Maladie à coronavirus (COVID-19) : Pour les professionnels de la santé

Sur cette page

Ce que les professionnels de la santé doivent savoir

Les professionnels de la santé du Canada jouent un rôle essentiel pour diagnostiquer, signaler et gérer les cas de COVID-19.

La COVID-19 est la maladie causée par le coronavirus SARS-CoV-2, un nouveau virus détecté pour la première fois en décembre 2019. Le séquençage génétique du virus semble indiquer qu'il s'agit d'un bétacoronavirus étroitement lié au virus du SRAS. Les coronavirus forment une grande famille de virus. Certains d'entre eux peuvent infecter les animaux et d'autres, les humains.

En mars 2020, l'Organisation mondiale de la Santé a déclaré que l'éclosion de COVID-19 était devenue une pandémie mondiale.

À mesure que nous en apprenons davantage sur le virus, les cliniciens doivent rappeler aux Canadiens de continuer à faire tout ce qu'ils peuvent pour prévenir la propagation de la COVID-19. Ainsi, ils doivent prendre les précautions suivantes en matière de santé publique :

L'Organisation mondiale de la Santé surveille la situation de près et a publié :

Nous surveillons aussi étroitement la situation de la COVID-19, au Canada et à l'échelle mondiale, et nous fournissons régulièrement des mises à jour.

Agent responsable

Le nom attribué au coronavirus est SARS-CoV-2.

Signes et symptômes

Nous avons préparé un guide à l'intention des cliniciens qui porte sur la COVID-19. Ce guide est fondé sur des preuves scientifiques et sur l'opinion d'experts, et il traite de ce qui suit :

Le guide est sujet à changement à mesure que de nouveaux renseignements deviennent disponibles.

Le tableau clinique et les symptômes de la COVID-19 varient sur les plans de la fréquence et de la gravité. Il se peut que les symptômes apparaissent jusqu'à 14 jours après l'exposition au virus.

Les personnes infectées par la COVID-19 peuvent n'avoir que peu de symptômes ou ne pas en avoir du tout. Les symptômes de la COVID-19 sont souvent semblables à ceux d'autres maladies, particulièrement les virus respiratoires, comme les rhinovirus et l'influenza. Les personnes infectées peuvent transmettre le virus avant de présenter des symptômes (transmission présymptomatique) et même si elles n'en présentent jamais (transmission asymptomatique). C'est la raison pour laquelle tout le monde, même les personnes qui se sentent bien, devrait respecter les mesures visant à prévenir la propagation de la COVID-19.

La fréquence réelle des symptômes associés à la COVID-19 est inconnue. Il est possible que les personnes présentant des symptômes plus graves soient surreprésentées dans les rapports publiés. Les symptômes peuvent également varier selon les établissements de soins. D'autres symptômes peuvent se manifester au fil de l'évolution de la maladie.

Il n'existe pas de liste de symptômes qui présenterait des valeurs élevées de spécificité ou de sensibilité dans le cadre du diagnostic de la COVID-19. Le diagnostic clinique doit donc toujours être confirmé par des tests.

Invitez les patients à consulter un médecin s'ils présentent de nouveaux symptômes ou si leurs symptômes s'aggravent.

Transmission

Le principal mode de transmission de la COVID-19 est entre les personnes, au moyen de gouttelettes respiratoires. Le virus se trouve dans les sécrétions respiratoires d'une personne infectée. Lorsque celle-ci tousse, éternue, parle ou respire, ses gouttelettes peuvent atteindre les muqueuses d'une autre personne et l'infecter.

L'infection peut également se produire si une personne touche une surface infectée, puis se touche les yeux, le nez ou la bouche. On ne comprend pas tout à fait le rôle que jouent les surfaces et les objets (également appelés matières contaminées) dans la transmission de la COVID-19.

La période pendant laquelle une personne atteinte de la COVID-19 est contagieuse demeure incertaine.

Période d'incubation

La période d'incubation est de 1 à 14 jours. La médiane est de 5 à 6 jours entre l'exposition et l'apparition des symptômes. La plupart des personnes (97,5 %) développent des symptômes dans les 11,5 jours suivant l'exposition.

Réinfection

Selon de nouvelles données, les humains peuvent être réinfectés par le SRAS-CoV-2, comme observé chez des personnes ayant été infectées par différentes souches du virus. Des recherches plus poussées sont nécessaires pour comprendre pleinement la relation qui existe entre un résultat positif à un test de détection des anticorps et la protection contre une réinfection.

À l'heure actuelle, on ignore :

Les premières recherches indiquent que le taux d'anticorps neutralisants chez les personnes qui se sont rétablies de la COVID-19 peut diminuer. À mesure que les tests sérologiques visant à détecter la présence d'anticorps deviennent plus répandus, les résultats devraient permettre d'éclaircir les questions liées à la réinfection et à la durée de l'immunité.

Le gouvernement du Canada a créé le Groupe de travail sur l'immunité face à la COVID-19 en avril 2020. Le Groupe de travail est chargé de suivre la propagation du virus dans la population générale et de faire la lumière sur la réponse immunitaire au SRAS-COV-2 dans une variété de :

Facteurs de risque de maladie grave

Les coronavirus peuvent causer des maladies graves chez certaines personnes dans nos communautés. Voici les personnes qui sont susceptibles d'avoir des maladies ou des conséquences plus graves :

Pour en savoir plus sur la gravité de la maladie et les facteurs de risque de maladie grave, consultez notre guide à l'intention des cliniciens.

Prévention et contrôle des infections

Nous avons élaboré des lignes directrices sur la prévention et le contrôle des infections ainsi que des stratégies pour prévenir ou limiter la transmission de la COVID-19 dans les établissements de soins, notamment ceux-ci :

Il y a une demande sans précédent et un besoin urgent de produits qui peuvent aider à limiter la propagation de la COVID-19. Nous accélérons, à titre de mesure temporaire, les processus d'autorisation de l'équipement de protection individuelle.

Nous autorisons également l'importation et la vente de certains instruments médicaux qui ne sont peut-être pas entièrement conformes aux exigences réglementaires canadiennes. Toutefois, ces instruments sont fabriqués selon des normes comparables.

Apprenez-en davantage sur les stratégies pour remédier aux pénuries d'équipement de protection individuelle, y compris le retraitement des respirateurs N95.

Formation sur la recherche de contacts

Inscrivez-vous à des séances de formation gratuites sur la recherche de contacts. Vous devrez créer un compte avant de pouvoir vous inscrire. Nos séances sont un complément aux séances locales de formation et d'intégration. Elles ne sont pas obligatoires pour effectuer votre travail dans votre région. Les professionnels de la santé doivent suivre les politiques et procédures locales/régionales en matière de recherche de contacts.

Diagnostic

Notre Laboratoire national de microbiologie (LNM) a contribué à l'élaboration et à la vérification des tests utilisés pour détecter la COVID-9. Le LNM a collaboré de près avec les provinces et les territoires par l'intermédiaire du Réseau des laboratoires de santé publique du Canada pour faire progresser la capacité de test au pays. De plus, les scientifiques du LNM continuent d'étudier de nouvelles technologies pour détecter la COVID-19, ce qui pourrait permettre d'accroître l'accès aux tests et de faciliter la collecte.

Santé Canada réglemente la vente et l'importation d'instruments de dépistage commerciaux de la COVID-19. La majorité des présentations d'instrument reçues portent sur 2 types de dispositifs de dépistage commerciaux :

  1. les tests à base d'acides nucléiques
  2. les tests sérologiques

Consultez la liste des instruments de dépistage autorisés pour les utilisations liées à la COVID-19 jusqu'à maintenant.

Seuls les instruments de dépistage autorisés par Santé Canada peuvent être importés ou vendus au Canada. Les tests non autorisés peuvent produire des résultats imprécis et ainsi entraîner des erreurs de diagnostic. Les tests autorisés pour la COVID-19 sont bien étayés par des données probantes, qui indiquent qu'ils donneront des résultats exacts et fiables.

Production de rapports

Nous n'acceptons pas les déclarations de cas provenant de la population et des personnes qui fournissent les soins de santé. Les déclarations sont produites par les autorités sanitaires provinciales et territoriales.

L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) collabore avec ses partenaires provinciaux et territoriaux en santé publique pour recueillir les données sur les cas de COVID-19 au Canada. Le résumé épidémiologique détaillé de la situation est accessible en ligne.

Recommandations aux professionnels de la santé publique

Traitement et vaccins

Nous suivons l'évolution de tous les médicaments et vaccins en développement au Canada et à l'étranger. Afin d'accélérer la mise au point et l'accessibilité de traitements visant à prévenir et à traiter la COVID-19, nous travaillons avec des :

Chez les patients hospitalisés atteints de la COVID-19 qui ont besoin d'oxygène supplémentaire ou d'une ventilation mécanique, les cliniciens devraient sérieusement envisager l'administration de :

Le 27 juillet 2020, Santé Canada a autorisé sous réserve de conditions l'utilisation du remdésivir (nom de marque : Veklury) pour le traitement de la COVID-19 chez les patients adultes et adolescents (âgés de 12 ans et plus et pesant au moins 40 kg) qui ont une pneumonie et qui ont besoin d'un apport supplémentaire en oxygène. Le remdésivir est le premier médicament autorisé pour le traitement de patients hospitalisés qui présentent de graves symptômes de la COVID-19.

À l'heure actuelle, aucun vaccin contre la COVID-19 n'est autorisé au Canada.

En date d'octobre 2020, Santé Canada a commencé à recevoir des demandes d'autorisation au titre de l'Arrêté d'urgence concernant l'autorisation de médicaments contre la COVID-19. Santé Canada examinera soigneusement toutes les données fournies. Avant qu'un nouveau vaccin ou traitement soit mis à la disposition des Canadiens, il doit avoir fait ses preuves en matière d'innocuité, d'efficacité et de qualité.

Des produits susceptibles d'atténuer des symptômes comme la fièvre et la toux peuvent être utilisés pour le traitement des patients atteints de la COVID-19.

En collaboration avec un réseau d'experts cliniques, nous avons élaboré des lignes directrices pour la prise en charge clinique des patients atteints de la COVID-19. Ces directives ne visent pas à remplacer le jugement clinique ni la consultation d'un spécialiste.

Veuillez consulter les lignes directrices provisoires sur la :

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les traitements en cours de développement, consultez la liste des essais cliniques autorisés.

Documents d'orientation

Consultez nos conseils aux professionnels de la santé afin d'obtenir des directives techniques sur la COVID-19, notamment en ce qui concerne :

Liens connexes

De quels renseignements avez-vous besoin au sujet du COVID-19

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :