Mycoplasma Genitalium: Traitement et suivi

Traitement et suivi pour les infections à Mycoplasma genitalium.

Sur cette page :

Prise en charge et traitement

Étant donné que le dépistage de l'infection à M. genitalium n'est pas recommandé et qu'au Canada, la disponibilité du test est limitée, la prise en charge de la plupart des infections se fera dans le contexte d'une approche syndromique pour l'urétrite, la cervicite ou l'atteinte inflammatoire pelvienne (AIP).

Envisager la possibilité d'une infection à M. genitalium chez les personnes présentant une cervicite, une urétrite ou une AIP persistante ou récurrente à la suite du traitement empirique lorsque les TAAN effectués avant le traitement sont négatifs pour la chlamydiose et la gonorrhée ou bien le test de suivi de contrôle est négatif.

Envisager aussi T. vaginalis comme un agent causal possible.

Dans la plupart des contextes, l'azithromycine s'est révélée plus efficace que la doxycycline dans le traitement de M. genitalium Note de bas de page 1, Note de bas de page 2, Note de bas de page 3, Note de bas de page 4.

Des comparaisons in vitro de l'activité des fluoroquinolones contre M. genitalium ont révélé que la moxifloxacine avait la plus forte activité bactéricide Note de bas de page 5.

Comparé à la moxifloxacine, l'azithromycine est plus largement utilisée, moins coûteuse, a un spectre plus étroit et une durée de traitement plus courte, et provoque moins d'effets secondaires.

Dans deux études canadiennes, environ la moitié des infections à M. genitalium présentaient des mutations intervenant dans la résistance aux macrolides Note de bas de page 6, Note de bas de page 7. Le traitement avec l'azithromycine s'étalant sur plusieurs jours pourrait être moins susceptible d'entraîner une résistance aux macrolides que le traitement d'azithromycine en une dose unique; toutefois, il pourrait être associé à des taux plus élevés d'effets secondaires et il est peu probable qu'il soit efficace contre les infections résistantes à l'azithromycineNote de bas de page 3, Note de bas de page 6, Note de bas de page 8, Note de bas de page 9, Note de bas de page 10.

Des échecs au traitement avec une dose unique d'azithromycine 1 g PO ont été rapportées Note de bas de page 3, Note de bas de page 11, Note de bas de page 12, Note de bas de page 13. Deux études australiennes ont révélé des taux de guérison de 84 % (2005 à 2007) et de 69 % (2007 à 2009) à la suite d'un traitement avec une dose unique d'azithromycine 1 g PO. Ces observations semblent indiquer une réduction du taux de guérison au fil du temps Note de bas de page 11, Note de bas de page 14. D'autres données révèlent des taux de guérison de 40 à 91 % avec une dose unique d'azithromycine 1 g PO Note de bas de page 1, Note de bas de page 3, Note de bas de page 9, Note de bas de page 15.

Chez les patients présentant une urétrite non gonococcique (UNG) ou une cervicite, les taux de guérison documentés d'infections à M. genitalium traitées par un régime d'azithromycine sur plusieurs jours (azithromycine à 500 mg PO en une dose unique le premier jour, puis à 250 mg PO en une dose unique du deuxième au cinquième jour) variaient de 78 à 100 % Note de bas de page 3, Note de bas de page 4, Note de bas de page 10.

En cas d'échec thérapeutique avec l'azithromycine, la moxifloxacine s'est révélée efficace Note de bas de page 10, Note de bas de page 11, Note de bas de page 16, Note de bas de page 17. Bien que des taux de guérison aussi élevés que 100 % aient été rapportés avec la moxifloxacine, des échecs thérapeutiques ont été rapportés et peuvent être associés à la résistance aux fluoroquinolones Note de bas de page 18, Note de bas de page 19 . Des études canadiennes ont révélé que de 1,9 à 20 % des cas présentaient des souches avec des mutations rapportées comme intervenant dans la résistance à la moxifloxacine Note de bas de page 6, Note de bas de page 7, Note de bas de page 20.

Un traitement de sept jours par la moxifloxacine semble être aussi efficace qu'un traitement de 10 jours Note de bas de page 16.

La pristinamycine a permis de traiter avec succès des cas qui n'avaient pas répondu à un traitement par un macrolide ou par moxifloxacine Note de bas de page 21. La pristinamycine n'est actuellement pas disponible au Canada, mais peut faire l'objet d'une Demande d'accès spécial via Santé Canada.

Traitement

Lors de l'élaboration des recommandations thérapeutiques, le Groupe de travail d'experts pour les Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement a examiné la documentation scientifique disponible sur l'efficacité et l'innocuité du traitement contre M. genitalium, ainsi que sur la progression des problèmes de résistance aux antimicrobiens.

Les options de traitement suivants sont recommandées en l'absence de contre-indication. Consulter les monographies de produit pour connaître les contre-indications et les effets secondaires.

Avertissement : Consulter l'avis de sécurité qu'a publié Santé Canada concernant l'azithromycine et le risque de complications cardiovasculaires et de décès.

Cas suspecté de cervicite ou urétrite à M. genitalium

Cervicite ou urétrite non traitée par l'azithromycine antérieurement

Azithromycine 500 mg PO le 1er jour, puis 250 mg PO du 2e au 5e jour [B-ll]

Cervicite ou urétrite traitée par l'azithromycine antérieurement

Moxifloxacine 400 mg PO 1 fois par jour pendant 7 jours

Note de bas de page 3, Note de bas de page 4, Note de bas de page 10

Comme l'azithromycine 1 g PO en une dose unique peut entraîner une résistance aux macrolides, les patients ne répondant pas à ce traitement pour la cervicite ou l'urétrite pourraient ne pas bénéficier d'un nouveau traitement avec un régime s'étalant sur plusieurs jours Note de bas de page 3.

Cas suspecté ou confirmé d'urétrite ou cervicite à M. genitalium résistante aux macrolides

Moxifloxacine 400 mg PO 1 fois par jour pendant 7 jours [B-ll] Note de bas de page 10, Note de bas de page 12, Note de bas de page 18

Les personnes chez qui une urétrite ou une cervicite persiste après un traitement d'azithromycine s'étalant sur plusieurs jours pourraient avoir une souche résistante aux macrolides et devraient être traitées de façon empirique avec la moxifloxacine.

Cas suspect d'AIP à M. genitalium

Moxifloxacine 400 mg PO 1 fois par jour pendant 14 jours[B-l] en plus du traitement standard pour l'atteinte inflammatoire pelvienne Note de bas de page 22, Note de bas de page 23

Une étude américaine a démontré qu'un schéma thérapeutique à base de céfoxitine et de doxycycline n'est pas efficace dans les cas d'AIP associée à M. genitalium Note de bas de page 24.

Prise en charge d'un échec au traitement suspecté

Envisager de consulter un infectiologue ou un collègue expérimenté.

Suivi

Un test de contrôle devrait être fait chez les personnes qui présentent des symptômes persistants ou récurrents après la fin d'un traitement contre M. genitalium ou qui habitent dans des régions où la prévalence documentée de la résistance aux antibiotiques est élevée Note de bas de page 6.

Le moment approprié pour effectuer un test de contrôle au moyen de TAAN est incertain. On recommande d'attendre au moins trois semaines après la fin du traitement, car un test de contrôle effectué trop tôt pourrait entraîner la détection d'acides nucléiques résiduels de M. genitalium malgré la guérison (c.-à-d. un résultat faux positif) Note de bas de page 9.

Notification des partenaires et déclaration

Déclaration auprès des autorités nationales, provinciales ou territoriales

L'infection à M. genitalium n'est pas une infection à déclaration obligatoire au Canada.

Notification aux partenaires

Bien qu'il n'y ait pas suffisamment de données probantes pour formuler des recommandations concernant la notification systématique des partenaires, le traitement des partenaires actuels doit être envisagé (peu importe les symptômes) pour prévenir la réinfection du cas index. Traiter les partenaires sexuels actuels avec le même régime thérapeutique que le cas index.

Les personnes ayant reçu un diagnostic d'infection à M. genitalium et leurs partenaires sexuels devraient utiliser une méthode de barrière lors de toute activité sexuelle, jusqu'à la fin du traitement de la personne et de tous ses partenaires actuels.

Références

Note de bas de page 1

Mena LA, Mroczkowski TF, Nsuami M, Martin DH. A randomized comparison of azithromycin and doxycycline for the treatment of mycoplasma genitalium–positive urethritis in men. Clinical Infectious Diseases. 2009;48(12):1649-1654.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Schwebke J, Rompalo A, Taylor S, et al. Re-evaluating the treatment of nongonococcal urethritis: Emphasizing emerging pathogens–a randomized clinical trial. Clinical Infectious Diseases. 2011;52(2):163-170.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Anagrius C, Loré B, Jensen JS. Treatment of mycoplasma genitalium. observations from a swedish STD clinic. PloS one. 2013;8(4):e61481.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Bjornelius E, Anagrius C, Bojs G, et al. Antibiotic treatment of symptomatic mycoplasma genitalium infection in scandinavia: A controlled clinical trial. Sex Transm Infect. 2008;84(1):72-76. doi: sti.2007.027375 [pii].

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Bébéar C, De Barbeyrac B, Pereyre S, Renaudin H, Clerc M, Bébéar C. Activity of moxifloxacin against the urogenital mycoplasmas ureaplasma spp., mycoplasma hominis and mycoplasma genitalium and chlamydia trachomatis. Clinical microbiology and infection. 2008;14(8):801-805.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Gesink D, Racey CS, Seah C, et al. Mycoplasma genitalium in toronto, ont: Estimates of prevalence and macrolide resistance. Canadian Family Physician. 2016;62(2):e96-e101.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Chernesky MA, Jang D, Martin I, et al. Mycoplasma genitalium antibiotic Resistance–Mediating mutations in canadian women with or without chlamydia trachomatis infection. Sex Transm Dis. 2017;44(7):433-435.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Manhart LE, Broad JM, Golden MR. Mycoplasma genitalium: Should we treat and how? Clinical Infectious Diseases. 2011;53(suppl_3):S129-S142.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Horner P, Blee K, Adams E. Time to manage mycoplasma genitalium as an STI: But not with azithromycin 1 g! Curr Opin Infect Dis. 2014;27(1):68-74.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Jernberg E, Moghaddam A, Moi H. Azithromycin and moxifloxacin for microbiological cure of mycoplasma genitalium infection: An open study. Int J STD AIDS. 2008;19(10):676-679.

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Bradshaw CS, Chen MY, Fairley CK. Persistence of mycoplasma genitalium following azithromycin therapy. PLoS One. 2008;3(11):e3618.

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

Twin J, Jensen JS, Bradshaw CS, et al. Transmission and selection of macrolide resistant mycoplasma genitalium infections detected by rapid high resolution melt analysis. PLoS One. 2012;7(4):e35593.

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Yew HS, Anderson T, Coughlan E, Werno A. Induced macrolide resistance in mycoplasma genitalium isolates from patients with recurrent nongonococcal urethritis. J Clin Microbiol. 2011;49(4):1695-1696. doi: 10.1128/JCM.02475-10 [doi].

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

Bradshaw C, Lim Y, Tabrizi S, et al. The effectiveness of 1g of azithromycin for mycoplasma genitalium infections: A five-year review. paper no. 179. . 2010.

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

Manhart L, Khosropour C, Gillespie C, Lowens M, Golden M, Totten P. Treatment outcomes for persistent mycoplasma genitalium-associated NGU: Evidence of moxifloxacin treatment failures. Sex Transm Infect. 2013;89(Suppl 1):A29-A29.

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Note de bas de page 16

Bradshaw CS, Jensen JS, Tabrizi SN, et al. Azithromycin failure in mycoplasma genitalium urethritis. Emerg Infect Dis. 2006;12(7):1149-1152. doi: 10.3201/eid1207.051558 [doi].

Retour à la référence de la note de bas de page 16

Note de bas de page 17

Walker J, Fairley CK, Bradshaw CS, et al. Mycoplasma genitalium incidence, organism load, and treatment failure in a cohort of young australian women. Clinical infectious diseases. 2013;56(8):1094-1100.

Retour à la référence de la note de bas de page 17

Note de bas de page 18

Terada M, Ohki E, Yamagishi Y, Izumi K, Mikamo H. Antimicrobial efficacies of several antibiotics against uterine cervicitis caused by mycoplasma genitalium. Journal of Infection and Chemotherapy. 2012;18(3):313-317.

Retour à la référence de la note de bas de page 18

Note de bas de page 19

Couldwell DL, Tagg KA, Jeoffreys NJ, Gilbert GL. Failure of moxifloxacin treatment in mycoplasma genitalium infections due to macrolide and fluoroquinolone resistance. Int J STD AIDS. 2013;24(10):822-828.

Retour à la référence de la note de bas de page 19

Note de bas de page 20

Gratrix J, Plitt S, Turnbull L, et al. Prevalence and antibiotic resistance of mycoplasma genitalium among STI clinic attendees in western canada: A cross-sectional analysis. BMJ Open. 2017;7(7):e016300-2017-016300. doi: 10.1136/bmjopen-2017-016300 [doi].

Retour à la référence de la note de bas de page 20

Note de bas de page 21

Jensen J, Cusini M, Gomberg M, Moi H. Background review for the 2016 european guideline on mycoplasma genitalium infections. Journal of the European Academy of Dermatology and Venereology. 2016;30(10):1686-1693.

Retour à la référence de la note de bas de page 21

Note de bas de page 22

Heystek M, Ross J. A randomized double-blind comparison of moxifloxacin and doxycycline/metronidazole/ciprofloxacin in the treatment of acute, uncomplicated pelvic inflammatory disease. Int J STD AIDS. 2009;20(10):690-695.

Retour à la référence de la note de bas de page 22

Note de bas de page 23

Ross JD, Cronje HS, Paszkowski T, et al. Moxifloxacin versus ofloxacin plus metronidazole in uncomplicated pelvic inflammatory disease: Results of a multicentre, double blind, randomised trial. Sex Transm Infect. 2006;82(6):446-451. doi: sti.2005.019109 [pii].

Retour à la référence de la note de bas de page 23

Note de bas de page 24

Haggerty CL, Totten PA, Astete SG, et al. Failure of cefoxitin and doxycycline to eradicate endometrial mycoplasma genitalium and the consequence for clinical cure of pelvic inflammatory disease. Sex Transm Infect. 2008;84(5):338-342. doi: 10.1136/sti.2008.030486 [doi].

Retour à la référence de la note de bas de page 24

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :