Les gouvernements du Canada et du Manitoba améliorent l’accès au traitement pour les personnes aux prises avec un trouble de consommation de substances

Communiqué de presse

7 décembre 2018                    Winnipeg (Manitoba)               Gouvernement du Canada

La crise des opioïdes continue d’avoir des effets dévastateurs sur les personnes, les familles et les collectivités de partout au Canada. Au Manitoba, la consommation de méthamphétamines demeure à la hausse et elle a entraîné des conséquences négatives pour les individus, les familles et les collectivités. Sans un accès accru à des options de traitement efficaces et fondées sur des données probantes, les personnes qui sont aux prises avec des problèmes de consommation de substances, que ces problèmes soient attribuables à cette crise ou, comme c’est de plus en plus le cas, aux méthamphétamines, continueront d’être à risque de surdose.

Aujourd’hui, au nom de l’honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre fédérale de la Santé, l’honorable Jim Carr, ministre de la Diversification du commerce international, et l’honorable Cameron Friesen, ministre de la Santé, des Aînés et de la Vie active du Manitoba, ont annoncé une entente bilatérale dans le cadre du Fonds de traitement d’urgence du gouvernement du Canada.

Cette entente prévoit le versement de près de 4,2 millions de dollars par le gouvernement du Canada pour améliorer l’accès aux traitements contre les troubles liés à la consommation de substances. Ces fonds, auxquels s’ajoutera une somme équivalente du gouvernement du Manitoba, serviront à aider particulièrement les personnes ayant un problème de consommation de substances. 

Au cours des prochains mois, un contrat ayant fait l’objet d’un appel d’offres sera attribué à un organisme ou à des organismes de la région pour qu’ils offrent, à Winnipeg et à Brandon, des places de gestion prolongée du sevrage pour les personnes consommant des méthamphétamines.

Bien que la prévention des surdoses demeure essentielle, le fait d’aider les personnes ayant des problèmes de consommation de substances à avoir accès à un traitement se traduira par une vie plus saine pour elles.

Citations

« Les surdoses d'opioïdes continuent d'avoir des répercussions dévastatrices au Manitoba, la province se heurte aussi à une augmentation des taux de consommation problématique de méthamphétamine. Cette entente bilatérale facilitera et accroîtra l'accès à des services de traitement essentiels au Manitoba, services adaptés aux besoins des personnes aux prises avec un trouble lié à la consommation de substances. Nous devons continuer à travailler de façon globale et concertée pour lutter contre la consommation de substances et pour aider les Canadiens à avoir accès aux traitements et aux mesures de soutien. »

L'honorable Jim Carr
Ministre de la Diversification du commerce international

« Le Manitoba a réagi à ce problème unique que pose la consommation de méthamphétamines pour nos collectivités en lançant plusieurs initiatives, notamment en ouvrant cinq cliniques d'accès rapide aux traitements des dépendances. En collaborant avec nos partenaires fédéraux, nous pourrons offrir un plus grand choix de traitements aux Manitobains afin qu'ils reçoivent les bons soins au bon moment. »

L'honorable Cameron Friesen
Ministre de la Santé, des Aînés et de la Vie active

Faits en bref

  • Le budget de 2018 prévoit plus de 230 millions de dollars sur cinq ans pour lutter contre la crise des opioïdes. Ce financement comprend 150 millions de dollars pour un fonds de traitement d’urgence à frais partagés. Les investissements connexes effectués par les provinces et les territoires depuis janvier 2016 peuvent entrer dans le calcul des fonds versés en contrepartie des sommes fédérales.

  • Le gouvernement fédéral a attribué des fonds en fonction de la gravité de la crise des opioïdes dans la province ou le territoire ainsi que de la densité de population qui y réside. Ainsi, les provinces et territoires les plus touchés par la crise reçoivent un soutien suffisant et les provinces et territoires sont en mesure de se préparer à d’éventuelles répercussions.

  • La province ou le territoire verse un montant équivalent au financement fédéral au-delà de la première tranche de 250 000 $ et dispose d’un maximum de cinq ans pour égaler l’apport initial du gouvernement fédéral.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Isabella Brisson-Urdaneta
Attachée de presse
L’honorable Jim Carr
Ministre de la Diversification du commerce international
343-550-4980
Isabella.Brisson-Urdaneta@international.gc.ca

Kevin Engstrom
Attaché de presse
L’honorable Cameron Friesen
Ministre de la Santé, des Aînés et de la Vie saine
204-230-5131

Relations avec les médias

Santé Canada
613-957-2983
hc.media.sc@canada.ca

Renseignements au public

613-957-2991
1-866-225-0709             


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :