Section 5-6 : Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement – Prise en charge et traitement d’infections spécifiques – Infections gonococciques

Section 5 - Prise en charge et traitement d’infections spécifiques

Infections gonococciques : Revisé juillet 2013

Mise en garde :
Les documents suivants contiennent des informations importantes relatives à ce chapitre. Veuillez utiliser ces documents en conjonction avec le chapitre de 2010 afin d’assurer que vous mettez en œuvre les recommandations les plus récentes dans votre pratique :

Les lecteurs qui désirent consulter le chapitre en format PDF peuvent le télécharger ou le visualiser en cliquant sur le lien suivant :
Lignes directrices sur les infections transmissibles sexuellement - Chapitre: Infections gonococciques (Document PDF - 308 ko - 32 pages)

Table des matières

Remerciements

INFECTIONS GONOCOCCIQUES


Remerciements

Auteurs principaux

Barbara Romanowski, MD, FRCPC
Joan Robinson, MD, FRCPC
Tom Wong, MD, MPH, FRCPC

Groupe de travail d’experts

Joshua Bergman, RN, BScN, MPH, enseignant clinique, Alberta Health Services, Edmonton STI Clinic; Max Chernesky, PhD, Professeur émérite, McMaster University, St Joseph’s Healthcare, Hamilton; William A. Fisher, PhD, Professeur distingué, départements de psychologie et d’obstétrique-gynécologie, University of Western Ontario; Annie-Claude Labbé, MD, FRCPC, Professeure agrégée, département de microbiologie, maladies infectieuses et immunologie, Faculté de médecine; l’Université de Montréal; Département des maladies infectieuses et de microbiologie médicale, Hôpital Maisonneuve-Rosemont; Tim T.Y. Lau, PharmD, FCSHP, spécialiste en pharmacothérapie, Maladies infectieuses et gérance des antimicrobiens, Sciences pharmaceutiques, Vancouver General Hospital; Professeur agrégé clinique, Faculté des sciences pharmaceutiques, University of British Columbia; Ed Lee, MDCM, Directeur médical, Hassle Free Clinic, Toronto; Richard Lester, MD, FRCPC, médecin-chef, Division of STI/HIV Control, BC Centre for Disease Control. Professeur agrégé clinique dans la Division des maladies infectieuses, Département de médecine, University of British Columbia; Irene Martin, BSc, Chef, Unité des streptocoques et des ITS, Programme de bactériologie et des maladies entériques, Laboratoire national de microbiologie, Agence de la santé publique du Canada; Gina Ogilvie, MD, DrPH, Directrice médicale, Services Clinique de Prévention, BCCDC; Professeure agrégée, Soins primaires, Obstétriques et gynécologie, School of Population & Public Health, University of British Columbia; Sam Ratnam, PhD, Conseiller, Services de surveillance et référence, Laboratoire national de microbiologie, Agence de la santé publique du Canada; Ron Read, MD, PhD, FRCPC, Professeur agrégé, département de médecine, de microbiologie et de maladies infectieuses, University of Calgary; Consultant en maladies infectieuses, Directeur médical provincial des ITS (Sud), STI Program, Alberta Health Services; Joan Robinson, MD, FRCPC, Médecin pédiatrique en maladies infectieuses, University of Alberta and Stollery Children's Hospital; Barbara Romanowski, MD, FRCPC, Professeure clinique de médecine, Division des maladies infectieuses, Faculté de médecine et de médecine dentaire, University of Alberta; Ameeta Singh, BMBS, MSc, FRCPC, Professeure clinique, Division des maladies infectieuses, Département de médecine. University of Alberta; Directrice médicale, Alberta Health Services-STI Clinic, Directrice médicale provincial des ITS (Nord), Alberta Health Services; Marc Steben, MD, CCFP, FCFP, Médecin-conseil, unité des infections transmissibles sexuellement, Institut national de santé publique du Québec; Directeur médical, Clinique A; Mark H. Yudin, MD, MSc, FRCSC, Professeur agrégé, University of Toronto, Département d’obstétriques, gynécologie, et maladies reproductives infectieuses, St. Michael's Hospital; Tom Wong, MD, MPH, FRCPC, Director, Directeur, division des lignes directrices professionnelles et des pratiques de santé publique, Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections, Agence de la santé publique du Canada;

Examinateurs externes

Les professionnels de la santé ayant de l’expertise spécialisée ont volontairement donné de leur temps à titre d’examinateurs externes pour ce chapitre des lignes directrices. L’Agence et le groupe de travail d’experts tiennent à remercier ces individus pour leur temps et leurs contributions précieux.

Contributeurs du Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections

Soutien à la rédaction :

  • Catherine Dickson, MD, MSc
  • Margaret Gale-Rowe, MD, MPH, DABPM
  • Cathy Latham-Carmanico, RN, BScN,
  • Christine Weir, RN, MSc, CIC

Soutien et la gestion de projets :

  • Manon Fiset
  • Simon Foley, BA (hons)

Soutien à la recherche :

  • Dana Paquette, PhD
  • Lisa Marie Pritchard, BSc, MSc

Le présent document a pour objet d’offrir de l’information aux professionnels en santé publique et aux cliniciens et ne vise pas à remplacer les lois, les règlements, les politiques ni les exigences en matière de pratique établis par les provinces et territoires, non plus qu’il ne remplace les guides professionnels qui régissent la pratique des professionnels de la santé dans leur administration respective, qui peuvent varier en fonction du contexte et de l’épidémiologie locale.

INFECTIONS GONOCOCCIQUES

Étiologie

  • Causées par Neisseria gonorrhoeae.

Épidémiologie

  • Depuis 1997, les cas déclarés d’infection gonococcique sont en hausse graduelle mais constante. Les personnes les plus touchées sont les hommes de 20 à 24 ans et les femmes de 15 à 19 ans. Les taux d’infection progressent plus rapidement chez les femmes que chez les hommes(Note de bas de page 1).
  • Un réseau de personnes ayant des pratiques sexuelles à risque élevé de transmission pourrait jouer un rôle crucial dans les taux de prévalence actuels et dans le maintien des infections dans la collectivité.
  • Les données de surveillance les plus récentes sur la gonorrhée sont affichées sur le site Web de l’Agence de la santé publique du Canada.
Résistance aux antimicrobiens
  • Un protocole de surveillance nationale accrue a été mis sur pied dans le but d’intégrer les données épidémiologiques et les données sur les échecs thérapeutiques à la surveillance en laboratoire actuelle des souches de N. gonorrhoeae résistantes aux antimicrobiens. Cette surveillance est importante pour déceler rapidement les modifications de la sensibilité aux antimicrobiens et pour évaluer les facteurs de risque associés à l’acquisition d’une résistance. Ces renseignements permettent de déceler rapidement les souches de gonocoque résistantes aux antimicrobiens et d’empêcher leur propagation, en plus d’aider à choisir les schémas thérapeutiques qui conviennent(Note de bas de page 2,Note de bas de page 3).
  • Les autorités locales de la santé publique devraient être avisées rapidement de l’échec d’un traitement par le céfixime, la ceftriaxone ou l’azithromycine. Une notification rapide permettra aux programmes provinciaux et territoriaux (P/T) de lutte contre les infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) de déceler rapidement les profils émergents de résistance aux antimicrobiens sur leur territoire. Les provinces et territoires pourront ainsi collaborer avec l’Agence de la santé publique du Canada (l’Agence) à la diffusion en temps opportun d’alertes électroniques par l’entremise du Réseau canadien de renseignements sur la santé publique (RCRSP).
  • L’usage de plus en plus répandu des tests d’amplification des acides nucléiques (TAAN) au lieu de la culture fait en sorte que de moins en moins d’échantillons sont envoyés pour l’épreuve de résistance aux antimicrobiens, de sorte que le tableau de la résistance aux antimicrobiens est difficile à brosser. Au Canada, le nombre d’isolats résistants à la pénicilline ou à la tétracycline est élevé(Note de bas de page 4). Ces antimicrobiens ne devraient donc pas être utilisés dans le traitement de la gonorrhée.
  • La résistance aux quinolones connaît une hausse constante au Canada(Note de bas de page 4). Dans certaines régions du pays, le taux de résistance aux quinolones est significativement plus élevé que le taux national. Au Canada, les quinolones ne sont pas recommandées dans le traitement de l’infection à N. gonorrhoeae, sauf si l’on sait que le taux de résistance dans la région est inférieur à 5 %(Note de bas de page 5-7). (Consulter la section Traitment pour les recommandations concernant l’usage des quinolones au Canada).
  • Une hausse des concentrations minimales inhibitrices (CMI) des céphalosporines de troisième génération sous forme orale ou injectable a été observée au Canada et ailleurs dans le monde, en particulier parmi les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH) (Note de bas de page 4,Note de bas de page 5,Note de bas de page 8-27).
  • Les taux déclarés de résistance aux antimicrobiens au Canada sont calculés à l’aide des échantillons expédiés au Laboratoire national de microbiologie (LNM) par les provinces et les territoires. Les laboratoires provinciaux de santé publique envoient les isolats au LNM s’ils décèlent une résistance à au moins un antibiotique ou s’ils n’effectuent aucune évaluation de la sensibilité aux antimicrobiens. Pour calculer la proportion de souches résistantes, ils utilisent comme dénominateur, le nombre total d’isolats mis en culture dans toutes les provinces(Note de bas de page 4).
  • Vous pouvez consulter les représentants locaux ou P/T des services de santé publique pour obtenir plus de renseignements au sujet des profils de résistance aux antimicrobiens dans votre région.

Personnes à risque

  • Les personnes ayant eu des relations sexuelles avec un cas confirmé ou suspect d’infection gonococcique.
  • Les personnes ayant eu des relations sexuelles non protégées avec un résident d’une région où la prévalence de la gonorrhée est élevée ou dont le risque de résistance aux antimicrobiens est élevé.
  • Les personnes ayant déjà eu une infection gonococcique; une étude canadienne de surveillance passive a fait état d’un taux de réinfection d’au moins 2 % par année(Note de bas de page 28).
  • Les personnes ayant déjà eu une autre infection transmissible sexuellement (ITS), y compris le VIH.
  • Les travailleurs de l’industrie du sexe et leurs partenaires sexuels.
  • Les jeunes de moins de 25 ans sexuellement actifs.
  • Les jeunes de la rue et d’autres populations de sans-abri.
  • Les hommes ayant des relations sexuelles non protégées avec d’autres hommes.
  • Les personnes qui ont eu des relations sexuelles non protégées avec plusieurs partenaires.
Considérations particulières

Prévention et contrôle

  • La détection des cas et la notification aux partenaires sont essentielles pour maîtriser l’infection.
  • Au moment du diagnostic, la discussion et les renseignements sur les pratiques à adopter pour prévenir l’infection devraient porter sur les éléments suivants :
    • le risque de réinfection;
    • la nécessité pour le cas index et ses contacts de s’abstenir d’avoir des relations sexuelles non protégées jusqu’à 3 jours, au moins, après la fin du traitement et jusqu’à la disparition des signes et symptômes chez le cas et les contacts;
    • les pratiques efficaces pour prévenir l’infection (consulter le chapitre Soins primaires et infections transmissibles sexuellement);
    • la prévention des séquelles sur le plan de la reproduction.
  • Les personnes qui souhaitent éviter les ITS ou la grossesse devraient recevoir de l’information qui les encourage à adopter des pratiques sexuelles sécuritaires.

Manifestations, symptômes et principales séquelles

  • La période d’incubation dure habituellement 2 à 7 jours.
  • L’infection est souvent asymptomatique chez les femmes et symptomatique chez les hommes. Tant chez les hommes que chez les femmes, les infections rectales et pharyngées ont davantage tendance d’être asymptomatiques(Note de bas de page 31).
Tableau 1. Manifestations (Note de bas de page 31-38)
Nouveau-nés et nourrissons Enfants Jeunes et adultes
Femmes Hommes Femmes et hommes
  • Urétrite
  • Vaginite
  • Conjonctivite
  • Infection pharyngée
  • Proctite
  • Infection gonococcique disséminéeNote de bas de page *
  • Cervicite
  • Atteinte inflammatoire pelvienne
  • Urétrite
  • Périhépatite
  • Bartholinite
  • Urétrite
  • Épididymite
  • Infection pharyngée
  • Conjonctivite
  • Proctite
  • Infection gonococcique disséminée*

Footnotes

Footnote *

P. ex. arthrite, dermatite, endocardite, méningite.

Return to footnote * referrer

Tableau 2. Symptômes (Note de bas de page 39-41)
Femmes Hommes
  • Pertes vaginales
  • Dysurie
  • Saignements vaginaux anormaux
  • Douleur au bas-ventre
  • Dyspareunie profonde
  • Douleur rectale et écoulement en présence de proctiteNote de bas de page *
  • Écoulement urétral
  • Dysurie
  • Picotements urétraux
  • Douleur testiculaire et/ou oedème ou symptômes d’épididymite
  • Douleur rectale et écoulement en présence de proctiteNote de bas de page *

Footnotes

Footnote *

Consulter le chapitre .

Return to footnote * referrer

Tableau 3. Principales séquelles (Note de bas de page 31,Note de bas de page 36,Note de bas de page 38)
Femmes Hommes
  • Atteinte inflammatoire pelvienne
  • Infertilité
  • Grossesse ectopique
  • Douleur pelvienne chronique
  • Arthrite réactive (syndrome oculo-urétro-synovial)
  • Infection gonococcique disséminéeNote de bas de page *
  • Épididymo-orchite
  • Arthrite réactive (syndrome oculo-urétro-synovial)
  • Infertilité (rare)
  • Infection gonococcique disséminéeNote de bas de page *

Footnotes

Footnote *

P. ex. arthrite, dermatite, endocardite, méningite.

Return to footnote * referrer

Analyses et diagnostic en laboratoire, et prélèvement et transport des échantillons

Tests d’amplification des acides nucléiques (TAAN)
  • Vu leur sensibilité et leur spécificité accrues, les TAAN commerciaux le plus récemment approuvés peuvent augmenter le nombre de cas diagnostiqués(Note de bas de page 42,Note de bas de page 43). Cependant, la culture est fortement recommandée parce qu’elle permet de réaliser l’épreuve de sensibilité aux antimicrobiens(Note de bas de page 44).
  • Le TAAN peut être le seul outil diagnostique dans certaines régions.
  • Lorsqu’un TAAN est utilisé, les mécanismes de surveillance sentinelle au moyen de la culture sont importants pour assurer une surveillance continue de la résistance aux antimicrobiens(Note de bas de page 13).
  • Le TAAN peut être réalisé au moment de la consultation initiale sans que le sujet doive attendre 48 heures après l’exposition; cette recommandation s’appuie sur l’opinion d’experts qui présument que le TAAN peut déceler de petites quantités d’ADN ou d’ARN.
  • Les TAAN validés peuvent servir à déceler les infections rectales ou oropharyngées. Bien qu’aucun produit ne soit homologué à cette fin au Canada; certains laboratoires peuvent offrir le TAAN après une validation interne, y compris la confirmation des résultats positifs par la culture ou par un deuxième TAAN(Note de bas de page 42).
  • Si un TAAN est employé comme test de contrôle (les indications du test de contrôle se trouvent dans la section Suivi du présent chapitre), l’échantillon devrait être prélevé 2 à 3 semaines après la fin du traitement(Note de bas de page 45,Note de bas de page 46).
Culture
  • En plus de fournir aux cliniciens des renseignements importants pour la prise en charge des cas, la culture est essentielle pour améliorer la surveillance sanitaire des profils et des tendances de la résistance aux antimicrobiens(Note de bas de page 13,Note de bas de page 47-51).
  • Dans certaines situations cliniques, on devrait envisager le prélèvement d’échantillons tant pour la culture que pour le TAAN, en particulier chez les patients symptomatiques.
  • Les cultures réalisées moins de 48 heures après l’exposition peuvent donner un résultat faussement négatif.
  • Tous les cas d’échec thérapeutique soupçonnés devraient faire l’objet d’une culture, car elle permet d’effectuer l’épreuve de sensibilité aux antimicrobiens.
  • La culture est fortement recommandée dans les situations suivantes :
    • pour déterminer la sensibilité aux antimicrobiens avant le traitement, si possible;
    • comme test de contrôle en cas d’échec thérapeutique soupçonné ou dans les situations où la probabilité d’échec thérapeutique est accrue (consulter la section Suivi du présent chapitre);
    • pour les HARSAH symptomatiques;
    • en cas d’abus ou d’agression sexuelle (rectale, pharyngée, vaginale)Note de bas de page *;
    • pour évaluer une atteinte inflammatoire pelvienne;
    • si l’infection a été contractée dans un pays ou une région où le taux de résistance aux antimicrobiens est élevé.

Notes de bas de page

Note de bas de page *

Remarque : Lorsqu’un TAAN est employé à des fins de dépistage médico-légal chez des victimes d’abus ou d’agression sexuelle, deux paires d’amorces différentes devraient être utilisées au laboratoire Note de bas de page 42Note de bas de page 52 (consulter le chapitre ).

Retour à la référence de la note de bas de page *

Prélèvement des échantillons
Transport des échantillons
  • Pour que N. gonorrhoeae puisse croître en culture, il faut que des échantillons adéquats soient convenablement prélevés et transportés ou qu’un milieu de culture soit ensemencéf immédiatement(Note de bas de page 54,Note de bas de page 55). Consultez votre laboratoire pour obtenir des instructions concernant les façons d’assurer la viabilité de la bactérie.
  • Un TAAN est approprié lorsque les conditions de transport et de conservation ne permettent pas d’assurer la viabilité de N. gonorrhoeae(Note de bas de page 54).
  • Pour obtenir plus d’information concernant le prélèvement et le transport des échantillons, consulter le chapitre Diagnostic en laboratoire des infections transmissibles sexuellement.
Tableau 4. Prélèvements et tests de routine recommandés
Prélèvements/tests* Situations où l’échantillon est appropriéNote de bas de page Considérations

Écouvillon urétral
Coloration de Gram

  • Pour la recherche de diplocoques Gram négatif intracellulaires
  • Hommes postpubères
  • Recommandé uniquement pour les patients symptomatiques.
  • Généralement diagnostique de la gonorrhée.

Écouvillon urétral
Culture ou TAAN

  • Pour la détection en laboratoire de N. gonorrhoeae
  • Idéal pour les hommes postpubères
  • Idéal pour les femmes présentant un syndrome urétral (c.à.d. dysurie, pyurie) - écouvillon cervical ou urine recommandés pour les autres femmes

Écouvillon endocervical
Coloration de Gram

  • Pour la recherche de diplocoques Gram négatif intracellulaires
  • Femmes postpubères
  • Test moins sensible qu’avec les échantillons urétraux chez l’homme et non recommandé de routine.

Écouvillon endocervical ou vaginal
Culture ou TAAN

  • Pour la détection en laboratoire de N. gonorrhoeae
  • Idéal pour les femmes postpubères
  • Le rendement du TAAN est aussi bon avec les écouvillons vaginaux qu’avec les écouvillons cervicaux.
  • Un écouvillon vaginal auto-prélevé peut aussi être utilisé lorsque l’examen pelvien n’est pas justifié ou est refusé par la patiente, ou lorsque l’endroit s’y prête mal. Un examen physique est préférable, et des échantillons nécessitant un prélèvement plus effractif peuvent être requis dans certaines situations.
  • S’il y a eu ablation chirurgicale du col utérin, de l’urine pour un TAAN ou un écouvillon vaginal pour la culture ou le TAAN devraient être prélevés.
  • Un échantillon urétral peut aussi être prélevé si la femme a ses règles au moment de l’examen.

TAAN urinaire

  • Premier jet, 10-20 mL (à n’importe quel moment de la journée)
  • Hommes et femmes lorsque les conditions se prêtent mal à l’écouvillonnage urétral ou à l’examen pelvien(Note de bas de page 56)
  • Chez la femme, le rendement du premier jet urinaire peut être inférieur à celui de l’écouvillon cervical avec le TAAN.

Écouvillon oropharyngé
TAAN validé ou culture

  • Pour la détection en laboratoire de N. gonorrhoeae
  • Femmes ayant eu des relations sexuelles orales
  • Hommes ayant eu des relations sexuelles orales et qui présentent un risque élevé d’exposition (p. ex. HARSAH, partenaires sexuelles multiples ou relations sexuelles avec une partenaire à risque élevé d’infection)
  • La culture est préférable, mais un TAAN validé peut être utilisé si la culture est impossible.

Écouvillon rectal
TAAN validé ou culture

  • Pour la détection en laboratoire de N. gonorrhoeae
  • Toutes les femmes présentant des symptômes anogénitaux, car une colonisation est possible sans pénétration anale(Note de bas de page 57)
  • Femmes ayant eu des relations anales réceptives, que le condom ait été employé ou non
  • HARSAH ayant eu des relations anales réceptives, que le condom ait été employé ou non

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Consulter les sections et avant le tableau 4 pour en savoir plus sur ces méthodes d’analyse.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Note de bas de page 2

Pour obtenir des conseils concernant le prélèvement d’échantillons chez les filles et les garçons prépubères, consulter le chapitre et le chapitre .

Retour à la référence de la note de bas de page

Prise en charge

  • Des échantillons appropriés (énumérés ci-dessus) devraient être prélevés avant le traitement.
  • Le traitement devrait être choisi en fonction du siège de l’infection et des résultats de laboratoire (tableau 5), à moins qu’un traitement présomptif ne soit administré pour la prise en charge syndromique (cervicite mucopurulente, urétrite non gonococcique, atteinte inflammatoire pelvienne ou épididymite) (tableau 6) ou que le patient ne soit traité comme contact. Lorsqu’on décide du traitement, il y a lieu de prendre en considération les antécédents pertinents, l’anamnèse, l’examen physique et les facteurs épidémiologiques.
  • Tous les cas confirmés doivent être traités, et le traitement devrait être envisagé chez les cas suspects.
  • En ce qui concerne le traitement des atteintes inflammatoires pelviennes, consulter le chapitre Atteintes inflammatoires pelviennes.
  • Pour le traitement de l’épididymite ou de l’épididymo-orchite, consulter le chapitre Épididymite.
Prise en considération d’autres ITS
Considérations pour les enfants (consulter le chapitre Abus sexuel à l’égard d’enfants impubères et prépubères)
  • La possibilité d’un abus sexuel devrait être envisagée pour tout enfant chez lequel une gonorrhée génitale, rectale ou pharyngée est diagnostiquée après la période néonatale(Note de bas de page 37,Note de bas de page 58).
    • Il y a lieu dans un tel cas de consulter un collègue expérimenté.
  • Chaque province et territoire dispose de lois qui exigent la déclaration des cas suspects ou confirmés d’abus sexuel chez les enfants.
  • Les frères et soeurs et les autres enfants qui pourraient être à risque devraient aussi être évalués(Note de bas de page 37).
  • Tous les sujets nommés à titre de contacts dans les cas suspects d’abus sexuel devraient être localisés et subir une évaluation clinique; un traitement prophylactique pourra être offert ou non, et la décision de traiter devrait reposer sur l’anamnèse, les observations cliniques et les résultats d’analyse.
  • Les autorités locales de la santé publique devraient être avisées; elles pourraient offrir des conseils pour l’évaluation du cas source suspecté.
Tableau 5. Prise en charge recommandée : résultats d’analyses connus
Coloration de Gram positive
Culture ou TAAN positif
  • Permet de poser le diagnostic de gonorrhée; un traitement contre la gonorrhée et contre l’infection à Chlamydia devrait être administré(Note de bas de page 32,Note de bas de page 42,Note de bas de page 53).
Tableau 6. Prise en charge recommandée : résultats d’analyses à venir
Écoulement urétral ou cervical mucopurulent

OU

Absence d’écoulement urétral ou cervical mucopurulent
  • Le traitement devrait être reporté jusqu’à ce que les résultats du frottis, de la culture ou du TAAN soient disponibles.

OU

Traitement

Médicaments : considérations et contre-indications
  • Les patients devraient idéalement recevoir un traitement d’association contre la gonorrhée pour contrer la résistance accrue aux antimicrobiens(Note de bas de page 61).
    • Ce traitement d’association comprend aussi un traitement efficace contre l’infection à Chlamydia à cause des taux élevés d’infections concomitantes(Note de bas de page 7,Note de bas de page 32,Note de bas de page 53,Note de bas de page 59).
    • Un traitement d’association à l’aide de médicaments ayant deux modes d’action différents améliorerait l’efficacité du traitement et pourrait retarder l’apparition d’une résistance chez la souche de N. gonorrhoeae en cause.
  • D’après les données pharmacocinétiques, pour qu’un traitement monodose contre la gonorrhée causée par une souche moins sensible à l’antimicrobien soit efficace, les concentrations sériques du médicament doivent être d’au moins quatre fois la concentration minimale inhibitrice (CMI) pendant au moins 20 heures(Note de bas de page 15).
  • Il est préférable d’administrer un traitement monodose sous observation directe (Note de bas de page 32,Note de bas de page 62).
  • Les cliniciens devraient choisir le traitement et adapter leurs recommandations en fonction des données épidémiologiques de leur région lorsque ces dernières sont disponibles.
Céphalosporines
  • Le céfixime et la ceftriaxone ne devraient pas être donnés aux patients allergiques aux céphalosporines.
  • La sensibilité croisée entre la pénicilline et les céphalosporines de deuxième ou de troisième génération telles que la ceftriaxone, le céfixime, la céfoxitine et le céfotaxime est faible. Cependant, les patients ayant déjà eu une réaction d’hypersensibilité immédiate à la pénicilline (p. ex. anaphylaxie, éruption médicamenteuse, bronchospasme) peuvent présenter un risque accru de réaction similaire à toutes les céphalosporines. Si une céphalosporine est administrée à un patient hypersensible à la pénicilline, un protocole (p. ex. épinéphrine, ouverture des voies respiratoires, etc.) devrait être en place pour répondre aux réactions graves.
  • Le diluant recommandé pour la ceftriaxone est la lidocaïne à 1 % sans épinéphrine jusqu’à une concentration finale de 250 à 350 mg/mL(Note de bas de page 63) parce qu’il réduit l’inconfort.
  • Le Groupe de travail d’experts pour les Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement a examiné les publications scientifiques afin d’évaluer l’innocuité, l’efficacité, les échecs thérapeutiques signalés et la hausse des CMI et a par la suite formulé les recommandations suivantes :
    • Des données scientifiques montrent que le céfixime à raison de 800 mg est sûr et efficace dans le traitement des infections gonococciques(Note de bas de page 9,Note de bas de page 64-68). Les études de pharmacodynamie ont révélé qu’une dose de céfixime de 800 mg, comparativement à une dose de 400 mg, allonge la période pendant laquelle la concentration du médicament libre dépasse la CMI. Par conséquent, une dose de 800 mg peut être plus efficace que la dose de 400 mg recommandée auparavant pour réduire le risque d’échec du traitement des infections gonococciques dans les milieux où la sensibilité aux céphalosporines est réduite(Note de bas de page 9,Note de bas de page 15,Note de bas de page 27).
    • Il n’existe aucune donnée concernant l’efficacité d’une dose de céfixime de 800 mg pendant la grossesse. Cependant, d’après les données d’innocuité et d’efficacité d’une dose de céfixime de 400 mg, une dose unique de céfixime de 800 mg peut être envisagée chez les femmes enceintes.
    • La pénétration du céfixime dans l’oropharynx n’est pas idéale, et des cas d’échec du traitement par le céfixime ont été signalés.
    • Il existe peu de données concernant l’efficacité réelle d’une dose de céfixime de 800 mg p.o. contre les infections pharyngées.
    • Il existe davantage de données sur l’efficacité de la ceftriaxone que sur celle du céfixime dans le traitement des infections non compliquées(Note de bas de page 67) et dans les situations où une plus grande pénétration tissulaire est nécessaire à la guérison (par exemple dans les infections pharyngées(Note de bas de page 69-71) et les cas compliqués tels les cas d’atteinte inflammatoire pelvienne(Note de bas de page 72,Note de bas de page 73), d’épididymite ou d’épididymo-orchite(Note de bas de page 74). Une dose de 250 mg de ceftriaxone administrée par voie intramusculaire (i.m.) est maintenant recommandée contre les infections pharyngées, les atteintes inflammatoires pelviennes, l’épididymite et l’épididymo-orchite.
    • Vu les récents cas d’échec du traitement par le céfixime signalés principalement chez les HARSAH, la ceftriaxone est le médicament privilégié contre les infections gonococciques dans cette population (consulter le Tableau 8 ).
Quinolones
  • Compte tenu de l’augmentation rapide du nombre de cas de résistance de N. gonorrhoeae aux quinolones, les quinolones telles que la ciprofloxacine, la lévofloxacine et l’ofloxacine ne sont plus recommandées dans le traitement des infections gonococciques au Canada(Note de bas de page 5,Note de bas de page 6,Note de bas de page 22,Note de bas de page 27).
  • Les quinolones ne devraient être employées comme traitement de remplacement que SI :
    • on dispose des résultats de l’épreuve de sensibilité aux antimicrobiens et la sensibilité aux quinolones a été démontrée; OU
    • la résistance locale aux quinolones est inférieure à 5 % ET un test de contrôle post-traitement peut être réalisé.
  • Les quinolones devraient être évitées chez les enfants prépubertaires.
Azithromycine
  • L’azithromycine ne devrait être employée en monothérapie que si les céphalosporines sont contre-indiquées (p. ex. antécédents de réaction anaphylactique à la pénicilline ou allergie à une céphalosporine), car des cas de résistance ont été signalés(Note de bas de page 75-78).
  • La dose de 2 g d’azithromycine recommandée contre les infections gonococciques est associée à de fréquents effets indésirables gastro-intestinaux.
    • La prise d’azithromycine avec des aliments peut atténuer ces effets.
    • Un anti-émétique prophylactique peut être employé, à moins qu’il ne soit contre-indiqué.
    • Si des vomissements surviennent dans l’heure qui suit l’administration, une autre dose devrait être donnée.
  • L’azithromycine peut causer une arythmie menaçant le pronostic vital, en particulier chez les personnes qui prennent ce médicament pendant plusieurs jours (Note de bas de page 79), et qui :
    • présentent un allongement de l’intervalle QT;
    • présentent une bradycardie cliniquement importante;
    • souffrent d’arythmie;
    • souffrent d’insuffisance cardiaque;
    • prennent un antiarhythmique ou un autre médicament dont on sait qu’il allonge l’intervalle QT;
    • ont un faible taux sérique de potassium ou de magnésium;
    • sont âgées.
Tableau 7. Traitement recommandé des infections anogénitales ou pharyngées non compliquées chez les adultes et chez les jeunes de 9 ans et plus Note de bas de page * (Note de bas de page 7,Note de bas de page 15,Note de bas de page 65-67,Note de bas de page 71,Note de bas de page 80-88).
Pour connaître le traitement recommandé chez les HARSAH, consulter le Tableau 8.
Infection anogénitale (urétrale, endocervicale, vaginale, rectale)
Traitement privilégiéNote de bas de page * Ceftriaxone, 250 mg, i.m., en dose unique [A-I]
PLUS azithromycine, 1 g, p.o., en dose uniqueNote de bas de page [B-ll]

OU

Céfixime, 800 mg, p.o., en dose uniqueNote de bas de page [A-I]
PLUS azithromycine, 1 g, p.o., en dose uniqueNote de bas de page [B-ll]
Autres traitements Spectinomycine, 2 g, i.m., en dose unique [A-I]
(accessible uniquement par l’entremise du PAS)
PLUS azithromycine, 1 g, p.o., en dose uniqueNote de bas de page [B-ll]

OU

Azithromycine, 2 g, p.o., en dose uniqueNote de bas de page § [A-I]
Infection pharyngée
Traitement privilégiéNote de bas de page * Ceftriaxone 250 mg, i.m., en dose unique [A-I]
PLUS azithromycine, 1 g, p.o., en dose uniqueNote de bas de page [B-lll]
Autres traitements Céfixime, 800 mg, p.o., en dose uniqueNote de bas de page [B-III]
PLUS azithromycine, 1 g, p.o., en dose uniqueNote de bas de page [B-III]

OU

Azithromycine, 2 g, p.o., en dose uniqueNote de bas de page § [A-I]

Mise en garde :
La spectinomycine n’est plus fabriquée. Dans le cas des recommandations relatives aux autres traitements qui incluent la spectinomycine (comme indiqué dans le tableau 7), veuillez consulter le document Traitement des infections gonococciques par suite du retrait du marché de la spectinomycine : Déclaration d'orientation pour les traitements de remplacement pour les recommandations de traitements.

  • Pour des conseils relatifs aux options de traitements de remplacement pour les femmes enceintes, veuillez consulter un obstétricien/gynécologue ou un infectiologue.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Consensus général du Groupe de travail d’experts. Pour en savoir plus concernant la résistance aux antimicrobiens et les considérations et contre-indications propres à chaque médicament, voir la section à ce sujet au-dessus du Tableau 7 du présent chapitre.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Note de bas de page 2

Traitement d’association de remplacement : L’administration de 1 g d’azithromycine p.o. est préférable à l’administration de 100 mg de doxycycline p.o. b.i.d. x 7 jours à cause des taux élevés de résistance du gonocoque à la tétracycline et de l’incertitude quant à l’observance d’un schéma thérapeutique de 7 jours. La doxycycline est contre-indiquée chez les femmes enceintes ou allaitantes.

Retour à la référence de la note de bas de page

Note de bas de page 3

Des données scientifiques montrent que le céfixime à raison de 800 mg est sûr et efficace dans le traitement des infections gonococciquesNote de bas de page 9Note de bas de page 64-68. Les études de pharmacodynamie ont révélé qu’une dose de céfixime de 800 mg, comparativement à une dose de 400 mg, allonge la période pendant laquelle la concentration du médicament libre dépasse la CMI. Par conséquent, une dose de 800 mg peut être plus efficace que la dose de 400 mg recommandée auparavant pour réduire le risque d’échec du traitement des infections gonococciques dans les milieux où la sensibilité aux céphalosporines est réduiteNote de bas de page 9Note de bas de page 15Note de bas de page 27.

Retour à la référence de la note de bas de page

Note de bas de page *

L’azithromycine à raison de 2 g p.o. en dose unique ne devrait être envisagée comme traitement de remplacement que s’il y a des antécédents d’allergie sévère aux céphalosporines. Il est important de reconnaître le risque d’échec thérapeutique lorsque l’azithromycine est administrée en monothérapie contre la gonorrhée dans un milieu où l’on observe l’émergence d’une résistance à cet antimicrobien. L’azithromycine à forte dose entraîne aussi d’importants effets indésirables gastro intestinaux.

Retour à la référence de la note de bas de page §

Tableau 8. Traitement recommandé des infections anogénitales ou pharyngées non compliquées chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH) Note de bas de page * (Note de bas de page 15,Note de bas de page 65-67,Note de bas de page 71,Note de bas de page 80-84)
Infection anogénitale (urétrale, rectale)
Traitement privilégiéNote de bas de page * Ceftriaxone, 250 mg, i.m., en dose unique [A-I]
PLUS azithromycine, 1 g, p.o., en dose uniqueNote de bas de page [B-ll]
Autres traitements Céfixime , 800 mg, p.o., en dose uniqueNote de bas de page [A-I]
PLUS azithromycine, 1 g, p.o., en dose uniqueNote de bas de page [B-ll]

OU

Spectinomycine, 2 g, i.m., en dose unique [A-I]
(accessible uniquement par l’entremise du PAS)
PLUS azithromycine, 1 g, p.o., en dose uniqueNote de bas de page [B-ll]

OU

Azithromycine, 2 g, p.o., en dose uniqueNote de bas de page § [A-I]
Infection pharyngée
Traitement privilégiéNote de bas de page * Céftriaxone, 250 mg, i.m., en dose unique [A-I]
PLUS azithromycine, 1 g, p.o., en dose uniqueNote de bas de page [B-lll]
Autre traitement Céfixime, 800 mg, p.o., en dose uniqueNote de bas de page [B-III]
PLUS azithromycine, 1 g, p.o., en dose uniqueNote de bas de page [B-III]

Mise en garde :
La spectinomycine n’est plus fabriquée. Dans le cas des recommandations relatives aux autres traitements qui incluent la spectinomycine (comme indiqué dans le tableau 8), veuillez consulter le document Traitement des infections gonococciques par suite du retrait du marché de la spectinomycine : Déclaration d'orientation pour les traitements de remplacement pour les recommandations de traitements.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Consensus général du Groupe de travail d’experts. Pour en savoir plus concernant la résistance aux antimicrobiens et les considérations et contre-indications propres à chaque médicament, voir la au-dessus du Tableau 7 du présent chapitre.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Note de bas de page 2

Traitement d’association de remplacement : L’administration de 1 g d’azithromycine p.o. est préférable à l’administration de 100 mg de doxycycline p.o. b.i.d. x 7 jours à cause des taux élevés de résistance du gonocoque à la tétracycline et de l’incertitude quant à l’observance d’un schéma thérapeutique de 7 jours.

Retour à la référence de la note de bas de page

Note de bas de page 3

Des données scientifiques montrent que le céfixime à raison de 800 mg est sûr et efficace dans le traitement des infections gonococciquesNote de bas de page 9Note de bas de page 64-68. Les études de pharmacodynamie ont révélé qu’une dose de céfixime de 800 mg, comparativement à une dose de 400 mg, allonge la période pendant laquelle la concentration du médicament libre dépasse la CMI. Par conséquent, une dose de 800 mg peut être plus efficace que la dose de 400 mg recommandée auparavant pour réduire le risque d’échec du traitement des infections gonococciques dans les milieux où la sensibilité aux céphalosporines est réduiteNote de bas de page 9Note de bas de page 15Note de bas de page 27.

Retour à la référence de la note de bas de page

Note de bas de page *

Pour les infections anogénitales, l’azithromycine à raison de 2 g p.o. en dose unique ne devrait être envisagée comme traitement de remplacement que s’il y a des antécédents d’allergie sévère aux céphalosporines. Il est important de reconnaître le risque d’échec thérapeutique lorsque l’azithromycine est administrée en monothérapie contre la gonorrhée dans un milieu où l’on observe l’émergence d’une résistance à cet antimicrobien. L’azithromycine à forte dose entraîne aussi d’importants effets indésirables gastro intestinaux.

Retour à la référence de la note de bas de page §

Note de bas de page *

Pour les infections pharyngées, en cas d’allergie sévère aux céphalosporines, l’azithromycine à raison de 2 g p.o. [A-I] peut être envisagée comme traitement de remplacement

Retour à la référence de la note de bas de page

Tableau 9. Traitement recommandé des infections anogénitales ou pharyngées non compliquées chez les enfants de moins de 9 ans Note de bas de page * (Note de bas de page 31,Note de bas de page 39,Note de bas de page 89)
Infection anogénitale (urétrale, vaginale, rectale)
Traitement privilégiéNote de bas de page * Ceftriaxone, 50 mg/kg, i.m., jusqu’à 250 mg en dose unique [A-II]
PLUS azithromycine, 20 mg/kg (dose maximale de 1 g), p.o., en dose unique [B-ll]

OU

Céfixime, 8 mg/kg, p.o., b.i.d. x 2 dosesNote de bas de page (dose maximale de 400 mg) [B-III]
PLUS azithromycine, 20 mg/kg (dose maximale de 1 g), p.o., en dose unique [B-ll]
Autre traitement Spectinomycine, 40 mg/kg, i.m., en dose unique (dose maximale de 2 g) [A-II] (accessible uniquement par l’entremise du PAS)
PLUS azithromycine, 20 mg/kg (dose maximale de 1 g), p.o., en dose unique[B-ll]
Infection pharyngée
Traitement privilégiéNote de bas de page * Ceftriaxone, 50 mg/kg, i.m., jusqu’à 250 mg en dose unique [A-II]
PLUS azithromycine, 20 mg/kg (dose maximale de 1 g), p.o., en dose unique [B-lll]
Autre traitement Céfixime, 8 mg/kg, p.o., b.i.d. x 2 dosesNote de bas de page (dose maximale de 400 mg) [A-II]
PLUS azithromycine, 20 mg/kg (dose maximale de 1 g), p.o., en dose unique [B-III]
Remarques importantes concernant les nouveau-nés (de la naissance à l’âge de 1 mois) :
  • Chez les nouveau-nés, la dose recommandée de ceftriaxone est de 25-50 mg/kg (dose maximale de 125 mg).
  • L’administration systématique du traitement d’association comportant un macrolide n’est pas recommandée, car un lien a été établi entre ce traitement et la sténose du pylore. Un test de détection de l’infection à Chlamydia devrait être effectué et, si le résultat est positif, le patient devrait recevoir le traitement indiqué au tableau 4 du chapitre Infections à Chlamydia.

Mise en garde :
La spectinomycine n'est plus fabriquée. Pour des conseils relatifs aux options de traitements de remplacement, veuillez consulter un pédiatre ou un infectiologue.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Consensus général du Groupe de travail d’experts. Pour en savoir plus concernant la résistance aux antimicrobiens et les considérations et contre-indications propres à chaque médicament, voir la au-dessus du Tableau 7 du présent chapitre.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Note de bas de page 2

Dans la mesure du possible, il est recommandé d’administrer un traitement par voie orale aux enfants. Les recommandations concernant l’usage du céfixime reposent sur des données étayant son efficacité contre les infections causées par des microorganismes similaires à N. gonorrhoeae. Comme le céfixime a été peu employé chez les enfants atteints d’une infection gonococcique, la sensibilité à cet antimicrobien devrait être vérifiée et une culture de suivi devrait être réalisée. Si la culture de suivi est impossible, la ceftriaxone devrait être employée au lieu du céfixime.

Retour à la référence de la note de bas de page

Tableau 10. Traitement recommandé de l’ophtalmie gonococcique et des infections gonococciques disséminées chez les adultes et les jeunes de 9 ans et plus(Note de bas de page 31,Note de bas de page 39)
Infection Traitement initial privilégié avant la consultation auprès d’un collègue expérimentéNote de bas de page *Note de bas de page
Arthrite Ceftriaxone, 2 g, i.v. ou i.m., chaque jour pendant 7 joursNote de bas de page [A-II]
PLUS azithromycine, 1 g, p.o., en dose unique x une seule doseNote de bas de page
[B-lll]
Méningite Ceftriaxone, 2 g, i.v. ou i.m.Note de bas de page §, chaque jour pendant 10-14 joursNote de bas de page
[A-II]
PLUS azithromycine, 1 g, p.o., en dose unique x une seule doseNote de bas de page
[B-lll]
Endocardite Ceftriaxone, 2 g, i.v. ou i.m.Note de bas de page §, chaque jour pendant 28 joursNote de bas de page [A-II]
PLUS azithromycine, 1 g, p.o., en dose unique x une seule doseNote de bas de page
[B-lll]
Ophtalmie Ceftriaxone, 2 g, i.v. ou i.m., en dose uniqueNote de bas de page [A-II]
PLUS azithromycine, 1 g, p.o., en dose uniqueNote de bas de page [B-lll]
Remarque : L’hospitalisation est indiquée en cas de méningite et pourrait aussi l’être dans le cas d’autres infections disséminées.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Consensus général du Groupe de travail d’experts. Pour en savoir plus concernant la résistance aux antimicrobiens et les considérations et contre-indications propres à chaque médicament, voir la section à ce sujet au-dessus du Tableau 7 du présent chapitre.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Note de bas de page 2

Il s’agit de la durée habituelle du traitement, mais tous les cas devraient faire l’objet d’une discussion avec un infectiologue.

Retour à la référence de la note de bas de page

Note de bas de page 3

Traitement d’association de remplacement : L’administration de 1 g d’azithromycine p.o. est préférable à l’administration de 100 mg de doxycycline p.o. b.i.d. x 7 jours à cause des taux élevés de résistance du gonocoque à la tétracycline et de l’incertitude quant à l’observance d’un schéma thérapeutique de 7 jours. La doxycycline est contre-indiquée chez les femmes enceintes ou allaitantes.

Retour à la référence de la note de bas de page

Note de bas de page *

L’administration i.m. ne devrait être envisagée que si aucune voie de perfusion intraveineuse n’est installée.

Retour à la référence de la note de bas de page §

Tableau 11. Traitement recommandé de l’ophtalmie gonococcique et des infections gonococciques disséminées chez les enfants de plus de 1 mois à moins de 9 ansNote de bas de page *Note de bas de page (Note de bas de page 31,Note de bas de page 39)
Infection Traitement privilégiéNote de bas de page *
Arthrite Ceftriaxone, 50 mg/kg, i.v. ou i.m.Note de bas de page , chaque jour pendant 7 jours (dose maximale de 1 g/jour)Note de bas de page § [A-III]
PLUS azithromycine, 20 mg/kg (dose maximale de 1 g), p.o., en dose unique x une seule dose [B-lll]
Méningite Ceftriaxone, 50 mg/kg, i.v. ou i.m.Note de bas de page , q12h pendant 10-14 jours (dose maximale de 1 g/dose et 2 g/jour)Note de bas de page § [A-III]
PLUS azithromycine, 20 mg/kg (dose maximale de 1 g), p.o., en dose unique x une seule dose [B-lll]
Endocardite Ceftriaxone, 50 mg/kg, i.v. ou i.m.Note de bas de page , q12h pendant 28 jours (dose maximale de 1 g/dose et 2 g/jour)Note de bas de page § [A-III]
PLUS azithromycine, 20 mg/kg (dose maximale de 1 g), p.o., en dose unique x une seule dose [B-lll]
Ophtalmie après la période néonatale Ceftriaxone, 50 mg/kg, i.v. ou i.m., en dose unique (dose maximale de 2 g) [A-III]
PLUS azithromycine, 20 mg/kg (dose maximale de 1 g), p.o., en dose uniqueNote de bas de page § [B-lll]
Remarque : L’hospitalisation est indiquée en cas d’infection disséminée et un infectiologue devrait être consulté le plus tôt possible.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Consensus général du Groupe de travail d’experts. Pour en savoir plus concernant la résistance aux antimicrobiens et les considérations et contre-indications propres à chaque médicament, voir la au-dessus du Tableau 7 du présent chapitre.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Note de bas de page 2

Pour connaître les recommandations thérapeutiques pour les nouveau-nés (de la naissance à l’âge de 1 mois), voir la section

Retour à la référence de la note de bas de page

Note de bas de page 3

L’administration i.m. ne devrait être envisagée que si aucune voie de perfusion intraveineuse n’est installée.

Retour à la référence de la note de bas de page

Note de bas de page *

Il s’agit de la durée habituelle du traitement, mais tous les cas devraient faire l’objet d’une discussion avec un infectiologue.

Retour à la référence de la note de bas de page §

Traitement recommandé pour les nouveau-nés

  • Il est important de procéder à un dépistage du gonocoque chez les nouveau-nés dont la mère était infectée et n’avait pas été traitée au moment de l’accouchement et d’amorcer sans délai le traitement, sans attendre les résultats des analyses.
  • Il est recommandé de mettre en culture des sécrétions de la conjonctive avant d’administrer un antibiotique. Si l’état de l’enfant n’est pas satisfaisant, une hémoculture et une culture de liquide céphalorachidien sont aussi recommandées pour exclure la possibilité d’une infection disséminée.
Tableau 12. Nouveau-nés dont la mère était atteinte d’une gonorrhée non traitée au moment de l’accouchementNote de bas de page *(Note de bas de page 31,Note de bas de page 39,Note de bas de page 89)
Traitement privilégiéNote de bas de page * Ceftriaxone, 25-50 mg/kg, i.m., en dose unique (dose maximale de 125 mg) [A-III]
Remarques importantes :
  • Il n’est pas recommandé d’administrer un traitement prophylactique contre l’infection à Chlamydia à moins que le suivi ne soit pas garanti.
  • Un test de détection de l’infection à Chlamydia devrait être effectué et, si le résultat est positif, l’enfant devrait recevoir le traitement indiqué au tableau 4 du chapitre Infections à Chlamydia.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Consensus général du Groupe de travail d’experts. Pour en savoir plus concernant la résistance aux antimicrobiens et les considérations et contre-indications propres à chaque médicament, voir la au-dessus du Tableau 7 du présent chapitre.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Tableau 13. Ophtalmie du nouveau-né(Note de bas de page 39,Note de bas de page 89)
Traitement privilégiéNote de bas de page * Ceftriaxone, 25-50 mg/kg, i.m., en dose unique (dose maximale de 125 mg)Note de bas de page [A-II]
Remarques importantes :
  • Irriguer immédiatement les yeux à l’aide de sérum physiologique, puis au moins une fois toutes les heures jusqu’à ce que l’écoulement ait été éliminé.
  • Il n’est pas recommandé d’administrer un traitement prophylactique contre l’infection à Chlamydia à moins que le suivi ne soit pas garanti. Un test de détection devrait être effectué et, si le résultat est positif, l’enfant devrait recevoir le traitement indiqué tableau 4 du chapitre Infections à Chlamydia.
  • Il est recommandé d’hospitaliser l’enfant et de consulter un infectiologue le plus tôt possible.
  • Des mesures adéquates de prévention et de lutte contre les infections sont nécessaires pour tous les cas.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Consensus général du Groupe de travail d’experts. Pour en savoir plus concernant la résistance aux antimicrobiens et les considérations et contre-indications propres à chaque médicament, voir la au-dessus du Tableau 7 du présent chapitre.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Note de bas de page 2

L’administration systématique du traitement d’association comportant un macrolide n’est pas recommandée, car un lien a été établi entre ce traitement et la sténose du pylore.

Retour à la référence de la note de bas de page

Tableau 14. Nouveau-nés atteints d’une arthrite, méningite ou endocardite gonococcique disséminée
Traitement privilégiéNote de bas de page * Céfotaxime, 50 mg/kg, i.v. ou i.m.Note de bas de page , q6h pendant 10-14 joursNote de bas de page Note de bas de page §[A-III]
Remarques importantes :
  • Il est recommandé d’hospitaliser l’enfant et de consulter un infectiologue le plus tôt possible.
  • Il n’est pas recommandé d’administrer un traitement prophylactique contre l’infection à Chlamydia à moins que le suivi ne soit pas garanti. Un test de détection devrait être effectué et, si le résultat est positif, l’enfant devrait recevoir le traitement indiqué tableau 4 du chapitre Infections à Chlamydia.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Consensus général du Groupe de travail d’experts. Pour en savoir plus concernant la résistance aux antimicrobiens et les considérations et contre-indications propres à chaque médicament, voir la au-dessus du Tableau 7 du présent chapitre.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Note de bas de page 2

L’administration i.m. ne devrait être envisagée que si aucune voie de perfusion intraveineuse n’est installée.

Retour à la référence de la note de bas de page

Note de bas de page 3

Il s’agit de la durée habituelle du traitement, mais tous les cas devraient faire l’objet d’une discussion avec un infectiologue.

Retour à la référence de la note de bas de page

Note de bas de page *

L’administration systématique du traitement d’association comportant un macrolide n’est pas recommandée, car un lien a été établi entre ce traitement et la sténose du pylore.

Retour à la référence de la note de bas de page §

Déclaration des cas et notification aux partenaires

  • La recherche des cas et la notification aux partenaires sont des stratégies essentielles pour qu’on puisse continuer à maîtriser les infections gonococciques au Canada.
  • Les autorités locales de la santé publique peuvent apporter leur aide pour la notification aux partenaires et pour un aiguillage adéquat des cas en vue d’une évaluation clinique, de tests, d’un traitement ou d’une éducation en matière de santé.
  • La déclaration des infections gonococciques est obligatoire dans toutes les provinces et tous les territoires; les résultats d’analyse positifs devraient être déclarés aux autorités locales de la santé publique.
  • Toute personne ayant eu des relations sexuelles avec le cas index dans les 60 jours précédant l’apparition des symptômes ou la date de prélèvement de l’échantillon (si le cas index est asymptomatique) devrait être avisée, subir un test et recevoir un traitement empirique quelles que soient les observations cliniques et sans attendre les résultats des analyses(Note de bas de page 32,Note de bas de page 62).
  • La durée de la période de traçabilité devrait être prolongée dans les circonstances suivantes :
    • pour tenir compte du temps écoulé entre la date du test et la date du traitement;
    • si le cas index indique qu’il n’a pas eu de partenaire pendant la période de traçabilité, le dernier partenaire devrait être avisé; et
    • si tous les partenaires retracés (à l’intérieur de la période de traçabilité recommandée) obtiennent un résultat négatif aux tests, le dernier partenaire avant la période de traçabilité devrait être avisé.
  • Lorsque la présence d’une gonorrhée est confirmée chez un nouveau-né, la mère et son partenaire sexuel le plus récent en plus de tout autre partenaire qu’elle aurait eu dans les 60 jours précédant l’accouchement devraient être localisés, subir une évaluation clinique et recevoir un traitement empirique quelles que soient les observations cliniques et sans attendre les résultats d’analyse.

Suivi

  • Chez toutes les personnes ayant eu un diagnostic d’infection gonococcique, il est recommandé de refaire un test de détection 6 mois après le traitement(Note de bas de page 28),
  • Une culture de contrôle de tous les sites positifs devrait être effectuée de 3 à 7 jours après la fin de traitement, en particulier dans les cas suivants :
    • toute infection pharyngée(Note de bas de page 69);
    • signes ou symptômes persistants après le traitement(Note de bas de page 32,Note de bas de page 62);
    • cas traité par un schéma autre que la ceftriaxone, lorsque la ceftriaxone est le traitement de première intention;
    • traitement par une quinolone administré sans qu’une épreuve de sensibilité aux antimicrobiens n’ait été effectuée;
    • cas lié à un autre cas affichant une résistance confirmée aux antimicrobiens administrés contre l’infection gonococcique;
    • résistance établie aux antimicrobiens administrés(Note de bas de page 32,Note de bas de page 62);
    • cas associé à un cas d’échec thérapeutique qui a été traité par le même antibiotique(Note de bas de page 32);
    • échec d’un traitement antérieur contre la gonorrhée chez le cas;
    • observance du traitement incertaine;
    • nouvelle exposition à un partenaire non traité;
    • infection pendant la grossesse(Note de bas de page 86);
    • infection gonococcique disséminée;
    • le cas est un enfant;
    • test de contrôle à envisager pour les cas d’atteinte inflammatoire pelvienne chez lesquels N. gonorrhoeae a été isolé au départ et;
    • chez les femmes qui subissent une interruption volontaire de grossesse (IVG) et dont le test révèle une infection gonococcique, car ces femmes présentent un risque accru d’atteinte inflammatoire pelvienne.
  • Si le TAAN est le seul test de contrôle possible, il ne devrait pas être effectué moins de 2 ou 3 semaines suivant le traitement (Note de bas de page 45,Note de bas de page 46) en raison de la possibilité de résultats faussement positifs dus à la présence de bactéries non viables.

Échec du traitement(Note de bas de page 5)

Définition

L’échec du traitement est défini comme l’absence de relation sexuelle signalée pendant la période post-traitement ET l’une des situations suivantes :

  • présence de diplocoques Gram négatif intracellulaires à l’examen microscopique d’échantillons prélevés au moins 72 heures après la fin du traitement;

OU

  • isolement de N. gonorrhoeae dans une culture d’échantillon prélevé au moins 72 heures après la fin du traitement;

OU

  • TAAN positif sur un échantillon prélevé après au moins 2 à 3 semaines suivant la fin du traitement.
Prise en charge recommandée des échecs du traitement de première intention par une céphalosporine
  • En cas d’échec d’un traitement d’association comportant une céphalosporine (céfixime, 800 mg p.o., ou ceftriaxone, 250 mg i.m., plus azithromycine, 1 g p.o.), les autorités locales de la santé publique devraient être avisées sans tarder. Ainsi, les programmes P/T de lutte contre les ITSS pourront collaborer avec l’Agence de la santé publique du Canada pour que celle-ci publie des alertes concernant les échecs thérapeutiques au Canada.
  • Il est fortement recommandé de baser le traitement sur les résultats de l’épreuve de sensibilité aux antimicrobiens afin de choisir, en consultation avec un infectiologue et les autorités locales de la santé publique, le meilleur antimicrobien à administrer.
  • Une culture de contrôle est fortement recommandée. L’échantillon devrait être prélevé de 3 à 7 jours après la fin du traitement.

Références

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :