Guide sur la gonorrhée: Dépistage et tests diagnostiques

Dépistage et tests diagnostiques pour les infections à Neisseria gonorrhoeae.

Sur cette page

Dépistage

Le dépistage de l'infection à N. gonorrhoeae est recommandé pour toute personne présentant des facteurs de risque d'ITS. Le dépistage est efficace pour détecter et traiter les infections asymptomatiques ainsi que pour prévenir les complications, la transmission et la réinfection.

Selon le type d'activité sexuelle, il pourrait être nécessaire d'effectuer des prélèvements au niveau de plusieurs sites anatomiques.

Adolescents et jeunes adultes

Le dépistage est recommandé pour les personnes âgées de moins de 25 ans sexuellement actives.

Personnes enceintes

Effectuer un dépistage chez toutes les personnes enceintes lors de la première visite prénatale. Si une infection gonococcique est diagnostiquée, un test de contrôle est recommandé.

Au troisième trimestre, répéter le dépistage :

À l'accouchement:

Nouveau-nés

Autres ITSS

Les recommandations concernant le dépistage des ITSS varient selon l'âge, le genre, le sexe ainsi que les antécédents médicaux et sexuels. Toute personne présentant des facteurs de risque d'ITSS devrait faire l'objet d'un dépistage des ITSS et être traitée de façon appropriée pour prévenir la transmission et la réinfection.

Les personnes ayant une infection à N. gonorrhoeae ont souvent une co-infection à C. trachomatisNote de bas de page 1Note de bas de page 2Note de bas de page 3.

La gonorrhée peut accroître le risque d'acquisition et de transmission du VIHNote de bas de page 4Note de bas de page 5Note de bas de page 6.

Les personnes évaluées ou traitées pour une infection gonococcique devraient faire l'objet d'un dépistage :

Tests diagnostiques

Le tableau clinique et les antécédents sexuels déterminent quels échantillons devraient être prélevés et le type de tests requis.

Les analyses de laboratoire pour le diagnostic de la gonorrhée peuvent comprendre une culture, un TAAN et un examen microscopique (coloration de Gram).

Remarques :

Test d'amplification des acides nucléiques (TAAN)

Les TAAN sont les tests les plus sensibles pour N. gonorrhoeaeNote de bas de page 7Note de bas de page 8 et peuvent contribuer à accroître le nombre de cas diagnostiquésNote de bas de page 8Note de bas de page 9.

Les TAAN peuvent être effectués sans attendre 48 heures post exposition. Ceci est fondé sur une opinion d'experts que les TAAN peuvent détecter de petites quantités d'ADN ou d'ARN (inoculum).

Un TAAN validé peut être utilisé pour détecter les infections rectales et pharyngées.

Certains TAAN peuvent produire des résultats faux positifs, en raison de la possibilité de réaction croisée avec d'autres espèces de Neisseria. Si un résultat faussement positif est suspecté, consulter le laboratoire pour obtenir des conseils.

Culture

Une culture permet de connaître la sensibilité aux antimicrobiens et devrait être réalisée en cas de soupçon d'antibiorésistance. Une culture fournit des informations importantes pour la prise en charge du cas et elle est essentielle à l'amélioration de la surveillance des tendances et des profils de la RAM par les autorités de santé publiqueNote de bas de page 10Note de bas de page 11Note de bas de page 12Note de bas de page 13Note de bas de page 14Note de bas de page 15.

Comme les TAAN sont plus sensibles qu'une culture, envisager de prélever des échantillons pour réaliser une culture et un TAAN, si possible.

Il est fortement recommandé de réaliser une culture (en plus d'un TAAN) dans les situations suivantes :

Il est aussi recommandé de réaliser une culture (en plus d'un TAAN) dans les situations suivantes :

Note de bas de page *

Consulter les lignes directrices provinciales ou territoriales ou le laboratoire local en ce qui a trait à l'utilisation de la culture et du TAAN à des fins médicolégales.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Coloration de Gram

La présence de diplocoques Gram négatif intracellulaires (DGNI) à l'examen microscopique direct de frottis urétral a une forte valeur prédictive positive d'une infection à N. gonorrhoeae chez les hommes symptomatiquesNote de bas de page 17.

La sensibilité et la spécificité de la coloration de Gram dépendent du type de l'échantillonNote de bas de page 17.

La coloration de Gram ne convient pas aux échantillons pharyngés et rectaux.

Prélèvements et tests recommandés pour N. gonorrhoeae

Prélèvements et tests pour les sites urogénitaux (urétral, endocervical, vaginal)

Personnes asymptomatiques

Le TAAN est le test de premier choix.

Test Prélèvements chez les hommes asymptomatiquesNote de bas de page 9 Prélèvements chez les hommes asymptomatiques
TAAN

Urine du premier jet
ou
Écouvillonnage urétral

Écouvillonnage Vaginal, auto-prélevéou prélevé par un clinicien
ou
Écouvillonnage cervical
ou
Urine du premier jet

Remarque

Les échantillons d'urine devraient provenir du premier jet (les 10 à 20 premiers ml d'urine). Idéalement, la personne ne devrait pas avoir uriné au cours des deux heures précédant le prélèvement d'urine ou l'écouvillonnage urétral. Le fait d'avoir uriné plus récemment n'empêche pas la réalisation du testNote de bas de page 21.

Hommes:

L'urine du premier jet au moyen d'un TAAN est préférable à un écouvillonnage urétral

Femmes :

TAAN réalisé pour la recherche de N. gonorrhoeae sur des échantillons recueillis par écouvillonnage vaginal peut repérer un plus grand nombre de femmes atteintes d'une infection que le TAAN réalisé sur des écouvillonnages cervicaux ou urétraux ou sur des échantillons d'urineNote de bas de page 22.

Les écouvillonnages vaginaux auto-prélevés sont plus acceptables plus les femmes que les écouvillonnages vaginaux prélevés par le fournisseur de soins de santé.

L'acceptabilité des tests d'urines est élevée, ce qui fait du TAAN réalisé sur un échantillon d'urine idéal pour le dépistage chez les femmes.

Personnes symptomatiques

L'examen physique est essentiel lorsqu'une ITS est soupçonnée. Prélever des échantillons selon le tableau clinique et les antécédents sexuels, avant le traitement.

En raison des taux élevés d'infection concomitante, des échantillons devraient être prélevés pour le diagnostic d'une infection gonococcique et d'une chlamydiose par TAAN et pour le diagnostic d'une infection gonococcique par culture, si disponible Note de bas de page 2Note de bas de page 9. Les TAAN peuvent détecter à la fois C. trachomatis et N. gonorrhoeae dans un seul échantillon.

Hommes symptomatiques
Réaliser un écouvillonnage urétral pour effectuer une coloration de Gram et une culture, si disponible.

Prélever des échantillons urétraux pour un TAAN (écouvillonnage urétral ou urine du premier jet)

Femmes symptomatiques

Effectuer des écouvillonnages cervicaux pour TAAN et culture, si disponible.

Le TAAN peut aussi être réalisé sur un échantillon recueilli par écouvillonnage vaginal (peut être auto-prélevé) ou sur un échantillon d'urine.

Prélèvements et tests pour les sites extragénitaux (pharyngé et rectal)

Asymptomatique et symptomatique

Envisager de prélever des échantillons pour réaliser une culture et un TAAN

Les échantillons pharyngés sont recommandés:

Les échantillons rectaux sont recommandés :

Le dépistage devrait être envisagé chez tous les gbHARSAH, sans égard aux antécédents concernant des relations sexuelles anales réceptivesNote de bas de page 26Note de bas de page 27Note de bas de page 28.

Références

Note de bas de page 1

Creighton S, Tenant-Flowers M, Taylor CB, Miller R, Low N. Co-infection with gonorrhoea and chlamydia: how much is there and what does it mean?. Int J STD AIDS. 2003;14(2):109-113. doi:10.1258/095646203321156872.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Lyss SB, Kamb ML, Peterman TA, et al. Chlamydia trachomatis among patients infected with and treated for Neisseria gonorrhoeae in sexually transmitted disease clinics in the United States. Ann Intern Med. 2003;139(3):178-185.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Mayor MT, Roett MA, Uduhiri KA. Diagnosis and management of gonococcal infections [published correction appears in Am Fam Physician. 2013 Feb 1;87(3):163]. Am Fam Physician. 2012;86(10):931-938.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Laga M, Manoka A, Kivuvu M, et al. Non-ulcerative sexually transmitted diseases as risk factors for HIV-1 transmission in women: results from a cohort study. AIDS. 1993;7(1):95-102.

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Johnson LF, Lewis DA. The effect of genital tract infections on HIV-1 shedding in the genital tract: a systematic review and meta-analysis. Sex Transm Dis. 2008;35(11):946-959.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Fleming DT, Wasserheit JN. From epidemiological synergy to public health policy and practice: the contribution of other sexually transmitted diseases to sexual transmission of HIV infection. Sex Transm Infect. 1999;75(1):3-17.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Association of Public Health Laboratories. Laboratory diagnostic testing for Chlamydia trachomatis and Neisseria gonorrhoeae. Expert Consultation Meeting Summary Report. January 13-15, 2009.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Kapala J, Biers K, Cox M, et al. Aptima Combo 2 testing detected additional cases of Neisseria gonorrhoeae infection in men and women in community settings. J Clin Microbiol. 2011;49(5):1970-1971.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Papp JR, Schachter J, Gaydos CA, Van Der Pol B .Centers for Disease Control and Prevention. Recommendations for the laboratory-based detection of Chlamydia trachomatis and Neisseria gonorrhoeae-2014. MMWR Recomm Rep. 2014;63(RR-02):1-19.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Cephalosporin susceptibility among Neisseria gonorrhoeae isolates-United States, 2000-2010. MMWR Morb Mortal Wkly Rep. 2011 Jul 8;60(26):873-7. PMID: 21734634.

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Dillon JA. Sustainable antimicrobial surveillance programs essential for controlling Neisseria gonorrhoeae superbug. Sex Transm Dis. 2011;38(10):899-901. doi:10.1097/OLQ.0b013e318232459b.

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

Kirkcaldy RD, Ballard RC, Dowell D. Gonococcal resistance: are cephalosporins next?. Curr Infect Dis Rep. 2011;13(2):196-204.

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

MacDonald NE, Stanbrook MB, Flegel K, Hébert PC, Rosenfield D. Gonorrhea: what goes around comes around. CMAJ. 2011;183(14):1567.

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

Tapsall JW, Ndowa F, Lewis DA, Unemo M. Meeting the public health challenge of multidrug- and extensively drug-resistant Neisseria gonorrhoeae. Expert Rev Anti Infect Ther. 2009;7(7):821-834.

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

Unemo M, Shipitsyna E, Domeika M; Eastern European Sexual and Reproductive Health (EE SRH) Network Antimicrobial Resistance Group. Recommended antimicrobial treatment of uncomplicated gonorrhoea in 2009 in 11 East European countries: implementation of a Neisseria gonorrhoeae antimicrobial susceptibility programme in this region is crucial. Sex Transm Infect. 2010;86(6):442-444.

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Note de bas de page 16

Ng LK, Martin IE. The laboratory diagnosis of Neisseria gonorrhoeae. Can J Infect Dis Med Microbiol. 2005;16(1):15-25. 18.

Retour à la référence de la note de bas de page 16

Note de bas de page 17

Ison C LD. Gonorrhea. In: Morse S, Ballard R, Holmes K, Moreland A, ed. Atlas of sexually transmitted diseases and AIDS. 4th ed ed. Netherlands: Elsevier; 2010:24-39.

Retour à la référence de la note de bas de page 17

Note de bas de page 18

Lahra MM, Martin I, Demczuk W, et al. Cooperative Recognition of Internationally Disseminated Ceftriaxone-Resistant Neisseria gonorrhoeae Strain. Emerg Infect Dis. 2018;24(4):735-740. doi:10.3201/eid2404.171873.

Retour à la référence de la note de bas de page 18

Note de bas de page 19

Lefebvre B, Martin I, Demczuk W, et al. Ceftriaxone-Resistant Neisseria gonorrhoeae, Canada, 2017. Emerg Infect Dis. 2018; 24(2):381-383. doi:10.3201/eid2402.171756.

Retour à la référence de la note de bas de page 19

Note de bas de page 20

Sherrard J, Barlow D. Gonorrhoea in men: clinical and diagnostic aspects. Genitourin Med. 1996;72(6):422-426.

Retour à la référence de la note de bas de page 20

Note de bas de page 21

Centers for Disease Control and Prevention. Recommendations for the laboratory-based detection of Chlamydia trachomatis and Neisseria gonorrhoeae-2014. MMWR Recomm Rep. 2014;63(RR-02):1-19.

Retour à la référence de la note de bas de page 21

Note de bas de page 22

Schachter J, McCormack WM, Chernesky MA, et al. Vaginal swabs are appropriate specimens for diagnosis of genital tract infection with Chlamydia trachomatis. J Clin Microbiol. 2003;41(8):3784-3789.

Retour à la référence de la note de bas de page 22

Note de bas de page 23

Manavi K, Young H. The significance of voiding interval before testing urine samples for Chlamydia trachomatis in men. Sex Transm Infect. 2006;82(1):34-36.

Retour à la référence de la note de bas de page 23

Note de bas de page 24

Mathew T, O'Mahony C, Mallinson H. Shortening the voiding interval for men having chlamydia nucleic acid amplification tests. Int J STD AIDS. 2009;20(11):752-753.

Retour à la référence de la note de bas de page 24

Note de bas de page 25

McCormack WM, Stumacher RJ, Johnson K, Donner A. Clinical spectrum of gonococcal infection in women. Lancet. 1977;1(8023):1182-1185.

Retour à la référence de la note de bas de page 25

Note de bas de page 26

Chan PA, Robinette A, Montgomery M, et al. Extragenital Infections Caused by Chlamydia trachomatis and Neisseria gonorrhoeae: A Review of the Literature. Infect Dis Obstet Gynecol. 2016;2016:5758387. doi:10.1155/2016/5758387.

Retour à la référence de la note de bas de page 26

Note de bas de page 27

Jin F, Prestage GP, Zablotska I, et al. High rates of sexually transmitted infections in HIV positive homosexual men: data from two community based cohorts. Sex Transm Infect. 2007; 83(5):397-399.

Retour à la référence de la note de bas de page 27

Note de bas de page 28

Dukers-Muijrers NH, Schachter J, van Liere GA, Wolffs PF, Hoebe CJ. What is needed to guide testing for anorectal and pharyngeal Chlamydia trachomatis and Neisseria gonorrhoeae in women and men? Evidence and opinion. BMC Infect Dis. 2015;15:533. Published 2015 Nov 17. doi:10.1186/s12879-015-1280-6.

Retour à la référence de la note de bas de page 28

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :