Résumé de l'évaluation par Santé Canada d'une allégation santé au sujet de l'acide eicosapentaénoïque, de l'acide docosahexaénoïque et de la diminution des triglycérides

Bureau des sciences de la nutrition
Direction des aliments, Direction générale des produits de santé et des aliments
Santé Canada

Mai 2016

Contexte

En novembre 2013, la Direction des aliments de Santé Canada a reçu une demande d'approbation d'une allégation thérapeutique au sujet de l'acide eicosapentaénoïque (AEP), de l'acide docosahexaénoïque (ADH) et de la diminution des triglycérides. Les renseignements ci-dessous résument l'examen réalisé par Santé Canada conformément aux Lignes directrices pour la préparation d'une demande d'approbation d'allégations santé relatives aux aliments.

En 2010, Santé Canada a réexaminé la classification des produits alimentaires qui font l'objet d'allégations de réduction du risque de maladies ou d'allégations thérapeutiques à la lumière d'une clarification des principes de la classification des aliments situés à la frontière entre les aliments et les produits de santé naturels. Santé Canada est d'avis que, lorsque des produits alimentaires sont commercialisés pour leur effet de réduction du risque de maladies ou pour leur bienfait thérapeutique et que ceux-ci découlent d'une consommation normale de l'aliment dans le cadre du régime alimentaire, ces produits peuvent être classifiés et régis à titre d'aliments. Autrement dit, l'utilisation d'une allégation de réduction du risque de maladies ou d'une allégation thérapeutique ne suffirait pas à justifier la classification du produit à titre de produit de santé naturel.

Preuves scientifiques à l'appui de l'allégation

Les aliments qui font l'objet de l'allégation santé sont ceux qui contiennent de l'acide eicosapentaénoïque (AEP) et/ou de l'acide docosahexaénoïque (ADH). L'AEP et l'ADH sont des acides gras oméga-3 à chaîne longue dont les structures lipidiques sont 20:5 (n-3) et 22:6 (n-3), respectivement.

Dans le but d'appuyer l'allégation santé proposée, le requérant a présenté une recherche de la documentation publiée jusqu'en septembre 2012. La Direction des aliments de Santé Canada l'a mise à jour afin d'y englober les études publiées jusqu'en septembre 2014. Les références ont été retenues aux conditions suivantes : elles traitaient d'études d'intervention randomisées ou d'études observationnelles prospectives; elles comprenaient un groupe témoin convenable; elles portaient sur au moins 5 sujets adultes (âgés de 18 ans ou plus) généralement en bonne santé et ne prenant pas de médicaments; elles faisaient état de l'administration de 5 g/jour ou moins d'AEP + ADH sans qu'un autre traitement connu pour agir sur les lipides sanguins ne soit administré; elles duraient au moins 4 semaines (+ un arrêt de traitement de 4 semaines dans le cas des études croisées); elles faisaient état des modifications des taux de triglycérides à jeun et elles faisaient état de la signification statistique entre les groupes. Au total, 77 références pertinentes comportant 108 groupes pertinents de traitement et une étude observationnelle ont été recensées [Références 1-77].

Des 77 études pertinentes, 59 étaient des études parallèles, 17 étaient des études croisées et dans un cas, il s'agissait d'une étude observationnelle [Référence 6]. Les tailles de l'échantillon dans le cadre des études parallèles s'échelonnaient de 15 à 274, tandis qu'elles s'échelonnaient de 6 à 312 dans le cas des études croisées. Pour l'étude observationnelle, les données relatives à 1 689 hommes ont été analysées.

Les études ont été menées chez des hommes et des femmes qui sont en bonne santé ou qui sont hyperlipidémiques mais ne prenant pas de médicaments. Au début des études, les sujets étaient âgés de 18 à 85 ans. Celles-ci ont eu lieu en Europe, en Amérique, en Océanie, en Asie et en Afrique. L'apport en AEP + ADH s'échelonnait de 0,013 g/jour à 5 g/jour. Dans le cadre des essais cliniques, la durée du traitement variait de 4 à 26 semaines. Le suivi de l'étude observationnelle a duré 4 ans.

L'apport en AEP et/ou en ADH était issu de suppléments dans 54 études, d'aliments enrichis dans 10 études et du poisson dans 14 études. Dans le cadre de l'une des études, des suppléments ont été administrés à certains groupes de traitement et du poisson à d'autres Référence [53]. Pour la plupart, les suppléments consistaient en des capsules contenant de l'huile de poisson, de l'huile de krill, de l'huile de phoque ou de l'huile d'algue. Quant aux aliments enrichis, il s'agissait de lait, de boisson de soya, de yogourt, de fromage, de fromage à tartiner, de beurre, de margarine, de shortening, de biscuits, de pain, de crêpes, de muffins, de chocolat, de gruau instantané, de trempettes, de sauce pour salade, de préparations déshydratées pour soupe, d'œufs et de porc. Diverses espèces de poissons ont été consommées dans le cadre des études, notamment la truite, le hareng, le saumon, le maquereau, le thon et la sardine.

Les taux de triglycérides (TG) à jeun ont constitué les résultats pris en compte. Une concentration plasmatique ou sérique en triglycérides à jeun plus élevée que 1,7 mmol/L est considérée comme étant malsain et constitue l'une des caractéristiques définissant le syndrome métabolique [Référence 78].

La direction de l'effet était très constante (89 % des groupes de traitement) vers une diminution des taux de triglycérides suite à la consommation d'AEP et d'ADH. Néanmoins, une diminution statistiquement significative des taux de triglycérides n'a été observée que dans le cadre d'une faible part des études (50 %). Les conclusions étaient similaires lorsque seules les études de qualité supérieure ont été prises en compte.

Des résultats semblables ont été observés lorsque les groupes de traitement ont été rassemblés en fonction de la méthode de consommation de l'AEP + ADH (suppléments, aliments enrichis ou poisson), sauf dans le cas du sous-groupe consommant des aliments enrichis. En effet, chez ce sous-groupe, la direction de l'effet s'est révélée un peu moins constante (67 %), et une diminution statistiquement significative des taux de triglycérides n'a été observée que dans le cadre d'une faible part des études (25 %). Il est possible que cet écart soit dû aux doses plus faibles en AEP + ADH qu'ont reçues les participants des études utilisant des aliments enrichis.

Lorsque seules les études regroupant au moins 30 sujets et administrant un apport quotidien d'AEP + ADH d'au moins 1,5 ou 2 g ont été prises en compte, une diminution statistiquement significative des taux de triglycérides a été observée dans le cadre d'une large part des études (82% et 88 % des groupes de traitement, respectivement). Il s'agissait dans tous les cas d'études de qualité supérieure.

Un apport quotidien de 1,5 g d'AEP + ADH a été retenu à titre d'apport minimal efficace puisqu'une diminution statistiquement significative des taux de triglycérides a été observée chez la vaste majorité (> 80 %) des groupes de traitement des études à plus grande échelle (≥ 30 participants) où était administré un apport quotidien d'au moins 1,5 g d'AEP + ADH. La même observation a été constatée dans le cas des groupes de traitement des études à plus grande échelle où était administré un apport quotidien d'au moins 2 g d'AEP + ADH. Un apport minimal efficace de 1 g/jour n'a pas été retenu, car une réduction statistiquement significative des taux de triglycérides n'a été observée chez aucun des 4 groupes de traitement [Référence 50, Référence 54, Référence 59, Référence 76] des études de qualité supérieure et à grande échelle (≥ 30 participants) où une dose de 1 à 1,5 g/jour d'AEP + ADH a été administrée. De ces 4 études, 2 sont particulièrement pertinentes à l'égard de l'allégation, puisque soit du poisson [Référence 76], soit des aliments enrichis d'AEP et d'ADH ont été consommés [Référence 54].

Puisque dans le cadre des études ayant permis de démontrer une réduction statistiquement significative des taux de triglycérides, le rapport AEP:ADH s'échelonnait de 0:1 à 1:0, aucun rapport minimal ou maximal n'a été établi pour cette allégation.

La diminution des taux de triglycérides allant de pair avec la consommation d'AEP et/ou d'ADH s'échelonnait de −48 % à −3 % (de −1,52 à −0,02 mmol/L) au sein des groupes de traitement des études à plus grande échelle (n ≥ 30) où était administrée un apport quotidien d'au moins 1,5 g d'AEP + ADH. La diminution moyenne des triglycérides chez ces groupes de traitement était de −23 % (−0,39 mmol/L). Cet effet concorde avec ceux observés dans le cadre d'autres examens systématiques portant sur l'effet de l'AEP et de l'ADH sur les taux de triglycérides [Référence 79, Référence 80]. Des diminutions des triglycérides de l'ordre de 20 % à 24 % et de 20 % à 50 % ont été catégorisées respectivement de diminution substantielle [Référence 81] et d'effet marqué de diminution des triglycérides [Référence 82].

Les résultats de l'étude observationnelle sont cohérents par rapport à ceux issus des essais cliniques : le risque relatif estimé d'être atteint d'un taux élevé de triglycérides s'est révélé plus faible (0,54; IC de 95 % [de 0,34 à 0,86]) chez les hommes consommant du poisson chaque jour que chez ceux en mangeant moins d'une portion par semaine [Référence 6].

Conclusions de la Direction des aliments de Santé Canada

Les preuves soutiennent invariablement une direction constante de l'effet vers une diminution des taux de triglycérides lorsque de l'AEP et de l'ADH sont consommés. Chez la grande majorité (> 80 %) des groupes de traitement des études à plus grande échelle (≥ 30 participants) où était administré un apport quotidien d'au moins 1,5 g d'AEP + ADH, une diminution statistiquement significative des taux de triglycérides a été observée.

La Direction des aliments de Santé Canada a conclu à l'existence de preuves scientifiques soutenant une allégation au sujet de l'AEP + ADH et d'une diminution des triglycérides. L'allégation est pertinente et généralement applicable à la population canadienne, puisque de 2007 à 2009, environ 25 % des adultes canadiens âgés de 20 à 79 ans présentaient un taux de triglycérides nuisible à la santé (> 1,7 mmol/L)Note de bas de page 1.

Allégation santé

Les énoncés ci-dessous peuvent figurer sur l'étiquette des produits alimentaires qui satisfont aux critères d'admissibilité de même que dans la publicitéNote de bas de page 2 à leur sujet.

Énoncé principal :

[portion du tableau de la valeur nutritive en mesures métrique et domestique courante] de [nom de l'aliment] (nom de la marque) fournit/procure X % de la quantité quotidienne des (acides gras) oméga-3 (à longue chaîne) AEPNote de bas de page 4 et ADHNote de bas de page 5 aidant à réduire/abaisser les triglycérides.

Par exempleNote de bas de page 6 :

85 g (½ tasse) de saumon rose en conserve fournit 40 % de la quantité quotidienne des oméga-3 AEP et ADH aidant à abaisser les triglycérides.

La « quantité quotidienne » mentionnée dans l'énoncé principal est de 1.5 g d'AEP + ADH. Cette quantité a été établie en fonction des données probantes disponibles au sujet de la quantité d'AEP + ADH contribuant à la diminution des triglycérides. Dans cet énoncé, le pourcentage de la quantité quotidienne d'AEP + ADH dans une portion devrait être arrondi au multiple de 5% le plus proche.

Énoncés supplémentaires :

L'énoncé supplémentaire suivant peut être utilisé à proximité de l'énoncé principal, en caractères pouvant atteindre le double de la taille et de la visibilité de ceux utilisés pour l'énoncé principal :

(Les oméga-3) (à longue chaîne) AEP et ADH aident à réduire/abaisser les triglycérides

Conditions pour les aliments faisant l'objet de l'allégation

Les critères d'admissibilité suivants s'appliquent à tous les produits alimentaires sur lesquels figure l'allégation santé mentionnée ci-dessus.

L'aliment :

  1. contient au moins 0,5 g d'acide eicosapentaénoïque (AEP) et d'acide docosahexaénoïque (ADH) combinés
    1. par quantité de référence et par portion déterminée; ou
    2. par portion déterminée, si l'aliment est un repas préemballé, un supplément nutritionnel ou un substitut de repas;
  2. contient au moins 10 % de l'apport nutritionnel recommandé pondéré (ANRP) d'une vitamine ou d'un minéral nutritifs
    1. par quantité de référence et par portion déterminée; ou
    2. par portion déterminée, si l'aliment est un repas préemballé, un supplément nutritionnel ou un substitut de repas;
  3. contient 0,5 % ou moins d'alcool;
  4. contient
    1. moins de 15 % de la valeur quotidienne (VQ) de sodium par quantité de référence et par portion déterminée, et par 50 g si la quantité de référence est d'au plus 30 g ou 30 ml; ou
    2. moins de 15 % de la valeur quotidienne (VQ) de sodium par portion déterminée, si l'aliment est un supplément nutritionnel ou un substitut de repas; ou
    3. moins de 25 % de la valeur quotidienne (VQ) de sodium par portion déterminée, si l'aliment est un repas préemballé;
  5. contient
    1. moins de 15 g de sucres totaux par quantité de référence et par portion déterminée; ou
    2. moins de 15 g de sucres totaux par portion déterminée, si l'aliment est un repas préemballé, un supplément nutritionnel ou un substitut de repas;
  6. ne fait pas partie des types de poissons dont Santé Canada recommande de limiter la consommation à cause de leur teneur en mercure, soit le thon frais ou congelé, le requin, l'espadon, l'escolier, le marlin, l'hoplostète orange et le thon blanc en conserve.

Conditions relatives à l'étiquette et à la publicité

  • Si la mention ou l'allégation figure sur l'étiquette d'un produit préemballé ou encore dans l'annonce d'un tel produit faite par le fabricant du produit ou sous ses ordres, le tableau de la valeur nutritive doit indiquer la teneur en gras monoinsaturés, de même que la teneur en acides gras polyinsaturés oméga-3 et oméga-6, conformément au paragraphe B.01.402(2).
  • Si la mention ou l'allégation figure sur l'étiquette ou dans l'annonce d'un aliment qui n'est pas un produit préemballé ou dans l'annonce d'un produit préemballé faite par une personne autre que le fabricant du produit ou une personne agissant sous ses ordres, l'étiquette ou l'annonce doit indiquer la teneur en gras monoinsaturés, de même que la teneur en acides gras polyinsaturés oméga-3 et oméga-6 par portion déterminée, conformément à l'intention des exigences établies à l'article B.01.602 à l'égard de la publicité imprimée, radiophonique et télévisée.

Références

  1. Abbey M, Clifton P, Kestin M, Belling B, Nestel P. Effect of fish oil on lipoproteins, lecithin:cholesterol acyltransferase, and lipid transfer protein activity in humans. Arteriosclerosis. 1990;10(1):85-94.
  2. Adler AJ, Holub BJ. Effect of garlic and fish-oil supplementation on serum lipid and lipoprotein concentrations in hypercholesterolemic men. Am J Clin Nutr. 1997;65(2):445-50.
  3. Ågren JJ, Hänninen O, Julkunen A, Fogelholm L, Vidgren H, Schwab U, et al. Fish diet, fish oil and docosahexaenoic acid rich oil lower fasting and postprandial plasma lipid levels. Eur J Clin Nutr. 1996;50(11):765-71.
  4. Ågren JJ, Hänninen O, Laitinen M, Seppänen K, Bernhardt I, Fogelholm L, et al. Boreal freshwater fish diet modifies the plasma lipids and prostanoids and membrane fatty acids in man. Lipids. 1988;23(10):924-9.
  5. Armstrong P, Kelley DS, Newman JW, Staggers FE, Hartiala J, Allayee H, et al. Arachidonate 5-lipoxygenase gene variants affect response to fish oil supplementation by healthy African Americans. J Nutr. 2012;142(8):1417-28.
  6. Baik I, Abbott RD, Curb JD, Shin C. Intake of fish and n-3 fatty acids and future risk of metabolic syndrome. J Am Diet Assoc. 2010;110(7):1018-26.
  7. Berge K, Musa-Veloso K, Harwood M, Hoem N, Burri L. Krill oil supplementation lowers serum triglycerides without increasing low-density lipoprotein cholesterol in adults with borderline high or high triglyceride levels. Nutr Res. 2014;34(2):126-33.
  8. Brown AJ, Roberts DCK, Pritchard JE, Truswell AS. A mixed Australian fish diet and fish-oil supplementation: Impact on the plasma lipid profile of healthy men. Am J Clin Nutr. 1990;52(5):825-33.
  9. Caslake MJ, Miles EA, Kofler BM, Lietz G, Curtis P, Armah CK, et al. Effect of sex and genotype on cardiovascular biomarker response to fish oils: The FINGEN study. Am J Clin Nutr. 2008;88(3):618-29.
  10. Castro IA, Monteiro VCB, Barroso LP, Bertolami MC. Effect of eicosapentaenoic/docosahexaenoic fatty acids and soluble fibers on blood lipids of individuals classified into different levels of lipidemia. Nutrition. 2007;23(2):127-37.
  11. Cazzola R, Russo-Volpe S, Miles EA, Rees D, Banerjee T, Roynette CE, et al. Age- and dose-dependent effects of an eicosapentaenoic acid-rich oil on cardiovascular risk factors in healthy male subjects. Atherosclerosis. 2007;193(1):159-67.
  12. Chan DC, Watts GF, Mori TA, Barrett PHR, Redgrave TG, Beilin LJ. Randomized controlled trial of the effect of n-3 fatty acid supplementation on the metabolism of apolipoprotein B-100 and chylomicron remnants in men with visceral obesity. Am J Clin Nutr. 2003;77(2):300-7.
  13. Ciubotaru I, Lee YS, Wander RC. Dietary fish oil decreases C-reactive protein, interleukin-6, and triacylglycerol to HDL-cholesterol ratio in postmenopausal women on HRT. J Nutr Biochem. 2003;14(9):513-21.
  14. Coates AM, Sioutis S, Buckley JD, Howe PRC. Regular consumption of n-3 fatty acid-enriched pork modifies cardiovascular risk factors. Br J Nutr. 2009;101(4):592-7.
  15. Conquer JA, Cheryk LA, Chan E, Gentry PA, Holub BJ. Effect of supplementation with dietary seal oil on selected cardiovascular risk factors and hemostatic variables in healthy male subjects. Thromb Res. 1999;96(3):239-50.
  16. Conquer JA, Holub BJ. Supplementation with an algae source of docosahexaenoic acid increases (n-3) fatty acid status and alters selected risk factors for heart disease in vegetarian subjects. J Nutr. 1996;126(12):3032-9.
  17. Damsgaard CT, Frøkiær H, Andersen AD, Lauritzen L. Fish oil in combination with high or low intakes of linoleic acid lowers plasma triacylglycerols but does not affect other cardiovascular risk markers in healthy men. J Nutr. 2008;138(6):1061-6.
  18. Davidson MH, Maki KC, Kalkowski J, Schaefer EJ, Torri SA, Drennan KB. Effects of docosahexaenoic acid on serum lipoproteins in patients with combined hyperlipidemia: A randomized, double-blind, placebo-controlled trial. J Am Coll Nutr. 1997;16(3):236-43.
  19. Dawczynski C, Martin L, Wagner A, Jahreis G. N-3 LC-PUFA-enriched dairy products are able to reduce cardiovascular risk factors: A double-blind, cross-over study. Clin Nutr. 2010;29(5):592-9.
  20. Dawczynski C, Massey KA, Ness C, Kiehntopf M, Stepanow S, Platzer M, et al. Randomized placebo-controlled intervention with n-3 LC-PUFA-supplemented yoghurt: Effects on circulating eicosanoids and cardiovascular risk factors. Clin Nutr. 2013;32(5):686-96.
  21. Deck C, Radack K. Effects of modest doses of omega-3 fatty acids on lipids and lipoproteins in hypertriglyceridemic subjects. Arch Intern Med. 1989;149(8):1857-62.
  22. Demke DM, Peters GR, Linet OI, Metzler CM, Klott KA. Effects of a fish oil concentrate in patients with hypercholesterolemia. Atherosclerosis. 1988;70(1-2):73-80.
  23. Dewell A, Marvasti FF, Harris WS, Tsao P, Gardner CD. Low- and high-dose plant and marine (n-3) fatty acids do not affect plasma inflammatory markers in adults with metabolic syndrome. J Nutr. 2011;141(12):2166-71.
  24. Du Plooy WJ, Venter CP, Muntingh GM, Venter HL, Glatthaar II, Smith KA. The cumulative dose response effect of eicosapentaenoic and docosahexaenoic acid on blood pressure, plasma lipid profile and diet pattern in mild to moderate essential hypertensive black patients. Prostaglandins Leukotrienes Essent Fatty Acids. 1992;46(4):315-21.
  25. Finnegan YE, Minihane AM, Leigh-Firbank EC, Kew S, Meijer GW, Muggli R, et al. Plant- and marine-derived n-3 polyunsaturated fatty acids have differential effects on fasting and postprandial blood lipid concentrations and on the susceptibility of LDL to oxidative modification in moderately hyperlipidemic subjects. Am J Clin Nutr. 2003;77(4):783-95.
  26. Fujioka S, Hamazaki K, Itomura M, Huan M, Nishizawa H, Sawazaki S, et al. The effects of eicosapentaenoic acid-fortified food on inflammatory markers in healthy subjects - A randomized, placebo-controlled, double-blind study. J Nutr Sci Vitaminol. 2006;52(4):261-5.
  27. Geppert J, Kraft V, Demmelmair H, Koletzko B. Microalgal docosahexaenoic acid decreases plasma triacylglycerol in normolipidaemic vegetarians: A randomised trial. Br J Nutr. 2006;95(4):779-86.
  28. Goyens PLL, Mensink RP. Effects of alpha-linolenic acid versus those of EPA/DHA on cardiovascular risk markers in healthy elderly subjects. Eur J Clin Nutr. 2006;60(8):978-84.
  29. Grieger JA, Miller MD, Cobiac L. Investigation of the effects of a high fish diet on inflammatory cytokines, blood pressure, and lipids in healthy older Australians. Food and Nutrition Research. 2014;58:20369.
  30. Grimsgaard S, Bønaa KH, Hansen JB, Nordøy A. Highly purified eicosapentaenoic acid and docosahexaenoic acid in humans have similar triacylglycerol-lowering effects but divergent effects on serum fatty acids. Am J Clin Nutr. 1997;66(3):649-59.
  31. Grundt H, Nilsen DWT, Hetland O, Aarsland T, Baksaas I, Grande T, et al. Improvement of serum lipids and blood pressure during intervention with n-3 fatty acids was not associated with changes in insulin levels in subjects with combined hyperlipidaemia. J Intern Med. 1995;237(3):249-59.
  32. Hallund J, Overgaard Madsen B, Bügel SH, Jacobsen C, Jakobsen J, Krarup H, et al. The effect of farmed trout on cardiovascular risk markers in healthy men. Br J Nutr. 2010;104(10):1528-36.
  33. Hamazaki K, Itomura M, Huan M, Nishizawa H, Watanabe S, Hamazaki T, et al. n-3 long-chain FA decrease serum levels of TG and remnant-like particle-cholesterol in humans. Lipids. 2003;38(4):353-8.
  34. Hamazaki T, Sawazaki S, Asaoka E, Itomura M, Mizushima Y, Yazawa K, et al. Docosahexaenoic acid-rich fish oil does not affect serum lipid concentrations of normolipidemic young adults. J Nutr. 1996;126(11):2784-9.
  35. Hansen JB, Olsen JO, Wilsgard L, Lyngmo V, Svensson B. Comparative effects of prolonged intake of highly purified fish oils as ethyl ester or triglyceride on lipids, haemostasis and platelet function in normolipaemic men. Eur J Clin Nutr. 1993;47(7):497-507.
  36. Hill AM, Buckley JD, Murphy KJ, Howe PRC. Combining fish-oil supplements with regular aerobic exercise improves body composition and cardiovascular disease risk factors. Am J Clin Nutr. 2007;85(5):1267-74.
  37. Hughes GS, Ringer TV, Watts KC, DeLoof MJ, Francom SF, Spillers CR. Fish oil produces an atherogenic lipid profile in hypertensive men. Atherosclerosis. 1990;84(2-3):229-37.
  38. Isley WL, Miles JM, Harris WS. Pilot study of combined therapy with ω-3 fatty acids and niacin in atherogenic dyslipidemia. J Clin Lipidology. 2007;1(3):211-7.
  39. Kaul N, Kreml R, Austria JA, Richard MN, Edel AL, Dibrov E, et al. A comparison of fish oil, flaxseed oil and hempseed oil supplementation on selected parameters of cardiovascular health in healthy volunteers. J Am Coll Nutr. 2008;27(1):51-8.
  40. Kelley DS, Siegel D, Vemuri M, Mackey BE. Docosahexaenoic acid supplementation improves fasting and postprandial lipid profiles in hypertriglyceridemic men. Am J Clin Nutr. 2007;86(2):324-33.
  41. Khandelwal S, Demonty I, Jeemon P, Lakshmy R, Mukherjee R, Gupta R, et al. Independent and interactive effects of plant sterols and fish oil n-3 long-chain polyunsaturated fatty acids on the plasma lipid profile of mildly hyperlipidaemic Indian adults. Br J Nutr. 2009;102(5):722-32.
  42. Lacaille B, Julien P, Deshaies Y, Lavigne C, Brun LD, Jacques H. Responses of plasma lipoproteins and sex hormones to the consumption of lean fish incorporated in a prudent-type diet in normolipidemic men. J Am Coll Nutr. 2000;19(6):745-53.
  43. Landmark K, Thaulow E, Hysing J, Mundal HH, Eritsland J, Hjermann I. Effects of fish oil, nifedipine and their combination on blood pressure and lipids in primary hypertension. J Hum Hypertens. 1993;7(1):25-32.
  44. Leigh-Firbank EC, Minihane AM, Leake DS, Wright JW, Murphy MC, Griffin BA, et al. Eicosapentaenoic acid and docosahexaenoic acid from fish oils: Differential associations with lipid responses. Br J Nutr. 2002;87(5):435-45.
  45. Lindqvist HM, Langkilde AM, Undeland I, Sandberg A-. Herring (clupea harengus) intake influences lipoproteins but not inflammatory and oxidation markers in overweight men. Br J Nutr. 2009;101(3):383-90.
  46. Lovegrove JA, Lovegrove SS, Lesauvage SVM, Brady LM, Saini N, Minihane AM, et al. Moderate fish-oil supplementation reverses low-platelet, long-chain n-3 polyunsaturated fatty acid status and reduces plasma triacylglycerol concentrations in British Indo-Asians. Am J Clin Nutr. 2004;79(6):974-82.
  47. Lu G, Windsor SL, Harris WS. Omega-3 fatty acids alter lipoprotein subfraction distributions and the in vitro conversion of very low density lipoproteins to low density lipoproteins. J Nutr Biochem. 1999;10(3):151-8.
  48. Mackness MI, Bhatnagar D, Durrington PN, Prais H, Haynes B, Morgan J, et al. Effects of a new fish oil concentrate on plasma lipids and lipoproteins in patients with hypertriglyceridaemia. Eur J Clin Nutr. 1994;48(12):859-65.
  49. Milte CM, Coates AM, Buckley JD, Hill AM, Howe PRC. Dose-dependent effects of docosahexaenoic acid-rich fish oil on erythrocyte docosahexaenoic acid and blood lipid levels. Br J Nutr. 2008;99(5):1083-8.
  50. Mohammadi E, Rafraf M, Farzadi L, Asghari-Jafarabadi M, Sabour S. Effects of omega-3 fatty acids supplementation on serum adiponectin levels and some metabolic risk factors in women with polycystic ovary syndrome. Asia Pac J Clin Nutr. 2012;21(4):511-8.
  51. Moore CS, Bryant SP, Mishra GD, Krebs JD, Browning LM, Miller GJ, et al. Oily fish reduces plasma triacylglycerols: A primary prevention study in overweight men and women. Nutrition. 2006;22(10):1012-24.
  52. Mori TA, Burke V, Puddey IB, Watts GF, O'Neal DN, Best JD, et al. Purified eicosapentaenoic and docosahexaenoic acids have differential effects on serum lipids and lipoproteins, LDL particle size, glucose, and insulin in mildly hypedipidemic men. Am J Clin Nutr. 2000;71(5):1085-94.
  53. Mori TA, Vandongen R, Beilin LJ, Burke V, Morris J, Ritchie J. Effects of varying dietary fat, fish, and fish oils on blood lipids in a randomized controlled trial in men at risk of heart disease. Am J Clin Nutr. 1994;59(5):1060-8.
  54. Murphy KJ, Meyer BJ, Mori TA, Burke V, Mansour J, Patch CS, et al. Impact of foods enriched with n-3 long-chain polyunsaturated fatty acids on erythrocyte n-3 levels and cardiovascular risk factors. Br J Nutr. 2007;97(4):749-57.
  55. Neff LM, Culiner J, Cunningham-Rundles S, Seidman C, Meehan D, Maturi J, et al. Algal docosahexaenoic acid affects plasma lipoprotein particle size distribution in overweight and obese adults. J Nutr. 2011;141(2):207-13.
  56. Nenseter MS, Osterud B, Larsen T, Strom E, Bergei C, Hewitt S, et al. Effect of Norwegian fish powder on risk factors for coronary heart disease among hypercholesterolemic individuals. Nutr Metab Cardiovasc Dis. 2000;10(6):323-30.
  57. Nestel P, Shige H, Pomeroy S, Cehun M, Abbey M, Raederstorff D. The n-3 fatty acids eicosapentaenoic acid and docosahexaenoic acid increase systemic arterial compliance in humans. Am J Clin Nutr. 2002;76(2):326-30.
  58. Olano-Martin E, Anil E, Caslake MJ, Packard CJ, Bedford D, Stewart G, et al. Contribution of apolipoprotein E genotype and docosahexaenoic acid to the LDL-cholesterol response to fish oil. Atherosclerosis. 2010;209(1):104-10.
  59. Park Y, Harris WS. Dose-response of n-3 polyunsaturated fatty acids on lipid profile and tolerability in mildly hypertriglyceridemic subjects. J Med Food. 2009;12(4):803-8.
  60. Park Y, Harris WS. Omega-3 fatty acid supplementation accelerates chylomicron triglyceride clearance. J Lipid Res. 2003;44(3):455-63.
  61. Ramprasath VR, Eyal I, Zchut S, Jones PJ. Enhanced increase of omega-3 index in healthy individuals with response to 4-week n-3 fatty acid supplementation from krill oil versus fish oil. Lipids Health Dis. 2013;12:178.
  62. Sanders TAB, Gleason K, Griffin B, Miller GJ. Influence of an algal triacylglycerol containing docosahexaenoic acid (22:6n-3) and docosapentaenoic acid (22:5n-6) on cardiovascular risk factors in healthy men and women. Br J Nutr. 2006;95(3):525-31.
  63. Sanders TAB, Sullivan DR, Reeve J, Thompson GR. Triglyceride-lowering effect of marine polyunsaturates in patients with hypertriglyceridemia. Arteriosclerosis. 1985;5(5):459-65.
  64. Singhal A, Lanigan J, Storry C, Low S, Birbara T, Lucas A, et al. Docosahexaenoic acid supplementation, vascular function and risk factors for cardiovascular disease: A randomized controlled trial in young adults. Journal of the American Heart Association. 2013;2(4):e000283.
  65. Skulas-Ray AC, Kris-Etherton PM, Harris WS, Vanden Heuvel JP, Wagner PR, West SG. Dose-response effects of omega-3 fatty acids on triglycerides, inflammation, and endothelial function in healthy persons with moderate hypertriglyceridemia. Am J Clin Nutr. 2011;93(2):243-52.
  66. Slivkoff-Clark KM, James AP, Mamo JCL. The chronic effects of fish oil with exercise on postprandial lipaemia and chylomicron homeostasis in insulin resistant viscerally obese men. Nutr Metab. 2012;9:9.
  67. Sørensen NS, Marckmann P, Høy CE, Van Duyvenvoorde W, Princen HMG. Effect of fish-oil-enriched margarine on plasma lipids, low-density- lipoprotein particle composition, size, and susceptibility to oxidation. Am J Clin Nutr. 1998;68(2):235-41.
  68. Stark KD, Holub BJ. Differential eicosapentaenoic acid elevations and altered cardiovascular disease risk factor responses after supplementation with docosahexaenoic acid in postmenopausal women receiving and not receiving hormone replacement therapy. Am J Clin Nutr. 2004;79(5):765-73.
  69. Stark KD, Park EJ, Maines VA, Holub BJ. Effect of a fish-oil concentrate on serum lipids in postmenopausal women receiving and not receiving hormone replacement therapy in a placebo-controlled, double-blind trial. Am J Clin Nutr. 2000;72(2):389-94.
  70. Tahvonen RL, Schwab US, Linderborg KM, Mykkanen HM, Kallio HP. Black currant seed oil and fish oil supplements differ in their effects on fatty acid profiles of plasma lipids, and concentrations of serum total and lipoprotein lipids, plasma glucose and insulin. J Nutr Biochem. 2005;16(6):353-9.
  71. Theobald HE, Chowienczyk PJ, Whittall R, Humphries SE, Sanders TAB. LDL cholesterol-raising effect of low-dose docosahexaenoic acid in middle-aged men and women. Am J Clin Nutr. 2004;79(4):558-63.
  72. Toft I, Bønaa KH, Ingebretsen OC, Nordøy A, Jenssen T. Effects of n-3 polyunsaturated fatty acids on glucose homeostasis and blood pressure in essential hypertension: A randomized, controlled trial. Ann Intern Med. 1995;123(12):911-8.
  73. Wolmarans P, Benadé AJS, Kotze TJW, Daubitzer AK, Marais MP, Laubscher R. Plasma lipoprotein response to substituting fish for red meat in the diet. Am J Clin Nutr. 1991;53(5):1171-6.
  74. Wu WH, Lu SC, Wang TF, Jou HJ, Wang TA. Effects of docosahexaenoic acid supplementation on blood lipids, estrogen metabolism, and in vivo oxidative stress in postmenopausal vegetarian women. Eur J Clin Nutr. 2006;60(3):386-92.
  75. Yamaoka S, Fujimoto M, Mori M, Mori H, Yamori Y. Risk reduction of lifestyle-related diseases in young adults on soy- or fish-rich traditional Japanese meals. Clinical and Experimental Pharmacology and Physiology. 2007;34(SUPPL. 1):S79-81.
  76. Zhang J, Wang C, Li L, Man Q, Meng L, Song P, et al. Dietary inclusion of salmon, herring and pompano as oily fish reduces CVD risk markers in dyslipidaemic middle-aged and elderly Chinese women. Br J Nutr. 2012;108(8):1455-65.
  77. Zhang J, Wang C, Li L, Man Q, Song P, Meng L, et al. Inclusion of Atlantic salmon in the Chinese diet reduces cardiovascular disease risk markers in dyslipidemic adult men. Nutr Res. 2010;30(7):447-54.
  78. Genest J, Frohlich J, Fodor G, McPherson R. Recommendations for the management of dyslipidemia and the prevention of cardiovascular disease: Summary of the 2003 update. CMAJ. 2003;169(9):921-4.
  79. Eslick GD, Howe PRC, Smith C, Priest R, Bensoussan A. Benefits of fish oil supplementation in hyperlipidemia: A systematic review and meta-analysis. Int J Cardiol. 2009;136(1):4-16.
  80. Lopez-Huertas E. The effect of EPA and DHA on metabolic syndrome patients: A systematic review of randomised controlled trials. Br J Nutr. 2012;107(SUPPL. 2):S185-94.
  81. Miller M. Current perspectives on the management of hypertriglyceridemia. Am Heart J. 2000;140(2):232-40.
  82. Miller M, Stone NJ, Ballantyne C, Bittner V, Criqui MH, Ginsberg HN, et al. Triglycerides and cardiovascular disease: A scientific statement from the American heart association. Circulation. 2011;123(20):2292-333.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :