Le gouvernement du Canada fixe des cibles ambitieuses pour réduire les gaz à effet de serre découlant des activités fédérales

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate

Le 19 décembre 2017, Ottawa : Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada

Le changement climatique nous affecte aujourd’hui et ses effets s’accélèreront à moins qu’on ne prenne des mesures dès maintenant. Le gouvernement du Canada est déterminé de mener par l’exemple en matière de changement climatique en favorisant une économie à faibles émissions de carbone et à croissance propre qui réduit les émissions de gaz à effet de serre (GES) liées à ses propres opérations.

Le gouvernement a annoncé aujourd’hui qu’il s’est fixé une nouvelle cible pour réduire les émissions de GES de 80 % d’ici 2050 par rapport aux niveaux de 2005 dans le cadre du renouvellement et de l’élargissement de ses efforts d’écologisation des activités gouvernementales. La nouvelle cible de la Stratégie pour un gouvernement vert est conforme aux cibles d’autres administrations de premier ordre. Le gouvernement prend des mesures concrètes pour atteindre la cible qu’il s’est fixée tout en jetant les assises d’un plan plus vaste dans des domaines comme l’eau et les déchets.

Les investissements fédéraux dans l’énergie propre et dans l’efficacité énergétique portent fruit, que ce soit grâce à des immeubles et à des parcs de véhicules plus efficaces, à l’éco-approvisionnement ou à des achats d’énergie plus verte. Les efforts déployés ont déjà permis de réduire les émissions de gaz à effet de serre découlant des activités du gouvernement fédéral de 28 % par rapport aux niveaux de 2005, et le gouvernement est en voie d’atteindre la cible actuelle de 40 % d’ici 2030. Une réduction importante de l’empreinte carbone du gouvernement contribue à soutenir le passage à une économie faible en carbone, stimule le secteur des technologies propres, crée des emplois et contribue au respect des engagements internationaux en matière de changement climatique — tout en réalisant de véritables économies en matière d’énergie et de services publics.

Le gouvernement fédéral, tout comme ses homologues provinciaux et territoriaux, peut jouer le rôle de leader grâce à des pratiques durables et peu polluantes qui soutiennent les objectifs du Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques.


Citations

« On peut et on doit créer une économie plus propre et innovante qui réduit nos émissions et protège notre environnement tout en favorisant des emplois bien rémunérés pour la classe moyenne et pour ceux qui travaillent fort pour en faire partie. On donne l’exemple : on ose se fixer des cibles et des objectifs ambitieux, et on est déterminés à les atteindre. »

– L’honorable Scott Brison, président du Conseil du Trésor

« Prendre des mesures pour protéger notre environnement et renforcer l’économie est une priorité absolue pour le Canada, et c’est à nous de donner l’exemple. En consommant de l’énergie plus propre et en créant des immeubles gouvernementaux plus écoénergétiques, on démontre ce qui est possible et on met en pratique des solutions aux défis climatiques, ce qui contribue à la réduction de la pollution par le carbone, à la création d’emplois et à la croissance économique propre. »

– L’honorable Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Faits en bref

  • L’écologisation des opérations gouvernementales appuie les objectifs du Canada en matière de durabilité fixés dans l’Accord de Paris sur le climat et dans le Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques. La Stratégie pour un gouvernement vert cadre avec le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies et la Stratégie fédérale de développement durable.

  • La Stratégie pour un gouvernement vert comprend de nombreuses  cibles, mesures et engagements. Les émissions de GES provenant des opérations du gouvernement seront réduites de 80 % d’ici 2050 par rapport aux niveaux de l’exercice 2005 à 2006, ce qui table sur l’engagement précédent de les réduire de 40 % d’ici 2030 ou avant.

  • Les nouveaux immeubles gouvernementaux seront conçus de façon à ce qu’ils soient « prêts pour le zéro carbone » au plus tard en 2022 et toutes les rénovations importantes devront être faibles en carbone.

  • Tous les immeubles gouvernementaux devront surveiller la consommation d’eau potable d’ici 2022 et les rénovations importantes devront être les meilleures possible en ce qui a trait à la consommation d’eau potable et à la gestion des eaux pluviales.

  • D’ici 2030, 75 % de tous les déchets opérationnels non dangereux et 90 % de tous les déchets de construction et de démolition qui sont envoyés au dépotoir seront détournés.

  • Le parc de véhicules administratif du gouvernement sera composé d’au moins 80 % de véhicules zéro émission d’ici 2030.

  • Tous les nouveaux achats de véhicules des cadres seront des véhicules hybrides ou zéro émission dès 2018.

  • Le suivi des émissions des déplacements aériens des fonctionnaires sera effectué d’ici l’exercice 2019 à 2020, et d’autres solutions à faibles émissions de carbone seront promues pour les déplacements aériens liés au travail.

  • Le suivi des émissions de nouvelles installations louées et des baux renouvelés sera effectué dès 2019, et les nouveaux baux devront comprendre des normes améliorées en matière d’énergie et de rendement durable.

  • Des rapports plus détaillés seront produits sur les émissions de GES des immeubles et des parcs de véhicules du gouvernement en faisant passer le nombre de ministères participants de 15 à 23.

  • La priorité sera donnée aux investissements à faible émission de carbone dans les décisions en matière d’investissements importants dans des biens immobiliers en appliquant un coût implicite du carbone.

  • La résilience des actifs, des services et des opérations fédéraux sera augmentée pour faire face au large éventail de répercussions potentielles du changement climatique.

  • Les émissions fédérales de GES proviennent de l’énergie nécessaire pour les immeubles (88 %) et les parcs de véhicules (12 %). Les immeubles comprennent les locaux à bureaux, les laboratoires et les entrepôts. Les sources d’émissions provenant des parcs de véhicules comprennent les parcs fédéraux de véhicules routiers et de véhicules non routiers : les voitures, les fourgonnettes, les camions, de même que les bateaux, les navires et les avions.

  • Quinze ministères et organismes qui rendent compte des progrès réalisés dans l’atteinte de leur objectif de réduction des émissions de GES dans le cadre de la Stratégie fédérale de développement durable ont réduit collectivement leurs émissions de 28 %.

  • Il s’agit d’une réduction supplémentaire de 9 % par rapport aux niveaux d’émissions de GES de l’exercice 2014 à 2015, qui ont été dévoilés par le gouvernement plus tôt cette année. Les réductions d’émissions provenaient de l’achat d’électricité de source renouvelable (-3,8 %), de la consommation d’électricité (-0,9 %) et de changements dans la consommation de carburant, y compris le gaz naturel (-1,6 %), le mazout (-1,6 %), le carburant d’aviation (-0,5 %), l’énergie de quartier (-0,7 %), les autres carburants (-0,2 %), le gaz naturel liquéfié (+0,1 %) et l’essence (+0,2 %).

Liens connexes

Personnes-ressources

Jean-Luc Ferland
Attaché de presse
Cabinet du président du Conseil du Trésor
613-369-3163

Relations avec les médias
Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada
613-369-9400
media@tbs-sct.gc.ca

ATS (appareil de télécommunication pour sourds) : 613-369-9371

Suivez-nous sur Twitter : @SCT_Canada
Aimez notre page Facebook : Votre gouvernement à l’œuvre
Suivez-nous sur LinkedIn : Secrétariat du Conseil du Trésor


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Please select all that apply:

Thank you for your help!

You will not receive a reply. For enquiries, contact us.

Date de modification :