Partenariats et opportunités : milieu universitaire

À ce jour, les activités de collaboration entre RDDC et le milieu universitaire comprennent :

  • des contributions en nature pour atteindre un objectif commun (ententes de collaboration)
  • des initiatives à frais partagés afin de poursuivre des objectifs scientifiques et technologiques communs
  • des échanges de personnel au frais de l’employeur d’origine
  • des activités universitaires externes menées par les scientifiques de RDDC comme : postes de professeur adjoint, associés de recherche, associés de recherche et professeurs honoraires
  • du recrutement d’étudiants par l’entremise du Programme fédéral d’expérience de travail étudiant
  • des programmes d’enseignement coopératif universitaires et collégiaux
  • le Programme des adjoints de recherche

Dans le cadre de la Stratégie sciences et technologie pour la défense et la sécurité, RDDC a entrepris d’accroître ses activités de mobilisation dans les domaines où l’expertise se retrouve dans le système d’innovation national. Afin d’accéder aux capacités externes de science et de technologie, de nouveaux partenariats et modèles de prestation de services sont en cours d’élaboration. Dans ce contexte, le milieu universitaire devient un important partenaire de RDDC.

RDDC et le Collège militaire royal du Canada (CMRC) ont mis sur pied un partenariat stratégique. Puisqu’ils sont sous la responsabilité du même ministère, le MDN, les deux entités ont un lien naturel et relèvent ensemble les défis des Forces armées canadiennes en collaboration avec les étudiants du Collège et d’autres universités. RDDC peut ainsi tirer profit du vaste réseau du CMRC dans le cadre d’enjeux spécifiques.

L’OTAN invite de la collaboration de l’industrie, universités et le gouvernement. S’il vous plaît consultez les sites suivants :

Si vous avez des questions, veuillez contacter Yanina Klopotovskaya.

Institut de recherche en défense et sécurité

Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC) crée l’Institut de recherche en défense et sécurité. Son objectif est de mobiliser la collectivité universitaire pour trouver des solutions aux défis auxquels font face les membres des Forces armées canadiennes lorsqu’ils utilisent des technologies.

Programme canadien pour la sûreté et la sécurité

Le Programme canadien pour la sûreté et la sécurité (PCSS) est dirigé par le Centre des sciences pour la sécurité de Recherche et développement pour la défense Canada, en partenariat avec Sécurité publique Canada, afin de fournir des services et solutions en matière de sciences et technologie (S et T) qui répondent aux priorités liées à la sûreté et la sécurité publique. L'appel de propositions annuelle est géré par Services publics et Approvisionnement Canada ; de l’information à propos des appels ouverts est disponible disponible sur le site Web https://achatsetventes.gc.ca. Visitez la page Web des projets financés par le PCSS pour un aperçu des projets financés dans le cadre des appels de propositions du PCSS depuis son lancement en 2012.

Domaines d’intérêt scientifique et technologique de RDDC qui pourraient bénéficier d’une plus grande participation de partenaires externes :

  • Sciences physiques : protection matérielle, systèmes et matériaux énergétiques, capacité de la plateforme (aspects liés à l’entretien durant le cycle de vie)
  • Sciences électromagnétiques – exploitation et fusion des données de capteurs
  • Sciences de l’information – commandement et contrôle, systèmes d’information pour le commandement et le contrôle
  • Sciences de la santé – performance humaine
  • Sciences sociales et du comportement – intégration des systèmes humains, apprentissage et formation
  • Recherche et analyse opérationnelles – recherche opérationnelle/analyse opérationnelle, développement de la force/développement de concepts et expérimentation/développement de concepts

Nouveau partenariat avec le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada à l’appui de la recherche axée sur la découverte

RDDC est heureux d’annoncer le lancement d’un nouveau partenariat avec le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). Le partenariat permettra d’offrir au plus 20 suppléments de recherche de 120 000 $ (40 000 $ par année pendant trois ans) à l’appui des projets de recherche universitaire non confidentiels voués au développement de technologies précises (autres que l’armement) à double application dans les domaines de la défense et de la sécurité.

Les demandes des candidats au concours de subventions à la découverte du CRSNG en cours feront l’objet d’une évaluation en vue de l’octroi d’un supplément à une subvention à la découverte MDN-CRSNG d’après les résultats de l’évaluation et la mesure dans laquelle la recherche proposée répond aux domaines cibles en défense et en sécurité de RDDC. Lorsque les candidats présenteront leur demande de subvention à la découverte, ils devront indiquer leur intérêt à obtenir un supplément à une subvention à la découverte MDN-CRSNG et fournir une justification écrite indiquant comment la recherche proposée cadre avec ces domaines ciblés.

Les domaines ciblés sont les suivants :

  • systèmes autonomes et robotisés;
  • gestion de l’information et science des données;
  • rendement et protection des systèmes humains;
  • systèmes en réseau résilients;
  • évitement des risques d’explosion et caractérisation et atténuation des explosions;
  • matériaux de la prochaine génération et signatures.

Ces fonds peuvent servir à élargir le groupe de recherche du titulaire (p. ex., étudiants, stagiaires postdoctoraux et techniciens), à acheter du matériel spécialisé, à accéder à ce matériel ou à financer d’autres initiatives ou ressources qui pourraient accélérer son programme de recherche.

Pour en savoir plus, consultez le site Web du CRSNG ou envoyez un courriel à dndsuppmdn@nserc-crsng.gc.ca.

Programme de partenariat de recherche du MDN/Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie

Le MDN et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) poursuivent des intérêts communs en faisant usage de leurs ressources respectives afin d’établir des partenariats avec l’industrie. Le Programme de partenariat de recherche du MDN/CRSNG, financé et géré conjointement, a été mis sur pied pour :

  • tirer parti des capacités de recherche et de développement complémentaires qui existent au sein de l’industrie, des universités et de RDDC pour créer de nouvelles connaissances et soutenir le développement de nouvelles compétences techniques pertinentes à la mise au point et à l’utilisation de technologies à double usage
  • établir des liens solides et créer une synergie entre les chercheurs des universités, de RDDC et de l’industrie
  • transférer de manière efficace et efficiente les résultats de la recherche et la technologie au secteur privé

Initiative conjointe avec le Conseil de recherche en sciences humaines

Recherche et Développement pour la défense Canada (RDDC) et le Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH) ont signé une entente d’initiative conjointe à l’appui des projets de recherche en sciences humaines et des activités connexes en ce qui concerne la disponibilité opérationnelle des militaires, l’efficacité organisationnelle et opérationnelle, ainsi que l’efficacité humaine dans le cadre des opérations modernes.

RDDC effectue des projets de recherche en sciences humaines, à l’appui des Forces armées canadiennes (FAC) et du MDN, dans le but d’élaborer des stratégies, des politiques, des programmes, des procédures, des technologies et des processus qui sont fondés sur des données probantes, qui sont efficaces, efficients et abordables et qui, ensemble, permettent l’atteinte des résultats suivants :

  • Optimiser le recrutement, l’instruction et la gestion de l’Équipe de la Défense pour assurer un nombre suffisant d’effectifs aux bons postes/grades, avec les compétences et l’expérience appropriées pour répondre aux futurs besoins opérationnels. Cela comprend les projets de recherche à l’appui des priorités stratégiques et opérationnelles, notamment dans les domaines de l’attraction et du recrutement, de la sélection et de l’évaluation, de la motivation, de la gestion de carrière, de l’instruction et de l’éducation, ainsi que de l’analyse de l’effectif;
  • Améliorer le bien-être individuel et familial, les soins aux malades et aux blessés ainsi que la préparation des militaires en vue de leur transition vers la vie civile. Cela comprend les projets de recherche qui mettent l’accent sur la santé, la résilience, le moral, le bien-être et les indemnisations;
  • Permettre l’emploi efficace de l’Équipe de la Défense au sein d’environnements opérationnels et organisationnels et renforcer la capacité de leadership opérationnel et stratégique des FAC. Cela comprend les projets de recherche qui répondent aux besoins physiques, sociaux et culturels des opérations militaires, ainsi qu’à la gouvernance efficace, à la souplesse et à la capacité d’adaptation de l’organisation;
  • Améliorer l’efficacité du commandement et du renseignement des FAC, ainsi que la capacité de ces derniers à accomplir leurs missions dans des environnements opérationnels complexes. Cela comprend les projets de recherche qui mettent l’accent sur la compréhension des facteurs sociaux et culturels qui servent de contexte pour les opérations efficaces dans la sphère non cinétique; la compréhension et la prévision de l’intention, du comportement et des activités d’influence des personnes et des collectivités pertinentes; ainsi que les efforts de collaboration efficace dans des environnements de missions contemporains et multifonctionnels.

Descriptions des domaines de recherche visés en matière de Défense et de sécurité

Défis en matière de défense et de sécurité à prendre en considération en vue d’un cofinancement avec le CRSH

Rédaction : CSNet

Avril 2020

Grâce au PE entre le MDN et le CRSH (Protocole d’entente avec le Conseil de recherches en sciences humaines), RDDC a de nouveau l’occasion de cofinancer des recherches sur la défense et la sécurité dans les milieux universitaires dans le cadre du programme Subventions Savoir. Les thèmes suivants ont été formulés à la faveur d’une consultation interne, et certains ont été proposés par le CRSH.

Cela représente un important investissement pluriannuel pour le SMA(RDDC); par conséquent, les thèmes ont été choisis et classés par ordre de priorité quant à leur importance pour les FAC (Forces armées canadiennes), notamment en fonction de leur harmonisation avec la nouvelle politique de défense Protection, Sécurité, Engagement et avec le programme stratégique national de sécurité.

Les thèmes sont groupés sous quatre grandes rubriques :

  1. Personnel – Recrutement et sélection
  2. État de préparation – Instruction et perfectionnement
  3. Processus sociaux dans le milieu de travail
  4. Efficacité opérationnelle

Thème 1 : Personnel – Recrutement et sélection

Épreuves de sélection. Les projets présentés sur ce thème de recherche doivent mettre l’accent sur la création d’outils de sélection (p. ex. évaluer la capacité cognitive, l’intégrité, la personnalité – les aspects tant positifs que négatifs – la résilience/la force de caractère, le jugement situationnel, etc.) au moyen des plus récentes recherches et technologies; ces outils doivent être évalués d’après leur contribution éventuelle à l’atteinte de l’objectif des FAC qui consiste à choisir le meilleur candidat possible pour le poste en question et au bon moment. L’ampleur de ce défi englobe les tests d’intégrité aux fins de sélection/recrutement; les tests de personnalité aux fins de sélection/recrutement; les progrès des tests d’aptitudes cognitives aux fins de sélection/recrutement; la conception de tests qui n’ont pas d’effets néfastes à gérer (en particulier pour évaluer les aptitudes psychométriques des pilotes, le raisonnement spatial, le fonctionnement des cadres supérieurs et l’apprentissage); et les tests de sélection en ligne. Les outils doivent servir à relever les défis inhérents aux tests, y compris ceux qui concernent : a) les tests informatisés ou en ligne; b) les aspects culturels et linguistiques à prendre en compte dans l’élaboration des tests, étant donné que tout outil créé doit exister dans les deux langues officielles; c) l’adaptation des tests pour des raisons liées à la religion, aux troubles d’apprentissage et à la santé physique et mentale.

Thème 2 : État de préparation – Instruction et perfectionnement

Modalités émergentes d’apprentissage et d’instruction. Il incombe aux FAC (et aux pays alliés) de maintenir leur état de préparation dans plusieurs domaines, notamment : l’intervention face aux menaces CBRNE (chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaires ou explosives) et la gestion des pertes humaines. La capacité d’évoluer avec efficacité dans des milieux soumis à des menaces évolutives exige des méthodes d’apprentissage et d’instruction détaillées et flexibles qui font intervenir toute une diversité de conditions redoutables, à la fois dans les milieux de formation réels et simulés. En particulier, l’absence de critères de mesure, de techniques et d’outils analytiques pose un problème lorsqu’il s’agit d’évaluer l’efficacité des approches d’apprentissage et d’instruction dans de tels environnements. Les projets qui remédieraient à cette lacune aideraient grandement les FAC, les forces alliées et les premiers intervenants à évaluer les mécanismes d’apprentissage et d’instruction, à les faire évoluer au besoin et à en maximiser l’efficacité et la préparation pour faire face aux menaces actuelles et émergentes.

Thème 3 : Les processus sociaux dans le milieu de travail

L’incidence de la COVID-19. La pandémie de COVID-19 perturbe actuellement la vie de nombreux Canadiens et de nombreuses organisations, y compris le personnel de l’Équipe de la Défense et leurs familles. Même si l’ampleur de cette crise est sans précédent, les sciences sociales et les sciences comportementales peuvent permettre de mieux comprendre certains paramètres importants de cette crise. La portée de cette crise englobe les domaines suivants :

  • Adaptation à l'isolement et travail à domicile – Prendre connaissance du savoir scientifique relatif aux défis auxquels les personnes en isolement sont confrontées (p. ex. sentiment d’interdépendance ou ennui) et, dans le contexte de la COVID-19, leurs incidences potentielles sur notre personnel, sa santé et son bien-être (sentiment de culpabilité, sentiment d'utilité), la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle, et sa capacité à travailler de façon efficace à domicile. Dans la mesure du possible, identifier les personnes le plus vulnérables aux effets néfastes du travail à domicile et fournir des stratégies pour atténuer ces effets (sur les personnes, les dirigeants, les organisations, etc.).
  • Réactions courantes face aux crises et mesures d'atténuation - Aborder les réactions courantes à court et à long termes face aux crises (émotives, psychologiques, comportementales), les réactions à la COVID-19 en particulier, les groupes à haut risque et les recommandations sur les façons de prévenir ou de gérer ces réactions et leurs répercussions (sur soi-même, les dirigeants, les organisations, etc.).
  • Gestion du stress familial – Prendre en considération les effets négatifs (et positifs) potentiels de la COVID-19 sur les familles (conjoints, enfants, personnes âgées à charge), et l’incidence qu’ils peuvent avoir sur les personnes à court et à long termes.
  • Réinsertion et gestion des conséquences – Définir les enjeux personnels associés à la réinsertion après l'assouplissement des restrictions. Les sujets peuvent inclure la réinsertion en milieu de travail (p. ex. l'établissement de priorités, la reprise du travail, les nouvelles attentes, le changement des façons de faire, le rétablissement de relations de confiance); la gestion des effets résiduels de la crise comme les pertes financières, les relations familiales, les retards scolaires et le chagrin provoqué par la perte d'un être cher qui n'a pas pu être traité de manière normale ou traditionnelle en raison des restrictions mises en place.
  • Caractéristiques des anticonformistes et atténuation des effets – Étudier les aspects sociaux et psychologiques qui prédisent la conformité avec les règles et les directives sur la façon d'agir en toute sécurité pendant des périodes de crise prolongées comme la COVID-19. Les recherches pourraient également explorer les facteurs expliquant les tendances de certaines personnes à s'engager dans des stratégies d'adaptation négatives. Enfin, les recherches pourraient offrir des pistes de solutions afin d'aider le MDN et les FAC à inciter les groupes à haut risque à adopter un comportement plus souple en cas de crise.

La diversité, le genre et les forces armées. La politique de défense la plus récente du Canada, Protection, Sécurité, Engagement, demande l’application d’une analyse comparative entre les sexes plus (ACS+), elle mentionne de nombreuses initiatives relatives à la diversité et à l’inclusion et elle classe par ordre de priorité les résultats des ressources humaines comme le recrutement, la formation, le maintien en poste, la santé et la résilience et une culture de leadership, de respect et d’honneur. Les travaux qui se poursuivent dans ce domaine montrent aussi que le manque de diversité et d’inclusion hommes-femmes dans les groupes militaires actuels risque de nuire à la capacité opérationnelle et d’écarter des candidates et des candidats talentueux. En outre, l’évolution des paramètres démographiques au Canada et chez ses alliés oblige à mieux comprendre la façon d’attirer, de recruter et de maintenir en poste la prochaine génération de militaires provenant de collectivités diverses, afin de maintenir l’état de préparation et l’efficacité opérationnels des FAC. Des recherches ont porté sur bon nombre des défis inhérents à l’accroissement de la diversité et à l’intégration des femmes dans les forces armées, mais d’autres recherches sont nécessaires pour mieux comprendre comment créer et maintenir en puissance une organisation militaire qui soit effectivement inclusive.

Instaurer un climat de confiance dans les diverses équipes organisationnelles et les milieux interculturels. Les projets menés sur ce thème de recherche doivent mettre l’accent sur les concepts et les cadres permettant de comprendre les fondements de la confiance et les techniques nécessaires pour favoriser la croissance de la confiance dans les équipes diversifiées et les contextes interculturels de l’organisation. Les travaux peuvent comprendre des recherches qui permettront d’améliorer la mobilisation du personnel, la compréhension commune, la motivation et la collaboration, la planification, le processus décisionnel et l’exécution des activités dans les équipes multi-organisationnelles et multiculturelles. Les recherches pourraient porter sur l’élaboration de cadres, de modèles et de théories afin de mieux comprendre la psychologie, la dynamique de groupe et les mesures du rendement soit dans des organisations diverses, soit dans des équipes culturelles diverses. Les recherches pourraient également porter sur l’élaboration et la validation de techniques, de méthodes et de technologies pour faciliter le renforcement initial de la confiance, la détection des baisses de confiance et les stratégies visant à réparer des liens de confiance brisés et à atténuer les effets destructeurs de la méfiance dans ces milieux.

Transition à la vie civile : Le rôle de l’identité dans le processus de transition. La transition de la vie militaire à la vie civile (TVMVC) est difficile pour tous les militaires. Même si la plupart s’en sortent bien, les changements sont assez difficiles pour certains. Les premières recherches sur la transition mettent en évidence l’importance de « l’identité » lorsqu’il s’agit d’opérer la transition à la vie civile. Les recherches antérieures ont mis l’accent sur la compréhension de ce qu’il advient du sentiment d’identité des militaires et de la façon dont ils fonctionnent dans la société une fois qu’ils ont quitté les forces armées. D’aucuns ont émis l’opinion qu’une bonne transition est attestée par d’anciens combattants et leurs familles qui parviennent à un état général de mieux-être. Selon des recherches en cours sur l’identité, il est essentiel et nécessaire de bien gérer le changement d’identité pour s’adapter à la vie civile; en effet, l’identité et l’adoption d’un nouvel objectif de vie sont les facteurs déterminants clés du mieux-être, une fois que le militaire passe à la vie civile. Nous avons besoin de cadres théoriques et de nouvelles approches méthodologiques/analytiques pour comprendre l’expérience de la transition et trouver des moyens novateurs de renseigner les militaires en voie d’être libérés sur les perturbations à venir de leur identité et de les armer de compétences et de connaissances de la vie qui les aideront à trouver une identité saine après leur service.

Changements d’ordre socioculturel dans les organisations militaires. La culture et les changements d’ordre socioculturel représentent un défi persistant pour les dirigeants militaires et, à ce titre, on les aborde de diverses façons depuis quelques décennies. Cette priorité se voit renforcer dans la politique de défense du Canada, Protection, Sécurité, Engagement, qui demande un changement de culture institutionnalisé afin de promouvoir une culture de leadership, de respect et d’honneur en vue d’éliminer les comportements nuisibles et de promouvoir des milieux de travail exempts de harcèlement et de discrimination. Alors que les objectifs particuliers de l’opération HONOUR revêtent une importance particulière, de nombreuses autres priorités institutionnelles entraînent des demandes simultanées d’action et de changement dans l’ensemble des FAC. Les défis sociaux auxquels se heurtent les FAC aujourd’hui exigent une meilleure compréhension de la dynamique culturelle, notamment des approches futures à l’égard des changements culturels. On peut dire que les recherches antérieures sont riches dans la façon dont elles abordent les changements d’ordre culturel de même que dans l’établissement du rôle important qu’il y a à mesurer et à surveiller les initiatives de changement; cependant, il existe peu de recherches pragmatiques qui comportent par exemple des mesures ou des évaluations des initiatives fructueuses de changement culturel, de l’atteinte des objectifs des changements de culture dans le temps ou de l’identification et de l’évaluation des principaux facilitateurs des changements culturels et des obstacles à ces changements. En dépit des multiples efforts visant la diversité, l’inclusion et l’élimination du harcèlement sexuel et de toute inconduite sexuelle, il existe peu de preuves qui appuient l’objectif plus général d’un changement d’ordre culturel. Les recherches qui portent sur les modèles de méthodes qualitatives, quantitatives et mixtes et des manières de surveiller et de mesurer les changements d’ordre socioculturel revêtent de l’importance pour mieux comprendre la façon dont les organisations, et l’armée en particulier, peuvent mener des recherches pragmatiques sur les changements d’ordre culturel.

Bien-être psychosocial des groupes minoritaires en milieu de travail. Le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes ont pris l’engagement de promouvoir le bien-être de leurs effectifs, ainsi que les idéaux que sont la diversité, le respect et l’inclusion. Les recherches menées à l’interne ont établi des mesures de base du bien-être au travail dans toute l’Équipe de la Défense, ainsi que des perspectives d’ordre démographique sur un certain nombre d’attitudes et de comportements se rapportant au climat de diversité, à la culture, au leadership, au harcèlement, à la discrimination, au racisme, aux inconduites sexuelles, à la santé mentale et à la résilience. Dans certains cas, les résultats ont mis en lumière les différences entre les sous-groupes de l’Équipe de la Défense, notamment chez les femmes ou les membres de la communauté LGBTQ, ou encore les militaires qui s’identifient comme appartenant à d’autres groupes désignés comme minorités visibles, Autochtones ou personnes handicapées. D’autres travaux sont nécessaires pour examiner les expériences uniques et les aspects du bien-être psychosocial de divers groupes vulnérables, y compris les facteurs de risque et de résilience. Les projets réalisés sur ce thème doivent tenir compte de la meilleure façon de mesurer le bien-être psychosocial chez les groupes minoritaires dans les grandes organisations; les liens entre les expériences de comportements inappropriés et discriminatoires et le bien-être psychosocial; la mesure dans laquelle l’intersectionnalité et certaines expériences négatives comme la discrimination ou le harcèlement sont des facteurs du bien-être psychosocial qui atténuent les risques et la résilience; et les stratégies visant à atténuer les risques ou à renforcer les facteurs de résilience qui peuvent s’appliquer aux organisations pour promouvoir effectivement ou soutenir le bien-être psychosocial des groupes minoritaires au travail.

Comment prévenir les représailles après des conflits interpersonnels et y réagir. L’un des grands principes de la politique de défense des Forces armées canadiennes (FAC) (officiellement connue sous l’appellation de Protection, Sécurité, Engagement), est de promouvoir un milieu de travail respectueux et sain. Cela exige un environnement dans lequel les conflits interpersonnels émergents, le harcèlement ou les comportements inappropriés peuvent être détectés et résolus sans crainte de représailles. Les projets réalisés sur ce thème doivent se concentrer sur les études, les théories et les cadres qui permettent de mieux comprendre la nature des représailles officielles et officieuses qui peuvent avoir lieu dans un milieu de travail comme l’armée; les facteurs interpersonnels et organisationnels qui multiplient (et par contraste, qui atténuent) le risque de représailles réelles ou perçues; et la manière de réagir avec efficacité lorsque des actes perçus de représailles sont signalés à l’issue de la divulgation d’un conflit interpersonnel, d’un cas de harcèlement ou d’un comportement inapproprié au travail.

Thème 4 : Efficacité opérationnelle

Les paramètres individuels, sociaux et culturels de la radicalisation. On entend par radicalisation le processus par lequel des personnes ou des groupes passent de points de vue sociaux, politiques ou religieux modérés et acceptés par la société à des points de vue extrêmes qui, dans certains cas, aboutissent à la violence ou à d’autres activités hostiles ou pernicieuses (p. ex. soutien idéologique ou promotion de la violence). Les projets menés sur ce thème de recherche doivent mettre l’accent, d’une part, sur les études et les cadres qui permettront de comprendre comment la culture, la société, l’adhésion à un groupe, l’identité, le sexe, la santé mentale et le sentiment d’appartenance de la personne contribuent au processus de radicalisation, et d’autre part, sur des stratégies d’atténuation possibles.

La dimension éthique de l’utilisation de l’intelligence artificielle dans les contextes de la défense et de la sécurité. Les capacités et les applications de l’intelligence artificielle (IA) ont évolué rapidement suite à la croissance considérable de la puissance des ordinateurs, de l’accès aux données et des améliorations apportées aux algorithmes. Même si l’IA offre des solutions à un vaste éventail d’écarts et de défis dans les capacités militaires, la technologie IA doit être conçue dans un esprit qui ne vise pas seulement ses avantages, mais également ses risques et limites. Les erreurs provoquées par de mauvaises actions ou des conseils erronés émanant des technologies IA peuvent mettre en péril la vie du personnel militaire et des employés civils. L’utilisation de l’IA présuppose également des enjeux éthiques et sociaux complexes qui peuvent entraver sa conception, son développement, sa mise en œuvre, son évaluation et son déploiement par les FAC et le MDN. Des recherches internes ont mis en lumière la nécessité d’un cadre d’évaluation de la dimension éthique de l’emploi des technologies émergentes liées à l’IA et à la robotique dans les futurs systèmes militaires, ce qui s’est soldé par l’élaboration d’un tel cadre. L’application du cadre à de telles technologies a révélé plusieurs problèmes omniprésents concernant notamment la protection de la vie privée, le parti pris, la sécurité, l’obligation de rendre des comptes et la responsabilité, la fiabilité et la confiance. Les recherches à venir devront examiner les conséquences éthiques de certaines technologies dans le contexte des forces armées et de la sécurité publique; elles devront aussi porter sur les éléments techniques, institutionnels, juridiques et réglementaires d’un code d’éthique sur l’IA et, aspect important, elles pourraient se pencher immédiatement sur les défis émergents posés par l’emploi agressif des technologies susmentionnées par des acteurs non étatiques et des États-nations rivaux.

Dimensions humaines de la cybersécurité. La sécurité des ordinateurs et des réseaux informatiques est constamment menacée par des acteurs malveillants cherchant à accéder aux données qui y sont stockées et à s’en rendre maîtres. Dans une grande mesure, la protection des systèmes et des réseaux contre ces acteurs constitue un défi technique que nous pouvons relever en déployant des outils efficaces pour détecter et bloquer les tentatives d’accès. D’autres menaces planant sur la sécurité des réseaux sont dues : a) à la vulnérabilité des utilisateurs à l’influence exercée par des acteurs malveillants, ou b) au fait que des utilisateurs passent volontiers outre à la politique et adoptent des comportements qui mettent les cybersystèmes en péril. Les projets qui relèvent de cet axe de recherche doivent se concentrer a) sur les expériences et les cadres qui permettent de mieux comprendre les facteurs humains sous-jacents aux comportements non pernicieux qui compromettent la sécurité du réseau, y compris le non-respect des politiques, la réaction des usagers face aux événements de sécurité ou la vulnérabilité des usagers au génie social par des agents animés de mauvaises intentions; b) sur l’élaboration et la mise à l’essai de méthodes qui permettent d’évaluer les risques éventuels pour les systèmes et les réseaux à cause de comportements humains non malveillants; et c) sur l’élaboration et la mise à l’essai d’interventions permettant d’atténuer les menaces résultant de comportements humains non malveillants. (Ce sujet est également proposé par le CRSH.)

Façonnement des attitudes, des opinions et des comportements. Il est possible de persuader les personnes de modifier leurs attitudes, leurs opinions ou leurs comportements, même si cela va à l’encontre de leurs valeurs et convictions, ou de les influencer dans le même but. Par exemple, des adversaires peuvent tenter de convaincre les auditoires cibles d’approuver une idée ou un dirigeant clé ou de s’y opposer. Comme autre exemple, l’organisation peut prendre des mesures pour tenter de modifier les attitudes de ses membres qui recherchent de l’aide en matière de santé mentale. Les projets qui relèvent de ce thème de recherche doivent viser à comprendre les facteurs psychologiques et sociologiques par lesquels des personnes, des groupes, des collectivités ou des populations entières peuvent avoir des croyances, des avis ou des comportements façonnés par une personne, un groupe, les médias, l’industrie ou des protagonistes d’État par le biais de communications persuasives, notamment, dans le cas des tentatives d’adversaires de façonner les attitudes et les comportements, la ruse (p. ex., les fausses représentations, la mésinformation et d’autres formes de techniques de manipulation des informations). Les auteurs des projets adopteront des approches qualitatives, ou quantitatives, ou les deux, pour comprendre la façon dont certains facteurs comme les vulnérabilités individuelles, les processus collectifs, le genre et l’identité sociale contribuent à altérer les attitudes, les opinions et les comportements dans l’environnement réel et en ligne.

Exigences sociales et culturelles liées aux opérations militaires. La politique de défense du Canada, Protection, Sécurité, Engagement, met en relief un avenir caractérisé par un milieu de sécurité complexe et imprévisible. Dans ce contexte, le succès des missions dépendra de la capacité de nouer des rapports avec un éventail diversifié de personnes, d’organisations et d’alliés dans des contextes de sécurité astreignants, aussi bien au Canada qu’à l’étranger. Pour ce faire, il faudra une organisation militaire agile, instruite, souple, diversifiée, prête à combattre et dotée de compétences culturelles de haut niveau, une collectivité militaire saine et résiliente, composée de membres des forces armées et de leurs familles, et la capacité de relever des défis sans pareils qui se poseront aux femmes, aux hommes et aux enfants vivant dans les zones de conflit. Comme il importe fondamentalement de satisfaire aux exigences sociales et culturelles pour garantir l’efficacité militaire, des recherches s’imposent pour créer les connaissances voulues et contribuer à la capacité militaire nécessaire afin de renforcer les processus institutionnels et relever ainsi ces défis, ce qui comprend la capacité d’intégrer les analyses comparatives entre les sexes dans les processus institutionnels et opérationnels. (Sujet également proposé par le CRSH.)

Perspectives des sexes relatives aux opérations, à la défense et à la sécurité. Les projets entrepris sur ce thème de recherche doivent porter sur l’intégration des perspectives susmentionnées ou de l’analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) dans les opérations et dans les programmes de défense et de sécurité. Les chercheurs doivent adopter des points de vue nationaux ou internationaux afin de mieux comprendre les conséquences éventuelles des opérations et d’autres interventions pour divers groupes de personnes, en tenant compte de la problématique hommes-femmes et de toute une gamme de facteurs identitaires tels que la culture, la langue, la race, la religion, l’âge, le revenu, le niveau d’instruction ou la géographie. Les projets pourraient aussi concerner le Programme mondial sur les femmes, la paix et la sécurité décrit dans la résolution 1325 et des résolutions ultérieures du Conseil de sécurité des Nations Unies par lesquelles ce dernier vise à remédier aux effets disproportionnés et sans pareils que les conflits armés ont sur les femmes et à mettre en lumière le rôle clé qu’elles peuvent jouer dans la gestion et le règlement des conflits et dans l’établissement d’une paix durable. Les chercheurs pourraient se pencher sur les défis et les possibilités inhérents à l’inclusion des perspectives hommes-femmes et sur les conditions dans lesquelles l’intégration de ces perspectives et l’ACS+ pourraient contribuer à l’amélioration de l’efficacité opérationnelle et aider à répondre aux divers besoins des populations touchées par les conflits, les crises ou les catastrophes naturelles.

Relations civilo-militaires. Les projets menés sur ce thème de recherche doivent mettre l’accent sur la capacité d’établir et d’entretenir des relations fructueuses et axées sur la collaboration entre les forces armées et les entités civiles, y compris les ministères du gouvernement, les organisations internationales, la population locale, ou d’autres groupes. Les recherches doivent approfondir les théories actuelles sur les relations civilo-militaires aux niveaux stratégique, opérationnel et tactique, dans la gamme des circonstances et contextes où ces relations ont lieu. Les sujets abordés pourraient être les suivants : combler les écarts entre les cultures organisationnelles civiles et militaires; la relation entre l’autorité civile et l’autorité militaire; la collaboration aux opérations civilo-militaires; la planification et l’instruction civilo-militaires avant le déploiement; les politiques influant sur les relations civilo-militaires; les politiques et les processus de stabilisation; le rapport entre les relations civilo-militaires et la guerre hybride; les relations entre les entités humanitaires et les forces armées, en particulier en ce qui concerne les mandats de ces entités et le droit. Ces recherches pourraient concerner l’élaboration ou l’approfondissement de théories et de modèles sur les relations civilo-militaires; l’analyse des processus, politiques, doctrines et mandats civilo-militaires existants; l’analyse des techniques et des technologies d’instruction et d’apprentissage destinées à faciliter les relations civilo-militaires, et l’élaboration de nouvelles techniques et technologies d’instruction et d’apprentissage. (Sujet également proposé par le CRSH.)

Comment travailler avec efficacité dans diverses équipes organisationnelles et dans les milieux interculturels. Les projets menés sur ce thème de recherche doivent mettre l’accent sur les concepts et les cadres permettant de comprendre les fondements de la confiance et les techniques nécessaires pour favoriser la croissance de la confiance dans les équipes diversifiées et les contextes interculturels de l’organisation. Les travaux peuvent comprendre des recherches qui permettront d’améliorer la mobilisation du personnel, la compréhension commune, la motivation et la collaboration, la planification, les processus décisionnels et l’exercice d’activités au sein d’équipes multi-organisationnelles et multiculturelles. La recherche pourrait porter sur l’élaboration de cadres, de modèles et de théories pour mieux comprendre les relations psychologiques et la dynamique de groupe dans des équipes organisationnelles ou culturelles diversifiées, sur la création et la validation de techniques, d’approches et de technologies pour faciliter l’établissement initial de la confiance, la détection des baisses de confiance et l’adoption de stratégies pour réparer les liens de confiance brisés, et sur les mesures à prendre pour atténuer les effets destructeurs de la méfiance dans ces contextes.

Connaissance de la situation dans tous les domaines – Programme de S & T

Par un investissement pouvant atteindre 133 M $ sur cinq ans en lien avec les S et T pour la connaissance de la situation dans tous les domaines (CSTD), le MDN mènera des tâches de recherche et d’analyse à l’appui de l’élaboration d’options de connaissance du domaine pour les approches aériennes et maritimes de surface et sous-marines du Canada, particulièrement dans l’Arctique. Ces tâches de recherche et d’analyse seront exécutées en collaboration avec d’autres ministères, le milieu universitaire, l’industrie et des alliés. Les solutions de surveillance prises en compte appuieront la capacité du gouvernement du Canada d’exercer sa souveraineté dans l’Arctique et elles offriront, à l’échelle pangouvernementale, une connaissance approfondie des enjeux de sûreté et de sécurité ainsi que des activités de transport et des autres.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :