Message du directeur sur le rapport d’évaluation du climat de travail

Déclarations

OTTAWA, le 25 octobre 2017 – David Vigneault, directeur du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), a déclaré ce qui suit aujourd’hui au sujet de la publication d’un rapport interne sur le climat de travail au bureau de la Région de Toronto du SCRS.

« En raison des conclusions d’une enquête liée à une plainte de harcèlement, le SCRS a retenu les services d’une tierce partie pour évaluer le climat de travail dans ses bureaux à Toronto. Cet exercice, tenu sur une base volontaire, a donné lieu à la consultation d’employés de la région, notamment sous la forme d’entrevues, pour recueillir leur point de vue et mieux cerner et comprendre les problèmes soulevés.

Les consultations ont eu lieu d’avril à juin 2017 et ont permis de recenser de nombreuses perceptions, certaines d’actualité et d’autres de longue date, relatives à la direction, à la responsabilité et aux communications. Le condensé du rapport sur l’évaluation du climat de travail, dont une copie a été jointe au présent message (modifiée principalement pour protéger l’identité des employés), met au jour de graves préoccupations liées à des représailles, du favoritisme et de l’intimidation, entre autres comportements répréhensibles absolument inacceptables dans un organisme qui se veut très professionnel et productif.

Le rapport souligne des améliorations survenues au cours des deux dernières années, notamment l’instauration d’une formation obligatoire pour tous les employés et de nouvelles exigences en matière de responsabilisation pour les cadres. Cela dit, le SCRS poursuit l’élaboration de nouvelles mesures pour répondre aux préoccupations recensées dans le rapport. En effet, ce n’est qu’en s’attaquant à ces problèmes ouvertement et directement qu’il pourra continuer de progresser avec un effectif fort, uni et focalisé sur sa mission. L’évaluation était limitée au bureau à Toronto, mais je crois que les informations qu’elle a permis de recueillir seront utiles dans tout le SCRS.

Comme je l’ai déjà expliqué, le SCRS ne tolère en aucune circonstance le harcèlement, la discrimination et l’intimidation. Je tiens fermement à diriger un organisme où chaque employé fait la promotion d’un milieu de travail exempt de harcèlement et propice au traitement équitable de tout un chacun. Je suis fier de travailler avec des employés aussi dévoués et je demeure déterminé à régler les problèmes qu’ils ont soulevés.

Étant donné que la confiance des Canadiens est essentielle à la réalisation du mandat du SCRS, j’estime qu’il est important de partager avec le public des informations sur les mesures prises pour améliorer l’organisme. »


Informations :

613-231-0100

Media-medias@smtp.gc.ca


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :