Prévention et contrôle de la maladie COVID-19 : Lignes directrices provisoires pour les établissements de soins de longue durée

Table des matières

Ce document présente des lignes directrices propres à la pandémie de la COVID-19 dans les établissements de soins de longue durée (ESLD).

Les personnes responsables de l’élaboration des politiques ainsi que de la mise en œuvre et de la surveillance des mesures de prévention et de contrôle des infections dans les ESLD spécifiques doivent connaître les documents d’information pertinents sur les pratiques de base et les précautions additionnelles de prévention et de contrôle des infections, de même que les lois et règlements en matière de santé et de sécurité au travail. Le terme « personnel » est destiné à inclure toute personne travaillant dans un ESLD, y compris, mais sans s’y limiter, les travailleurs de la santé.

Mesures importantes pour prévenir l’introduction et la propagation de la COVID-19 dans les ESLD :

  • Les bénévoles et les visiteurs essentiels doivent être limités à ceux qui sont jugés essentiels, c'est-à-dire nécessaires aux soins personnels de base (p. ex. l'alimentation), aux soins médicaux (p. ex. la phlébotomie) ou aux soins de compassion (p. ex. soins de fin de vie) des résidents, et dans certains cas, les visiteurs peuvent être interdits.
  • Tous les membres du personnel ainsi que les bénévoles et visiteurs essentiels doivent être formés et contrôlés pour s’assurer qu’ils portent un masque pendant la durée de leur service ou de leur visite, et qu’ils le jettent ensuite, et aussi pour assurer la vigilance dans la détermination de la nécessité d’équipement de protection individuelle (EPI) supplémentaire, de même que dans la manière d’enfiler et d’enlever celui-ci pour réduire au minimum la contamination des personnes et de l’environnement immédiat.
    • Le personnel doit aider les bénévoles et les visiteurs essentiels à utiliser correctement l’EPI.
  • Tous les membres du personnel prennent des mesures pour se protéger contre la transmission par les gouttelettes et par contact, en plus des pratiques de base, s’ils doivent soigner des résidents dont on sait ou soupçonne qu’ils sont atteints de la COVID-19.
  • Tout le personnel et les bénévoles ou visiteurs essentiels doivent être formés à d’autres mesures de prévention et contrôle des infections (PCI) telles que l’hygiène des mains et l’importance de maintenir une distance spatiale de 2 mètres entre les résidents.
  • Tout le personnel doit travailler de manière proactive pour déceler les cas suspects ou confirmés de COVID-19 chez le personnel, les résidents et tout visiteur essentiel, avec un seuil bas pour les test (p. ex. même des symptômes bénins).

Contexte

En décembre 2019, une grappe de cas de pneumonie d'origine inconnue a été signalée à Wuhan, dans la province de Hubei, en Chine. Le 10 janvier 2020, la cause de cette grappe de cas de pneumonie a été attribuée à un nouveau coronavirus, qui cause une maladie que l'on appelle maintenant COVID-19. Une pandémie a été déclarée le 11 mars 2020.

Pour obtenir des informations à jour, les ESLD doivent se référer à la page Maladie à coronavirus (COVID-19) : Mise à jour sur l'éclosion de l'Agence de santé publique du Canada et aux autorités de santé publique locales, provinciales ou territoriales.

Au cours des derniers mois, notre compréhension de la COVID-19 s'est considérablement approfondie. La transmission de personne à personne se produit dans les collectivités canadiennes. Le plus souvent, la COVID-19 se transmet d'une personne infectée à une autre personne, de l'une des manières suivantes : par des gouttelettes respiratoires lorsque la personne infectée tousse ou éternue; par contact personnel étroit comme se toucher ou se serrer la main; par contact avec une surface infectée, suivi du contact de la main avec la bouche, le nez ou les yeux avant le lavage des mains. La COVID-19 peut également se répandre dans l'air lors d'interventions médicales générant des aérosols (IMGA), comme l'aspiration des voies respiratoires ouvertes chez les patients ayant subi une trachéotomie.

Les résidents des ESLD sont vulnérables à l'infection par la COVID-19 en raison de facteurs comportementaux, d'espaces partagés et du transit entre d'autres établissements de santé. Les personnes âgées et celles qui ont des problèmes de santé préexistants présentent également un risque de maladie plus grave et le taux de mortalité est plus élevé lorsque ces personnes sont infectées par le virus de la COVID-19.

Introduction

L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) élabore des lignes directrices et des recommandations sur la prévention et le contrôle des infections qui sont fondées sur des données probantes pour compléter les efforts des gouvernements provinciaux et territoriaux en matière de surveillance, de prévention et de contrôle des infections associées aux soins de santé.

Le document actuel, Prévention et contrôle de la COVID-19 : Lignes directrices provisoires pour les établissements de soins de longue durée, vise à fournir des directives provisoires aux ESLD pour prévenir la transmission de la COVID-19. Le contenu pourrait être adapté à d'autres contextes, le cas échéant (p. ex., les résidences pour personnes âgées).

Ces lignes directrices provisoires sont fondées sur les orientations canadiennes élaborées lors d'éclosions antérieures de coronavirus, sur l'expérience d'autres pays relativement à la COVID-19, et sur les lignes directrices provisoires d'autres organes canadiens et internationaux. Elles s'appuient sur les conseils techniques formulés par les membres du Comité consultatif national sur la prévention et le contrôle des infections (CCN-PCI) de l'ASPC.

Les stratégies de prévention et de contrôle des infections visant à prévenir ou à limiter la transmission de la COVID-19 dans les ESLD sont semblables à celles utilisées pour la prise en charge des patients qui présentent d'autres infections respiratoires aiguës. Elles prévoient notamment ce qui suit :

Ces lignes directrices ont été élaborées pour les ESLD et le personnel canadiens et peuvent différer des lignes directrices élaborées par d'autres pays. Elles doivent être interprétées en conjonction avec les lois, les règlements et les politiques locaux, provinciaux et territoriaux pertinents.

Ces lignes directrices sont fondées sur les données scientifiques et les opinions d'experts dont on dispose à l'heure actuelle; elles sont sujettes à changement à mesure que de nouvelles informations deviennent disponibles.

Préparation à la prévention et le contrôle des infections

Dépistage

Points d'accès

Les ESLD doivent réduire au minimum les points d'accès et s'assurer de ce qui suit :

Dépistage et gestion des résidents et du personnel

Les ESLD doivent s'assurer qu'il existe des processus permettant de procéder à un dépistage actif des symptômes ou des signes de la COVID-19 chez le personnel et les résidents.

L'ESLD doit se mettre en rapport avec les laboratoires et les établissements de soins actifs de sa région pour déterminer la manière la plus rapide de faire effectuer les tests de dépistage du personnel et des résidents et d'en obtenir les résultats.

Personnel

Résidents

Visiteurs (y compris les bénévoles et les entrepreneurs)

Selon les lignes directrices de la santé publique ou de l'état local ou régional des cas de COVID-19, il peut être nécessaire d'interdire les visiteurs. Une politique de « visites interdites » devrait fortement être envisagée.

Si les visiteurs sont autorisés, ils doivent être strictement limités à ceux qui sont essentiels, c'est-à-dire nécessaires aux soins personnels de base (p. ex. l'alimentation), aux soins médicaux (p. ex. la phlébotomie) ou aux soins de compassion (p. ex. soins de fin de vie) des résidents. Les visiteurs essentiels doivent être limités à une personne à la fois pour chaque résident.

Les visiteurs doivent faire l'objet d'un dépistage visant à déceler les signes et les symptômes d'infection à chaque visite. Si un visiteur présente des signes ou des symptômes, ou s'il est en auto-isolement ou en quarantaine conformément aux lignes directrices de santé publique applicables, on doit lui interdire l'accès et lui suggérer de communiquer avec le service de santé publique local ou son fournisseur de soins de santé.

Les déplacements des visiteurs à l'intérieur de l'ESLD doivent se limiter à la visite du résident et à la sortie de l'ESLD directement après leur visite.

Tous les visiteurs doivent être tenus de porter un masque à l'entrée de l'ESLD afin de réduire le risque de transmission de la COVID-19 aux résidents ou au personnel de l'ESLD, qui peut se produire même si aucun symptôme de la maladie n'est reconnu.

Le personnel doit informer les visiteurs de l'importance de se nettoyer les mains avec un DMBA et leur dire de le faire au moment d'entrer dans l'établissement et d'en ressortir, au moment d'entrer dans la chambre du résident et d'en ressortir, et après avoir touché le résident ou des surfaces se trouvant dans son environnement. Il faut aussi leur expliquer comment mettre et enlever l'EPI requis, le cas échéant, lorsqu'ils rendent visite à un résident qui fait l'objet de mesures de protection contre la transmission par gouttelettes et par contact. Si le visiteur n'est pas en mesure de se conformer aux précautions requises, la visite doit lui être refusée.

Soins aux résidents et mesures de lutte contre les infections

Évaluation du risque au point de service (ERPS)

Avant toute interaction avec un résident, les membres du personnel doivent évaluer les risques infectieux que présente un résident, une situation ou une intervention pour eux-mêmes, les autres membres du personnel, les autres résidents et les visiteurs.

Hygiène des mains

Le personnel est tenu de se laver les mains dans les situations suivantes :

Les visiteurs essentiels doivent être formés à l'hygiène des mains et doivent se laver les mains dans les mêmes circonstances que celles décrites ci-dessus pour le personnel.

Les résidents doivent être formés à l'hygiène des mains, et assistés dans cette tâche s'ils en sont physiquement ou cognitivement incapables. Les résidents doivent se laver les mains dans les situations suivantes :

Les mains peuvent être nettoyées à l'aide d'un DMBA contenant 60 % à 90 % d'alcool ou au savon et à l'eau. Immédiatement après avoir utilisé les toilettes, lorsque les mains sont visiblement souillées, lorsque l'on soigne un résident atteint d'une infection à Clostridioides difficile et lors d'une éclosion de norovirus ou de Clostridioides difficile, il est préférable d'opter pour l'eau et le savon.

Pratiques de base

Les pratiques de base s'appliquent à tout le personnel et à tous les résidents, en tout temps, dans tous les ESLD et comprennent, sans s'y limiter, ce qui suit :

Port du masque recommandé pour tout le personnel fournissant des soins aux résidents ou y participant (durant tout le quart de travail) et pour tout visiteur essentiel

Compte tenu de l'augmentation rapide de la propagation communautaire de la COVID-19 au Canada et des données probantes de plus en plus nombreuses selon lesquelles la transmission peut se faire à partir de personnes qui présentent peu de symptômes ou n'en présentent pas, le port du masque durant tout le quart de travail de l'employé et toute la visite du visiteur essentiel de l'ESLD est recommandé. Le port du masque par le personnel durant tout le quart de travail et par les visiteurs essentiels de l'ESLD vise à réduire le risque de transmission de l'infection au coronavirus du personnel ou des visiteurs aux résidents ou aux autres employés de l'ESLD dans l'éventualité où aucun symptôme de maladie n'aurait été relevé, mais où le virus pourrait être transmis. Le personnel doit aider les visiteurs essentiels à utiliser les masques de façon appropriée.

Précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact

Des précautions contre la transmission par contact et par gouttelettes doivent être mises en œuvre auprès de tous les résidents présentant de nouveaux signes ou symptômes d'une éventuelle infection au coronavirus.

Interventions médicales générant des aérosols (IMGA)

Une intervention médicale générant des aérosols (IMGA) est une intervention réalisée chez un résident qui peut entraîner la production d'aérosols de diverses tailles, notamment des noyaux de gouttelettes. Les IMGA sont rarement pratiquées dans les ESLD, bien que des exemples potentiels dans ce contexte puissent inclure l'aspiration ouverte chez les patients ayant subi une trachéotomie ou l'utilisation d'appareils de ventilation non invasive en pression positive.

Il convient de suivre les lignes directrices provinciales ou territoriales en ce qui concerne les autres interventions qui nécessitent l'utilisation d'un masque respiratoire N95 et la prise de précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact. Ces directives peuvent varier d'une province ou d'un territoire à l'autre.

Écouvillonnage nasopharyngé

Il n'y a pas encore d'étude scientifique sur laquelle se fonder afin de déterminer la marche à suivre pour prélever des échantillons par écouvillonnage nasopharyngé chez des patients atteints de la COVID-19. Les lignes directrices concernant le prélèvement de tels échantillons varient selon le pays. L'écouvillonnage du nez, de la gorge ou du nasopharynx est une méthode de prélèvement qui exige beaucoup moins de temps que la plupart des interventions considérées comme générant des aérosols, et il est rare qu'il provoque une toux importante. Par contre, certains patients peuvent tousser ou éternuer pendant ou après le prélèvement. Les travailleurs de la santé qui doivent prélever des échantillons doivent toujours effectuer une ERPS avant l'intervention.

Placement et hébergement des résidents

Un résident atteint d'une infection COVID-19 soupçonnée ou confirmée ou qui est un contact à haut risque d'une personne dont l'infection positive à la COVID-19 est confirmée doit si possible être soigné dans une chambre individuelle équipée d'une toilette et d'un lavabo réservés à son usage. Si cela n'est pas possible, il faut maintenir une séparation de deux mètres entre l'espace lit du résident touché et tous ses compagnons de chambre, rideaux d'intimité tirés. Le résident doit être confiné à sa chambre ou à son espace lit.

Il faut afficher une signalisation claire (multilingue si nécessaire) indiquant que des précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact doivent être prises, et celle-ci doit être bien visible par tous ceux qui entrent dans la chambre ou l'espace lit du résident.

Il doit y avoir des affiches illustrant clairement les étapes à suivre pour revêtir et retirer l'EPI à l'intérieur et à l'extérieur de la chambre ou de l'espace lit de chaque résident atteint de la COVID-19.

Les compagnons de chambre des résidents symptomatiques ne doivent pas être transférés vers de nouvelles chambres partagées. Ils doivent plutôt être transférés vers une nouvelle chambre individuelle où ils seront isolés et où on surveillera leurs symptômes ou maintenus dans la même chambre si une séparation de deux mètres et des rideaux d'intimité peuvent être mis en place.

Activité des résidents

Les sorties non essentielles doivent être annulées. Toutes les activités de groupe doivent être réévaluées afin de déterminer si elles risquent de rapprocher inutilement les résidents les uns des autres. Si des activités de groupe ont lieu, le nombre de résidents doit être limité aux plus petits groupes possibles, et les résidents doivent être éloignés le plus possible et maintenus à une distance minimale de deux mètres les uns des autres. Les activités de groupe devraient, dans la mesure du possible, être limitées à une seule unité et à un seul étage. Au cours de toute activité des résidents de l'ESLD, il faut éviter le partage du matériel (p. ex. les tablettes électroniques ou d'autres appareils, les fournitures d'artisanat, les cartes de bingo, les magazines, les livres, les ustensiles de cuisine, le linge de maison et les outils) entre les résidents, sauf s'il est nettoyé et désinfecté après qu'un résident l'a utilisé. Si les articles ne peuvent pas être facilement nettoyés et désinfectés, ils ne doivent pas être partagés entre les résidents.

Les résidents dont l’infection COVID-19 est confirmée ou soupçonnée doivent rester dans leur chambre, à moins qu’un déplacement soit essentiel, jusqu’à ce que leurs symptômes aient disparu et conformément aux lignes directrices provinciales et territoriales. Il faut éviter les transferts entre établissements et au sein d’un même établissement, sauf en cas d’indication médicale.

Si les résidents dont l’infection COVID-19 est confirmée ou soupçonnée doivent quitter leur chambre pour recevoir des soins ou des traitements médicalement nécessaires, ils doivent recevoir une tenue propre, être accompagnés par un ou des employés, porter un masque, avoir pour consigne de se laver les mains (avec de l’aide, si nécessaire) et éviter de toucher des surfaces ou des objets à l’extérieur de la chambre. Il faut nettoyer et désinfecter les fauteuils roulants ou les brancards de transport avant de sortir de la chambre du résident. Il faut veiller à nettoyer et à désinfecter les surfaces avec lesquelles le résident pourrait avoir été en contact à l’extérieur de sa chambre.

Les membres du personnel doivent continuer à appliquer les mesures de précaution contre la transmission par gouttelettes et par contact pendant le transport du résident, et la nécessité de prendre de telles précautions doit être communiquée au personnel du service de transfert et de l’unité d’accueil avant le transfert.

Il faut éviter de déplacer au sein de l'ESLD les résidents qui sont sous ventilation non invasive en pression positive ou sous ventilation en pression positive à deux niveaux.

Les mesures de PCI visant à lutter contre la COVID-19 comprennent la mise en place d'un éloignement physique de deux mètres entre les personnes asymptomatiques. Les mesures d'éloignement dans les ESLD peuvent inclure :

S’informer des mesures de PCI les plus récentes applicables aux ESLD auprès de l’autorité juridictionnelle compétente.

Gestion des éclosions

Un seul cas confirmé de COVID-19 justifie l’application dans une unité ou un établissement des mesures à prendre en cas d’éclosion. Se reporter aux lignes directrices de la santé publique de la province ou du territoire pour obtenir des définitions précises. S’informer des directives sur la déclaration des cas et la gestion des éclosions auprès de l’autorité juridictionnelle compétente. Les stratégies de gestion des éclosions consistent notamment à :

Arrêt des mesures de précautions additionnelles

La durée des précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact pour un résident ou pour une unité où sévit une éclosion et l’arrêt de ces précautions doivent être déterminés au cas par cas, en consultation avec les autorités locales de santé publique et les experts en prévention et contrôle des infections s’ils sont disponibles, et conformément aux directives et lignes directrices régionales et provinciales et territoriales.

Manipulation des cadavres

Les pratiques de base doivent être appliquées correctement et systématiquement durant la manipulation des cadavres ou durant la préparation des corps en vue d’une autopsie ou d’un transport vers un établissement de services mortuaires. La réglementation provinciale ou territoriale sur les maladies transmissibles doit être respectée.

Manipulation des échantillons de laboratoire

Tous les échantillons recueillis pour les analyses de laboratoire doivent être considérés comme potentiellement infectieux et placés dans des sacs pour matières contaminées. Les échantillons cliniques doivent être recueillis et transportés conformément aux politiques et aux procédures de l'établissement. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les protocoles de biosécurité qui s'appliquent à la manipulation d'échantillons prélevés chez des résidents potentiellement atteints de la COVID-19, consulter l'avis de biosécurité de l'ASPC.

Manipulation du matériel utilisé pour prodiguer des soins aux résidents

Tous les appareils et toutes les fournitures réutilisables, tous les appareils électroniques, tous les effets personnels, etc. doivent être réservés à l'usage exclusif des résidents dont on sait ou soupçonne qu'ils sont atteints de la COVID-19. Si un autre résident doit les utiliser, le matériel et les fournitures doivent d'abord être nettoyés et désinfectés au moyen d'un désinfectant de qualité hospitalière. Les articles qui ne peuvent pas être nettoyés et désinfectés de façon appropriée doivent être jetés après le transfert ou le départ du résident. L'équipement jetable à usage unique doit être jeté après usage dans un récipient à déchets mains libres.

Nettoyage et désinfection de l'environnement

Il est important d'accroître la fréquence de nettoyage des surfaces touchées fréquemment dans les chambres des résidents et les zones centrales pour limiter la propagation des microorganismes lors d'une éclosion d'infection respiratoire. Les désinfectants environnementaux doivent être de qualité hospitalière et être homologués au Canada; ils doivent avoir un numéro d'identification de drogue (DIN) et leur étiquette doit indiquer qu'ils sont efficaces à la fois contre les virus enveloppés et les virus non enveloppés. Dans le cas où il n'existe pas de désinfectants de qualité hospitalière préparés commercialement, les ESLD peuvent utiliser une solution d'eau de Javel diluée pour désinfecter l'environnement. La concentration de chlore doit être de 5 000 ppm ou 0,5 % (ce qui équivaut à une dilution 1:9 d'eau de Javel liquide à 5 %). Lorsqu'on utilise de l'eau de Javel, il faut nettoyer avant de désinfecter.

Toutes les surfaces des chambres des résidents et des zones centrales qui sont fréquemment touchées (p. ex. téléphones, tables de chevet, tables de lit, bras de chaise, cordons ou boutons d'appel, poignées de porte, interrupteurs de lumière, côtés de lit, lavabos, toilettes et manettes de chasse d'eau, robinets et chaises de douche, barres d'appui, extérieur du distributeur d'essuie-tout) doivent être nettoyées et désinfectées au moins deux fois par jour et lorsqu'elles sont souillées. Il faut utiliser un désinfectant de qualité hospitalière (p. ex. des lingettes désinfectantes) pour désinfecter pendant le temps de contact recommandé le matériel de petite taille utilisé pour prodiguer des soins aux résidents (comme les brassards de tensiomètres, les thermomètres électroniques, les oxymètres, les stéthoscopes) après chaque utilisation.

De plus, le nettoyage et la désinfection de la chambre doivent être effectués au moins une fois par jour, sans oublier les surfaces peu touchées (comme les étagères, les chaises ou bancs de chevet, les appuis de fenêtre, les unités murales, les appareils d'éclairage situés au-dessus du lit, les tableaux à messages ou tableaux blancs, l'extérieur des contenants pour objets pointus ou tranchants). Le plancher et les murs doivent être visiblement propres; il ne doit pas y avoir de déversements, de poussière ou de débris. Le personnel des services environnementaux doit porter le même EPI que les autres membres du personnel pour nettoyer et désinfecter les chambres des résidents.

Tout le matériel réutilisable doit être réservé à l'usage exclusif des résidents dont on sait ou soupçonne qu'ils sont atteints de la COVID-19. Si cela n'est pas possible, le matériel doit être nettoyé et désinfecté avec un désinfectant de qualité hospitalière avant chaque utilisation auprès d'un autre résident. Le matériel et les fournitures jetables à usage unique doivent être jetés dans une poubelle mains libres après chaque utilisation.

Le nettoyage de la chambre du résident après son congé ou son transfert, ou après l'arrêt des mesures de protection contre la transmission par gouttelettes ou par contact, doit se faire conformément au protocole de nettoyage de l'ESLD. Les brosses de toilette, le papier toilette non utilisé et les autres fournitures jetables doivent être jetés. Les rideaux d'intimité doivent être enlevés et lavés lors du congé ou du transfert d'un résident.

Lors du congé, du transfert de chambre ou du décès d'un résident, tous les objets lui appartenant (p. ex. vêtements, photos, télévisions, meubles, cartes et ornements) doivent être enlevés; tous les objets dont les surfaces sont dures doivent être nettoyés et placés dans un sac à l'intention de la famille ou du représentant. Bien que le risque de transmission de la COVID-19 par ces articles soit probablement faible, la meilleure pratique à l'heure actuelle pour les familles consiste à les entreposer pendant 5 jours avant de les manipuler. Si la famille souhaite faire don d'un des articles du résident à l'ESLD ou à un autre résident, il faut d'abord le nettoyer et le désinfecter soigneusement.

Toutes les surfaces et tous les articles situés à l'extérieur de la chambre du résident et avec lesquels les membres du personnel entrent en contact (p. ex. chariot ou écran pour ordinateur, chariot pour médicaments, bureaux ou tables, écrans d'ordinateur, téléphones, écrans tactiles, bras de chaise) doivent être nettoyés et désinfectés au moins une fois par jour et lorsqu'ils sont souillés. Le personnel doit s'assurer d'avoir les mains propres avant de toucher l'équipement susmentionné.

Manipulation de la literie, de la vaisselle et des ustensiles

Aucune précaution spéciale n'est recommandée; les pratiques de base suffisent.

Gestion des déchets

Aucune précaution spéciale n'est recommandée; les pratiques de base suffisent.

Bibliographie

BC Centre for Disease Control. Infection Prevention and Control for Novel Coronavirus (COVID-19): Interim guidance for Long-term Care and Assisted Living Facilities (2020). http://www.bccdc.ca/Health-Info-Site/Documents/COVID19_LongTermCareAssistedLiving.pdf (en anglais seulement)

Centers for Disease Control and Prevention. Interim Additional Guidance for Infection Prevention and Control for Patients with Suspected or Confirmed COVID-19 in Nursing Homes (mars 2020). https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/healthcare-facilities/prevent-spread-in-long-term-care-facilities.html (en anglais seulement)

Centers for Disease Control and Prevention. Interim Infection Prevention and Control Recommendations for Patients with Suspected or Confirmed Coronavirus Disease 2019 (COVID-19) in Healthcare Settings (2020). https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/infection-control/control-recommendations.html (en anglais seulement)

Centers for Disease Control and Prevention. Coronavirus Disease 2019 (COVID-19) Preparedness Checklist for Nursing Homes and other Long-Term Care Settings (2020). https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/downloads/novel-coronavirus-2019-Nursing-Homes-Preparedness-Checklist_3_13.pdf (en anglais seulement)

Institut national de santé publique. COVID-19 : Mesures de prévention et de contrôle des infections pour les milieux de soins aigus : recommandations intérimaires (27 mars 2020). https://www.inspq.qc.ca/publications/2906-pci-soins-aigus-covid19

Institut national de santé publique. COVID-19 : Mesures exceptionnelles pour les équipements de protection individuelle lors de pandémie (1er avril 2020). https://www.inspq.qc.ca/publications/2957-mesures-exceptionnelles-protection-individuelle-covid19

Ministère de la Santé et des Soins de longue durée, Ontario. Lutte contre les éclosions d'infections respiratoires dans les foyers de soins de longue durée (2018). http://www.health.gov.on.ca/fr/pro/programs/publichealth/oph_standards/docs/reference/RESP_Infectn_ctrl_guide_LTC_2018_fr.pdf

Ministère de la Santé, Ontario. COVID-19 – Document d'orientation à l'intention des foyers de soins de longue durée (FSLD) (2020). http://www.health.gov.on.ca/fr/pro/programs/publichealth/coronavirus/docs/2019_long_term_care_guidance.pdf

Régie de la santé de la Nouvelle-Écosse. Coronavirus Disease 2019 (COVID-19): Infection Prevention and Control Guidelines for Long-Term Care Settings (2020). https://www.cdha.nshealth.ca/system/files/sites/documents/covid-19-ipac-guide-ltc-march-15-2020.pdf

Agence de la santé publique du Canada. Pratiques en matière d'hygiène des mains dans les milieux de soins (2012). https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies-infectieuses/infections-nosocomiales-professionnelles/pratiques-matiere-hygiene-mains-milieux-soins.html

Agence de la santé publique du Canada. Lignes directrices sur la prévention et le contrôle du coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (CoV-SRMO) dans les établissements de soins actifs (2018). https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/maladies-et-affections/lignes-directrices-prevention-et-controle-coronavirus-syndrome-respiratoire-moyen-orient-cov-srmo-etablissements-soins-actifs.html

Agence de la santé publique du Canada. Pratiques de base et précautions additionnelles visant à prévenir la transmission des infections dans les milieux de soins (2013). https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies-infectieuses/infections-nosocomiales-professionnelles/pratiques-base-precautions-additionnelles-visant-a-prevenir-transmission-infections-milieux-soins.html

Santé publique Ontario. Recommandations en PCI concernant l'utilisation d'équipements de protection individuelle pour la prise en charge des personnes dont l'infection à la COVID-19 est suspectée ou confirmée, mesures de PCI actualisées (2020). https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/updated-ipac-measures-covid-19.pdf?la=fr

Organisation mondiale de la Santé. Lutte anti-infectieuse lors de la prise en charge des patients chez lesquels on suspecte une infection par un nouveau coronavirus (nCoV) : Orientations provisoires (19 mars 2020). https://www.who.int/fr/publications-detail/infection-prevention-and-control-during-health-care-when-novel-coronavirus-(ncov)-infection-is-suspected-20200125

Organisation mondiale de la Santé. Orientations pour la lutte anti-infectieuse dans les établissements de soins de longue durée dans le contexte de la COVID-19 (21 mars 2020). https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/331642/WHO-2019-nCoV-IPC_long_term_care-2020.1-fre.pdf?sequence=1&isAllowed=y

Organisation mondiale de la Santé. Rational use of personal protective equipment for coronavirus disease 2019 (COVID-19) (27 février 2020). https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/331215/WHO-2019-nCov-IPCPPE_use-2020.1-eng.pdf?sequence=1&isAllowed=y

Remerciements

Le Comité consultatif national sur la prévention et le contrôle des infections (CCN-PCI) est un organisme consultatif externe qui offre à l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) une expertise et des conseils en matière de prévention et de contrôle des maladies infectieuses dans les établissements de soins de santé canadiens.

Les présentes lignes directrices ont été préparées par : Dre Cheryl Volling, Mme Adina Popalyar, Mme Katherine Defalco, Dre Marina Salvadori, Dr James Brooks, DPeter Uhthoff, et Mme Yung-En Chung.

Membres du CCN-PCI : Dre Joanne Embree (présidente), Dre Jennie Johnstone (vice-présidente), Mme Molly Blake, Mme Josiane Charest, Dre Maureen Cividino, Mme Nan Cleator, Mme Jennifer Happe, Dre Susy Hota, Mme Anne Masters-Boyne, Dr Matthew Muller, Mme Patsy Rawding, Mme Suzanne Rhodenizer-Rose, DPatrice Savard, Dre Stephanie Smith, Dre Nisha Thampi.

Section de la prévention et du contrôle des infections associées aux soins de santé de l'ASPC : DJames Brooks (directeur), Mme Kathy Dunn (gestionnaire), Mme Katherine Defalco, Mme Toju Ogunremi, Mme Adina Popalyar, Mme Anna Bottiglia, Mme Sabrina Chung, Dre Kahina Abdesselam, M. Steven Ettles, et M. John McMeekin.

Les auteurs remercient chaleureusement la Dre Allison McGeer, le Dr Jerome Leis, le DPaddy Quail, le DFred Mather, le Dr Ben Robert, Mme Laura Farrell, Mme Eva Skiba, la Dre Liane Macdonald, Mme Sandra Callery, la Dre Lynn Johnston, ainsi que Mme Barbara Catt au nom de Prévention et contrôle des infections (PCI) - Canada, la Dre Marianna Ofner et Mme Patricia P - Canada, la Dre Marianna Ofner et Mme Patricia Piaskowski, rédactrice scientifique.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :