ARCHIVÉE - Document d'information sur la norme proposée par Santé Canada (concentration maximale) sur la présence de la mycotoxine patuline dans le jus de pomme et le cidre non fermenté

 

Avis au lecteur : La période de consultation en ligne est maintenant terminée. Le résumé des commentaires est disponible.

Objectif

Le Bureau d'innocuité des produits chimiques de Santé Canada a terminé l'évaluation des risques que comporte la patuline, une mycotoxine possiblement présente dans les fruits pourrissants et plus particulièrement, dans les pommes. Les produits dérivés de la pomme tels que le jus de pomme et le cidre non fermenté peuvent aussi contenir de la patuline, mais habituellement, en très faible concentration. Par suite de cette évaluation, l'officialisation d'une norme (concentration maximale) de 50 ng/g (parties par milliards) de patuline dans le jus de pomme, y compris dans la part de jus de pomme de tout mélange de jus et de toute boisson, et le cidre de pomme non fermenté constitue la stratégie de gestion des risques appropriée. L'objectif de ce document consiste à communiquer des renseignements généraux et un sommaire de la preuve sur laquelle les scientifiques de Santé Canada se sont fondés pour appuyer la proposition de cette concentration maximale.

Contexte

Caractérisation des dangers

La patuline est un métabolite fongique (mycotoxine) qui peut provoquer une irritation gastro-intestinale et un dysfonctionnement rénal, ainsi que des effets immunotoxiques, génotoxiques et clastogènes chez plusieurs espèces animales lorsqu'elle est ingérée en doses suffisamment élevées. La patuline manifeste sa toxicité en réagissant avec les groupes sulfhydryles (-SH) des résidus de cystéine des enzymes, des peptides et des protéines chromosomiques. Ces résidus sont fréquemment essentiels pour préserver la forme et la fonction adéquates de la protéine dans laquelle ils se trouvent. En 1995, le Comité mixte d'experts des additifs alimentaires de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture et de l'Organisation mondiale de la Santé (JECFA) a recommandé, sur la base d'une exposition à long terme à la patuline, une dose quotidienne tolérable (DQT) provisoire de 0,4 µg de patuline/kg de poids corporel par jour. Santé Canada soutient le calcul et l'application de cette mesure du risque.

Évaluation de l'exposition

Chez l'humain, la consommation de jus de pomme et de produits apparentés constitue la principale voie d'exposition à la patuline. Santé Canada a réalisé une évaluation probabiliste de l'exposition à la patuline pour tous les groupes d'âge-sexe en recourant aux données d'analyse sur les concentrations en patuline dans le jus de pomme et dans les produits apparentés vendus sur le marché canadien en tenant pour acquis l'absence de stratégies de gestion de la patuline au palier de la vente au détail. En raison de leur faible poids corporel et de leur grande consommation des produits touchés, les jeunes enfants constituent le groupe d'âge dont l'exposition potentielle à la patuline est la plus élevée.

Caractérisation des risques

Selon les résultats de l'évaluation des risques que comporte la patuline, la consommation de jus de pomme et de cidre non fermenté par les adolescents et les adultes ne suscite aucune préoccupation pour leur santé. Cependant, dans le cas où la concentration de cette mycotoxine dans le jus de pomme ne serait pas maîtrisée de façon appropriée, les jeunes enfants qui en consomment une grande quantité risquent d'excéder l'apport tolérable en patuline établi par Santé Canada.

Gestion des risques

Bien que le risque que la patuline provoque des effets indésirables sur la santé soit minime, la concentration en patuline dans le jus de pomme et dans le cidre non fermenté doit être maintenue à de faibles concentrations afin de protéger la santé de la population canadienne, particulièrement celle des jeunes enfants qui sont sujets à consommer ces breuvages en grandes quantités. Par conséquent, Santé Canada propose de mettre en œuvre une norme officielle (une concentration maximale) sur la présence de patuline dans les denrées alimentaires concernées. La limite maximale proposée de 50 ng de patuline/g s'appliquera au jus de pomme et au cidre de pomme non fermenté. L'interprétation de cette norme fera en sorte qu'elle s'appliquera aussi au jus de pomme utilisé comme ingrédient dans la fabrication de tous les mélanges de jus et de toutes les autres boissons (p. ex., jus de pomme et framboise, jus de pomme et raisin, boisson à la pomme contenant 10 % de jus véritable) tel qu'établi à la section 9.6.1 du Guide d'étiquetage et de publicité sur les aliments de l'Agence canadienne d'inspection des aliments intitulée Boisson ou préparation portant le nom d'un fruit.

Une limite maximale de 50 ng de patuline/g a été adoptée par la Commission du Codex Alimentarius, de même qu'elle a été intégrée à titre de norme par le Secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques (FDA) et par la Commission européenne.

Les producteurs qui recherchent des renseignements dans le but de respecter cette norme peuvent consulter le Code d'usages pour la prévention et la réduction de la contamination par la patuline du jus de pomme et du jus de pomme utilisé comme ingrédient dans la fabrication d'autres boissons adopté en 2003 par le Comité du Codex Alimentarius et le Code d'usages pour la production et la distribution de jus de pomme et de jus d'autres fruits non pasteurisés au Canada rédigé en 2001 par Santé Canada et l'Agence canadienne d'inspection des aliments en consultation avec les parties intéressées. Les bonnes pratiques agricoles (BPA) et les bonnes pratiques de fabrication (BPF) énoncées dans ce document, par exemple le retrait des pommes tombées au sol et endommagées ainsi que le brossage et le rinçage des fruits avant la transformation, peuvent contribuer à atténuer le risque de contamination par la patuline. Dans la mesure où les codes d'usages sont appliqués, le respect de la norme de 50 ng de patuline par gramme de jus de pomme ou de cidre non fermenté devrait être aisément réalisable.

Les commentaires sur cette proposition peuvent être présentés par écrit soit par la poste, soit par courrier électronique, aux adresses indiquées ci-dessous. Si vous présentez vos commentaires par courrier électronique, veuillez inscrire « patuline » dans le champ de l'objet de votre courriel. Les commentaires doivent nous parvenir au plus tard à 23:59 h HNE, le 4 octobre 2011.

Adresse électronique :

Adresse postale :

Santé Canada, Bureau d'innocuité des produits chimiques
Division de l'évaluation du danger des produits chimiques pour la santé
251, promenade Sir Frederick Banting, IA : 2201C
Ottawa (Ontario) K1A 0L2
Attention : Chef, DEDPCS

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :