Un nouveau comité ministériel fédéral de coordination sur les pommes de terre de l’Île‑du‑Prince‑Édouard adopte une approche pangouvernementale pour aider les producteurs touchés par la suspension du commerce avec les États‑Unis

Communiqué de presse

Le 7 janvier 2022 – Ottawa (Ontario) – Agriculture et Agroalimentaire Canada

Le gouvernement du Canada s’est engagé à rétablir l’accès au marché pour les pommes de terre fraîches de l’Île‑du‑Prince‑Édouard et à appuyer les producteurs de l’Île‑du‑Prince‑Édouard touchés par les perturbations commerciales. À cette fin, l’honorable Marie‑Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, a annoncé aujourd’hui la création du Comité ministériel fédéral de coordination sur les pommes de terre de l’Île‑du‑Prince‑Édouard dans le but d’améliorer la coordination et la collaboration à l’échelle du gouvernement fédéral afin de donner suite aux préoccupations et de trouver des solutions.

Le comité sera un forum important pour l’échange de renseignements et la mise au point de stratégies pour remédier au problème, tout en réduisant au minimum les répercussions de la galle verruqueuse sur l’industrie de la pomme de terre de l’Île‑du‑Prince‑Édouard. Il s’appuiera sur l’important travail qui a été accompli à ce jour. Le comité examinera un éventail de questions, telles que les discussions techniques visant à fournir aux États‑Unis une assurance scientifique, la prestation de programmes pour appuyer les producteurs, les progrès réalisés par le Groupe de travail gouvernement‑industrie sur la pomme de terre et les activités visant à accéder aux marchés internationaux. La première réunion aura lieu la semaine prochaine.

Le comité sera coprésidé par la ministre Bibeau et l’honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre des Langues officielles et ministre responsable de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique. Le comité est composé des membres suivants : l’honorable Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales, de l’Infrastructure et des Collectivités; l’honorable Mary Ng, ministre du Commerce international, de la Promotion des exportations, de la Petite Entreprise et du Développement économique; et l’honorable Lawrence MacAulay, ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale.

Le 22 novembre, le département de l’Agriculture des États‑Unis a demandé aux services frontaliers américains de rejeter tous les chargements de pommes de terre de semence, de table et de transformation en provenance de l’Île‑du‑Prince‑Édouard. Les États‑Unis ont demandé des données scientifiques claires sur l’enquête de l’ACIA visant les récentes détections de galle verruqueuse de la pomme de terre, des mesures claires d’atténuation des risques ainsi qu’un plan de surveillance continue visant des zones de quarantaine clairement définies. Bien que l’ACIA redouble d’efforts pour recueillir les renseignements demandés afin de rassurer les États‑Unis, elle ne peut pas certifier les pommes de terre de l’Île‑du‑Prince‑Édouard puisqu’elles ne répondent pas aux exigences américaines en vertu des règlements sur la protection des végétaux.

Depuis, le gouvernement a : créé le Groupe de travail gouvernement‑industrie sur la pomme de terre; annoncé un financement allant jusqu’à 28 millions de dollars pour aider à gérer les pommes de terre excédentaires; apporté d’importantes modifications au programme Agri‑stabilité; terminé l’enquête nationale sur la galle verruqueuse de la pomme de terre plus tôt que prévu; et effectué une mobilisation à grande échelle avec tous les paliers du gouvernement des États‑Unis afin de résoudre cette situation. 

Citations

« La réouverture du marché américain aux pommes de terre de l’Île-du-Prince-Édouard et le soutien des producteurs et productrices touchés par cette situation difficile représentent une priorité absolue pour notre gouvernement. Depuis plusieurs semaines déjà, mes collègues ministres et moi unissons nos efforts afin de nous assurer que toutes les pistes sont explorées. La création d’un comité formel contribue à tirer le maximum de notre collaboration continue au sein du gouvernement. »

-   L’honorable Marie‑Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire 

« La pomme de terre est l’un des traits caractéristiques de l’Île-du-Prince-Édouard. L’année dernière, les rendements ont été élevés, ce qui rend la situation actuelle encore plus dévastatrice pour les producteurs de l’Île‑du‑Prince‑Édouard et leurs communautés. Grâce à ce comité, nous coordonnerons notre approche à l’échelle du gouvernement fédéral pour rétablir le commerce avec les États‑Unis et soutenir l’industrie de la pomme de terre de l’Île‑du‑Prince‑Édouard. »

-   L’honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre des Langues officielles, ministre responsable de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique 

« Une collaboration fédérale-provinciale est essentielle à la reprise des exportations de pommes de terre fraîches de l’Île-du-Prince-Édouard vers les États-Unis et au soutien des producteurs touchés. Notre gouvernement continuera de collaborer avec le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard dans cet important dossier. »

-   L’honorable Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales, de l’Infrastructure et des Collectivités

« Les exportations de pommes de terre fraîches de l’Île‑du‑Prince‑Édouard sont vitales pour l’économie de la province et pour tout le Canada. Je travaillerai avec mes collègues canadiens et mes homologues internationaux pour reprendre le commerce aussi rapidement que possible. Chaque fois que j’en ai eu l’occasion, j’ai fait la promotion d’un commerce des pommes de terre fraîches de l’Île-du-Prince-Édouard à la fois sécuritaire et fondé sur des données scientifiques auprès de mon homologue américain et de dirigeants clés et je continuerai de le faire. »

-   L’honorable Mary Ng, ministre du Commerce international, de la Promotion des exportations, de la Petite Entreprise et du Développement économique

« En tant qu’ancien producteur de pommes de terre, je comprends à quel point cette situation est incroyablement difficile pour nos agriculteurs, leur famille et chaque personne jouant un rôle au sein de l’industrie de la pomme de terre ici, sur l’Île. Nous continuerons de faire tout ce que nous pouvons pour soutenir les habitants de l’Île‑du‑Prince‑Édouard touchés par la situation et de répondre aux préoccupations des États‑Unis concernant la galle verruqueuse. Le comité jouera un rôle important dans ce processus, et nous continuerons de travailler dans la même direction avec les gouvernements fédéral et provincial, nos scientifiques et l’industrie de la pomme de terre. »

-   L’honorable Lawrence MacAulay, ministre des Anciens Combattants, ministre associé de la Défense nationale

Faits en bref

  • Le Comité ministériel fédéral de coordination sur les pommes de terre de l’Île‑du‑Prince‑Édouard se réunira au besoin à compter de janvier 2022.

  • Le 20 décembre 2021, le gouvernement a annoncé un soutien financier de 28 millions de dollars qui aidera les producteurs de pommes de terre de l’Île‑du‑Prince‑Édouard à gérer les surplus de pommes de terre.

  • La gale verruqueuse de la pomme de terre est un champignon présent dans le sol qui peut rester à l’état de dormance dans un champ pendant plus de 40 ans. Il n’a aucun effet nuisible sur la santé humaine ou la salubrité des aliments; cependant, il influe sur le rendement économique des producteurs de pommes de terre en réduisant les récoltes et en rendant les pommes de terre invendables.

  • Le 23 décembre 2021, l’Agence canadienne d’inspection des aliments a terminé son enquête nationale sur la galle verruqueuse de la pomme de terre plus tôt que prévu et n’a détecté aucune galle verruqueuse de la pomme de terre. L’enquête nationale menée cet automne comprend des analyses de sol provenant des régions du Canada où sont cultivées les pommes de terre de semence (à l’exception de Terre‑Neuve‑et‑Labrador) afin de confirmer que ce ravageur est absent des zones non réglementées du Canada.

  • Les producteurs ont accès à une série de programmes de gestion des risques de l’entreprise (GRE) qui les aident à gérer les risques menaçant la viabilité de leur ferme. Le coût de ces programmes est partagé selon un ratio de 60:40 entre le gouvernement fédéral et la province. 

  • Les États‑Unis sont une importante destination des pommes de terre de l’Île‑du‑Prince‑Édouard, les exportations vers ce pays de pommes de terre de table et de pommes de terre de transformation ayant atteint environ 103,4 millions de dollars en 2020.

  • Le commerce de pommes de terre transformées n’est pas touché par la suspension des certificats d’exportation. En 2020, l’Île‑du‑Prince‑Édouard a exporté aux États‑Unis des pommes de terre transformées (par exemple, les frites congelées ou les croustilles) d’une valeur de 370,8 millions de dollars. 

Produits connexes

Personnes-ressources

Marianne Dandurand
Attachée de presse
Cabinet de la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire
marianne.dandurand@agr.gc.ca
343-541-9229

Les Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Ottawa (Ontario)
1-866-345-7972
aafc.mediarelations-relationsmedias.aac@agr.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter, Facebook, Instagram, et LinkedIn
Site Web : Agriculture et Agroalimentaire Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :