L’histoire du Canada et l’Holocauste

Bien que le Canada n’ait pas subi directement l’Holocauste, il a été touché de maintes façons par cette tragédie. Les politiques d’immigration contraignantes du Canada à cette époque ont largement fermé la porte aux Juifs qui cherchaient désespérément la sécurité et un refuge contre la persécution aux mains des nazis. Notons, entre autres, plus de 900 passagers juifs du navire M.S. St. Louis qui se sont vu refuser l’entrée au Canada et qui furent contraints de retourner en Europe. Par la suite, lorsque les nazis ont envahi la Belgique, la France et les Pays-Bas en 1940, plus de 250 de ces passagers ont été assassinés pendant l'Holocauste. De plus, de nombreux Canadiens ont perdu des amis, des parents et des êtres chers dans les camps nazis de la mort.

En raison des politiques de temps de guerre du Canada, de 1940 à 1943, près de 2 300 hommes ont été internés en tant que « sujets d’un pays ennemi » dans des camps partout au pays. La plupart d’entre eux étaient des réfugiés juifs d’Autriche et d’Allemagne.

L’expérience canadienne de l’Holocauste a également été synonyme de résilience et d’espoir. En avril 1945, les forces canadiennes ont libéré le camp de transition de Westerbork aux Pays-Bas, où se trouvaient 900 Juifs hollandais qui y étaient encore internés.

En tant que nation, le Canada a été profondément transformé par environ 40 000 survivants de l’Holocauste, qui se sont installés dans l’ensemble du pays après la guerre. Aujourd’hui, les Canadiens se souviennent de l’Holocauste, commémorent ses victimes et renouvellent leur engagement à lutter contre le racisme, la discrimination et l’antisémitisme.

En 1985, le gouvernement du Canada a nommé M. Raoul Wallenberg le premier citoyen honoraire du Canada - et en 2001, le 17 janvier était désigné comme la Journée Raoul Wallenberg, en l'honneur de son héroïsme et de son courage. Ce diplomate suédois, que l’Organisation des Nations Unies a qualifié de « plus grand humanitaire du 20ème siècle ». En 1944, il a sauvé approximativement 100 000 Juifs en six mois en Hongrie grâce à l'octroi de « Schutzpasses » - des passeports diplomatiques conférant une immunité protectrice à leurs récipiendaires.

En 2009, le Canada est devenu membre de l'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste (AIMH) et a assumé la présidence de l'AIMH en 2013. Tout au long de cette présidence, le Canada a lancé le « le Prix national d'excellence pour l'enseignement de l'Holocauste », a établi un guide de recherche concernant les documents de la Bibliothèque et des Archives nationales et a fourni un financement et un soutien pour recueillir et préserver les témoignages des survivants de l'Holocauste canadiens.

En 2010, le Canada a dirigé l’élaboration du Protocole d’Ottawa sur la lutte contre l’antisémitisme (en anglais seulement) et était le premier pays à le signer en 2011. Ce plan d’action international aidera les nations à mesurer leurs progrès dans la lutte contre l’antisémitisme. En 2011, le Canada a été le premier pays à signer le Protocole.

En 2020, le Canada a pris une mesure historique et a nommé son premier Envoyé spécial pour la préservation de la mémoire de l'Holocauste et la lutte contre l'antisémitisme. En 2022, le gouvernement du Canada s'est engagé à faire du rôle de l'Envoyé spécial un poste permanent.

Pour poursuivre son travail de lutte contre l'antisémitisme, le gouvernement du Canada a organisé, le 21 juillet 2021, le Sommet national sur l'antisémitisme, qui a permis aux législateurs, aux décideurs et aux administrateurs de programmes de mieux comprendre l'ubiquité de l'antisémitisme au Canada et de déterminer les mesures que le gouvernement du Canada peut prendre pour s'attaquer aux principaux problèmes auxquels sont confrontées les communautés juives.

Afin de lutter contre la discrimination religieuse, la rhétorique haineuse et le racisme au Canada et à l'étranger, le budget 2022 du gouvernement du Canada propose de fournir 5,6 millions de dollars sur cinq ans, dont 1,2 million de dollars en permanence pour soutenir l'Envoyé spécial pour la préservation de la mémoire de l'Holocauste et la lutte contre l'antisémitisme. De plus, le gouvernement du Canada s’est engagé à débourser 20 millions de dollars en 2022-2023 pour soutenir la construction du nouveau musée de l’Holocauste à Montréal et à faire un investissement de 2,5 millions de dollars sur le Centre d'éducation sur l'Holocauste Sarah et Chaim Neuberger.

Le Canada est déterminé à préserver la mémoire de l'Holocauste et à combattre l'antisémitisme. En juin 2022, lors de la réunion plénière de l'AIMH à Stockholm, en Suède, le Canada a annoncé qu'il allait doubler sa contribution annuelle à l'AIMH.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :