Page 4 : Recommandations au sujet de la qualité des eaux utilisées à des fins récréatives au Canada – Troisième édition

Sommaire

Les Recommandations au sujet de la qualité des eaux utilisées à des fins récréatives au Canada ont pour objectif premier la protection de la santé et de la sécurité publiques. Le présent document examine les facteurs qui peuvent compromettre la salubrité de ces eaux sur le plan de la santé humaine. Son objectif est de guider les décisions des autorités provinciales et locales responsables de la gestion des eaux récréatives.

La qualité des eaux récréatives relève généralement des provinces et des territoires, la responsabilité de leur gestion sécuritaire pouvant être partagée entre ces mêmes autorités, les exploitants de plages et les fournisseurs de services. La répartition des responsabilités (p. ex. la surveillance et la communication des résultats) peut varier en fonction des politiques provinciales ou territoriales en place. Les eaux récréatives sont des étendues naturelles d'eau douce, salée ou estuarienne utilisées pour les loisirs. Il peut s'agir de lacs, de rivières et de fleuves, ou de constructions humaines telles que des carrières ou des lacs artificiels remplis d'eau naturelle non traitée. Les infections transmises par les microorganismes pathogènes constituent le principal risque pour la santé dans les eaux récréatives. Parmi les autres risques, figurent les maladies ou les blessures liées aux propriétés physiques et chimiques de l'eau.

Les Recommandations au sujet de la qualité des eaux utilisées à des fins récréatives au Canada prennent en considération les risques pour la santé humaine associés aux activités récréatives : activités de contact primaire, telles que la baignade (qui inclut, aux fins de ce document, la nage et la marche dans l'eau), la planche à voile et le ski nautique, et activités de contact secondaire telles que le canotage ou la pêche, effectuées dans des eaux naturelles, par immersion intentionnelle ou non. Elles établissent des valeurs de recommandations pour certains paramètres utilisés pour évaluer la qualité des eaux récréatives, comme les indicateurs bactériologiques de contamination fécale, les cyanobactéries et leurs toxines, et des objectifs d'ordre physique et esthétique. Le présent document donne également un aperçu d'une approche de gestion du risque visant à assurer la salubrité des eaux récréatives, tout en décrivant l'état actuel des connaissances scientifiques concernant les dangers liés à la qualité de l'eau que pourraient présenter les eaux naturelles à vocation récréative. Il traite des microorganismes pathogènes préoccupants, de l'échantillonnage et de l'analyse de l'eau, et de questions récentes comme la contamination fécale du sable sur les plages et le dépistage des sources de pollution fécale.

Gestion des eaux récréatives

La protection et la gestion sécuritaire des eaux récréatives exigent la collaboration de tous les intervenants. La meilleure approche à cet égard est fondée sur une stratégie de gestion préventive des risques, axée sur l'identification et la maîtrise des dangers liés à la qualité de l'eau et des risques qui leur sont associés, et ce, avant que les usagers n'aient pu être exposés. Comme pour l'eau potable, l'approche à barrières multiples assure une gestion préventive grâce à un système intégré de procédures, de mesures et d'outils qui, collectivement, réduisent le risque d'exposition humaine aux dangers liés à la qualité des eaux à vocation récréative. Les résultats des activités de surveillance et l'application des valeurs de recommandations permettent de vérifier ou de confirmer l'efficacité de ces procédures, mesures et outils. Le succès de cette approche repose principalement sur la mise en place de barrières multiples afin de protéger les bassins versants.

Les dangers potentiels ou les scénarios de risque liés à la qualité de l'eau susceptibles d'avoir une incidence sur la zone des eaux récréatives doivent être recensés par le biais d'une enquête relative à la sécurité et à l'hygiène du milieu. Les résultats de cette enquête sont ensuite utilisés afin de déterminer les procédures ou les mesures appropriées à mettre en place pour réduire les risques de contamination. Il peut s'agir soit de mesures concrètes, comme le nettoyage et l'entretien des plages, soit de procédés et d'outils visant à améliorer l'efficacité du programme de gestion des eaux récréatives, comme la surveillance, les recommandations et les normes, ainsi que les stratégies de sensibilisation et de communication.

Valeurs de recommandations et renseignements techniques

L'établissement de valeurs de recommandations pour divers paramètres de la qualité de l'eau constitue une composante importante de l'approche globale de gestion du risque visant à assurer la salubrité des eaux récréatives. Ces valeurs doivent être utilisées conjointement avec la documentation technique appropriée qui se rapporte à ces paramètres. Les valeurs établies pour les paramètres de la qualité de l'eau sont indiquées au tableau 1. Les paramètres et les dangers liés à la qualité de l'eau pour lesquels une recommandation n'a pu être établie sont également indiqués.

Tableau 1. Recommandations au sujet de la qualité des eaux utilisées à des fins récréatives au Canada : tableau sommaire
Recommandations
Paramètre Considérations Recommandation
Escherichia coli
(Activités récréatives de contact primaire)Note de bas de page *
Moyenne géométrique (d'au moins 5 échantillons) ≤ 200 E. coli/100 mL
Concentration maximale dans un seul échantillon ≤ 400 E. coli/100 mL
Entérocoques
(Activités récréatives de contact primaire)Note de bas de page *
Moyenne géométrique (d'au moins 5 échantillons) ≤ 35 entérocoques/100 mL
Concentration maximale dans un seul échantillon ≤ 70 entérocoques/100 mL
Microorganismes pathogènes (bactéries, virus, protozoaires) Analyse requise uniquement lorsque les données épidémiologiques ou autres le justifient Aucune valeur numérique recommandée
Cyanobactéries Nombre total de cyanobactéries ≤ 100 000 cellules/mL
Cyanotoxines Nombre total de microcystines ≤ 20 µg/L
Autres dangers biologiques (p.ex. : des schistosomes pouvant entraîner une dermatite du baigneur ou des plantes vasculaires aquatiques et des algues) Les activités récréatives ne devraient pas être pratiquées dans des eaux où les autorités responsables estiment que la présence d'organismes représente un risque pour la santé et la sécurité des usagers Aucune valeur numérique recommandée
pH Pour les eaux utilisées pour des activités récréatives de contact primaire 5,0 à 9,0
Température Ne doit pas entraîner une hausse ou une baisse sensible de la température corporelle des baigneurs Aucune valeur numérique recommandée
Dangers chimiques Les risques associés aux dangers chimiques dépendent des conditions propres au secteur considéré et devront être évalués au cas par cas Aucune valeur numérique recommandée
Objectifs esthétiques
Paramètre Considérations Objectif esthétique
Turbidité Doit être propice à la plupart des usages récréatifs 50 uTN
Limpidité L'eau doit être suffisamment limpide pour que les usagers puissent estimer la profondeur et apercevoir les dangers sous l'eau Disque de Secchi visible à une profondeur de 1,2 m
Couleur Ne doit pas être intense au point de réduire la visibilité dans les eaux de baignade Aucune valeur numérique recommandée
Huiles et graisses Ne doivent pas être présentes en concentrations telles qu'elles forment un film visible ou des reflets, colorent la surface ou dégagent une odeur, et forment des dépôts sur les rives ou le fond qui sont visibles ou décelables à l'odeur Aucune valeur numérique recommandée
Déchets Les eaux doivent être exemptes de débris flottants et de matières en suspension qui forment des dépôts indésirables Aucune valeur numérique recommandée

Indicateurs de contamination fécale - activités récréatives de contact primaire

E. coli est le meilleur indicateur de contamination fécale dans les eaux douces utilisées à des fins récréatives, et les entérocoques sont les meilleurs indicateurs de contamination fécale dans les eaux marines utilisées à des fins récréatives. Les valeurs de recommandations pour ces deux indicateurs sont fondées sur l'analyse des données épidémiologiques reliant leurs concentrations à l'incidence, chez les baigneurs, de maladies gastro-intestinales associées à la baignade. Elles sont le résultat de décisions de gestion du risque fondées sur l'évaluation des risques sanitaires chez les personnes qui participent à des activités aquatiques récréatives et prennent en considération les avantages importants que procurent ces dernières, tant sur le plan de la santé que de la détente. Il est en outre recommandé que les zones d'eaux récréatives régulièrement utilisées pour des activités récréatives de contact primaire fassent l'objet au minimum d'un contrôle hebdomadaire, et que les contrôles soient encore plus nombreux dans le cas des plages très fréquentées ou qui sont connues pour accueillir simultanément de nombreux utilisateurs. Par ailleurs, il peut arriver dans certains cas qu'une réduction de la fréquence des échantillonnages soit justifiée.

Conseils concernant les eaux destinées aux activités de contact secondaire

Compte tenu de l'intérêt croissant des autorités pour une distinction entre activités de contact primaire et activités de contact secondaire, il a été décidé d'inclure, à partir de la présente édition des Recommandations, des conseils concernant les activités de contact secondaire et la concentration d'indicateurs de contamination fécale. On ne dispose pas de données épidémiologiques suffisantes permettant de calculer des valeurs limites précises des indicateurs de contamination fécale fondées sur des critères sanitaires et ayant pour objectif de protéger les usagers participant à des activités récréatives de contact secondaire d'une exposition à une contamination fécale. Une activité de contact secondaire est une activité au cours de laquelle seuls les membres sont régulièrement mouillés et où le contact d'une plus grande partie du corps avec l'eau (y compris l'ingestion d'eau) est inhabituel. Il est clair que, à l'occasion de la majorité des activités récréatives de contact secondaire, et en raison d'un niveau prévu d'exposition à l'eau la plupart du temps plus faible, il pourrait y avoir certaines eaux pour lesquelles une désignation d'utilisation pour des activités de contact secondaire, accompagnée de valeurs distinctes de qualité de l'eau, serait souhaitable et considérée comme acceptable par les exploitants et les autorités réglementaires. On pourrait conseiller, comme première approche en vue de définir des valeurs limites des indicateurs de contamination fécale pour des activités de contact secondaire, d'appliquer un facteur 5 à la moyenne géométrique des concentrations des indicateurs de matières fécales utilisée pour protéger les usagers pratiquant des activités récréatives de contact primaire. Ces valeurs représentent une décision de gestion des risques s'appuyant sur l'évaluation des scénarios d'exposition attendus et des risques sanitaires potentiels pour les usagers des eaux récréatives, et constituent une approche raisonnable et tolérable de la protection des utilisateurs participant à une activité volontaire.

Autres organismes indicateurs possibles

Les organismes le plus souvent considérés comme indicateurs potentiels de la qualité des eaux récréatives sont les Bacteroides spp., le Clostridium perfringens, les coliphages à ARN-F+ et les bactériophages infectant le Bacteroides fragilis. Pour l'instant, aucun de ces organismes ne satisfait à un nombre suffisant d'exigences pour servir couramment d'indicateur de la qualité des eaux récréatives. Il serait plus approprié de les utiliser comme indicateurs de pathogènes ou de contamination fécale. Des progrès dans les méthodes de détection et de numération pourraient permettre de mieux comprendre ces organismes et leurs rôles éventuels dans les futurs programmes de surveillance des eaux récréatives.

Autres organismes indicateurs possibles

Les organismes le plus souvent considérés comme indicateurs potentiels de la qualité des eaux récréatives sont les Bacteroides spp., le Clostridium perfringens, les coliphages à ARN-F+ et les bactériophages infectant le Bacteroides fragilis. Pour l'instant, aucun de ces organismes ne satisfait à un nombre suffisant d'exigences pour servir couramment d'indicateur de la qualité des eaux récréatives. Il serait plus approprié de les utiliser comme indicateurs de pathogènes ou de contamination fécale. Des progrès dans les méthodes de détection et de numération pourraient permettre de mieux comprendre ces organismes et leurs rôles éventuels dans les futurs programmes de surveillance des eaux récréatives.

Microorganismes pathogènes (bactéries, virus, protozoaires)

La détection des microorganismes pathogènes dans les eaux récréatives présente actuellement des défis trop grands pour qu'il soit possible de recommander qu'elle fasse partie d'un programme de surveillance régulier. Des circonstances spéciales, comme des enquêtes relatives aux éclosions de maladies d'origine hydrique, pourraient cependant entraîner un besoin de surveillance. Les indicateurs fécaux comme E. coli et les entérocoques sont les meilleurs indicateurs disponibles pour détecter la présence de microorganismes entériques pathogènes. Toutefois, l'absence des indicateurs fécaux recommandés ne signifie pas nécessairement qu'il n'y a pas de microorganismes pathogènes.

Autres dangers biologiques

Dans les zones récréatives où d'autres dangers biologiques présentent un risque pour la santé et la sécurité des usagers, il est déconseillé de pratiquer des activités aquatiques. Parmi ces dangers, mentionnons la présence d'organismes responsables de la dermatite du baigneur et les fortes densités de plantes aquatiques.

Caractéristiques physiques, chimiques et esthétiques

Les caractéristiques physiques, chimiques et esthétiques de l'eau peuvent avoir un impact sur la pratique d'activités aquatiques dans les zones à vocation récréative. Les eaux récréatives doivent présenter une bonne qualité esthétique et être exemptes de substances qui compromettent leur appréciation esthétique. Les propriétés esthétiques de l'eau peuvent également avoir une incidence sur la santé et la sécurité des usagers des eaux récréatives, notamment lorsque la visibilité est considérablement réduite.

Aucune recommandation n'a été établie pour des substances chimiques spécifiques dans les eaux récréatives. En général, les risques potentiels liés à une exposition à des substances chimiques seront propres à un site et beaucoup plus faibles que les risques microbiologiques. Il est important que les exploitants de plages et les fournisseurs de services disposent d'un mécanisme pour s'assurer que les dangers chimiques potentiels sont connus et que des mesures adéquates sont prises.

Contamination fécale du sable des plages

Le sable des plages peut constituer une importante source diffuse de contamination fécale des eaux récréatives. Il peut fournir un milieu propice aux microorganismes d'origine fécale en leur permettant de survivre plus longtemps que dans les eaux adjacentes. Des facteurs physiques tels que les ondes de tempête, les marées et une forte densité de baigneurs peuvent entraîner le transfert, dans les eaux de baignade, des microorganismes fécaux contenus dans le sable et les sédiments des zones riveraine et intertidale.

Des recherches plus poussées sont nécessaires pour établir des relations entre les bactéries fécales indicatrices et la présence possible de pathogènes fécaux dans le sable des plages, et pour déterminer les répercussions potentielles sur la santé humaine. Les barrières qui, collectivement, réduisent le risque d'exposition des personnes qui fréquentent les plages pourraient comprendre des campagnes de sensibilisation, de meilleures pratiques d'hygiène sur les plages, des méthodes de nettoyage appropriées du sable et des mesures conçues pour éloigner les animaux (oiseaux et autres espèces sauvages) des plages.

Dépistage des sources de pollution fécale

Le dépistage des sources de pollution fécale est un nouveau champ qui s'intéresse à la compréhension des sources particulières de contamination fécale ayant des impacts sur une zone donnée. De nombreux outils de dépistage des sources chimiques et microbiologiques ont été décrits. Il est impératif de bien cerner le problème de contamination fécale avant d'envisager d'entreprendre une étude de dépistage des sources de pollution fécale.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :