Q2(R1) : Validation des méthodes d'analyse: Texte et méthodologie

Avis

Le 5 juin 2015
Notre référence : 15-106599-601

L'adoption pour l'ICHNote de bas de page 1 ligne directrice: Q2(R1) : Validation des méthodes d'analyse: Texte et méthodologie

Santé Canada a le plaisir d'announce l'adoption de cette ligne directrice de l'ICH Q2(R1) : Validation des méthodes d'analyse: Texte et méthodologie

Cette ligne directrice a été élaborée par un groupe d'experts de l'ICH et a fait l'objet de consultations, menées par les organismes de réglementation, conformément au processus de l'ICH. Le Comité directeur de l'ICH en a approuvé la version finale et en a recommandé l'adoption par les organismes de réglementation de l'Union européenne, du Japon et des États-Unis.

En adoptant cette ligne directrice de l'ICH, Santé Canada fait siens les principes et les pratiques qui y sont énoncés. Ce document doit être lu en parallèle avec cette d'avis d'accompagnement et les sections pertinentes des autres lignes directrices applicables du Santé Canada.

Santé Canada est conscient que la portée et l'objet de ses lignes directrices actuelles peuvent ne pas toujours correspondre en totalité à ceux des lignes directrices de l'ICH qui sont introduites dans le cadre de l'engagement du Santé Canada envers l'harmonisation à l'échelle internationale et le Processus de l'ICH. Dans de tels cas, les lignes directrices de l'ICH adoptées par du Santé Canada auront préséance.

Santé Canada a pris l'engagement d'éliminer ces incohérences par la mise en oeuvre d'un plan de travail graduel qui examinera l'impact lié à l'adoption des lignes directrices de l'ICH. Ce processus aboutira à la modification ou, si les révisions à apporter sont trop nombreuses, au retrait de certaines lignes directrices du Santé Canada.

Plusieurs lignes directrices, incluant celle-ci, sont disponibles sur le site web de Santé Canada.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant cette ligne directrice, veuillez communiquer avec :

Bureau des sciences pharmaceutiques (BSP)
Courriel : bps_enquiries_enquetes_bsp@hc-sc.gc.ca
Téléphone : 613-941-3184
Télécopieur : 613-941-0571

Ligne directrice - L'International Conference on Harmonisation of Technical Requirements for the Registration of Pharmaceuticals for Human Use (l'ICH): Validation des methods d'analyse : Texte et méthodologie
ICH thème Q2(R1)

Publication autorisée par le ministre de la Santé

Date d'approbation : 2015/05/05
Date mis en vigueur: 2015/06/05

Direction générale des produits de santé et des aliments

Notre Mission est d'aider les Canadiens et les Canadiennes à maintenir et à améliorer leur état de santé.

Santé Canada

Le mandat de la Direction générale des produits de santé et des aliments (DGPSA) est d'adopter une approche intégrée à la gestion des risques et des avantages pour la santé liés aux produits de santé et aux aliments :

  • en réduisant considérablement les facteurs de risque pour la santé de la population canadienne tout en maximalisant la sûreté que procure le système de réglementation des produits de santé et des aliments; et
  • en favorisant des conditions qui permettent aux Canadiens et aux Canadiennes de faire des choix sains et en leur fournissant les renseignements nécessaires pour qu'ils prennent des décisions éclairées quant à leur santé.

Direction générale des produits  de santé et de aliments

© Ministre, Travaux publics et services gouvernementaux Canada 2015

Also available in English under the following Title: Guidance Document: International Conference on Harmonisation of Technical Requirements for Registration of Pharmaceuticals for Human Use (ICH) Validation of Analytical Procedures: Text and Methodology; ICH Topic Q2(R1)

Avant-propos

La présente ligne directrice a été élaborée par un groupe d'experts de l'ICH et a fait l'objet de consultations, menées par les organismes de réglementation, conformément au processus de l'ICH. Le Comité directeur de l'ICH en a approuvé la version finale et en a recommandé l'adoption par les organismes de réglementation de l'Union européenne, du Japon et des États-Unis.

En adoptant cette ligne directrice de l'ICH, Santé Canada fait siens les principes et les pratiques qui y sont énoncés. Ce document doit être lu en parallèle avec la lettre d'accompagnement et les sections pertinentes des autres lignes directrices applicables à Santé Canada.

Les lignes directrices sont des documents destinés à guider l'industrie et les professionnels de la santé sur la façon de se conformer aux politiques et aux lois et règlements qui régissent leurs activités. Elles servent également de guide au personnel lors de l'évaluation et de la vérification de la conformité et permettent ainsi d'appliquer les mandats d'une façon équitable, uniforme et efficace.

Les lignes directrices sont des outils administratifs n'ayant pas force de loi, ce qui permet une certaine souplesse d'approche. Les principes et les pratiques énoncés dans le présent document pourraient être remplacés par d'autres approches, à condition que celles-ci s'appuient sur une justification scientifique adéquate. Ces autres approches devraient être examinées préalablement en consultation avec le programme concerné pour s'assurer qu'elles respectent les exigences des lois et des règlements applicables.

Corollairement à ce qui précède, il importe également de mentionner que Santé Canada se réserve le droit de demander des renseignements ou du matériel supplémentaire, ou de définir des conditions dont il n'est pas explicitement question dans la ligne directrice, et ce, afin que le ministère puisse être en mesure d'évaluer adéquatement l'innocuité, l'efficacité ou la qualité d'un produit thérapeutique donné. Santé Canada s'engage à justifier de telles demandes et à documenter clairement ses décisions.

Ce document doit accompagner cet avis et les sections appropriées des autres lignes directions concernées.

Table des matières

Partie I : Texte concernant la validation des méthodes d'analyse

1. Introduction

Dans ce document, nous passons en revue les caractéristiques à prendre en compte dans la validation des méthodes d'analyse qui sont utilisées pour les demandes d'homologation présentées dans les pays de l'Union européenne (UE) ainsi qu'au Japon et aux États-Unis. Les tests exigés aux fins d'homologation ou d'exportation dans d'autres régions du monde ne sont pas nécessairement visés par ce document. Par ailleurs, ce document est essentiellement un recueil de termes et de définitions et n'est pas destiné à servir de guide de validation. Les termes et les définitions qu'on y trouve sont plutôt censés réduire l'écart terminologique qui s'observe souvent entre les compendiums et les textes réglementaires des pays de l'UE, du Japon et des États-Unis.

L'objectif de la validation des méthodes d'analyse est de démontrer qu'elles conviennent aux usages auxquels on les destine. Les caractéristiques que doivent présenter les méthodes d'identification, de contrôle des impuretés et de mesure de la teneur sont énumérées dans un tableau présenté plus loin. D'autres méthodes d'analyse pourraient faire l'objet d'ajouts futurs au présent document.

2. Types de méthodes d'analyse à valider

Il sera question ici des quatre types de méthodes d'analyse les plus couramment utilisés :

  • Épreuves d'identification;
  • Dosage quantitatif des impuretés;
  • Vérification des teneurs limites des impuretés;
  • Dosage de la partie active ou d'une ou de plusieurs autres composantes de la substance médicamenteuse ou du produit fini.

Les produits finis et les substances médicamenteuses font l'objet de bien d'autres analyses, comme, par exemple, le test de dissolution dans le cas des produits finis, ou une étude granulométrique dans le cas des substances médicamenteuses; ces analyses ne sont cependant pas abordées dans ce premier exposé. Elles seront peut-être traitées plus tard, car il est tout aussi important de valider les méthodes utilisées pour ces analyses que les méthodes traitées ici.

Voyons brièvement les divers types d'analyses considérés ici :

  • Les épreuves d'identification servent à vérifier l'identité de la substance analysée dans un échantillon. Elles consistent normalement à vérifier une caractéristique de l'échantillon [par exemple (p. ex.), ses propriétés spectrales, ses caractères chromatographiques, sa réactivité chimique, etc.] avec celle d'un étalon de référence.
  • L'analyse des impuretés peut être un dosage quantitatif ou la vérification d'une teneur limite. Dans les deux cas, il s'agit d'évaluer avec exactitude la pureté de l'échantillon. Les caractéristiques à évaluer diffèrent selon qu'on valide une méthode de dosage ou une méthode de vérification d'une teneur limite.
  • Les analyses de teneur servent à mesurer un ingrédient dans un échantillon donné. Les analyses considérées dans le présent document portent sur la détermination quantitative des substances médicamenteuses. Dans le cas des produits finis, les analyses visent l'ingrédient actif ou d'autres composantes spécifiques, et la validation des méthodes utilisées à cette fin porte sur des caractéristiques semblables. La validation d'autres méthodes de détermination est également fondée sur ces caractéristiques (p. ex., la dissolution).

Il importe de bien comprendre l'objectif de l'analyse, car c'est d'après ce facteur qu'on détermine quelles caractéristiques de validation doivent être évaluées. En général, la validation porte sur les caractéristiques suivantes :

  • Exactitude
  • Précision
    • Répétabilité
    • Précision intermédiaire
  • Spécificité
  • Limite de détection
  • Limite de dosage
  • Linéarité
  • Écart d'utilisation

Toutes ces caractéristiques sont définies dans le glossaire inclus à la fin de ce document. Les caractéristiques les plus importantes à considérer selon le type de méthode à valider sont énumérées dans le tableau qui suit. Il s'agit des caractéristiques qu'il convient habituellement de valider, mais il y a parfois des exceptions et celles-ci doivent être traitées individuellement. Par ailleurs, même si la robustesse ne figure pas dans ce tableau, il convient de l'évaluer au moment opportun durant la mise au point de la méthode.

Il peut également être nécessaire de revalider dans les circonstances suivantes :

  • changements du procédé de synthèse de la substance médicamenteuse;
  • changements dans la composition du produit fini;
  • changements dans la méthode d'analyse.

La revalidation sera plus ou moins poussée selon la nature des changements. D'autres changements peuvent aussi rendre nécessaire une revalidation.

Tableau : Types de méthodes d'analyse à valider

Types de méthodes d'analyse à valider
Type d'analyse Identification Analyse des impuretés
Dosage
- dissolution
(mesure seulement)
- teneur/activité
Caractéristiques Teneur Limite

Notes de bas de page du Partie I Tableau

Partie I Tableau note de bas de page -

caractéristique qui n'est normalement pas évaluée

-

Partie I Tableau note de bas de page +

caractéristique normalement évaluée

+

Partie I Tableau note de bas de page 1

Si la reproductibilité (voir le glossaire) est évaluée, il n'est pas nécessaire de déterminer la précision intermédiaire.

Retour à la première référence 1 de la note de bas de page du tableau 1

Partie I Tableau note de bas de page 2

Si la méthode est insuffisamment spécifique, cette déficience peut être compensée par la spécificité d'une ou de plusieurs autres épreuves complémentaires auxquelles l'échantillon est soumis.

Retour à la référence 2 de la note de bas de page du tableau 1

Partie I Tableau note de bas de page 3

Parfois nécessaire.

Retour à la référence 3 de la note de bas de page du tableau 1

Exactitude - + - +
Précision
Répétabilité - + - +
Précision interméd. - +Partie I Tableau note de bas de page 1 - +Partie I Tableau note de bas de page 1
SpécificitéPartie I Tableau note de bas de page 2 + + + +
Limite de détection - -Partie I Tableau note de bas de page 3 + -
Limite de dosage - + - -
Linéarité - + - +
Écart d'utilisation - + - +

Glossaire

1. Méthode d'analyse

La méthode d'analyse est la manière dont une analyse est réalisée. Chaque étape doit être décrite en détail. Il faut décrire notamment, mais non exclusivement, la préparation de l'échantillon, de l'étalon de référence et des réactifs, l'utilisation des appareils, la production de la courbe d'étalonnage, l'application des formules de calcul, etc.

2. Spécificité

La spécificité est la propriété qui fait qu'une méthode d'analyse rend compte sans ambiguïté de la substance analysée en présence d'autres composantes normalement présentes. Ces dernières peuvent inclure des impuretés, des produits de dégradation, la matrice, etc.

Si une méthode d'analyse est insuffisamment spécifique, cette déficience peut être compensée par la spécificité de l'une ou de plusieurs des autres analyses complémentaires.

Cette définition renvoie à plusieurs aspects :

  • Identification : Il s'agit de vérifier l'identité de la substance analysée.
  • Pureté : Il s'agit de vérifier si les analyses permettent de déterminer avec exactitude la teneur en impuretés de la substance analysée (recherche des substances apparentées, métaux lourds, résidus de solvants, etc.)
  • Dosage (teneur ou activité) : Il s'agit d'obtenir un résultat indiquant exactement la concentration ou l'activité de la substance analysée dans l'échantillon.
3. Exactitude

L'exactitude correspond au degré de concordance entre la valeur de la méthode obtenue et la valeur de référence ou la valeur considérée comme véritable par convention.

L'exactitude est aussi désignée l'authenticité.

4. Précision

La précision d'une méthode correspond au degré d'accord (degré de dispersion) entre les résultats des mesures obtenues par l'analyse individuelle de plusieurs prélèvements d'un même échantillon homogène, prélevés dans des conditions prescrites. La précision peut s'évaluer à trois niveaux : répétabilité, précision intermédiaire et reproductibilité.

L'évaluation de la précision doit se faire au moyen d'échantillons homogènes et authentiques. S'il est impossible d'obtenir des échantillons homogènes, on peut utiliser des échantillons préparés artificiellement ou une solution d'échantillon.

La précision est généralement exprimée par la variance, l'écart-type ou le coefficient de variation d'un ensemble de mesures.

4.1 Répétabilité

La répétabilité est une expression de la précision de l'analyse lorsque celle-ci est reprise dans les mêmes conditions de réalisation, après un court intervalle de temps. La répétabilité est aussi désignée « précision intra-analyse ».

4.2 Précision intermédiaire

La précision intermédiaire correspond aux variations survenant dans un même laboratoire : analyses effectuées à des jours différents, par des personnes différentes, au moyen d'appareils différents, etc.

4.3 Reproductibilité

La reproductibilité correspond à la concordance entre laboratoires (travaux de collaboration visant généralement l'uniformisation de la méthodologie).

5. Limite de détection

La limite de détection d'une méthode d'analyse individuelle correspond à la plus faible quantité de la substance analysée que la méthode permet de détecter, sans nécessairement fournir la valeur exacte.

6. Limite de dosage

La limite de dosage d'une méthode d'analyse individuelle correspond à la plus faible quantité de substance analysée que la méthode permet de doser avec un degré acceptable de précision et d'exactitude. La limite de dosage est un paramètre des analyses quantitatives des composés présents en faibles quantités dans les matrices d'échantillon; elle est plus particulièrement utilisée dans le dosage des impuretés et (ou) des produits de dégradation.

7. Linéarité

La linéarité d'une méthode d'analyse est sa capacité de donner des résultats qui sont directement (à l'intérieur de certaines limites) proportionnels à la concentration (quantité) de la substance analysée dans un échantillon.

8. Écart d'utilisation

L'écart d'utilisation d'une méthode d'analyse est l'intervalle entre la concentration la plus élevée et la concentration la plus faible (quantités) de la substance analysée dont on a démontré qu'elles pouvaient être déterminées avec un degré acceptable de précision, d'exactitude et de linéarité.

9. Robustesse

La robustesse d'une méthode d'analyse est une mesure de sa capacité à supporter sans conséquence de petites variations apportées délibérément aux paramètres de la méthode; elle donne une idée de la fiabilité de la méthode dans les conditions normales d'utilisation.

Partie II : Validation des méthodes d'analyse : méthodologie

Directive tripartite harmonisée de l'ICH

Étant donné que l'on a atteint l'étape 4 du processus de l'ICH lors de la réunion du Comité directeur de l'ICH du 6 novembre 1996 et que l'on a procédé à l'intégration à la directive principale en novembre 2005, on recommande l'adoption de la présente directive par les trois organismes de réglementation des États membres.

Introduction

Le présent document est un complément du document principal, qui est consacré aux caractéristiques qu'il convient d'évaluer pour valider les méthodes d'analyse. Nous y donnons quelques conseils utiles et expliquons comment considérer les caractéristiques à évaluer pour valider divers types de méthodes d'analyse. Dans certains cas (par exemple l'évaluation de la spécificité), on évalue les propriétés globales de plusieurs méthodes utilisées ensemble pour vérifier si la qualité des substances médicamenteuses ou des produits finis est effectivement assurée. Ce document donne aussi une idée du type de données à présenter dans une demande d'approbation.

La présentation doit fournir et commenter, s'il y a lieu, toutes les données recueillies durant la validation et toutes les formules utilisées pour calculer les attributs validés.

Il se peut que d'autres approches que celles préconisées dans cette directive soient applicables et acceptables. Il revient au demandeur de choisir la méthode de validation la mieux indiquée pour son produit. Il importe toutefois de se rappeler que le principal objectif de la validation est de démontrer que la méthode d'analyse considérée convient pour l'usage auquel elle est destinée. Vu leur complexité, les méthodes d'analyse applicables aux produits biologiques et biotechnologiques sont validées par une approche différente de celle décrite ici.

Il faut utiliser des étalons de référence bien caractérisés et de pureté connue durant toutes les étapes de la validation. Le degré de pureté nécessaire dépend de l'usage préconisé.

Selon le document principal et par souci de clarté, nous présentons ici les attributs à valider par sections distinctes. L'ordre de présentation correspond à l'enchaînement des diverses étapes de la mise au point et de l'évaluation d'une méthode d'analyse.

En pratique, il est habituellement possible de suivre un plan d'expérimentation qui permet d'évaluer simultanément les divers attributs à valider, et d'en venir ainsi à bien connaître l'ensemble des propriétés de la méthode d'analyse (par ex., spécificité, linéarité, écart d'utilisation, exactitude et précision).

1. Spécificité

Il convient d'évaluer la spécificité des tests d'identité, de dosage des impuretés et de la teneur. Le choix des moyens utilisés pour démontrer la spécificité dépend de l'objectif de la méthode d'analyse.

Il n'est pas toujours possible de démontrer qu'une méthode d'analyse présente une spécificité à une substance donnée (discrimination totale). Le cas échéant, il est recommandé d'utiliser au moins deux méthodes pour obtenir le degré de discrimination voulu.

1.1 Identification

Les épreuves d'identification acceptables doivent permettre de distinguer des composés ayant une structure très proche qui sont susceptibles d'être présents. Le pouvoir discriminatif d'une méthode est confirmé lorsqu'on obtient des résultats positifs (par exemple, par comparaison avec un matériau de référence connu) avec des échantillons contenant la substance à analyser, ainsi que des résultats négatifs avec des échantillons qui ne contiennent pas cette substance. On peut en outre soumettre à l'épreuve d'identification des substances semblables ou très proches de la substance à analyser pour bien vérifier qu'elles ne donnent pas de réaction positive. Le choix des substances susceptibles d'influencer les résultats de l'analyse doit être fondé sur une appréciation scientifique éclairée dans laquelle on a tenu compte de l'influence que peuvent avoir les substances en question.

1.2 Teneur et dosage des impuretés

Pour démontrer la spécificité des méthodes chromatographiques, on devra utiliser des chromatogrammes représentatifs où chacune des composantes est convenablement identifiée. Des considérations semblables s'appliquent aux autres techniques de séparation.

L'examen des séparations chromatographiques déterminantes devra être aussi poussé qu'il est nécessaire. On pourra démontrer la spécificité de ces méthodes en les utilisant pour séparer deux des composantes dont les pics d'élution sont les plus proches l'un de l'autre.

Si la méthode de détermination de la teneur n'est pas spécifique, il faudra des tests complémentaires pour démontrer la spécificité totale. Par exemple, si l'on dose une substance médicamenteuse à l'aide d'un titrage, on pourra le compléter en ajoutant un test de dosage approprié pour les impuretés.

La validation des méthodes de détermination de la teneur et des méthodes d'analyse des impuretés se fait suivant une approche semblable :

1.2.1 Lorsque les impuretés sont disponibles

S'il est possible d'obtenir des impuretés, on doit alors démontrer que la méthode de détermination de la teneur permet de faire la distinction entre la substance à analyser, les impuretés et (ou) les excipients. Pour ce faire, on enrichit la substance pure (substance médicamenteuse ou produit fini) en y ajoutant une quantité suffisante d'impuretés et (ou) d'excipients, puis on démontre que ces composantes additionnelles n'influencent pas les résultats obtenus pour la teneur (par comparaison aux résultats obtenus avec des échantillons non enrichis).

Pour le test des impuretés, on peut mettre en évidence les propriétés de discrimination de la méthode en ajoutant à la substance médicamenteuse ou au produit fini une quantité suffisante d'impuretés pour ensuite démontrer que les différentes impuretés présentes sont séparées les unes des autres et (ou) des autres composantes dans la matrice de l'échantillon.

1.2.2 Lorsque les impuretés ne sont pas disponibles

S'il est impossible d'obtenir des étalons d'impuretés ou de produits de dégradation, on peut démontrer la spécificité de la méthode en comparant les résultats obtenus avec des échantillons renfermant des impuretés ou des produits de dégradation aux résultats obtenus avec une autre méthode d'analyse bien connue, par exemple, une méthode de la pharmacopée ou une autre méthode validée (méthode indépendante).S'il y a lieu, un certain nombre d'échantillons analysés par les deux méthodes doivent avoir été exposés à des conditions de stress : lumière, chaleur, humidité, hydrolyse acide-base et oxydation.

  • Pour la teneur, comparer les résultats obtenus par les deux méthodes;
  • Pour l'analyse des impuretés, comparer les profils.

Une évaluation de pureté des pics peut être utile pour démontrer que le pic chromatographique correspondant à la substance à analyser n'est pas attribuable à plus d'une substance (p. ex., réseau de diodes, spectrométrie de masse).

2. Linéarité

Il convient de déterminer s'il y a linéarité dans l'ensemble de l'écart d'utilisation (voir la section 3) de la méthode d'analyse. On peut démontrer l'existence d'une relation linéaire en appliquant la méthode proposée directement à la substance médicamenteuse (en diluant une solution-mère étalon) et (ou) en utilisant des portions pesées individuellement de mélanges synthétiques réunissant les composantes du produit fini. Cette dernière approche peut être évaluée dans le cadre de la détermination de l'écart d'utilisation.

On évalue la linéarité par l'examen visuel d'une courbe des valeurs du signal analytique tracées en fonction de la concentration de la substance à analyser. Si la relation est linéaire, les résultats doivent être évalués au moyen des méthodes statistiques appropriées, comme, par exemple, la régression des moindres carrés. Dans certains cas, pour mettre en évidence la linéarité entre les résultats de teneur et les concentrations, il faut soumettre les données à une transformation mathématique avant de faire l'analyse de régression. Enfin, les paramètres de la courbe de régression peuvent donner une estimation mathématique du degré de linéarité.

Il faut déterminer le coefficient de corrélation, le point d'interception sur l'axe des ordonnées (y), la pente de la courbe de régression, ainsi que la somme des carrés des résidus. Un graphique représentant les données doit être inclus. De plus, l'analyse de l'écart entre les valeurs réelles et la courbe de régression peut aussi être utile.

Certaines analyses, comme les tests immunologiques, ne présentent aucune forme de linéarité, quelle que soit la transformation qu'on fait subir aux données. Lorsque c'est le cas, les résultats sont représentés par la fonction appropriée de la concentration (quantité) de la substance à analyser dans l'échantillon.

Il est recommandé d'utiliser au moins cinq concentrations pour la démonstration de la linéarité. Toute autre approche doit être justifiée.

3. Écart d'utilisation

L'écart d'utilisation de la méthode est habituellement établi d'après la linéarité et dépend de l'usage auquel la méthode est destinée. On détermine l'écart d'utilisation en confirmant que la méthode permet d'atteindre un degré acceptable de linéarité, d'exactitude et de précision lorsqu'elle est appliquée à des échantillons renfermant des quantités de la substance à analyser comprises entre les extrêmes des limites ou aux limites d'utilisation spécifiées pour la méthode d'analyse.

Les valeurs minimums suivantes doivent être évaluées comme valeurs limites de l'écart d'utilisation :

  • Pour la teneur d'une substance médicamenteuse ou d'un produit fini (pharmaceutique) : normalement de 80 à 120 % de la concentration analysée;
  • Pour l'évaluation de l'uniformité de teneur au moins de 70 à 130 % de la concentration analysée, à moins qu'un écart plus étendu convienne mieux à la forme posologique considérée (p. ex., s'il s'agit d'un aérosol-doseur);
  • Pour le test de dissolution : valeurs limites spécifiées ± 20 %,

p. ex., si, pour un produit à libération contrôlée, les normes indiquent des valeurs de 20 % après une heure et de 90 % après 24 heures, l'écart d'application à valider doit être de 0 à 110 % de la valeur alléguée sur l'étiquette.

  • Pour le dosage d'une impureté : l'écart du niveau de sa teneur1 à 120 % de la limite établie;
  • Pour les impuretés ayant une activité exceptionnelle, une action toxique ou des effets pharmacologiques imprévus, la limite de détection et de teneur doit correspondre au niveau où ces impuretés doivent être contrôlées.
    N.B. : pour la validation des méthodes d'analyse des impuretés durant la mise au point, il peut être nécessaire d'évaluer un écart d'application aux alentours d'une valeur limite supposée (probable);
  • Si la teneur et la pureté sont analysées par une même épreuve, et qu' on utilise uniquement un étalon pur à 100 %, la linéarité doit être vérifiée dans un écart allant de la concentration prescrite pour les impuretésNote de bas de page 2 jusqu'à 120 % de la limite de teneur spécifiée.

4. Exactitude

L'exactitude doit être vérifiée dans l'écart d'utilisation de la méthode d'analyse.

4.1 Teneur
4.1.1 Substance médicamenteuse

L'exactitude peut être évaluée selon diverses méthodes :

  1. Application de la méthode à une substance de pureté connue (p. ex., une substance de référence);
  2. Comparaison des résultats obtenus de la méthode à valider avec ceux obtenus par une méthode bien caractérisée, dont l'exactitude est indiquée et (ou) définie (méthode indépendante, section 1.2.);
  3. Déduction de l'exactitude après avoir établi la précision, la linéarité et la spécificité de la méthode en question.
4.1.2 Produit fini

L'exactitude peut être évaluée selon diverses méthodes :

  1. Application de la méthode à des mélanges synthétiques réunissant les composantes du produit fini auxquels ont été ajoutées des quantités connues de la substance médicamenteuse à analyser;
  2. Lorsqu'il est impossible d'obtenir des échantillons de toutes les composantes du produit fini, il peut être acceptable d'ajouter au produit fini des quantités connues de la substance à analyser, ou de comparer les résultats obtenus avec ceux obtenus avec une autre méthode bien caractérisée dont l'exactitude est indiquée et (ou) définie (méthode indépendante, section 1.2);
  3. Déduction de l'exactitude après avoir établi la précision, la linéarité et la spécificité de la méthode en question.
4.2 Impuretés (détermination quantitative)

Pour évaluer l'exactitude de la méthode, on doit utiliser des échantillons (de la substance médicamenteuse ou du produit fini) enrichis de quantités connues d'impuretés.

Lorsqu'il est impossible d'obtenir des échantillons de toutes les impuretés et (ou) de tous les produits de dégradation, il est acceptable de comparer les résultats obtenus avec ceux obtenus par une méthode indépendante (voir la section 1.2.) On peut aussi utiliser le facteur de réponse de la substance médicamenteuse.

Il faut décrire clairement comment les impuretés seront dosées, individuellement ou globalement (p. ex., en pourcentage du poids (poids/poids) ou pourcentage d'aire), toujours par rapport à la substance principale.

4.3 Recommandations concernant les données

Pour évaluer l'exactitude de la méthode à valider, il est recommandé d'utiliser au moins neuf résultats obtenus par l'analyse d'au moins trois concentrations englobant l'écart d'utilisation (c.-à-d. trois concentrations avec trois échantillons chacune).

Pour exprimer l'exactitude, il est recommandé de déclarer le pourcentage de récupération de la substance dont une quantité connue a été ajoutée à l'échantillon, ou la différence entre la valeur moyenne et la valeur considérée comme véritable avec les intervalles de confiance correspondants.

5. Précision

La validation des méthodes d'analyse de la teneur et de la détermination des impuretés comprend une évaluation de leur précision.

5.1 Répétabilité

Pour évaluer la répétabilité, il faut :

  1. Au moins neuf mesures englobant l'écart d'utilisation de la méthode (c.-à-d. trois concentrations avec trois échantillons chacune);
    ou
  2. Au moins six mesures d'une concentration à 100 % de la teneur escomptée.
5.2 Précision intermédiaire

Il peut être nécessaire de déterminer la précision intermédiaire de la méthode à valider, selon les conditions dans lesquelles elle sera utilisée. Le demandeur doitévaluer l'influence que peuvent avoir les phénomènes aléatoires sur la précision de la méthode. En général, il faut considérer différents jours, différents analystes, différents instruments, etc. Il n'est pas nécessaire d'évaluer individuellement chacun de ces facteurs. Il est recommandé de préparer un plan (matrice) d'expérimentation.

5.3 Reproductibilité

On évalue la reproductibilité à l'aide d'une épreuve inter-laboratoire. On doit évaluer ce facteur lorsque la méthode à valider doit être normalisée, par exemple, pour figurer sur la liste des méthodes recommandées dans les pharmacopées. Les données de reproductibilité ne font pas partie de la demande d'approbation.

5.4 Recommandations concernant les données

Il est recommandé d'indiquer l'écart-type, l'écart-type relatif (coefficient de variation) et l'intervalle de confiance pour chaque type de précision évalué.

6. Limite de détection

La limite de détection peut être déterminée par diverses méthodes, l'approche variant selon que la méthode à valider fait intervenir ou non des instruments. Des approches sont énumérées ci-dessous, mais d'autres méthodes peuvent aussi être acceptables.

6.1 Évaluation visuelle

La limite de détection des méthodes ne faisant pas intervenir d'instruments peut être déterminée par évaluation visuelle; cette approche peut aussi être employée pour des méthodes faisant intervenir des instruments.

Pour déterminer la limite de détection, on analyse des échantillons renfermant des concentrations connues de la substance à analyser et l'on détermine la concentration minimum à laquelle la substance peut être détectée de façon fiable.

6.2 Approche du rapport signal/bruit

Cette approche ne convient qu'aux méthodes d'analyse avec un bruit de fond.

Pour déterminer le rapport signal/bruit, on compare le signal obtenu avec des échantillons contenant de faibles concentrations connues de la substance à analyser au signal obtenu avec des blancs, et on détermine la concentration la plus faible à laquelle la substance peut être détectée de façon fiable. En général, un rapport signal/bruit de 3 ou 2 pour 1 est considéré comme acceptable pour l'estimation de la limite de détection.

6.3 Approche de l'écart-type de la réponse et de la pente de la courbe d'étalonnage

La limite de détection (LDé) peut être représentée par la formule suivante :

LDé = 3.3 s / P

  • s = écart-type de la réponse
  • P = pente de la courbe d'étalonnage

On peut estimer la pente (P) de la courbe d'étalonnage de la substance à analyser. La valeur de l'écart-type s peut être estimée de diverses manières; nous en donnons quelques exemples ci-après.

6.3.1 D'après l'écart-type de blancs

Pour mesurer l'importance de la réponse de fond, on analyse un nombre suffisant de blancs, puis on détermine l'écart-type des valeurs obtenues.

6.3.2 D'après la courbe d'étalonnage

On trace une courbe d'étalonnage d'après les résultats de l'analyse d'échantillons contenant la substance à analyser à des concentrations comprises dans l'écart de limite de détection. Comme écart-type, on peut utiliser l'écart-type résiduel d'une courbe de régression ou l'écart-type de l'ordonnée à l'origine de courbes de régression.

6.4 Recommandations concernant les données

Il convient d'indiquer la limite de détection et de préciser par quelle méthode on l'a déterminée. Si on a utilisé l'évaluation visuelle ou le rapport signal/bruit, la présentation des chromatogrammes correspondants est considérée comme une justification acceptable.

Lorsque la limite de détection est estimée par calcul ou extrapolation, on peut valider l'estimation en analysant par une méthode indépendante un nombre suffisant d'échantillons dont la teneur en substance à analyser est proche de la limite de détection ou coïncide avec cette limite.

7. Limite de dosage

La limite de dosage peut être déterminée par diverses méthodes, l'approche variant selon que la méthode à valider fait intervenir ou non des instruments. Des approches sont énumérées ci-dessous, mais d'autres méthodes peuvent aussi être acceptables.

7.1 Évaluation visuelle

La limite de détection des méthodes ne faisant pas intervenir d'instruments peut être déterminée par évaluation visuelle; cette approche peut aussi être employée pour des méthodes faisant intervenir des instruments.

Pour déterminer la limite de dosage, on analyse généralement des échantillons renfermant des concentrations connues de la substance à analyser et l'on détermine la concentration minimum à laquelle la substance peut être dosée avec exactitude et précision.

7.2 Approche du rapport signal/bruit

Cette approche ne convient qu'aux méthodes d'analyse avec un bruit de fond.

Pour déterminer le rapport signal/bruit, on compare le signal obtenu avec des échantillons contenant de faibles concentrations connues de la substance à analyser au signal obtenu avec des blancs, et on détermine la concentration la plus faible à laquelle la substance peut être quantifiée de façon fiable. En général, le rapport signal/bruit est de 10 pour 1.

7.3 Approche de l'écart-type de la réponse et de la pente de la courbe d'étalonnage

La limite de dosage (LDo) peut être représentée par la formule suivante :

LDo = 10 s / P

  • s = écart-type de la réponse
  • P = pente de la courbe d'étalonnage

On peut estimer la pente (P) de la courbe d'étalonnage de la substance à analyser. La valeur de l'écart-type s peut être estimée de diverses manières; nous en donnons quelques exemples ci-après.

7.3.1 D'après l'écart-type de blancs

Pour mesurer l'importance de la réponse de fond, on analyse un nombre suffisant de blancs, puis on détermine l'écart-type des valeurs obtenues.

7.3.2 D'après la courbe d'étalonnage

On trace une courbe d'étalonnage d'après les résultats de l'analyse d'échantillons contenant la substance à analyser à des concentrations comprises dans l'écart de limite de dosage. Comme écart-type, on peut utiliser l'écart-type résiduel d'une courbe de régression ou l'écart-type de l'ordonnée à l'origine de courbes de régression.

7.4 Recommandations concernant les données

Il convient d'indiquer la limite de dosage et de préciser par quelle méthode on l'a déterminée.

La limite de dosage doit être validée par l'analyse d'un nombre suffisant d'échantillons dont la teneur en substance à analyser est proche de la limite de dosage ou coïncide avec cette limite.

8. Robustesse

L'évaluation de la robustesse se fait durant la phase de mise au point; elle dépend du type de méthode considérée. Cette évaluation doit démontrer que la méthode demeure fiable lorsqu'on introduit des variations planifiées de paramètres.

Si les résultats peuvent varier selon les conditions d'analyse, il faut veiller à ce que celles-ci soient adéquatement contrôlées ou recommander certaines précautions dans la marche à suivre. L'évaluation de la robustesse a notamment pour conséquence la définition d'un ensemble de paramètres sur le caractère approprié de la méthode d'analyse (p. ex., un test de résolution) qui permet de garantir la validité de cette méthode, quelles que soient les conditions d'utilisation.

Voyons quelques exemples de variations caractéristiques :

  • Stabilité des solutions d'analyse;
  • Temps d'extraction.

En ce qui concerne les chromatographies en phase liquide :

  • Variations du pH de la phase mobile;
  • Variations de la composition de la phase mobile;
  • Colonnes différentes (provenant de lots ou de fournisseurs différents);
  • Température;
  • Débit.

En ce qui concerne les chromatographies en phase gazeuse :

  • Colonnes différentes (provenant de lots ou de fournisseurs différents);
  • Température;
  • Débit.

9. Vérification de la compétence du système

La vérification de la compétence du système fait partie intégrante de nombreuses méthodes d'analyse. Elle suppose que l'équipement, les dispositifs électroniques, les opérations d'analyse et les échantillons constituent un système cohérent et peuvent être évalués comme tels. Les critères en fonction desquels on détermine si le système est approprié dépendent de la méthode à valider. Les pharmacopées donnent de plus amples détails à ce sujet.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :