Mycoplasma Genitalium: Facteurs de risque et manifestations cliniques

Facteurs de risque et manifestation clinique pour les infections à Mycoplasma genitalium.

Sur cette page :

Facteurs de risque

Les facteurs de risque d'infection à M. genitalium rapportés dans la littérature:

Transmission

M. genitalium est transmis sexuellement et est rarement détecté chez des sujets sexuellement inexpérimentés. Les études démontrent une concordance d'infection entre partenaires Note de bas de page 5, Note de bas de page 6, et certaines données probantes révèlent des types de souches indifférenciables  entre partenaires Note de bas de page 7.

Manifestations cliniques

Les informations disponibles ne sont pas suffisantes pour définir la période d'incubation de M. genitalium Note de bas de page 8.

Signes, symptômes et séquelles

Femmes

Les femmes sont souvent asymptomatiques. Lorsqu'ils sont présents, les signes et symptômes peuvent comprendre Note de bas de page 9:

Les données disponibles suggèrent :

Les données probantes sont insuffisantes pour déterminer une association avec les grossesses ectopiques Note de bas de page 10.

La sévérité des signes et symptômes d'une AIP associée à une infection à M. genitalium peut être semblable à celle d'une AIP associée à une chlamydiose Note de bas de page 13.

Hommes

M. genitalium a souvent été identifié comme un agent étiologique d'urétrite aiguë, persistante et récurrente Note de bas de page 10, Note de bas de page 11, Note de bas de page 14, Note de bas de page 15, Note de bas de page 16.

Une étude menée dans une clinique suédoise d'ITS a révélé que 73 % des hommes ayant eu un résultat positif pour M. genitalium présentaient une urétrite symptomatique (p. ex. écoulement urétral, dysurie), comparativement à 40 % des hommes ayant une infection à C. trachomatis Note de bas de page 17. Ces résultats sont conformes aux observations tirées d'une autre étude menée dans une clinique spécialisée en ITS Note de bas de page 12.

Les données probantes sont insuffisantes pour déterminer si M. genitalium cause une épididymite ou une proctite Note de bas de page 18.

Les données disponibles ne permettent pas de conclure que l'infection à M. genitalium peut être une cause d'infertilité masculine Note de bas de page 19.

Ressources

Note de bas de page 1

Cazanave C, Manhart L, Bébéar C. Mycoplasma genitalium, an emerging sexually transmitted pathogen. Médecine et maladies infectieuses. 2012;42(9):381-392.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Mobley VL, Hobbs MM, Lau K, Weinbaum BS, Getman DK, Sena AC. Mycoplasma genitalium infection in women attending a sexually transmitted infection clinic: Diagnostic specimen type, coinfections, and predictors. Sex Transm Dis. 2012;39(9):706-709. doi: 10.1097/OLQ.0b013e318255de03 [doi].

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Svenstrup HF, Dave SS, Carder C, et al. A cross-sectional study of mycoplasma genitalium infection and correlates in women undergoing population-based screening or clinic-based testing for chlamydia infection in london. BMJ Open. 2014;4(2):e003947-2013-003947. doi: 10.1136/bmjopen-2013-003947 [doi].

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Hancock EB, Manhart LE, Nelson SJ, Kerani R, Wroblewski JK, Totten PA. Comprehensive assessment of sociodemographic and behavioral risk factors for mycoplasma genitalium infection in women. Sex Transm Dis. 2010;37(12):777-783. doi: 10.1097/OLQ.0b013e3181e8087e [doi].

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Manhart LE, Kay N. Mycoplasma genitalium: Is it a sexually transmitted pathogen? Curr Infect Dis Rep. 2010;12(4):306-313.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Su R. Genital infections with mycoplasma genitalium. HONG KONG JOURNAL OF DERMATOLOGY & VENEREOLOGY. 2010;18(1):16-24.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Hjorth SV, Bjornelius E, Lidbrink P, et al. Sequence-based typing of mycoplasma genitalium reveals sexual transmission. J Clin Microbiol. 2006;44(6):2078-2083. doi: 44/6/2078 [pii].

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Weinstein SA, Stiles BG. A review of the epidemiology, diagnosis and evidence-based management of mycoplasma genitalium. Sexual Health. 2011;8(2):143-158.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Falk L, Fredlund H, Jensen JS. Signs and symptoms of urethritis and cervicitis among women with or without mycoplasma genitalium or chlamydia trachomatis infection. Sex Transm Infect. 2005;81(1):73-78. doi: 81/1/73 [pii].

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Manhart LE, Broad JM, Golden MR. Mycoplasma genitalium: Should we treat and how? Clinical Infectious Diseases. 2011;53(suppl_3):S129-S142.

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Lis R, Rowhani-Rahbar A, Manhart LE. Mycoplasma genitalium infection and female reproductive tract disease: A meta-analysis. Clinical Infectious Diseases. 2015;61(3):418-426.

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

Anagrius C, Lore B, Jensen JS. Mycoplasma genitalium: Prevalence, clinical significance, and transmission. Sex Transm Infect. 2005;81(6):458-462. doi: 81/6/458 [pii].

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Short VL, Totten PA, Ness RB, Astete SG, Kelsey SF, Haggerty CL. Clinical presentation of mycoplasma genitalium infection versus neisseria gonorrhoeae infection among women with pelvic inflammatory disease. Clinical Infectious Diseases. 2009;48(1):41-47.

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

Ballard RC, Fehler HG, Htun Y, Radebe F, Jensen JS, Taylor-Robinson D. Coexistence of urethritis with genital ulcer disease in south africa: Influence on provision of syndromic management. Sex Transm Infect. 2002;78(4):274-277.

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

Hoosen A, le Roux M, Adam A. P3-S1. 23 mycoplasma genitalium in south african men with and without symptoms of urethritis: Diagnosis and bacterial load. Sex Transm Infect. 2011;87(Suppl 1):A275-A275.

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Note de bas de page 16

Thurman A, Musatovova O, Perdue S, Shain R, Baseman J, Baseman J. Mycoplasma genitalium symptoms, concordance and treatment in high-risk sexual dyads. Int J STD AIDS. 2010;21(3):177-183.

Retour à la référence de la note de bas de page 16

Note de bas de page 17

Falk L, Fredlund H, Jensen JS. Symptomatic urethritis is more prevalent in men infected with mycoplasma genitalium than with chlamydia trachomatis. Sex Transm Infect. 2004;80(4):289-293. doi: 10.1136/sti.2003.006817 [doi].

Retour à la référence de la note de bas de page 17

Note de bas de page 18

Francis SC, Kent CK, Klausner JD, et al. Prevalence of rectal trichomonas vaginalis and mycoplasma genitalium in male patients at the san francisco STD clinic, 2005-2006. Sex Transm Dis. 2008;35(9):797-800. doi: 10.1097/OLQ.0b013e318177ec39 [doi].

Retour à la référence de la note de bas de page 18

Note de bas de page 19

Kjærgaard N, Kristensen B, Hansen ES, et al. Microbiology of semen specimens from males attending a fertility clinic. APMIS. 1997;105(7‐12):566-570.

Retour à la référence de la note de bas de page 19

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :