« Tout le monde à table! » La ministre Bibeau souligne les mesures de réduction du gaspillage alimentaire prises dans le cadre de la Politique alimentaire pour le Canada

Communiqué de presse

La description de cette image suit.
Aujourd’hui, Marie-Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, s’est rendue chez Quest Food Exchange à Vancouver où elle a souligné des investissements faits dans le cadre de la Politique alimentaire pour le Canada en vue de réduire le gaspillage alimentaire.

Le 4 juillet 2019 – Vancouver (Colombie-Britannique) – Agriculture et Agroalimentaire Canada

Aujourd’hui, Marie-Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, s’est rendue dans les locaux de Quest Food Exchange, où elle a souligné un investissement de 26,3 millions de dollars fait dans le cadre de la nouvelle Politique alimentaire pour le Canada en vue de réduire le gaspillage alimentaire.

Notre secteur alimentaire, qui génère un emploi sur huit au pays, est un puissant moteur de l’économie, surtout dans les collectivités rurales. Il faut toutefois faire davantage d’efforts pour améliorer notre système alimentaire. Par exemple, nous gaspillons plus de 11 millions de tonnes métriques de nourriture par année, dont la valeur s’élève à 50 milliards de dollars.

Au cours des prochains mois, le gouvernement discutera avec des organisations clés qui sont préoccupées par le gaspillage alimentaire afin de mettre la dernière main au Défi de réduction du gaspillage alimentaire, qui sera lancé au début de 2020. Le Défi représente un investissement de 20 millions de dollars qui financera les propositions de réduction du gaspillage alimentaire les plus innovatrices dans des industries stratégiques comme la transformation des aliments, les détaillants en alimentation et les services alimentaires. De plus, la ministre Bibeau a annoncé que le gouvernement du Canada montre l’exemple et investira 6,3 millions de dollars afin de réduire son gaspillage alimentaire dans les installations fédérales.

Sur la scène mondiale, les défis sont des modèles de financement novateurs reconnus pour leur capacité de s’attaquer à des enjeux complexes. Les défis font passer le point de mire des programmes d'une approche axée sur les activités à une approche axée sur les résultats et les retombées, et proposent des solutions qui mènent à des résultats tangibles et mesurables pour les Canadiens.

La Politique alimentaire pour le Canada est le fruit d’une collaboration avec les Canadiens partout au pays. Le gouvernement du Canada a reçu les commentaires de plus de 45 000 Canadiens, y compris des producteurs et des transformateurs d’aliments, des spécialistes de l’environnement, de la santé et de la sécurité alimentaire, des groupes autochtones, des organisations non gouvernementales et des défenseurs d’intérêts communautaires.

La vision de la Politique alimentaire pour le Canada qui a découlé de cette consultation est la suivante : Toutes les personnes vivant au Canada peuvent avoir accès à une quantité suffisante d’aliments salubres, nutritifs et culturellement diversifiés. Le système alimentaire du Canada est résilient et innovateur, protège notre environnement et soutient notre économie.

Pour concrétiser cette vision, le gouvernement du Canada investit 134 millions de dollars par l’intermédiaire du budget de 2019 afin d’appuyer de nouvelles initiatives dans des domaines d’intervention stratégiques, notamment :

  • le Fonds des infrastructures alimentaires locales qui vise à appuyer les projets communautaires qui améliorent l’accès à des aliments salubres, sains et diversifiés sur le plan culturel;
  • une nouvelle marque Canada et des campagnes de promotion de l’achat de produits canadiens visant à accroître la fierté et la confiance des consommateurs à l’égard des aliments canadiens;
  • le soutien de projets communautaires comme des serres, des congélateurs communautaires et de la formation professionnelle, qui s’attaquent aux problèmes alimentaires et à l’insécurité alimentaire dans les collectivités nordiques et isolées;
  • de nouveaux fonds pour aider l’Agence canadienne d’inspection des aliments à mettre un frein à la fraude alimentaire – l’étiquetage trompeur et la fausse représentation des produits alimentaires – pour protéger les consommateurs contre les informations trompeuses et les entreprises, contre la concurrence déloyale;
  • l’amorce d’une collaboration avec les provinces, les territoires et les organismes sans but lucratif en vue de créer un programme national d’alimentation dans les écoles;
  • la création du Conseil consultatif de la politique alimentaire du Canada, qui réunira l’expertise et la diversité nécessaires au-delà du gouvernement pour relever les défis actuels et planifier l’avenir du système alimentaire canadien.

La Politique alimentaire pour le Canada cadre avec les objectifs d’initiatives fédérales comme le Partenariat canadien pour l’agriculture, la Stratégie en matière de saine alimentation et la Stratégie de réduction de la pauvreté.

« Tout le monde à table! »

Citations

« La perte et le gaspillage d’aliments sont de graves problèmes que nous devons résoudre pour aider les consommateurs à réaliser des économies, contribuer à la sécurité alimentaire, améliorer l’efficacité du secteur agricole et agroalimentaire et réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le Défi de réduction du gaspillage alimentaire dans le cadre de la Politique alimentaire pour le Canada représente une étape importante dans la réalisation de notre vision d’un système alimentaire durable qui assure à tous les Canadiens un accès à des aliments salubres, nutritifs et diversifiés sur le plan culturel. »

- Marie-Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire

Faits en bref

  • À partir de maintenant, et ce, pendant tout l’été, AAC consultera des intervenants stratégiques pendant la phase de conception du Défi de réduction du gaspillage alimentaire. Cet exercice visera à élaborer un cadre détaillé pour le Défi, y compris ce qui suit :

    • définir le public cible et les demandeurs potentiels;
    • décrire le processus de consultation externe et arrêter des plans de communication externe;
    • établir la portée du processus qui entoure le défi, dont le recours à des étapes, des prix et des subventions incitatives pour appuyer les propositions définitives;
    • élaborer les critères de sélection et utiliser un jury expert externe.


  • Le processus de consultation permettra de peaufiner les activités ciblées rattachées au Défi. Les travaux préliminaires effectués par Environnement et Changement climatique Canada, en collaboration avec AAC, ont dégagé plusieurs facteurs clés qui contribuent au gaspillage et aux déchets alimentaires dans chacune des trois industries. Voici des exemples de projets qui pourraient voir le jour et être appuyés dans le cadre du Défi à la suite de ce travail préliminaire, entre autres :

    • la transformation alimentaire : élaboration d’équipement de transformation alimentaire efficace et suppression des processus inefficaces dans la production en chaîne;
    • les détaillants en alimentation : établissement d’outils de prévision des stocks efficaces pour restreindre les surplus; établissement de protocoles et de méthodes pour voir au sauvetage et à la redistribution des aliments;
    • services alimentaires : élaboration de stratégies de tarification qui visent à encourager la consommation de certains aliments afin d’écouler les stocks et de réduire le gaspillage.


  • Les participants admissibles au Défi pourraient comprendre des organismes à but lucratif et sans but lucratif, des organisations autochtones, des groupes communautaires, des établissements d’enseignement canadiens, des administrations régionales et municipales ainsi que des particuliers.

  • Quest Food Exchange est un organisme sans but lucratif qui collabore avec les fournisseurs intéressés à faire don de leurs surplus d’aliments aux personnes et aux familles qui éprouvent des problèmes de sécurité alimentaire en Colombie Britannique. La mission de l’organisme consiste à réduire la faim avec dignité, à renforcer l’esprit communautaire et à promouvoir la durabilité. L’an dernier, Quest Food Exchange a redistribué plus de 9,7 millions de dollars de surplus d’aliments de qualité donnés par plus de 190 fournisseurs partenaires.

  • En outre, la Politique alimentaire pour le Canada aidera le pays à respecter ses engagements à l’égard des objectifs de développement durable des Nations Unies, à savoir éliminer la faim, promouvoir la santé, réduire le gaspillage alimentaire et favoriser la durabilité du système alimentaire.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Justine Lesage
Attachée de presse
Cabinet de la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire
justine.lesage@canada.ca  
613-404-1168 (cellulaire)

Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Ottawa (Ontario)
613-773-7972
1-866-345-7972
aafc.mediarelations-relationsmedias.aac@canada.ca
Suivez-nous sur Twitter : @AAC_Canada
Aimez-nous sur Facebook : AgricultureCanadienne

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :