Avis de santé publique : Éclosion d'infections à Vibrio parahaemolyticus associée à des mollusques et à des crustacés

14 octobre 2020 - Premier avis

Sur cette page

Pourquoi tenir compte du présent avis

L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) collabore avec des partenaires provinciaux et territoriaux de la santé publique et de la salubrité des aliments pour faire enquête sur une éclosion d'infections à Vibrio parahaemolyticus survenant dans quatre provinces.

D'après les constatations découlant de l'enquête sur l'éclosion menée jusqu'à présent, il a été déterminé que la source probable de l'éclosion est une exposition à des mollusques et crustacés. La majorité des cas sont liés à la consommation de mollusques, principalement d'huîtres crues, récoltées dans les eaux côtières des Maritimes. De plus amples renseignements sont nécessaires pour établir la source d'approvisionnement et la distribution de ces huîtres. L'ASPC continue d'être avisée de cas de maladie et l'enquête sur l'éclosion se poursuit.

Cette éclosion est un rappel que la consommation de mollusques et crustacés crus ou insuffisamment cuits, surtout les huîtres, peut rendre malade. Pour éviter tout risque de maladie, faire cuire les mollusques complètement jusqu'à ce qu'ils atteignent une température sécuritaire de cuisson interne de 74 °C (165 °F) avant de les consommer ou de les servir. Le présent avis offre de plus amples conseils pour éviter d'être malade.

Le présent avis de santé publique sera mis à jour au fur et à mesure de son évolution.

Qu'est-ce que Vibrio

Les vibrions (bactéries Vibrio) sont naturellement présents dans les eaux côtières, où de fortes concentrations peuvent être observées lors des périodes d'augmentation de la température de l'eau. La plupart des personnes sont exposées à des vibrions lorsqu'elles mangent des mollusques crus ou partiellement cuits, surtout des huîtres.

Résumé de l'enquête

Au 14 octobre 2020, 21 cas confirmés de Vibrio parahaemolyticus liés à cette éclosion ont été recensés dans les provinces suivantes : Saskatchewan (1), Québec (7), Nouveau-Brunswick (10) et Île-du-Prince-Édouard (3). Les personnes sont tombées malades entre le début juillet et la mi-septembre 2020. Une personne a été hospitalisée. Aucun décès n'a été signalé. Les personnes qui sont tombées malades sont âgées de 11 à 92 ans. La majorité des cas (63 %) sont des hommes.

Il est possible que des cas plus récents soient signalés dans le contexte de l'éclosion vu qu'il existe un délai entre le moment où une personne tombe malade et le moment où son cas est signalé aux responsables de la santé publique. Les cas de la présente éclosion ont été signalés sur une période de neuf à douze semaines.

Personnes le plus à risque

Les femmes enceintes, les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les personnes vivant avec une maladie du foie ou une hypoacidité gastrique, les jeunes enfants et les aînés ont un risque accru de complications. Ces personnes ne doivent pas consommer de mollusques et crustacés crus ou insuffisamment cuits.

La plupart des personnes atteintes se rétablissent complètement en une semaine. Une personne peut être infectée avec Vibrio sans être malade ni avoir de symptômes, mais peut quand même transmettre l'infection. Les personnes peuvent également transmettre la bactérie par des selles infectées.

Ce que vous pouvez faire pour protéger votre santé

Il est difficile de savoir si des mollusques et des crustacés sont contaminés par des vibrions parce que ces bactéries n'altèrent pas l'apparence, l'odeur et le goût des produits. Les conseils de prévention qui suivent peuvent contribuer à réduire le risque d'infection, mais ne permettent pas d'éliminer complètement ce risque.

Symptômes

Les personnes infectées par des vibrions peuvent avoir divers symptômes. Certaines ne sont pas malades du tout, tandis que d'autres croient avoir une mauvaise grippe intestinale. Peu de gens sont gravement malades.

Chez la plupart des personnes atteintes, un ou plusieurs des symptômes suivants apparaissent de 12 à 24 heures après l'infection par la bactérie :

La maladie peut durer jusqu'à trois jours, et les cas graves sont rares. Les malades devraient boire beaucoup pour compenser la déshydratation causée par la diarrhée. Les personnes qui ont des symptômes ou des problèmes médicaux sous-jacents devraient communiquer avec un professionnel de la santé si elles soupçonnent qu'elles ont contracté la bactérie Vibrio.

Ce que fait le gouvernement du Canada

Le gouvernement du Canada est déterminé à protéger la population canadienne contre les éclosions de maladies entériques.

Lors d'une éclosion, l'Agence de la santé publique du Canada dirige l'enquête sur la santé humaine et communique régulièrement avec ses partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux pour surveiller la situation et participer à l'intervention contre l'éclosion.

Santé Canada effectue des évaluations visant à déterminer si la présence d'une substance ou d'un micro-organisme dans les aliments présente un risque pour la santé des consommateurs.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments mène des enquêtes sur la salubrité des aliments afin d'isoler la source possible d'une éclosion. De plus, elle surveille les biotoxines présentes dans les mollusques dans les secteurs de récolte et est responsable de la certification et de l'inspection des établissements de transformation de poisson, de mollusques et de crustacés.

Pêches et Océans Canada s'occupe de l'ouverture et de la fermeture des secteurs coquilliers ainsi que du respect des fermetures en vertu de la Loi sur les pêches et du Règlement sur la gestion de la pêche du poisson contaminé.

Le gouvernement du Canada continuera d'informer la population canadienne de tout fait nouveau concernant l'enquête.

Renseignements épidémiologiques

La figure 1 montre une courbe épidémiologique pour cette éclosion, qui illustre le nombre de cas par mois. Les enquêteurs sur les éclosions utilisent ces renseignements pour montrer quand les cas ont commencé, quand ils ont atteint un sommet et quand leur nombre a diminué. Il peut s'écouler plusieurs semaines entre le moment où une personne tombe malade et le moment où la maladie est signalée et où des tests confirment l'existence d'un lien avec l'éclosion. On dispose de données sur 20 cas.

Tableau 1 — Nombre de cas confirmés d’infection à Vibrio parahaemolyticus selon la semaine d’apparition des symptômes ou de prélèvement des échantillons
fig1-eng
Figure 1 - Équivalent textuel
Tableau 1 — Nombre de cas confirmés d’infection à Vibrio parahaemolyticus selon la semaine d’apparition des symptômes ou de prélèvement des échantillons
Semaine d'apparition des symptômes ou de prélèvement des échantillons Nombre de cas
2020-06-28 1
2020-07-05 0
2020-07-12 0
2020-07-19 0
2020-07-26 1
2020-08-02 2
2020-08-09 2
2020-08-16 3
2020-08-23 4
2020-08-30 2
2020-09-06 4
2020-09-13 1

Renseignements supplémentaires

Renseignements aux médias

Agence de la santé publique du Canada
Relations avec les médias
613-957-2983

Renseignements au public

Numéro sans frais : 1-866-225-0709
Courriel : info@hc-sc.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :