Métadonnées (Normes pour la structure des données)

Introduction aux normes sur les métadonnées pour les musées

Les musées utilisent couramment les métadonnées pour gérer et documenter leurs collections, et pour partager l'information concernant leurs collections. On peut décrire les métadonnées comme étant des « données structurées concernant des données »; l'exemple le plus évident dans le contexte muséal est la notice dans un catalogue de musée (données structurées concernant un objet de la collection du musée).

Les musées ont recours aux normes sur les métadonnées pour faciliter la documentation et la gestion des collections ainsi que la recherche de ressources. Les normes sur les métadonnées ont habituellement les objectifs suivants :

  • améliorer l'extraction de l'information (en particulier l'extraction automatisée);
  • promouvoir l'uniformité dans une base de données et entre les bases de données;
  • assurer l'enregistrement d'informations importantes;
  • améliorer la sécurité des collections;
  • rendre des comptes sur les collections muséales;
  • permettre le partage et l'utilisation des collections et des connaissances sur les collections;
  • faciliter l'échange d'information entre les bases de données;
  • faciliter la migration des données aux nouveaux systèmes.

Ces normes sur les métadonnées mettent en évidence les éléments d'information devant être enregistrés en vue de bien documenter une collection (p. ex., matériaux, artiste, origine) et les processus auxquels sont soumis les collections et les objets (p. ex., prêts, traitements de conservation, expositions). Certaines de ces normes comprennent également des règles et des conventions pour la saisie des données (normes sur le contenu des données) et des sources de terminologie (normes sur la valeur des données ou le vocabulaire).

Les normes sur les métadonnées décrivent habituellement :

  • un nombre restreint d'éléments utilisés pour décrire une ressource;
  • le nom et la signification de chaque élément;
  • les règles d'utilisation de chaque élément (si un vocabulaire contrôlé est utilisé avec l'élément, par exemple).

Les musées utilisent les métadonnées pour certaines activités, notamment :

  • la documentation des collections (données sur les matériaux des objets, dates, auteur, etc.);
  • la gestion des collections (information sur les droits, l'accès, l'utilisation, le contrôle de l'emplacement, etc.);
  • la recherche de ressources (information utilisée pour trouver et identifier des ressources numériques ou matérielles);
  • l'établissement d'une structure au sein des ressources et entre ces dernières (pour visionner et consulter les métadonnées);
  • la conservation (données sur l'état des objets ou la conservation des ressources numériques, etc.).

Outre les métadonnées sur leurs collections matérielles, les musées ont recours à des métadonnées pour documenter, gérer, utiliser et préserver leurs ressources numériques, notamment :

  • des fichiers d'images et autres fichiers multimédias qui documentent leurs collections matérielles;
  • des collections numériques (art numérique, matériaux d'archivage numérique, etc.).

Les métadonnées peuvent devenir très complexes lorsque des « dérivés » de l'objet d'information sont produits – versions modifiées d'images (p. ex., aux fins d'affichage sur le Web ou de publication), copies ou reproductions d'originaux ou nouvelles versions de documents, auxquelles des métadonnées (interreliées) sont associées. À chacune de ces versions ou copies peuvent correspondre des dates, des restrictions d'utilisation, des personnes connexes et d'autres métadonnées qu'il faut gérer.

Des métadonnées peuvent également porter sur des niveaux différents d'objets ou de regroupements. Par exemple, il peut y avoir des métadonnées interreliées concernant :

  • des objets particuliers (objets matériels ou numériques) dans la collection d'un musée;
  • des artistes, des endroits et autres renseignements qui sont liés à des objets dans la collection d'un musée;
  • des sous-ensembles de la collection d'un musée;
  • l'ensemble de la collection d'un musée (« description d'une collection »);
  • une exposition (matérielle ou virtuelle).

Les métadonnées peuvent être stockées à part de l'objet d'information ou être contenues dans celui-ci.

  • Dans le cas d'objets matériels d'un musée, les « métadonnées » sont stockées à part, dans une base de données.
  • Dans le cas d'images numérisées ou d'autres fichiers multimédias, certaines métadonnées peuvent être stockées dans une base de données, alors que d'autres sont stockées dans un fichier multimédia au cours du processus de numérisation.
  • Dans le cas d'un site Web, les métadonnées sont souvent incluses dans le code HTML au début de chaque page; les moteurs de recherche utilisent parfois ces métadonnées intégrées pour indexer le site.

Normes sur les métadonnées pour la documentation des collections des musées

De nombreux types de normes de métadonnées sont à la disposition des musées. Ces normes aident les musées à déterminer quels types de renseignements ils doivent consigner au sujet de leurs collections et de leurs processus, et à organiser ces renseignements. À titre d'exemple, une norme de métadonnées peut préciser quels éléments d'information sont nécessaires pour bien documenter une collection aux fins de sécurité, offrant des définitions précises pour chacun de ces éléments et expliquant les liens entre eux. Une norme peut également donner des directives sur la façon dont les données doivent être consignées (p. ex. format de date approprié ou règles à suivre pour les noms de personnes).

Certaines normes de métadonnées (comme la norme Dublin Core) sont très générales et peuvent être utilisées pour tous les types de collections ou de ressources. D'autres ont été élaborées pour des types de collections en particulier (p. ex. collections biologiques, collections d'art numérique) ou à des fins précises (p. ex. description au niveau de la collection ou identification d'un objet unique). Voici certaines normes de métadonnées importantes pour la gestion et la documentation des collections muséales :

Gestion et documentation des collections de sciences humaines

Les normes de métadonnées suivantes ont été élaborées pour les musées possédant des collections de sciences humaines (p. ex. collections historiques, ethnologiques, d'oeuvres d'art).

  • Dictionnaires de données du RCIP

    Les Dictionnaires de données des sciences humaines et des sciences naturelles du Réseau canadien d'information sur le patrimoine sont reconnus en tant qu'outils de référence précieux pour la gestion de l'information sur les collections des musées. Un dictionnaire de données définit toutes les catégories ou tous les types d'information constituant une base de données. Les Dictionnaires de données du RCIP ne constituent pas une structure de données à utiliser dans un système de gestion des collections, mais ils peuvent être employés comme base pour établir ce genre de structure. Des musées de toutes sortes peuvent s'en servir pour recenser leurs besoins en matière d'information et pour normaliser leur documentation. Chaque zone de données des Dictionnaires de données du RCIP est décrite par une étiquette de zone, un code mnémonique et un nom. Les zones comprennent une définition, des règles d'introduction, des zones connexes, un type de données, des exemples, une discipline, des listes d'autorités, une source et d'autres informations. Les Dictionnaires de données du RCIP sont employés comme norme commune pour les établissements canadiens qui versent des données sur les collections dans Artefacts Canada, comme ligne directrice pour les établissements qui élaborent ou modifient un système de gestion des collections et pour aider les catalogueurs à consigner l'information de façon cohérente ou pour aider les utilisateurs de bases de données d'information sur les collections dans le cadre de stratégies de recherche.

    Aller à « Dictionnaires de données du RCIP »

  • SPECTRUM (Standard Procedures for Collections Recording Used in Museums)

    Créée par Collections Trust, la norme SPECTRUM est un guide « des pratiques exemplaires en matière de documentation muséale, élaboré en collaboration avec le milieu muséal. Elle comprend des procédures de documentation des objets et des activités qui s'y rapportent. Elle indique aussi comment identifier et décrire l'information qu'il faut enregistrer pour documenter ces activités. » Elle constitue donc à la fois une norme relative aux métadonnées pour la documentation des collections de musées et une norme procédurale. La norme SPECTRUM contient des renseignements sur la norme minimale de documentation muséologique au Royaume-Uni. Une version simplifiée, appelée SPECTRUM Essentials, est disponible pour les musées de petite taille. SPECTRUM est une norme reconnue à l'échelle internationale et de plus en plus employée pour les échanges internationaux de données muséales. Une DTD XML fondée sur la norme SPECTRUM sert de format d'échange indépendant du système pour les données muséales. Disponible en anglais seulement.

    Aller à « SPECTRUM (Standard Procedures for Collections Recording Used in Museums) »

  • Recommandations internationales pour la documentation des objets muséaux : Les catégories d'information du CIDOC, 1995

    Élaborées par le Comité international pour la documentation (CIDOC) du Conseil international des musées (ICOM), ces lignes directrices présentent des catégories d'information pour la gestion des collections et la description des objets, ainsi que des recommandations concernant la syntaxe ou la mise en forme des données, ainsi que les vocabulaires contrôlés. Les dictionnaires de données du RCIP font partie des nombreux documents consultés pour l'élaboration des lignes directrices du CIDOC. Ces recommandations sont proposées comme fondement d'une norme internationale ou pour l'établissement de nouvelles normes nationales dans les pays qui n'en ont pas, ou encore comme système intermédiaire pour établir la correspondance entre des normes de documentation muséales existantes. Un modèle conceptuel de référence du CIDOC (CIDOC CRM) fondé sur les lignes directrices a été élaboré afin de faciliter l'échange d'information muséologique. Disponible en anglais et en français.

    Aller à « Recommandations internationales pour la documentation des objets muséaux : Les catégories d'information du CIDOC, 1995 » (version PDF, 878 Ko)

  • Comment documenter vos collections? Le guide de documentation du Réseau Info-Muse

    Le système documentaire du Réseau Info-Muse s'appuie sur une pratique muséale québécoise et canadienne. Il est le fruit d'une collaboration étroite avec des organismes et des institutions muséales du Québec et du Canada, ainsi qu'avec de nombreux spécialistes qui participent aux différents comités de validation scientifique des outils conçus par le Réseau. Ainsi, les normes établies par le Réseau canadien d'information sur le patrimoine (RCIP) depuis les années 1970 ont fourni une base importante pour l'élaboration du système, s'inscrivant donc dans le prolongement des principales normes nationales et internationales de documentation des collections muséales.

    Aller à « Comment documenter vos collections? Le guide de documentation du Réseau Info-Muse »

  • Comment gérer vos collections? Le guide de gestion du Réseau Info-Muse - Deuxième édition

    Ce guide élaboré par le Réseau Info-Muse de la Société des musées québécois (SMQ) décrit des processus tels que l'acquisition, les emprunts et les prêts, l'aliénation, ainsi que les champs de données requis pour documenter ces processus. Il énumère, entre autres, les zones à utiliser pour la documentation de reproductions photographiques, d'images numériques et des droits. Ce document n'est disponible qu'en français et est actuellement épuisé. Par contre, il se peut que vous en trouviez un exemplaire dans une bibliothèque ou une librairie.

    Aller à « Comment gérer vos collections? Le guide de gestion du Réseau Info-Muse - Deuxième édition »

  • Introduction to Metadata, Version 3.0

    Publié par le Standards Program du J. Paul Getty Trust sous la direction de Murtha Baca, cet ouvrage donne un aperçu des métadonnées et des questions qui s'y rapportent. Il est disponible en anglais et en espagnol.

    Aller à « Introduction to Metadata, Version 3.0 »

Gestion et documentation des collections d'art, de ressources iconographiques et d'architecture

Les normes de métadonnées suivantes sont recommandées pour les musées possédant des collections d'art et de ressources iconographiques. Elles sont semblables aux normes pour les collections de sciences humaines (voir ci-dessus), mais ont une portée plus précise.

  • Categories for the Description of Works of Art (CDWA)

    Les CDWA ont été créées par le Art Information Task Force (AITF) avec l'appui financier du J. Paul Getty Trust. Elles décrivent le contenu de bases de données sur les oeuvres d'art en proposant un cadre conceptuel pour décrire l'information sur des objets et des images et y donner accès. Elles citent des sources de vocabulaire et des méthodes de description qui rendront l'information contenue dans divers systèmes plus compatible et accessible. Les CDWA fournissent également un cadre de référence avec lequel les systèmes actuels d'information sur l'art peuvent être mis en correspondance et à partir duquel de nouveaux systèmes peuvent être créés. [...] On y trouve aussi des conseils quant à l'utilisation de vocabulaires contrôlés, de listes d'authorité et des règles d'introduction normalisées de certaines données, afin d'accroître l'efficacité des recherches effectuées par les utilisateurs. Description traduite, provenant du site Web. Les CDWA ne sont disponibles qu'en anglais.

    Aller à « Categories for the Description of Works of Art (CDWA) »

  • VRA Core 4.0

    Créées par le comité des normes en matière de données de la VRA (Data Standards committee of the Visual Resources Association), les VRA Core Categories constituent un prolongement de certaines parties des CDWA (Categories for the Description of Works of Art). Tandis que les CDWA comprennent tous les éléments nécessaires à la description des objets de musée, les VRA Core Categories enrichissent les éléments d'un sous-ensemble des CDWA pour décrire les images qui documentent des oeuvres de la culture visuelle, en particulier des oeuvres d'architecture et des oeuvres contextuelles. Au départ, les VRA Core Categories étaient fondées sur les CDWA, mais les versions les plus récentes traduisent l'influence de la norme Dublin Core. Elles sont au nombre de 17, mais il est possible d'ajouter des catégories au besoin. La version 4.0 des VRA Core Categories peut être utilisée conjointement avec la norme CCO (Cataloguing Cultural Objects) relative au contenu et fournit l'encodage en langage XML. Disponible en anglais seulement.

    Aller à « VRA Core 4.0 »

  • Le catalogage des estampes - Capsule documentaire no 1

    Rédigé par la Société des musées québécois (SMQ), ce document propose des lignes directrices pour le catalogage d'estampes. Disponible uniquement en français.

    Aller à « Le catalogage des estampes - Capsule documentaire no 1 »

  • A Guide to the Description of Architectural Drawings

    Lignes directrices, conventions et normes pour la description de dessins et autres documents d'architecture, incluant des exemples et des recommandations de fichiers d'autorité et de vocabulaires contrôlés. Disponible en anglais seulement.

    Aller à « A Guide to the Description of Architectural Drawings »

Gestion et documentation de l'art numérique et des médias variables

L'« art médiatique », ou « art numérique » (comprenant l'art Internet, les installations, l'art logiciel, l'art conceptuel, l'art performance, etc.), fait de plus en plus partie des collections des musées. Or, les formes traditionnelles de documentation et de préservation ne sont pas toujours efficaces pour ces types de collections. Les directives procédurales et les normes de documentation pour ces formes d'art évoluent rapidement.

  • Le guide de catalogage des collections nouveaux medias

    Le Guide de catalogage des collections nouveaux médias s'adresse principalement à tous les gestionnaires de collections d'oeuvres de nouveaux médias, tels que les registraires, les archivistes de collections et les conservateurs des institutions muséales. Le guide saura également être utile à la communauté élargie des créateurs, des chercheurs, des présentateurs et des collectionneurs. Les nouveaux besoins et les interrogations de tous ces intervenants, qui ont la responsabilité de décrire, d'expliquer, de présenter et de documenter les œuvres, constituent la matière première des réflexions et des travaux entrepris par les membres du comité Structure de catalogage du projet Documentation et conservation du patrimoine des arts médiatiques (DOCAM). Le guide présente la méthode utilisée, les outils développés ainsi que les résultats obtenus dans le but d'assurer une saine gestion et une connaissance suffisante des œuvres de nouveaux médias afin de les conserver et de les présenter correctement dans le futur.

    Aller à Le guide de catalogage des collections nouveaux medias

  • Le modèle documentaire de DOCAM

    Le Modèle documentaire de DOCAM fournit un cadre de référence pour organiser la documentation relative aux œuvres d'art médiatique. Il soutient la documentation tout au long du cycle de vie de l'œuvre, notamment « les documents, leurs producteurs, les différentes étapes du cycle de vie de l'œuvre, ses itérations successives et ses composantes » ainsi que les liens qui existent entre ces éléments. Offert en français et en anglais.

    Aller à Le modèle documentaire de DOCAM

  • Matters in Media Art: Collaborating Towards the Care of Time-based Media

    Ce site Web fournit des lignes directrices pour la préservation des oeuvres d'arts médiatiques, comme les installations vidéo, cinématographiques, audiovisuelles et recourant à un ordinateur. Il est issu d'un consortium de conservateurs, de restaurateurs, d'archivistes et de gestionnaires de matériel audiovisuel rattachés à de grands musées d'art. Cette ressource comprend deux parties principales qui portent sur les oeuvres d'art médiatique : l'acquisition et les prêts. La partie portant sur les acquisitions souligne les éléments d'information et les processus nécessaires à la prise de décisions éclairées au cours de la pré- acquisition, de l'enregistrement et de l'intégration d'une oeuvre dans la collection. Elle fournit des modèles pour la description de l'installation, de la structure et de l'état de l'oeuvre, pour l'évaluation des coûts et les accords de licences de droits d'auteur. La partie sur les prêts porte sur la planification et la recherche, la négociation et la réalisation d'un prêt. Elle comprend également des modèles et des lignes directrices sur la façon de procéder. Ce document n'est disponible qu'en anglais.

    Aller à "Matters in Media Art: Collaborating Towards the Care of Time-based Media"

  • Arts médiatiques et musées: Lignes directrices et études de cas

    Divers groupes de recherche internationaux ont été créés afin de faciliter l'acquisition et la gestion à long terme des œuvres d'art médiatique. Basée à Montréal, l'Alliance de recherche DOCAM (Documentation et conservation du patrimoine des arts médiatiques) est composée de chercheurs d'organisations culturelles et universitaires. En collaboration avec l'Alliance de recherche DOCAM, le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) a développé des méthodes de documentation et de conservation adaptées aux œuvres d'art médiatique dans les musées en plus d'identifier les problèmes éthiques qui leur sont associés.

    Aller à « Arts médiatiques et musées: Lignes directrices et études de cas »

  • Bilan méthodologique (études de cas du Comité structure de catalogage, DOCAM)

    Ce rapport a été publié par l'alliance DOCAM, une alliance de recherche à l'échelle internationale axée sur la documentation et la conservation du patrimoine des arts médiatiques, au sein du Comité structure de catalogage. Il résume le travail effectué pour trouver de nouvelles méthodologies et de nouveaux outils permettant de conserver et de documenter les arts médiatiques, à partir de trois études de cas d'oeuvres se trouvant au Musée d'art contemporain de Montréal et au Musée des beaux-arts du Canada. Ces études de cas ont permis de mettre en relief les pratiques et les outils de catalogage des oeuvres d'art médiatique, ainsi que de recommander des améliorations à apporter à ces pratiques et la création d'un nouvel ensemble d'outils de documentation et de conservation des arts médiatiques. Le rapport servira de fondement à un guide pratique de catalogage des arts médiatiques, que l'alliance DOCAM rédigera en 2009. Ce document est disponible en français et en anglais.

    Aller à « Bilan méthodologique (études de cas du Comité structure de catalogage, DOCAM) » (version PDF, 124 Ko)

Gestion et documentation des collections ethnologiques et archéologiques

Les normes suivantes sur les métadonnées sont recommandées pour les musées possédant des collections ethnologiques ou anthropologiques. Elles sont semblables aux normes pour les collections sur les sciences humaines (voir ci-dessus), mais ont une portée plus précise

  • International Core Data Standard for Ethnology/Ethnography du CIDOC

    Élaborée par le groupe de travail du CIDOC sur l'ethnologie, cette norme fournit des catégories de données à l'intention des musées qui possèdent des collections d'ethnologie ou d'anthropologie. Elle vise « à faciliter la communication entre les organismes nationaux et internationaux chargés de l'enregistrement et de la protection d'objets ethnologiques ou ethnographiques, à aider les pays qui commencent à élaborer des systèmes d'enregistrement et de protection de tels objets, ainsi qu'à faciliter les recherches dans les domaines de l'ethnographie et de l'ethnologie à l'échelle internationale ». Ce document n'est disponible qu'en anglais.

    Aller à « International Core Data Standard for Ethnology/Ethnography du CIDOC » (version PDF, 422 Ko)

  • International Core Data Standard for Archaeological Objects du CIDOC

    Élaborée par le groupe de travail du CIDOC sur les sites archéologiques, cette norme définit les catégories minimales d'information à enregistrer sur des objets archéologiques. Elle inclut des zones pour documenter les éléments suivants :  identification, établissement, références, nom de l'objet, titre, iconographie, description, matériaux, technique de fabrication, dimensions, forme, contexte archéologique, auteur et milieu culturel, inscriptions et marques, date ou époque, acquisition, état de conservation. Ce document n'est disponible qu'en anglais.

    Aller à « International Core Data Standard for Archaeological Objects du CIDOC »

  • La documentation des ensembles - Capsule documentaire no 6

    Rédigé par la Société des musées québécois (SMQ), ce document propose des lignes directrices pour le catalogage d'ensembles d'objets. Ce document n'est disponible qu'en français.

    Aller à « La documentation des ensembles - Capsule documentaire no 6 »

  • Manuel de normes : documentation des collections africaines

    Publié par le Conseil international des musées (ICOM), ce manuel de normes a été conçu pour faciliter la gestion des collections, pour aider à recenser les objets et à en assurer la sécurité, et pour faciliter l'échange d'information. Il est disponible en anglais et en français.

    Aller à « Manuel de normes : documentation des collections africaines »

Gestion et documentation des sites et des monuments archéologiques

  • International Core Data Standard for Archaelogical Sites and Monuments du Comité international pour la documentation (CIDOC)

    Élaborée par le groupe de travail du CIDOC sur les sites archéologiques, en collaboration avec les partenaires en archéologie et architecture du comité sur le patrimoine culturel du Conseil de l'Europe. Cette norme définit les catégories minimales d'information à enregistrer sur des sites ou monuments archéologiques. Elle est conçue pour répondre à des besoins de planification, de gestion, académiques ou autres. Ce document n'est disponible qu'en anglais.

    Aller à « International Core Data Standard for Archaelogical Sites and Monuments du Comité international pour la documentation (CIDOC) »

  • MIDAS Heritage: The UK Historic Environment Data Standard

    Élaborée par le ministère du Patrimoine britannique (English Heritage) pour le compte du Forum on Information Standards in Heritage (FISH), cette version mise à jour et enrichie de MIDAS fournit une norme en matière de données-cadres pour l'enregistrement de tous les types d'éléments patrimoniaux, la gestion des activités qui leur sont connexes, la représentation cartographique (SIG) et les sources d'information. La norme MIDAS Heritage est fortement inspirée des ébauches de normes internationales du CIDOC pour les sites et monuments archéologiques et par la norme SPECTRUM. Elle contient des listes de vérification pour aider les gestionnaires d'inventaires à prendre des décisions, à choisir les éléments d'information à utiliser, de même que les définitions pour chacun des éléments d'information. Elle comprend également des outils servant à l'indexation, qui donnent des conseils sur les façons « de trouver ou de faire la compilation de listes de termes ou de thésaurus pour l'indexation de fiches dans l'inventaire ». Disponible en anglais seulement.

    Aller à « MIDAS Heritage: The UK Historic Environment Data Standard »

Description des objets aux fins d'identification et de sécurité

  • Object ID : Protéger les objets culturels dans la société de l'information

    Object ID est une norme internationale de description d'objets culturels. Elle est le résultat des années de recherche menée en collaboration avec les musées, les forces de police internationales, les commissions douanières, le marché de l'art, le secteur des assurances, et les experts. Ce projet, une initiative du Getty Information Institute, «lutte aujourd'hui contre l'appropriation illégale des objets d'art favorisant la diffusion de la documentation sur les biens culturels et en rapprochant les organisations à travers le monde qui peuvent encourager son application.». Cette norme incite, entre autres, les musées à enregistrer de l'information sur les « inscriptions et marques » et sur les « caractéristiques distinctives » des objets de leurs collections qui permettraient de les identifier. Les musées qui conçoivent des systèmes ou mettent en place des processus de gestion des collections devraient consulter cette norme afin de s'assurer qu'ils enregistrent l'information permettant d'identifier un objet en cas de vol. Cette norme, compatible avec la norme SPECTRUM, est disponible en français, anglais, allemand, arabe, chinois, coréen, espagnol, hongrois, italien, néerlandais, persan, russe et tchèque.

    Type de norme : Métadonnées (Type)
    Discipline : Multidisciplinaire (Discipline), Sécurité (Discipline)

    Aller à « Object ID : Protéger les objets culturels dans la société de l'information »

Description au niveau de la collection

Certaines normes de métadonnées ont été élaborées pour la description générale des collections des musées (p. ex. la description générale des collections à publier dans un répertoire des musées).

  • RSLP Standard for Collection-level description

    Le Research Support Libraries Programme (RSLP) du Royaume-Uni a établi une norme permettant de décrire une collection de façon cohérente et dans un format pouvant être lu par une machine. Fondée sur le Dublin Core, la norme RSLP comprend des éléments supplémentaires qui permettent une description plus détaillée des collections d'un musée. Le RSLP propose un schéma de description d'une collection ainsi qu'un outil Web de description (avec les métadonnées en format RDF) et des lignes directrices pour la saisie de données. Cet outil peut être utilisé pour décrire de façon générale des collections (et non pour fournir une description objet par objet). Disponible en anglais seulement.

    Aller à « RSLP Standard for Collection-level description »

Repérage de ressources

Certaines normes sur les métadonnées ont été élaborées spécifiquement pour le « repérage de ressources ». Elles sont conçues de manière à établir un vocabulaire de métadonnées sur les caractéristiques « principales » permettant de donner des renseignements descriptifs de base au sujet de tous les types de ressources, quel que soit le format (électronique, papier, etc.) ou le domaine de spécialisation (musée, bibliothèque, établissement d'enseignement, maison d'édition, etc.). L'utilisation de ces normes générales permet aux organismes d'échanger ou de rassembler des données qui, autrement, seraient incompatibles, et ce, afin de faciliter le « repérage de ressources » de façon générale.

  • Dublin Core

    La norme Dublin Core (DC) est la norme relative aux métadonnées la plus utilisée pour la recherche de ressources. Cette norme se veut facile à utiliser et suffisamment générale pour être pertinente quelle que soit la discipline. Elle définit les catégories d'information à enregistrer à propos d'une ressource (page Web, document ou image) pour qu'il soit possible de la trouver facilement. La norme Dublin Core a été approuvée comme norme ANSI sous le numéro Z39.85-2001 et comme norme ISO sous le numéro 15836; elle a été adoptée entre autres par les gouvernements canadien, australien et britannique. La norme Dublin Core se compose de 15 éléments : titre, créateur, sujet, description, éditeur, contributeur, date, type, format, identifiant, source, langue, relation, couverture et droits. Ces 15 éléments sont conçus pour une recherche simple. Cependant, dans certaines applications, il peut être nécessaire de qualifier ou de préciser la signification des métadonnées de la norme Dublin Core. Un modèle appelé Qualified Dublin Core a été mis au point pour préciser la signification des éléments simples de la norme Dublin Core à l'aide de qualificatifs ou de schémas de codage. Par exemple, l'élément DC.Date peut être précisé de la façon suivante : DC.Date.Created. Les qualificatifs peuvent préciser mais non élargir la signification d'éléments de la norme Dublin Core. On admet que la norme Dublin Core ne répondra pas aux besoins de tous les utilisateurs et qu'elle est insuffisante pour des applications qui vont au-delà du simple repérage de ressources (par exemple, elle ne traite pas toute l'information nécessaire à la gestion ou à la documentation des collections d'un musée, à la gestion des droits, etc.). Toutefois, elle a pour but de permettre à des groupes d'utilisateurs (par exemple, les musées) de s'en servir comme d'un noyau et de mettre au point leurs propres extensions en fonction des besoins de leur discipline ou de leur établissement. En pratique, les choses se font souvent dans l'autres sens : le musée utilise une norme propre à une discipline (par exemple les dictionnaires de données du RCIP ou la norme SPECTRUM) pour documenter et gérer ses collections, puis il extrait un sous-ensemble de ses enregistrements qui correspond aux éléments de la norme Dublin Core. Ces enregistrements conformes à la norme Dublin Core peuvent servir à des fins d'échange de données et de repérage de ressources. Cela est particulièrement important dans des projets conjoints ou lorsqu'il s'agit de partager des données de plusieurs disciplines. Disponible en anglais et français.

    Aller à « Dublin Core »

  • Dublin Core Metadata Best Practices du CDP

    Créé par le Collaborative Digitization Program à l'université de Denver et appuyé par The Institute of Museum and Library Services, ce document a pour objectif de « fournir des lignes directrices pour la création de métadonnées sur les ressources numérisées du patrimoine culturel ». Il utilise les éléments de la norme Dublin Core, mais a été spécialement conçu pour répondre aux besoins des établissements du patrimoine culturel comme les musées, les bibliothèques, les archives, etc. Ce document explique les termes et les concepts utilisés dans le contexte du patrimoine culturel et donne des exemples d'établissements du patrimoine culturel. Il n'est disponible qu'en anglais.

    Aller à « Dublin Core Metadata Best Practices du CDP » (version PDF, 502 Ko)

Normes sur les métadonnées pour les bibliothèques et les archives

Les collections de bon nombre de musées renferment des ressources documentaires et des archives. Les normes suivantes pourraient faciliter la description de ces collections particulières à plusieurs niveaux (depuis le niveau des fonds jusqu'aux éléments particuliers) ainsi que l'échange de données.

  • Bibliothèque et Archives Canada – Catalogage et métadonnées

    Ce document renferme des renseignements concernant les normes, les pratiques et les politiques de catalogage de Bibliothèque et Archives Canada.

    Aller à « Bibliothèque et Archives Canada – Catalogage et métadonnées »

  • Règles pour la description des documents d'archives (RDDA)

    Les RDDA constituent la norme au Canada pour la description des documents d'archives. Elles « ont pour but de fournir une assise cohérente et commune pour la description des documents composant un fonds d'archives, en se fondant sur les principes communément admis en archivistique ». Les RDDA donnent des renseignements sur les éléments d'information à enregistrer sur les collections d'archives ainsi que des règles à suivre pour effectuer un catalogage cohérent de tous les types d'archives (les fonds, les séries, les fichiers et les documents individuels). Les règles concernant les documents uniques sont fondées sur les règles de catalogage anglo-américaines (RCAA). Ces règles sont mises à jour par le Comité canadien de description archivistique du Conseil canadien des archives. Disponibles en français et en anglais.

    Aller à « Règles pour la description des documents d'archives (RDDA) »

  • Encoded Archival Description (EAD)

    EAD est un schéma de métadonnées servant au codage multiniveau en langage XML de descriptions d'archives (fond, séries, groupes et éléments individuels), qui est beaucoup utilisé à l'échelle internationale. Il n'est disponible qu'en anglais.

    Aller à « Encoded Archival Description (EAD) »

  • SEPIADES (SEPIA Data Element Set)

    Le schéma de métadonnées SEPIADES permet de décrire des collections de photographies d'archives. Il est fondé sur les normes relatives à la description des documents d'archives (selon une approche multiniveau). Disponible en anglais seulement.

    Aller à « SEPIADES (SEPIA Data Element Set) »

  • Functional Requirements for Bibliographic Records (FRBR)

    FRBR est un modèle conceptuel qui associe les tâches entreprises par les utilisateurs de fiches bibliographiques (l'extraction et l'accès) aux unités d'information requises pour appuyer ces fonctions. Le modèle FRBR a été harmonisé avec le modèle de référence CIDOC CRM (Conceptual Reference Model), qui traite l'information sur le patrimoine culturel, pour offrir le modèle FRBR-Object-Oriented (FRBRoo). Ce modèle n'est disponible qu'en anglais.

    Aller à « Functional Requirements for Bibliographic Records (FRBR) »

Normes sur les métadonnées sur les droits de propriété intellectuelle

La technologie de l'information étant de plus en plus employée pour créer, gérer, utiliser et livrer un contenu intellectuel, il faut des normes pour décrire et faciliter ces opérations. Les normes suivantes appuient la gestion des droits de propriété intellectuelle du contenu numérique :

  • CreativeCommons Rights Expression Language (ccREL)

    ccREL fournit un cadre de référence pour exprimer l'information sur les droits applicables aux ressources libres d'accès sur le Web. La fiche de métadonnées ccREL inclut les éléments de base du Dublin Core pour décrire la ressource, ainsi que des éléments additionnels pour décrire la licence Creative Commons qui y est associée. Disponible en anglais seulement.

    Aller à « CreativeCommons Rights Expression Language (ccREL) »

  • Identificateur d'objet numérique – Digital Object Identifier (DOI)

    Élaboré par l'International DOI Foundation, l'identificateur d'objet numérique est « un système servant à identifier et échanger la propriété intellectuelle dans un environnement numérique. Il fournit un cadre de référence pour gérer le contenu intellectuel, pour établir des liens entre utilisateurs et fournisseurs de contenus, pour faciliter le commerce électronique et pour permettre d'automatiser la gestion de la propriété intellectuelle pour tout type de média ». Un identificateur DOI permet de distinguer un objet (un élément de propriété intellectuelle), et non l'endroit où l'objet se trouve (par exemple un URL). On utilise DOI principalement dans l'industrie de l'édition électronique, mais il peut être utilisé par les détenteurs des droits (comme les musées), peu importe le type de propriété intellectuelle à gérer. Des frais s'appliquent pour le service DOI. Disponible en anglais seulement.

    Aller à « Identificateur d'objet numérique – Digital Object Identifier (DOI) »

Format alternatif

Guide du RCIP sur les normes pour les musées (PDF, 573 Ko)

Coordonnées pour cette page Web

Ce document est publié par le Réseau canadien d’information sur le patrimoine (RCIP). Pour fournir des commentaires ou des questions à ce sujet, veuillez communiquer directement avec le RCIP. Pour trouver d’autres ressources en ligne destinées aux professionnels de musées, visitez la page d'accueil du RCIP ou la page Muséologie et conservation sur Canada.ca.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :