Syphilis: Facteurs de risque et manifestations cliniques

Le présent guide porte sur la prise en charge des cas de syphilis primaire, secondaire, latente et tertiaire. Il contient certains renseignements au sujet de la neurosyphilis et de la syphilis congénitale, dont le traitement dépasse cependant la portée de ce document. La prise en charge des personnes atteintes de ces affections devrait être réalisée par un infectiologue ou un collègue expérimenté, ou en collaboration avec ceux-ci.

Sur cette page

Facteurs de risque

Facteurs de risque courants associés à la syphilis :

Parmi les autres circonstances pouvant accroître le potentiel d’exposition à des ITSS, citons le fait d’avoir des partenaires sexuels anonymes, l’itinérance et la consommation de substances.

Transmission

La syphilis se transmet par contact direct avec une lésion infectieuse ou par transmission verticale au cours de la grossesse. Aux stades primaire et secondaire et au début du stade latent, la syphilis est considérée comme étant infectieuse, le risque estimé de transmission par partenaire étant de 51 à 64 %Note de bas de page 3. La syphilis latente précoce (début du stade latent) est considérée comme étant infectieuse, en raison du risque de 25 % de rechute vers le stade secondaireNote de bas de page 4.

Le principal mode de transmission de la syphilis est par activité sexuelle vaginale, anale ou oraleNote de bas de page 1. La transmission par d'autres modes (p. ex. baisers ou partage d'aiguilles) est rareNote de bas de page 5.

La transmission placentaire peut se produire à partir de la 9e semaine de grossesseNote de bas de page 6 et tout au long de la grossesse. La plupart des nourrissons atteints de syphilis congénitale ont été infectés in utero, mais ils peuvent aussi avoir été infectés par contact avec une lésion génitale active lors de l'accouchement. Le risque de transmission est associé tant au stade de la syphilis qu'à l'âge gestationnel au moment du diagnostic et du traitement, le risque de transmission étant le plus grand chez les personnes enceintes ayant été infectées alors que leur grossesse était presque à termeNote de bas de page 7. Chez les personnes enceintes non traitées, le risque de transmission au fœtus est de 70 à 100 % si la syphilis est au stade primaire ou secondaire et de 40 % en présence d'une syphilis latente précoceNote de bas de page 8,Note de bas de page 9.

Un examen systématique récent a révélé une issue indésirable de la grossesse chez 76,8 % des mères infectées non traitées, comparativement à 13,7 % chez les mères non infectéesNote de bas de page 10. Même après un traitement, le risque d'issue indésirable de la grossesse est significativement plus élevé, comparativement aux mères non infectéesNote de bas de page 11.

Manifestations cliniques

Les manifestations cliniques de la syphilis sont habituellement décrites en fonction du stade de la maladie, qualifiée de primaire, secondaire, latente, congénitale ou tertiaire ou de neurosyphilis.

Remarque : La neurosyphilis peut se produire à n'importe quel stade.

Les praticiens de la santé devraient soupçonner la présence d'une syphilis chez les personnes présentant des éruptions cutanées ou une maladie génitale ulcérative et(ou) une rectite.

Syphilis primaire

La syphilis primaire se produit habituellement 3 semaines après l'infection, mais elle peut se manifester dans un délai de 3 à 90 jours. La première manifestation est une lésion indolore (chancre). Chez les personnes ayant des relations sexuelles passives, les lésions peuvent se trouver à l'intérieur de l'anus, de la bouche ou des voies génitales et peuvent ne pas être remarquées. Une adénopathie régionale peut être présente.

Syphilis secondaire

Ce stade commence habituellement par l'apparition d'une éruption cutanée. L'éruption cutanée pathognomonique de la syphilis secondaire peut prendre la forme de boutons rouges ou brun rougeâtre sur la paume des mains et la plante des pieds. Des éruptions cutanées d'apparence différente peuvent toucher d'autres parties du corps et être assez furtives pour passer inaperçues.

Les signes et les symptômes se manifestent habituellement de 2 à 12 semaines après l'infection, mais peuvent apparaître jusqu'à 6 mois après l'infection; ils comprennent :

La syphilis secondaire peut aussi se manifester par des signes et des symptômes de méningite (p. ex. céphalées), d'uvéite ou de rétinite (p. ex. vision trouble, rougeur oculaire, éclairs lumineux, corps flottants) ou otiques (p. ex. perte auditive, acouphène).

Syphilis latente

Syphilis latente précoce

Infection asymptomatique d'une durée inférieure à un an.

Syphilis latente tardive

Infection asymptomatique d'une durée supérieure à un an.

Syphilis congénitale

Syphilis congénitale précoce

S'ils sont présents, les symptômes se manifestent habituellement avant la deuxième année de vie. Les deux tiers des infections peuvent être asymptomatiques. Les manifestations cliniques peuvent comprendre :

Syphilis congénitale tardive

Les manifestations cliniques sont habituellement observées 2 ans après la naissance et peuvent comprendre :

Neurosyphilis

Treponema pallidum peut infecter le système nerveux central et causer une neurosyphilis durant n'importe quel stade de la syphilis. La neurosyphilis peut se produire dans les cas d'une infection primaire non traitée, jusqu'à 20 ans, voire plus, après l'infection.

La neurosyphilis peut être asymptomatique ou se manifester comme suit :

Le VIH modifie le cours naturel de la syphilis et entraîne parfois une évolution plus rapide vers la neurosyphilis ainsi que des signes atypiques plus intenses de l'infectionNote de bas de page 12,Note de bas de page 13.

Neurosyphilis précoce

La neurosyphilis précoce se produit durant la première année de l'infection. Environ 5 % des personnes qui en sont atteintes présentent des manifestations comme la méningite, la névrite crânienne, une atteinte oculaire et une affection méningo-vasculaireNote de bas de page 14.

Neurosyphilis tardive

La neurosyphilis tardive survient plus d'un an après l'infection; de 2 à 5 % des personnes atteintes présentent une parésie générale, et de 2 à 9 %, un tabèsNote de bas de page 14.

Syphilis tertiaire

Une infection primaire non traitée peut progresser vers la neurosyphilis, la syphilis cardiovasculaire ou la gomme.

Syphilis cardiovasculaire

Elle survient de 10 à 20 ans après l'exposition et peut se manifester comme suit :

Gomme syphilitique

Se produit de 1 à 46 ans après l'exposition, mais la plupart des cas surviennent dans un délai de 15 ans. 

Les lésions gommeuses causent la destruction des tissus et peuvent intéresser n'importe quel organe. Les manifestations cliniques dépendent de l'endroit atteint.

Références

Note de bas de page 1

Singh AE, Romanowski B. Syphilis: Review with emphasis on clinical, epidemiologic, and some biologic features. Clin Microbiol Rev. 1999;12(2):187-209.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Choudhri Y, Miller J, Sandhu J, Leon A, Aho J. Infectious and congenital syphilis in canada, 2010-2015. Can Commun Dis Rep. 2018;44(2):43-48.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Stoltey JE, Cohen SE. Syphilis transmission: A review of the current evidence. Sexual health. 2015;12(2):103-109.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Gjestland T. The oslo study of untreated syphilis; an epidemiologic investigation of the natural course of the syphilitic infection based upon a re-study of the boeck-bruusgaard material. Acta Derm Venereol Suppl (Stockh). 1955;35(Suppl 34):3-368; Annex I-LVI.

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Edwards S, Carne C. Oral sex and transmission of non-viral STIs. Sex Transm Infect. 1998;74(2):95-100.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Harter CA, Benirschke K. Fetal syphilis in the first trimester. American Journal of Obstetrics & Gynecology. 1976;124(7):705-711.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

De Santis M, De Luca C, Mappa I, et al. Syphilis infection during pregnancy: Fetal risks and clinical management. Infect Dis Obstet Gynecol. 2012;2012.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Sanchez PJ, Wendel GD,Jr, Grimprel E, et al. Evaluation of molecular methodologies and rabbit infectivity testing for the diagnosis of congenital syphilis and neonatal central nervous system invasion by treponema pallidum. J Infect Dis. 1993;167(1):148-157.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Finelli L, Berman SM, Koumans EH, Levine WC. Congenital syphilis. Bull World Health Organ. 1998;76 Suppl 2:126-128.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Qin J, Yang T, Xiao S, Tan H, Feng T, Fu H. Reported estimates of adverse pregnancy outcomes among women with and without syphilis: A systematic review and meta-analysis. PLoS One. 2014;9(7):e102203.

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Lumbiganon P, Piaggio G, Villar J, et al. The epidemiology of syphilis in pregnancy. Int J STD AIDS. 2002;13(7):486-494.

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

Karp G, Schlaeffer F, Jotkowitz A, Riesenberg K. Syphilis and HIV co-infection. Eur J Intern Med. 2009;20(1):9-13.

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Zetola NM, Klausner JD. Syphilis and HIV infection: An update. Clinical Infectious Diseases. 2007;44(9):1222-1228.

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

Golden MR, Marra CM, Holmes KK. Update on syphilis: Resurgence of an old problem. JAMA. 2003;290(11):1510-1514. doi: 10.1001/jama.290.11.1510 [doi].

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :