Recommandations pour la qualité de l'eau potable au Canada : document technique – bore

Table des matières

Recommandation

La concentration maximale acceptable (CMA) de bore dans l'eau potable est de 5 mg/L (5 000 µg/L).

Propriétés physico-chimiques, utilisations et sources de contamination

(Format PDF, 64 ko, 8 pages)

Organisation : Santé Canada
Type : Lignes directrices
Date publiée : 1991-05

Sujets connexes

Le bore est partout présent dans l'environnement; il existe naturellement dans plus de 80 minéraux et constitue 0,001 pour cent de la croûte terrestre.Note de bas de page 1 Tandis que les roches sédimentaires en contiennent plus que les roches ignées, le bore est plus couramment présent dans les roches granitiques et les pegmatites. Les émissions volcaniques libèrent de l'acide borique (acide orthoborique B(OH)3) et du trifluorure de bore (BF3). Par conséquent, les concentrations de bore sont élevées dans l'eau des régions volcaniques. L'eau des océans contient aussi de l'acide borique; l'évaporation de l'eau de mer dans les bassins confinés a créé une source commerciale de bore.Note de bas de page 2 Les composés du bore, en particulier l'acide borique et le borate de sodium (ou borax, Na2B4O7.10H2O) sont employés dans la préparation de désinfectants et de médicaments, dans la fabrication de verres borosilicatés, entrent dans la fabrication des émaux, servent d'antioxydants lors des travaux de soudage, et sont aussi employés dans les produits cosmétiques, dans le cuir, dans les textiles, dans les peintures et par les industries de transformation du bois. De plus, le borax et l'acide borique sont utilisés au Canada comme insecticides; le borax est également employé comme agent antimicrobien, et très souvent comme nettoyant.
Le bore est un élément indispensable à la croissance des plantes et est directement appliqué au sol comme engrais. Le borate de soude et l'acide borique sont employés comme agents fongistatiques dans le traitement des légumes, des fruits et des arbres.Note de bas de page 3 La concentration en bore des sols varie entre 0,002 et 0,1 mg/g de poids sec;Note de bas de page 4 il est fortement mobile dans ce milieu et facilement entraîné par lixiviation. Les facteurs qui influent sur l'adsorption du bore par le sol sont le pH du sol, la texture du sol, sa teneur en matières organiques, sa capacité d'échange cationique, son humidité et sa température.Note de bas de page 5

Exposition

La principale forme sous laquelle se présente le bore dans l'eau est l'acide borique.Note de bas de page 6 Dans l'eau de mer, la concentration de bore se situe entre 4 et 5 mg/L.Note de bas de page 7Note de bas de page 8Dans les eaux côtières du Canada, les concentrations de bore se situent apparemment entre 3,7 et 4,3 mg/L.Note de bas de page 9 Les eaux des estuaires sont généralement riches en bore,Note de bas de page 10 et les concentrations rencontrées dans les puits d'eau sont apparemment plus variables et souvent plus élevées que dans les eaux de surface,Note de bas de page 11 le plus souvent en raison de l'érosion de sources naturelles de bore.Note de bas de page 12 Les concentrations moyennes de bore dans les eaux de surface, déterminées par des analyses colorimétri-ques, se situaient bien au-dessous de 0,5 mg/L (moyenne d'ensemble 0,16 mg/L) dans plus de 90 pour cent des lieux figurant dans la Banque nationale de données sur la qualité des eaux; dans quelques stations, les concentrations dépassaient 2,0 mg/L. Les valeurs individuelles allaient de non décelables (limite de détection de 0,02 mg/L) à 2,9 mg/L, et les valeurs provinciales médianes allaient de 0,01 mg/L dans le cas de la Colombie-Britannique à 0,15 mg/L dans le cas du Manitoba et de la Saskatchewan.Note de bas de page 13 Dans 3 842 échantillons d'eau traitée et distribuée dans 51 collectivités de l'Ontario étudiées de 1987 au début de 1989, les concentrations moyennes de bore se situaient entre 0,042 et 235 µg/L. Dans un échantillon d'eau, la concentration moyenne de bore était de 570 µg/L. Les concentrations de bore étaient inférieures ou égales à 100 µg/L dans plus de 97 pour cent des échantillons d'eau totale dosés dans 36 des 51 collectivités.Note de bas de page 14 Dans approximativement 83 pour cent des 803 réseaux des municipalités du Québec étudiés en 1988, les concentrations de bore étaient inférieures à 0,5 mg/L; toutefois, dans un site particulier, la concentration de bore était «supérieure à 3 mg/L».Note de bas de page 15 Les concentrations de bore étaient inférieures à 0,02 mg/L dans 84 pour cent de 38 réseaux municipaux étudiés (un échantillon a été dosé dans chaque site) à Terre-Neuve et au Labrador en 1989.Note de bas de page 16 On a attribué aux embruns la présence de bore dans l'atmosphère (libération d'aérosols contenant du sel marin), ainsi qu'à l'activité volcanique, à l'accumulation de bore dans des poussières, et aux émissions industrielles d'oxyde de bore, d'acide borique et de borates de sodium et d'autres borates métalliques présents sous forme de particules ou d'aérosols.Note de bas de page 1 Les cendres volantes provenant de la combustion du charbon contribuent aussi à accroître la concentration de bore dans l'atmosphère.Note de bas de page 17 On a signalé dans l'atmosphère, au-dessus des océans, des concentrations de bore égales à 1,7 × 10-4 mg/m3.Note de bas de page 18 On n'a pas trouvé de données sur les concentrations de bore dans l'atmosphère au Canada.
Il existe peu de données sur la teneur en bore des aliments. Le bore s'accumule dans les végétaux,Note de bas de page 19 et les concentrations sont particulièrement élevées dans les légumes (de 0,025 à 0,05 mg/g de poids sec), puis dans les fruits et légumes (de 0,005 à 0,02 mg/g) et dans les céréales et grains (de 0,001 à 0,005 mg/g). Dans la partie comestible à l'état frais des baies et des agrumes, les concentrations de bore se situent entre 0,0003 et 0,0024 mg/g.Note de bas de page 20 Les tissus et organes animaux contiennent entre 0,05 et 0,6 µg/g de poids frais; dans les os, les concentrations tendent à être beaucoup plus élevées.Note de bas de page 21 Normalement, le lait de vache contient entre 0,5 et 1,0 mg/L, mais les concentrations peuvent varier selon l'apport de bore par la vache.Note de bas de page 20 Les quelques données disponibles indiquent que la concentration de bore dans les boissons varie considérablement;Note de bas de page 22 les vins peuvent contenir jusqu'à 8,5 µg/g.Note de bas de page 21 Étant donné le manque de données disponibles sur les concentrations de bore dans les produits alimentaires du Canada, il est difficile d'en estimer l'apport quotidien avec le régime alimentaire. Si l'on tient compte du Rapport sur les habitudes alimentairesNote de bas de page 23 et des quelques données sur la teneur en bore des aliments courants telle que déterminée lors d'une enquête sur l'alimentation dans les hôpitaux,Note de bas de page 24 on estime à 1 à 3 mg l'apport quotidien de bore d'un Canadien adulte âgé de 20 à 40 ans. La valeur la plus élevée des deux serait sans doute le résultat d'un régime riche en légumes contenant du bore. Cette estimation relative aux Canadiens est assez comparable à celle obtenue pour la population des États-Unis,Note de bas de page 25 d'après l'analyse d'un régime de 4 200 calories suivi par des adolescents de sexe masculin, incluant l'ingestion d'eau potable et l'eau employée dans la préparation des aliments (de 2,1 à 4,3 mg/jour). Ces chiffres sont également semblables à l'apport moyen de 2,819 ± 1,554 mg/jour estimé selon les résultats d'une étude sur le régime alimentaire global réalisée en Angleterre.Note de bas de page 26
Si l'on se base sur une consommation quotidienne moyenne d'eau de 1,5 L et une concentration maximale de bore de 0,57 mg/L telle qu'elle a été mesurée dans l'eau potable lors de l'enquête menée en Ontario,Note de bas de page 14 l'apport quotidien maximal de bore dans l'eau potable serait de 0,86 mg au Canada. Étant donné que dans la plupart des sites, les concentrations moyennes étaient beaucoup plus basses, la consommation quotidienne moyenne de bore avec l'eau potable est probablement inférieure à 0,86 mg.

Même aux concentrations maximales mesurées dans l'air marin, l'apport de bore par inhalation est probablement négligeable comparativement aux quantités de bore ingérées avec les aliments et l'eau.

Par conséquent, pour les Canadiens, l'apport quotidien moyen total est estimé entre 1 et 4 mg, les aliments constituant la source principale du bore ingéré.

Méthodes d'analyse et techniques de traitement

Plusieurs méthodes peuvent servir au dosage du bore présent dans l'eau, notamment la méthode de la curcumine qui consiste en un processus d'acidification et d'évaporation en présence de curcumine de façon à produire de la rososysnine qui est dissoute dans l'éthanol puis comparée à des étalons par photométrie, ou bien en utilisant la méthode du carmin qui consiste à combiner le bore avec du carmin ou de l'acide carmini-que en présence d'acide sulfurique, puis à procéder à des mesures photométriques. Dans le cas de l'eau, il est recommandé d'utiliser la méthode de la curcumine lorsque les concentrations de bore se situent entre 0,1 et 1 mg/L, tandis que la méthode du carmin est optimale pour doser le bore entre 1 et 10 mg/L.Note de bas de page 27 Les autres méthodes d'analyse sont en particulier l'analyse spectrophotométrique avec la 1,1´-dianthrimide (lorsque les concentrations de bore se situent entre 0,01 et 0,2 mg/L) ou avec l'azométhine-H, ou le dosage volumétrique après la distillation (procédé optimal lorsque l'eau contient plus de 0,2 mg/L, est colorée ou contient des impuretés non filtrables).Note de bas de page 28
On peut éliminer peu de bore par les méthodes de traitement classiques.Note de bas de page 29 On a signalé que les méthodes d'adsorption basées à la fois sur l'utilisation d'oxyde de magnésium et sur le procédé d'échange ionique avaient une efficacité de 85 à 90 pour cent du point de vue de l'élimination du bore des sources d'approvisionnement en eau potable (concentrations initiales de 4 à 7 mg/L).Note de bas de page 30

Effets sur la santé

Par le passé, on a considéré le bore comme non essentiel pour les animaux. Cependant, les résultats d'une étude indiquant une mince étendue de concentrations dans le sang humainNote de bas de page 31 et d'études sur la carence en bore chez le rat Note de bas de page 32Note de bas de page 33 suggèrent que le bore pourrait effectivement être un élément essentiel. Le bore satisfait à quelques-uns des critères de caractère essentiel, mais il n'a pas été possible d'établir que la carence en cet élément entravait de façon reproductible une fonction biologique en l'amenant à un niveau sous-optimal.Note de bas de page 34 Des expériences animales indiquent que le bore peut directement influer sur le métabolisme du calcium, du phosphore, du magnésium et du cholécalciférol.Note de bas de page 32 L'effet du bore sur le métabolisme des principaux minéraux et son rôle potentiel d'inhibiteur de l'ostéo-porose chez les humains ont été étudiés. Le bore a réduit l'excrétion urinaire de calcium chez douze femmes en phase post-ménopausique qui ont suivi un régime alimentaire pauvre en bore (0,25 mg/jour) pendant 119 jours, puis un régime avec apport complémentaire de 3,0 mg/jour pendant 48 jours; cette réduction a été plus prononcée lorsque le taux de magnésium dans l'alimentation était faible. L'apport complémentaire de bore a également accru les taux de b-estradiol dans le sérum ainsi que les taux de testostérone.Note de bas de page 35 Les composés du bore sont rapidement et complète-ment absorbés par le tube digestif,Note de bas de page 36 par les muqueuses, et également par la peau lorsque celle-ci est abrasée ou endommagée. Les concentrations de bore dans le foie, les reins, le cerveau et le sang des rats ont continuelle-ment augmenté pendant les neuf premiers jours de leur exposition à de l'eau potable contenant 100 ppm de borate de soude, et les concentrations maximales sont apparues dans les reins. Les taux étaient progressive-ment revenus à la normale dans les reins, dans le foie et dans le cerveau à la fin de la période de 21 jours, tandis que les concentrations sanguines ont continuellement augmenté jusqu'au 21e jour.Note de bas de page 37 Le bore ne s'accumule pas dans les tissus normaux, mais peut se concentrer dans les tumeurs malignes du cerveau.Note de bas de page 38 On a signalé les concentrations moyennes suivantes de bore dans les tissus humains (µg/g de poids humide) : reins, 0,6; poumons, 0,6; ganglions lymphatiques, 0,6; sang, 0,4; foie, 0,2; tissus musculaires, 0,1; testicules, 0,09; et cerveau, 0,06.Note de bas de page 39 Le bore est principalement éliminé de l'organisme par les reins; des quantités mineures sont excrétées avec les fèces, la sueur et la salive;Note de bas de page 40 il se retouve aussi dans le lait de vache.Note de bas de page 41 Environ la moitié du bore absorbé est éliminé dans les 24 heures suivant l'injection intra-veineuse de 562 à 611 mg d'acide borique dans l'organisme humain;Note de bas de page 40 on a rapporté un taux d'élimination de plus de 92 pour cent dans les 96 heures suivant l'ingestion de 750 mg d'acide borique dilué dans de l'eau ou l'administration d'une quantité maximale de 50 mg sous forme d'onguent émulsionné dans l'eau,Note de bas de page 42 chez des volontaires.
Chez les humains, on a signalé plusieurs cas d'intoxication aiguë liée à l'utilisation d'acide borique ou de borax, après l'ingestion ou l'injection parentérale de ces produits, après le lavage des cavités séreuses ou des lavements avec ces produits, et l'application de pansements, de poudres ou d'onguents contenant ces produits sur de vastes surfaces de peau brûlée ou abrasée.Note de bas de page 20 Les symptômes d'intoxication aiguë par le bore sont en particulier des nausées, des vomissements, la diarrhée, des irritations cutanées et une desquamation de l'épiderme, et des indices d'une stimulation du système nerveux central suivie de dépression.Note de bas de page 3 Dans les cas graves, la mort survient habituellement en cinq jours par collapsus cardio-vasculaire et choc.Note de bas de page 43 Selon les estimations, la dose létale aiguë d'acide borique varie de 15 à 20 g chez l'adulte, de 5 à 6 g chez le jeune enfant et de 1 à 3 g chez le nouveau-né.Note de bas de page 36Note de bas de page 44 Les enfants, les vieil-lards et les personnes souffrant de problèmes rénaux sont particulièrement vulnérables aux effets toxiques aigus du bore.
Krasovskii et al.Note de bas de page 45 ont réalisé une étude au cours de laquelle ils ont examiné le fonctionnement sexuel chez des individus de sexe masculin (les résultats étant fondés sur les réponses à un questionnaire) habitant des régions où les concentrations de bore dans le réseau d'approvi-sionnement en eau («0,015, 0,05 ou 0,3 mg/kg») sont variables. On a observé une tendance à une réduction de la fonction sexuelle chez des hommes consommant de l'eau caractérisée par une teneur en bore de «0,3 mg/kg». Cependant, on n'a pu évaluer la validité des résultats, étant donné l'absence d'information dans le compte-rendu de l'étude tel qu'il a été publié.
Dans des études menées par Weir et Fisher,Note de bas de page 46 des groupes de cinq jeunes beagles mâles et cinq jeunes beagles femelles ont été soumis à un régime alimentaire contenant du borax ou de l'acide borique à des concentrations de 17,5, 175 ou 1 750 ppm en équivalent de bore pendant une période de 90 jours. L'aspect, le comportement, l'élimination, le poids corporel et la consommation alimentaire étaient normaux chez les animaux pour tous les groupes de doses; il y a toutefois eu un décès dans le groupe le plus élevé. Il n'y a pas eu d'effets nocifs au taux de 175 ppm de bore (sous formes de borax ou d'acide borique), tandis qu'à des taux de 1 750 ppm de bore, l'acide borique et le borax ont tous deux causé une forte atrophie testiculaire chez les mâles.
Dans une étude distincte, quatre beagles mâles et quatre beagles femelles ont été exposés à des concentrations de bore de 0, 58, 117 et 350 ppm pendant deux ans, ou à des concentrations de 1 170 ppm pendant 38 semaines, le bore étant présent sous formes de borax ou d'acide borique. On n'a observé aucune différence du point de vue de l'aspect, du comportement, de l'appétit, de l'élimination, du poids corporel, de la consommation alimentaire, du poids des organes, ou des paramètres hématologiques et biochimiques, entre les animaux témoins et les chiens exposés soit au borax soit à l'acide borique à raison de 350 ppm de bore ou moins. Les seuls effets nocifs observés étaient des modifications testiculaires (arrêt de la spermatogenèse et atrophie de l'épithélium séminifère des tubules) chez des mâles exposés à la dose la plus élevée de l'un ou l'autre composé (1 170 ppm). On considère que la dose sans effet nocif observé (DSENO) se situe à 350 ppm de bore,Note de bas de page 46 ce qui est équivalent à 8,75 mg/kg p.c. par jour.Note de bas de page 1 Les mêmes chercheursNote de bas de page 46 ont réalisé une étude au cours de laquelle dix rats albinos mâles et dix rats albinos femelles (rats Sprague-Dawley) ont ingéré du borax ou de l'acide borique dans leur régime alimen-taire, aux taux de 52,5, 175, 525, 1 750 ou 5 250 ppm d'équivalent en bore pendant 90 jours. On n'a observé aucun effet nocif évident chez les rats ayant reçu 525 ppm ou moins, tandis que la croissance et le « degré d'assimilation alimentaire » ont diminué de façon significative aux deux doses supérieures. Cependant, l'atrophie partielle des testicules a été signalée chez quatre mâles ayant consommé 525 ppm de bore sous forme de borax et chez un rat ayant ingéré 525 ppm de bore sous forme d'acide borique. L'atrophie complète des testicules a été observée chez tous les mâles exposés à 1 750 ppm de bore sous formes de borax ou d'acide borique. Dans une étude additionnelle, 35 mâles et 35 femelles (rats Sprague-Dawley) à peine sevrés ont reçu des doses alimentaires de 117, 350 ou 1 170 ppm d'équivalent en bore pendant deux ans. Les animaux des groupes ayant reçu les deux doses inférieures semblaient avoir un aspect et un comportement normaux; on n'a observé chez eux aucune modification histologique. Des rats ayant ingéré 1 170 ppm avaient une fourrure à poils rudes, une queue écailleuse, se tenaient recroquevillés, montraient un gonflement et une desquamation des coussinets des pattes, des ongles d'orteils anormalement longs, des paupières infectées, un écoulement sanguinolent des yeux, et chez les mâles, un scrotum de taille réduite. On a observé une atrophie des testicules et de l'épithélium séminifère chez tous les mâles recevant 1 170 ppm à 6, 12 et 24 mois; on a également noté une diminution de la taille des tubes spermatiques. On considère que la dose sans effet nocif observé (DSENO) se situe à 350 ppm de boreNote de bas de page 46 (ce qui est équivalent à 17,5 mg/kg p.c. par jour).Note de bas de page 1 Dans une autre étude de portée plus limitée,Note de bas de page 47 des rats mâles Long-Evans à peine sevrés (quinze par groupe de dose) ont été exposés à des teneurs de 0, 150 ou 300 mg/L de bore sous forme de borax présent dans l'eau potable, et à un régime de base contenant 54 µg/g de bore pendant 70 jours. On a calculé dans cette étude que l'apport quotidien total de bore était de 23,7 et 47,4 mg/kg p.c. par jour pour les groupes soumis aux doses de 150 et 300 mg/L respectivement.Note de bas de page 1 La croissance était réduite de 7,8 pour cent dans le groupe ayant reçu 150 mg/L et de 19,8 pour cent chez celui ayant reçu 300 mg/L. Les rats qui ont consommé de l'eau contenant 300 mg/L de bore montraient de longs ongles d'orteil, une atrophie des bourses et un pelage rude. On a signalé une diminution significative du poids des testicules, des vésicules séminales, de la rate et du fémur droit chez le groupe exposé aux doses de 150 mg/L ou de 300 mg/L. Le nombre de rats produisant des spermatozoïdes dans le groupe exposé à la dose de 300 mg/L (trois sur quinze) était nettement inférieur comparativement au groupe exposé à la faible dose, ou aux groupes témoins (les nombres réels ne sont pas précisés). Les triglycérides plasmatiques, les pro-téines plasmatiques, l'hématocrite, et le pourcentage de graisses dans les os étaient tous inférieurs dans le groupe exposé à la dose élevée comparativement aux groupes témoins. La plus faible dose avec effet nocif observé (PFDENO) lors de cette étude est estimée à 150 mg/L (23,7 mg/kg p.c. par jour); cependant, il n'est pas possible de déterminer d'après le compte-rendu publié de l'étude si un examen histologique des tissus a été fait.
Dans une étude réalisée par Lee et al., des groupes de 18 rats mâles de Sprague-Dawley ont reçu des doses de 500, 1 000 ou 2 000 ppm de bore sous forme de borax présent dans leur alimentation, pendant 30 et 60 jours; les apports estimés chez les trois groupes étaient respectivement de 12,5, 25 et 50 mg/kg p.c. par jour.Note de bas de page 48 Dès le 30e jour, s'est manifestée une réduction du nombre des spermatocytes, des spermatides et des spermatozoïdes mûrs chez les deux groupes exposés aux deux doses supérieures. Dès le 60e jour, on a observé une aplasie germinale complète ou presque complète chez ces deux groupes; le poids des testicules et de l'épididyme a diminué de façon significative.

L'accumulation de bore dans les testicules a visiblement augmenté à la fois en fonction de la dose et de la durée d'exposition.

Dans une étude limitée au cours de laquelle 54 souris Swiss de la souche Charles River CD ont été exposées durant toute leur vie à de l'eau potable con-tenant 5 ppm de bore sous forme de métaborate de soude, on n'a observé aucun effet sur le gain pondéral, sur la fréquence des tumeurs (d'après un examen macroscopique des tumeurs après la mort) ou sur la longévité.Note de bas de page 49 Lors d'un dosage biologique de carcinogenèse réalisée sous les auspices du National Toxicology Program (NTP),Note de bas de page 50 des groupes de 50 souris B6C3F1 mâles et de 50 souris femelles de la même souche ont été soumises à un régime alimentaire contenant 2 500 ou 5 000 ppm d'acide borique pendant deux ans. La durée de vie s'est réduite dans les deux groupes de souris mâles traitées; il convient toutefois de noter que dans le groupe soumis à la dose supérieure, cinq mâles se sont accidentellement noyés. On a observé une diminution du gain pondéral liée à la dose administrée, à la fois chez les souris mâles et les souris femelles, et la fréquence de l'atrophie testiculaire et de l'hyperplasie des cellules interstitielles a augmenté chez les souris mâles du groupe exposé à la forte dose. On n'a signalé aucun accroissement de la fréquence des tumeurs qui soit associé au composé utilisé. On en a conclu que dans les conditions de cette étude, l'acide borique n'était pas cancérogène chez la souris. Il est toutefois possible que la sensibilité de cette étude ait été réduite par la moindre durée de vie des mâles soumis au traitement.
On a aussi évalué, dans le cadre du NTP,Note de bas de page 50 l'étude de Weir et FisherNote de bas de page 46 sur l'alimentation chronique de rats Sprague-Dawley. On en a conclu que cette étude fournissait suffisamment de données indiquant l'absence d'effet cancérogène de l'acide borique chez le rat. Dans un dosage biologique limité au cours duquel on a administré intravaginalement, deux fois par semaine pendant 50 semaines, une solution de 2 pour cent d'acide borique en suspension dans de la gomme adragante, on n'a trouvé aucun indice absolu d'un effet cancérogène dans les voies génitales de souris femelles.Note de bas de page 51 Lors d'une série d'épreuves de génotoxicité réalisées dans le cadre du NTP,Note de bas de page 50 l'acide borique ne s'est avéré mutagène ni dans les cellules procaryotiques ni dans les cellules eucaryotiques. Il n'a pas induit d'échanges de chromatides-soeurs ou d'aberrations chromosomiques dans des cellules ovariennes de hamsters chinois. On n'a trouvé aucun indice d'une activité mutagène du borax ou de l'acide borique lors d'épreuves de préincubation de Salmonella typhimurium.Note de bas de page 38
Lors d'une série d'études de l'accouplement concernant cinq rats de chaque groupe exposé à une dose différente, dans l'expérience réalisée par Lee et al.,Note de bas de page 48 la fréquence des grossesses, la dimension et l'aspect des portées étaient normaux dans le cas de femelles vierges non exposées accouplées à des rats mâles exposés à 500 ppm de bore. La fréquence des grossesses s'est réduite chez des rats femelles accouplées à des rats mâles exposés à des doses de 1 000 ppm ou de 2 000 ppm de bore pendant soit 30 soit 60 jours respectivement. Les mâles ayant reçu des doses de 1 000 et de 2 000 ppm étaient stériles; dans le groupe soumis à la dose de 1 000 ppm, la fertilité est revenue à la normale quatre semaines après la fin de l'exposition à cette dose, mais les mâles ayant reçu la dose de 2 000 ppm étaient encore stériles 32 semaines après la fin du traitement. La stérilité était apparemment attribuable à la déplétion des cellules germinales.
Weir et FisherNote de bas de page 46 ont réalisé une étude de la reproduction chez trois générations successives de rats Sprague-Dawley exposés à un régime alimentaire contenant du borax ou de l'acide borique, à des concentrations équivalentes à 117, 350 ou 1 170 ppm de bore. On n'a observé aucun effet nocif sur la reproduction aux concentrations de 117 ou de 350 ppm, tandis que tous les rats ayant reçu un apport de 1 170 ppm de bore étaient stériles.

Classification et évaluation

Étant donné qu'il n'y avait aucun indice de pouvoir cancérogène lors de deux dosages biologiques réalisés sur deux espèces (rats et souris),Note de bas de page 46Note de bas de page 50 on a classé le bore dans le groupe IVC--Substances probablement non cancérogènes pour l'homme. La valeur recommandée, uniquement basée sur des principes sanitaires, a été calculée d'après la division des DSENO ou de la PFDENO par un facteur d'incertitude.
Les données disponibles, fournies par plusieurs études sur des souris, des chiens et deux souches de ratsNote de bas de page 46-48Note de bas de page 50 indiquent que l'exposition au bore provoque une atrophie testiculaire et un arrêt de la spermatogenèse chez les mâles, se traduisant par la stérilité. La plus basse valeur enregistrée pour la dose sans effet nocif observé (DSENO) a été notée par Weir et Fisher chez des chiensNote de bas de page 46 qui après l'ingestion de 1 170 ppm de bore pendant 38 semaines ont présenté une dégénérescence testiculaire (chez des animaux exposés pendant deux ans, la DSENO était de 8,75 mg/kg p.c. par jour). Il est toutefois possible que l'apport quotidien total ait été plus élevé, puisque la concentration de bore dans le régime de base n'était pas précisée. Dans une étude de toxicité chronique,Note de bas de page 46 deux études de toxicité subchroni-queNote de bas de page 46Note de bas de page 48 et deux études de la reproductionNote de bas de page 46Note de bas de page 48 conduites sur des rats Sprague-Dawley, la dose sans effet nocif observé (DSENO) était semblable.
Dans l'étude au cours de laquelle on a administré par voie alimentaire du bore sous formes de borax et d'acide borique à l'animal de laboratoire pendant la majeure partie de son existence (c.-à-d. deux ans pour le rat), la DSENO concernant les effets testiculaires tait de 350 ppm (concentration considérée comme équivalente à 17,5 mg/kg p.c. par jour).Note de bas de page 46 Bien qu'il y ait eu une étude au cours de laquelle on a administré du bore à des rats Long-Evans dans un excipient plus approprié (par exemple dans de l'eau potable)Note de bas de page 47 la période d'exposition a été courte (70 jours) et aucune dose sans effet nocif observé (DSENO) n'a pu être déterminée. Il convient toutefois de noter que dans cette étude,Note de bas de page 47 la plus faible dose avec effet nocif observé (PFDENO) était légèrement plus élevée que la DSENO obtenue au cours de l'étude de deux ans menée chez le rat, ce qui indique que la courbe dose-réponse peut être en pente raide dans cet éventail de doses. Par conséquent, l'apport quotidien acceptable (AQA) est calculé comme suit :

où :

  • 17,5 mg/kg p.c. par jour est la dose sans effet nocif observé dans le cas de l'atrophie testiculaire et de l'arrêt de la spermatogenèse, obtenue au cours d'une étude de deux ans réalisée chez le ratNote de bas de page 46
  • 500 est le facteur d'incertitude (soit multiplié par 10 pour les variations intraspécifiques, multiplié par 10 pour les variations interspécifiques, et multiplié par 5 pour la raideur de la pente de la courbe dose-réponse).

D'après l'AQA indiqué ci-dessus, la valeur recommandée, uniquement basée sur des principes sanitaires, relativement à la concentration de bore dans l'eau potable est calculée comme suit :

où :

  • 0,035 mg/kg p.c. par jour est l'AQA, tel que calculé ci-dessus
  • 70 kg est le poids corporel moyen d'un adulte
  • 0,20 est la proportion de l'apport total quotidien de bore attribuée à l'eau potable (puisque les données disponibles ne permettent pas d'estimer cette proportion)
  • 1,5 L/jour est la consommation moyenne quotidienne d'eau potable d'un adulte.
Toutefois, un AQA basé sur la plus basse valeur signalée pour la DSENO concernant les effets testiculaires, soit 8,75 mg/kg p.c. par jour, obtenue lors d'une étude chez le chien réalisée par Weir et Fisher,Note de bas de page 46 (l'apport réel a peut-être été plus élevé, puisque le taux de bore dans le régime alimentaire de base n'a pas été précisé) est considéré comme plus convenable. Cette DSENO est approximativement deux fois plus élevée que celle signalée dans une étude menée pendant 90 jours chez le chien par les mêmes chercheurs. Cet état de chose pourrait cependant être attribuable principalement à la variation plutôt importante (par ex. décuplée) entre les doses lors de l'étude de plus courte durée. Ainsi, l'apport quotidien acceptable (AQA) est calculé comme suit :

où :

  • 8,75 mg/kg p.c. par jour est la DSENO en ce qui concerne l'atrophie testiculaire et la spermatogenèse, obtenue au cours d'une étude de deux ans effectuée chez le chienNote de bas de page 46
  • 500 est le facteur d'incertitude (soit multiplié par 10 pour les variations interspécifiques, multiplié par 10 pour les variations interspécifiques, multiplié par 5 pour les limitations de l'étude critique [c.-à-d. le nombre restreint d'animaux de laboratoire exposés pendant une faible proportion de leur existence]).

D'après l'AQA indiqué ci-dessus, la valeur recommandée, uniquement basée sur les principes sanitaires relativement au taux de bore dans l'eau potable, est calculée comme suit :

où :

  • 0,0175 mg/kg p.c. par jour est l'AQA, tel que calculé ci-dessus
  • 70 kg est le poids corporel moyen d'un adulte
  • 0,20 est la proportion de l'apport total quotidien de bore attribuée à l'eau potable (puisque l'on ne dispose pas de suffisammment de données pour estimer cette proportion)
  • 1,5 L/jour est la consommation moyenne quotidienne d'eau potable d'un adulte.

Par conséquent, les valeurs calculées d'après des études effectuées pendant deux ans chez le rat et le chien sont semblables. Cependant, pour établir la concentration maximale acceptable, on tient également compte des techniques de traitement et des méthodes d'analyse. Puisque les techniques de traitement applicables actuellement au Canada ne permettent pas de réduire les concentrations de bore au-dessous de 5 mg/L, une concentration maximale acceptable (CMA) de 5 mg/L est établie pour le bore dans l'eau potable.

Références bibliographiques

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :