Allocution de l’administratrice en chef de la santé publique, le 4 février 2022

Discours

Le 4 février | Ottawa (Ontario) | Agence de la santé publique du Canada

La pandémie de la COVID-19 continue de provoquer du stress et de causer de l'anxiété à de nombreux Canadiens, particulièrement à ceux qui n'ont pas accès à leur réseau de soutien habituel. Le portail en ligne Espace mieux-être Canada offre aux personnes de tous âges partout au pays un accès immédiat à du soutien en matière de santé mentale et de toxicomanie sans frais et de façon confidentielle. Ces services sont accessibles 24 heures sur 24, sept jours sur sept. L'application Mieux-être, qui sert de complément gratuit au portail en ligne EMC, constitue un moyen supplémentaire pour les Canadiens d'obtenir des ressources en ligne liées à la santé mentale et à la consommation de substances, et d'évaluer, puis de faire le suivi des aspects de leur bien-être mental.

Cet hiver, un nombre sans précédent de personnes au Canada ont été infectées par le variant Omicron hautement contagieux. Bien qu'il diminue, le nombre de nouveau cas quotidien, qui s'élève en moyenne à plus de 10 000, et les autres indicateurs d'activité liée à la COVID-19, y compris la positivité des tests, le Rt (ou taux de reproduction réel) et les tendances de la surveillance des eaux usées, montrent la persistance d'une activité généralisée à l'échelle du pays.

À l'heure actuelle, les tendances des maladies graves sont fortes ou encore en hausse dans de nombreuses régions du pays. En date du 2 février, plus de 10 000 personnes atteintes de la COVID-19 étaient traitées en moyenne chaque jour dans nos hôpitaux, y compris plus de 1 100 aux soins intensifs, et plus de 140 décès ont été signalés quotidiennement.

Au moment où nous continuons de prendre des mesures pour atténuer l'effet de la COVID-19 et protéger notre système de santé mis à rude épreuve, les experts en apprennent un peu plus chaque jour sur l'efficacité réelle des vaccins contre la COVID-19. En même temps, nous nous rapprochons plus que jamais d'un accès à un nombre accru de traitements améliorés. Ces avancements permettront d'alléger le fardeau que bon nombre d'entre nous traînent en raison de notre isolement et des durs sacrifices que nous consentons depuis longtemps.

Depuis le début des programmes de vaccination contre la COVID-19, le Comité consultatif national de l'immunisation du Canada (ou CCNI) et les autorités de santé publique de partout au pays continuent de traiter les données sur l'innocuité et l'efficacité réelle des vaccins.

Selon les données les plus récentes, bien que deux doses de vaccins contre la COVID-19 offrent une protection raisonnablement bonne contre les formes graves de la maladie, recevoir une dose de rappel d'un vaccin à ARNm offre une protection accrue, ce qui permet d'éviter l'augmentation des hospitalisations et des décès. En général, les données montrent que la protection contre les hospitalisations s'élève à plus de 90 % avec une dose de rappel d'un vaccin à ARNm, ce qui représente une efficacité de 15 % à 40 % plus élevée que les deux doses seulement.

Garder une vaccination à jour contre la COVID-19 comporte de nombreux avantages pour tous les groupes d'âge admissibles. Le degré de protection va de protection minimale et de plus courte durée contre l'infection, en passant par une baisse assez importante de la maladie symptomatique à une haute protection contre les conséquences graves.

Compte tenu de l'infection confirmée ou manifeste d'un nombre très élevé de Canadiens pendant la montée d'Omicron en particulier, il est également important de souligner que les personnes qui ont été infectées par la COVID-19 ont également tout intérêt à recevoir leur première dose de vaccin contre la COVID-19 ou à terminer leur série vaccinale. Par conséquent, maintenant et à l'avenir, pour avoir la meilleure protection possible contre la maladie grave, les autorités de santé publique continuent de recommander fortement à toutes les personnes admissibles, y compris les personnes qui ont eu la COVID-19, de garder leur vaccination contre la COVID-19 à jour.

Aujourd'hui, le Comité consultatif national de l'immunisation a mis à jour ses recommandations sur l'intervalle suggéré en ce qui concerne l'administration de doses de rappel aux personnes qui ont déjà été infectées. En particulier, le Comité consultatif national de l'immunisation recommande qu'une dose de rappel d'un vaccin à ARNm soit administrée au moins six mois après la dose précédente ou trois mois après l'infection, selon la plus longue des deux éventualités.

Cependant, comme aucun vaccin n'est efficace à cent pour cent, il est important que chacun continue de suivre les mesures de prévention individuelle – comme porter un masque de bonne qualité et bien ajusté, éviter les endroits bondés et améliorer la ventilation intérieure.

Pour les nombreuses avancées durement obtenues qui n'auraient pas été possibles sans les efforts collectifs d'innombrables Canadiens, je vous dis merci.

Consultez mon document d'information pour obtenir des renseignements et des ressources sur la COVID-19, y compris de l'information sur les vaccins et les moyens de réduire vos risques d'infection et de propagation du virus à d'autres personnes.

Coordonnées

Relations avec les médias
Agence de la santé publique du Canada
613-957-2983
media@hc-sc.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :