Le gouvernement du Canada aide les nouveaux arrivants qualifiés à trouver un emploi dans le secteur des soins de santé

Communiqué de presse

Le 23 mars 2022              Gatineau (Québec)              Emploi et Développement social Canada

La pandémie a entraîné des pénuries de travailleurs dans de nombreux secteurs d’activité, notamment dans celui de la santé. Toutefois, les professionnels de la santé formés à l’étranger ont trop souvent de la difficulté à faire reconnaître leurs titres de compétences au Canada pour obtenir un emploi de qualité dans le secteur des soins de santé. Afin de donner la priorité aux nouveaux arrivants qualifiés dans les secteurs où les besoins sont les plus élevés, le gouvernement du Canada investit dans des projets qui aideront ces personnes à mettre plus rapidement à profit leurs études et leurs compétences. 

Aujourd’hui, la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes en situation de handicap, Carla Qualtrough, a annoncé que neuf projets seront financés dans le cadre du Programme de reconnaissance des titres de compétences étrangers. Cet investissement améliorera la reconnaissance des titres de compétences étrangers et aidera les nouveaux arrivants à acquérir de l’expérience de travail au Canada, dans le secteur de la santé. La ministre Qualtrough en a fait l’annonce aujourd’hui en compagnie de représentants du Halton Multicultural Council (HMC) Connections, de l’École de physiothérapie et d’ergothérapie de l’Université McGill et du Conseil canadien de réglementation des soins infirmiers auxiliaires.

HMC Connections recevra des fonds pour son projet Career Accelerator for Foreign Trained Health Professionals in the COVID Environment. Grâce à cet investissement, l’organisme sera en mesure d’offrir une expérience de travail canadienne à des professionnels de la santé hautement qualifiés formés à l’étranger, en mettant l’accent sur l’obtention d’emplois durables à long terme dans leur domaine d’études. Cela permettra d’atténuer la pandémie actuelle et les besoins futurs dans les secteurs de la santé et des services sociaux.

L’École de physiothérapie et d’ergothérapie de l’Université McGill recevra un financement pour le Programme de transition en physiothérapie : répondre aux besoins en réadaptation des Canadiens. Grâce à cet investissement, l’Université McGill sera en mesure d’officialiser son projet pilote de formation équivalente en physiothérapie pour en faire un programme de transition officiel qui permettra aux physiothérapeutes anglophones formés à l’étranger d’obtenir une reconnaissance professionnelle de l’Université McGill. Il permettra également à ces personnes de s’inscrire et d’obtenir un permis d’exercice auprès de l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec.

Enfin, le Conseil canadien de réglementation des soins infirmiers auxiliaires recevra des fonds pour son projet Exigences de compétence linguistique pour une pratique infirmière sécuritaire au Canada. Grâce à cet investissement, le Conseil examinera, mettra à jour et validera les points de référence visant les niveaux acceptables de compétence en anglais et en français dans l’octroi du permis d’exercice et l’inscription du personnel infirmier formé à l’étranger au Canada.

Le Programme de reconnaissance des titres de compétences étrangers verse des fonds aux provinces et aux territoires, aux organismes de réglementation et à d’autres organismes afin d’accroître l’efficacité et la rapidité des processus de reconnaissance des titres de compétences étrangers et d’offrir des prêts et des mesures de soutien à l’emploi (p. ex. stages en milieu de travail, mentorat) aux nouveaux arrivants qualifiés pour les aider à travailler dans leur domaine d’expertise.

Citations

« L’investissement annoncé aujourd’hui aidera les professionnels de la santé formés à l’étranger à faire reconnaître leurs titres de compétences afin qu’ils puissent joindre plus rapidement la population active du Canada. Nous savons que notre secteur de la santé connaît des pénuries de main-d’œuvre. C’est pourquoi nous nous assurons que ces travailleurs qualifiés peuvent travailler dans nos hôpitaux et nos cliniques dès que possible. Ce sont de bonnes nouvelles non seulement pour les personnes qui peuvent continuer à poursuivre une carrière enrichissante, mais aussi pour notre système de soins de santé et les Canadiens qui en ont besoin. »

– La ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes en situation de handicap, Carla Qualtrough

« Le Canada souffre d’une pénurie de médecins, de personnel infirmier et de professionnels de la santé, ce qui signifie que les patients ne reçoivent pas toujours le niveau de soins auxquels ils ont droit. Il y a toutefois au Canada des professionnels de la santé formés à l’étranger qui sont prêts à travailler, mais leur formation n’est pas reconnue au pays. Grâce au Programme de reconnaissance des titres de compétences étrangers, ils seront en mesure de faire reconnaître leurs titres de compétences et de contribuer à résoudre notre urgent besoin en matière de soins de santé. »

– Le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos

« Halton Multicultural Council Connections est fier d’aider des professionnels de la santé hautement qualifiés formés à l’étranger grâce au soutien d’Emploi et Développement social Canada. Ce programme fournit des renseignements sur le secteur des soins de santé au Canada et offre aux médecins, au personnel infirmier et aux pharmaciens et pharmaciennes formés à l’étranger des emplois dans le secteur des soins de santé qui leur procurent une expérience de travail au Canada. Cette expérience canadienne leur permettra de trouver un emploi pertinent qui correspond à leurs études et à leur expérience, et de lancer leur carrière au Canada. »

– Kim Jenkinson, directrice générale, HMC Connections

« Une des choses particulières à McGill est que les étudiants étrangers qui terminent le programme de transition sont intégrés au volet principal du Programme de physiothérapie avec les étudiants qui terminent leur maîtrise en physiothérapie. Cette intégration leur offre une occasion formidable de bâtir un réseau professionnel et social dans leur nouvel environnement. Avec les années, des étudiants de partout dans le monde, notamment le Brésil, l’Égypte, l’Inde, le Liban, la Syrie, la Romanie, ont terminé le programme et maintiennent leurs amitiés à ce jour. L’Université McGill et l’École de physiothérapie et d’ergothérapie sont très fières de lancer le nouveau Programme de transition en physiothérapie! »

– Liliane Asseraf-Pasin, directrice du Programme de physiothérapie, École de physiothérapie et d’ergothérapie de l’Université McGill

« La croissance plus que nécessaire de la profession d’infirmier repose sur notre capacité à accueillir des praticiens qui sont capables de prendre soin de leurs patients de manière sécuritaire et compétence. Cela comprend être en mesure de communiquer efficacement avec eux, dans le respect de certains critères. Ce projet est une occasion pour les infirmiers auxiliaires praticiens, les infirmiers autorisés en psychiatrie et les infirmiers autorisés de travailler ensemble pour mettre à jour les normes linguistiques au Canada. Nous sommes reconnaissants au gouvernement du Canada pour son soutien à cette importante initiative. »

– Ryan Shymko, infirmier autorisé en psychiatrie, président du comité directeur sur les compétences linguistiques, Conseil canadien de réglementation des soins infirmiers auxiliaires

Faits en bref

  • Parmi les projets annoncés aujourd’hui :

    • Le Halton Multicultural Council recevra un financement de 1 559 804 $ pour son projet Career Accelerator for Foreign Trained Health Professionals in the COVID Environment.
    • L’École de physiothérapie et d’ergothérapie de l’Université McGill recevra un financement de 856 926 $ pour le Programme de transition en physiothérapie : répondre aux besoins en réadaptation des Canadiens.
    • Le Conseil canadien de réglementation des soins infirmiers auxiliaires recevra un financement de 370 183 $ pour son projet Exigences de compétence linguistique pour une pratique infirmière sécuritaire au Canada.
  • La moitié des nouveaux arrivants au Canada détiennent au moins un baccalauréat. En dépit de leurs études et de leurs diplômes, ils sont confrontés à un taux de chômage plus élevé que les gens nés au Canada et sont moins enclins à travailler dans les professions réglementées dans lesquelles ils ont étudié.

  • Puisque l’immigration devrait atteindre des niveaux records (431 645 personnes en 2022), il est plus important que jamais de renforcer les mesures de soutien pour les nouveaux arrivants qualifiés afin qu’ils puissent utiliser pleinement leurs compétences, leur expérience et leur talent.

  • Selon l’Enquête sur la population active, en 2021, les immigrants récents (âgés de 25 à 54 ans) avaient un taux d’emploi plus faible (75,7 %) que les non-immigrants (83,9 %). 

  • Les nouvelles arrivantes appartenant à une minorité visible courent davantage le risque d’être sans emploi. Selon le Recensement de 2016, le taux de chômage de celles-ci (8,6 %) est plus élevé que celui des hommes appartenant à une minorité visible (6,7 %) et des hommes immigrants n’appartenant pas à une minorité visible (5,5 %).

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Pour les demandes des médias, veuillez contacter :

Jane Deeks
Directrice des communications
Cabinet de la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes en situation de handicap, Carla Qualtrough
jane.deeks@hrsdc-rhdcc.gc.ca

Bureau des relations avec les médias
Emploi et Développement social Canada
819-994-5559
media@hrsdc-rhdcc.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :