Pour les professionnels : Trouble du spectre de l’autisme (TSA)

Accédez à des renseignements détaillés sur le dépistage, le diagnostic, les principales publications et les ressources concernant le trouble du spectre de l’autisme (TSA). 

Sur cette page

Ce que les professionnels de la santé doivent savoir au sujet du TSA

La définition du TSA est fondée sur les critères qui figurent dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Ce manuel, communément appelé DSM, sert de fondation pour les outils d’évaluation largement utilisés. Il influence grandement ce qui suit :  

  • la recherche en santé mentale
  • les pratiques de diagnostic et de traitement
  • les perceptions sociales de la maladie mentale

Le DSM peut influencer les tendances en matière de diagnostic par des changements aux critères utilisés pour diagnostiquer un trouble précis. La publication la plus récente est la cinquième édition (DSM-5) parue en mai 2013. Le DSM-5 définit le TSA comme un diagnostic central établi pour une suite d’affections complexes.   

Le TSA comme catégorie

Le TSA est dorénavant une catégorie qui remplace les sous‑types diagnostiqués antérieurement appelés troubles envahissants du développement. Cela comprend ce qui suit :

  • le syndrome de Rett
  • le trouble autistique
  • le syndrome d’Asperger
  • le trouble désintégratif de l’enfance
  • le trouble envahissant du développement (non précisé autrement)

Le système de classification actuel ne fait plus mention de ces sous‑types et étiquettes.

Les symptômes attribués à ces sous‑types antérieurement en vertu du DSM‑5 sont dorénavant considérés comme une représentation d’une suite de symptômes. Les niveaux de gravité (de légers à graves) de chaque sous‑type sont catégorisés en fonction des niveaux de soutien requis.

Spécificateurs pour le TSA

Une personne peut avoir des symptômes supplémentaires qui répondent aux critères liés à d’autres troubles. Dans un tel cas, la personne sera diagnostiquée comme ayant au moins deux troubles. Par exemple, un enfant pourrait être atteint du TSA et d’un trouble déficitaire e l’attention avec hyperactivité (TDAH). Cela est appelé un spécificateur.

Le clinicien qui établit le diagnostic précisera ces résultats avec le diagnostic de TSA. Par exemple, il peut indiquer TSA avec TDAH, ou TSA avec déficience intellectuelle. Cela signifie que la personne répond aux critères de ces deux états.

Le nouveau diagnostic de TSA reconnaît les cas pour lesquels des symptômes apparaissent dès la petite enfance, même s’ils ne sont décelés que plus tard. 

Dépistage du TSA chez les enfants

Des recherches menées récemment indiquent qu’un diagnostic et une intervention rapides peuvent avantager les enfants atteints du TSA et d’autres troubles du développement. Le diagnostic rapide est important, puisqu’il s’agit d’une étape nécessaire à la détermination de l’intervention qui convient.  

Au moment d’entreprendre une évaluation préliminaire pour le TSA, le professionnel de la santé ou le groupe de professionnels déterminera le niveau de risque de l’enfant. Il doit utiliser une combinaison de questionnaires ou d’outils normalisés et faire appel à leur jugement clinique.   

Voici certains des outils de dépistage couramment utilisés au Canada :

  • Infant Toddler Checklist (ITC)
  • Social Communication Questionnaire (SCQ)
  • Autism Observation Scale for Infants (AOSI)
  • Autism Diagnostic Observation Schedule Toddler Module (ADOS-T)
  • Modified Checklist for Autism in Toddlers: Revised with Follow-Up (M-CHAT-R/F)

Les premiers signes du TSA apparaissent habituellement durant la petite enfance. Le TSA peut être détecté au moyen d’un dépistage chez des enfants d’un âge aussi jeune que 12 mois. Cependant, les parents sont souvent les premiers à remarquer un développement anormal chez leur enfant.     

Les enfants atteints du TSA font état de secteurs de préoccupation qui aident à déterminer le moment auquel une évaluation devrait avoir lieu. Il n’est pas nécessaire qu’un enfant affiche tous les signes pour recevoir un diagnostic de TSA.

Tableau 1 : Symptômes du TSA et âge auxquels les symptômes peuvent apparaître.
Symptômes Âge en mois
6 à 8 9 à 11 12 à 14 15 à 17 18 à 21 21 à 24
Inquiétude générale des parents (par exemple, au niveau du développement moteur et sensoriel ou dans les comportements de sommeil ou de jeu) X X X X X X
Un faible contrôle de la tête ou du cou lorsqu’on l’installe en position assise (notamment la tête pendante) X
S’amuse peu ou de façon inhabituelle avec les jouets. X X X X X
Commence à acquérir du langage, mais le perd ou cesse de l’utiliser (par exemple, toute perte de langage, babillage ou aptitudes sociales) X X X X X
Joue peu à des jeux imaginatifs X X X X X
Fait des mouvements répétitifs ou inhabituels avec ses doigts, se mains, ses bras ou sa tête (notamment des stéréotypies) X X X X X
Fixe son intérêt sur certaines choses X X X X X
Ne peut pointer du doigt et regarder (notamment la coordination oculo-manuelle) X X X X
Ne réagit pas à son nom X X X X
Adopte des postures inhabituelles (par exemple, flexion des doigts ou des mains, contraction des bras, branlement de tête, bouche ouverte ou langue sortie)  X X X X
A de la difficulté à communiquer X X X
Affiche un comportement ou un contrôle moteur anormal X X
A des problèmes de comportement, y compris des comportements d’automutilation X X
Évite le contact visuel X X
N’examine pas les autres pour obtenir des indices sociaux avant de réagir (notamment le repérage social) X X
Développe un usage anormal du langage en ce qui concerne l’intonation et le rythme X X
Démontre une utilisation stéréotypée des mots ou des phrases (notamment l’écholalie qui fait que l’enfant semble répéter des mots ou des phrases sans les comprendre)  X X
Réagit trop ou de manière insuffisante aux stimulus dans l’environnement (notamment la douleur, la chaleur, les sons, les textures ou la lumière)  X X

Le TSA se développe différemment d’une personne à une autre. Contrairement à d’autres troubles, l’exemple type d’une personne atteinte du TSA n’existe pas. Le terme spectre est utilisé parce que les symptômes peuvent se présenter par combinaison ou par degrés d’intensité. Les symptômes peuvent aussi varier grandement de relativement léger à débilitant.

Diagnostiquer le TSA

Un diagnostic de TSA est basé sur une combinaison de facteurs et définit un niveau de gravité. Ce niveau est fondé sur la communication sociale et/ou les comportements limités et répétitifs.

Comme dans le cas du dépistage du TSA, les professionnels de la santé spécialisés en diagnostic du TSA peuvent utiliser un grand nombre de tests normalisés, en plus de faire appel à leur jugement clinique.   

Voici certains des outils de diagnostic couramment utilisés au Canada :

  • Échelle d’évaluation de l’autisme infantile (CARS)
  • Autism Diagnostic Interview – Revised (ADI-R)
  • Autism Diagnostic Observation Schedule (ADOS)
  • Developmental, Dimensional and Diagnostic Interview (3di)

L’examen peut comprendre une évaluation cognitive afin de déterminer le niveau de fonctionnement intellectuel, les forces et les secteurs de difficulté de la personne.

Il est probable que la personne entreprendra une série de procédures simples visant à permettre au diagnosticien d’observer son comportement. D’autres évaluations peuvent être menées en vue de mieux comprendre les besoins physiques, émotionnels, comportementaux et en matière d’apprentissage qui sont uniques à la personne. 

Selon les critères du DSM-5, les personnes atteintes du TSA sont évaluées en fonction de deux aspects :

  1. Les déficits en communication et en interaction sociale  
  2. les comportements, les intérêts ou les activités limités ou répétitifs  

Le diagnostic est accompagné d’un descripteur correspondant qui représente l’un des trois niveaux de gravité qui nécessitent du soutien.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :