Un vaccin pour prévenir des infections mortelles dans le Nord du Canada atteint l’étape de la fabrication

Communiqué de presse

Un expert en glycochimie du CNRC observe des polysaccharides isolés de la bactérie Hia.

Jeudi 14 décembre 2017 Ottawa (Ontario) Les adultes immunodéprimés et les enfants qui risquent de contracter des infections bactériennes à Haemophilus influenzae de type A (Hia) sont aujourd’hui plus près d’avoir accès à un vaccin qui les aidera à se protéger d’une infection potentiellement mortelle. Le vaccin a été mis au point par le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), et l’entreprise InventVacc Biologicals Inc. a obtenu une licence d’exploitation pour sa fabrication en vue d’essais cliniques.


Chaque année au Canada, tout particulièrement dans le Nord et dans les communautés autochtones, des centaines d’adultes immunodéprimés et de nourrissons risquent de contracter une infection causée par Hia. La bactérie peut causer une pneumonie, une méningite mortelle, une arthrite septique et des infections du sang.


Les scientifiques de l’ASPC au Laboratoire national de microbiologie ont étudié l’épidémiologie et la microbiologie de l’infection à Hia et ils ont estimé qu’il était nécessaire de disposer d’un vaccin pour les populations nordiques canadiennes. Ces scientifiques ont donc collaboré avec des chercheurs du CNRC afin de mettre au point le vaccin. Les scientifiques de l’ASPC ont mis au point la souche primaire de la bactérie nécessaire à la production clinique du vaccin, et les chercheurs du CNRC ont élaboré une méthode pour cultiver la bactérie dans une cuve de fermentation en acier, ont isolé la partie de la bactérie nécessaire au vaccin et ont fixé cette partie à une protéine porteuse qui permet au système immunitaire des nourrissons de reconnaître la bactérie.


Le Conseil national de recherches, l’Agence de la santé publique, les Instituts de recherche en santé du Canada, et Santé Canada participent aux ateliers qui ont lieu chaque année pour discuter et participer à la mise au point du vaccin et à son éventuelle mise en marché. Des représentants d’organisations de Premières Nations, Inuites et Métis ont défini leurs processus d’engagements respectifs. Les essais cliniques devraient commencer en 2019 et, s’ils sont concluants, le vaccin pourrait être offert dès 2022.


Citations

« Dans le cadre de notre approche concertée pour surmonter d’importants défis et faciliter la croissance des petites et moyennes entreprises au Canada, le CNRC est fier de collaborer avec InventVacc Biologicals Inc. et l’Agence de la santé publique du Canada afin de mettre sur le marché un vaccin si important », explique M. Iain Stewart, président du Conseil national de recherches du Canada. « Cette importante collaboration aidera les enfants des communautés les plus nordiques du Canada ».

« La mise au point de ce vaccin est un parfait exemple de l’excellence dont font preuve les scientifiques du gouvernement du Canada », mentionne le Dr. Roman Szumski, vice-président de la Division des sciences de la vie au Conseil national de recherches du Canada. « Cette initiative conjointe démontre que la collaboration peut accélérer le rythme des découvertes et mener à des innovations qui pourraient sauver des vies grâce à la vaccination ».

« Ce vaccin, mis au point au cours des cinq dernières années, peut contribuer à prévenir des infections mortelles chez les nourrissons qui risquent d’être infectés par Hia au Canada », explique la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada. « Nous sommes ravis de constater le progrès du vaccin vers l’étape suivante ».

« InventVacc est heureuse de mettre à profit son expertise de plus de quatre décennies en fabrication de vaccins pour la fabrication du vaccin contre Hia. En collaboration avec le CNRC, l’ASPC, Santé Canada et les IRSC, nous croyons être prêts à entamer les essais cliniques d’ici 12 mois », affirme le Dr. Subhash Kapre, président d’InventVacc. « Ensemble, nous pouvons offrir une protection aux nourrissons et aux enfants les plus vulnérables aux infections causées par Hia au Canada et dans les autres parties du monde ».

Faits en bref

  • Depuis la fin des années 1990, les infections causées par Hia sont en hausse, en particulier dans les communautés autochtones du Nord du Canada et de l’Alaska. Ces infections sont associées à une importante morbidité, et le taux de mortalité est d’environ 10 %.

  • Au total, 102 cas d’infections causées par Hia ont été recensés depuis 2007, ce qui représente, en moyenne, 12,5 cas par année, dont le tiers de ces cas dans les territoires.

  • La plupart des cas d’infection par Hia ont été observés dans des hôpitaux de Winnipeg, d’Edmonton et de Montréal, qui servent de centres de référence pour les territoires du Canada.

  • InventVacc Biologicals Inc. et Inventprise, sa société mère, se spécialisent dans la mise au point et la fabrication de vaccins pour des besoins non satisfaits. Le président de la firme, Dr. Subhash Kapre, a mené le développement du vaccin MenAfrivac pour prévenir les épidémies d’infections à méningocoque du groupe A en Afrique.

Produits connexes

Personnes-ressources

Équipe des relations avec les médias
Conseil national de recherches du Canada
613-991-1431
1-855-282-1637 (en tout temps)
media@nrc-cnrc.gc.ca
Twitter @nrc_cnrc

Relations avec les médias
Santé Canada et Agence de la santé publique du Canada
613-957-2983


Pradip Ghate
Président-directeur général
InventVacc
1-505-975-3540
pradip@inventvacc.com


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Please select all that apply:

Thank you for your help!

You will not receive a reply. For enquiries, contact us.

Date de modification :