Le gouvernement du Canada appuie l’expansion d’un projet novateur d’approvisionnement plus sécuritaire pour qu’il soit offert dans quatre villes au pays 

Communiqué de presse

Il s’agit d’un nouveau moyen de fournir des produits pharmaceutiques comme solution de rechange aux drogues illégales toxiques pendant la pandémie et par la suite

2 mars 2021 | Dartmouth (Nouvelle‑Écosse) | Santé Canada

La crise des surdoses continue d’affecter les collectivités et les familles partout au Canada. Malheureusement, nous avons constaté une hausse importante des décès et des méfaits liés aux surdoses pendant la pandémie de COVID‑19. Le gouvernement du Canada continue d’aider les collectivités à intervenir face aux surdoses de drogues pendant la pandémie et par la suite.  

Au nom de l’honorable Patty Hajdu, ministre de la Santé, son secrétaire parlementaire Darren Fisher a annoncé aujourd’hui l’octroi de près de 3,5 millions de dollars en vue de l’expansion du projet d’approvisionnement plus sécuritaire de MySafe Society. Grâce à ce financement, le projet MySafe sera accessible à partir de cinq sites dans quatre villes canadiennes. Ce projet novateur vise à prévenir les surdoses en offrant un nouveau moyen de fournir des médicaments aux personnes ayant un trouble lié à la consommation d’opioïdes comme solution de rechange aux drogues  illégales toxiques.

Une distributrice MySafe, qui ressemble à un guichet automatique, fournit des pilules d’hydromorphone conformément à la prescription médicale d’un patient et après avoir confirmé son identité par balayage de sa paume. Comme pour les autres modèles d’approvisionnement plus sécuritaire financés par Santé Canada, les patients sont suivis par un practicien de la santé et bénéficient de services sociosanitaires, notamment d’un traitement.  

Grâce à ce modèle inédit, les participants peuvent avoir accès à un approvisionnement sécuritaire, une solution de rechange majeure aux drogues illégales toxiques. En offrant une solution de rechange plus sécuritaire par l’entremise de ce projet, nous pouvons atteindre des personnes ayant un trouble lié à l’usage d’opioïdes qui se heurtent peut‑être à des obstacles les empêchant d’accéder aux méthodes de soins traditionnelles, et également prévenir les surdoses d’opioïdes causées par des drogues illégales de plus en plus toxiques. De plus, les distributrices favorisent la distanciation physique en place en raison de la COVID-19, car l’accès aux médicaments ne nécessite aucun contact en personne.

Nous continuons de collaborer avec tous les ordres de gouvernement, des partenaires, des intervenants, des personnes qui consomment de la drogue et d’autres ayant une expérience concrète ainsi que des organismes d’un peu partout au pays afin de lutter contre la pandémie et la crise des surdoses.

Citations

« En temps de pandémie de COVID‑19, il faut en faire plus pour aider les personnes qui consomment des substances à rester en sécurité. Nous devons utiliser de nouvelles technologies et des modèles inédits, comme le projet MySafe, pour être plus en mesure d’atteindre les personnes ayant un trouble lié à la consommation d’opioïdes et de prévenir les surdoses mortelles. La collaboration avec ces pionniers est une autre façon dont nous aidons les personnes susceptibles de surdose à obtenir les soins et les traitements dont elles ont besoin. »

L’honorable Patty Hajdu
Ministre de la Santé 

« La crise des surdoses continue d’avoir des effets dévastateurs sur les collectivités, notamment sur celles du Canada Atlantique. Le trouble lié à l’usage de substance est un problème de santé qui peut être géré et traité si les personnes reçoivent les services qui répondent le mieux à leurs besoins. Grâce à ces projets novateurs, nous aidons les personnes susceptibles de surdose dans les provinces de l’Atlantique à avoir accès aux médicaments et aux services de soutien nécessaires. »

Darren Fisher
Secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé

« MySafe est conçu pour aborder de front la crise d’empoisonnement des drogues. Ce projet offre aux personnes susceptibles d’une surdose mortelle une façon pratique, sûre et présentant peu d’obstacles d’accéder à un approvisionnement plus sécuritaire. »

Dr Mark Tyndall
Directeur général, MySafe Society

Faits en bref

  • Le projet appelé « MySafe Project for Low Barrier Access to Oral Hydromorphone to Prevent Fatal Overdoses » comporte un certain nombre de mesures de sauvegarde visant à protéger les patients et à prévenir le détournement de médicaments, comme un suivi et une surveillance continus des patients par des practiciens de la santé. De plus, la distributrice est inviolable et programmée de manière à ne fournir qu’une quantité fixe de médicament prescrit par un médecin aux patients inscrits. MySafe Society s’est associée au British Columbia Centre on Substance Use pour évaluer son projet d’approvisionnement plus sécuritaire.
  • Grâce à ce financement, il y aura maintenant cinq distributrices MySafe : deux à Vancouver (Colombie‑Britannique), une à Victoria (Colombie‑Britannique), une à Dartmouth (Nouvelle‑Écosse) et une à London (Ontario). Chaque distributrice MySafe peut fournir des médicaments à 48 personnes ayant un trouble lié à l’usage d’opioïdes; à l’échelle nationale, 240 personnes obtiendront ainsi ces services.
  • Dans l’Énoncé économique de l’automne 2020, le gouvernement du Canada s’est engagé à venir en aide aux Canadiens qui sont aux prises avec un problème de consommation de substances en versant une somme supplémentaire de 66 millions de dollars sur deux ans. Ce financement soutiendrait les organismes communautaires appelés à intervenir, notamment en les aidant à fournir des services de première ligne dans le contexte de la COVID‑19. Le projet MySafe est l’un de ceux qui ont été financés par suite de cet engagement.
  • La pandémie s’accompagne d’une hausse des risques et des méfaits pour les personnes qui consomment des drogues dans de nombreuses collectivités au pays. En plus du projet annoncé aujourd’hui, Santé Canada a affecté 44,2 millions de dollars à des projets d’approvisionnement plus sécuritaire en Colombie‑Britannique, en Ontario, au Québec et au Nouveau‑Brunswick afin de sauver des vies.  
  • Certains signes initiaux révèlent toutefois que les drogues illicites deviennent de plus en plus toxiques en Nouvelle-Écosse. De plus, il a été signalé que l’usage de stimulants dangereux, comme les méthamphétamines, est en hausse dans certaines régions du Canada Atlantique. Dans le cadre de son soutien aux collectivités de l’Atlantique touchées par la crise des surdoses, Santé Canada versera aussi plus de 2,4 millions de dollars sur quatre ans au River Stone Recovery Centre pour son projet d’approvisionnement plus sécuritaire à Fredericton (Nouveau‑Brunswick). Ce projet unique propose une solution de rechange pharmaceutique aux méthamphétamines et aux opioïdes illégaux toxiques.
  • Selon les premières constatations faites à partir de données probantes canadiennes, l’utilisation de médicaments de qualité pharmaceutique, tels que l’hydromorphone, comme solution de rechange aux médicaments illégaux très toxiques pour les personnes susceptibles de surdose peut sauver des vies et améliorer les résultats en santé. Elle peut également faciliter l’accès des personnes ayant un trouble lié à la consommation de substances aux soins primaires et aux traitements.
  • Le projet MySafe est financé par le Programme sur l’usage et les dépendances aux substances de Santé Canada. Ce programme fédéral fournit des subventions et des contributions aux provinces, aux territoires, aux organismes non gouvernementaux et aux organismes autochtones pour qu’ils puissent mieux s’attaquer aux problèmes de consommation de drogues et d’autres substances au Canada.

Liens connexes

Personnes‑ressources

Cole Davidson
Cabinet de l’honorable Patty Hajdu
Ministre de la Santé
613‑957‑0200

Relations avec les médias
Santé Canada
613‑957‑2983
hc.media.sc@canada.ca

Renseignements au public
613‑957‑2991
1‑866‑225‑0709

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :