Page 4 : Recommandations canadiennes sur les eaux domestiques recyclées destinées à alimenter les chasses d'eau des toilettes et des urinoirs

1.0 Introduction

Les Canadiens comptent parmi ceux qui font la plus grande consommation d'eau par habitant au monde. Selon Environnement Canada (2009), des modifications simples apportées aux habitudes de consommation et aux appareils électroménagers peuvent réduire jusqu'à 40 % la consommation domestique d'eau. De nombreuses mesures et stratégies peuvent se traduire par une réduction marquée du gaspillage de l'eau. Si certaines sont assez courantes, simples et peu coûteuses, d'autres sont relativement nouvelles ou carrément innovatrices, comme le recyclage des eaux. Les Canadiens s'intéressent de plus en plus aux pratiques de gestion durable de l'eau, y compris le recyclage des eaux domestiques. Voici d'autres facteurs qui contribuent à l'intérêt de cette pratique :

  • l'occasion d'offrir un d'approvisionnement d'eau fiable dans des zones éloignées ou écosensibles;
  • la surcharge imposée aux sources d'eau traditionnelles;
  • l'accroissement des coûts engagés pour satisfaire aux normes de traitement de l'eau potable et d'épuration des eaux usées;
  • la possibilité de réduire le volume d'eaux usées domestiques rejetées dans les cours d'eau;
  • les sécheresses et les pénuries d'eau saisonnières (potentiellement exacerbées par les changements climatiques); et
  • la migration des populations vers les grands centres, qui se répercute sur la configuration spatiale de la demande d'eau (Anderson et coll., 2001).

Si l'utilisation d'eaux recyclées présente bien des avantages, les agents pathogènes ou chimiques qui s'y trouvent peuvent constituer un risque pour la santé humaine ou l'environnement. En raison de ces risques et du faible coût de l'eau au Canada, on a été lent à poursuivre le développement du recyclage de l'eau. Pour le moment, la Colombie-Britannique est la seule province canadienne à avoir adopté une norme sur l'eau recyclée (Municipal Sewage Regulation) destinée à différentes applications, y compris les chasses d'eau et l'irrigation (Government of British Columbia, 1999). Les lois albertaines (Government of Alberta, 1993) autorisent l'utilisation des eaux usées municipales à des fins d'irrigation. Pour appuyer ces dispositions législatives, Alberta Environment (2000) a publié des recommandations qui facilitent l'évaluation des projets. Le document Atlantic Canada Wastewater Guidelines Manual for Collection, Treatment and Disposal comprend ainsi un chapitre sur l'utilisation de l'eau recyclée, notamment à des fins d'irrigation (Environnement Canada, 2006). D'autres provinces analysent plutôt au cas par cas les projets de recyclage de l'eau qui leur sont soumis. En l'absence de recommandations, certains gouvernements ont recours à des sites de démonstration ou d'essai pour étudier le recyclage de l'eau (SCHL, 1997; Ho et coll., 2001).

De nombreux rapports soulignent l'importance de conseils et d'un encadrement de la part du gouvernement fédéral concernant le recyclage de l'eau, afin d'intégrer ce processus dans de futures stratégies de gestion de l'eau (Marsalek et coll., 2002; Brandes et Ferguson, 2004). Deux grands obstacles à l'adoption du recyclage de l'eau comme stratégie ont été relevés : 1) l'absence de normes de plomberie concernant les systèmes d'eau non potable; 2) l'absence de recommandations nationales sur la qualité de l'eau recyclée (SCHL, 1997). La CSA (2006) a élaboré la norme B128.1-F06/B128.2-F06, Conception et installation des réseaux d'eau non potable/Entretien et mise à l'essai à pied d'oeuvre des réseaux d'eau non potable, qui traite des exigences relatives à la plomberie. Le présent document examine le second obstacle et contribuera à l'élaboration d'une approche nationale cohérente en matière d'utilisation sûre et durable des eaux domestiques recyclées.

1.1 Portée de ce document

Le présent document établit des recommandations pour la qualité des eaux domestiques recyclées et propose des éléments pour un cadre de gestion. La partie I comprend des informations de conseils concernant les cadres et les modèles de gestion; la partie II présente le fondement scientifique des recommandations sur la qualité de l'eau. Ces recommandations et le cadre de gestion proposé s'appliquent uniquement au recyclage des eaux usées ou grises domestiques destinées à alimenter les chasses d'eau des toilettes et des urinoirs, sur place ou dans des résidences ou commerces avoisinants. Les utilisations commerciales doivent être à petite échelle (p. ex., commerce de détail). Les eaux pluviales recyclées et les eaux usées provenant de sources industrielles de contamination n'entrent pas dans le cadre des présentes recommandations.

Malgré leur portée limitée, ces recommandations sont considérées comme un premier pas qui mènera à une plus grande utilisation de l'eau recyclée. L'objectif à long terme est de fournir les outils et conseils nécessaires à l'utilisation sans danger de l'eau recyclée pour différents usages bénéfiques, tout en minimisant les risques que cette eau peut poser pour la santé humaine et l'environnement. Les exigences en matière de conception, d'installation et d'entretien des pièces de plomberie des réseaux d'eau non potable sont définies dans la norme B128.1-F06/B128.2-F06 de la CSA (CSA, 2006).

Les présentes recommandations s'adressent aux organismes de réglementation, aux professionnels de la santé publique, aux ingénieurs-conseils et autres personnes ayant une connaissance technique du domaine. L'approche adoptée dans l'établissement des paramètres de qualité des eaux domestiques recyclées est prudente. Bien que le risque d'exposition à l'eau recyclée utilisée dans les chasses d'eau des toilettes et des urinoirs soit probablement faible, les effets possibles sur la santé d'un contact avec de l'eau microbiologiquement contaminée sont suffisamment graves pour justifier une approche de précaution.

1.2 Approche axée sur les risques

Ce document a adopté une approche axée sur les risques, afin que la qualité et la gestion des eaux domestiques recyclées soient compatibles avec les principes de protection de la santé publique à long terme. Cette approche vise à cerner tous les dangers potentiels d'un système de traitement des eaux recyclées, à évaluer leurs répercussions potentielles sur la qualité de l'eau et la santé publique, et à déterminer les moyens de réduire ces risques, au lieu de simplement réagir aux problèmes qui surgissent. La partie I de ce document traite des considérations de gestion des risques, y compris des éléments d'un cadre de gestion et des modèles de gestion possibles. Les recommandations sont basées sur l'évaluation du risque, notamment la détermination des dangers, l'évaluation de l'exposition et la caractérisation des risques, tel que décrit dans la partie II.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :