plus exposés au virus, comme ceux des loisirs et des voyages, la reprise complète peut prendre beaucoup plus de temps, car il est probable que les restrictions demeurent en place ou que la demande prenne plus de temps à revenir à ses niveaux d’avant la crise. L’économie canadienne exigera probablement un soutien stratégique continu. Il faudra aussi continuer de faire preuve de vigilance afin d’éviter les retours en arrière.

Phase 3 : Reconstruction et relance

L’économie pourra complètement rebondir seulement lorsqu’un vaccin ou un traitement efficace deviendra très accessible. Cependant, lorsque l’infection ne se transmettra plus, l’économie devrait entrer dans une phase plus rapide de reconstruction et de relance. Même quand la pandémie sera terminée, des conséquences prolongées pourront compromettre à long terme l’évolution de l’économie, par exemple, par l’endettement accru des entreprises et des ménages, par un chômage persistant ou par des changements structuraux considérables dans l’économie qui se sont accélérés pendant la crise. Au cours des prochains mois, et au besoin, le gouvernement annoncera des mesures pour appuyer la relance.

Figure 2.1
Phases de la pandémie (à titre d’illustration)
  • version texte

    Ce tableau illustre la propagation de la pandémie et ses répercussions économiques. Échelonné sur trois phases, le tableau indique la progression du produit intérieur brut (PIB), la capacité du système de santé et le nombre de patients en état critique. La forme exacte des lignes du tableau, qui est destiné à des fins d’illustration, dépend en fait de la magnitude des transmissions virales successives et de notre capacité à les contenir.

    À la phase 1, le confinement, la ligne montre que le nombre de cas de patients en état critique augmente fortement avant la mise en place de mesures de confinement, et que les niveaux commencent à diminuer dès l’application de ces mesures. Au même moment, la ligne du PBI descend fortement. À la phase 2, la réouverture sécuritaire et contrôlée de l’économie alors que le virus est toujours actif, le PIB commence à remonter au fur et à mesure de la réouverture de l’économie. Quant à elle, la ligne montrant le nombre de cas fluctue périodiquement à la hausse et à la baisse, mais beaucoup moins que durant la phase 1. À la phase 3, la reconstruction et la relance, la ligne indiquant le nombre de cas descend à zéro et le PIB augmente rapidement.

Situation économique

L’ampleur de la pandémie de la COVID-19 et la vitesse à laquelle elle a touché presque tous les aspects de la vie sont sans précédent. Les mesures de confinement ont mené à l’arrêt soudain de grands segments de l’économie, l’activité de certains secteurs étant pratiquement nulle. Les écoles et les lieux de travail ont été fermés, les déplacements, restreints, et les rassemblements publics interdits, ce qui a eu des répercussions importantes sur de nombreux aspects de la vie des Canadiens. Au cours des mois de mars et d’avril, 5,5 millions de Canadiens ont soit perdu leur emploi, soit subi une réduction importante de leurs heures de travail – un indicateur saisissant du coût de la pandémie pour l’économie canadienne. Le taux d’emploi (le pourcentage des Canadiens détenant un emploi) a atteint son plus bas niveau jamais enregistré (graphique 2.4). En 2020, c’est un coup dur sur l’économie dans son ensemble qui devrait donner lieu à la contraction économique la plus importante et la plus soudaine que l’on ait vue depuis la Grande Dépression.

Les mesures de soutien économique rapides et importantes mises en place par le gouvernement du Canada ont permis de protéger les Canadiens des répercussions d’un bilan économique qui auraient pu être bien pires, tout en prévenant d’autres mises à pied et en posant les bases pour une reprise plus rapide et plus forte.

Graphique 2.4
Taux d’emploi

Nota – Le dernier point de données correspond au mois de mai 2020.

Source : Statistique Canada

  • Mois et année En pourcentage
    janv. 1976 57.2
    févr. 1976 57.2
    mars 1976 57.3
    avr. 1976 57.4
    mai 1976 57.2
    juin 1976 57.2
    juil. 1976 57.1
    août 1976 57.1
    sept. 1976 57.1
    oct. 1976 56.9
    nov. 1976 57.1
    déc. 1976 57.2
    janv. 1977 57.1
    févr. 1977 57.1
    mars 1977 56.9
    avr. 1977 57
    mai 1977 57
    juin 1977 56.9
    juil. 1977 56.8
    août 1977 56.8
    sept. 1977 56.7
    oct. 1977 56.8
    nov. 1977 56.8
    déc. 1977 56.9
    janv. 1978 56.8
    févr. 1978 57
    mars 1978 57.1
    avr. 1978 57.2
    mai 1978 57.2
    juin 1978 57.5
    juil. 1978 57.6
    août 1978 57.7
    sept. 1978 57.7
    oct. 1978 58
    nov. 1978 58
    déc. 1978 58.2
    janv. 1979 58.4
    févr. 1979 58.3
    mars 1979 58.5
    avr. 1979 58.5
    mai 1979 58.7
    juin 1979 58.8
    juil. 1979 59
    août 1979 59.1
    sept. 1979 59.1
    oct. 1979 59.3
    nov. 1979 59.4
    déc. 1979 59.4
    janv. 1980 59.4
    févr. 1980 59.4
    mars 1980 59.3
    avr. 1980 59.4
    mai 1980 59.1
    juin 1980 59.2
    juil. 1980 59.1
    août 1980 59.2
    sept. 1980 59.5
    oct. 1980 59.6
    nov. 1980 59.8
    déc. 1980 59.8
    janv. 1981 60
    févr. 1981 60.3
    mars 1981 60.2
    avr. 1981 60.4
    mai 1981 60.4
    juin 1981 60.5
    juil. 1981 60.2
    août 1981 60.2
    sept. 1981 60
    oct. 1981 59.8
    nov. 1981 59.7
    déc. 1981 59.3
    janv. 1982 59.1
    févr. 1982 58.8
    mars 1982 58.6
    avr. 1982 58.2
    mai 1982 57.8
    juin 1982 57.3
    juil. 1982 57
    août 1982 56.6
    sept. 1982 56.4
    oct. 1982 56.2
    nov. 1982 56.1
    déc. 1982 56
    janv. 1983 56.1
    févr. 1983 56.2
    mars 1983 56.4
    avr. 1983 56.6
    mai 1983 56.7
    juin 1983 57
    juil. 1983 57.2
    août 1983 57.4
    sept. 1983 57.6
    oct. 1983 57.5
    nov. 1983 57.4
    déc. 1983 57.5
    janv. 1984 57.3
    févr. 1984 57.4
    mars 1984 57.4
    avr. 1984 57.3
    mai 1984 57.5
    juin 1984 57.8
    juil. 1984 57.9
    août 1984 57.8
    sept. 1984 57.9
    oct. 1984 57.9
    nov. 1984 57.8
    déc. 1984 58
    janv. 1985 58.2
    févr. 1985 58.3
    mars 1985 58.3
    avr. 1985 58.5
    mai 1985 58.6
    juin 1985 58.6
    juil. 1985 58.8
    août 1985 58.9
    sept. 1985 58.9
    oct. 1985 59
    nov. 1985 59.3
    déc. 1985 59.4
    janv. 1986 59.6
    févr. 1986 59.6
    mars 1986 59.6
    avr. 1986 59.9
    mai 1986 59.7
    juin 1986 59.8
    juil. 1986 59.8
    août 1986 59.8
    sept. 1986 59.7
    oct. 1986 59.8
    nov. 1986 59.9
    déc. 1986 59.8
    janv. 1987 59.8
    févr. 1987 59.9
    mars 1987 60.1
    avr. 1987 60.3
    mai 1987 60.5
    juin 1987 60.6
    juil. 1987 60.6
    août 1987 60.7
    sept. 1987 60.9
    oct. 1987 61.1
    nov. 1987 61.2
    déc. 1987 61.5
    janv. 1988 61.5
    févr. 1988 61.6
    mars 1988 61.7
    avr. 1988 61.7
    mai 1988 61.6
    juin 1988 61.6
    juil. 1988 61.6
    août 1988 61.6
    sept. 1988 61.6
    oct. 1988 61.7
    nov. 1988 61.8
    déc. 1988 62
    janv. 1989 62.2
    févr. 1989 62.2
    mars 1989 62.4
    avr. 1989 62.2
    mai 1989 62.1
    juin 1989 62.2
    juil. 1989 62.1
    août 1989 62.2
    sept. 1989 62.2
    oct. 1989 62.1
    nov. 1989 62.1
    déc. 1989 62.1
    janv. 1990 62.2
    févr. 1990 62.3
    mars 1990 62.2
    avr. 1990 62.2
    mai 1990 61.9
    juin 1990 62
    juil. 1990 61.8
    août 1990 61.6
    sept. 1990 61.5
    oct. 1990 61.2
    nov. 1990 60.8
    déc. 1990 60.5
    janv. 1991 60.3
    févr. 1991 60
    mars 1991 59.7
    avr. 1991 59.8
    mai 1991 59.9
    juin 1991 59.9
    juil. 1991 59.7
    août 1991 59.7
    sept. 1991 59.5
    oct. 1991 59.5
    nov. 1991 59.3
    déc. 1991 59.1
    janv. 1992 59
    févr. 1992 58.8
    mars 1992 58.6
    avr. 1992 58.5
    mai 1992 58.5
    juin 1992 58.3
    juil. 1992 58.3
    août 1992 58.1
    sept. 1992 58
    oct. 1992 58
    nov. 1992 57.9
    déc. 1992 58
    janv. 1993 58.1
    févr. 1993 58
    mars 1993 58.1
    avr. 1993 57.9
    mai 1993 57.8
    juin 1993 57.9
    juil. 1993 57.9
    août 1993 57.9
    sept. 1993 58
    oct. 1993 57.8
    nov. 1993 58
    déc. 1993 57.8
    janv. 1994 57.8
    févr. 1994 57.9
    mars 1994 58
    avr. 1994 58
    mai 1994 58.3
    juin 1994 58.3
    juil. 1994 58.5
    août 1994 58.5
    sept. 1994 58.7
    oct. 1994 58.6
    nov. 1994 59
    déc. 1994 58.9
    janv. 1995 58.9
    févr. 1995 58.8
    mars 1995 58.9
    avr. 1995 58.7
    mai 1995 58.6
    juin 1995 58.6
    juil. 1995 58.6
    août 1995 58.6
    sept. 1995 58.7
    oct. 1995 58.7
    nov. 1995 58.5
    déc. 1995 58.6
    janv. 1996 58.6
    févr. 1996 58.7
    mars 1996 58.5
    avr. 1996 58.6
    mai 1996 58.6
    juin 1996 58.5
    juil. 1996 58.5
    août 1996 58.5
    sept. 1996 58.3
    oct. 1996 58.2
    nov. 1996 58.3
    déc. 1996 58.3
    janv. 1997 58.6
    févr. 1997 58.5
    mars 1997 58.6
    avr. 1997 58.5
    mai 1997 58.8
    juin 1997 58.9
    juil. 1997 59
    août 1997 59.3
    sept. 1997 59.3
    oct. 1997 59.3
    nov. 1997 59.3
    déc. 1997 59.4
    janv. 1998 59.3
    févr. 1998 59.4
    mars 1998 59.5
    avr. 1998 59.6
    mai 1998 59.6
    juin 1998 59.6
    juil. 1998 59.8
    août 1998 59.9
    sept. 1998 60
    oct. 1998 60
    nov. 1998 60.1
    déc. 1998 60.1
    janv. 1999 60.3
    févr. 1999 60.3
    mars 1999 60.3
    avr. 1999 60.4
    mai 1999 60.5
    juin 1999 60.5
    juil. 1999 60.7
    août 1999 60.7
    sept. 1999 60.7
    oct. 1999 60.8
    nov. 1999 60.9
    déc. 1999 61.1
    janv. 2000 61.2
    févr. 2000 61.2
    mars 2000 61.3
    avr. 2000 61.3
    mai 2000 61.3
    juin 2000 61.3
    juil. 2000 61.2
    août 2000 61.2
    sept. 2000 61.3
    oct. 2000 61.3
    nov. 2000 61.4
    déc. 2000 61.5
    janv. 2001 61.4
    févr. 2001 61.3
    mars 2001 61.2
    avr. 2001 61.3
    mai 2001 61.3
    juin 2001 61.1
    juil. 2001 61.1
    août 2001 61.1
    sept. 2001 61.1
    oct. 2001 61.1
    nov. 2001 61.1
    déc. 2001 60.9
    janv. 2002 61.1
    févr. 2002 61.1
    mars 2002 61.3
    avr. 2002 61.4
    mai 2002 61.6
    juin 2002 61.7
    juil. 2002 61.8
    août 2002 62.1
    sept. 2002 62.1
    oct. 2002 62
    nov. 2002 62.1
    déc. 2002 62.3
    janv. 2003 62.3
    févr. 2003 62.5
    mars 2003 62.4
    avr. 2003 62.4
    mai 2003 62.2
    juin 2003 62.3
    juil. 2003 62.4
    août 2003 62.3
    sept. 2003 62.4
    oct. 2003 62.5
    nov. 2003 62.6
    déc. 2003 62.7
    janv. 2004 62.6
    févr. 2004 62.6
    mars 2004 62.6
    avr. 2004 62.7
    mai 2004 62.8
    juin 2004 62.7
    juil. 2004 62.7
    août 2004 62.6
    sept. 2004 62.7
    oct. 2004 62.7
    nov. 2004 62.7
    déc. 2004 62.7
    janv. 2005 62.6
    févr. 2005 62.7
    mars 2005 62.6
    avr. 2005 62.6
    mai 2005 62.5
    juin 2005 62.6
    juil. 2005 62.6
    août 2005 62.7
    sept. 2005 62.5
    oct. 2005 62.7
    nov. 2005 62.7
    déc. 2005 62.6
    janv. 2006 62.5
    févr. 2006 62.6
    mars 2006 62.7
    avr. 2006 62.8
    mai 2006 63
    juin 2006 62.9
    juil. 2006 62.8
    août 2006 62.8
    sept. 2006 62.8
    oct. 2006 62.8
    nov. 2006 62.9
    déc. 2006 63
    janv. 2007 63.2
    févr. 2007 63.2
    mars 2007 63.3
    avr. 2007 63.2
    mai 2007 63.2
    juin 2007 63.4
    juil. 2007 63.4
    août 2007 63.4
    sept. 2007 63.5
    oct. 2007 63.6
    nov. 2007 63.6
    déc. 2007 63.6
    janv. 2008 63.6
    févr. 2008 63.7
    mars 2008 63.6
    avr. 2008 63.6
    mai 2008 63.5
    juin 2008 63.4
    juil. 2008 63.3
    août 2008 63.3
    sept. 2008 63.4
    oct. 2008 63.5
    nov. 2008 63
    déc. 2008 62.8
    janv. 2009 62.3
    févr. 2009 62
    mars 2009 61.9
    avr. 2009 61.6
    mai 2009 61.5
    juin 2009 61.3
    juil. 2009 61.3
    août 2009 61.2
    sept. 2009 61.2
    oct. 2009 61.2
    nov. 2009 61.4
    déc. 2009 61.3
    janv. 2010 61.4
    févr. 2010 61.4
    mars 2010 61.4
    avr. 2010 61.6
    mai 2010 61.6
    juin 2010 61.8
    juil. 2010 61.6
    août 2010 61.6
    sept. 2010 61.4
    oct. 2010 61.5
    nov. 2010 61.5
    déc. 2010 61.6
    janv. 2011 61.8
    févr. 2011 61.7
    mars 2011 61.7
    avr. 2011 61.8
    mai 2011 61.7
    juin 2011 61.8
    juil. 2011 61.8
    août 2011 61.8
    sept. 2011 61.7
    oct. 2011 61.6
    nov. 2011 61.5
    déc. 2011 61.6
    janv. 2012 61.4
    févr. 2012 61.4
    mars 2012 61.6
    avr. 2012 61.9
    mai 2012 61.7
    juin 2012 61.7
    juil. 2012 61.6
    août 2012 61.7
    sept. 2012 61.7
    oct. 2012 61.7
    nov. 2012 61.8
    déc. 2012 61.9
    janv. 2013 61.9
    févr. 2013 61.9
    mars 2013 61.7
    avr. 2013 61.8
    mai 2013 61.8
    juin 2013 61.8
    juil. 2013 61.7
    août 2013 61.8
    sept. 2013 61.7
    oct. 2013 61.7
    nov. 2013 61.6
    déc. 2013 61.6
    janv. 2014 61.5
    févr. 2014 61.5
    mars 2014 61.5
    avr. 2014 61.4
    mai 2014 61.3
    juin 2014 61.3
    juil. 2014 61.4
    août 2014 61.3
    sept. 2014 61.3
    oct. 2014 61.5
    nov. 2014 61.4
    déc. 2014 61.3
    janv. 2015 61.3
    févr. 2015 61.4
    mars 2015 61.4
    avr. 2015 61.3
    mai 2015 61.4
    juin 2015 61.3
    juil. 2015 61.4
    août 2015 61.4
    sept. 2015 61.3
    oct. 2015 61.3
    nov. 2015 61.2
    déc. 2015 61.2
    janv. 2016 61.1
    févr. 2016 61.1
    mars 2016 61.1
    avr. 2016 61.1
    mai 2016 61.1
    juin 2016 61.1
    juil. 2016 60.9
    août 2016 61
    sept. 2016 61.2
    oct. 2016 61.3
    nov. 2016 61.2
    déc. 2016 61.2
    janv. 2017 61.5
    févr. 2017 61.4
    mars 2017 61.4
    avr. 2017 61.4
    mai 2017 61.5
    juin 2017 61.6
    juil. 2017 61.6
    août 2017 61.7
    sept. 2017 61.6
    oct. 2017 61.6
    nov. 2017 61.8
    déc. 2017 62
    janv. 2018 61.6
    févr. 2018 61.6
    mars 2018 61.7
    avr. 2018 61.6
    mai 2018 61.5
    juin 2018 61.5
    juil. 2018 61.6
    août 2018 61.4
    sept. 2018 61.5
    oct. 2018 61.5
    nov. 2018 61.8
    déc. 2018 61.8
    janv. 2019 61.9
    févr. 2019 62
    mars 2019 61.9
    avr. 2019 62.2
    mai 2019 62.1
    juin 2019 62
    juil. 2019 61.9
    août 2019 62
    sept. 2019 62.1
    oct. 2019 62
    nov. 2019 61.7
    déc. 2019 61.8
    janv. 2020 61.8
    févr. 2020 61.8
    mars 2020 58.5
    avr. 2020 52.1
    mai 2020 52.9
Perspective de croissance réelle du PIB

Sources : Statistique Canada; enquête de mai 2020 du ministère des Finances Canada auprès d’économistes du secteur privé; Oscar Jorda, Moritz Schularick, et Alan M. Taylor. 2017, « Macrofinancial History and the New Business Cycle Facts », dans NBER Macroeconomics Annual 2016, volume 31, révisé par Martin Eichenbaum et Jonathan A. Parker, Chicago, University of Chicago Press; calculs du ministère des Finances Canada

  • Année En pourcentage
    1930 -3.3
    1931 -15.4
    1932 -7.1
    1933 -7.1
    1934 10.6
    1935 8.1
    1936 5.4
    1937 9.4
    1938 2.6
    1939 6.0
    1940 13.7
    1941 14.0
    1942 17.7
    1943 4.5
    1944 3.8
    1945 -3.1
    1946 -1.0
    1947 4.4
    1948 1.8
    1949 2.2
    1950 7.4
    1951 5.7
    1952 7.3
    1953 4.7
    1954 -0.7
    1955 9.3
    1956 8.1
    1957 2.9
    1958 1.8
    1959 4.1
    1960 3.1
    1961 3.0
    1962 7.4
    1963 5.4
    1964 6.6
    1965 6.3
    1966 6.7
    1967 3.1
    1968 5.0
    1969 5.0
    1970 3.0
    1971 4.0
    1972 5.5
    1973 6.8
    1974 3.3
    1975 1.5
    1976 5.9
    1977 3.4
    1978 3.7
    1979 3.7
    1980 2.2
    1981 3.5
    1982 -3.2
    1983 2.6
    1984 5.9
    1985 4.7
    1986 2.1
    1987 4.1
    1988 4.4
    1989 2.3
    1990 0.2
    1991 -2.1
    1992 0.9
    1993 2.7
    1994 4.5
    1995 2.7
    1996 1.6
    1997 4.3
    1998 3.9
    1999 5.2
    2000 5.2
    2001 1.8
    2002 3.0
    2003 1.8
    2004 3.1
    2005 3.2
    2006 2.6
    2007 2.1
    2008 1.0
    2009 -2.9
    2010 3.1
    2011 3.1
    2012 1.8
    2013 2.3
    2014 2.9
    2015 0.7
    2016 1.0
    2017 3.2
    2018 2.0
    2019 1.7
    2020 -6.8

La baisse du produit intérieur brut (PIB) réel devrait atteindre son creux au cours du deuxième trimestre de 2020. Selon la moyenne des prévisions du secteur privé, on peut s’attendre à une baisse annualisée de 41 % (graphique 2.5). Au-delà du deuxième trimestre, les prévisions divergent de plus en plus en ce qui concerne le rythme de la relance, ce qui montre l’incertitude extrême associée aux perspectives économiques.

Étant donné la nature sans précédent de cette crise, et les impondérables entourant le virus, toute prévision devrait être envisagée avec prudence. Au cours de récentes récessions, les économies ont de façon générale retrouvé leurs niveaux d’activité antérieurs à la crise en quelques trimestres, selon le recul enregistré, à mesure que les entreprises et les consommateurs regagnaient en confiance et que l’économie reprenait de la vigueur. Cependant, la reprise actuelle pourrait être interrompue par une résurgence de la transmission communautaire non maîtrisée du virus dans une région ou de façon plus généralisée, ce qui suppose le besoin de rétablir certaines mesures de santé publique rigoureuses. C’est pourquoi le gouvernement prend d’importantes mesures pour réaliser une reprise sécuritaire et progressive de l’économie tout en investissant dans le dépistage, le retraçage de contacts et la capacité du système de santé afin d’atténuer et de gérer une éventuelle résurgence du virus. La meilleure politique économique consiste à contenir la propagation du virus.

Un environnement difficile pour les prévisions

L’incertitude est un facteur inhérent à toute projection. Cependant, dans le contexte actuel, l’incertitude est amplifiée à des niveaux jamais vus. En plus d’être dictée par des bilans de santé publique, la reprise peut ne pas suivre les tendances historiques – les crises peuvent avoir des conséquences profondes sur les économies, ce qui entraîne des changements permanents. Par exemple, les effets de l’offre découlant de la COVID-19 signifient qu’il se peut que l’économie ne soit pas en mesure de produire le même niveau de biens et de services, et ce, même si la demande revient aux niveaux antérieurs à la crise. Ainsi, la diminution du nombre de tables dans un restaurant en raison du maintien de la distanciation physique est susceptible de se traduire par un nombre réduit d’emplois et des niveaux d’activité moindre, même si le restaurant est en mesure d’adapter ses activités en intégrant un service à emporter. De plus, les restrictions sur les déplacements et la peur du virus peuvent aussi mener à des niveaux inférieurs d’immigration à court terme, limitant ainsi la croissance de la population active.

Les effets sur la demande demeurent eux aussi incertains, car le comportement des consommateurs et des entreprises dans la foulée des mesures de confinement est difficile à prévoir. Certains ménages peuvent s’inquiéter de la possibilité d’un avenir incertain et réagir en reportant certains achats importants, en augmentant leurs économies ou en réduisant leur dette, même si leur revenu global n’a pas été touché par la crise. D’autres qui ont perdu leur emploi et leur revenu au cours de cette crise seront confrontés à des circonstances difficiles jusqu’à ce qu’il y ait une indication claire de ce qui se déroulera à long terme. Certains peuvent simplement avoir économisé durant la phase du confinement et reprendront leurs habitudes de consommation antérieures à la crise dès qu’ils pourront le faire. Les entreprises pourraient aussi continuer d’hésiter à investir et à embaucher jusqu’à ce qu’elles puissent arriver à améliorer leurs bilans et à rétablir leur confiance quant aux perspectives de la demande. Il s’agit de facteurs importants qui pèsent sur toute prévision et renforcent le rôle important de l’ensemble des mesures extraordinaires prises par le gouvernement afin de stabiliser l’économie.

Chaque prévision inclut une marge d’erreur et d’incertitude. Dans le cadre de l’évolution de la pandémie au cours des derniers mois, les prévisionnistes ont constaté d’importantes fluctuations dans leurs propres estimations à mesure que de nouvelles données étaient publiées et intégrées. Les estimations du taux de croissance du PIB réel ont changé radicalement au cours des deux derniers mois; par exemple, au moment où le ministère des Finances a consulté un groupe d’économistes du secteur privé, au milieu du mois de mars, ceux-ci ne prévoyaient pratiquement aucune croissance de l’activité économique sur l’ensemble de l’année 2020. Deux mois plus tard, dans la consultation du mois de mai, ils ont considérablement réduit leurs prévisions à une baisse d’environ 7 % pour 2020.

À la lumière de cette incertitude, le Portrait économique et budgétaire 2020 présente un éventail d’estimations destinées à permettre aux Canadiens de comprendre les différents scénarios économiques possibles pour les prochains mois. On y trouve à la fois des variations dans les estimations tirées de l’enquête du ministère des Finances auprès d’économistes du secteur privé menée en mai, ainsi que les scénarios supplémentaires du ministère lui-même, fondés sur d’autres possibilités quant à la transmission de la COVID-19 et la relance économique.

À l’heure actuelle, la moyenne des prévisions du secteur privé, qui tient compte de l’incidence économique du soutien budgétaire décisif offert par le gouvernement, décrit un rebond plus rapide du PIB réel que dans les trois dernières récessions. Même si le Canada a réalisé des progrès dans le contrôle de l’épidémie de la COVID-19, et afin d’assurer une capacité suffisante des systèmes de santé, il y a un risque que certains secteurs de l’économie subissent de plus grandes difficultés dans les prochains mois, alors qu’ils composent avec de nouveaux règlements de santé et de sécurité, le changement de préférence des consommateurs et une reprise mondiale incertaine. Cette inégalité entre les secteurs de l’économie pourrait mener à un scénario de reprise plus graduelle et une divergence entre les régions. De plus, une éventuelle résurgence incontrôlée du virus et tout resserrement des mesures de santé publique subséquent risque d’entraîner un scénario de relance économique encore plus lente. Dans l’ensemble, le chemin vers la reprise demeure incertain et fondamentalement lié aux résultats en matière de santé publique, qui eux aussi sont incertains.

Graphique 2.5
Perspective de croissance du PIB réel du secteur privé

Sources : Statistique Canada; enquête de mai 2020 du ministère des Finances du Canada auprès d’économistes du secteur privé

  • 2019
    T4
    2020
    T1
    2020
    T2
    2020
    T3
    2020
    T4
    2021
    T1
    2021
    T2
    2021
    T3
    2021
    T4
    Fourchette 0.560227 -8.17282 -48.8557 -4.34116 7.659254 1.39844 1.779096 1.468113 1.654746
    Moyenne 0 0 15.89642 76.81485 20.19068 11.40156 5.511033 4.031887 4.545254
    Enquête de mai 2020 du secteur privé 0.560227 -8.17282 -40.645 32.24049 13.8011 6.124013 4.234416 3.179897 3.15682
Perspectives concernant le PIB réel

Nota – Les trois dernières récessions sont celles de 1981-1982, de 1990-1991 et de 2008-2009.

Sources : Statistique Canada; enquêtes de septembre 2019 et de mai 2020 du ministère des Finances du Canada auprès d’économistes du secteur privé

  • 2019
    T4
    2020
    T1
    2020
    T2
    2020
    T3
    2020
    T4
    2021
    T1
    2021
    T2
    2021
    T3
    2021
    T4
    Portrat économique et budgétaire 2020 2,101 2,057 1,806 1,936 2,000 2,030 2,051 2,067 2,083
    Fourcette (récession) 2,101 2,077 2,030 2,008 2,017 2,007 1,989 2,022 2,048
    Moyenne (récessions) 0 16 48 51 13 33 76 54 43
    Mise à jour de décembre 2019 2,101 2,110 2,118 2,127 2,136 2,146 2,156 2,166 2,175

Évolution et perspectives économiques

La COVID-19 a eu des répercussions sans précédent à l’échelle de l’économie canadienne

Les mesures de santé publique ont sauvé des vies et protégé l’économie canadienne d’un bilan qui aurait pu être bien pire à long terme. Cependant, elles ont également causé des perturbations importantes à l’économie canadienne. La fermeture des entreprises non essentielles, des écoles et des services de garde d’enfants, jumelée aux politiques de confinement et aux restrictions sur les rassemblements et sur les déplacements, a entraîné des arrêts soudains et importants des activités partout au Canada à partir du milieu du mois de mars.

Même si tous les Canadiens ont subi les répercussions économiques de la pandémie, l’action rapide et importante du gouvernement fédéral a permis de stabiliser l’économie canadienne et de limiter la gravité éventuelle des perturbations économiques. Le Plan a stoppé l’augmentation du niveau de chômage en protégeant les emplois : au début de mai, environ un travailleur du secteur privé sur quatre était couvert par la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC). Les mesures de soutien au revenu ont permis aux Canadiens de payer leurs factures et empêché les défauts de paiement de prêts hypothécaires. De plus, les mesures de soutien pour les entreprises ont soulagé certaines pressions sur leur liquidité, ce qui a permis de prévenir de coûteuses faillites d’entreprises. Les mesures prises par le gouvernement du Canada ont permis d’éviter des dommages à long terme pour l’économie et de mieux positionner le Canada en vue de la relance.

Les entreprises qui ne peuvent survivre sans la présence physique de consommateurs, comme le commerce de détail, le voyage, le divertissement, l’hôtellerie et le tourisme, et qui, dans certains cas, emploient une plus grande proportion de travailleurs à faible revenu, de minorités visibles et de femmes, continueront de fortement ressentir les répercussions de la pandémie. Cela représente des entreprises comme les restaurants, les hôtels et les installations sportives et culturelles (graphique 2.6). De plus, les Canadiens ont reporté des achats importants, entraînant une baisse sans précédent des ventes de véhicules automobiles et d’habitations. Parallèlement, les dépenses non discrétionnaires ont augmenté subitement en mars, dictées par des achats en masse de besoins de base comme la nourriture, les médicaments et les articles de toilette.

Graphique 2.6
Écart entre sommets et creux des indicateurs à haute fréquence
Écart entre sommets et creux des indicateurs à haute fréquence

Nota – Valeur monétaire totale des opérations par carte de débit effectuées par Interac. Les opérations par carte de débit effectuées par Interac se distinguent des transferts électroniques, des retraits en espèces des guichets automatiques bancaires et d’autres produits Interac.

Sources : OpenTable; Hotel News Resource; Transitapp.com; FlightRadar; Baker Hughes; DesRosiers Automotive Consultants; L’Association canadienne de l’immeuble; Interac Corp.

  • version texte
    %
    Opérations par carte de début effectuées par Interac -37
    Ventes de maisons existantes -57
    Ventes de véhicules automobiles -75
    Forage de puits de pétrole -79
    Trafic aérien -80
    Utilisation du transport en commun -80
    Occupation dans les hôtels -81
    Client des restaurants -100

Les entreprises ont considérablement réduit leurs investissements et leurs coûts généraux, en réaction à d’importantes pertes de revenu et à une incertitude élevée, mais les mesures de soutien du gouvernement comme la SSUC ont permis à nombre d’entre elles de garder leurs travailleurs en poste. Ce sont les petites et moyennes entreprises (PME), particulièrement dans les secteurs des services, qui ont été les plus directement touchées par les fermetures, étant donné leurs coussins financiers limités pour atténuer les impacts. Les répercussions du confinement en Chine au début de la pandémie se sont fait sentir sur la demande étrangère et ont commencé à avoir des répercussions sur les chaînes d’approvisionnement mondiales, donnant ainsi lieu à une baisse des importations et des exportations.

Ces facteurs, combinés à l’affaiblissement soudain de la demande et de la confiance, ont entraîné une baisse de 8,2 % du PIB réel au cours du premier trimestre de 2020 (exprimé en taux annuels), même si les mesures de confinement restrictives de santé publique n’étaient en place que depuis la moitié d’un mois (graphique 2.7). L’incidence complète des mesures de confinement devrait donner lieu à une baisse beaucoup plus grande du PIB réel au cours du deuxième trimestre, le niveau d’activité ayant diminué d’environ 20 % au sommet du confinement, en avril. Avec la reprise graduelle des activités en mai, la production dans plusieurs secteurs industriels a augmenté légèrement au cours du mois, mais demeure bien en deçà des niveaux antérieurs à la pandémie.

Les principales mesures liées au marché du travail mettent en évidence les répercussions économiques des efforts déployés par les Canadiens pour contenir la propagation de la COVID-19. Une combinaison de pertes d’emplois et de fortes réductions des heures travaillées a touché environ 5,5 millions de Canadiens de février à avril, soit environ 30 % de la population active. Le secteur des services a été le plus durement touché, particulièrement les domaines touchés par la fermeture des activités jugées non essentielles, et où il est plus difficile ou impossible de respecter la distanciation physique et d’adapter des modalités de travail flexibles, comme dans les restaurants qui ont une salle à manger. Les femmes ont connu une réduction légèrement plus forte des heures travaillées et perdu leurs emplois avant les hommes, ce qui reflète leur plus grande participation dans les emplois de certaines industries de service les plus durement touchées. De plus, en raison des incidences sectorielles différenciées, les travailleurs à faible revenu, les jeunes et les nouveaux immigrants tout juste arrivés au pays ont subi des pertes d’emplois plus importantes et des réductions importantes des heures travaillées durant la pandémie de la COVID-19.

Graphique 2.7
Évolution du PIB réel mensuel

Nota – Le relevé pour le mois de mai 2020 est une estimation préliminaire.

Source : Statistique Canada

  • Year G$ enchaînés de 2012
    Jan
    2005
    1 515
    Feb
    2005
    1 516
    Mar
    2005
    1 511
    Apr
    2005
    1 522
    May
    2005
    1 529
    Jun
    2005
    1 533
    Jul
    2005
    1 537
    Aug
    2005
    1 543
    Sep
    2005
    1 544
    Oct
    2005
    1 549
    Nov
    2005
    1 558
    Dec
    2005
    1 566
    Jan
    2006
    1 570
    Feb
    2006
    1 574
    Mar
    2006
    1 577
    Apr
    2006
    1 577
    May
    2006
    1 578
    Jun
    2006
    1 575
    Jul
    2006
    1 578
    Aug
    2006
    1 579
    Sep
    2006
    1 577
    Oct
    2006
    1 580
    Nov
    2006
    1 583
    Dec
    2006
    1 593
    Jan
    2007
    1 590
    Feb
    2007
    1 598
    Mar
    2007
    1 601
    Apr
    2007
    1 603
    May
    2007
    1 610
    Jun
    2007
    1 615
    Jul
    2007
    1 615
    Aug
    2007
    1 619
    Sep
    2007
    1 617
    Oct
    2007
    1 618
    Nov
    2007
    1 619
    Dec
    2007
    1 613
    Jan
    2008
    1 620
    Feb
    2008
    1 617
    Mar
    2008
    1 620
    Apr
    2008
    1 623
    May
    2008
    1 623
    Jun
    2008
    1 626
    Jul
    2008
    1 633
    Aug
    2008
    1 632
    Sep
    2008
    1 632
    Oct
    2008
    1 631
    Nov
    2008
    1 614
    Dec
    2008
    1 592
    Jan
    2009
    1 584
    Feb
    2009
    1 576
    Mar
    2009
    1 563
    Apr
    2009
    1 558
    May
    2009
    1 557
    Jun
    2009
    1 559
    Jul
    2009
    1 561
    Aug
    2009
    1 560
    Sep
    2009
    1 572
    Oct
    2009
    1 574
    Nov
    2009
    1 583
    Dec
    2009
    1 588
    Jan
    2010
    1 598
    Feb
    2010
    1 606
    Mar
    2010
    1 614
    Apr
    2010
    1 612
    May
    2010
    1 619
    Jun
    2010
    1 623
    Jul
    2010
    1 625
    Aug
    2010
    1 630
    Sep
    2010
    1 630
    Oct
    2010
    1 638
    Nov
    2010
    1 646
    Dec
    2010
    1 657
    Jan
    2011
    1 663
    Feb
    2011
    1 660
    Mar
    2011
    1 665
    Apr
    2011
    1 665
    May
    2011
    1 662
    Jun
    2011
    1 669
    Jul
    2011
    1 680
    Aug
    2011
    1 689
    Sep
    2011
    1 694
    Oct
    2011
    1 694
    Nov
    2011
    1 696
    Dec
    2011
    1 704
    Jan
    2012
    1 702
    Feb
    2012
    1 698
    Mar
    2012
    1 702
    Apr
    2012
    1 708
    May
    2012
    1 711
    Jun
    2012
    1 712
    Jul
    2012
    1 715
    Aug
    2012
    1 713
    Sep
    2012
    1 713
    Oct
    2012
    1 712
    Nov
    2012
    1 720
    Dec
    2012
    1 720
    Jan
    2013
    1 730
    Feb
    2013
    1 735
    Mar
    2013
    1 741
    Apr
    2013
    1 744
    May
    2013
    1 749
    Jun
    2013
    1 742
    Jul
    2013
    1 752
    Aug
    2013
    1 760
    Sep
    2013
    1 766
    Oct
    2013
    1 776
    Nov
    2013
    1 780
    Dec
    2013
    1 773
    Jan
    2014
    1 773
    Feb
    2014
    1 782
    Mar
    2014
    1 787
    Apr
    2014
    1 791
    May
    2014
    1 802
    Jun
    2014
    1 810
    Jul
    2014
    1 813
    Aug
    2014
    1 809
    Sep
    2014
    1 816
    Oct
    2014
    1 822
    Nov
    2014
    1 823
    Dec
    2014
    1 826
    Jan
    2015
    1 818
    Feb
    2015
    1 816
    Mar
    2015
    1 814
    Apr
    2015
    1 814
    May
    2015
    1 813
    Jun
    2015
    1 818
    Jul
    2015
    1 822
    Aug
    2015
    1 826
    Sep
    2015
    1 819
    Oct
    2015
    1 820
    Nov
    2015
    1 825
    Dec
    2015
    1 827
    Jan
    2016
    1 838
    Feb
    2016
    1 834
    Mar
    2016
    1 828
    Apr
    2016
    1 829
    May
    2016
    1 819
    Jun
    2016
    1 828
    Jul
    2016
    1 839
    Aug
    2016
    1 842
    Sep
    2016
    1 849
    Oct
    2016
    1 847
    Nov
    2016
    1 852
    Dec
    2016
    1 861
    Jan
    2017
    1 869
    Feb
    2017
    1 875
    Mar
    2017
    1 883
    Apr
    2017
    1 890
    May
    2017
    1 897
    Jun
    2017
    1 901
    Jul
    2017
    1 903
    Aug
    2017
    1 901
    Sep
    2017
    1 905
    Oct
    2017
    1 907
    Nov
    2017
    1 917
    Dec
    2017
    1 923
    Jan
    2018
    1 921
    Feb
    2018
    1 926
    Mar
    2018
    1 931
    Apr
    2018
    1 930
    May
    2018
    1 939
    Jun
    2018
    1 940
    Jul
    2018
    1 945
    Aug
    2018
    1 947
    Sep
    2018
    1 948
    Oct
    2018
    1 952
    Nov
    2018
    1 947
    Dec
    2018
    1 948
    Jan
    2019
    1 952
    Feb
    2019
    1 948
    Mar
    2019
    1 961
    Apr
    2019
    1 967
    May
    2019
    1 972
    Jun
    2019
    1 977
    Jul
    2019
    1 977
    Aug
    2019
    1 980
    Sep
    2019
    1 981
    Oct
    2019
    1 981
    Nov
    2019
    1 982
    Dec
    2019
    1 989
    Jan
    2020
    1 991
    Feb
    2020
    1 995
    Mar
    2020
    1 846
    Apr
    2020
    1 631
    May
    2020
    1 680
Travailleurs particulièrement touchés par la COVID-19, de la période précédant la COVID jusqu’à l’incidence maximale

Nota – La majorité des travailleurs qui ont conservé leur poste, mais qui ont vu leurs heures réduites considérablement (de plus de 50 %), n’avait aucune heure travaillée. Inclus les absences attribuables aux responsabilités de soins des enfants, d’autres responsabilités de soignants, les congés de maladie et les congés pour mise en quarantaine. Les absences incluent également certaines professions qui peuvent ne pas avoir perdu en salaires, comme les enseignants.

Sources : Statistique Canada; calculs du ministère des Finances Canada

  • Incidence de février à avril

    million de travailleurs
    Ont perdu leur emploi et demeurent sans emploi 1.3
    Ont conservé leur emploi, mais leurs heures ont été considérablement réduites 2.5
    Ont perdu leur emploi et quitté le marché du travail 1.8

Le taux de chômage a augmenté à 13,7 % en mai, par rapport à son plancher historique de 5,5 % en janvier, avant la crise. Il s’agit de son niveau le plus élevé depuis que des données comparables existent. Comme bon nombre de particuliers n’étaient pas disponibles ou étaient à la recherche d’un emploi, vu la situation, ils ne figurent pas au nombre des chômeurs officiels à la recherche d’un emploi, et ne sont donc pas comptabilisés dans la population active. Cela a contribué à la baisse du taux de participation à la population active à son niveau le plus bas jamais enregistré, au pire de la crise. Des millions de travailleurs canadiens ont pu conserver leur emploi ou retourner au travail grâce au soutien reçu par l’intermédiaire de la SSUC, ce qui a empêché une hausse encore plus forte du chômage et a permis de s’assurer que les Canadiens peuvent demeurer connectés à leurs emplois malgré leur arrêt de travail.

Deux mois plus tard, soit en mai, le marché du travail a commencé à montrer des signes encourageants, alors que la réouverture graduelle de l’économie a commencé à se faire sentir. Le nombre de Canadiens qui ont travaillé moins que la moitié de leurs heures régulières a chuté de près de 300 000, et environ 290 000 travailleurs mis à pied ont pu se trouver un emploi. De plus, les offres d’emploi augmentent, après avoir atteint un creux au milieu d’avril, surtout dans les provinces moins touchées par la pandémie, quoiqu’elles demeurent à des niveaux faibles par rapport aux années précédentes (graphique 2.8).

Graphique 2.8
Nouvelles offres d’emploi, par province, 2020

Nota – Les nouvelles offres d’emploi sont celles qui figurent sur Indeed depuis sept jours ou moins. Le dernier point de données est le 20 juin 2020.

Source : Indeed.com

  • Indice: 1er février 2020 = 100 Quebec Ontario British Columbia Atlantic Prairies
    1er février 100 100 100 100 100
    2 février 100.3713 100.0982 100.0148 100.9109 99.90289
    3 février 100.8239 100.1897 100.1136 102.0243 99.80752
    4 février 101.214 100.2452 100.3752 104.3233 100.0017
    5 février 101.8976 100.4153 100.3868 106.832 100.0382
    6 février 103.2731 101.785 100.7258 112.5361 100.8324
    7 février 104.506 103.4196 101.2195 118.6018 101.9387
    8 février 106.0784 105.319 101.891 124.3566 104.2676
    9 février 107.7556 107.1487 102.4687 130.1186 106.3277
    10 février 109.3444 108.9899 103.0167 135.8372 108.4849
    11 février 110.727 110.8806 103.8923 140.2906 110.7566
    12 février 111.8786 112.8037 105.3126 144.5344 113.3144
    13 février 110.9062 112.4522 105.5068 142.5752 114.2993
    14 février 110.0717 111.3737 105.2995 139.8135 114.5595
    15 février 108.4498 109.7622 104.5045 136.43 112.7612
    16 février 106.8433 108.0978 103.7277 133.1189 110.9716
    17 février 105.2816 106.3677 102.9657 129.7137 108.8751
    18 février 103.6951 102.4455 99.8239 124.6313 104.715
    19 février 102.3479 98.03551 96.01224 118.4644 99.75029
    20 février 102.3939 95.15448 93.01196 114.7918 95.52257
    21 février 101.953 92.92445 90.55973 111.6252 91.90352
    22 février 101.8623 91.16996 88.7724 108.784 89.51914
    23 février 101.7656 89.62614 87.1513 106.1596 87.27522
    24 février 101.689 88.23677 85.65692 103.6365 85.37812
    25 février 102.0132 90.81432 88.07459 105.2487 87.11048
    26 février 101.8658 94.2752 91.08474 108.0393 90.08618
    27 février 101.2329 96.90627 94.01261 110.7287 93.06883
    28  février 100.8757 99.22098 96.24595 113.0639 95.65609
    29  février 100.798 101.302 98.05303 116.0136 97.96938
    1er mars 100.7143 103.1716 99.61653 118.6813 100.2965
    2 mars 100.5646 104.9993 101.0895 121.6093 102.6774
    3 mars 100.1179 105.0142 100.6089 122.354 103.5185
    4 mars 100.2935 104.3713 99.95392 122.4913 103.9034
    5 mars 101.0643 104.2216 99.40916 123.6047 104.3873
    6 mars 101.5476 104.0753 99.78769 125.0868 105.074
    7 mars 101.5193 104.1661 100.3933 125.4338 106.0069
    8 mars 101.4993 104.4093 101.1027 125.8531 106.9364
    9 mars 101.5759 104.5021 101.7314 125.7663 107.4479
    10 mars 101.6101 104.3375 102.0704 125.4265 107.4271
    11 mars 101.4804 104.3422 102.2514 125.5061 107.3023
    12 mars 100.6424 104.0516 102.2646 124.3349 106.8739
    13 mars 99.97407 103.5903 101.2442 122.8022 105.993
    14 mars 99.09361 102.4475 99.60995 121.1611 104.2208
    15 mars 98.12475 101.1563 97.86705 119.2958 102.2803
    16 mars 96.99206 99.895 96.0501 117.5029 100.4249
    17 mars 94.96947 97.43058 93.48595 114.6689 97.41967
    18 mars 91.28733 93.26722 89.38958 109.4202 92.75322
    19 mars 86.60451 87.83574 83.95681 103.1883 86.72898
    20 mars 80.87268 81.37934 77.95625 95.78514 80.04231
    21 mars 74.65524 74.40879 71.35827 88.54829 73.31056
    22 mars 68.21739 67.33121 64.6204 81.45604 66.42621
    23 mars 61.81726 60.18656 57.92038 74.45055 59.66844
    24 mars 55.88506 54.26938 52.39381 69.06449 54.4731
    25 mars 50.92525 49.75918 48.42415 65.55813 50.81069
    26 mars 46.72804 46.47171 45.72012 63.33864 48.57197
    27 mars 43.36531 44.43406 44.06939 61.68305 47.19857
    28 mars 40.84062 43.35088 43.68263 59.86842 46.33326
    29 mars 38.50923 42.41741 43.35018 57.94534 45.6743
    30 mars 36.23088 41.62755 43.08191 56.14517 45.02055
    31 mars 34.38981 40.82143 42.33143 53.20272 44.0009
    1er avril 33.18639 40.25037 41.39497 50.24581 42.90842
    2 avril 32.77976 39.93876 40.58524 47.11538 42.09687
    3 avril 32.92002 39.57364 39.86768 45.27183 41.51074
    4 avril 33.16871 39.18277 38.94274 44.47658 41.20034
    5 avril 33.45631 38.77633 38.17745 43.81145 40.92635
    6 avril 33.81108 38.34617 37.42861 42.9439 40.59861
    7 avril 34.34855 38.01627 36.95463 42.71255 40.38358
    8 avril 34.82002 37.74192 36.71269 42.64748 40.46855
    9 avril 34.91903 37.31786 36.34568 43.04511 40.09052
    10 avril 34.6385 37.01574 35.91284 42.82099 39.6674
    11 avril 34.06096 36.29565 35.00436 41.41845 38.82983
    12 avril 33.45749 35.52408 34.01524 39.90023 37.69574
    13 avril 32.722 34.74438 32.99649 38.51215 36.58071
    14 avril 31.61995 34.03513 31.94977 37.29757 35.50731
    15 avril 30.55209 33.37398 30.98534 36.19867 34.08015
    16 avril 30.14427 32.97295 30.40931 35.3022 33.26859
    17 avril 30.07355 32.46896 29.86949 34.57924 32.55241
    18 avril 30.74774 33.13417 30.45868 35.09254 32.72929
    19 avril 31.61288 34.05207 31.22398 35.92394 33.46455
    20 avril 32.63478 35.04176 32.03864 36.84211 34.26223
    21 avril 34.5006 36.25026 33.41453 38.68566 35.50037
    22 avril 36.53026 37.45131 34.82003 40.9919 37.41134
    23 avril 37.81971 38.56768 36.02969 43.3343 38.96509
    24 avril 39.16103 39.80463 37.39241 46.16831 40.41653
    25 avril 40.46109 40.48882 38.82589 49.16859 41.51768
    26 avril 41.59732 41.08833 40.40421 51.99537 42.43675
    27 avril 42.6204 41.63093 41.99075 54.72094 43.44079
    28 avril 42.98461 41.90393 43.15762 56.07287 44.2246
    29 avril 43.10719 42.08412 44.25701 57.19346 44.52286
    30 avril 43.76134 42.11935 45.22309 58.00318 45.05696
    1er mai  44.26463 42.13899 46.13815 57.93811 46.04193
    2 mai 44.13852 42.16812 45.98015 57.80798 47.29048
    3 mai 44.05247 42.16473 45.54237 57.85859 48.59972
    4 mai 44.05837 42.17218 45.11117 58.27068 49.9263
    5 mai 44.46029 42.44315 44.90545 59.83227 51.42629
    6 mai 45.26414 42.95595 44.91203 61.28543 53.41356
    7 mai 46.05502 43.81016 45.32677 63.38924 55.65401
    8 mai 46.92251 44.86557 46.01307 66.09312 57.51643
    9 mai 48.45831 45.94875 47.55518 68.29092 59.06324
    10 mai 49.89864 46.86325 49.01664 70.27183 60.36555
    11 mai 51.28828 47.76759 50.47152 71.631 61.36092
    12 mai 52.66142 48.58387 51.89513 72.91064 62.21062
    13 mai 53.68567 49.25654 53.08175 74.71805 62.64241
    14 mai 54.14182 49.5756 54.13012 75.62898 62.20715
    15 mai 54.5461 49.70634 55.00732 76.2218 61.73028
    16 mai 54.59442 49.6806 55.26736 76.59051 61.06265
    17 mai 54.80894 49.75173 55.76274 76.73511 60.50081
    18 mai 54.97984 49.9685 56.25154 77.16165 60.20774
    19 mai 53.84362 49.21657 55.51258 75.09398 58.7355
    20 mai 52.90776 48.63671 55.07316 72.74436 57.28926
    21 mai 52.85118 48.49039 54.69956 70.85743 56.68753
    22 mai 53.09163 48.50191 54.26507 69.09341 56.34765
    23 mai 53.34268 48.51613 54.29634 67.59688 56.19332
    24 mai 53.45584 48.60149 54.2733 66.4546 56.11702
    25 mai 53.65385 48.44839 54.32432 65.34847 55.87424
    26 mai 56.09722 50.18527 56.61855 68.00896 57.76961
    27 mai 58.62191 51.74061 58.63959 69.78022 59.84185
    28 mai 60.47948 53.04327 60.36767 72.45518 61.69907
    29 mai 61.95752 54.28225 61.80445 75.68681 63.20773
    30 mai 61.78662 54.22738 61.28767 77.0026 62.94414
    31 mai 61.75243 54.17793 60.74785 78.39792 62.55051
    1er juin 61.78897 54.2897 60.09941 79.9812 62.34241
    2 juin 60.9757 53.69087 58.40753 80.34268 61.843
    3 juin 59.78171 53.24446 56.90492 82.09225 61.1615
    4 juin 58.77985 52.8292 55.40396 82.46819 60.41757
    5 juin 58.00429 52.21141 54.37369 82.40312 60.25803
    6 juin 60.84015 54.49496 56.73047 86.26374 63.87882
    7 juin 63.52514 56.82864 59.15966 89.92192 67.61406
    8 juin 66.00387 59.07425 61.62341 93.24754 71.18283
    9 juin 68.00877 60.87819 63.81396 95.38028 73.50304
    10 juin 70.24823 62.52159 65.83006 96.26952 75.96025
    11 juin 72.41461 64.29709 68.18518 97.61423 78.32729
    12 juin 74.27689 66.41806 70.31319 99.30596 80.04231
    13 juin 74.11188 67.12527 70.75756 99.38548 79.51862
    14 juin 74.05884 67.68346 71.04886 99.26981 78.8822
    15 juin 74.11188 68.34258 71.27434 99.28427 78.30475
    16 juin 74.50791 69.43592 71.8372 99.86264 78.28221
    17 juin 74.67056 70.74197 72.24206 100.4338 78.22498
    18 juin 74.9888 71.81499 72.23877 100.5784 78.07585
    19 juin 75.66418 72.75862 72.20915 99.97108 78.33943
    20 juin 76.31244 73.53764 72.25852 98.74928 79.01226
Nouvelles offres d’emploi, par mois (Canada)

Nota – Les nouvelles offres d’emploi sont celles qui figurent sur Indeed depuis sept jours ou moins. Le dernier point de données est le 20 juin 2020.

Source : Indeed.com

  • Indice: 1er février 2020 = 100 2019 2020
    1er février 109.8599 100
    2 février 108.3942 100.1627
    3 février 106.8136 100.3659
    4 février 105.3036 100.6575
    5 février 104.2009 101.0104
    6 février 103.7765 102.2951
    7 février 103.5136 103.7391
    8 février 103.5326 105.5593
    9 février 104.0354 107.3116
    10 février 104.6777 109.0533
    11 février 105.3311 110.8034
    12 février 105.6731 112.6331
    13 février 105.3642 112.3669
    14 février 104.889 111.6372
    15 février 104.1979 110.087
    16 février 103.7809 108.5333
    17 février 103.3381 106.9155
    18 février 102.8615 103.5967
    19 février 101.138 99.86471
    20 février 99.64492 97.41747
    21 février 98.43597 95.30683
    22 février 97.46066 93.76915
    23 février 96.25878 92.36922
    24 février 95.146 91.1168
    25 février 94.12695 92.95223
    26 février 95.87707 95.36198
    27 février 98.07437 97.30581
    28  février 100.2575 99.00785
    29  février 102.2495 100.6148
    1er mars 104.2509 102.0957
    2 mars 106.1963 103.5462
    3 mars 108.0804 103.5456
    4 mars 108.7093 103.3103
    5 mars 109.106 103.4807
    6 mars 109.7162 103.7899
    7 mars 110.6996 104.0922
    8 mars 111.8406 104.4652
    9 mars 112.8934 104.7002
    10 mars 113.9195 104.6826
    11 mars 114.7057 104.6652
    12 mars 115.6335 104.255
    13 mars 116.4588 103.563
    14 mars 116.8672 102.2965
    15 mars 116.9794 100.9003
    16 mars 117.2608 99.483
    17 mars 117.5944 97.03169
    18 mars 118.1174 92.89817
    19 mars 118.1571 87.52364
    20 mars 117.401 81.21726
    21 mars 116.4781 74.48708
    22 mars 115.7327 67.6197
    23 mars 114.9342 60.764
    24 mars 114.2485 55.00723
    25 mars 113.5688 50.61887
    26 mars 113.1762 47.39682
    27 mars 113.5109 45.22886
    28 mars 114.2414 43.93487
    29 mars 114.6522 42.78596
    30 mars 115.1619 41.72535
    31 mars 115.4566 40.57318
    1er avril 115.6688 39.61906
    2 avril 115.768 39.02409
    3 avril 115.8696 38.62881
    4 avril 116.0185 38.29682
    5 avril 116.8207 38.0026
    6 avril 117.3116 37.69724
    7 avril 118.0128 37.5739
    8 avril 118.6385 37.55433
    9 avril 119.3008 37.29923
    10 avril 119.5945 36.97431
    11 avril 119.5671 36.21715
    12 avril 119.1291 35.36899
    13 avril 118.8708 34.49338
    14 avril 118.2943 33.56045
    15 avril 117.8968 32.60959
    16 avril 117.5091 32.08744
    17 avril 117.6107 31.61798
    18 avril 117.9878 32.18062
    19 avril 116.6324 33.02009
    20 avril 114.8777 33.9427
    21 avril 113.1982 35.35296
    22 avril 110.3657 36.93709
    23 avril 107.3496 38.23026
    24 avril 103.7616 39.6139
    25 avril 99.9022 40.72287
    26 avril 99.53897 41.74926
    27 avril 99.94349 42.73951
    28 avril 100.508 43.3141
    29 avril 102.8879 43.68982
    30 avril 105.6584 44.13401
    1er mai  108.9489 44.56951
    2 mai 112.4921 44.71838
    3 mai 114.3403 44.83113
    4 mai 115.8152 44.98652
    5 mai 117.2353 45.4481
    6 mai 117.8881 46.21422
    7 mai 118.5276 47.24359
    8 mai 118.7849 48.37783
    9 mai 118.5939 49.75278
    10 mai 118.4133 50.97884
    11 mai 118.1356 52.11634
    12 mai 117.802 53.18837
    13 mai 117.6387 54.03355
    14 mai 117.1008 54.41851
    15 mai 116.7256 54.67035
    16 mai 116.8123 54.6459
    17 mai 116.6563 54.74479
    18 mai 116.5599 54.94501
    19 mai 116.4931 53.94743
    20 mai 113.9486 53.1142
    21 mai 111.0566 52.82106
    22 mai 108.2619 52.69311
    23 mai 105.3221 52.66838
    24 mai 102.7148 52.66078
    25 mai 100.1793 52.56297
    26 mai 97.78993 54.61629
    27 mai 99.88535 56.56772
    28 mai 102.9873 58.20999
    29 mai 105.8782 59.66725
    30 mai 108.6197 59.54527
    31 mai 111.1435 59.43253
    1er juin 113.656 59.43226
    2 juin 116.0079 58.68325
    3 juin 115.9003 57.9625
    4 juin 115.1295 57.22925
    5 juin 114.4085 56.60875
    6 juin 113.9024 59.31761
    7 juin 113.59 62.03136
    8 juin 113.1824 64.60439
    9 juin 112.7809 66.5906
    10 juin 112.6111 68.48743
    11 juin 112.6068 70.49211
    12 juin 112.6448 72.44001
    13 juin 112.6081 72.65002
    14 juin 110.5171 72.78097
    15 juin 108.3187 72.99151
    16 juin 106.1336 73.63049
    17 juin 103.9434 74.29066
    18 juin 101.9226 74.78266
    19 juin 99.80086 75.34041
    20 juin 97.57639 75.87588

Cependant, les taux d’emploi et de participation à la population active demeurent bien en deçà de leurs niveaux d’avant la crise, et il reste beaucoup de terrain à reprendre pour un grand nombre de Canadiens qui travaillent moins que leurs heures régulières. Les pertes d’emploi demeurent importantes dans bien des secteurs à bas salaires (graphique 2.9), et moins de femmes ont pu retourner au travail au début de la reprise de l’économie en mai. Plus particulièrement, les heures de travail des mères ayant de jeunes enfants ont diminué proportionnellement davantage que pour les pères et mères ayant des enfants plus vieux, ce qui indique que le travail de soins non payé au foyer est effectué de façon disproportionnée par des femmes. Cette situation met en évidence le rôle important de l’égalité entre les sexes et les services de garde d’enfants pour aider les Canadiens à retourner au travail.

Graphique 2.9
Pourcentage de travailleurs mis à pied depuis février, par industrie
Pourcentage de travailleurs mis à pied depuis février, par industrie

Nota – Les estimations ne sont pas désaisonnalisées.

Sources : Statistique Canada; calculs du ministère des Finances Canada

  • version texte
    Février à avril Avril à mai Incidence nette
    Hébergement et restauration -50 3.408167 -46.6162
    Information, culture et loisirs -23.8474 -0.84757 -24.695
    Other Services -22.7245 1.465292 -21.2592
    Commerce de gros et de détail -20.2062 3.713601 -16.4926
    Soutien aux entreprises et aux immeubles -12.3934 -3.94754 -16.341
    Construction -21.1989 4.947305 -16.2516
    Transport et entreposage -13.8612 -2.3715 -16.2327
    Toutes les industries -15.6571 1.509167 -14.1479
    Febrication -17.3413 4.548068 -12.7932
    Services éducatifs -11.5329 1.609411 -9.9235
    Soins de santé et aide sociale -9.10247 0.135087 -8.96738
    Agriculture -7.29685 -0.76285 -8.0597
    Services professionnels -4.74758 -0.82539 -5.57297
    Services publics -3.81844 0.216138 -3.60231
    Ressources naturelles -7.40502 4.539601 -2.86542
    Administration publique -2.48294 -0.30666 -2.78959
    Finances et biens immobiliers -3.62027 1.279163 -2.34111

Dans l’ensemble, plus de 8 millions de Canadiens ont demandé la Prestation canadienne d’urgence (PCU). Les nouvelles demandes hebdomadaires ont atteint un sommet au début du mois d’avril, environ au même moment où les offres d’emploi étaient au plus bas dans toutes les régions du Canada. Fait encourageant, les demandes soutenues pour la PCU ont depuis diminué alors que les possibilités des chercheurs d’emploi ont commencé à s’améliorer. En fait, on estime que près de 1,2 million de Canadiens avaient cessé de demander un soutien au revenu par l’intermédiaire de la PCU à la fin du mois de mai. De plus, la SSUC allège les pressions de liquidité et offre un soutien aux employeurs, ce qui leur permet de garder plus de Canadiens au travail, d’aider à prévenir d’autres pertes d’emploi et de veiller à ce que les entreprises et les travailleurs puissent reprendre plus facilement leurs activités à mesure que l’économie rouvre (graphique 2.10).

Graphique 2.10
Pourcentage des travailleurs du secteur privé couverts par les demandes pour la SSUC, en mai, par industrie
Pourcentage des travailleurs du secteur privé couverts par les demandes pour la SSUC, en mai, par industrie

Nota – L’emploi dans le secteur privé inclut les employés du secteur privé et les travailleurs indépendants constitués en société. Pour éviter un double comptage, seules les demandes pour la deuxième période de SSUC (du 12 avril au 9 mai) sont incluses. Les estimations ne sont pas désaisonnalisées.

Sources : Agence du revenu du Canada; Statistique Canada; calculs du ministère des Finances Canada

  • version texte

    Ce graphique permet d’observer la répartition par activité des travailleurs du secteur privé, y compris les travailleurs autonomes constitués en personnes morales, visés par les demandes de Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) en mai. Près d’un quart des employés du privé, tous secteurs confondus, ont fait l’objet d’une demande de SSUC au cours de cette période.

    Dans le secteur privé, les demandes liées à la SSUC émanaient avant tout de l’industrie hôtelière et alimentaire, dont les effectifs représentaient 44 % des travailleurs visés par ces demandes. On a aussi enregistré un nombre élevé de demandes pour des travailleurs du commerce en gros et de l’enseignement. Les travailleurs du domaine agricole, de l’exploitation forestière, de la chasse et de la pêche, des services publics et de la finance et des assurances représentent une proportion moins élevée des demandes de SSUC dans le secteur privé.

Le secteur des services est au cœur du ralentissement et des mises à pied, avec des baisses importantes de la production et de l’emploi dans les secteurs du voyage aérien et de l’hébergement. Les services d’hébergement et d’alimentation ont connu des pertes d’emploi particulièrement graves. Il s’agit d’un fait important sur le plan de l’équité, puisque les femmes et les Canadiens qui s’identifient comme membres d’une minorité visible sont représentés en plus grands nombres dans ce secteur que dans l’ensemble de la population. Le secteur des biens a toutefois subi de lourdes pertes, étant donné que les industries de la fabrication et de la construction ont dû composer avec des baisses considérables tant de la demande intérieure qu’étrangère, et avec des restrictions de leurs activités imposées par le gouvernement. Les entreprises canadiennes qui dépendent des pièces ou d’autres fournitures provenant de l’étranger ou qui sont elles-mêmes des fournisseurs de partenaires mondiaux ont connu des interruptions de production au moment de la chute de la production mondiale, au cours du printemps, avant de se stabiliser plus récemment à des niveaux faibles (graphique 2.11). Entre-temps, les données hebdomadaires des chemins de fer canadiens indiquent des baisses importantes des envois de biens importants jusqu’au milieu du mois de mai, y compris les automobiles, dont la production nord-américaine a été interrompue pendant deux semaines et dont les ventes se sont effondrées.

Graphique 2.11
Indice d’activité manufacturière

Nota – Un relevé supérieur ou inférieur à 50 indique une expansion ou une contraction de l’activité commerciale au cours du dernier mois, tel que signalé par les directeurs d’achats sondés. Le dernier point de données est juin 2020.

Source : IHS Markit

  • Index
    Ce graphique illustre l’indice d’activité manufacturière au Canada, aux États-Unis, dans la zone euro et en Chine, tous en baisse graduelle entre 2018 et les premiers mois de 2020. En février 2020, l’indice de la Chine chute brièvement à un niveau considérablement inférieur à 50 pour remonter le mois suivant au-dessus de ce seuil, alors que les trois autres indices peinent à l’atteindre en juin 2020 malgré un léger rebondissement depuis les planchers touchés en avril. 
Chargements ferroviaires de CN Rail

Nota – Le dernier point de données correspond à la semaine commençant le 21 juin 2020.

Source : Mesures hebdomadaires du CN

  • Variation en % Toutes les expéditions (échelle de gauche) Secteur de l'automobile (échelle de droite) Exploitation minière (échelle de droite)
    15 mars 0 0 0
    22 mars -5.9015 -63.4741 3.829623
    29 mars -5.88644 -84.1056 -10.1121
    5 avril -5.81138 -88.174 -5.24824
    12 avril -7.34985 -92.1032 -9.07082
    19 avril -7.78204 -91.795 -14.5834
    26 avril -10.1666 -89.0407 -19.9226
    3 mai -10.6002 -91.352 -31.6704
    10 mai -13.7108 -91.5061 -35.3793
    17 mai -14.3711 -81.4906 -25.9879
    24 mai -10.3577 -73.5038 -29.415
    31 mai -10.2103 -56.405 -52.9756
    7 juin -7.47471 -46.5802 -49.4047
    14 juin -5.4238 -36.8029 -22.4017
    21 juin -7.87428 -35.7138 -18.5934

Les régions productrices de pétrole du Canada doivent composer avec le défi supplémentaire que constitue la baisse spectaculaire du cours mondial du pétrole brut, sous l’effet des perspectives relatives à une demande considérablement plus basse en raison de la pandémie et de l’offre accrue des pays producteurs de l’OPEP+, ce qui a donné lieu à une accumulation rapide des stocks mondiaux de pétrole. En avril, ces conditions ont contribué à des niveaux planchers historiques des prix de référence; certains ont même été brièvement négatifs (graphique 2.12). Les producteurs canadiens, faisant face à des conditions d’offre excédentaires prolongées, ont répondu par une réduction considérable de leur production, des investissements, et d’embauche. En particulier, l’emploi dans le secteur des services de soutien minier et pétrolier et gazier a diminué de plus de 15 % entre le mois de février et le mois de mai. Le cours du pétrole, même s’il a montré des signes d’amélioration au cours des dernières semaines, demeure bien en deçà des niveaux d’avant la crise.

En avril, le gouvernement du Canada a annoncé un financement de 1,72 milliard de dollars pour les gouvernements de l’Alberta, de la Saskatchewan et de la Colombie-Britannique, ainsi que pour l’Orphan Well Association de l’Alberta, afin de nettoyer les puits pétroliers et gaziers orphelins et inactifs. Ce financement contribuera à maintenir environ 5 300 emplois en Alberta seulement. De plus, le Fonds de réduction des émissions de 750 millions de dollars fournira aux sociétés pétrolières et gazières traditionnelles et extracôtières des contributions remboursables pour soutenir l’investissement afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et entreprendre des activités de recherche et de développement.

Graphique 2.12
Cours du pétrole brut

Nota – Le prix des pétroles de référence West Texas Intermediate (WTI) et Western Canada Select (WCS) – pétrole brut de l’Ouest canadien. Le dernier point de données est le 30 juin 2020.

Source : Bloomberg

  • Sur ce graphique, on observe que les cours du brut, à environ 60 USD (WTI) et 40 USD (WCS) en début d’année 2020, fléchissent jusqu’à la mi-avril, le WTI se repliant alors brièvement en territoire négatif. Les deux cours sont depuis repartis à la hausse, mais demeurés inférieurs à ceux observés en début d’année : ils étaient à 40 USD (WTI) et à 30 USD (WCS) à la fin du mois de juin.

Perspectives relatives à la production de pétrole brut canadienne en 2020

Sources : Agence internationale de l’énergie, Oil Market Report, juin 2020; calculs du ministère des Finances Canada

  • Millions de barils par jour Mars 2020 Avril 2020 Mai 2020 Juin 2020 Juillet 2020 Août 2020 Septembre 2020 Octobre 2020 Novembre 2020 Décembre 2020
    Production en 2019 (même mois) 5.58 5.68 5.4 5.52 5.55 5.6 5.35 5.45 5.7 5.8
    Prévision de janvier 2020 5.74 5.61 5.61 5.61 5.64 5.64 5.64 5.69 5.69 5.69
    Prévision en juin 2020 5.68 5.15 4.62 4.59 4.82 4.95 4.8 4.97 5.22 5.3

Le pire est derrière nous, mais la reprise sera graduelle et inégale

Pour l’économie canadienne et l’économie mondiale, de plus en plus de signes indiquent que le pire du choc économique est maintenant terminé. Partout au Canada, les paliers de gouvernement collaborent afin de rouvrir les économies de manière sécuritaire, guidés par les considérations d’ordre sanitaire. La récession semble avoir atteint son niveau le plus bas à la fin du mois d’avril, même si l’économie demeure encore en grande partie au ralenti. En mai, encouragées par les signes indiquant que la transmission de la COVID-19 était de plus en plus atténuée et que des mesures de santé publique suffisantes étaient en place pour détecter et gérer les zones de transmission émergentes, les administrations partout au Canada ont commencé à prendre des mesures pour la réouverture sécuritaire des aspects de l’économie qui avaient été restreints. Heureusement, un nombre accru d’entreprises de tous les secteurs, comme le détail, la fabrication et la construction, déclarent être maintenant complètement ouvertes.

Ces mesures se sont traduites par un léger rebond en ce qui a trait aux mesures de mobilité et à la présence sur les lieux de travail à l’échelle du pays (graphique 2.13). Les dépenses hebdomadaires par carte de crédit et de débit portent à croire que les ventes ont repris à partir de la mi-avril. Les ventes et l’inscription d’habitations ont aussi connu un rebond partiel au cours des dernières semaines. Les mesures de report des paiements hypothécaires et de soutien au revenu, comme la SSUC et la PCU, ont permis d’éviter une hausse des ventes de détresse, ce qui a gardé les prix des maisons relativement stables, jusqu’à présent, et a permis de prévenir des dommages à long terme pour l’économie.

Les mesures décisives prises par le gouvernement, comme la SSUC et la PCU, ont permis de maintenir le pouvoir d’achat des consommateurs et ont procuré une plus grande confiance aux ménages qu’ils avaient le soutien nécessaire pour répondre à leurs besoins. À mesure que l’activité économique augmente et que les secteurs se remettent en marche, la production économique plus forte, découlant d’une augmentation des dépenses, se traduira par un rebond plus important de la croissance du PIB réel. Au-delà de ces rebonds initiaux, le rythme de la croissance économique demeurera probablement lent, car certaines mesures de confinement, comme les restrictions sur les déplacements, seront en place pour quelque temps. De plus, l’ajustement potentiel des mesures de santé publique en fonction de l’évolution de l’épidémie ajoute à l’incertitude concernant le rythme de la croissance économique au cours de la relance.

Graphique 2.13
Tendances en matière de mobilité, par province

Nota – Le point de référence correspond à la valeur médiane du même jour de la semaine de travail pendant une période de cinq semaines allant du 3 janvier au 6 février 2020. Le dernier point de données est le 27 juin 2020. Moyenne de visites des catégories de destination pour les commerces de détail et de loisir et les lieux de travail.

Source : Rapport sur la mobilité communautaire de Google

  • Changement par rapport au point de références avant la COVID-19 (%) Canada Terre-Neuve-et-Labrador Île-du-Prince-Édouard Nouvelle-Écosse Nouveau-Brunswick Québec Ontario Manitoba Saskatchewan Alberta Colombie-Britannique 
    Baisse jusqu'à la mi-avril -75.5 -77.5 -82 -83.5 -84 -72 -84 -78.5 -67 -67.5 -65
    Rebond jusqu'à la mi-avril 59 67.5 76 69.5 74 55 65 69 54.5 52.5 45.5
    Mouvements actuels par rapport à la situation avant la COVID-19 -16.5 -10 -6 -14 -10 -17 -19 -9.5 -12.5 -15 -19.5
Activité dans les restaurants et les hôtels et dépenses des consommateurs

Nota – Dans toutes les catégories, il s’agit de clients de restaurants qui mangent sur place : réservations en ligne, réservations par téléphone et clients sans réservation. Les derniers points de données sont le 30 juin 2020 pour les restaurants, la semaine se terminant le 27 juin 2020 pour les hôtels et le 29 juin pour les transactions débitrices par Interac (valeur monétaire totale, moyenne mobile sur sept jours). Interac est le réseau utilisé pour la plupart des transactions débitrices au point de vente au Canada. Les transactions débitrices par Interac sont distinctes des transferts électroniques, des retraits en espèces des guichets automatiques bancaires et d’autres produits Interac.

Sources : OpenTable, Hotel News Resource; Interac Corp.

  • Changement d'uen année à l'autre (%)
    29 février -1.6
    7 mars -5.2
    14 mars -24.3
    21 mars -65
    28 mars -76.1
    4 avril -79
    11 avril -81.2
    18 avril -77.7
    25 avril -76.9
    2 mai -75.8
    9 mai -73.9
    16 mai -72.5
    23 mai -71.5
    30 mai -70.4
    6 juin -70.3
    13 juin -68
    20 juin -66.1
    27 juin -62.2

Entretemps, les indicateurs actuels comme les voyages aériens, la fréquentation des restaurants et les visites à l’hôtel indiquent que bon nombre de services fonctionnent encore à une fraction de leurs niveaux d’avant la crise, malgré l’assouplissement de certaines restrictions. La baisse des chargements ferroviaires porte également à croire que les volumes commerciaux pourraient continuer de diminuer en mai, malgré la réouverture initiale partout au pays, puisque les dernières données tendent vers une certaine amélioration en juin.

Ces premières étapes, en plus d’une intervention de politique publique solide, ont coïncidé avec un certain regain de confiance chez les consommateurs et du côté des entreprises. Pour la plupart des économies avancées, les relevés de l’activité commerciale se sont améliorés en mai et en juin, par rapport au creux enregistré en avril, même si les niveaux d’activité demeurent à un niveau bas puisque seuls certains volets de leur économie respective ont commencé à rouvrir. Au Canada, les derniers relevés des indices de confiance des consommateurs et des entreprises du Conference Board se sont considérablement améliorés, mais ils demeurent à des niveaux historiquement bas. Et même si les récents relevés pour les petites entreprises démontrent des signes encourageants d’amélioration, beaucoup d’entreprises continuent de signaler qu’elles exercent leurs activités sous la moitié de leur capacité normale, dans un contexte de faiblesse de la demande et de restrictions liées à la santé (graphique 2.14).

Graphique 2.14
Confiance des consommateurs

Nota – Le dernier point de données est le juin 2020.

Source : Conference Board du Canada

  • Entre 2008 et 2019, la confiance des consommateurs s’est maintenue entre 55 et 130, ce qui correspond généralement à la moyenne de 105 enregistrée depuis 2002 et au cycle économique. En janvier et en février 2020, la confiance du consommateur dépasse la moyenne historique, avant de plonger juste au-dessus de 45 en mars, et de repartir à la hausse pendant les deux mois suivants. Elle est à environ 80 depuis mai 2020.

Confiance des petites entreprises

Nota – L’indice réunit les réponses sur le solde des opinions (beaucoup plus forte, un peu plus forte et à peu près pareil); un niveau d’indice d’environ 65 indique que l’économie croît selon son potentiel. Le dernier point de données est juin 2020.

Source : Fédération canadienne de l’entreprise indépendante

  • Indice Confiance des consommateurs Moyenne historique
    janv. 2008
    févr. 2008
    mars 2008
    avr. 2008
    mai 2008
    juin 2008
    juil. 2008
    août 2008
    sept. 2008 59.9 60.9
    oct. 2008 45.2 60.9
    nov. 2008 44.5 60.9
    déc. 2008 39.4 60.9
    janv. 2009 39.4 60.9
    févr. 2009 45.0 60.9
    mars 2009 43.1 60.9
    avr. 2009 55.0 60.9
    mai 2009 60.3 60.9
    juin 2009 58.5 60.9
    juil. 2009 58.6 60.9
    août 2009 65.7 60.9
    sept. 2009 68.7 60.9
    oct. 2009 67.0 60.9
    nov. 2009 68.0 60.9
    déc. 2009 63.8 60.9
    janv. 2010 67.0 60.9
    févr. 2010 68.5 60.9
    mars 2010 69.7 60.9
    avr. 2010 66.2 60.9
    mai 2010 67.3 60.9
    juin 2010 66.4 60.9
    juil. 2010 65.7 60.9
    août 2010 64.9 60.9
    sept. 2010 63.6 60.9
    oct. 2010 67.0 60.9
    nov. 2010 64.2 60.9
    déc. 2010 69.3 60.9
    janv. 2011 68.8 60.9
    févr. 2011 69.2 60.9
    mars 2011 69.2 60.9
    avr. 2011 70.6 60.9
    mai 2011 66.6 60.9
    juin 2011 66.2 60.9
    juil. 2011 67.9 60.9
    août 2011 61.9 60.9
    sept. 2011 62.9 60.9
    oct. 2011 63.4 60.9
    nov. 2011 63.7 60.9
    déc. 2011 65.2 60.9
    janv. 2012 65.1 60.9
    févr. 2012 66.0 60.9
    mars 2012 67.7 60.9
    avr. 2012 66.5 60.9
    mai 2012 64.8 60.9
    juin 2012 62.0 60.9
    juil. 2012 60.9 60.9
    août 2012 60.0 60.9
    sept. 2012 62.1 60.9
    oct. 2012 66.3 60.9
    nov. 2012 62.7 60.9
    déc. 2012 62.5 60.9
    janv. 2013 65.4 60.9
    févr. 2013 66.3 60.9
    mars 2013 62.8 60.9
    avr. 2013 62.4 60.9
    mai 2013 62.1 60.9
    juin 2013 59.6 60.9
    juil. 2013 64.5 60.9
    août 2013 65.8 60.9
    sept. 2013 64.5 60.9
    oct. 2013 65.0 60.9
    nov. 2013 65.7 60.9
    déc. 2013 62.8 60.9
    janv. 2014 63.9 60.9
    févr. 2014 64.6 60.9
    mars 2014 64.1 60.9
    avr. 2014 65.9 60.9
    mai 2014 67.1 60.9
    juin 2014 63.5 60.9
    juil. 2014 63.0 60.9
    août 2014 65.4 60.9
    sept. 2014 65.7 60.9
    oct. 2014 67.6 60.9
    nov. 2014 65.9 60.9
    déc. 2014 61.9 60.9
    janv. 2015 63.5 60.9
    févr. 2015 59.1 60.9
    mars 2015 61.5 60.9
    avr. 2015 60.5 60.9
    mai 2015 60.6 60.9
    juin 2015 59.4 60.9
    juil. 2015 58.2 60.9
    août 2015 56.7 60.9
    sept. 2015 56.0 60.9
    oct. 2015 58.9 60.9
    nov. 2015 58.7 60.9
    déc. 2015 55.7 60.9
    janv. 2016 54.3 60.9
    févr. 2016 54.7 60.9
    mars 2016 52.3 60.9
    avr. 2016 59.2 60.9
    mai 2016 58.2 60.9
    juin 2016 60.0 60.9
    juil. 2016 57.6 60.9
    août 2016 59.8 60.9
    sept. 2016 59.0 60.9
    oct. 2016 57.7 60.9
    nov. 2016 59.4 60.9
    déc. 2016 60.7 60.9
    janv. 2017 60.1 60.9
    févr. 2017 62.9 60.9
    mars 2017 62.9 60.9
    avr. 2017 64.4 60.9
    mai 2017 66.0 60.9
    juin 2017 60.9 60.9
    juil. 2017 60.7 60.9
    août 2017 59.8 60.9
    sept. 2017 56.9 60.9
    oct. 2017 57.2 60.9
    nov. 2017 59.3 60.9
    déc. 2017 59.7 60.9
    janv. 2018 62.7 60.9
    févr. 2018 62.4 60.9
    mars 2018 60.7 60.9
    avr. 2018 56.6 60.9
    mai 2018 62.5 60.9
    juin 2018 62.2 60.9
    juil. 2018 56.8 60.9
    août 2018 61.6 60.9
    sept. 2018 61.4 60.9
    oct. 2018 60.5 60.9
    nov. 2018 61.2 60.9
    déc. 2018 53.6 60.9
    janv. 2019 56.1 60.9
    févr. 2019 59.0 60.9
    mars 2019 55.9 60.9
    avr. 2019 56.7 60.9
    mai 2019 59.7 60.9
    juin 2019 61.5 60.9
    juil. 2019 57.8 60.9
    août 2019 60.6 60.9
    sept. 2019 59.3 60.9
    oct. 2019 59.8 60.9
    nov. 2019 56.1 60.9
    déc. 2019 55.5 60.9
    janv. 2020 55.3 60.9
    févr. 2020 60.5 60.9
    mars 2020 30.8 60.9
    avr. 2020 46.4 60.9
    mai 2020 52.5 60.9
    juin 2020 54.6 60.9
Figure 2.2
Il faudra un certain temps pour que les consommateurs et les entreprises reviennent à leurs comportements d’avant la crise et retrouvent leur confiance
  • version texte

    Le tableau comprend trois boîtes de texte, qui contiennent ce qui suit :

    1) Les consommateurs seront hésitants à reprendre leurs vieilles habitudes et continueront d’appliquer une certaine distanciation sociale en raison des risques continus pour la santé (« PDS », ou peur de sortir).

    2) Les dépenses des ménages pourraient être freinées par l’émergence d’une incertitude concernant les perspectives d’emploi et de revenu, de même que par les effets négatifs durables (comme une dette plus élevée).

    3) Les entreprises pourraient être inquiètes au sujet de la force de la demande et de la résurgence de la transmission non contrôlée du virus, et donc se montrer prudentes avant d’embaucher ou d’investir.

La COVID-19 et les mesures prises pour en contenir la propagation ont réduit brusquement les revenus et imposé une pression importante sur la liquidité des entreprises, se traduisant en un stress financier important pour un grand nombre d’entre elles. Les baisses de revenu d’entreprise étaient généralisées, mais la plus forte incidence a été ressentie dans les secteurs de l’hébergement et de la restauration, ainsi que dans les secteurs des arts, du spectacle et des loisirs. Les PME ont également été particulièrement touchées; seulement 58 % d’entre elles avaient complètement repris leurs activités en date du 30 juin et certains secteurs avaient de la difficulté à rouvrir – seulement environ 23 % des PME interrogées ont réalisé leurs ventes habituelles (graphique 2.15).

Graphique 2.15
Pourcentage des petites entreprises entièrement ouvertes au 30 juin, par secteur
Pourcentage des petites entreprises entièrement ouvertes au 30 juin, par secteur

Source : Fédération canadienne de l’entreprise indépendante

  • version texte
    per cent
    Accueil 28
    Arts et loisirs 36
    Services sociaux 42
    Commerce de détail 55
    Finances et biens immobiliers 56
    Toutes les entreprises 58
    Transport 58
    Gestion de l'entreprise 62
    Services professionnels 66
    Services personnels 69
    Commerce de gros 69
    Fabrication  72
    Agriculture 77
    Construction 83

Le soutien général offert grâce au Plan aide les entreprises à couvrir leurs frais fixes et à combler les déficits de liquidité au cours des mois les plus difficiles de la crise. À ce jour, le nombre de faillites et le niveau des arriérés demeurent faibles. Les entreprises ont amélioré leur trésorerie par le recours aux reports des obligations financières et l’allègement du loyer, en obtenant un soutien financier direct et en puisant dans leurs marges de crédit bancaire. Les autorisations de crédit des institutions financières et la croissance du crédit des entreprises ont augmenté depuis mars 2020, ce qui porte à croire à une augmentation de la disponibilité et de l’utilisation du crédit (graphique 2.16), quoique certaines entreprises aient déclaré avoir été plus réticentes à ajouter à leurs niveaux de dette déjà élevés dans ce contexte incertain. Pour ces entreprises, les subventions et les reports de paiement ont été importants pour soulager les contraintes de liquidité. Plus particulièrement, la Subvention salariale d’urgence du Canada permet aux entreprises de payer les travailleurs touchés par la pandémie, et l’ensemble des programmes de crédit pour les entreprises du gouvernement sont là pour aider les entreprises à surmonter la crise.

Graphique 2.16
Croissance du crédit des ménages

Nota – Le crédit des consommateurs inclut le crédit accordé aux particuliers principalement pour financer la consommation personnelle, comme les marges de crédit, les prêts automobiles et les cartes de crédit. Le dernier point de données correspond au mois de mai 2020.

Source : Banque du Canada

Croissance du crédit des entreprises

Nota – « Entreprise » inclut les sociétés non financières. Le dernier point de données correspond au mois de mai 2020.

Source : Banque du Canada

  • Version texte
    Total Crédit des consommateurs Crédit hypothécaire
    Janvier 2019 3,5 2,7 3,8
    Février 2019 3,5 2,2 4,0
    Mars 2019 3,6 2,5 4,0
    Avril 2019 3,6 2,8 3,9
    Mai 2019 3,8 2,7 4,2
    Juin 2019 4,0 2,8 4,5
    Juillet 2019 4,1 2,5 4,8
    Août 2019 4,2 2,3 5,0
    Septembre 2019 4,0 1,8 4,9
    Octobre 2019 4,4 1,9 5,4
    Novembre 2019 4,2 2,2 5,0
    Décembre 2019 4,6 3,0 5,2
    Janvier 2020 4,6 3,1 5,2
    Février 2020 4,9 2,9 5,7
    Mars 2020 5,7 3,4 6,6
    Avril 2020 3,3 -7,1 7,5
    Mai 2020 1,1 -15,4 8,2
  • Version texte - Croissance du crédit des entreprises (Taux de croissance annualisé sur 3 mois)
    Total Prêts Titres d'emprunts Capitaux propres
    Janvier 2019 7,6 12,8 0,1 8,1
    Février 2019 6,7 10,1 -1,2 9,7
    Mars 2019 6,0 9,4 -0,9 8,0
    Avril 2019 6,1 9,6 3,5 4,4
    Mai 2019 6,0 9,4 7,4 1,1
    Juin 2019 4,5 7,1 5,6 0,5
    Juillet 2019 3,3 7,1 0,9 0,9
    Août 2019 3,3 8,7 -1,8 1,2
    Septembre 2019 3,7 7,3 1,7 1,1
    Octobre 2019 3,8 5,0 5,6 0,8
    Novembre 2019 3,5 4,1 6,7 0,1
    Décembre 2019 3,4 5,0 5,7 -0,4
    Janvier 2020 4,0 9,4 3,8 -2,2
    Février 2020 3,3 8,9 3,6 -3,5
    Mars 2020 7,6 22,7 -0,1 -3,1
    Avril 2020 11,1 30,5 -0,1 -1,4
    Mai 2020 10,1 20,9 6,8 0,0

À mesure que les entreprises rouvrent, elles devront composer avec un nouvel environnement complexe. Les restrictions varient selon la province et changent rapidement. Bon nombre d’entreprises seront confrontées à l’ampleur du choc sur la demande intérieure et étrangère pendant la relance, ainsi qu’à tout autre changement durable des comportements des consommateurs en matière de dépenses et d’épargne. Les exportations canadiennes devraient commencer à prendre du mieux, puisque les économies de nos principaux partenaires commerciaux se remettent progressivement en marche. Il faut s’attendre à ce que cette évolution suive un rythme inégal et qu’elle traîne en longueur, puisque les pays se rétablissent à des rythmes différents. Cette situation entraînera des coûts supplémentaires pour les entreprises, particulièrement celles qui font partie de chaînes d’approvisionnement complexes couvrant de nombreuses régions. De plus, les tensions commerciales pourraient ajouter une dose d’incertitude et peser sur les décisions en matière d’investissement des entreprises. Ces conditions auront probablement une incidence sur la demande de crédit et sur les plans d’investissements dans l’immédiat, jusqu’à ce que les entreprises entrevoient un chemin clair vers la rentabilité.

Malgré les difficultés importantes vécues par certains ménages, l’ensemble des finances des ménages canadiens semble tenir le coup pour l’instant. Des millions de Canadiens ont reçu du soutien par l’intermédiaire des mesures d’urgence du gouvernement et le nombre de cas d’insolvabilité et d’arriérés de dettes des consommateurs demeure faible. La croissance du crédit des consommateurs a atteint son niveau le plus bas jamais enregistré en avril, la dette des cartes de crédit diminuant, ce qui porte à croire que les consommateurs n’ont pas eu besoin de s’endetter davantage pour joindre les deux bouts dans les premiers jours de la pandémie. Ces consommateurs ont pu réduire leur endettement et épargner davantage, et sont bien placés pour la relance. Les soutiens au revenu importants du gouvernement, comme la SSUC et la PCU, ont joué un rôle déterminant pour stabiliser le revenu des ménages et renforcer les dépenses des consommateurs.

En effet, les estimations du ministère des Finances indiquent que la PCU et d’autres mesures de soutien direct du gouvernement pour les particuliers ont, cumulativement, remplacé le revenu de travail perdu par les Canadiens durant la phase du confinement de la pandémie (graphique 2.17). De plus, les reports de paiement et l’allègement des taux d’intérêt des institutions financières pour les paiements tant hypothécaires que non hypothécaires ont offert un certain soutien aux emprunteurs. Les ménages ont aussi réduit leurs dépenses durant la pandémie, particulièrement pour les achats coûteux comme les automobiles, ce qui a réduit le besoin d’emprunter. À l’avenir, la santé des finances des ménages dépendra de la vitesse à laquelle les entreprises commencent à réembaucher du personnel au cours des prochains mois, à mesure que les mesures de distanciation physique sont assouplies et que les reports de dette prennent fin.

Graphique 2.17
Perte de revenu net du travail des ménages et principaux transferts fiscaux liés à la COVID-19, 1er semestre de 2020

Nota – Le revenu total net du travail perdu au cours du premier semestre de 2020 est calculé sur la base des gains hebdomadaires totaux de l’Enquête sur la population active (emploi total multiplié par salaires hebdomadaires) jusqu’en mai, et en supposant que la croissance de juin est la même qu’en mai. On suppose également que les travailleurs indépendants canadiens gagnent les deux tiers du salaire moyen des employés salariés.

Sources : Statistique Canada; calculs du ministère des Finances Canada

Dépenses mensuelles de base des ménages ayant une hypothèque

Nota – Les ménages avec hypothèques dans toutes les provinces canadiennes sont divisés en trois groupes de revenus égaux. Les chiffres pour chaque catégorie de dépenses représentent la moyenne de tous les ménages détenant une hypothèque dans la limite du tercile de revenu. Les revenus et les dépenses sont en fonction d’un salarié. Montants rajustés en dollars de 2020 en fonction de l’indice des prix à la consommation.

Source : Calculs du ministère des Finances Canada fondés sur les fichiers de microdonnées à grande diffusion de l’Enquête sur les dépenses des ménages de 2017 de Statistique Canada

  • Version texte
      Millards de dolars
    Perte totale du revenu de travail net 44,6
    Total des transferts spéciaux 65,3
    Prestation canadienne d'urgence 53,9
    Versements supplémentaires au titre du crédit pour la TPS 5,5
    Allocation canadienne pour enfants bonifiée 2,0
    Presentation canadienne d'urgence pour les étudiants 1,4
    Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant 0,5
    Mesures provinciales 2,0
  • Version texte - Dépenses mensuelles de base des ménages ayant une hypothèque
    Logement Nourriture Téléphones et Internet
    Tiers inférieur 928 340 112
    Tiers moyen 1 081 443 120
    Tiers supérieur 1 523 536 142

Perspectives de l’économie canadienne

Depuis 1994, le gouvernement fonde sa planification budgétaire sur la moyenne des prévisions économiques du secteur privé, ce qui confère un élément d’indépendance à ses prévisions budgétaires. Ainsi, le ministère des Finances du Canada a mené une enquête auprès d’un groupe d’économistes du secteur privé au cours de la troisième semaine du mois de mai.

Les économistes du secteur privé s’attendent à ce que le PIB réel baisse de 6,8 % en 2020 (tableau 2.2, ci-dessous), avant de rebondir de 5,5 % en 2021 (consulter l’annexe 2 pour plus de détails). Au cours du deuxième trimestre de 2020, on a noté une baisse sans précédent de l’activité, avec une chute projetée de 41 % du PIB réel sur une base annualisée (graphique 2.18).

À l’heure actuelle, la moyenne des prévisions du secteur privé, qui tient compte de l’effet du soutien budgétaire décisif offert par le gouvernement, décrit un rebond plus rapide du PIB réel que dans les trois dernières récessions. Les prévisions du secteur privé sont relativement similaires en ce qui a trait à l’ampleur de la baisse prévue au deuxième trimestre, mais leurs prévisions en matière de croissance pour le troisième trimestre divergent considérablement, ce qui reflète la grande incertitude entourant, par exemple, le rythme des réembauches et de l’investissement et le rebond dans l’activité des consommateurs. Le ministère des Finances continuera de consulter activement les économistes du secteur privé afin d’évaluer le rythme de la reprise au cours de la deuxième moitié de l’année 2020.

Graphique 2.18
Croissance du PIB réel

Nota – Pour obtenir l’étendue, on utilise le taux de croissance le plus élevé et le plus faible de chacune des prévisions pour chaque trimestre.

Sources : Statistique Canada; enquête de mai 2020 du ministère des Finances du Canada auprès d’économistes du secteur privé.

Taux de chômage

Nota – Pour obtenir l’étendue, on utilise les niveaux les plus élevés et les plus faibles de chacune des prévisions pour chaque trimestre.

Sources : Statistique Canada; ministère des Finances Canada; enquêtes de septembre 2020 et de mai 2020 auprès d’économistes du secteur privé.

  • Version texte
    2019 T4 2020 T1 2020 T2 2020 T3 2020 T4 2021 T1 2021 T2 2021 T3 2021 T4
    Plus faible 0,560227 -8,17282 -48,8557 -4,34116 7,659254 1,39844 1,779096 1,468113 1,654746
    Moyenne 0 0 15,89642 76,81485 20,19068 11,40156 5,511033 4,031887 4,545254
    Portrait économique et budgétaire de 2020 0,560227 -8,17282 -40,645 32,24049 13,8011 6,124013 4,234416 3,179897 3,15682
  • Version texte - Taux de chômage (%)
    2019 T4 2020 T1 2020 T2 2020 T3 2020 T4 2021 T1 2021 T2 2021 T3 2021 T4
    Portrait économique et budgétaire de 2020 5,7 6,3 13,2 10,5 9,2 8,4 7,9 7,6 7,2
    Plus faible 6,3 11,8 7,0 6,9 6,7 5,9 5,8 5,8
    Moyenne 0,0 2,6 6,2 4,1 2,6 3,1 3,2 3,2
    Mise à jour de décembre 2019 5,7 5,8 5,8 5,8 5,8 5,8 5,7 5,8 5,8

Plusieurs scénarios de perspectives possibles dans la foulée de la pandémie

Les résultats de l’enquête auprès du secteur privé indiquent que la contraction prévue du PIB réel canadien est bien pire que celle vécue pendant la Grande Récession de 2008-2009. Malgré cela, les résultats de l’enquête correspondent généralement à des niveaux lents, stables et relativement faibles de transmission communautaire du virus. Par conséquent, les risques entourant ces perspectives demeurent élevés, et les risques de détérioration sont prépondérants.

La perspective d’une autre résurgence du virus et d’une autre vague de mesures de santé publique en vue de le contenir, au Canada ou dans des économies mondiales clés, compromettrait gravement la relance économique. En prenant en compte la grande incertitude quant à la trajectoire du virus, la modélisation effectuée par l’Agence de la santé publique du Canada laisse entendre que les futures vagues du virus pourraient égaler ou dépasser la propagation initiale de la COVID-19 sur le plan du nombre d’infections. Une résurgence du virus pourrait toutefois être moins dommageable sur le plan économique que la propagation initiale. Toutefois, grâce à l’investissement accru et l’expérience du travail à domicile, aux protocoles et aux lignes directrices sur le maintien de la distanciation physique dans le milieu de travail et à l’accélération du dépistage et du retraçage de contacts, il est possible de maintenir la confiance dans la poursuite du fonctionnement de l’économie, avec moins d’interruptions.

Cependant, même en l’absence de la résurgence d’une transmission non maîtrisée, il est probable que l’incertitude à l’échelle mondiale dure un certain temps. Face à cette situation, les entreprises doivent déterminer le moment où commencer à réembaucher et à réinvestir. La situation présente un risque, à savoir que ce processus se prolonge jusqu’à ce qu’il ait été déterminé avec plus de certitude que le virus ne pose plus une menace et que la relance économique mondiale est bel et bien en cours. Entretemps, bon nombre d’entreprises devront respecter des protocoles d’éloignement physique stricts et mèneront leurs activités au rythme d’une capacité considérablement réduite.

Les Canadiens demeureront probablement prudents jusqu’à ce qu’ils aient la certitude que le virus ne pose que de faibles risques, ce qui retardera possiblement le retour au travail. Il se peut également que le retour au travail des parents soit retardé par les responsabilités des soins aux enfants, ce qui touchera probablement la situation d’emploi des mères. Il est également possible que les Canadiens décident de reporter certains achats importants, comme l’achat d’une automobile ou d’une maison, jusqu’à ce qu’ils voient des signes nets d’embauche et de reprise.

La baisse du commerce mondial et la perturbation des chaînes d’approvisionnement demeurent une vulnérabilité étant donné la dépendance du Canada à l’endroit du commerce international. Cependant, la chaîne d’approvisionnement sera aussi probablement restructurée, qu’il s’agisse de l’approvisionnement de fournitures médicales et d’équipement de protection individuelle par l’intermédiaire de la production nationale, ou de la décision des entreprises de diversifier davantage leurs fournisseurs pour se protéger contre la prochaine grande perturbation. En fin de compte, ces changements rendront les chaînes d’approvisionnement plus durables; toutefois, l’ampleur des coûts et le profil de ceux qui les assument ont des conséquences importantes sur la reprise pour les ménages et les entreprises.

Répercussions économiques possibles advenant un changement des conditions de santé publique et de la relance

Afin d’illustrer les conséquences des différents résultats en matière de santé et les réactions qui y sont associées chez les ménages et du côté des entreprises, le ministère des Finances a envisagé deux scénarios alternatifs aux projections des économistes du secteur privé (graphiques 2.19 et 2.20). Étant donné le degré élevé d’incertitude quant à l’évolution de la santé publique et de la conjoncture économique au cours des prochains mois, ceux-ci sont présentés simplement pour indiquer dans quelle mesure les prévisions publiées pourraient dévier et comment cela pourrait changer les perspectives budgétaires dans leur ensemble.

Scénario de reprise inégale et graduelle

Le premier scénario dresse l’hypothèse d’un retour plus lent aux activités habituelles par les ménages et les entreprises, ce qui se traduit par une reprise plus lente au troisième trimestre de 2020. Selon ce scénario, les ménages demeurent prudents en raison des sommets répétés de transmission virale du virus, et ils continuent d’éviter la plupart des lieux publics, y compris les restaurants, les voyages locaux et le magasinage non essentiel. L’activité dans le secteur des entreprises reprend lentement, mais ne rebondit pas complètement puisque les entreprises doivent maintenir des mesures de confinement rigoureuses, comme la limite sur le nombre de personnes en magasin et les protocoles de nettoyage plus stricts. Bon nombre d’entreprises continuent de fonctionner en deçà de leurs capacités, ce qui amène certaines d’entre elles à choisir de ne pas rouvrir, vu les coûts de fonctionnement élevés dans ce contexte et la demande qui demeure faible.

Certains secteurs éprouvent davantage de difficultés à se remettre en marche puisque la peur de sortir dans les endroits publics rend certaines activités impossibles. Les fermetures prolongées éloignent de plus en plus certains travailleurs du marché du travail, ce qui donne lieu à une hausse des pertes d’emplois permanentes. Tous ces facteurs se traduisent par une reprise encore plus inégale au Canada, puisque les activités dans certains secteurs et certaines provinces accusent du retard. Dans l’ensemble, le PIB réel baisse de 9,6 % en 2020, selon ce scénario, ce qui correspond à une baisse plus marquée que celle projetée dans l’enquête auprès du secteur privé.

Puisque le rythme de la reprise des activités demeure incertain, on ne sait pas si ce scénario se réalisera ou non, mais il illustre les risques de détérioration possibles qui pourraient encore exister.

Scénario de résurgence du virus

Alors que la recherche d’un vaccin reste en cours, l’autre scénario de détérioration envisage une résurgence de la transmission incontrôlée du virus plus tard cette année, suivie d’une série de vagues plus petites en 2021. Dans ce scénario, le nombre de nouveaux cas de COVID-19 s’accélère encore à un rythme exponentiel.

La résurgence coïncide avec la saison annuelle de la grippe; cela impose une demande suffisamment forte sur le système de santé pour entraîner une autre ronde de mesures de confinement de santé publique, y compris une autre fermeture de certains lieux sociaux et espaces économiques. Il s’ensuit une autre baisse de l’activité économique. Cette fois-ci, cependant, le ralentissement des activités devrait être moins important que celui de la première vague. Grâce aux opérations de dépistage et de retraçage de contacts menées à grande échelle, à l’adoption généralisée du port de masques et à l’utilisation d’autre équipement de protection individuelle, on parvient à contrôler le virus plus rapidement.

Un nombre accru de travailleurs peuvent travailler efficacement de la maison pendant cet épisode grâce aux investissements dans des outils et de l’équipement de télétravail réalisés durant la première vague. Néanmoins, les dommages économiques d’une résurgence de la transmission non maîtrisée sont importants. Les entreprises qui tentent encore de se remettre sont de nouveau frappées par de nouvelles fermetures. Les ménages sont durement touchés par une deuxième ronde de mises à pied, surtout ceux à faible revenu et ceux qui appartiennent à d’autres groupes vulnérables, puisque le taux de chômage serait encore probablement élevé. D’autres baisses de la confiance des consommateurs et des entreprises pèsent également sur les dépenses.

Dans l’ensemble, ce scénario se traduit par une incidence défavorable plus profonde et durable sur l’économie, avec une baisse de 11,2 % du PIB réel en 2020, le niveau du PIB réel demeurant en dessous des prévisions du secteur privé, même les plus pessimistes, à la fin de 2021.

Tableau 2.3
Moyenne des prévisions économiques du secteur privé
En pourcentage, sauf indication contraire
  2020 T1 2020 T2 2020 T3 2020 T4 2020 2021
Croissance du PIB réel1            
    Mise à jour économique et budgétaire (Mise à jour) de 2019 1,6 1,6 1,7 1,6 1,6 1,8
    Portrait économique et budgétaire (Portrait) de 2020 -8,2 -40,6 32,2 13,8 -6,8 5,5
Inflation du PIB1            
    Mise à jour de 2019 2,1 2,1 2,1 1,9 2,0 2,0
    Portrait de 2020 1,8 -8,3 3,7 4,3 0,5 2,2
Croissance du PIB nominal1            
    Mise à jour de 2019 3,7 3,8 3,9 3,6 3,7 3,8
    Portrait de 2020 -6,5 -45,5 37,1 18,6 -6,3 7,9
PIB nominal (G$)1            
    Mise à jour de 2019         2 390 2 481
    Portrait de 2020         2 158 2 328
      Écart par rapport à la Mise à jour de 2019            
        Portrait de 2020         -231 -153
Taux des bons du Trésor à 3 mois            
    Mise à jour de 2019 1,5 1,5 1,5 1,5 1,5 1,6
    Portrait de 2020 1,2 0,3 0,3 0,2 0,5 0,3
Taux des obligations du gouvernement à 10 ans            
    Mise à jour de 2019 1,4 1,6 1,7 1,8 1,6 2,0
    Portrait de 2020 1,1 0,6 0,7 0,7 0,8 1,0
1 Les données ont été retraitées afin de tenir compte des révisions historiques du Système de comptabilité nationale du Canada.
Sources : Statistique Canada; pour la Mise à jour économique et budgétaire de 2019, enquête du ministère des Finances du Canada de septembre 2019 auprès d’économistes du secteur privé; pour le Portrait économique et budgétaire de 2020, enquête du ministère des Finances du Canada de mai 2020 auprès d’économistes du secteur privé

Situation budgétaire

Le Canada était en position de force sur le plan budgétaire lorsqu’il est entré dans la crise, ce qui a permis au gouvernement de prendre des mesures décisives pour protéger les Canadiens et les entreprises contre les répercussions de la pandémie. Le Plan d’intervention économique pour répondre à la COVID-19 du Canada (le Plan) comporte plus de 230 milliards de dollars en mesures visant à protéger la santé et la sécurité des Canadiens et à offrir du soutien direct aux travailleurs et aux entreprises du pays. Il comporte également un autre 85 milliards de dollars sous forme de reports du paiement d’impôts, de taxes et de droits de douane, pour répondre aux besoins de liquidité des entreprises et des ménages et faciliter la stabilisation de l’économie canadienne. Conjointement, ces mesures représentent près de 14 % du PIB du Canada, faisant du plan du Canada l’un des plans d’intervention les plus généreux au monde.

Le soutien décisif et important offert par le gouvernement a permis d’éviter de nuire davantage à l’économie, cette année, en remplaçant le revenu perdu et en évitant un taux de chômage plus élevé (graphique 2.19).

Les estimations du ministère des Finances laissent entendre que le PIB réel aurait pu diminuer de plus de 10 % en 2020 en l’absence de ces mesures de soutien, le taux de chômage augmentant de deux points de pourcentage de plus.

Graphique 2.19
Répercussions des mesures de soutien direct sur la croissance du PIB réel et le taux de chômage pour 2020
Répercussions des mesures de soutien direct sur la croissance du PIB réel et le taux de chômage pour 2020

Sources : Calculs du ministère des Finances Canada fondés sur l’enquête de mai 2020 auprès d’économistes du secteur privé.

  • Version texte
    Croissance du PIB réel (%) Taux de chômage (%)
    Avec mesures de soutien -6,000 9,000
    Sans mesure de soutien -10,000 11,000

Au-delà de l’exigence importante et immédiate pour stabiliser les finances des ménages et des entreprises durant l’arrêt des activités et les phases de reprise de la crise de COVID-19, la réponse du Canada aura des répercussions favorables durables pour l’économie canadienne durant la reprise. Grâce à sa réaction rapide et d’envergure, le Canada a évité un ralentissement plus profond, plus long et plus coûteux qui aurait eu des répercussions néfastes non seulement sur les emplois et les revenus des particuliers, mais aussi sur les finances des gouvernements fédéral et provinciaux. En l’absence des mesures prises par le gouvernement pour contrecarrer les effets de la crise de COVID-19, le déficit fédéral et le ratio de la dette au PIB auraient augmenté considérablement, étant donné l’impact plus profond et plus prolongé de la crise de COVID-19 sur les entreprises et les travailleurs canadiens. Les gouvernements provinciaux auraient subi des répercussions semblables.

Les résultats budgétaires figurant dans le présent rapport tiennent compte de l’incidence estimée du Plan, à ce jour. Étant donné le niveau de volatilité actuel, ce plan continuera d’évoluer selon les besoins afin de répondre à cette crise sans précédent et à ses répercussions sur les Canadiens. Compte tenu de l’incertitude qui plane sur cette situation en évolution, les résultats budgétaires figurant dans le présent rapport ne visent que l’exercice en cours, lui-même visé par un niveau d’incertitude beaucoup plus élevé qu’en temps normal, et représentent la meilleure estimation parmi un vaste éventail de scénarios possibles. À mesure que la situation se stabilisera, le gouvernement présentera une mise à jour à l’automne, assortie d’une période de projection plus longue.

Évolution des perspectives budgétaires

Dans le contexte économique actuel, les perspectives budgétaires sont très incertaines, puisque la gravité sans précédent et le caractère soudain du choc sur l’emploi et les niveaux de revenu signifient que les relations habituelles entre les variables économiques et budgétaires ne s’appliquent peut-être plus. Qui plus est, comme il en a déjà été question, le gouvernement a instauré des mesures de soutien dont le coût budgétaire estimé s’établit à ce jour à environ 236 milliards de dollars. Ces investissements ont protégé l’économie canadienne. Il a toutefois été difficile d’établir des estimations de coûts pour nombre de ces programmes puisqu’il s’agit de programmes tout nouveaux qui ont été lancés dans un contexte économique très volatile. Les estimations visant ces mesures seront peaufinées à mesure que des données sur l’utilisation et les coûts des programmes deviennent disponibles.

En plus des dépenses, les perspectives budgétaires sont elles aussi grandement touchées par les changements sous-jacents au PIB nominal. Sans aucune dépense, la simple baisse de l’activité économique détériorera l’environnement budgétaire global à mesure que les revenus fiscaux baissent et que la taille relative du déficit et de la dette augmente en proportion des niveaux de production inférieurs dans l’économie. Comme l’indique le tableau 2.4 ci-dessous, on estime que l’évolution de la situation économique et budgétaire a ajouté 81,3 milliards de dollars au déficit en 2020-2021 avant l’impact budgétaire du Plan d’intervention économique pour répondre à la COVID-19.

Les mesures temporaires mises en œuvre à travers le plan d’intervention économique du gouvernement auront une incidence considérable sur le déficit fédéral (tableau 2.4). Lorsqu’on y ajoute la grave détérioration des perspectives économiques, on se retrouve au final avec un déficit projeté de 343,2 milliards de dollars en 2020-2021. En comparaison, ce niveau de dépenses correspond, quoiqu’il soit inférieur au sommet du déficit (comme pourcentage du PIB), à ce que le Canada a vécu durant la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit véritablement du défi de notre génération. Tandis que les mesures d’investissement temporaires prennent fin et que le PIB se rétablit, au fil du temps, les déficits devraient se résorber.

Étant donné le niveau d’incertitude sans précédent qui brouille les perspectives économiques, il n’est pas possible, pour le moment, de présenter une prévision budgétaire au-delà de l’exercice en cours avec un niveau de confiance approprié, parce que celle-ci pourrait être trompeuse. Par conséquent, le présent portrait présente une mise à jour des perspectives économiques et budgétaires actuelles jusqu’à la fin de 2020-2021.

Tableau 2.4
Évolution de la situation économique et budgétaire depuis la Mise à jour économique et budgétaire de 2019
G$
  2018–
2019  
2019–
2020  
2020–
2021  
Solde budgétaire selon la Mise à jour de 2019 -14,0 -26,6 -28,1
Ajustement en fonction du risque selon la Mise à jour de 2019   1,5 3,0
Solde budgétaire selon la Mise à jour de 2019
 (avant l’ajustement en fonction du risque)
-14,0 -25,1 -25,1
  Évolution de la situation économique et budgétaire
  depuis la Mise à jour de 2019
  0,1 -81,3
Solde budgétaire révisé avant les mesures stratégiques et les investissements   -25,0 -106,4
     Mesures stratégiques depuis la Mise à jour de 2019   -1,3 -9,0
 Plan d’intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19   -8,1 -227,9
    Protection de la santé et de la sécurité   -0,6 -18,4
    Soutien aux particuliers   -7,5 -181,1
       notamment : Prestation canadienne d’urgence   -7,4 -73,1
                       Subvention salariale d’urgence du Canada     -82,3
    Soutien aux entreprises   0,0 -21,3
    Autres mesures de soutien   0,0 -7,1
Solde budgétaire -14,0 -34,4 -343,2
Solde budgétaire (% du PIB) -0,6 -1,5 -15,9
Dette fédérale (% du PIB) 30,8 31,1 49,1
Nota – Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.

Selon les projections, le ratio de la dette fédérale au PIB devrait s’établir à 49,1 % en 2020-2021, en tenant compte de la baisse projetée du PIB nominal. Les niveaux planchers historiques des taux d’intérêt ont cependant rendu la dette du Canada beaucoup plus abordable (graphique 2.20). Les taux du marché auxquels le gouvernement fédéral peut refinancer sa dette actuelle ou financer une nouvelle dette se trouvent à des niveaux historiquement bas (moins de 0,8 %) pour des échéances pouvant atteindre 10 ans. En conséquence de cette évolution, le gouvernement économisera plus de 4 milliards de dollars en frais de la dette publique en 2020-2021 comparativement aux prévisions présentées en décembre 2019 dans la Mise à jour économique et budgétaire de 2019. Et ce, malgré une augmentation importante des emprunts totaux contractés pour répondre à la COVID-19.

Le gouvernement profite de la forte demande du marché pour les obligations du gouvernement du Canada par l’émission d’obligations à plus long terme (voir l’Annexe 3). Ainsi, une bonne partie de la dette en souffrance du Canada sera moins vulnérable aux futures augmentations du taux d’intérêt, ce qui permettra de maintenir la viabilité de la dette du Canada pour des générations à venir.

Malgré l’augmentation nécessaire des emprunts fédéraux, les frais de la dette publique devraient baisser en 2020-2021 par rapport à leur niveau de 2019-2020.

Graphique 2.20
Dette fédérale et frais de la dette publique
 

Sources : Tableaux de référence financiers; calculs du ministère des Finances Canada

  • Version texte
    Dette fédérale (pourcentage du PIB) Frais de la dette publique (pourcentage du PIB) Dette fédérale (pourcentage du PIB) Frais de la dette publique (pourcentage du PIB)
    1994 66,4 5,6
    1995 66,8 6,0
    1996 65,7 5,5
    1997 61,9 4,8
    1998 59,1 4,6
    1999 53,7 4,3
    2000 47,2 4,0
    2001 44,7 3,5
    2002 42,3 3,1
    2003 39,5 2,9
    2004 37,0 2,6
    2005 33,9 2,4
    2006 31,2 2,3
    2007 29,0 2,1
    2008 28,2 1,7
    2009 33,4 1,7
    2010 33,4 1,7
    2011 33,4 1,6
    2012 34,0 1,4
    2013 32,9 1,3
    2014 31,5 1,2
    2015 31,9 1,1
    2016 32,1 1,0
    2017 31,3 1,0
    2018 30,8 1,0 30,8 1,0
    2019 31,1 1,1
    2020 49,1 0,9

L’estimation du déficit de cette année est élevée, mais elle est comparable à l’intervention déployée par les pays pairs du Canada et était nécessaire pour éviter des répercussions économiques plus graves et des difficultés économiques et budgétaires prolongées. Dans la foulée de la crise, les gouvernements du monde entier ont dû déployer des mesures de soutien budgétaire considérables pour venir au secours de leurs économies, représentant une hausse sans précédent des niveaux de la dette publique mondiale.

Le Canada demeure parmi les pays du G7 les plus haut cotés, et sa cote de crédit solide contribue également à son faible coût d’emprunt. La situation budgétaire solide du gouvernement fédéral, en début de crise, a donné au Canada une marge de manœuvre pour emprunter afin de protéger l’économie canadienne. Les mesures prises par le gouvernement durant la fermeture temporaire de l’économie canadienne ont permis d’éviter que les particuliers canadiens aient à contracter des niveaux de dette insoutenables, ce qui assure une reprise plus forte et permet d’éviter de nuire à l’économie à plus long terme.

Au terme de la crise, le Canada devrait conserver l’avantage d’une dette peu élevée (graphique 2.21) parmi les pays du G7. L’engagement du gouvernement à maintenir cet avantage contribuera à faire en sorte que les coûts d’emprunt demeurent faibles et que les générations futures n’aient pas à traîner le fardeau du surendettement lié à la COVID-19.

Graphique 2.21
Dette nette des administrations publiques des pays du G7, 2019 et 2020
Dette nette des administrations publiques des pays du G7, 2019 et 2020

Nota – Les administrations publiques d’un pays comprennent les administrations nationale, infranationales et locales et les caisses de sécurité sociale. Dans le cas du Canada, il s’agit des administrations fédérale, provinciales, territoriales et locales, de même que du Régime de pensions du Canada et du Régime de rentes du Québec. Les prévisions du FMI sous-estiment probablement les prévisions actuelles de la dette, car les pays ont mis en œuvre d’autres mesures de stimulation depuis la publication de La revue financière au début du mois d’avril.

Sources : Revue financière du FMI (avril 2020); calculs du ministère des Finances Canada

  • Version texte
    Dette nette 2019 (pourcentage du PIB) Dette nette 2020 (pourcentage du PIB)
    Canada 26 15
    Allemagne 41 8
    Royaume-Uni 75 10
    Moyenne du G7 85 15
    France 90 17
    États-Uni 84 23
    Italie 123 20
    Japon 154 15

En raison d’une gestion budgétaire responsable dans les années précédant la crise, les organisations internationales comme le Fonds monétaire international (FMI) et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) projettent que les niveaux de la dette du Canada resteront bien en deçà de ceux de ses pairs. Selon les projections de l’OCDE, les niveaux de la dette du Canada augmenteront moins que ceux de bien d’autres économies avancées, même advenant un scénario plus pessimiste où il y aurait une résurgence du virus (graphique 2.22).

Graphique 2.22
Augmentations du ratio de la dette brute générale du gouvernement par rapport au PIB de 2019 à 2021
Augmentations du ratio de la dette brute générale du gouvernement par rapport au PIB <br>de 2019 à 2021

Nota – Les pays de l’UE utilisent la définition de la dette de Maastricht.

Source : Organisation de coopération et de développement économiques, Perspectives économiques - tous les numéros, juin 2020

  • Version texte
    Impact supplémentaire du scénario de deux chocs successifs (Changement en points de pourcentage) Scénario du choc unique (Changement en points de pourcentage)
    Espagne 20 13
    Japon 22 9
    États-Unis 24 7
    Italie 17 13
    Grèce 14 14
    France 18 10
    OCDE 19 8
    Allemagne 16 11
    Zone euro (17 pays) 16 10
    Belgique 14 13
    Israël 18 6
    Irelande 16 9
    Pays-Bas 16 7
    Pologne 15 7
    Nouvelle-Zélande 17 5
    Slovénie 17 5
    République slovaque 15 6
    Portugal 14 7
    Australie 12 8
    Estonie 14 5
    Autriche 12 6
    Denmark 10 7
    Lithuanie 13 5
    Suède 14 3
    Islande 15 1
    Finlande 13 3
    Canada 10 5
    Hongrie 11 4
    Lettonie 8 6
    République tchèque 8 6
    Royaume-Uni 6 7
    Luxembourg 10 2
    Suisse 7 4
    Corée 5 1

[1] https://pm.gc.ca/fr/nouvelles/declarations/2020/04/28/declaration-des-premiers-ministres-approche-commune-de-sante

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :