Déclaration de la ministre du Travail, l’honorable Filomena Tassi

Déclaration

Le 7 septembre 2020              Gatineau (Québec)              Emploi et Développement social Canada


Aujourd’hui, la ministre du Travail, l’honorable Filomena Tassi, a fait la déclaration suivante à l’occasion de la fête du Travail :

« En cette fête du Travail, nous célébrons les travailleurs canadiens et les contributions qu’ils ont apportées pour bâtir notre pays, un pays que nous aimons. Nous saluons également le mouvement syndical canadien, qui a lutté sans relâche pour de meilleurs salaires, la sécurité au travail et l’égalité des droits pour tous les Canadiens.

Ensemble, chaque jour, nous nous appuyons sur les efforts du mouvement syndical pour améliorer la santé et la sécurité, les droits des travailleurs, les lois du travail, l’équité en matière d’emploi et la diversité dans les milieux de travail au Canada. Nous remercions les travailleurs canadiens pour leur incroyable contribution et leur travail acharné qui ont fait du Canada un pays prospère. Nous devons continuer de miser sur nos réussites et de réaliser des progrès pour faire en sorte que les travailleurs bénéficient de conditions et de salaires encore meilleurs à l’avenir. À cette fin, je m’efforce d’assurer un salaire horaire minimum de 15 $ pour les travailleurs sous réglementation fédérale.

J’ai adopté une approche axée sur la collaboration dans mon rôle de ministre du Travail. Je sais que nous réglons mieux les problèmes lorsque nous le faisons ensemble. J’ai eu des entretiens téléphoniques avec mes homologues provinciaux et territoriaux. J’ai rencontré régulièrement des représentants des syndicats et des employeurs. J’ai également organisé des réunions regroupant des fonctionnaires, des syndicats et des employeurs. À mesure que notre façon de travailler évolue, la clé pour créer les plus grands avantages pour le Canada et pour tous les Canadiens est en saisissant les nouvelles occasions et en protégeant les travailleurs.

Nous sommes actuellement au milieu de la pandémie de COVID-19. C’est le grand défi de notre époque. Les travailleurs de première ligne se sont mobilisés pour que les services et produits essentiels continuent d’être offerts aux Canadiens. Je tiens à saluer tous ceux dont le travail les met quotidiennement en contact avec d’autres personnes, des commis d’épicerie aux camionneurs, en passant par les travailleurs des soins de santé, des transports et des télécommunications. Nous devons rendre hommage aux travailleurs de première ligne pour leur engagement, leur travail acharné et leurs sacrifices personnels des derniers mois. Alors que nous amorçons une phase de relance, nous continuerons de compter sur leur engagement envers notre prospérité et notre sécurité. Nos travailleurs de première ligne méritent notre gratitude et notre respect.

Les femmes sont dans le feu de l’action et elles servent et soutiennent leurs collectivités respectives pendant cette période difficile. Je reconnais que les femmes sont parmi les plus durement touchées par cette pandémie. C’est pourquoi la réduction de l’écart salarial entre les sexes demeure l’une des grandes priorités du gouvernement du Canada. D’ailleurs, nous poursuivons les travaux pour la mise en œuvre de la Loi sur l’équité salariale, dont l’entrée en vigueur est prévue pour 2021. Cette loi garantira que les femmes et les hommes qui œuvrent dans les milieux de travail sous réglementation fédérale reçoivent un salaire égal pour un travail de valeur égale. En outre, nous mettons davantage en lumière les écarts salariaux que subissent les femmes, les Autochtones, les personnes en situation de handicap et les minorités visibles grâce à de nouvelles mesures de transparence salariale. Ces nouvelles mesures inciteront les employeurs à examiner leurs pratiques et à faire preuve de leadership afin de réduire les écarts existants. Il s’agit de façons rationnelles de s’assurer que tout le monde est traité équitablement au travail.

La COVID-19 a perturbé la vie de millions de Canadiens, ne laissant aucune partie de la société intacte, ce qui a changé la façon dont la population canadienne travaille partout au pays. En tant que ministre du Travail, ma priorité absolue tout au long de la pandémie a été la santé et la sécurité des travailleurs canadiens. J’ai travaillé en étroite collaboration avec le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail (CCHST), qui a fourni des conseils utiles aux entreprises et aux travailleurs canadiens pour les aider à poursuivre leurs activités durant la pandémie; cela comprend des fiches-conseils, des ressources d’apprentissage en ligne gratuits, sans oublier un espace d’échange d’information en ligne sur la pandémie, où les entreprises peuvent mettre en commun des ressources et des conseils.

La COVID-19 nous a également déconnectés de nos réseaux de soutien habituels. Je m’engage à faire de la santé mentale un élément clé de la santé et de la sécurité au travail. Le gouvernement a pris un certain nombre de mesures importantes pour protéger et aider les Canadiens qui vivent du stress et de l’anxiété en raison de COVID‑19, en lançant, entre autres initiatives, Espace mieux‑être Canada, un portail en ligne qui donne accès à un réseau virtuel de soutien psychosocial. À mesure que nous progressons, il sera essentiel de continuer à soutenir la santé mentale des travailleurs canadiens.

Notre capacité de contribuer à la société et notre santé mentale sont profondément affectées par la façon dont les autres nous traitent. Le harcèlement et la violence sur le lieu de travail ne peuvent être tolérés. Le gouvernement a modifié le Code canadien du travail et a créé de nouveaux règlements pour mieux protéger les travailleurs canadiens, y compris les plus vulnérables, contre les comportements nuisibles. Nous sommes également en bonne voie pour que le nouveau Règlement sur la prévention du harcèlement et de la violence en milieu de travail entre en vigueur en janvier 2021.

Le milieu de travail a beaucoup changé au cours des dernières décennies, en particulier parce qu’un plus grand nombre d’employés ont commencé à travailler virtuellement en utilisant des plateformes numériques, ce qui nous a permis de réagir plus facilement et efficacement à la pandémie de COVID-19. Il est important que nous continuions de recueillir des données et des preuves pour être en mesure de planifier une façon éclairée et positive d’aller de l’avant dans le monde du travail futur et la “nouvelle normalité”. Nous devons nous assurer que les travailleurs dont le statut n’est pas clairement couvert par les lois fédérales ou provinciales ne passent pas entre les mailles du filet. Nous devons également nous assurer à ce que les nombreuses personnes qui travaillent maintenant à domicile puissent trouver un équilibre travail-vie personnelle et soient protégées par les lois du travail. Il doit être possible pour les travailleurs de se déconnecter à la fin de la journée de travail s’ils le souhaitent, sans crainte de représailles.

Alors que nous procédons à la relance et que nous continuons de bâtir un pays plus fort et plus résilient, je continuerai de consulter les syndicats, les travailleurs, les employeurs, les collègues du gouvernement, les experts, les partenaires autochtones ainsi que mes homologues provinciaux et territoriaux, et nous poursuivrons nos efforts concertés afin de prendre les mesures nécessaires pour créer des milieux de travail sains et sécuritaires pour tous, à la fois durant la pandémie et au fil de la reprise. » 

Lien associé

Programme du travail

- 30 -

Personnes-ressources

Pour les demandes des médias, veuillez contacter :

Lars Wessman
Directeur des communications
Cabinet de l’honorable Filomena Tassi, C.P., députée
Ministre du Travail
613 854-3920
lars.wessman@labour-travail.gc.ca

Bureau des relations avec les médias
Emploi et Développement social Canada
819-994-5559
sdc-rhdcc.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :