COVID-19 pour les professionnels de la santé : Syndrome post-COVID-19 (COVID longue)

Sur cette page

À propos du syndrome

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) définit le syndrome post‑COVID‑19 comme une affection :

« […] qui survient chez les personnes avec des antécédents d’infection probable ou confirmée par le SRAS‑CoV‑2. Il survient habituellement dans les 3 mois suivant l’apparition de la COVID‑19 avec symptômes. Il dure au moins 2 mois et ne peut être expliqué par aucun autre diagnostic. Les symptômes courants comprennent la fatigue, l’essoufflement, le dysfonctionnement cognitif et d’autres symptômes qui ont généralement une incidence sur le fonctionnement quotidien. Les symptômes peuvent être nouveaux après le rétablissement initial d’un épisode aigu de COVID‑19 ou persister depuis la maladie initiale. Ils peuvent être intermittents ou réapparaître au bout d’un certain temps. »

(traduction libre)

Certaines études ont permis d’observer des symptômes à long terme chez des patients atteints d’une infection grave par la COVID‑19. C’est le cas, par exemple, de ceux qui ont été hospitalisés ou qui ont nécessité des soins intensifs pendant leur rétablissement. Toutefois, le syndrome post‑COVID‑19 peut également se manifester chez les personnes atteintes d’une infection légère ou asymptomatique.

Compte tenu de la disponibilité limitée des tests de dépistage au début de la pandémie, certains patients présentent des symptômes du syndrome post‑COVID‑19 alors qu’ils n’ont pas officiellement subi un test de dépistage ni reçu un diagnostic de COVID‑19.

À l’heure actuelle, les estimations sur la fréquence à laquelle les gens éprouvent les effets du syndrome post-COVID‑19 ne sont pas uniformes. Cette situation est attribuable aux différences suivantes :

Symptômes

Le syndrome post‑COVID‑19 est associé à un large éventail de symptômes divers touchant plusieurs systèmes des organes. L’intensité des symptômes peut varier et ceux-ci peuvent parfois disparaître et se manifester à nouveau. Certains patients ont signalé qu’un effort physique et mental excessif peut exacerber le syndrome.

L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a récemment publié un examen des données probantes internationales actuelles (PDF, en anglais seulement). Plus de 100 symptômes ou difficultés à mener les activités quotidiennes de la vie courante ont été signalés. Les conclusions de cet examen (études évaluées par des pairs publiées jusqu’en avril 2021) et d’une récente étude évaluée par des pairs ont révélé que la proportion des personnes atteintes du syndrome qui n’ont pas été hospitalisées pour leur infection initiale à la COVID‑19 était de 30 % à 40 %. Les données probantes actuelles indiquent que la prévalence est plus élevée chez les personnes qui ont été hospitalisées pendant la phase aiguë que chez celles qui ne l’ont pas été. Ces estimations changeront probablement à l’avenir à mesure que les résultats d’autres études deviendront disponibles.

Le syndrome post‑COVID‑19 apparaît généralement chez les patients adultes. Cependant, de nouvelles données probantes montrent que les enfants peuvent également être atteints de symptômes chroniques et persistants après l’infection par la COVID‑19. Nous ignorons encore beaucoup de choses au sujet du syndrome post‑COVID‑19 chez les enfants. La prévalence de ce syndrome chez les enfants n’est pas encore bien établie, et une grande variabilité des estimations n’a été observée que dans un petit nombre d’études. Ces estimations deviendront plus précises à mesure que d’autres études seront menées et que de nouvelles données probantes seront dégagées.

Il faut mener des recherches plus approfondies sur les symptômes à long terme après une infection par la COVID‑19 chez les enfants et les adolescents.

Santé mentale

Les symptômes de santé mentale, comme l’anxiété et la dépression, sont couramment signalés par les personnes qui souffrent du syndrome post‑COVID‑19. Il faut encourager les patients à parler à leur professionnel de la santé s’ils pensent ressentir des symptômes d’anxiété, de dépression ou de trouble de stress post-traumatique. Espace Mieux-être Canada est une ressource qui s’adresse aux patients en situation de crise.

Prévention, diagnostic et traitement

La recherche en cours sur les causes du syndrome post‑COVID‑19 et sur la façon de le diagnostiquer et de le traiter aidera à élaborer des mesures de soutien adaptées aux patients. L’OMS, de concert avec des patients, des chercheurs et d’autres intervenants, a élaboré une définition de cas clinique pour l’affection post‑COVID‑19. Cette définition aidera à la fois les patients et les cliniciens pendant le processus de diagnostic. L’OMS invite également les cliniciens et les patients à recueillir des renseignements de manière systématique au moyen d’un formulaire de déclaration de cas pour le syndrome post‑COVID‑19 (en anglais seulement). Les données recueillies nous aideront à élargir nos connaissances sur la maladie et à mieux appuyer les soins prodigués aux patients ainsi que les interventions en santé publique.

Il n’existe actuellement aucune approche universellement reconnue pour diagnostiquer et traiter le syndrome post‑COVID‑19. Les sources de connaissances et de soutien sur la gestion des symptômes comprennent les points suivants :

Certaines constatations préliminaires suggèrent également que la vaccination à raison de 2 doses ou plus avant l’infection à la COVID‑19 peut contribuer à réduire le risque de développer le syndrome post‑COVID‑19. L’ASPC continue de suivre l’évolution de la situation afin d’en apprendre davantage sur les autres mesures de prévention qui peuvent être prises.

Les provinces et les territoires sont responsables de la gestion et de la prestation des services de soins de santé pour leurs résidents. Cette responsabilité comprend les services de réadaptation et de traitement pour les personnes atteintes du syndrome post‑COVID‑19. Il existe un certain nombre de cliniques publiques et privées qui offrent des soins aux personnes atteintes du syndrome post‑COVID‑19 partout au Canada, lesquelles mettent clairement l’accent sur les soins interdisciplinaires.

Ce que fait le Canada

L’ASPC passe en revue les études publiées sur le syndrome post‑COVID‑19 afin de déterminer :

L’ASPC a également collaboré avec Statistique Canada dans le cadre d’une nouvelle Enquête canadienne sur la santé et les anticorps contre la COVID‑19 (ECSAC), fondée sur la population, qui a été lancée en avril 2022. L’Enquête est envoyée à 100 000 Canadiens âgés de 18 ans et plus choisis au hasard dans les 10 provinces et servira à :

L’ASPC continue de :

Nous collaborons également avec d’autres partenaires pour recueillir des données probantes à l’appui de nos recherches, notamment :

Pour obtenir d’autres ressources ainsi que des liens vers des produits de connaissances, des données et des données probantes sur les répercussions de la COVID‑19, y compris le syndrome post‑COVID‑19, consultez la bibliothèque virtuelle des données et des données probantes sur la santé concernant la COVID‑19. Il s’agit d’une collection interrogeable de produits financés et publiés par le gouvernement du Canada.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :