Examen par des experts des nouvelles pratiques de dépistage fondées sur le comportement sexuel

Le 15 décembre 2021, Santé Canada a reçu une demande de la Société canadienne du sang (SCS). La SCS souhaitait :

Santé Canada a cherché à obtenir de l'expertise et des conseils externes sur des questions scientifiques et techniques précises qui ont été soulevées au cours du processus d'examen. Nous avons réuni un groupe d'experts ayant des connaissances et des antécédents très variés dans les domaines de la santé. Ces experts ont donné leur temps et nous avons examiné tout conflit d'intérêts possible avant de les consulter.

Les 6 experts ont examiné les nouveaux critères de dépistage fondés sur le comportement sexuel soumis par la SCS. Les critères s'appliqueront à tous les donneurs potentiels de sang et de plasma au Canada.

L'objectif des nouveaux critères est de rendre les règles plus inclusives pour les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes sans compromettre la sécurité du système d'approvisionnement en sang.

Les experts comprenaient les suivants :

Ensemble, ils ont fourni des conseils scientifiques, médicaux et techniques sur :

Santé Canada a posé des questions précises aux experts concernant :

Les experts ont jugé acceptable la modélisation proposée et ont indiqué que le risque estimé était extrêmement faible et négligeable. Ils ont également conclu que les nouveaux critères de dépistage n'influencent pas la sécurité de l'approvisionnement en sang par rapport à la période d'exclusion actuelle de 3 mois.

Les experts ont déterminé que les données ultérieures à la mise en œuvre fournies par d'autres pays, comme le Royaume-Uni, qui ont mis en place des critères de dépistage semblables ne fourniraient pas d'autres données utiles. Cela s'expliquait par le très faible risque résiduel de transmission du VIH détecté par le modèle.

Les experts ont convenu que la participation à des relations non monogames est un facteur de risque d'infection par le VIH. Cependant, la majorité des experts ont indiqué que les questions liées au comportement sexuel d'un partenaire du donneur :

Les experts ont appuyé le plan de surveillance après la mise en œuvre proposé par la SCS sans aucun changement.

Même si le groupe d'experts l'a conseillé, la décision concernant la demande de la SCS revenait à Santé Canada.

Liens connexes

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :