Maladies évitables par la vaccination : Rapport de surveillance en date du 31 décembre 2015

Table des figures

Abréviations

ASPC
Agence de la santé publique du Canada
SSPFA
Système de surveillance de la paralysie flasque aiguë
CANSIM
Base de données sommaires de système canadien d'information socio-économique
CCNI
Comité consultatif national de l'immunisation
CIMRI
Centre de l'immunisation et des maladies respiratoires infectieuses
ECVNE
Enquête sur la couverture vaccinale nationale des enfants
SSAMI
Système de surveillance améliorée de la méningococcie invasive
ENVA
Enquête nationale sur la vaccination des adultes
Hib
Haemophilus influenzae de type b
IMPACT
Programme canadien de surveillance active de l'immunisation
IRC
Infection rubéoleuse congénitale
LNM
Laboratoire national de microbiologie
MEV
Maladies évitables par la vaccination
MI
Méningococcie invasive
OMS
Organisation mondiale de la Santé
OPS
Organisation panaméricaine de la santé
PFA
Paralysie flasque aiguë
PI
Pneumococcie invasive
PVS
Poliovirus de type sauvage
SCP
Société canadienne de pédiatrie
SCSMDO
Système canadien de surveillance des maladies à déclaration obligatoire
SCSRR
Système canadien de surveillance de la rougeole et de la rubéole
SRC
Syndrome de rubéole congénitale
VPH
Virus du papillome humain

Résumé

La prévention des maladies est une fonction fondamentale de la santé publique. Plusieurs maladies infectieuses qui étaient autrefois une cause importante de morbidité et de mortalité au Canada peuvent maintenant être évitées par la vaccination. Toutefois, comme il est clairement décrit dans le présent rapport, les maladies évitables par la vaccination (MEV) demeurent une préoccupation pour la santé publique au Canada, d'où la nécessité d'atteindre des couvertures vaccinales les plus élevées possible. Les maladies évitables par la vaccination au Canada : Rapport de surveillance en date du 31 décembre 2015 résume l'épidémiologie de 12 MEV à déclaration obligatoire à l'échelle nationale pour lesquelles des programmes de vaccination systématique financés par les fonds publics ont été mis en place dans l'ensemble des provinces et territoires. Le rapport vise plus particulièrement à :

  • Résumer l'épidémiologie des 12 MEV et la couverture vaccinale connexe au Canada.
  • Fournir des données de référence en fonction desquelles des progrès en matière de réduction des maladies peuvent être mesurés.
  • Soutenir les engagements du gouvernement du Canada à l'échelle internationale visant à rendre compte des initiatives d'élimination et d'éradication des maladies.
  • Fournir des données probantes pour éclairer les décisions sur les programmes de vaccination et les politiques.

Ce rapport utilise les données provenant de plusieurs systèmes de surveillance nationaux, notamment le Système canadien de surveillance des maladies à déclaration obligatoire (SCSMDO), le Système canadien de surveillance de la rougeole et de la rubéole (SCSRR), le Système de surveillance améliorée de la méningococcie invasive (SSAMI), le Système de surveillance de la paralysie flasque aiguë (SSPFA) et le Programme canadien de surveillance active de l'immunisation (IMPACT). Les estimations de la couverture vaccinale provenant de l'Enquête sur la couverture vaccinale nationale des enfants (ECVNE) de 2015 et de l'Enquête nationale sur la vaccination des adultes (ENVA) de 2014 ont également été incluses pour fournir un contexte. Chacune des MEV est classée dans l'une de trois catégories : les MEV s'inscrivant dans un contexte d'élimination au Canada, les MEV à faible incidence, et les MEV à incidence modérée. Les conclusions liées à chacune de ces catégories sont résumées ci-dessous.

Où en sommes-nous?

Maladies évitables par la vaccination s'inscrivant dans un contexte d'éliminationNote de bas de page 1

Le Canada a maintenu le statut d'élimination pour la rougeole, la rubéole, le syndrome de rubéole congénitale, l'infection rubéoleuse congénitale et la polio. Bien que la couverture vaccinale pour les enfants de 2 ans soit élevée pour la rougeole (89%), la rubéole (89%) et la polio (91%), les taux demeurent en deçà des objectifs nationaux en matière de couverture vaccinale. Les éclosions de rougeole en 2011, 2014 et 2015 qui étaient attribuables à des cas importés n'ont pas entraîné le rétablissement de la transmission endémique. Cependant, elles mettent en évidence la nécessité de demeurer vigilant dans le maintien des niveaux de couverture vaccinale au pays jusqu'à ce que la rougeole soit éradiquée à l'échelle mondiale.

Maladies évitables par la vaccination à faible incidenceNote de bas de page 2

Parmi les MEV ne s'inscrivant pas dans un contexte d'élimination, la diphtérie et le tétanos représentaient le plus faible nombre de cas, avec cinq cas au plus ayant été déclarés par année entre 2011 et 2015. De même, l'incidence de l'infection envahissante à Haemophilus influenzae (Hib) a baissé de 99% chez les enfants de moins de cinq ans depuis l'introduction des vaccins, avec moins de 35 cas ayant été déclarés dans tous les groupes d'âge annuellement. Les cas de méningococcie invasive déclarés continuent de diminuer, avec un nombre de cas déclarés annuellement inférieur à 200, dont 13 ou moins étaient attribuables à des cas de méningococcie invasive de sérogroupe C. La méningococcie invasive due au sérogroupe B, pour laquelle aucun programme de vaccination systématique n'existe à l'heure actuelle, comptait pour la majorité (63%) des cas de méningococcie invasive déclarés entre 2011 et 2015. Bien que les taux d'incidence des oreillons aient diminué de plus de 99% depuis l'instauration de programmes de vaccination systématique, des éclosions continuent de survenir tous les deux à cinq ans, les taux d'incidence étant les plus élevés chez les jeunes adultes.
Malgré ces faibles taux d'incidence, les couvertures vaccinales pourraient être améliorées. À preuve, les taux de vaccination contre la diphtérie et le tétanos ont été nettement inférieurs aux objectifs nationaux; près de 77% des enfants âgés de 2 ans ont reçu le nombre recommandé de doses et seulement 53% des adultes ont indiqué avoir reçu un vaccin contre le tétanos à l'âge adulte. La couverture chez les enfants âgés de 2 ans était légèrement plus élevée contre le méningocoque de sérogroupe C (88 %) et contre les oreillons (89%), mais plus faible contre l'Haemophilus influenzae (Hib) (72%).

Maladies évitables par la vaccination à incidence modéréeNote de bas de page 3

De 2011 à 2015, la coqueluche et la pneumococcie invasive représentaient la plus grande proportion des cas de MEV au Canada. Même si l'incidence de la coqueluche a diminué de 96% depuis l'ère prévaccinale, elle continue d'être une maladie endémique cyclique au Canada, les taux d'incidence annuels étant à la hausse depuis 2011, une année où peu de cas avait été déclarés. De nombreuses éclosions ont été déclarées au Canada en 2012 et en 2015. Les taux d'incidence de la coqueluche ont été particulièrement élevés chez les nourrissons de moins d'un an, ce qui est une statistique inquiétante étant donné qu'ils sont plus à risque de complications. Environ 77% des enfants de 2 ans avaient reçu les doses recommandées du vaccin contre la coqueluche à 2 ans et 75% les avaient reçues à l'âge de 7 ans.

Au Canada, les taux d'incidence de la pneumococcie invasive sont les plus élevés chez les adultes âgés de 65 ans et plus, suivis des nourrissons de moins d'un an. Même si les taux d'incidence ont diminué chez les nourrissons de moins de deux ans depuis le milieu des années 1990, ils sont demeurés inchangés chez les adultes âgés de 65 ans et plus. Il convient de noter que la couverture vaccinale chez les adultes de ce groupe d'âge demeure faible (37%), alors qu'environ 80% des enfants avaient reçu les doses recommandées du vaccin contre le pneumocoque à l'âge de 2 ans.

Enfin, le fardeau de la varicelle est difficile à évaluer à l'échelle nationale, dans la mesure où il ne s'agit pas d'une maladie à déclaration obligatoire dans l'ensemble des provinces et territoires et que les cas ne sont pas toujours examinés par un médecin. Toutefois, depuis l'implémentation des programmes de vaccination, il y a eu une réduction de 99% des cas déclarés ainsi qu'une réduction du nombre d'hospitalisations pour des infections graves de varicelle dans la population pédiatrique.

Tableau 1. Moyenne annuelle des cas déclarés des maladies évitables par la vaccination au Canada et variation, par groupe d'âge, de 2011 à 2015
Groupe d'âge (ans) Rougeole Rubéole SRC/IRC Polio Tétanos Diphtérie Hib Oreillons MI Varicelle PI Coqueluche Global
< 1 10.0 (1-26) 0 (0-0) 0 (0-1) 0 (0-0) 0 (0-0) 0 (0-0) 5.0 (3-7) 0.8 (0-2) 16.8 (11-27) 18.4 (2-31) 67.8 (55-78) 246.4 (148-453) 371.6 (291-560)
1 à 4 25.0 (2-63) 0 (0-0) - 0 (0-0) 0.2 (0-1) 0.4 (0-1) 3.2 (1-5) 1.8 (0-3) 19.8 (14-34) 49.0 (10-76) 187.6 (152-236) 352.8 (148-676) 654.8 (446-963)
5 à 9 46.4 (2-125) 0 (0-0) - 0 (0-0) 0.2 (0-1) 0 (0-0) 1.0 (0-2) 3.0 (0-6) 4.0 (1-8) 135.6 (7-214) 77.4 (65-95) 404.8 (108-801) 696.8 (418-958)
10 à 14 87.6 (0-260) 0 (0-0) - 0 (0-0) 0.2 (0-1) 0 (0-0) 0.2 (0-1) 7.8 (2-19) 5.8 (2-13) 92.8 (6-165) 33.0 (20-47) 511.0 (105-1176) 754.8 (372-1285)
15 à 19 70.0 (1-227) 0 (0-0) - 0 (0-0) 0.0 (0-0) 0 (0-0) 0.4 (0-2) 15.0 (3-29) 19.6 (14-26) 35.6 (6-67) 29.6 (18-37) 156.2 (39-308) 336.6 (187-414)
20 à 24 16.4 (2-27) 0.2 (0-1) - 0 (0-0) 0.4 (0-2) 0 (0-0) 0.2 (0-1) 21.0 (3-67) 8.4 (4-12) 22.0 (1-50) 42.0 (33-60) 68.4 (18-130) 189.6 (140-259)
25 à 29 7.2 (0-13) 0.2 (0-1) - 0 (0-0) 0.20 (0-1) 0.0 (0-1) 0.8 (0-2) 12.6 (3-43) 4.8 (3-6) 19.6 (3-33) 72.2 (60-95) 67.4 (14-139) 194.2 (147-277)
30 à 39 20.6 (2-57) 0.4 (0-1) - 0 (0-0) 0.6 (0-2) 0 (0-0) 1.8 (1-3) 20.4 (5-52) 5.6 (3-7) 34.8 (2-63) 223.8 (202-246) 172.6 (44-341) 497.4 (390-640)
40 à 59 8.6 (0-18) 0.2 (0-1) - 0 (0-0) 0.20 (0-1) 0.4 (0-1) 7.8 (5-11) 18.0 (7-48) 21.2 (16-32) 35.2 (4-61) 896.2 (848-934) 261.2 (50-482) 1260.2 (1101-1503)
≥ 60 0 (0-0.0) 0 (0-0) - 0 (0-0) 1.4 (0-3) 0 (0-0) 7.0 (3-15) 2.4 (0-4) 25.8 (17-35) 14.0 (1-21) 1606.8 (1529-1651) 88.4 (17-181) 1751.2 (1628-1872)
Non précisé 0 (0.0-0) 0 (0-0) - 0 (0-0) 0 (0-0) 0 (0-0) 0 (0-0) 0.00 (0-0) 0.0 (0-0) 0.2 (0-1) 22.8 (0-112) 2.8 (0-6) 26.0 (1-112)
Tous les âges 291.8 (10-752) 1.0 (0-2) - 0 (0-0) 3.4 (2-5) 0.8 (0-2) 27.4 (24-33) 102.8 (40-273) 131.8 (101-175) 457.2 (45-720) 3259.2 (3178-3418) 2332.0 (694-4655) 6733.2 (5249-8670)
 
Tableau 2. Taux d'incidence moyen annuel (cas pour 100 000 personnes) des maladies évitables par la vaccination au Canada et variation, par groupe d'âge, de 2011 à 2015
Groupe d'âge (ans) Rougeole Rubéole SRC/IRC Polio Tétanos Diphtérie Hib Oreillons MI Varicelle PI Coqueluche Global
< 1 2.6 (0.3-6.9) 0 (0.0-0.0) 0 (0.0-0.5) 0 (0-0) 0.0 (0.0-0.0) 0.0 (0.0-0.0) 1.3 (0.8-1.9) 0.2 (0.0-0.5) 4.4 (2.8-7.2) 8.7 (1.0-14.5) 17.8 (14.2-20.7) 64.5 (39.3-120.0) 97.3 (76.0-148.3)
1 à 4 1.6 (0.1-4.1) 0 (0.0-0.0) - 0 (0-0) 0.0 (0.0-0.1) 0.0 (0.0-0.1) 0.2 (0.1-0.3) 0.1 (0.0-0.2) 1.3 (0.9-2.2) 5.8 (1.2-9.1) 12.2 (9.8-15.5) 22.9 (9.7-44.0) 42.6 (29.0-62.7)
5 à 9 2.5 (0.1-6.5) 0 (0.0-0.0) - 0 (0-0) 0.0 (0.0-0.1) 0.0 (0.0-0.0) 0.1 (0.0-0.1) 0.2 (0.0-0.3) 0.2 (0.1-0.4) 13.0 (0.7-20.0) 4.1 (3.4-5.2) 21.4 (6.0-43.5) 37.0 (22.2-52.0)
10 à 14 4.6 (0.0-13.6) 0 (0.0-0.0) - 0 (0-0) 0.0 (0.0-0.1) 0.0 (0.0-0.0) 0.0 (0.0-0.1) 0.4 (0.1-1.0) 0.3 (0.1-0.7) 8.9 (0.6-15.9) 1.7 (1.1-2.5) 27.2 (5.5-62.3) 40.1 (19.9-68.1)
15 à 19 3.2 (0.0-10.1) 0 (0.0-0.0) - 0 (0-0) 0.0 (0.0-0.0) 0.0 (0.0-0.0) 0.0 (0.0-0.1) 0.7 (0.1-1.3) 0.9 (0.7-1.2) 3.0 (0.5-5.8) 1.4 (0.8-1.7) 7.2 (1.7-13.9) 15.5 (8.6-18.3)
20 à 24 0.7 (0.1-1.1) 0.0 (0.0-0.0) - 0 (0-0) 0.0 (0.0-0.1) 0.0 (0.0-0.0) 0.0 (0.0-0.0) 0.9 (0.1-2.8) 0.3 (0.2-0.5) 1.6 (0.1-3.7) 1.7 (1.4-2.5) 2.8 (0.8-5.3) 7.8 (5.7-8.4)
25 à 29 0.3 (0.0-0.5) 0.0 (0.0-0.0) - 0 (0-0) 0.0 (0.0-0.0) 0.0 (0.0-0.0) 0.0 (0.0-0.1) 0.5 (0.1-1.8) 0.2 (0.1-0.3) 1.45 (0.23-2.42) 3.0 (2.5-4.0) 2.8 (0.6-5.8) 8.0 (6.1-11.6)
30 à 39 0.4 (0.0-1.2) 0.0 (0.0-0.0) - 0 (0-0) 0.0 (0.0-0.0) 0.0 (0.0-0.0) 0.0 (0.0-0.1) 0.4 (0.1-1.1) 0.1 (0.1-0.1) 1.3 (0.1-2.4) 4.7 (4.2-5.3) 3.6 (1.0-7.3) 10.5 (8.2-13.7)
40 à 59 0.1 (0.0-0.2) 0.0 (0.0-0.0) - 0 (0-0) 0.0 (0.0-0.0) 0.0 (0.0-0.0) 0.1 (0.0-0.1) 0.2 (0.1-0.5) 0.2 (0.2-0.3) 0.6 (0.1-1.1) 8.8 (8.3-9.2) 2.6 (0.5-4.7) 12.4 (10.8-14.8)
≥ 60 0.0 (0.0-0.0) 0 (0.0-0.0) - 0 (0-0) 0.0 (0.0-0.0) 0.0 (0.0-0.0) 0.1 (0.0-0.2) 0.0 (0.0-0.1) 0.3 (0.2-0.5) 0.4 (0.0-0.6) 21.5 (20.4-22.8) 1.2 (0.2-2.5) 23.4 (21.8-25.9)
Non précisé 0.0 (0.0-0.0) 0 (0.0-0.0) - 0 (0-0) 0.0 (0.0-0.0) 0.0 (0.0-0.0) 0.0 (0.0-0.0) 0.0 (0.0-0.0) 0.0 (0.0-0.0) 0.0 (0.0-0.0) 0.1 (0.0-0.3) 0.0 (0.0-0.0) 0.1 (0.0-0.3)
Tous les âges 0.8 (0.0-2.2) 0.0 (0.0-0.0) - 0 (0-0) 0.0 (0.0-0.0) 0.0 (0.0-0.0) 0.1 (0.1-0.1) 0.3 (0.1-0.8) 0.4 (0.3-0.5) 2.4 (0.2-3.7) 9.3 (8.9-9.8) 6.6 (2.0-13.4) 19.2 (14.9-24.9)

Introduction

Les vaccins, l’une des plus grandes réalisations dans le domaine de la santé publique, ont permis de sauver plus de vies au Canada que toute autre intervention en matière de santé publique au cours des 50 dernières années(1-3). Alors que les maladies infectieuses étaient la principale cause de décès à la fois au Canada et dans le monde entier au cours des années 1900, elles sont maintenant responsables de moins de 5% des décès au Canada, en partie grâce à des programmes de vaccination financés par les fonds publics (1,4,5). Le Canada a aussi contribué à l’éradication de la variole partout dans le monde ainsi qu’à l’élimination, dans les Amériques, de la poliomyélite transmise façon endémique (1994), de la rougeole (1998), de la rubéole (2005) et du syndrome de rubéole congénitale/infection rubéoleuse congénitale (2000), grâce à de solides initiatives de santé publique, y compris des activités de surveillance et des programmes de vaccination financés par l’État (4-6).

Malgré ces réalisations, les maladies évitables par la vaccination (MEV) demeurent une source de préoccupation pour la santé publique au Canada. Même si les taux de couverture vaccinale sont adéquats, le Canada n’a toujours pas atteint les objectifs de 2005 en matière de couverture vaccinale à l’échelle nationale. Malgré leurs faibles taux d’incidence, les MEV constituent encore un fardeau considérable pour la santé de la population et les infections dues aux MEV causent une variété de complications graves telles que la pneumonie, la méningite, l’encéphalite, l’amputation et la mort. Ces infections entraînent également des coûts économiques et sociétaux importants liés aux absences à l’école et au travail, aux visites chez des travailleurs de la santé, à l’hospitalisation et à la réadaptation (2,3). Enfin, malgré l’atteinte du statut d’élimination pour plusieurs MEV, il existe toujours un risque d’importation et une possibilité de réapparition de MEV dans un contexte d’élimination, et ce tant que ces maladies continueront d’être observées dans des pays à l’extérieur des Amériques et que la couverture vaccinale restera sous-optimale.

Au Canada, la prévention et le contrôle des MEV est une responsabilité partagée. À l’échelle fédérale, l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) effectue la surveillance des MEV à l’échelle nationale; assure le leadership et la coordination de la Stratégie nationale d’immunisation; fournit des services d’éducation et de sensibilisation du public et des professionnels afin de promouvoir l’acceptation de la vaccination et de l’adoption des vaccins; et assure la sécurité de l’approvisionnement en vaccins. Les recommandations sur l’utilisation de vaccins au Canada sont formulées par le Comité consultatif national de l’immunisation. Les provinces et les territoires sont responsables des décisions qui concernent les programmes de vaccination. Les programmes de vaccination qu’ils mettent en œuvre tiennent compte de leurs objectifs, leurs politiques et leurs stratégies ainsi que de leur contexte épidémiologique et financier particulier.

Objectifs

Ce rapport donne un bref résumé de l’épidémiologie des 12 MEV pour lesquelles des programmes de vaccination systématique financés par l’État sont en place dans l’ensemble des provinces et territoires. Il vise notamment à :

  • Résumer l’épidémiologie des 12 MEV et la couverture vaccinale connexe au Canada.
  • Fournir des données de référence en fonction desquelles des progrès en matière de réduction des maladies peuvent être mesurés.
  • Soutenir les engagements du gouvernement du Canada à l’échelle internationale visant à rendre compte des initiatives d’élimination et d’éradication des maladies.
  • Fournir des données probantes pour éclairer les décisions sur les programmes de vaccination et les politiques.

Format et contenu

Les 12 MEV incluses dans ce rapport sont classées en fonction de leur niveau d’incidence au Canada comme suit :

Élimination

MEV ciblées par des programmes nationaux et internationaux afin de réduire leur incidence à un niveau nul

  • Rougeole
  • Rubéole
  • SRC/IRC
  • Polio

Faible incidence

MEV qui ont généralement un taux d'incidence annuel inférieur à un cas pour 100 000 personnes

  • Tétanos
  • Diphtérie
  • Infection envahissante à Haemophilus influenzae
  • MI
  • Oreillons

Incidence modérée

MEV qui ont généralement un taux d'incidence annuel supérieur ou égal à un cas pour 100 000 personnes

  • Varicelle
  • PI
  • Coqueluche

Les MEV comme le zona, la gastro-entérite à rotavirus et les infections au virus du papillome humain (VPH) ne sont pas, pour l’instant, des maladies à déclaration obligatoire à l’échelle nationale. Par conséquent, elles ne sont pas incluses dans ce rapport. Des renseignements sur l’épidémiologie nationale de la grippe et de l’hépatite sont traités dans des rapports de surveillance distincts.

Bien que ce rapport présente un aperçu des MEV au Canada, des rapports de surveillance de routine pour plusieurs maladies sont publiés sur une base régulière et sont cités tout au long de ce rapport. Les lecteurs qui souhaitent obtenir des données plus détaillées sont invités à consulter ces publications.

L’épidémiologie des MEV présentée dans ce rapport devrait être interprétée en tenant compte des différents programmes de vaccination disponibles, des populations éligibles pour la vaccination, des taux de couvertures vaccinales de même que de l’efficacité des vaccins.  Les détails relatifs aux différents vaccins sont disponibles dans le Guide canadien de l’immunisation ainsi que dans les déclarations du Comité consultatif national de l’immunisation.

Où en sommes-nous?

Selon les données de surveillance nationales recueillies entre 2011 et 2015, 6 733 cas de MEV ont été déclarés en moyenne chaque année (Tableau 1), ce qui représente un taux d’incidence global moyen de 19,2 cas pour 100 000 personnes (Tableau 2). Les MEV qui représentaient la plus grande proportion des cas déclarés étaient des cas de pneumococcie invasive (48%) et de coqueluche (35%). Les groupes d’âge les plus touchés par les MEV comprenaient les enfants de moins d’un an (97,3 cas pour 100 000 personnes), les enfants de 1 à 4 ans (42,6 cas pour 100 000 personnes) et les enfants de 10 à 14 ans (40,1 cas pour 100 000 personnes) (Figure 1). Les nombres de cas étaient plus élevés chez les personnes âgées de 60 ans et plus (n=8 756 cas) et chez les 40 à 59 ans (n=6 301 cas). Les groupes d’âge les plus touchés variaient selon la maladie; certaines maladies avaient une plus grande incidence chez les personnes âgées (p. ex. la pneumococcie invasive) alors que d’autres avaient une plus grande incidence chez les jeunes enfants (p. ex. la coqueluche).

Figure 1. Nombre total et taux d’incidence global (pour 100 000 personnes) de cas déclarés de maladies évitables par la vaccinationNote de bas de page 4 au Canada, par groupe d’âge, de 2011 à 2015 (n=33 666)

Description textuelle – Figure 1
Groupes d'âge Nombre total de cas Taux d'incidence globale
(pour 100 000 personnes)
<1 1858 97.3
1 to 4 3274 42.6
5 to 9 3484 37.0
10 to 14 3774 40.1
15 to 19 1683 15.5
20 to 24 948 7.8
25 to 29 971 8.0
30 to 39 2487 10.5
40 to 59 6301 12.4
60+ 8756 23.4

Maladies évitables par la vaccination dans un contexte d’élimination au Canada

Rougeole

Principaux points :

  • Grâce à la vaccination systématique, l’incidence de la rougeole au Canada a diminué de plus de 99%, passant d’une incidence moyenne de 373,3 cas pour 100 000 personnes à l’ère prévaccinale, à 0,8 cas pour 100 000 personnes de 2011 à 2015.
  • Le Canada continue de maintenir son statut exempt de rougeole. Cependant, des éclosions de rougeole liées à des cas importés continuent de se produire, d’où la nécessité de demeurer vigilant jusqu’à cette maladie soit éradiquée dans le monde entier.
  • Les taux de vaccination devraient être améliorés. D’après l’ECVNE de 2015, 89 % des enfants au Canada avaient reçu la dose recommandée du vaccin contre la rougeole à l’âge de deux ans, tandis que 86% les avaient reçues à l’âge de 7 ans.

Un vaccin contenant le virus de la rougeole a été mis à la disposition de la population canadienne en 1963 et des programmes de vaccination systématique ont été mis en place dans l’ensemble des provinces et territoires en 1970 (7,8). En 1996-1997, les provinces et les territoires ont tous ajouté une deuxième dose du vaccin contenant le virus de la rougeole à leurs calendriers de vaccination systématique (9). Avant l’introduction du vaccin contre la rougeole, des milliers de cas de rougeole étaient déclarés chaque année et des éclosions survenaient tous les deux à cinq ans. Grâce à la vaccination systématique, l’incidence de la rougeole a diminué de plus de 99%, passant d’une incidence moyenne de 373,3 cas pour 100 000 personnes à l’ère prévaccinale (de 1950 à 1954Note de bas de page 5), à 0,8 cas pour 100 000 personnes de 2011 à 2015 (Figure 2). Néanmoins, des cas importés surviennent encore, ce qui peut entraîner une propagation secondaire.

Figure 2. Nombre de cas déclarés et taux d’incidence de la rougeole au Canada par année (pour 100 000 personnes), de 1950 à 2015Note de bas de page 6

Description textuelle – Figure 2
Année Cas Incidence
(pour 100 000 personnes)
1950 55,653 406.6
1951 61,370 438.8
1952 56,178 389.2
1953 57,871 390.5
1954 36,850 241.5
1955 56,922 363.3
1956 53,986 348.1
1957 49,712 330.3
1958 35,531 229.3
1959 - -
1960 - -
1961 - -
1962 - -
1963 - -
1964 - -
1965 - -
1966 - -
1967 - -
1968 - -
1969 11,720 64.4
1970 25,137 136.4
1971 7,439 34.0
1972 3,136 14.1
1973 10,911 48.8
1974 11,985 52.8
1975 13,143 57.1
1976 9,158 39.3
1977 8,832 37.4
1978 5,858 24.6
1979 22,444 92.7
1980 13,864 56.6
1981 2,307 9.3
1982 1,064 4.2
1983 934 3.7
1984 4,086 16.0
1985 2,899 11.2
1986 15,796 60.8
1987 3,065 11.6
1988 710 2.7
1989 21,523 78.9
1990 1,738 6.3
1991 6,151 22.0
1992 2,915 10.3
1993 192 0.7
1994 517 1.8
1995 2,366 8.1
1996 328 1.1
1997 531 1.8
1998 17 0.1
1999 32 0.1
2000 207 0.7
2001 38 0.1
2002 9 0.0
2003 17 0.1
2004 9 0.0
2005 8 0.0
2006 13 0.0
2007 101 0.3
2008 61 0.2
2009 14 0.0
2010 98 0.3
2011 752 2.2
2012 10 0.0
2013 83 0.2
2014 418 1.2
2015 196 0.5

Épidémiologie entre 2011 et 2015

De 2011 à 2015, un total de 1 459 cas de rougeole a été déclaré au Canada. Le nombre annuel de cas déclarés variait de 10 à 752, avec une médiane de 196 cas. Parmi ces cas, 82 ont été importés au Canada et 174 étaient de source inconnue. Les taux d’incidence annuels variaient de 0,03 à 2,2 cas pour 100 000 personnes (Figure 2). Des cas ont été déclarés dans tous les groupes d’âge, sauf chez les personnes âgées de 60 ans et plus. Le groupe d’âge le plus touché variait d’une année à l’autre selon le contexte de l’épidémie, mais pour l’ensemble de la période, les taux d’incidence les plus élevés ont été déclarés chez les 10 à 14 ans (4,7 cas pour 100 000 personnes), suivi du groupe d’enfants âgés de 15 à 19 ans (3,2 cas pour 100 000 personnes), puis des nourrissons de moins d’un an (2,6 cas pour 100 000 personnes Figure 3). De manière générale, les cas étaient équitablement répartis entre les sexes.

En 2015, 196 cas de rougeole ont été déclarés (9 cas importés et 14 de source d’exposition inconnue). Le taux d’incidence était de 0,6 cas pour 100 000 personnes. Les taux d’incidence et le nombre de cas étaient le plus élevés chez les 10 à 14 ans (3 cas pour 100 000 personnes, 55 cas).

Figure 3. Nombre total et taux d’incidence global de cas déclarés de rougeole au Canada par groupe d’âge (pour 100 000 personnes), de 2011 à 2015 (n=1 459)

Description textuelle – Figure 3
Groupes d'âge Nombre total de cas Incidence
(pour 100 000 personnes)
< 1 50 2.6
1 to 4 125 1.6
5 to 9 232 2.5
10 to 14 438 4.7
15 to 19 350 3.2
20 to 24 82 0.7
25 to 29 36 0.3
30 to 39 103 0.4
40 to 59 43 0.1
≥ 60 0 0.0

Couverture vaccinale pour la rougeole

D’après l’ECVNE de 2015, seulement 89% des enfants au Canada avaient reçu la dose recommandée de vaccin contre la rougeole à l’âge de deux ans, tandis que 86% les avaient reçues à l’âge de 7 ans (10).

Lectures complémentaires