Fiches d'information sur les changements climatiques et la santé publique


Changements climatiques, contaminants atmosphériques et votre santé

Rien n'est plus essentiel à votre santé que la qualité de l'air que vous respirez. Au Canada, la pollution de l'air et les aéroallergènes ont des répercussions considérables sur la santé. Leurs impacts sur la santé comprennent les maladies pulmonaires, les maladies du cœur et le cancer du poumon.

Les chercheurs ont maintenant clairement établi que les changements climatiques pourraient entraîner une détérioration de plusieurs aspects liés à la qualité de l'air, notamment :

  • l'accroissement des niveaux de pollution atmosphérique, soit de polluants tels que l'ozone et de particules de différentes tailles (matière particulaire ou MP);
  • des épisodes de pollution atmosphérique et de chaleur plus fréquents et plus importants, qui, ensemble, ont un plus grand impact;
  • l'augmentation des émissions émanant de l'environnement naturel comme celles qui proviennent des feux et de la poussière;
  • la hausse des niveaux d'aéroallergènes, c'est-à-dire des substances dans l'air comme le pollen qui peuvent causer des réactions allergiques.

Qui est à risque?

La qualité de l'air est plus susceptible de causer des problèmes de santé au sein des groupes vulnérables, notamment :

  • les aînés;
  • les enfants;
  • les femmes enceintes;
  • les personnes atteintes de maladies chroniques (p. ex., l'asthme, les maladies pulmonaires chroniques, les maladies du cœur et le diabète);
  • les personnes de statut socioéconomique peu élevé.
  • Ces dernières peuvent être exposées à des niveaux de pollution plus élevés en raison de leurs conditions de vie et ne pas être en mesure d'éviter de s'y exposer pendant des épisodes de chaleur ou de pollution extrêmes.

Pollution de l'air

Ozone troposphérique

L'ozone troposphérique, principal constituant du smog, se forme lorsque les gaz dans l'environnement réagissent sous l'effet de la chaleur et de la lumière du soleil.
Vu le lien très étroit entre l'ozone troposphérique et la température, les chercheurs prévoient que les changements climatiques entraîneront un accroissement des concentrations moyennes d'ozone, de la fréquence des pics d'ozone et des périodes où le taux d'ozone est élevé pendant l'été.

Effets sur la santé

L'exposition à court terme à l'ozone troposphérique, pendant des heures, des jours ou des semaines, peut causer :

  • des symptômes respiratoires comme la toux ou l'irritation de la gorge;
  • la réduction des capacités pulmonaires;
  • l'aggravation des affections pulmonaires pouvant mener à une visite à l'urgence, à l'admission à l'hôpital ou même à la mort.

L'exposition à long terme à l'ozone troposphérique, pendant des années ou des décennies, peut causer la mort par suite de problèmes respiratoires.

Matières particulaires

Les matières particulaires sont un mélange de fines particules de différentes tailles qui entrent dans l'atmosphère à partir de diverses sources d'origine naturelle et humaine, notamment la poussière, le feu, les véhicules et les activités industrielles. Les impacts des changements climatiques sur les matières particulaires sont moins bien compris que ceux qui ont trait à l'ozone. On sait que la pluie peut réduire la concentration de matières particulaires dans l'air. Étant donné que la configuration des précipitations est plus difficile à prédire, l'incertitude demeure quant aux répercussions des changements climatiques sur les matières particulaires au Canada, et il est donc nécessaire de poursuivre les recherches à cet égard. Cependant, les recherches ont démontré que les changements climatiques pourraient augmenter la fréquence et l'intensité des feux de forêt, ce qui accroîtra la concentration de matières particulaires.

Effets sur la santé

L'exposition à court terme aux matières particulaires peut causer :

  • des symptômes respiratoires comme la toux ou l'irritation de la gorge;
  • la réduction des capacités pulmonaires;
  • l'aggravation des troubles cardiaques et des affections pulmonaires pouvant mener à une visite à l'urgence, à l'admission à l'hôpital ou même à la mort.

L'exposition à long terme aux matières particulaires peut causer :

  • la réduction des capacités pulmonaires;
  • l'accroissement des cas de maladies pulmonaires comme l'asthme et d'autres maladies pulmonaires obstructives chroniques (MPOC);
  • des naissances plus prématurées et un faible poids à la naissance;
  • le développement anormal des poumons chez les enfants;
  • la mort par suite de maladies pulmonaires, de maladies du cœur et du cancer du poumon.

Effets combinés de la chaleur et de la pollution de l'air

La chaleur extrême peut avoir un impact sur la santé et causer, par exemple, des coups de chaleur, mais lorsqu'elle est combinée à la pollution atmosphérique, les effets négatifs sur la santé s'aggravent :

  • les personnes respirent plus rapidement lorsqu'il fait chaud et, par conséquent, inhalent plus d'air qui est susceptible d'être pollué;
  • la chaleur extrême modifie également la capacité de l'organisme à gérer les toxines. Par exemple, pendant l'été très chaud qu'il y a eu en Europe en 2003, la chaleur et la pollution atmosphérique ont causé 35 000 décès en surnombre, majoritairement chez les aînés; au Pays-Bas, plus d'un tiers des décès ont été causés par l'exposition à l'ozone; en Angleterre et au pays de Galles, 20 à 40 % des décès étaient attribuables à la pollution de l'air;
  • les grandes villes peuvent connaître des températures plus élevées en raison de l'environnement construit (p. ex., les routes et les immeubles), qui emprisonne la chaleur, phénomène également connu sous le nom d'effet d'îlot thermique.

Aéroallergènes

Les aéroallergènes, soit le pollen et les spores dans l'air, causent des réactions allergiques.

Les recherches suggèrent que les changements climatiques augmenteront la concentration d'allergènes dans l'air et les affections allergiques connexes, puisque les plantes risquent de produire davantage de pollen si les températures sont plus chaudes, et les hivers, plus doux. L'accroissement de la fréquence des orages peut également augmenter la concentration de pollen dans l'air. De plus, la hausse des niveaux de dioxyde de carbone par suite des changements climatiques est susceptible de stimuler la croissance des plantes et la production de pollen.

La prolongation de la saison pollinique pourrait entraîner :

  • l'augmentation des concentrations de pollen;
  • la prolongation des saisons des allergies;
  • une exposition accrue aux aéroallergènes.

Par exemple, au Canada, la saison du pollen d'herbe à poux s'est prolongée d'environ un mois en raison du réchauffement des températures.

Effets sur la santé

Les aéroallergènes causent des réactions allergiques, le plus souvent des rhinites allergiques (p. ex., le rhume des foins), l'asthme et l'eczéma. L'exposition à des concentrations plus élevées d'aéroallergènes peut provoquer des allergies plus graves. Au Canada, près de 50 % des enfants souffrent du rhume des foins et plus de 20 % ont reçu un diagnostic d'asthme.

Qualité de l'air intérieur

Étant donné que les gens passent environ 90 % de leur temps à l'intérieur, la qualité de l'environnement intérieur est un point important à considérer pour la santé. L'environnement intérieur peut être contaminé par des polluants chimiques et organiques qui proviennent de l'extérieur ou des cuisinières à gaz et d'autres sources intérieures comme les matériaux de construction, les animaux de compagnie, le radon et la fumée de tabac ambiante.

Compte tenu des changements climatiques, toute variation des niveaux de polluants ou d'allergènes à l'extérieur pourrait influer sur les niveaux intérieurs. Les conditions météorologiques extrêmes associées aux changements climatiques peuvent entraîner des risques d'infiltration de l'eau dans les espaces intérieurs (inondation) et l'apparition connexe de moisissure ou de bactéries.

Les inondations peuvent dégrader les matériaux de construction et entraîner le dégagement de gaz chimiques.

De plus, toutes les mesures mises en œuvres dans les immeubles et les maisons pour réduire l'utilisation de l'énergie comme la diminution du taux de renouvellement d'air peuvent entraîner une plus grande exposition aux polluants issus de sources intérieures.

Il faut être informé des risques potentiels des changements climatiques et de l'environnement intérieur pour la santé, particulièrement pour les populations vulnérables comme les enfants, les aînés et les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la façon de réduire les niveaux de contaminants à l'intérieur, veuillez consulter le site Web La qualité de l'air intérieur de Santé Canada.

Ce que vous pouvez faire

Pour réduire votre exposition à la pollution atmosphérique, vous devez :

  • éviter de faire de l'exercice à l'extérieur lorsque la qualité de l'air est mauvaise ou envisager de le faire à l'intérieur, car les personnes actives respirent davantage d'air et peuvent inhaler plus de polluants atmosphériques;
  • éviter les endroits très pollués lorsque possible et essayer de réduire au minimum votre exposition aux aires où la pollution atmosphérique est élevée comme les zones à grand trafic;
  • être informé des dangers potentiels que présente votre environnement intérieur et essayer de réduire votre exposition à ceux-ci;
  • envisager d'utiliser des filtres à haute efficacité pour éliminer les particules de l'air intérieur. Par exemple, une collectivité touchée par des feux de forêt a diminué la pollution intérieure par la fumée de 65 % en utilisant des filtres à haute efficacité;
  • discuter avec votre médecin de famille ou un professionnel de la santé si vous avez des préoccupations au sujet de votre santé ou de celle d'un membre de la famille.

Vous pouvez surveiller la qualité de l'air intérieur

  • La Cote air santé de Santé Canada et d'Environnement Canada offre des côtes et des prévisions sur la qualité de l'air en temps réel. Elle fournit des messages relatifs à la santé fondés sur la surveillance de la qualité de l'air. Cette information est disponible pour les villes canadiennes qui disposent d'appareils de mesure de la qualité de l'air.
  • Il est possible d'utiliser les lectures et les prévisions actuelles de la Cote air santé pour planifier ses activités de plein air pendant les périodes où les risques pour la santé sont plus faibles.

Liens connexes :

  • Information sur la santé et la qualité de l'air, Santé Canada;
  • La qualité de l'air intérieur, Santé Canada;
  • Halte-O-Risques, Santé Canada;
  • Agir face aux changements, climatiques et à la pollution atmosphérique, Environnement Canada;
  • Programme sur le climat et la santé, Centers for Disease Control des États-Unis(en anglais seulement);
  • Prévisons pollen, Météomédia;
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :