Le gouvernement du Canada appuie des initiatives de lutte contre le harcèlement sexuel en milieu de travail en Colombie-Britannique

Communiqué de presse

Le 21 mai 2019 - Vancouver (Colombie-Britannique) - Ministère de la Justice Canada

Au Canada, tous les individus ont droit à un milieu de travail sûr avec un traitement équitable pour tous. Lorsque du harcèlement sexuel se produit, il touche la santé et le bien-être des personnes concernées, ainsi que leur capacité d’exécuter leur travail au mieux de leurs capacités.

Aujourd’hui, l’honorable David Lametti, ministre de la Justice et procureur général du Canada, a annoncé l’attribution de fonds à quatre organismes de la Colombie-Britannique qui s’emploient à lutter contre le harcèlement sexuel en milieux de travail canadiens. Les projets de ces organismes ─ la Migrant Workers Centre BC Society, la Victoria Immigrant and Refugee Centre Society, la Community Legal Assistance Society, et la Ending Violence Association of British Columbia─amélioreront l’accès à la justice pour les victimes de harcèlement sexuel dans leur milieu de travail. Ils élaboreront également des programmes de sensibilisation pour mieux informer les travailleurs et les travailleuses, notamment les plus vulnérables, au sujet de leurs droits et de la façon d’obtenir de l’aide

Le financement accordé aujourd’hui s’inscrit dans un financement de 50 millions réparti sur 5 ans qui a d’abord été annoncé dans le budget de 2018. De ce montant, 25 millions de dollars sont consacrés à augmenter l’aide juridique dans l’ensemble du pays pour aider les plaignants et les plaignantes de harcèlement sexuel en milieu de travail. Un montant additionnel de 25 millions de dollars est consacré à aider des organismes à élaborer des programmes de sensibilisation pour mieux informer les travailleurs et les travailleuses, notamment les plus vulnérables, de leurs droits et de la façon dont ils peuvent obtenir de l’aide s’ils ont été harcelés en milieu de travail.

Citations

« Le harcèlement sexuel en milieu de travail est tout simplement inacceptable. Il est primordial de combler les lacunes en matière d’information et de ressources juridiques pour aider les gens qui ont le courage de déposer une plainte. Je suis ravi de soutenir ces organismes et leurs initiatives qui lutteront contre ce problème très grave et contribueront à un milieu de travail sûr. »

L’honorable David Lametti, C.P., c.r., député
Ministre de la Justice et Procureur général du Canada

« Nous savons que les travailleurs migrants et autres nouveaux arrivants au Canada occupent souvent des emplois précaires peu rémunérés, et que les femmes occupant ces emplois sont plus exposées au harcèlement sexuel en milieu de travail. Depuis le début de #MoiAussi, nous constatons une augmentation du nombre de travailleurs migrants qui recherchent nos services. Grâce au généreux soutien du ministère de la Justice, le Migrant Workers Center collaborera avec ISS of BC pour fournir des conseils juridiques afin que les travailleurs puissent comprendre leurs droits et envisager leurs options. Les services seront offerts à différents endroits dans le Lower Mainland afin d'accroître l'accessibilité, et les travailleurs de première ligne recevront une formation pour informer et orienter leurs clients. S'assurer que les travailleurs se sentent soutenus jouera un rôle important dans le maintien de conditions de travail sûres et équitables pour tous. »

Natalie Drolet, directrice exécutive
Migrant Workers Centre BC Society

« La Victoria Immigrant and Refugee Centre Society (VIRCS) et son programme Healthy Women, Healthy Communities sont honorés d'avoir été sélectionnés dans le cadre de cette initiative de financement. L'isolement social, les barrières linguistiques, les traumatismes et la violence liés à la guerre et aux déplacements, le manque de familiarité avec les lois canadiennes et les protections offertes aux immigrantes et aux travailleuses sont autant de facteurs de vulnérabilité pour les femmes nouvellement arrivées sur le marché du travail. Les femmes autonomes et responsabilisées sont des femmes en bonne santé, et les femmes en bonne santé sont un fondement important pour des communautés saines. »

David Lau, directeur exécutif
Victoria Immigrant and Refugee Centre Society

« Nous sommes très heureux que le gouvernement du Canada réagisse à la discussion menée à l’échelle nationale sur le harcèlement sexuel et la violence contre les femmes en investissant dans des projets qui appuieront l’action et la reddition de comptes. Pendant de nombreuses années, la CLAS a offert de l’aide juridique aux personnes affectées par le harcèlement sexuel en milieu de travail, mais nous savons qu’il y a encore de nombreuses personnes ciblées par ce comportement inacceptable qui ne connaissent pas leurs droits, et qui ne savent pas à qui s'adresser, lorsqu’elles ont été lésées. Nous sommes ravis de pouvoir élargir nos services juridiques afin de fournir un meilleur appui aux victimes de harcèlement sexuel en milieu de travail à l’échelle de la province et de veiller à ce que toutes les personnes lésées par ce comportement, peu importe leur revenu, leur lieu, leur langue, ou tout autre facteur, connaissent leurs droits, comprennent leurs options et aient accès à des conseils et du soutien juridiques de qualité. »

Aleem Bharmal, directeur général
Community Legal Assistance Society

« Depuis que le mouvement #MoiAussi a commencé à prendre forme, la prise de conscience de la prévalence du harcèlement sexuel et de l'ampleur des torts causés dans les lieux de travail au Canada a considérablement augmenté. En réponse, et avec l’aide généreuse du gouvernement du Canada, la Ending Violence Association of BC (EVA BC) offrira une formation sur les traumatismes et diffusera des informations juridiques publiques pertinentes afin d’aider les organisations à but non lucratif, les petites entreprises et les communautés autochtones à prévenir le harcèement sexuel et à réagir. À l'instar d'autres formes de violence fondée sur les genres, le harcèlement au travail est rarement signalé. Nous pensons que le fait d’aider les gens à connaître leurs droits et à savoir quoi dire et quoi faire contribuera à créer des lieux de travail plus sains et plus respectueux. »

Tracy Porteous, Directrice exécutive,
 Ending Violence Association of BC

Faits en bref

  • Le Code canadien du travail définit le harcèlement sexuel comme tout comportement, propos, geste ou contact d’ordre sexuel susceptible de choquer ou d’humilier un employé ou qui pourrait, pour des motifs raisonnables, être perçu par cet employé comme posant une condition d’ordre sexuel à l’emploi ou à une occasion de formation ou d’avancement. Cette définition fédérale s’applique aux milieux de travail sous réglementation fédérale. 

  • En 2018, Statistique Canada a publié une étude sur le harcèlement dans les milieux de travail canadiens. Statistique Canada a conclu que 19 % des femmes et 13 % des hommes ont déclaré avoir subi du harcèlement dans leur milieu de travail. Les femmes étaient plus susceptibles de signaler le harcèlement sexuel sur leur lieu de travail (4%) que les hommes (moins de 1%).

  • En 2016, 48 % des travailleurs au Canada étaient de sexe féminin (Statistique Canada, 2017), et dans un sondage mené par Emploi et Développement social Canada en 2017, 94 % des répondants qui ont dit avoir subi du harcèlement sexuel en milieu de travail étaient des femmes.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, les médias peuvent communiquer avec :

Rachel Rappaport
Secrétaire de presse
Cabinet du ministre de la Justice
613-992-6568
Rachel.rappaport@justice.gc.ca

Relations avec les médias
Ministère de la Justice du Canada
613-957-4207
media@justice.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :