Ligne directrice : mise au point et fabrication de substances pharmaceutiques (entités chimiques et entités biotechnologiques ou biologiques) - ICH thème Q11

Avis

Le 12 février 2016
Notre référence : 16-100199-626

L'adoption pour l'International Conference on Harmonisation of Technical Requirements for the Registration of Pharmaceuticals for Human Use (l'ICH) ligne directrice : Q11 : Mise au point et fabrication de substances pharmaceutiques (entités chimiques et entités biotechnologiques ou biologiques)

Santé Canada a le plaisir d'annonce l'adoption de cette ligne directrice de l'ICH Q11: Mise au point et fabrication de substances pharmaceutiques (entités chimiques et entités biotechnologiques ou biologiques)

Cette ligne directrice a été élaborée par un groupe d'experts de l'ICH et a fait l'objet de consultations, menées par les organismes de réglementation, conformément au processus de l'ICH. Le Comité directeur de l'ICH en a approuvé la version finale et en a recommandé l'adoption par les organismes de réglementation de l'Union européenne, du Japon et des États-Unis.

En adoptant cette ligne directrice de l'ICH, Santé Canada fait siens les principes et les pratiques qui y sont énoncés. Ce document doit être lu en parallèle avec cette d'avis d'accompagnement et les sections pertinentes des autres lignes directrices applicables du Santé Canada.

Santé Canada est conscient que la portée et l'objet de ses lignes directrices actuelles peuvent ne pas toujours correspondre en totalité à ceux des lignes directrices de l'ICH qui sont introduites dans le cadre de l'engagement du Santé Canada envers l'harmonisation à l'échelle internationale et le Processus de l'ICH. Dans de tels cas, les lignes directrices de l'ICH adoptées par du Santé Canada auront préséance.

Santé Canada a pris l'engagement d'éliminer ces incohérences par la mise en oeuvre d'un plan de travail graduel qui examinera l'impact lié à l'adoption des lignes directrices de l'ICH. Ce processus aboutira à la modification ou, si les révisions à apporter sont trop nombreuses, au retrait de certaines lignes directrices du Santé Canada.

Plusieurs lignes directrices, incluant celle-ci, sont disponibles sur le site web de Santé Canada (http://www.hc-sc.gc.ca/index-fra.php).

Si vous avez des questions ou commentaires concernant cette ligne directrice, veuillez communiquer avec :

Bureau des sciences pharmaceutiques (BSP)
Courriel : bps_enquiries_enquetes_bsp@hc-sc.gc.ca
Téléphone : 613-941-3184
Télécopieur : 613-941-0571

Avant-propos

La présente ligne directrice a été élaborée par un groupe d'experts de l'ICH et a fait l'objet de consultations, menées par les organismes de réglementation, conformément au processus de l'ICH. Le Comité directeur de l'ICH en a approuvé la version finale et en a recommandé l'adoption par les organismes de réglementation de l'Union européenne, du Japon et des États-Unis.

En adoptant cette ligne directrice de l'ICH, Santé Canada fait siens les principes et les pratiques qui y sont énoncés. Ce document doit être lu en parallèle avec la lettre d'accompagnement et les sections pertinentes des autres lignes directrices applicables à Santé Canada.

Les lignes directrices sont des documents destinés à guider l'industrie et les professionnels de la santé sur la façon de se conformer aux politiques et aux lois et règlements qui régissent leurs activités. Elles servent également de guide au personnel lors de l'évaluation et de la vérification de la conformité et permettent ainsi d'appliquer les mandats d'une façon équitable, uniforme et efficace.

Les lignes directrices sont des outils administratifs n'ayant pas force de loi, ce qui permet une certaine souplesse d'approche. Les principes et les pratiques énoncés dans le présent document pourraient être remplacés par d'autres approches, à condition que celles-ci s'appuient sur une justification scientifique adéquate. Ces autres approches devraient être examinées préalablement en consultation avec le programme concerné pour s'assurer qu'elles respectent les exigences des lois et des règlements applicables.

Corollairement à ce qui précède, il importe également de mentionner que Santé Canada se réserve le droit de demander des renseignements ou du matériel supplémentaire, ou de définir des conditions dont il n'est pas explicitement question dans la ligne directrice, et ce, afin que le ministère puisse être en mesure d'évaluer adéquatement l'innocuité, l'efficacité ou la qualité d'un produit thérapeutique donné. Santé Canada s'engage à justifier de telles demandes et à documenter clairement ses décisions.

Ce document doit accompagner cet avis et les sections appropriées des autres lignes directions concernées.

Historique du document
Code Historique Date
Q11 Approbation par le Comité directeur à l'étape 2 et diffusion aux fins de consultation publique. Le 19 mai 2011
Version la plus récente de l'étape 4
Code Historique Date
Q11 Approbation par le Comité directeur à l'étape 4 et adoption recommandée aux trois organes de réglementation de l'ICH. Le 1er mai 2012

Table des matières

1. Introduction

La présente ligne directrice décrit les approches visant à mettre au point et à comprendre le processus de fabrication de la substance pharmaceutique et elle fournit également des directives sur les renseignements qui doivent être fournis dans le module 3 des sections 3.2.S.2.2 à 3.2.S.2.6 (ligne directrice M4Q de l'ICH) du Document technique commun. Elle aborde des aspects de mise au point et de fabrication ayant trait à la substance pharmaceutique, notamment la présence de mesures destinées à réduire les impuretés. En outre, la ligne directrice Q11 de l'ICH fournit d'autres éclaircissements sur les principes et concepts décrits dans les lignes directrices de l'ICH concernant le développement pharmaceutique (Q8), la gestion des risques liés à la qualité (Q9) et le système de qualité pharmaceutique (Q10), étant donné que ceux-ci portent sur la mise au point et la fabrication de la substance pharmaceutique.

Une entreprise peut choisir de suivre différentes approches en vue de mettre au point une substance pharmaceutique. Aux fins de la présente ligne directrice, les adjectifs « traditionnelle » et « améliorée » sont utilisés afin de distinguer deux approches possibles. Dans une approche traditionnelle, des points de consigne et des intervalles de fonctionnement des paramètres de procédés sont définis, et la stratégie de contrôle des substances pharmaceutiques est habituellement fondée sur la démonstration d'une reproductibilité et d'une mise à l'essai des processus afin de respecter les critères d'acceptation établis. Dans une approche améliorée, la gestion des risques et les connaissances scientifiques sont utilisées de manière plus approfondie afin de déterminer et de comprendre les paramètres de procédé et les opérations unitaires ayant une incidence sur les caractéristiques de qualité essentielles, et d'élaborer des stratégies de contrôle appropriées applicables pendant le cycle de vie de la substance pharmaceutique qui pourraient inclure l'établissement d'espaces de conception. Comme cela a été abordé dans la ligne directrice Q8 de l'ICH concernant les produits pharmaceutiques, une meilleure compréhension de la substance pharmaceutique et de son procédé de fabrication peut jeter les bases d'approches de réglementation plus souples. Le degré de souplesse de la réglementation est généralement basé sur le niveau des données scientifiques pertinentes fournies dans la demande d'une autorisation de mise sur le marché.

Les approches traditionnelles et améliorées ne sont pas mutuellement exclusives. Une entreprise peut utiliser une approche traditionnelle ou améliorée ou une combinaison des deux pour la mise au point d'une substance pharmaceutique.

2. Portée

La présente ligne directrice s'applique aux substances pharmaceutiques telles qu'elles sont définies dans les sections sur la portée des lignes directrices Q6A et Q6B de l'ICH, mais elle pourrait être également appropriée pour d'autres types de produits après consultation avec les autorités réglementaires compétentes. Elle est pertinente en particulier pour la préparation et l'organisation du contenu des sections 3.2.S.2.2 à 3.2.S.2.6 du module 3 du Document technique commun (ligne directrice M4Q de l'ICH). Elle ne s'applique pas au contenu des présentations soumises au cours des différentes phases des études cliniques devant mener à la mise au point du produit. Cependant, il est important de tenir compte des principes de mise au point énoncés dans la présente ligne directrice durant les phases expérimentales.

La présente ligne directrice ne traite pas des exigences régionales relatives aux changements apportés après l'approbation d'un produit.

3. Élaboration des procédés de fabrication

3.1 Principes généraux

L'objectif de l'élaboration des procédés de fabrication concernant la substance pharmaceutique est d'établir un procédé de fabrication commerciale capable de produire systématiquement une substance pharmaceutique de la qualité souhaitée.

3.1.1 Lien entre la qualité de la substance pharmaceutique et le produit pharmaceutique

La qualité voulue de la substance pharmaceutique doit être déterminée en tenant compte de son utilisation dans le produit pharmaceutique ainsi que des connaissances et de la compréhension de ses propriétés ou caractéristiques physiques, chimiques, biologiques et microbiologiques qui peuvent influencer la mise au point du produit pharmaceutique (p. ex., la solubilité de la substance pharmaceutique peut avoir une incidence sur le choix de la forme posologique). Le profil du produit cible de qualité (PPCQ), les attributs qualitatifs essentiels potentiels du produit pharmaceutique (tels qu'ils sont définis dans la ligne directrice Q8 de l'ICH) et l'expérience antérieure issue de produits connexes peuvent aider à déterminer les attributs qualitatifs essentiels potentiels de la substance pharmaceutique. Les connaissances et la compréhension des attributs qualitatifs essentiels peuvent évoluer au cours de la mise au point.

3.1.2 Outils d'élaboration des procédés

La gestion des risques liés à la qualité (telle qu'elle est décrite dans la ligne directrice Q9 de l'ICH) peut être utilisée dans diverses activités, notamment l'évaluation d'options pour la conception des procédés de fabrication, l'évaluation d'attributs qualitatifs et de paramètres des procédés de fabrication et l'amélioration de l'assurance de la production systématique de lots de la qualité souhaitée. Les évaluations des risques peuvent être effectuées au début du processus de mise au point et répétées à mesure que des connaissances et une compréhension seront acquises. Des outils de gestion des risques officiels ou officieux, tels que des outils ou des procédures internes reconnus, peuvent être utilisés.

La gestion des connaissances (telle qu'elle est décrite dans les lignes directrices Q10 de l'ICH) peut aussi faciliter l'élaboration du procédé de fabrication. Dans ce contexte, les sources potentielles de renseignements peuvent inclure des connaissances préalables et des études sur la mise au point. Les connaissances préalables peuvent être notamment des principes biologiques, chimiques et d'ingénierie établis, la documentation technique et l'expérience pratique en matière de fabrication. Les données provenant de connaissances préalables pertinentes, notamment la fabrication d'une plateforme (voir le glossaire), peuvent être exploitées pour étayer l'élaboration du procédé commercial et accélérer la compréhension scientifique.

3.1.3 Approches pour la mise au point

La ligne directrice Q8 de l'ICH reconnaît que les stratégies de mise au point de produits varient d'une entreprise à une autre et d'un produit à un autre. L'approche à l'égard de la mise au point et sa portée peuvent varier et devraient être indiquées dans la présentation. Ces concepts s'appliquent également à la mise au point du procédé de fabrication de substances pharmaceutiques. Un demandeur peut choisir une approche traditionnelle ou améliorée ou une combinaison des deux pour la mise au point d'une substance pharmaceutique.

L'élaboration d'un procédé de fabrication doit au moins comprendre les éléments suivants :

  • Déterminer les « attributs qualitatifs essentiels » « aspects qualitatifs essentiels potentiels liés à la substance pharmaceutique afin que ces caractéristiques, qui ont une incidence sur la qualité du produit pharmaceutique, puissent être étudiées et contrôlées.
  • Définir un procédé de fabrication approprié.
  • Définir une stratégie de contrôle pour assurer le rendement du procédé et la qualité de la substance pharmaceutique.

Une approche améliorée à l'égard de l'élaboration du procédé de fabrication comprendrait aussi les éléments suivants :

  • Une approche systématique pour évaluer, comprendre et affiner le procédé de fabrication, notamment :
    • Déterminer, par exemple par l'intermédiaire de connaissances préalables, d'expériences et de l'évaluation des risques, les caractéristiques matérielles (p. ex., matières premières, matières de base, réactifs, solvants, supports de procédé, intermédiaires) et les paramètres de procédé qui peuvent avoir une incidence sur les « attributs qualitatifs essentiels » de la substance pharmaceutique.
    • Déterminer les relations fonctionnelles qui relient les caractéristiques matérielles et les paramètres de procédé aux « attributs qualitatifs essentiels » de la substance pharmaceutique.
  • Utiliser l'approche améliorée, en association avec la gestion des risques liés à la qualité, pour établir une stratégie de contrôle appropriée qui peut, par exemple, comprendre la proposition d'espaces de conception.

Les connaissances et la compréhension accrues obtenues à partir de l'adoption d'une approche améliorée pourraient favoriser une amélioration et une innovation continues tout au long du cycle de vie du produit (se reporter à la ligne directrice Q10 de l'ICH).

3.1.4 Caractéristiques de qualité essentielles d'une substance pharmaceutique

Un « attribut qualitatif essentiel » est une propriété ou caractéristique physique, chimique, biologique ou microbiologique qui doit être comprise dans une limite, une fourchette ou une distribution appropriée afin de garantir la qualité désirée du produit. Les « attributs qualitatifs essentiels » potentiels d'une substance pharmaceutique sont utilisés pour orienter l'élaboration du procédé. La liste des « attributs qualitatifs essentiels » potentiels peut être modifiée à mesure que les connaissances sur la substance pharmaceutique et la compréhension du procédé s'améliorent.

Les « attributs qualitatifs essentiels » de la substance pharmaceutique comprennent habituellement ces propriétés ou caractéristiques qui ont une incidence sur l'identité, la pureté, l'activité et la stabilité biologiques. Lorsque les propriétés physiques sont importantes par rapport à la fabrication ou à l'efficacité du produit pharmaceutique, elles peuvent être désignées en tant « attributs qualitatifs essentiels ». Dans le cas de produits biotechnologiques ou biologiques, la plupart des « attributs qualitatifs essentiels » du produit pharmaceutique sont associées à la substance pharmaceutique et, par conséquent, sont le résultat direct de la conception de la substance pharmaceutique ou de son procédé de fabrication.

Les impuretés sont une catégorie importante des « attributs qualitatifs essentiels » potentiels de la substance pharmaceutique en raison de leur incidence possible sur l'innocuité du produit pharmaceutique. En ce qui concerne les entités chimiques, les impuretés peuvent comprendre des impuretés organiques (y compris des impuretés potentiellement mutagènes), des impuretés inorganiques, p. ex., des résidus métalliques et des solvants résiduels (se reporter aux lignes directrices Q3A et Q3C de l'ICH). En ce qui concerne les produits biotechnologiques ou biologiques, les impuretés pourraient être liées au procédé ou au produit (voir la ligne directrice Q6B de l'ICH). Les impuretés liées au procédé sont notamment les suivantes : impuretés dérivées du substrat de cellules (p. ex., protéines et ADN de cellules hôtes), impuretés dérivées de la culture de cellules (p. ex., composants du milieu) et impuretés dérivées de l'aval (p. ex., agents lessivés des colonnes). La détermination des « attributs qualitatifs essentiels » concernant les produits biotechnologiques ou biologiques devrait aussi comprendre la prise en compte des contaminants, comme cela est défini dans la ligne directrice Q6B, y compris toutes les matières incorporées de façon accidentelle et qui ne font pas intentionnellement partie du procédé de fabrication (p. ex., contamination virale fortuite, bactérienne ou par mycoplasmes).

La détermination des « attributs qualitatifs essentiels » de produits complexes peut être difficile. Les produits biotechnologiques ou biologiques, par exemple, possèdent habituellement un nombre si important de caractéristiques de qualité essentielles, qu'il peut s'avérer impossible d'évaluer pleinement l'incidence sur l'innocuité et efficacité de chacun d'entre eux. Des évaluations des risques peuvent être effectuées afin de classer les attributs qualitatifs et d'en établir la priorité. Les connaissances préalables peuvent être utilisées au début de la mise au point et les évaluations peuvent être mises à jour de manière itérative avec les données sur la mise au point (y compris les données provenant d'études cliniques et non cliniques) pendant le cycle de vie. Les connaissances relatives au mécanisme d'action et à la caractérisation biologique, telles que les études évaluant les relations entre la structure et la fonction, peuvent contribuer à l'évaluation des risques pour certaines caractéristiques de produits.

3.1.5 Relier les caractéristiques (attributs?) matérielles et les paramètres de procédé aux attributs qualitatifs essentiels de la substance pharmaceutique

Le programme d'élaboration du procédé de fabrication doit déterminer quelles caractéristiques (attributs?) matérielles (p. ex., matières premières, matières de base (produits de départ?), réactifs, solvants, supports de procédé, intermédiaires) et quels paramètres de procédé doivent être contrôlés. L'évaluation des risques peut aider à déterminer les attributs matériels et les paramètres de procédé pouvant avoir un effet sur les attributs qualitatifs essentiels d'une substance pharmaceutique. Ces attributs matériels et paramètres de procédé qui s'avèrent importants pour la qualité de la substance pharmaceutique doivent être traités par la stratégie de contrôle.

L'évaluation des risques utilisée pour aider à définir les éléments de la stratégie de contrôle ayant trait aux matières en amont de la substance pharmaceutique peut comprendre une évaluation de la capacité du procédé de fabrication, de la détectabilité des caractéristiques et de la gravité des répercussions, étant donné qu'elles sont liées à la qualité de la substance pharmaceutique. Par exemple, au moment d'évaluer le lien entre une impureté dans une matière première ou un intermédiaire et les attributs qualitatifs essentiels d'une substance pharmaceutique, la capacité du procédé de fabrication de la substance pharmaceutique à éliminer cette impureté ou ses dérivés doit être prise en compte dans l'évaluation. Le risque lié aux impuretés peut généralement être contrôlé par des spécifications des matières premières ou des intermédiaires et par une capacité solide de purification au cours des étapes en aval. L'évaluation des risques peut aussi permettre de déterminer les attributs qualitatifs essentiels pour lesquels des limites inhérentes de la détectabilité de la substance pharmaceutique existent (p. ex., innocuité virale). Dans ces cas, de tels attributs qualitatifs essentiels doivent être contrôlés à un moment approprié, en amont du procédé.

En ce qui concerne la mise au point d'entités chimiques, l'accent est essentiellement mis sur les connaissances et le contrôle des impuretés. Il est important de comprendre la formation, le devenir (si l'impureté réagit et modifie sa structure chimique) et l'élimination (si l'impureté est éliminée par cristallisation, extraction, etc.) ainsi que leur relation avec les impuretés obtenues qui aboutissent dans la substance pharmaceutique en tant qu'attributs qualitatifs essentiels. Le procédé doit être évalué pour établir les contrôles appropriés concernant les impuretés, à mesure qu'elles évoluent par l'intermédiaire de plusieurs opérations du procédé.

En utilisant une approche traditionnelle, les spécifications matérielles et les portées des paramètres de procédé peuvent être principalement fondées sur l'historique des procédés par lots et sur des expériences (univariées?) à une variable. Une approche améliorée peut donner lieu à une compréhension plus approfondie de la relation des caractéristiques matérielles et des paramètres de procédé avec les attributs qualitatifs essentiels et l'effet des interactions. L'exemple 1 (voir la section 10.1) illustre l'élaboration de paramètres de procédé à l'aide des connaissances préalables et des principes premiers de la chimie.

L'évaluation des risques peut être utilisée pendant l'élaboration afin de déterminer ces parties du procédé de fabrication susceptibles d'avoir une incidence sur les attributs qualitatifs essentiels potentiels. Des évaluations des risques supplémentaires peuvent être utilisées afin de mettre l'accent sur le travail d'élaboration dans des domaines où une meilleure compréhension du lien entre le procédé et la qualité est nécessaire. En utilisant une approche améliorée, la détermination des spécifications matérielles appropriées et des portées des paramètres de procédé pourrait suivre une séquence telle que celle présentée ci-dessous :

  • Déterminer les sources potentielles de variabilité du procédé.
  • Déterminer les caractéristiques matérielles et les paramètres de procédé susceptibles d'avoir une plus grande incidence sur la qualité de la substance pharmaceutique. Cela peut être fondé sur des connaissances préalables et des outils d'évaluation des risques.
  • Concevoir et mener des études (p. ex., évaluations mécanistes et cinétiques, conception d'expériences à plusieurs variables, simulations, modélisations) afin de déterminer et de confirmer les liens et les relations des caractéristiques matérielles et des paramètres de procédé avec les attributs qualitatifs essentiels de la substance pharmaceutique.
  • Analyser et évaluer les données afin d'établir les gammes appropriées, y compris l'établissement d'un espace de conception au besoin.

Des modèles à petite échelle peuvent être mis au point et utilisés pour étayer les études d'élaboration des procédés. La création d'un modèle doit tenir compte des effets d'échelle et être représentative du procédé commercial proposé. Un modèle scientifiquement justifié peut permettre une prévision de qualité et peut être utilisé pour étayer l'extrapolation des conditions de fonctionnement à différentes échelles et selon l'équipement.

3.1.6 Espace de conception

Un espace de conception est une combinaison et interaction multidimensionnelles de variables d'entrée (p. ex., caractéristiques du matériel) et de paramètres de procédé qui garantissent l'assurance de la qualité. Aucune intervention effectuée dans les limites de l'espace de conception n'est considérée comme un changement. En revanche, le fait de travailler à l'extérieur des limites de cet espace est considéré comme un changement, et devrait normalement déclencher un processus de changement réglementaire après l'approbation. L'espace de conception est proposé par le demandeur, et il est soumis à l'évaluation et à l'approbation des organismes de réglementation (ligne directrice Q8 de l'ICH).

Les considérations liées à l'espace de conception et abordées dans la ligne directrice Q8 de l'ICH pour une approche améliorée à l'égard de la mise au point d'un produit pharmaceutique sont applicables à la substance pharmaceutique. La capacité à évaluer précisément l'importance et l'effet de la variabilité des caractéristiques matérielles et des paramètres de procédé sur les attributs qualitatifs essentiels d'une substance pharmaceutique et, par conséquent, les limites d'un espace de conception, dépend de la portée du procédé et de la compréhension du produit.

Un espace de conception peut être créé en se fondant sur une combinaison de connaissances préalables, de principes premiers et d'une compréhension empirique du procédé. Les modèles (p. ex., qualitatifs, quantitatifs) peuvent être utilisés pour appuyer les espaces de conception à différentes échelles et selon l'équipement.

Un espace de conception pourrait être déterminé selon une opération unitaire (p. ex., réaction, cristallisation, distillation, purification) ou une combinaison d'opérations unitaires. Les opérations unitaires comprises dans un tel espace de conception devraient généralement être sélectionnées en fonction de leur incidence sur les attributs qualitatifs essentiels et il n'est pas nécessairement utile qu'elles soient séquentielles. Les liens entre les étapes du procédé doivent être évalués de manière à ce que, par exemple, la production et l'élimination cumulatives des impuretés soient contrôlées. Un espace de conception qui englobe plusieurs opérations unitaires peut offrir davantage de souplesse opérationnelle.

La création et l'approbation d'un espace de conception pour certaines substances pharmaceutiques biotechnologiques ou biologiques peuvent représenter un défi en raison de facteurs, notamment la variabilité du procédé et la complexité de la substance pharmaceutique (p. ex., modifications post-traductionnelles). Ces facteurs peuvent avoir une incidence sur le risque résiduel (p. ex., possibilité de modifications inattendues apportées aux attributs qualitatifs essentiels, d'après les incertitudes liées à la sensibilité de l'échelle) qui demeure après l'approbation de l'espace de conception. Selon le niveau de risque résiduel, il peut être approprié pour un demandeur de soumettre des propositions sur la façon dont le travail à l'intérieur d'un espace de conception sera géré après l'approbation. Ces propositions doivent indiquer comment les connaissances, la stratégie de contrôle et les méthodes de caractérisation peuvent être déployées pour évaluer la qualité du produit après le travail au sein de l'espace de conception approuvé.

3.2 Présentation d'information sur l'élaboration des procédés de fabrication

L'information fournie sur l'élaboration du procédé de fabrication d'une substance pharmaceutique (principalement à la section 3.2.S.2.6 de la demande) doit déterminer des changements importants au cours de l'élaboration du procédé, lier des lots de substances pharmaceutiques pertinentes au stade d'élaboration du procédé de fabrication utilisé pour les préparer, et expliquer comment les connaissances préalables, les évaluations des risques et d'autres études (p. ex., expérimentales, modélisation, simulations) ont été utilisées pour établir d'importants aspects du procédé de fabrication et de la stratégie de contrôle. L'information sur l'élaboration du procédé doit être organisée de manière logique et doit être facile à comprendre. Les fabricants peuvent présenter l'information sur l'élaboration du procédé de différentes façons, mais certaines recommandations précises à examiner sont fournies ci-dessous.

3.2.1 Résumé général de l'élaboration d'un procédé

Il est recommandé que la section sur l'élaboration du procédé de fabrication commence par un résumé narratif décrivant les étapes importantes de l'élaboration du procédé et expliquant comment elles sont liées à l'assurance selon laquelle la qualité voulue de la substance pharmaceutique est obtenue. Le résumé doit contenir ce qui suit :

  • Liste des attributs qualitatifs essentiels de la substance pharmaceutique.
  • Brève description des phases de l'évolution du procédé de fabrication et modifications pertinentes apportées à la stratégie de contrôle.
  • Brève description des attributs matériels et des paramètres du procédé définis comme ayant une incidence sur les attributs qualitatifs essentiels de la substance pharmaceutique.
  • Brève description de la création de tous les espaces de conception.

Après le résumé général sur l'élaboration du procédé, la section concernant l'élaboration du procédé de fabrication devrait comprendre des renseignements plus détaillés, comme cela est recommandé ci-dessous.

3.2.2 Attributs qualitatifs essentiels de la substance pharmaceutique

Les attributs qualitatifs essentiels de la substance pharmaceutique doivent être énumérés et la justification de la désignation de ces propriétés ou caractéristiques en tant qu'attributs qualitatifs essentiels doit être fournie. Dans certains cas, il peut être approprié d'expliquer pourquoi d'autres propriétés ou caractéristiques, qui pourraient être considérées comme des attributs qualitatifs essentiels potentiels, ne sont pas comprises dans la liste des attributs qualitatifs essentiels. Des liens ou références, relatifs aux renseignements présentés à un autre endroit dans la présentation (p. ex., 3.2.S.3.1, Élucidation d'une structure et d'autres caractéristiques) et qui étayent la désignation de ces propriétés ou caractéristiques en tant qu'attributs qualitatifs essentiels, doivent être fournis. Certains examens des attributs qualitatifs essentiels de la substance pharmaceutique qui ont un lien avec ceux du produit pharmaceutique peuvent être appropriés dans la section sur le développement pharmaceutique de la demande (p. ex., 3.2.P.2.1 Composants du produit pharmaceutique).

3.2.3 Historique du procédé de fabrication

Une description et un examen doivent être fournis concernant les changements importants apportés au procédé de fabrication ou au site de fabrication des lots de la substance pharmaceutique utilisés pour étayer la demande de commercialisation (p. ex., ceux utilisés dans des études non cliniques ou cliniques ou des études de stabilité pour documenter une autorisation de mise sur le marché) et, si possible, des lots à l'échelle de production. La description doit généralement suivre une séquence chronologique qui se termine par le procédé commercial proposé. Les renseignements sur les lots (taille ou échelle du lot, site et date de fabrication, acheminement et procédé utilisés et utilisation prévue [p. ex., dans une étude toxicologique ou clinique précise]) et les données à l'appui provenant d'essais analytiques comparatifs sur des lots pertinents de la substance pharmaceutique doivent être fournis ou mentionnés (p. ex., Analyse de lots, section 3.2.S.4.4).

En ce qui concerne les substances pharmaceutiques biotechnologiques ou biologiques, la raison de chaque changement important doit être fournie, ainsi qu'une évaluation de son incidence potentielle sur la qualité de la substance pharmaceutique (et d'un intermédiaire, le cas échéant). La section sur l'historique du procédé de fabrication doit comprendre un examen de la comparabilité durant l'élaboration, comme cela est expliqué dans la ligne directrice Q5E de l'ICH. Un examen des données, y compris une justification du choix des essais et une évaluation des résultats, doit être inclus. Les essais utilisés pour évaluer l'incidence des changements relatifs à la fabrication sur la substance pharmaceutique et le produit pharmaceutique correspondant peuvent également comprendre des études non cliniques et cliniques. Un renvoi aux emplacements de ces études dans d'autres modules de la présentation doit être inclus.

3.2.4 Études sur l'élaboration de fabrication

Les études et les évaluations des risques utilisées pour établir des aspects importants du procédé de fabrication commerciale et de la stratégie de contrôle mentionnés dans la demande doivent être énumérées (p. ex., sous forme de tableau). Le but ou l'utilisation finale de chaque étude ou évaluation des risques citée doivent être indiqués.

Chaque étude ou évaluation des risques citée doit être résumée avec un niveau de détail suffisant pour faire comprendre le but de l'étude, les données recueillies, la façon dont elles ont été analysées, les conclusions tirées et l'incidence de l'étude sur le procédé de fabrication ou la poursuite de l'élaboration du procédé de fabrication. Les portées et paramètres particuliers étudiés doivent être décrits et examinés relativement aux conditions de fonctionnement ou à l'espace de conception proposés pour le procédé de fabrication commerciale (comme cela est décrit à la section 3.2.S.2.2). Les outils d'évaluation des risques et les résultats de l'étude sur lesquels un espace de conception est fondé doivent être adéquatement décrits. L'exemple 2 (voir la section 10.2) montre un outil de communication possible pour présenter un classement des risques concernant les paramètres évalués pendant la création d'un espace de conception. Lorsque la création se rapporte à des connaissances préalables précises, les données et renseignements pertinents doivent être fournis et, le cas échéant, la pertinence de la substance pharmaceutique particulière doit être justifiée.

Des modèles à petite échelle utilisés pour appuyer l'élaboration du procédé de fabrication commerciale doivent être décrits.

4. Description du procédé de fabrication et des contrôles des procédés

La description du procédé de fabrication de la substance pharmaceutique représente l'engagement du demandeur à fabriquer la substance pharmaceutique. Des renseignements doivent être fournis afin de décrire adéquatement le procédé de fabrication et les contrôles des procédés (voir la section 3.2.S.2.2 de la ligne directrice M4Q de l'ICH).

La description du procédé de fabrication doit être fournie sous la forme d'un graphique d'évolution et d'un exposé de faits procédural séquentiel. Les contrôles en cours de fabrication pour chaque étape ou phase du procédé doivent être indiqués dans la description. Les facteurs d'échelle doivent être inclus pour les étapes de fabrication destinées à englober plusieurs échelles opérationnelles lorsque l'étape du procédé est influencée par l'échelle. Tous les espaces de conception du procédé de fabrication doivent être intégrés à la description du procédé de fabrication. L'exemple 3 (voir la section 10.3) donne un exemple de la présentation d'un espace de conception concernant un produit biotechnologique.

De nombreux produits biotechnologiques ou biologiques ont des procédés complexes en amont et utilisent des séparations et des regroupements pour créer le lot d'une substance pharmaceutique. Une explication sur la façon dont les lots d'une substance pharmaceutique sont définis par le fabricant (p. ex., séparation et regroupement de récoltes ou d'intermédiaires) doit être fournie. Des détails concernant la taille ou l'échelle des lots et la numérotation des lots doivent être inclus.

5. Sélection des produits de départ et des matières d'origine (premières)

5.1 Principes généraux

5.1.1 Sélection des produits de départ pour les substances pharmaceutiques synthétiques

Les principes généraux suivants doivent être pris en considération en déterminant à quel moment le procédé de fabrication de la substance pharmaceutique commence (c.-à-d. en choisissant des produits de départ).

  • En général, les changements des attributs matériels ou des conditions de fonctionnement qui ont lieu vers le début du procédé de fabrication sont moins susceptibles d'avoir une incidence sur la qualité de la substance pharmaceutique.
  • La relation entre le risque et le nombre d'étapes à partir de la fin du procédé de fabrication est le résultat de deux facteurs : un relatif aux propriétés physiques de la substance pharmaceutique et l'autre concernant la formation, le devenir et l'élimination des impuretés. Les propriétés physiques d'une substance pharmaceutique sont déterminées pendant la dernière étape de cristallisation et au cours des opérations suivantes (p. ex., broyage, micronisation) qui ont lieu à la fin du procédé de fabrication. Les impuretés introduites ou créées au début du procédé de fabrication ont plus de chances d'être éliminées dans des opérations de purification (p. ex., lavage, cristallisation d'intermédiaires isolés) que les impuretés produites à la fin du procédé de fabrication, et elles sont donc moins susceptibles d'être introduites dans la substance pharmaceutique. Cependant, dans certains cas (p. ex., lorsque des peptides ou des oligonucléotides sont synthétisés sur un support solide), la relation entre le risque et le nombre d'étapes à partir de la fin du procédé de fabrication est plus limitée.
  • Les autorités réglementaires évaluent si les contrôles sur la substance pharmaceutique et le procédé de fabrication de la substance pharmaceutique peuvent être jugés adéquats, notamment s'il existe des contrôles appropriés pour les impuretés. Pour mener cette évaluation, une partie suffisante du procédé de fabrication de la substance pharmaceutique doit être décrite dans la demande adressée aux autorités réglementaires afin de comprendre comment les impuretés sont formées dans le procédé, comment les changements apportés au procédé pourraient avoir une incidence sur la formation, le devenir et l'élimination des impuretés et pourquoi la stratégie de contrôle proposée est adaptée au procédé de fabrication de la substance pharmaceutique. Cela comprendra habituellement la description de plusieurs étapes de la transformation chimique.
  • Les étapes de fabrication ayant une incidence sur le profil des impuretés de la substance pharmaceutique devraient normalement être incluses dans le procédé de fabrication décrit à la section 3.2.S.2.2 de la demande.
  • Chaque étape d'un procédé de fabrication convergent de la substance pharmaceutique commence par un ou plusieurs produits de départ. Les dispositions des bonnes pratiques de fabrication (BPF) décrites dans la ligne directrice Q7 de l'ICH s'appliquent à chaque étape commençant par la première utilisation d'un produit de départ. L'exécution des étapes de fabrication conformément aux BPF, associée à une stratégie de contrôle appropriée, permet de garantir la qualité de la substance pharmaceutique.
  • Un produit de départ doit être une substance dont les propriétés et la structure chimiques sont définies. Les intermédiaires non isolés ne sont habituellement pas considérés comme des produits de départ appropriées.
  • Un produit de départ constitue un élément structural important de la substance pharmaceutique. Un « élément structural important » dans ce contexte vise à distinguer les produits de départ des réactifs, solvants ou d'autres matières premières. Les produits chimiques largement disponibles et utilisés pour créer des sels, des esters ou d'autres dérivés simples doivent être considérés comme des réactifs.

Tous les principes généraux ci-dessus doivent être pris en considération au moment de choisir les produits de départ, au lieu d'appliquer strictement chaque principe général de manière isolée (voir l'exemple 4, section 10.4).

5.1.2 Sélection des matières de base pour les substances pharmaceutiques semi-synthétiques

Pour les besoins de la présente ligne directrice, une substance pharmaceutique semi-synthétique est une substance dans laquelle les constituants structuraux ont été introduits par une combinaison de synthèses chimiques et d'éléments d'origine biologique (p. ex., obtenue à partir de la fermentation ou par l'extraction d'une matière botanique). Dans certains cas, il pourrait être approprié que le demandeur décrive le procédé de fabrication en commençant par la matière d'origine (microorganisme ou matière botanique). Cependant, s'il peut être démontré qu'un des intermédiaires isolés du procédé de synthèse est conforme aux principes décrits ci-dessus relatifs à la sélection de produits de départ pour des substances pharmaceutiques synthétiques, cet intermédiaire isolé peut être proposé comme le produit de départ. Le demandeur doit évaluer précisément s'il est possible de caractériser de façon analytique la matière de base proposée, y compris son profil des impuretés, et si la fermentation ou la matière botanique et le procédé d'extraction ont une incidence sur le profil des impuretés de la substance pharmaceutique. Les risques provenant d'une contamination microbienne et d'autres types de contamination doivent également être traités.

5.1.3 Sélection des matières d'origine et de base pour les substances pharmaceutiques biotechnologiques ou biologiques

Les banques de cellules sont le point de départ de la fabrication de substances pharmaceutiques biotechnologiques et de certaines substances pharmaceutiques biologiques. Dans certaines régions, elles sont appelées des matières d'origine; dans d'autres, elles sont désignées comme les produits de départ. Une orientation est contenue dans les lignes directrices Q5A, Q5B, et Q5D de l'ICH.

5.2 Présentation des renseignements relatifs à la matière de base ou à la matière d'origine

Les demandeurs doivent mettre en évidence tous les produits de départou matières d'origine proposées et fournir des spécifications appropriées. Les produits de départproposés relatifs aux substances pharmaceutiques synthétiques et semi-synthétiques doivent être justifiés.

5.2.1 Justification du choix des matières de base relatives aux substances pharmaceutiques synthétiques

Le demandeur doit justifier dans quelle mesure chaque produit de départ proposée est appropriée à la lumière des principes généraux relatifs au choix des produits de départ décrits ci-dessus, à la section 5.1.1. Cette justification peut inclure des renseignements sur les éléments suivants :

  • Capacité des procédures analytiques à détecter les impuretés dans le produit de départ.
  • Le devenir et l'élimination de ces impuretés et de leurs dérivés au cours des étapes de traitement suivantes.
  • Comment la spécification proposée pour chaque produit de départcontribuera à la stratégie de contrôle.

Le demandeur doit fournir, dans le cadre de la justification, un diagramme décrivant les voies synthétiques actuelles pour la fabrication de la substance pharmaceutique, en indiquant clairement les produits de départ proposés. Les changements apportés à la spécification des produits de départet à la voie synthétique, du produit de départjusqu'à la substance pharmaceutique définitive, sont assujettis aux exigences régionales relatives aux changements apportés après l'approbation. En outre, les exigences régionales concernant les fournisseurs de produits de départpourraient également être applicables.

Un demandeur ne doit généralement pas justifier l'utilisation d'un produit chimique offert sur le marché en tant que matière de base. Un produit chimique offert sur le marché est généralement vendu en tant que produit de base dans un marché déjà existant, non pharmaceutique, en plus de son utilisation proposée en tant que matière de base. Les produits chimiques produits par des synthèses sur mesure ne sont pas considérés comme des produits offerts sur le marché. Si un produit chimique provenant d'une synthèse sur mesure est proposé en tant que matière de base, il doit être justifié selon les principes généraux relatifs aux matières de base décrits ci-dessus, à la section 5.1.1.

Dans certains cas, des étapes supplémentaires de purification par le fabricant de la substance pharmaceutique pourraient être requises afin de garantir la qualité constante d'une matière de base offerte sur le marché. Dans ces cas, les étapes supplémentaires de purification doivent être intégrées à la description du procédé de fabrication de la substance pharmaceutique. Les spécifications concernant la matière de base entrante et purifiée doivent normalement être fournies.

5.2.2 Justification du choix des matières de base relatives aux substances pharmaceutiques semi-synthétiques

Si un intermédiaire isolé est proposé en tant que matière de base pour une substance pharmaceutique semi-synthétique, le demandeur doit fournir une justification expliquant dans quelle mesure la matière de base proposée est conforme aux principes généraux relatifs au choix de matières de base décrits ci-dessous, à la section 5.1.1. Autrement, le demandeur doit décrire le procédé de fabrication en commençant par le microorganisme ou la matière botanique, selon le cas, et ces matières doivent être qualifiées.

5.2.3 Qualification des matières d'origine et de base pour les substances pharmaceutiques biotechnologiques ou biologiques

Une orientation est contenue dans les lignes directrices Q5A, Q5B, et Q5D de l'ICH.

6. Stratégie de contrôle

6.1 Principes généraux

Une stratégie de contrôle est un ensemble planifié de contrôles issus de la compréhension actuelle des produits et procédés qui garantit le rendement des procédés et la qualité du produit (ligne directrice Q10 de l'ICH). Chaque procédé de fabrication de la substance pharmaceutique, qu'il soit élaboré à l'aide d'une approche traditionnelle ou améliorée (ou d'une combinaison de ces deux approches), a une stratégie de contrôle connexe.

Une stratégie de contrôle peut comprendre, sans toutefois s'y limiter, les éléments suivants :

  • Contrôles des caractéristiques matérielles (notamment les matières premières, les matières de base, les intermédiaires, les réactifs, le matériel d'emballage primaire de la substance pharmaceutique, etc.).
  • Contrôles implicites de la conception du procédé de fabrication (p. ex., ordre des étapes de purification [substances pharmaceutiques biotechnologiques ou biologiques] ou ordre de l'ajout de réactifs [entités chimiques]).
  • Contrôles en cours de fabrication (notamment les essais en cours de fabrication et les paramètres de procédé).
  • Contrôles de la substance pharmaceutique (p. ex., essais de libération).

6.1.1 Approches visant à élaborer une stratégie de contrôle

Une stratégie de contrôle peut être élaborée par l'intermédiaire d'une combinaison d'approches, en utilisant l'approche traditionnelle pour certains attributs qualitatifs essentiels, certaines étapes ou opérations unitaires et une approche améliorée pour d'autres.

Dans une approche traditionnelle visant à élaborer un procédé de fabrication et une stratégie de contrôle, des points de consignes et des intervalles de fonctionnement sont habituellement établis rigoureusement d'après les données observées afin de garantir une uniformité de fabrication. L'accent est davantage mis sur l'évaluation des attributs qualitatifs essentiels au stade de la substance pharmaceutique (c.-à-d. vérifications du produit final). L'approche traditionnelle offre une souplesse limitée dans les intervalles de fonctionnement pour tenir compte de la variabilité (p. ex., dans les matières premières).

Une approche améliorée pour l'élaboration d'un procédé de fabrication permet d'obtenir une meilleure compréhension des procédés et du produit que l'approche traditionnelle. Par conséquent, des sources de variabilité peuvent être déterminées d'une façon plus systématique. Cela permet l'élaboration de contrôles des paramètres, caractéristiques et procédures plus significatifs et efficaces. La stratégie de contrôle pourrait être créée par l'intermédiaire de plusieurs itérations, à mesure que le niveau de compréhension des procédés augmente au cours du cycle de vie du produit. Une stratégie de contrôle fondée sur une approche améliorée peut offrir une certaine souplesse dans les intervalles de fonctionnement afin que les paramètres de procédé tiennent compte de la variabilité (p. ex., dans les matières premières).

6.1.2 Facteurs à considérer au moment d'élaborer une stratégie de contrôle

Une stratégie de contrôle doit permettre de veiller à ce que chaque aspect qualitatif essentiel de la substance pharmaceutique soit compris dans la fourchette, limite ou distribution appropriée afin de garantir la qualité de la substance pharmaceutique. La spécification de la substance pharmaceutique est un élément de la stratégie de contrôle total et les attributs qualitatifs essentiels ne doivent pas être tous inclus dans la spécification de la substance pharmaceutique. Les attributs qualitatifs essentiels peuvent 1) être inclus dans la spécification et confirmés par l'analyse de la substance pharmaceutique définitive ou 2) être inclus dans la spécification et confirmés par des contrôles en amont (p. ex., essais de mise en circulation en temps réel), ou 3) ne pas être inclus dans la spécification, mais être garantis par des contrôles en amont. Les exemples de contrôles en amont peuvent être notamment les suivants :

  • Analyse en cours de fabrication.
  • Utilisation de mesures des paramètres de procédés ou de caractéristiques matérielles en cours de fabrication qui indiquent l'aspect qualitatif essentiel d'une substance pharmaceutique. Dans certains cas, la technologie d'analyse de procédé (TAP) peut être utilisée pour améliorer le contrôle du procédé et maintenir la qualité de production.

Quelle que soit l'approche traditionnelle ou améliorée d'élaboration du procédé choisie, l'utilisation de contrôles en amont doit être fondée sur une évaluation et une compréhension des sources de variabilité d'un aspect qualitatif essentiel. Les facteurs en aval qui pourraient avoir une incidence sur la qualité de la substance pharmaceutique, tels que les changements de température, les conditions d'oxydation, la lumière, la teneur ionique et le cisaillement, doivent être pris en considération.

Au moment d'élaborer une stratégie de contrôle, un fabricant peut envisager de mettre en œuvre des contrôles pour un aspect qualitatif essentiel précis à un ou plusieurs endroits dans le procédé, en fonction du risque associé à l'aspect qualitatif essentiel et de la capacité de chaque contrôle à détecter un problème potentiel. Par exemple, avec des entités chimiques stérilisées ou des substances pharmaceutiques biotechnologiques ou biologiques, il existe une limite inhérente quant à la capacité de détecter de faibles niveaux de contamination bactérienne ou virale. Dans ces cas, on considère que l'analyse de la substance pharmaceutique fournit une assurance de la qualité inadéquate. Des contrôles supplémentaires (p. ex., contrôles des caractéristiques et en cours de fabrication) sont intégrés à la stratégie de contrôle.

La qualité de chaque matière première utilisée dans le procédé de fabrication doit être adaptée à son utilisation prévue. Les matières premières utilisées dans des activités vers la fin du procédé de fabrication risquent davantage d'introduire des impuretés dans la substance pharmaceutique que les matières premières utilisées en amont. Par conséquent, les fabricants doivent évaluer si la qualité de telles matières doit être plus strictement contrôlée que celle de matières similaires utilisées en amont.

6.2 Présentation de renseignements sur la stratégie de contrôle

Les renseignements fournis concernant la stratégie de contrôle doivent comprendre des descriptions détaillées de chaque élément de la stratégie de contrôle et, s'il y a lieu, un résumé de la stratégie globale de contrôle de la substance pharmaceutique. Le résumé de la stratégie globale de contrôle peut être présenté sous forme d'un tableau ou d'un diagramme pour faciliter la visualisation et la compréhension (voir l'exemple 5, section 10.5 pour obtenir l'exemple du résumé d'une stratégie de contrôle sous forme de tableau). Idéalement, le résumé doit expliquer comment chacun des éléments de la stratégie de contrôle fonctionne les uns avec les autres pour garantir la qualité de la substance pharmaceutique.

La ligne directrice M4Q de l'ICH recommande que chaque élément de la stratégie de contrôle signalé dans une demande soit indiqué dans les sections appropriées d'une présentation, notamment ce qui suit :

  • Description du procédé de fabrication et des contrôles des procédés (3.2.S.2.2).
  • Contrôle des matières (3.2.S.2.3).
  • Contrôles d'étapes essentielles et intermédiaires (3.2.S.2.4).
  • Contrôle de la substance pharmaceutique (3.2.S.4).
  • Système récipient-fermeture (3.2.S.6).

7. Validation ou évaluation des procédés

7.1 Principes généraux

La validation des procédés est la preuve documentée que le procédé, exploité en fonction des paramètres établis, peut fonctionner de façon efficace et reproductible pour produire une substance pharmaceutique ou un intermédiaire qui respecte ses spécifications et caractéristiques de qualité prédéfinies (ligne directrice Q7 de l'ICH).

La validation des procédés peut inclure la collecte et l'évaluation de données, de l'étape de conception du procédé à la production, qui établissent les preuves scientifiques démontrant qu'un procédé est capable de produire de façon constante une substance pharmaceutique de qualité.

Le procédé de fabrication d'une substance pharmaceutique doit être validé avant la distribution commerciale du produit pharmaceutique qui en découle. En ce qui concerne les procédés biotechnologiques ou les étapes du procédé de stérilisation et du traitement aseptique concernant les substances pharmaceutiques, les données fournies à l'appui de la validation des procédés sont intégrées à la demande de commercialisation (3.2.S.2.5). En ce qui concerne les procédés de substances pharmaceutiques non stériles d'une entité chimique, les résultats des études de validation des procédés ne sont normalement pas inclus dans le dossier.

En général, la validation des procédés comprend la collecte de données concernant un nombre approprié de lots de production (voir la ligne directrice Q7 de l'ICH, section 12.5). Le nombre de lots peut dépendre de plusieurs facteurs, y compris, sans toutefois s'y limiter : 1) la complexité du procédé à valider, 2) le niveau de variabilité du procédé et 3) la quantité de données expérimentales ou de connaissances des procédés disponibles concernant le procédé précis.

En remplacement de la validation traditionnelle des procédés, une vérification continue des procédés (ligne directrice Q8 de l'ICH) peut être utilisée dans les protocoles de validation des procédés pour la production commerciale initiale et également pour les changements apportés aux procédés de fabrication pour l'amélioration continue pendant le reste du cycle de vie du produit.

7.2 Principes propres à la substance pharmaceutique biotechnologique ou biologique

En ce qui concerne les substances pharmaceutiques biotechnologiques ou biologiques, les renseignements fournis dans le dossier, à l'appui de la validation des procédés, contiennent habituellement des études sur la validation des procédés à l'échelle commerciale et des études à petite échelle. Les lots de validation des procédés doivent être représentatifs du procédé commercial, en tenant compte de la définition d'un lot, comme cela est expliqué en détail dans la description du procédé.

La contribution des données, des études à petite échelle à l'ensemble de données concernant la validation globale, dépendra de la démonstration du fait que le modèle à petite échelle est une représentation appropriée de l'échelle commerciale proposée. Les données démontrant que le modèle est adaptable et représentatif du procédé commercial proposé doivent être fournies. Une démonstration réussie de la pertinence du modèle à petite échelle permet aux fabricants de proposer une validation des procédés avec une dépendance réduite à la vérification des lots à l'échelle commerciale. Les données provenant de lots à l'échelle commerciale doivent confirmer les résultats obtenus à partir d'études à petite échelle utilisées pour produire des données étayant la validation des procédés. Un fondement scientifique ou une référence aux lignes directrices qui n'exigent pas ou excluent précisément de telles études, peut constituer une justification appropriée pour mener certaines études uniquement à une petite échelle (p. ex., élimination virale).

Des études doivent être effectuées pour démontrer la capacité du procédé à éliminer les impuretés liées au produit, les impuretés liées au procédé (ligne directrice Q6B de l'ICH) et des contaminants potentiels (tels que des virus dans les procédés utilisant une matière d'origine humaine ou animale; voir la ligne directrice Q5A de l'ICH). Les études effectuées pour démontrer la durée de vie des colonnes chromatographiques peuvent comprendre des études expérimentales réalisées dans des modèles à petite échelle, mais elles doivent être confirmées durant la production à l'échelle commerciale.

La limite de l'âge cellulaire in vitro pour la production commerciale doit être évaluée. Les documents Q5B et Q5D de l'ICH fournissent des directives supplémentaires concernant des produits pertinents.

Lorsque l'expérience en matière de fabrication d'une plateforme est utilisée, la pertinence de la stratégie de contrôle doit être démontrée et le procédé de fabrication de la substance pharmaceutique doit être validé de manière appropriée, au moment de la demande d'autorisation de mise sur le marché. Habituellement, les études de validation à grande échelle doivent comprendre des données provenant du procédé de fabrication définitif et de sites utilisés pour produire le produit à commercialiser.

8. Présentation de l'élaboration des procédés de fabrication et de renseignements connexes suivant le mode de présentation du document technique commun

Utilisation d'une approche améliorée pour traiter les résultats de l'élaboration dans la production de renseignements pour lesquels un emplacement dans le document technique commun n'est pas défini. Les renseignements sur l'élaboration de procédés doivent habituellement être présentés à la section 3.2.S.2.6 du document technique commun. D'autres renseignements tirés d'études d'élaboration pourraient être pris en compte par le format du document technique commun de différentes façons et certaines suggestions précises sont fournies ci-dessous. Le demandeur doit clairement indiquer où se trouvent les divers renseignements. Outre ce qui est présenté dans la demande, certains sujets mentionnés dans la présente ligne directrice (p. ex., gestion du cycle de vie, amélioration continue) sont abordés conformément au système de qualité pharmaceutique du demandeur (SQP; voir la ligne directrice Q10 de l'ICH).

8.1 Gestion des risques liés à la qualité et élaboration de procédés

La gestion des risques liés à la qualité peut être utilisée à différentes étapes durant l'élaboration de procédés et la mise en œuvre de la fabrication. Les évaluations utilisées pour orienter et justifier les décisions en matière d'élaboration (p. ex., évaluation des risques et relations fonctionnelles reliant les caractéristiques matérielles et les paramètres de procédé aux attributs qualitatifs essentiels de la substance pharmaceutique) peuvent être résumées à la section 3.2.S.2.6.

8.2 Attributs qualitatifs essentiels

Les attributs qualitatifs essentiels de la substance pharmaceutique doivent être énumérés et la justification de la désignation de ces propriétés ou caractéristiques en tant qu'attributs qualitatifs essentiels doit être fournie dans la section portant sur l'élaboration du procédé de fabrication de la demande (3.2.S.2.6). Cependant, des renseignements détaillés concernant des études de caractérisation structurelle qui appuient la désignation de ces propriétés ou caractéristiques en tant qu'attributs qualitatifs essentiels doivent être fournis dans les sections sur le mode de présentation du document technique commun approprié (p. ex., section 3.2.S.3.1, Élucidation d'une structure et d'autres caractéristiques; section 3.2.S.7, Stabilité). Certains examens des attributs qualitatifs essentiels de la substance pharmaceutique qui ont un lien avec ceux du produit pharmaceutique peuvent être appropriés dans la section sur le développement pharmaceutique de la demande (section 3.2.P.2.1 Composants du produit pharmaceutique).

8.3 Espace de conception

En tant qu'éléments du procédé de fabrication proposé, les espaces de conception peuvent être décrits dans la section de la demande qui comprend la description du procédé de fabrication et des contrôles du procédé (section 3.2.S.2.2). S'il y a lieu, des renseignements supplémentaires peuvent être fournis dans la section de la demande qui traite des contrôles d'étapes essentielles et intermédiaires (section 3.2.S.2.4). La section sur l'élaboration du procédé de fabrication de la demande (section 3.2.S.2.6) est la section appropriée pour résumer et décrire les études sur l'élaboration du procédé qui servent de fondement aux espaces de conception. La relation des espaces de conception avec la stratégie globale de contrôle peut être abordée dans la section de la demande qui comprend la justification de la spécification de la substance pharmaceutique (section 3.2.S.4.5).

8.4 Stratégie de contrôle

Bien que la spécification de la substance pharmaceutique forme seulement une partie de la stratégie de contrôle total, la section de la demande qui comprend la justification de la spécification de la substance pharmaceutique (section 3.2.S.4.5) est appropriée pour résumer la stratégie globale de contrôle de la substance pharmaceutique. Cependant, des renseignements détaillés concernant les contrôles des matières entrantes, les contrôles des procédés et le contrôle de la substance pharmaceutique doivent encore être fournis dans les sections appropriées suivant le mode de présentation du document technique commun (p. ex., description du procédé de fabrication et contrôles de procédé [section 3.2.S.2.2], contrôle des matières [section 3.2.S.2.3], contrôles des étapes essentielles et intermédiaires [section 3.2.S.2.4], spécification de la substance pharmaceutique [section 3.2.S.4.1]) Une brève description des changements pertinents apportés à la stratégie de contrôle pendant l'évolution du procédé de fabrication doit être fournie à la section 3.2.S.2.6 de la demande.

9. Gestion du cycle de vie

Les éléments du système de qualité et les responsabilités de gestion décrits dans la ligne directrice Q10 de l'ICH sont destinés à encourager l'utilisation d'approches fondées sur les sciences et les risques à chaque étape du cycle de vie, favorisant ainsi une amélioration continue tout au long du cycle de vie du produit. Les connaissances du produit et des procédés doivent être gérées à partir de l'élaboration, tout au long de la vie commerciale du produit et jusqu'à l'interruption de fabrication du produit.

L'élaboration et l'amélioration du procédé de fabrication d'une substance pharmaceutique se poursuivent habituellement au cours de son cycle de vie. Le rendement du procédé de fabrication, notamment l'efficacité de la stratégie de contrôle, doit être évalué régulièrement. Les connaissances acquises dans le cadre de la fabrication commerciale peuvent être utilisées pour améliorer encore davantage la compréhension et le rendement du procédé et pour mettre au point la stratégie de contrôle afin de garantir la qualité de la substance pharmaceutique. Les connaissances acquises grâce à d'autres produits ou à de nouvelles technologies novatrices peuvent également contribuer à atteindre ces objectifs. Une amélioration continue et une validation du procédé ou une vérification continue du procédé impliquent une stratégie de contrôle appropriée et efficace.

Il faut une approche systématique pour la gestion des connaissances liées à la substance pharmaceutique et à son procédé de fabrication tout au long du cycle de vie. Cette gestion des connaissances doit inclure, sans toutefois s'y limiter, des activités d'élaboration de procédés, des activités de transfert technologique vers des sites internes et des fabricants à façon, des études sur la validation des procédés au cours du cycle de vie de la substance pharmaceutique et un changement des activités de gestion. Les connaissances et la compréhension des procédés doivent être communiquées, au besoin, afin d'exécuter le procédé de fabrication et de mettre en œuvre la stratégie de contrôle dans tous les sites impliqués dans la fabrication de la substance pharmaceutique.

Un demandeur peut inclure dans la présentation initiale une proposition concernant la façon dont les changements ultérieurs précis seront pris en charge pendant le cycle de vie du produit, y compris les changements apportés à la stratégie de contrôle. L'exemple 2 qui se trouve à la section 10.2 est un exemple de gestion du cycle de vie des paramètres de procédé concernant un produit biotechnologique.

Tout changement proposé apporté au procédé de fabrication doit faire l'objet d'une étude quant à son incidence sur la qualité de la substance pharmaceutique et, le cas échéant, du produit pharmaceutique. Cette évaluation doit être fondée sur une compréhension scientifique du procédé de fabrication et doit déterminer les essais appropriés pour analyser l'incidence du changement proposé. En ce qui concerne les entités chimiques, les essais appropriés pour analyser l'incidence du changement proposé peuvent inclure, sans toutefois s'y limiter, une évaluation des impuretés actuelles et des nouvelles impuretés potentielles ainsi qu'une évaluation des capacités des méthodes analytiques à détecter toute nouvelle impureté. Ces essais doivent être effectués à un moment approprié du procédé (p. ex., sur un intermédiaire ou une substance pharmaceutique) après le changement proposé. Pour les changements apportés au procédé concernant les substances pharmaceutiques biotechnologiques ou biologiques, voir également la ligne directrice Q5E de l'ICH.

Tous les changements doivent faire l'objet de procédés internes de gestion des changements faisant partie du système de la qualité (lignes directrices Q7 et Q10 de l'ICH). Cela comprend le travail au sein de l'espace de conception qui n'exige pas d'approbation par les autorités réglementaires régionales.

Les changements apportés aux renseignements déposés et approuvés dans un dossier doivent être signalés aux autorités réglementaires, conformément aux réglementations et lignes directrices régionales.

10. Exemples à titre indicatif

Ces exemples sont fournis à des fins d'illustration et ne proposent que des utilisations potentielles. Cette annexe n'est pas destinée à créer de nouvelles attentes surpassant les exigences réglementaires actuelles.

10.1 Exemple 1 : Relier les caractéristiques matérielles et les paramètres de procédé aux attributs qualitatifs essentiels de la substance pharmaceutique - Entité chimique

Cet exemple illustre l'élaboration d'un espace de conception à l'aide de connaissances préalables et de principes premiers de la chimie. Il présente une approche traditionnelle et améliorée pour la détermination des gammes de paramètres contrôlant la formation d'une impureté hydrolytique au cours de l'étape 5 du schéma réactionnel suivant (également utilisé dans l'exemple 4).

Figure 1

A, étape 1, R3CH(R1)CH2(R2) (B), étape 2, C, étape 3, D, étape 4, E, étape 5, F, étape 6, R3CH(R1)CH2(R4) substance pharmaceutique « brute », purification, R3CH(R1)CH2(R4) substance pharmaceutique définitive.


Après la formation de l'intermédiaire F à l'étape 5, le mélange est chauffé à reflux. Pendant le reflux, une impureté est formée par hydrolyse de l'intermédiaire F.

Aux fins du présent exemple simplifié, il s'agit de la seule réaction de l'intermédiaire F qui se produit pendant ce reflux. Les hypothèses suivantes ont été utilisées dans la conception du procédé :

  • La concentration de l'intermédiaire F demeure à peu près constante.
  • La température demeure constante.
  • Le critère d'acceptation concernant l'impureté hydrolytique dans l'intermédiaire F est 0,30 %. (Cela est fondé sur l'aspect qualitatif essentiel de la substance pharmaceutique et sur la capacité démontrée des étapes suivantes à éliminer l'impureté.)
  • La quantité initiale d'eau dans le mélange à reflux dépend de la quantité d'eau dans l'intermédiaire E qui peut être contrôlée par la dessiccation.

La durée du reflux et la concentration d'eau ont été déterminées comme les paramètres les plus importants ayant une incidence sur l'hydrolyse de l'intermédiaire F. D'autres facteurs potentiels ont été jugés insignifiants d'après les connaissances préalables et l'évaluation des risques.

La réaction devait suivre la cinétique de deuxième ordre selon l'équation ci-dessous :

Figure 2

D ouvrir crochet hydrolyse soulignent impureté près crochet divisée par dt égale k ouverte crochet H 2 O fermer crochet ouvrant crochets F crochet à proximité.


Où désigne la concentration de l'intermédiaire F.

F

Grâce à une expérience simple, le graphique ci-après qui lie l'étendue de l'hydrolyse à la durée et à la teneur en eau de l'intermédiaire E peut être produit.

Figure 3

XY axe graphique

l'axe Y est l'impureté hydrolyse (%) dans le produit intermédiaire C, axe des x est reflux Temps (heures)

Première ligne commence à (0,0) avec des points de rondes à chaque point indiquant 0,5%. Le premier point est à (1.0,0), deuxième point (2,0, 0,05), troisième point (3,0, 0,075), quatrième point (4.0,0.1).

Deuxième ligne commence à (0,0) avec des diamants à chaque point indiquant 2,0%. Le premier point est à (1.0,0.15), deuxième point (2.0, 0.30), le troisième point (3.0, 0.40), quatrième point (4.0,0.60).

Troisième ligne commence à (0.25,0) avec des carrés à chaque point indiquant 1,5%. Le premier point est à (1.0,0.10), deuxième point (2.0, 0.20), le troisième point (3.0, 0.30), quatrième point (4.0,0.40).

Quatrième ligne commence à (0.25,0) avec des triangles à chaque point indiquant 1,0%. Le premier point est à (1.0,0.05), deuxième point (2,0, 0,15), troisième point (3.0, 0.20), quatrième point (4.0,0.30).


Approche traditionnelle

Dans une approche traditionnelle, ces renseignements serviraient à établir une plage de valeurs admissibles et démontrées concernant la teneur en eau en pourcentage et la durée nécessaire pour atteindre le critère d'acceptation relatif à l'impureté hydrolytique de 0,30 % dans l'intermédiaire F. Cela est habituellement réalisé en établissant une valeur cible et une valeur maximale, par exemple :

  • Intermédiaire E sec à une teneur en eau maximale de 1 %.
  • Durée du reflux visée de 1 heure et durée maximale du reflux de 3 heures.

Approche améliorée

L'équation du 2e ordre peut être intégrée et résolue explicitement (Chemical Reaction Engineering, Levenspiel 2e édition, 1972).

Figure 4

En parenthèse ouverte M moins X sous exposant F divisée par M parenthèse ouverte 1 moins X sous exposant F fermer la parenthèse égaux ouverte parenthèse ouverte crochet H 2 O fermer sous exposant de crochet ouvert O moins crochet F proximité crochet sous exposant O fermer ronde kt de support.


Où :



désigne la concentration initiale de l'intermédiaire F,



désigne la concentration initiale d'eau,



désigne le rapport entre la concentration initiale d'eau et la concentration initiale de l'intermédiaire F,



désigne la concentration dépendante de la durée de la décomposition par hydrolyse de l'intermédiaire F divisée par la concentration initiale de l'intermédiaire F.

désigne la concentration initiale de l'intermédiaire F
désigne la concentration initiale d'eau
désigne le rapport entre la concentration initiale d'eau et la concentration initiale de l'intermédiaire F
désigne la concentration dépendante de la durée de la décomposition par hydrolyse de l'intermédiaire F divisée par la concentration initiale de l'intermédiaire F

La résolution de cette équation pour la durée (t) permet de calculer la durée maximale acceptable du reflux pour toutes les combinaisons de teneur initiale en eau et de niveau visé concernant l'impureté hydrolytique. (La concentration initiale de l'intermédiaire F dans le mélange à reflux sera essentiellement constante d'un lot à l'autre.) Le graphique ci-après montre la combinaison de conditions requises pour veiller à ce que l'impureté hydrolytique demeure inférieure à 0,30 % dans l'intermédiaire F.

Figure 5

Xy axe graphique

axe X est la teneur en eau (%) de l'intermédiaire E, l'axe Y est Reflux Temps (heures)

Ligne Bold courbe à partir de (0.6,8) longeant au (1.0,3.5), (2.0,2.5), (3.0,1.5), (4.0,1.25) et se terminant à (5.0,1.0). Zone en dessous de la ligne est grisée indiquant des conditions qui produisent un niveau de 0,30% de l'impureté d'hydrolyse. Fonctionnant au-dessus de la ligne produira plus de 0,30% de l'impureté d'hydrolyse.

La zone située sous la courbe du graphique pourrait être proposée comme l'espace de conception.

Résumé

Bien que l'approche traditionnelle et l'approche améliorée fournissent des plages de valeurs de la teneur en eau et de la durée pour contrôler la formation de l'impureté hydrolytique, l'approche améliorée permet d'obtenir une souplesse de fabrication accrue.

10.2 Exemple 2 : Utilisation de la gestion des risques liés à la qualité pour appuyer la gestion du cycle de vie des paramètres de procédé

Cet exemple montre comment les résultats d'une évaluation itérative des risques liés à la qualité peuvent être utilisés pour communiquer la justification de la classification et de la gestion future proposée des changements apportés aux paramètres de procédé. Les paramètres pertinents pour la création d'un espace de conception pour une colonne échangeuse d'anions Q sont présentés dans cet histogramme de classement des risques. L'histogramme présentant le classement des paramètres est fourni à des fins d'illustration uniquement et est non exhaustif. Il ne se veut pas non plus applicable à tous les produits qui pourraient utiliser une chromatographie par échange d'ions.

Dépôt initial

Une évaluation des risques liés à la qualité utilisant des connaissances préalables et des études sur la mise au point peut être utilisée pour classer les paramètres de procédé en fonction de leur potentiel relatif à avoir une incidence sur la qualité du produit si les portées des paramètres étaient modifiées. L'histogramme montre l'incidence potentielle sur la qualité des futurs changements apportés aux portées des paramètres, en fonction des connaissances et de la compréhension au moment de la présentation. Des études sur l'élaboration des procédés et sur les interactions ont été menées pour établir les frontières de l'espace de conception pour chacun des paramètres de risque plus élevés (paramètres A à F) ayant une incidence sur les attributs qualitatifs essentiels. Les paramètres G, H et I ont également été remis en question dans les études sur la mise au point et ne se sont pas avérés avoir d'incidence sur les attributs qualitatifs essentiels dans les conditions étudiées. Les changements apportés aux portées de ces paramètres pourraient encore comporter un risque résiduel (d'après les connaissances préalables ou les incertitudes, y compris une sensibilité potentielle de l'échelle). Les paramètres J à T ont été jugés comme des paramètres de risque plus faibles, d'après les connaissances préalables documentées et, par conséquent, leur incidence sur les caractéristiques de qualité n'est pas prévue. Le classement des paramètres d'après l'évaluation des risques liés à la qualité peut servir à communiquer avec les organismes de réglementation en ce qui concerne l'approche de gestion du cycle de vie pour garantir une amélioration continue tout au long du cycle de vie du produit.

Options de la gestion du cycle de vie

Le risque doit être réévalué tout au long du cycle de vie, à mesure que la compréhension des procédés augmente. Les recommandations relatives aux changements de la gestion du cycle de vie sont fournies dans le système de qualité pharmaceutique (SQP), comme cela est décrit dans la ligne directrice Q10 de l'ICH.

Aucune intervention effectuée dans les limites de l'espace de conception n'est considérée comme un changement. Le fait de travailler à l'extérieur des limites de l'espace de conception est considéré comme un changement et, par conséquent, tout élargissement des portées pour des paramètres de risque plus élevés (c.-à-d. les paramètres A à F) à l'extérieur de l'espace de conception déclencherait un processus de changement réglementaire après l'approbation.

Un demandeur peut inclure dans la présentation initiale une proposition concernant la façon dont les changements ultérieurs précis apportés aux paramètres G, H et I seront pris en charge pendant le cycle de vie du produit. L'élargissement des portées pour des paramètres de risque moins élevés (J à T) est traité principalement par l'intermédiaire du SQP et n'exige pas d'approbation réglementaire préalable, bien qu'une notification puisse être jugée nécessaire en fonction des exigences et des directives réglementaires régionales. S'il est déterminé, à la suite du dépôt, qu'un changement a été apporté au classement des risques, p. ex., un élargissement des portées pour un paramètre représente un risque plus élevé, ce changement doit être consigné de façon appropriée par l'intermédiaire du processus réglementaire régional.

Figure 6

Bar diagramme avec trois types de lignes. La ligne en gras indique l'extension des gammes normalement lancer réglementaire processus de changement post-approbation, ligne grise indique le demandeur peut inclure dans la présentation initiale d'une proposition d'extension des gammes de ces paramètres, et la ligne blanche indique l'extension des gammes est adressé principalement via le PQS (Q10). Les gammes de gauche à droite sont à faible risque à risque plus élevé.

Conductivité de la matière première (A) et pH de la matière première (B) sont des lignes noires considérées plus à risque. La densité de la charge (C) est une ligne moyen-haut risque noir. Conductivité du tampon (D) est une ligne noire de risque légèrement plus faible que C. Degré d'impureté de la matière première (E) et du Paramètre X (F) sont des lignes noires avec un risque légèrement plus faible que D. Âge de la résine (G) est une ligne grise avec un risque moyen. Débit (H) est une ligne grise avec un risque légèrement inférieur G. Paramètre Y (I) est une ligne grise à faible risque moyen. Composition des sels du tampon (K) et le tampon de sel Composition (L) sont des lignes blanches présentant un risque plus faible. Concentration du titrant tampon (L), Lot de résine (M) et température (N) sont des lignes blanches à faible risque. Titrant de la matière première (O), la concentration du produit de la biotechnologie (P), tampon de nettoyage (Q), Début de la mise en pool (R) à la fin de la mise en pool (S), paramètre Z (T) sont toutes les lignes blanches avec un risque très faible.

10.3 Exemple 3 : Présentation d'un espace de conception pour l'opération unitaire d'une substance pharmaceutique biotechnologique

Cet exemple est fondé sur l'espace de conception de l'opération unitaire de purification d'une substance pharmaceutique (fonctionnement de la colonne échangeuse d'anions Q pour un anticorps monoclonal en mode de circulation directe) déterminé à partir de la région commune d'intervalles de fonctionnement réussi de plusieurs attributs qualitatifs essentiels. Cette figure illustre la représentation potentielle d'un espace de conception fondée sur les intervalles de fonctionnement réussi de trois attributs qualitatifs essentiels et sur l'utilisation de connaissances préalables (fabrication d'une plateforme) au moment de la création d'un espace de conception. Les intervalles représentés ici indiquent les zones de fonctionnement réussi. Une exploitation au-delà de ces intervalles ne signifie pas nécessairement qu'une substance pharmaceutique de qualité inacceptable sera produite. Elle révèle simplement que ces conditions de fonctionnement n'ont pas été étudiées et, par conséquent, on ignore la qualité de la substance pharmaceutique.

Les intervalles de la clairance virale et des protéines de cellules hôtes sont issus d'une expérience à plusieurs variables (voir la ligne directrice Q8 de l'ICH). L'intervalle de fonctionnement réussi relatif à l'ADN provenait de connaissances préalables (fabrication d'une plateforme) qui, à leur tour, étaient issues des résultats d'études à plusieurs variables réalisées sur des produits connexes. L'intervalle de fonctionnement réussi concernant les protéines de cellules hôtes est compris dans l'intervalle de fonctionnement réussi relatif à la clairance virale et à l'ADN. Dans cet exemple, les diagrammes ci-dessous montrent comment une protéine de la cellule hôte limite l'espace de conception de l'opération unitaire par rapport à l'innocuité virale et à l'ADN. La prise en considération de variables d'entrée, de paramètres de procédé ou d'attributs qualitatifs essentiels pourrait davantage limiter l'espace de conception.

L'espace de conception est applicable uniquement dans des conditions précises qui sont notamment les suivantes :

  1. Critères de qualité de matières entrantes définis de manière appropriée.
  2. Attributs qualitatifs essentiels et paramètres de procédé choisis de manière appropriée.

Figure 7

axe des abscisses indique le pH, l'axe y indique la conductivité (mS / cm)

Une ligne a commencé environ 60% jusqu'à l'axe y va à travers le graphique et à environ 25% sur l'axe des x monte à environ 20% puis tout le chemin à travers le reste de l'axe des x à la fin de la courbe. Au-dessus de cette ligne est à l'ombre noire. Dessous de cette ligne est à l'ombre gris foncé indiquant la clairance virale. Dans cette zone est trapèze indiquant ADN. Au sein de ce trapèze est une autre indication des protéines de la cellule hôte de l'espace de conception. À la droite du graphique sont trois graphiques différents qui éclatent chaque forme sur le graphique pour les présenter séparément.

10.4 Exemple 4 : Choisir une matière de base appropriée

Figure 8

A, étape 1, R3CH(R1)CH2(R2) (B), étape 2, C, étape 3, D, étape 4, E, étape 5, F, étape 6, R3CH(R1)CH2(R4) substance pharmaceutique « brute », purification, R3CH(R1)CH2(R4) substance pharmaceutique définitive.

Cet exemple illustre l'importance de tenir compte de tous les principes généraux décrits à la section 5.1.1 au moment de choisir une matière de base appropriée, au lieu d'appliquer chaque principe général de façon isolée. L'exemple est fictif, fondé sur une synthèse linéaire concernant une molécule relativement simple et n'a pas pour but de communiquer une signification particulière relativement au nombre d'étapes.

La configuration stéréochimique souhaitée des résultats de la substance pharmaceutique provient de la synthèse du composé B à la première étape à partir d'un précurseur achiral offert sur le marché A et d'un réactif stéréosélectif. Une petite quantité de l'énantiomère opposé du composé B est également formée à l'étape 1. Une fois formées, les deux configurations stéréochimiques persistent jusqu'aux étapes de synthèse qui suivent, de sorte que la substance pharmaceutique contient également une petite quantité de son énantiomère indésirable en tant qu'impureté spécifiée. Conformément au principe selon lequel des étapes de fabrication ayant une incidence sur le profil des impuretés de la substance pharmaceutique devraient normalement être incluses dans le procédé de fabrication décrit à la section 3.2.S.2.2 de la demande, on pourrait conclure que l'étape 1 doit être décrite à la section 3.2.S.2.2 et que le précurseur achiral A doit être considéré comme la matière de base.

Cependant, pour ce procédé de fabrication, on sait aussi que toutes les impuretés significatives de la substance pharmaceutique (autres que l'énantiomère opposé) proviennent des étapes 4, 5 et 6. Les étapes 2 et 3 n'ont pas d'incidence sur le profil des impuretés de la substance pharmaceutique et le seul effet provenant de l'étape 1 est relatif à l'impureté énantiomérique. En outre, on sait aussi que le stéréocentre d'abord formé à l'étape 1 est stable pour les conditions de fabrication à toutes les étapes qui suivent (c.-à-d. aucune racémisation ne survient ou n'est susceptible d'apparaître) et qu'une procédure analytique adaptée existe pour mesurer la quantité de l'énantiomère opposé dans le composé D. Par conséquent, pour autant que le composé D est conforme à la plupart des autres principes généraux décrits à la section 5.1.1, il serait raisonnable de proposer le composé D comme la matière de base au lieu du composé A, conformément au principe selon lequel les premières étapes du procédé de fabrication ont tendance à être moins susceptibles d'avoir une incidence sur la qualité de la substance pharmaceutique que les étapes ultérieures. Dans cet exemple, la seule incidence de l'étape 1 concerne la quantité d'impuretés énantiomériques dans la substance pharmaceutique et cela pourrait, le cas échéant, être maîtrisé par une limite appropriée relative à la quantité d'énantiomères opposés dans le composé D. Des renseignements sur les étapes 1 à 3 seraient mis à la disposition des organismes de réglementation afin de justifier une telle proposition, conformément aux attentes régionales.

Le même argument pourrait être avancé si le stéréocentre dans la substance pharmaceutique provenait du précurseur offert sur le marché A au lieu d'être créé à l'étape 1.

10.5 Exemple 5 : Résumé des éléments de contrôle de certains attributs qualitatifs essentiels

Cet exemple illustre comment une partie de la stratégie de contrôle de la substance pharmaceutique pourrait être résumée sous forme de tableau. Les tableaux montrent comment un demandeur peut communiquer des renseignements sur plusieurs éléments de la stratégie de contrôle d'une substance pharmaceutique et orienter l'examinateur vers des sections du document technique commun où des éléments détaillés de la stratégie de contrôle sont décrits ou justifiés. De tels tableaux sommaires de la stratégie de contrôle ne doivent pas contenir la justification des contrôles, mais ils doivent simplement indiquer l'endroit où les renseignements peuvent être trouvés dans la demande d'autorisation de mise sur le marché.

Il existe plusieurs façons de présenter les renseignements et deux façons d'entre elles sont présentées ci-dessous. Un tableau affiche plus de détails que l'autre afin de montrer qu'il existe une gamme de possibilités pour présenter les renseignements. Il appartient au demandeur de choisir la quantité de détails à inclure dans le tableau sommaire de la stratégie de contrôle et celle-ci n'est pas liée au type de substance pharmaceutique. Les attributs qualitatifs essentiels et les éléments de contrôle présentés dans les tableaux ci-dessous ne sont que des exemples et ne sont pas destinés à être une représentation exhaustive de tous les éléments de la stratégie de contrôle d'une substance pharmaceutique. Les tableaux ne doivent pas être considérés comme des modèles. La section de la demande qui comprend la justification de la spécification de la substance pharmaceutique (section 3.2.S.4.5) est appropriée pour résumer la stratégie globale de contrôle de la substance pharmaceutique.

5a. Exemple du résumé d'une stratégie de contrôle possible : Produits biotechnologiques
Substance pharmaceutique
Attributs qualitatifs essentiels
Stratégie de contrôle des attributs qualitatifs essentiels d'une substance pharmaceutique Sections du document technique commun où se trouvent des renseignements détaillés
Contaminants dans des matières d'origine biologique
(Innocuité virale)
Résumé des renseignements sur l'innocuité virale concernant les matières d'origine biologique 3.2.S.2.3
Renseignements détaillés, y compris concernant des matières d'origine biologique, essais à des étapes appropriées de la production et études sur la clairance virale. 3.2.A.2
Protéines de cellules hôtes résiduelles Espace de conception d'une opération unitaire (p. ex., voir l'exemple 3) 3.2.S.2.2
Gamme cible pour une élimination uniforme assurée par validation 3.2.S.2.5
Procédures analytiques et leur validation 3.2.S.4.2 et 3.2.S.4.3
Glycoformes précises Contrôles implicites de la conception du procédé de fabrication, y compris un résumé des étapes du contrôle des procédés (p. ex., conditions de culture cellulaire, purification en aval, conditions de conservation) 3.2.S.2.2
Caractérisation pour justifier une classification en tant qu'aspect qualitatif essentiel (renvoi aux sections non cliniques ou cliniques, s'il y a lieu) 3.2.S.3.1
Contrôle des étapes essentielles, programme d'essais et spécifications 3.2.S.2.4 ou 3.2.S.4.1
Justification d'une spécification 3.2.S.4.5
Stabilité 3.2.S.7
5b. Exemple du résumé d'une stratégie de contrôle possible : Entité chimique
Type de contrôle Aspect qualitatif essentiel d'une substance pharmaceutique (3.2.S.2.6) / Limite dans la substance pharmaceutique Contrôles en cours de fabrication (notamment les essais en cours de fabrication et les paramètres de procédé) Contrôles des caractéristiques matérielles (matières premières / matières de base / intermédiaires) Répercussions sur la conception des procédés de fabrication L'aspect qualitatif essentiel est-il testé sur la substance pharmaceutique ou inclus dans la spécification de la substance pharmaceutique? (3.2.S.4.1)

Notes de bas de page

Note de bas de page *

PPD : pas plus de

Retour à la référence de la note de bas de page *

Note de bas de page 1

Cette approche pourrait être acceptable dans le cadre d'une stratégie de contrôle lorsqu'elle est justifiée par la présentation de données pertinentes du procédé qui confirment la pertinence de la conception et du contrôle des procédés. Le procédé de fabrication doit être évalué régulièrement dans le cadre du système de qualité de l'entreprise afin de vérifier l'élimination du solvant.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Impureté organique
- Impureté X
PPDNote de bas de page * 0,15 %
Espace de conception de l'opération unitaire du reflux composé d'une combinaison de teneur en eau (en pourcentage) dans l'intermédiaire E et durée du reflux à l'étape 5 qui produit l'intermédiaire F avec une impureté hydrolytique inférieure ou égale à 0,30 % (3.2.S.2.2)   Oui/oui
- Impureté Y
PPD 0,20 %
Étape 4 des paramètres de procédé (3.2.S.2.2)
p(H2) ≥ 2 barg
T < 50 °C
Étape 4 des essais en cours de fabrication (3.2.S.2.4)
Impureté Y ≤ 0,50 %
    Oui/oui
- Toute impureté non précisée
PPD 0,10 %
  Spécification de la matière
de base D (3.2.S.2.3)
  Oui/oui
- Impuretés totales
PPD 0,50 %
    Oui/oui
Pureté énantiomérique
- Énantiomère S
PPD 0,50 %
  Spécification de la matière
de base D (3.2.S.2.3)
- Énantiomère S ≤ 0,50 %
Stéréocentre présenté sans racémisation (3.2.S.2.6) Non/non
Solvant résiduel
- Éthanol
PPD 5 000 ppm
Essai en cours de fabrication pendant la dessiccation, après la dernière étape de purification (3.2.S.2.4)
LD ≤ 0,40 %
  Résultats en cours de fabrication liés aux résultats des analyses sur la substance pharmaceutique
(3.2.S.2.6)
Non/oui
- Toluène
PPD 890 ppm
Étape 4 des essais en cours de fabrication (3.2.S.2.4)
≤ 2000 ppm par chromatographie en phase gazeuse
  Les étapes du procédé après l'étape 4 s'avèrent éliminer le toluène à des niveaux bien inférieurs (moins de 10 %) à ceux indiqués dans le document Q3C de l'ICH (3.2.S.2.6). Non/nonNote de bas de page 1

Remarques concernant le tableau 5b

Le tableau ci-dessus est fondé sur la voie de synthèse présentée dans l'exemple 1. Le contrôle des impuretés énantiomériques est fondé sur l'arbre décisionnel no 5 de la ligne directrice Q6A de l'ICH, ce qui permet d'établir le contrôle de la qualité chirale en appliquant les limites aux matières de base ou aux intermédiaires appropriés, lorsqu'elles sont justifiées par des études sur l'élaboration. Pour que cette approche soit acceptable, des données devraient être fournies à la section 3.2.S.2.6 afin de démontrer la stabilité du stéréocentre dans les conditions de fabrication proposées.

Le tableau ne résume qu'une partie de la stratégie de contrôle qui serait présentée au moment de la présentation initiale et n'inclut pas tous les attributs qualitatifs essentiels de la substance pharmaceutique. La stratégie de contrôle présentée à titre d'exemple prévoit le contrôle de certains attributs qualitatifs essentiels à des étapes du procédé, avant la substance pharmaceutique. Les éléments de la stratégie de contrôle proposée décrite dans la demande seraient justifiés par le demandeur et seraient soumis à l'évaluation et à l'approbation des organismes de réglementation.

11. Glossaire

Étape de la transformation chimique
En ce qui concerne les entités chimiques, étape intervenant dans la synthèse de la structure chimique de la substance pharmaceutique provenant de fragments moléculaires d'un précurseur. Elle s'accompagne habituellement de la formation ou de la rupture des liaisons C-X ou C-C.
Contaminants
Toute substance introduite accidentellement (p.ex., composé chimique, biochimique ou espèce microbienne) qui ne fait pas partie du procédé de fabrication de la substance pharmaceutique ou du produit pharmaceutique. (ligne directrice Q6B de l'ICH)
Vérification continue des procédés
Autre approche relative à la validation des procédés dans le cadre de laquelle le rendement du procédé de fabrication est continuellement surveillé et évalué. (ligne directrice Q8 de l'ICH)
Stratégie de contrôle
Ensemble planifié de contrôles issus de la compréhension actuelle des produits et procédés qui garantit le rendement des procédés et la qualité du produit. Les contrôles peuvent comprendre des paramètres et des caractéristiques liés aux matières et aux composantes de la substance pharmaceutique et du produit pharmaceutique, aux conditions d'exploitation de l'installation et de l'équipement, aux contrôles en cours de fabrication, aux spécification relatives au produit fini, ainsi qu'aux méthodes connexes et à la fréquence de surveillance et de contrôle. (ligne directrice Q10 de l'ICH)
Attributs qualitatifs essentiels
Propriété ou caractéristique physique, chimique, biologique ou microbiologique qui doit être comprise dans une limite, une fourchette ou une distribution appropriée afin de garantir la qualité désirée du produit. (ligne directrice Q8 de l'ICH)
Espace de conception
Combinaison et interaction multidimensionnelles de variables d'entrée (p. ex., caractéristiques du matériel) et de paramètres de procédé qui garantissent l'assurance de la qualité. Aucune intervention effectuée dans les limites de l'espace de conception n'est considérée comme un changement. En revanche, le fait de travailler à l'extérieur des limites de cet espace est considéré comme un changement, et devrait normalement déclencher un processus de changement réglementaire après l'approbation. L'espace de conception est proposé par le demandeur, et il est soumis à l'évaluation et à l'approbation des organismes de réglementation. (ligne directrice Q8 de l'ICH)
À moyen terme
Voir les lignes directrices Q7, Q3A et Q5C de l'ICH.
Impureté
Voir les lignes directrices Q3A, Q6A et Q6B de l'ICH.
Cycle de vie
Toutes les phases de la vie d'un produit, à partir de sa mise au point initiale et de sa commercialisation jusqu'à son interruption. (ligne directrice Q8 de l'ICH)
Fabrication d'une plateforme
Approche consistant à élaborer une stratégie de production pour une drogue nouvelle en commençant par des procédés de fabrication similaires à ceux utilisés par le même demandeur pour fabriquer d'autres drogues du même type (p. ex., comme dans la production d'anticorps monoclonaux, utilisant une cellule hôte prédéfinie, une culture cellulaire et des procédés de purification, pour laquelle l'expérience est appréciable).
Robustesse du procédé
Capacité du procédé à tolérer des différences dans les matières, de même que des changements dans le processus et l'équipement, sans altération de la qualité. (ligne directrice Q8 de l'ICH)
Gestion des risques liés à la qualité
Processus systématique d'évaluation, de contrôle, de communication et d'examen des risques liés à la qualité du produit pharmaceutique (médicament) tout au long de son cycle de vie. (ligne directrice Q9 de l'ICH)
Profil du produit cible de qualité (PPCQ)
Résumé prospectif des caractéristiques de qualité d'un produit pharmaceutique qui seront idéalement obtenues pour garantir la qualité souhaitée, en tenant compte de l'innocuité et de l'efficacité du produit pharmaceutique. (ligne directrice Q8 de l'ICH)
Essais de mise en circulation en temps réel
Capacité à évaluer et à garantir la qualité d'un produit en cours de fabrication ou définitif fondé sur des données relatives aux procédés et comprenant une combinaison valide de caractéristiques matérielles et de contrôles des procédés mesurés. (ligne directrice Q8 de l'ICH)
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :