Tétanos

Professionnels de la santé

Qu'est-ce que les professionnels de la santé doivent savoir sur le tétanos?

Le tétanos est une maladie évitable par la vaccination qui est causée par une neurotoxine produite par la bactérie anaérobie Clostridium tetani. Les bactéries du tétanos se trouvent sous forme de spores dans le sol, la poussière, le fumier et peuvent aussi être présentes dans les intestins des animaux et des humains. Les cas de tétanos apparaissent lorsque des spores du tétanos provenant de l'environnement pénètrent dans une plaie et se développent anaérobiquement au site de la blessure. Les cas de tétanos seraient causés par :

  • des lacérations (plus fréquent),
  • l'usage de drogues injectables,
  • les morsures d'animaux.

Dans de rares cas, le tétanos aurait été contracté après une chirurgie intestinale, ou après l'aspiration de terre et d'excréments. Le tétanos des nouveau-nés (qui apparait durant le premier mois de vie) est associé à des conditions non stériles lors de l'accouchement ou peu de temps après.

La maladie sévit dans le monde entier mais est rare au Canada. Il s'agit d'une maladie souvent mortelle qui touche tous les groupes d'âge. Une personne infectée par le bacille tétanique présente habituellement des contractions musculaires douloureuses qui commencent au niveau du cou (avec constriction intense des mâchoires) pour ensuite atteindre les muscles du torse.

Il n'existe aucun remède au tétanos. Le traitement consiste à soigner les plaies, à prendre des médicaments pour soulager les symptômes, et à recevoir des soins de soutien. Cependant, le tétanos peut être évité par la vaccination, et apparaît rarement chez les personnes vaccinées, et le cas échéant, il est habituellement léger. Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) recommande la vaccination systématique des enfants contre le tétanos.

Agent de la maladie

Le tétanos (trismus) est causé par une neurotoxine produite par la bactérie du tétanos Clostridium tetani.

Réservoir

Les spores de C. tetani sont très répandues dans le sol à l'échelle mondiale, et ont également été détectées dans les intestins des animaux et des humains.

Spectre de la maladie clinique

Photo de manifestations cliniques du tétanos

Photo de manifestations cliniques du tétanos
Enfant atteint de spasmes musculaires en raison du
tétanos (Source: Centers for Disease Control and
Prevention
©)

La période d'incubation du tétanos dure habituellement de 3 à 21 jours, intervalle de 1 jour à plusieurs mois. En général, plus le site de la blessure est loin du système nerveux central, plus la période d'incubation est longue.

Le tétanos est caractérisé par des spasmes musculaires, généralement descendants, commençant  au niveau des muscles de la mâchoire. Les premiers symptômes sont la constriction des mâchoires, la raideur de la nuque et une difficulté à avaler. Plus tard, le patient présente une rigidité des muscles des bras, des jambes et de l'abdomen accompagnée de contractures ou de spasmes musculaires douloureux. Les spasmes musculaires peuvent être à ce point intenses que des os peuvent se briser. À mesure que la maladie évolue, les spasmes deviennent de plus en plus longs et fréquents. Si la victime ne reçoit pas les soins nécessaires, de graves complications peuvent survenir qui peuvent même mener à la mort.

Le taux de mortalité clinique chez les sujets non vaccinés est compris entre 10 % et plus de 80 %, en fonction surtout de l'âge (plus élevé chez les nourrissons et les personnes âgées), et de la qualité des soins.

Transmission

Le tétanos ne peut se transmettre d'une personne à l'autre. Les spores de la bactérie tétanique qui contaminent le sol, la poussière ou les matières fécales pénètrent dans le corps par une plaie par perforation, une lacération ou une brûlure. La bactérie tétanique n'a pas besoin d'oxygène pour survivre, ce qui signifie que le terrain le plus propice à la prolifération et à la production de la neurotoxine sont une plaie profonde, et/ou la présence de tissu nécrosé ou d'un corps étranger.

Distribution mondiale de la maladie

Le tétanos est répandu dans le monde entier. Les cas sont sporadiques et relativement rares dans les pays industrialisés, en raison de :

  • taux élevés de vaccination,
  • bonnes pratiques d'hygiène et d'accouchement,
  • soins des plaies amélioré.

Le tétanos est plus fréquent dans les régions agricoles, et dans les endroits où :

  • le contact avec les excréments des animaux est plus fréquent,
  • la couverture vaccinale est insuffisante.

Dans de nombreux pays en développement de l'Asie, de l'Afrique et de l'Amérique du Sud, la maladie demeure une importante cause de mortalité. Un total de 10 011 cas de tétanos a été signalé à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) en 2012.

Facteurs de risque

Des cas de tétanos ont été associés à des lacérations (plus fréquents), l'usage de drogues injectables et des morsures d'animaux. Dans de rares cas, le tétanos aurait été contracté après une chirurgie intestinale, ou après l'aspiration de terre et d'excréments. Le diabète serait aussi un facteur de risque. À l'échelle mondiale, le tétanos est courant chez les nouveau-nés lorsque l'accouchement est pratiqué sans techniques adéquates de stérilisation.

Il est aussi possible de contracter le tétanos par de petites lésions en apparence banales, notamment en présence d'un tissu nécrotique. Le tétanos est souvent associé à un traumatisme contondant ou à des plaies punctiformes profondes. Les cas de tétanos ne découlent pas tous de la contamination d'une plaie ou d'une lésion. Sur 223 cas signalés aux États-Unis entre 2001 et 2008, 22 (9,4 %) n'étaient pas associés à une plaie ou à une blessure. De ces 22 cas, 14 étaient des utilisateurs de drogues par injection.

Chez les personnes ayant reçu une série vaccinale complète, le tétanos est rare et habituellement léger.

Prévention et contrôle

Se faire vacciner est la meilleure protection contre le tétanos.

L'administration du vaccin contenant l'anatoxine tétanique est recommandée pour tous les enfants de 2, 4, 6 et 18 mois, avec une dose de rappel chez les enfants de 4 à 6 ans.

Les adolescents et les adultes devraient recevoir un vaccin antitétanique de rappel tous les 10 ans (recommandé à 15, 25, 35, 45 ans, etc.). Les adultes n'ayant pas déjà reçu la série primaire (au moins 3 doses) d'un vaccin contenant l'anatoxine tétanique devraient recevoir une dose du vaccin dcaT -VPI suivie de deux doses du vaccin Td-VPI.

Lorsqu'une personne est blessée, a potentiellement été exposée et qu'elle est soupçonnée de ne pas être assez immunisée contre la bactérie, un vaccin et une antitoxine devraient être administrés. Les objectifs de la prophylaxie post-exposition consistent à :

  • éliminer les sources de la toxinogénèse (accompli en nettoyant rigoureusement les plaies le plus tôt possible),
  • neutraliser les toxines pouvant avoir été libérées en administrant d'abord en entier la série vaccinale antitétanique, ou en administrant immédiatement les immunoglobulines antitétaniques (TIg).

Toute personne non immunisée (ou non complètement immunisée) qui présente une plaie qui n'est pas mineure et qui n'est pas propre doit recevoir un traitement rapide. Le TIg et le vaccin contenant l'anatoxine tétanique (en fonction de l'âge et des antécédents de vaccination) doivent être administrés en utilisant un point d'injection différent ainsi qu'une aiguille et une seringue distinctes. La série vaccinale devrait être complétée par la suite sauf indication contraire.

Pour en savoir plus sur l'immunisation du tétanos et l'immunoglobuline antitétanique, consultez le Guide canadien d'immunisation.

Épidémiologie du tétanos au Canada

Le tétanos est rare au Canada. Durant les années 1920 et 1930, on enregistrait chaque année de 26 à 55 décès attribuables au tétanos. Après l'introduction de l'anatoxine tétanique au Canada en 1940, la morbidité et la mortalité ont décliné rapidement (voir la figure 1). Entre 2000 et 2013, un total de 42 cas a été déclaré, avec une moyenne de 3 cas par année (variant de 1 à 8 cas). Durant cette période, les personnes de 60 ans ou plus représentaient 55 % des cas. Aucun cas n'a été répertorié chez les nouveau-nés. Le statut vaccinal de la plupart des cas déclarés était inconnu. Six décès seulement ont été déclarés au Canada depuis 2000, le dernier étant survenu en 2010.

Figure 1 : Cas de tétanos au Canada par année, 1957–2008*

Figure 1
Équivalent textuel pour la figure 1 Cas de tétanos au Canada par année, 1957–2008

Cette figure illustre le nombre de décès par tétanos et le nombre de cas de tétanos, par année, au Canada, de 1921 à 2013. Durant les années 1920 et 1930, on enregistrait chaque année de 26 à 55 décès attribuables au tétanos. Après l'introduction de l'anatoxine tétanique au Canada en 1940, la morbidité et la mortalité ont décliné rapidement. De 1983 à 1999, le nombre de cas signalés annuellement variait de 2 à 10, et la moyenne s'établissait à 5 par année. De 2000 à 2013, le nombre de cas signalés annuellement variait de 1 à 8, et la moyenne s'établissait à 3 par année. Six décès seulement ont été déclarés depuis 2000, le dernier étant survenu en 2010.


(*Les données de cas de 1957 à 2012 proviennent du SCSMDO. Les données de cas de 2013 proviennent des partenaires provinciaux/territoriaux, et sont préliminaires. Aucune donnée de cas n'était divulguée avant 1957, ou de 1980 à 1982. Il n'y a aussi aucune donnée de cas pour ces endroits et périodes :

  • Yukon, 1957,
  • Alberta, 1957 à 1958,
  • Territoires du Nord-Ouest, 1960 à 1962,
  • Île-du-Prince-Édouard, 1957 à 1958, 1961 à 1970 et 1979.

Les données sur la mortalité sont issues de Statistique de l'état civil – Base de données sur les décès. De 1921 à 1925, les provinces et territoires qui déclaraient cette maladie comprenaient :

  • Île-du-Prince-Édouard,
  • Nouvelle-Écosse,
  • Nouveau-Brunswick,
  • Ontario,
  • Manitoba,
  • Saskatchewan,
  • Alberta,
  • Colombie-Britannique.

Le Québec fut ajouté en 1926, Terre-Neuve-et-Labrador en 1949, le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest en 1956, et le Nunavut en 1999.)

Surveillance du tétanos au Canada

Les professionnels de la santé jouent un rôle essentiel pour déceler et déclarer les cas de tétanos. Pour de plus amples informations, consultez la section liée à la Surveillance.

Ressources sur le tétanos

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :