Enquête sur la poussière domestique au Canada

Santé Canada a récemment terminé l'Enquête sur la poussière domestique au Canada, une étude qui représente statistiquement le niveau de base national des concentrations de plomb présentes dans la poussière prélevée dans des maisons en milieu urbain.

L'échantillonnage pour cette enquête s'est déroulé au cours des années 2007 à 2010 et incluait des prélèvements d'échantillons par aspiration ainsi que des prélèvements de poussière par frottis. Les résultats sont publiés dans le Journal of Environmental Science and Technology (Version PDF - 2650 ko - disponible en anglais seulement).

Ces résultats nous donnent une meilleure compréhension des concentrations typiques de plomb auxquelles les Canadiens peuvent être exposés dans leur résidence. Santé Canada n'a pas encore fixé de niveaux de référence pour le plomb dans la poussière domestique; les mesures sont donc un important point de départ pour les futures activités de recherche et de gestion des risques liés à l'exposition au plomb dans les environnements intérieurs.

Au Canada, l'exposition au plomb a beaucoup diminué depuis le début des années 70, surtout en raison de l'élimination progressive de l'essence au plomb et des peintures à base de plomb et de la quasi-élimination des produits de soudure à base de plomb dans les conserves d'aliments.

Résultats de l'échantillonnage par aspiration

Les résultats obtenus selon la technique d'échantillonnage par aspiration ont révélé que la poussière des 1025 maisons échantillonnées contenait du plomb, à des concentrations allant de 8 à 3916 parties par million (ppm). Dans 90 % des résidences canadiennes en milieu urbain, les concentrations de plomb dans la poussière atteignent de 8 à 250 ppm (la catégorie « concentrations de fond urbaines»). Les concentrations élevées ont avant tout été constatées dans les résidences plus anciennes des vieux quartiers (ce qui est principalement dû à la teneur en plomb des peintures utilisées autrefois).

De toutes les résidences se trouvant dans la catégorie « concentrations de fond urbaines », 33 % ont été construites avant 1960. Ces résultats indiquent que de nombreux propriétaires de maisons anciennes rénovent de façon efficace leurs demeures pour enlever la peinture à base de plomb et éliminer d'autres sources d'exposition. Par ailleurs, 10 % des résidences dont la concentration est supérieure à 250 ppm ont été construites après 1980, ce qui permet de conclure que le plomb n'est pas seulement trouvé dans les résidences plus anciennes.

Résultats de l'échantillonnage par frottis

Une grande proportion des échantillons prélevés par frottis dans les maisons en milieu urbain au Canada ne contenaient aucun plomb. Cependant, la méthode par frottis a fourni des renseignements utiles au sujet des différences quant au plomb mesuré dans les diverses pièces d'une même maison. Ces différences sont expliquées par les activités effectuées dans chaque pièce.

Dans la majorité des résidences, les concentrations de plomb les plus élevées ont été détectées dans le vestibule principal, probablement en raison des traces de saleté provenant de sources extérieures. Dans certaines résidences (moins de 5 %), les lingettes ayant les concentrations les plus élevées ont été mesurées dans les pièces intérieures, comme les chambres, ce qui indique que des sources intérieures contribuent aussi aux niveaux de plomb détectés dans les maisons. Seulement 1 % des échantillons par frottis présentaient des concentrations supérieures aux concentrations maximales de plomb dans la poussière de plancher énoncées dans le règlement de l'Environmental Protection Agency des États-Unis, soit 40 microgrammes par pied carré ou 431 microgrammes par mètre carré.

Renseignements supplémentaires sur l'Enquête sur la poussière domestique au Canada

Les résultats détaillés de l'Enquête sur la poussière domestique au Canada sont fournis dans les articles de revues scientifiques suivants :

Rasmussen, P.E., Beauchemin, S., Chénier, M., Levesque, C., MacLean, L.C.W., Marro, L., Jones-Otazo, H., Petrovic, S., McDonald, L.T., Gardner, H.D. (2011) Canadian House Dust Study: Lead Bioaccessibility and Speciation. Environmental Science and Technology, doi: 10.1021/es104056m.

MacLean, L.C.W, Beauchemin, S., and Rasmussen, P.E. (2011) Lead speciation in house dust from Canadian urban homes using EXAFS, micro-XRF and micro-XRD. Submitted to Environmental Science and Technology , doi: 10.1021/es2001503.

McDonald, L.T., Rasmussen, P.E., Chénier, M., Levesque, C. (2010) Wipe Sampling Methodologies To Assess Exposure To Lead And Cadmium In Urban Canadian Homes. In Proceedings of 25th Annual International Conference on Soils, Sediments, Water and Energy, University of Massachusetts, Amherst, USA, October 19-22, 2009, Vol. 15 (Article 6).

McDonald, LT, Rasmussen, PE, Chénier, M., and Levesque, C. (2011). Extending Wipe Sampling Methodologies to Elements Other Than Lead. Journal of Environmental Monitoring, 13, 377-383.

Pour en apprendre davantage sur le plomb, cliquez sur les liens suivants :

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :