Émissions et absorptions de gaz à effet de serre terrestres

Accéder au PDF (1,2 Mo)

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) constituent les principaux facteurs des changements climatiques. Les activités liées à l'utilisation des terres (comme la récolte de bois et la conversion des terres) ainsi que les perturbations naturelles (comme les feux de forêt et les infestations d'insectes) entraînent des émissions de GES. Les activités liées à l'utilisation des terres peuvent aussi entraîner des absorptions de GES. Par exemple, lorsque les forêts se régénèrent, du carbone est absorbé à partir de l'atmosphère et converti en bois par les arbres. Les décisions relatives à la gestion des terres peuvent contribuer à l'atténuation des changements climatiques en augmentant l'absorption du dioxyde de carbone qui se trouve dans l'atmosphère ou en diminuant les émissions de GES des terres. Cet indicateur fournit les estimations d'émissions et d'absorptions de GES des terres aménagées du Canada.Note de bas de page 1

Nationale

Émissions et absorptions de gaz à effet de serre terrestres nationales

Aperçu des résultats

  • Entre 1990 et 2019, l'estimation des émissions et des absorptions de GES terrestres ont varié d'absorptions nettes d'environ 96 mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone (Mt d'éq. CO2)Note de bas de page 2 en 1992 à des émissions nettes d'environ 259 Mt d'éq. CO2 en 2015.
  • En 2019,
    • les perturbations naturelles (comme les feux de forêt et les infestations sévères d'insectes) représentaient des émissions d'environ 157 Mt d'éq. CO2;
    • les activités humaines (comme la récolte de bois et les activités agricoles) représentaient des émissions de 9,9 Mt d'éq. CO2.

Émissions et absorptions de gaz à effet de serre terrestres nationales, Canada, 1990 à 2019

Émissions et absorptions de gaz à effet de serre terrestres nationales, Canada, 1990 à 2019 (voir la tableau de données ci-dessous pour la description longue)
Tableau de données pour la description longue
Émissions et absorptions de gaz à effet de serre terrestres nationales, Canada, 1990 à 2019
Année Perturbations naturelles
(mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone)
Activités humaines
(mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone)
Échange net
(mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone)
1990 -21,64 -56,82 -78,46
1991 6,39 -61,40 -55,01
1992 -45,10 -51,33 -96,44
1993 6,36 -44,80 -38,44
1994 14,23 -44,88 -30,65
1995 194,83 -29,72 165,10
1996 14,39 -36,74 -22,34
1997 -34,98 -38,26 -73,23
1998 177,19 -49,88 127,31
1999 31,33 -35,35 -4,01
2000 -35,32 -21,74 -57,06
2001 -5,96 -37,68 -43,65
2002 143,23 -20,27 122,96
2003 93,02 -24,44 68,58
2004 147,71 3,46 151,17
2005 60,06 8,19 68,25
2006 88,57 -3,86 84,71
2007 93,10 -7,88 85,21
2008 43,73 -12,89 30,84
2009 65,59 -24,31 41,28
2010 127,28 -7,30 119,98
2011 148,79 -6,54 142,26
2012 113,47 -9,44 104,04
2013 48,42 -4,19 44,22
2014 166,53 -3,49 163,03
2015 255,92 4,01 259,94
2016 103,30 0,10 103,39
2017 225,41 0,70 226,10
2018 250,79 8,41 259,21
2019 156,79 9,88 166,66

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : Les perturbations naturelles renvoient aux émissions et aux absorptions liées aux incendies de forêt et aux grandes infestations d'insectes dans les forêts. Les activités humaines renvoient aux émissions et aux absorptions des terres aménagées (telles que les établissements, les terres forestières, les terres agricoles et les terres humides) ainsi que les émissions des produits du bois récoltés. Pour un complétement d'information, consultez la section sur les émissions et les absorptions attribuables aux activités humaines. Les données sont précises à 2 chiffres significatifs conformément à la partie III de l'annexe 8 du Rapport d'inventaire national. On calcule l'échange net en soustrayant les absorptions des émissions. 
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2021) Rapport d’inventaire national 1990-2019 : sources et puits de gaz à effet de serre au Canada.

Des perturbations naturelles, comme des feux de forêt et de grandes infestations d'insectes, se produisent dans les forêts du Canada depuis des milliers d'années. Ces perturbations font partie du cycle de vie naturel des forêts et, en général, aident les forêts à se renouveler. Toutefois, des éléments prouvent que les changements climatiques entraînent une augmentation des perturbations naturelles. Ces perturbations peuvent contribuer au rejet de grandes quantités de GES dans l'atmosphère par l'entremise du brûlage et de la décomposition d'arbres morts, ainsi que des absorptions significatives à mesure que la forêt se régénère avec le temps.Note de bas de page 3 Au cours des 20 dernières années, les perturbations naturelles ont eu des répercussions considérables sur le total d'échange net de GES (c'est‑à‑dire les émissions moins les absorptions de GES terrestres).

Dans les forêts aménagées, les émissions et les absorptions attribuables aux perturbations naturelles, telles que les incendies de forêt et les infestations d'insectes, sont liées à des activités humaines dans des circonstances particulières. Ces circonstances sont décrites à la section des méthodes.

Activités humaines

Émissions et absorptions de GES terrestres attribuables aux activités humaines

Les émissions et absorptions de GES terrestres attribuables aux activités humaines renvoient couramment au secteur de l'affectation des terres, du changement de l'affectation des terres et de la foresterie (ATCATF), conformément aux normes internationales.

Aperçu des résultats

  • En 2019, les terres influencées par les activités humaines ont émis 9,9 mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone (Mt d'éq. CO2) de l'atmosphère :
    • la foresterie, les terres humides et les établissements ont émis 9,3, 2,6 et 2,2 Mt d'éq. CO2, respectivement;
    • les terres agricoles ont absorbé 4,2 Mt d'éq. CO2.
  • Le secteur forestier a affiché les plus grandes variations entre les années.

Émissions et absorptions de gaz à effet de serre terrestres attribuables aux activités humaines par secteur d’activité, Canada, 1990 à 2019

Émissions et absorptions de gaz à effet de serre terrestres attribuables aux activités humaines par secteur d'activité, Canada, 1990 à 2019 (voir la tableau de données ci-dessous pour la description longue)
Tableau de données pour la description longue
Émissions et absorptions de gaz à effet de serre terrestres attribuables aux activités humaines par secteur d’activité, Canada, 1990 à 2021
Année Secteur forestier
(mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone)
Terres agricoles
(mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone)
Terres humides
(mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone)
Établissements
(mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone)
Échange net
(mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone)
1990 -71,56 7,59 5,34 1,82 -56,82
1991 -74,82 6,36 5,22 1,84 -61,40
1992 -63,13 5,02 5,07 1,71 -51,33
1993 -55,36 3,62 5,42 1,52 -44,80
1994 -51,85 2,40 3,23 1,34 -44,88
1995 -35,07 1,02 3,12 1,20 -29,72
1996 -40,93 -0,07 3,03 1,23 -36,74
1997 -41,25 -1,30 3,13 1,16 -38,26
1998 -51,76 -2,64 3,36 1,16 -49,88
1999 -36,37 -3,93 3,67 1,28 -35,35
2000 -20,99 -5,24 3,16 1,33 -21,74
2001 -36,70 -5,43 3,14 1,30 -37,68
2002 -18,30 -6,70 3,16 1,57 -20,27
2003 -21,04 -7,99 3,02 1,57 -24,44
2004 7,97 -9,30 3,16 1,63 3,46
2005 13,80 -10,43 3,07 1,75 8,19
2006 2,48 -11,50 3,19 1,97 -3,86
2007 -1,67 -11,51 3,20 2,10 -7,88
2008 -6,37 -11,74 3,24 1,98 -12,89
2009 -17,32 -11,77 3,08 1,69 -24,31
2010 -0,38 -11,70 3,09 1,69 -7,30
2011 0,08 -11,43 2,97 1,85 -6,54
2012 -3,89 -10,39 3,02 1,82 -9,44
2013 -0,11 -9,35 3,05 2,22 -4,19
2014 -0,78 -8,14 3,08 2,34 -3,49
2015 5,53 -7,00 2,90 2,59 4,01
2016 1,04 -6,30 2,94 2,42 0,10
2017 1,17 -5,66 2,96 2,23 0,70
2018 8,12 -4,76 2,69 2,36 8,41
2019 9,31 -4,22 2,61 2,17 9,88

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : Les données sont précises à 2 chiffres significatifs conformément à la partie III de l'annexe 8 du Rapport d'inventaire national. On calculre l'échange net en soustrayant les absorptions des émissions.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2021) Rapport d’inventaire national 1990-2019 : sources et puits de gaz à effet de serre au Canada.

Complément d'information

Secteur forestier

La catégorie du secteur forestier renvoie aux émissions et aux absorptions attribuables aux activités d'aménagement forestier telles que la récolte du bois, l'éclaircissement et la replantation ainsi qu'aux processus écologiques tels que la croissance et la décomposition des arbres. Elle comprend également les émissions des produits du bois récoltés, soit les matières ligneuses retirées du site de récolte et transformées en produits de consommation, tels que le bois de construction, les meubles ou les produits de papier. Le carbone que les arbres absorbent de l'atmosphère est stocké dans les produits du bois récoltés et fait l'objet d'un suivi tout au long de la durée de vie des produits de consommation. Le carbone est réémis dans l'atmosphère à la fin de la vie utile des produits.

Les contributions du secteur forestier ont varié au cours de la période de 1990 à 2019, passant d'absorptions de 72 Mt d'éq. CO2 en 1990 à des émissions de 9,3 Mt d'éq. CO2 en 2019. Ce changement est liée à la réduction du carbone accumulé dans les forêts en raison des perturbations naturelles (telles que les feux de forêt et les infestations d'insectes) et les changements des taux de récolte au fil du temps, en particulier dans les régions montagneuses et boréales. La récolte entraîne un changement de l'âge des forêts vers des forêts plus jeunes qui émettent du carbone ou en retirent moins que les forêts matures qui ont été exploitées. Les perturbations naturelles augmentent les émissions dues à la décomposition dans certains cas (par exemple, les infestations d'insectes) et réduisent les zones d'arbres matures en croissance qui absorbent le carbone. 

Terres agricoles

La catégorie des terres agricoles rend compte des émissions et des absorptions des terres cultivées pour la cultivation des cultures annuelles et vivaces, ainsi que les terres forestières et des prairies converties en terres cultivées. Les terres cultivées comprennent les terres consacrées aux cultures annuelles, aux jachères et aux cultures vivaces. Les prairies agricoles aménagées désignent les grands pâturages libres qui ne servent qu'à l'alimentation du bétail.

Les terres agricoles sont passées d'émissions nettes de 7,6 Mt d'éq. CO2 en 1990 à des absorptions nettes depuis 1996. En 2019, les terres agricoles ont absorbé 4,2 Mt d'éq. CO2. Ce changement est dû à la réduction de la perturbation des sols grâce à la modification des pratiques agricoles, telles que l'adoption du travail de conservation des sols (comme les techniques sans labour ou avec un travail de sol réduit) et l'utilisation réduite de jachères. La réduction de perturbation du sol empêche le dégagement du carbone stable qui s'est accumulé dans les sols en raison de la croissance ancienne des plantes. Cependant, le taux d'absorption des terres agricoles a diminué depuis 2010, en partie à cause de la réduction de la superficie des terres utilisées pour la cultivation des cultures vivaces.

Terres humides

La catégorie des terres humides comporte les activités telles que l'extraction de tourbe utilisée en horticulture et l'inondation de terres pour le développement hydroélectrique. Les tendances de cette categorie sont entraînées principalement par la création des grands réservoirs avant 1990. Elle a contribué à une augmentation des émissions au cours de la période allant de 1990 à 1993. Les émissions totales des réservoirs ont diminué de 1990 à 2019, tandis que celles des terres humides drainées et excavées pour l'extraction de tourbe ont augmenté. Les émissions nettes de la catégorie des terres humides ont fluctué entre 5,4 Mt d'éq. CO2 (1993) et 2,6 Mt d'éq. CO2 (2019).

Établissements

La catégorie des établissements renvoie aux émissions et aux absorptions qui se produisent sur les terres aménagées (comme les milieux urbains, les infrastructures de transport, les infrastructures pour le pétrole et le gaz et l'exploitation minière) et qui découlent de la conversion des terres forestières et agricoles en établissements. Les émissions nettes des établissements ont fluctué entre 1,2 Mt d'éq. CO2 (1995) et 2,6 Mt d'éq. CO2 (2015). Les fluctuations étaient principalement causées par les taux de conversion des terres forestières aux établissements. Les émissions attribuables à la conversion des terres en établissements sont compensées par le stockage de carbone dans les arbres des milieux urbains (absorptions annuelles de 4,3 Mt d'éq. CO2 pendant la période de 1990 à 2019).

Régionale

Émissions et absorptions de GES terrestres régionales attribuables aux activités humaines

Aperçu des résultats

De 1990 à 2019,

  • les absorptions de la région des Prairies ont augmenté de 0,2 mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone (Mt d'éq. CO2) à 10 Mt d'éq. CO2 à cause des changements dans les pratiques d'aménagement des terres agricoles. L'absorption la plus haute est de 16 Mt éq. CO2 et s'est produit en 2010;
  • la région du Sud‑est a réduit les émissions de 8,2 Mt d'éq. CO2 à 4,3 Mt d'éq. CO2. L'échange net le plus bas a été des absorptions d'environ 1,0 Mt d'éq. CO2 en 2012;
  • la région Montagneuse, importante pour la foresterie, est passée d'absorptions de 48 Mt d'éq. CO2 à des émissions d'environ 18 Mt d'éq. CO2.

Émissions et absorptions de gaz à effet de serre terrestres régionales attribuables aux activités humaines, Canada, 1990 à 2019

Émissions et absorptions de gaz à effet de serre terrestres régionales attribuables aux activités humaines, Canada, 1990 à 2019 (voir la tableau de données ci-dessous pour la description longue)
Tableau de données pour la description longue
Émissions et absorptions de gaz à effet de serre terrestres régionales attribuables aux activités humaines, Canada, 1990 à 2019
Région Année Secteur forestier
(mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone)
Terres agricoles
(mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone)
Terres humides
(mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone)
Établissements
(mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone)
Échange net
(mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone)
Montagneuse 1990 -49,61 0,63 0,21 1,21 -47,56
Montagneuse 1991 -46,49 0,59 0,19 1,27 -44,43
Montagneuse 1992 -37,73 0,56 0,18 1,13 -35,85
Montagneuse 1993 -32,14 0,56 0,17 1,04 -30,37
Montagneuse 1994 -32,90 0,53 0,11 0,98 -31,28
Montagneuse 1995 -30,58 0,46 0,11 0,95 -29,07
Montagneuse 1996 -30,30 0,44 0,10 0,89 -28,86
Montagneuse 1997 -30,79 0,43 0,10 0,87 -29,39
Montagneuse 1998 -32,84 0,42 0,09 0,84 -31,48
Montagneuse 1999 -27,30 0,39 0,09 0,84 -25,98
Montagneuse 2000 -23,47 0,38 0,08 0,81 -22,20
Montagneuse 2001 -25,98 0,40 0,08 0,77 -24,74
Montagneuse 2002 -19,36 0,35 0,07 0,72 -18,22
Montagneuse 2003 -17,59 0,32 0,07 0,67 -16,52
Montagneuse 2004 -4,15 0,32 0,07 0,66 -3,11
Montagneuse 2005 3,86 0,30 0,06 0,71 4,94
Montagneuse 2006 5,98 0,29 0,06 0,71 7,05
Montagneuse 2007 7,75 0,29 0,06 0,77 8,87
Montagneuse 2008 7,42 0,24 0,06 0,71 8,43
Montagneuse 2009 6,08 0,25 0,05 0,64 7,03
Montagneuse 2010 11,23 0,26 0,05 0,73 12,27
Montagneuse 2011 13,60 0,23 0,05 0,75 14,63
Montagneuse 2012 12,79 0,24 0,05 0,76 13,83
Montagneuse 2013 13,64 0,23 0,05 0,81 14,72
Montagneuse 2014 12,47 0,23 0,04 0,69 13,43
Montagneuse 2015 12,99 0,25 0,04 0,64 13,93
Montagneuse 2016 11,64 0,23 0,04 0,65 12,56
Montagneuse 2017 12,53 0,22 0,04 0,62 13,41
Montagneuse 2018 16,05 0,23 0,04 0,59 16,91
Montagneuse 2019 17,14 0,20 0,04 0,56 17,93
Boréale 1990 -100,45 5,30 4,48 2,61 -88,07
Boréale 1991 -98,95 4,55 4,37 2,63 -87,40
Boréale 1992 -92,87 4,15 4,22 2,69 -81,80
Boréale 1993 -87,45 3,70 4,58 2,64 -76,53
Boréale 1994 -79,37 3,41 2,41 2,59 -70,96
Boréale 1995 -65,86 2,93 2,31 2,51 -58,11
Boréale 1996 -67,33 2,61 2,21 2,62 -59,88
Boréale 1997 -63,63 2,36 2,23 2,65 -56,40
Boréale 1998 -65,79 1,95 2,43 2,63 -58,78
Boréale 1999 -56,26 1,69 2,68 2,75 -49,14
Boréale 2000 -43,38 1,29 2,17 2,83 -37,10
Boréale 2001 -48,58 1,19 2,12 2,88 -42,39
Boréale 2002 -36,97 1,10 2,13 3,24 -30,51
Boréale 2003 -36,38 0,90 2,07 3,28 -30,13
Boréale 2004 -26,87 0,64 2,11 3,37 -20,76
Boréale 2005 -26,01 0,51 2,02 3,47 -20,01
Boréale 2006 -33,57 0,38 2,18 3,68 -27,34
Boréale 2007 -36,89 0,41 2,20 3,76 -30,51
Boréale 2008 -39,77 0,32 2,25 3,72 -33,48
Boréale 2009 -45,02 0,34 2,12 3,53 -39,03
Boréale 2010 -35,27 0,38 2,04 3,47 -29,38
Boréale 2011 -36,70 0,58 2,07 3,62 -30,44
Boréale 2012 -37,37 0,83 2,17 3,52 -30,85
Boréale 2013 -36,16 1,05 2,24 3,72 -29,14
Boréale 2014 -35,30 1,47 2,28 3,94 -27,61
Boréale 2015 -30,67 1,74 2,04 4,08 -22,81
Boréale 2016 -32,24 1,85 1,91 3,87 -24,61
Boréale 2017 -32,87 1,99 1,89 3,83 -25,17
Boréale 2018 -31,88 2,32 1,82 3,95 -23,80
Boréale 2019 -32,04 2,20 1,80 3,78 -24,26
Côte-ouest 1990 18,03 0,13 0,01 -0,69 17,48
Côte-ouest 1991 18,85 0,13 0,01 -0,75 18,25
Côte-ouest 1992 21,13 0,11 0,01 -0,78 20,47
Côte-ouest 1993 21,55 0,11 0,01 -0,80 20,87
Côte-ouest 1994 21,18 0,09 0,01 -0,83 20,45
Côte-ouest 1995 22,96 0,11 0,01 -0,86 22,22
Côte-ouest 1996 21,44 0,12 0,01 -0,88 20,70
Côte-ouest 1997 19,68 0,11 0,01 -0,94 18,87
Côte-ouest 1998 17,51 0,14 0,01 -0,95 16,71
Côte-ouest 1999 19,10 0,10 0,01 -0,96 18,26
Côte-ouest 2000 18,86 0,10 0,01 -0,95 18,02
Côte-ouest 2001 16,32 0,10 0,01 -1,00 15,43
Côte-ouest 2002 17,30 0,12 0,01 -1,02 16,42
Côte-ouest 2003 14,53 0,13 0,01 -1,00 13,67
Côte-ouest 2004 18,07 0,12 0,01 -1,02 17,19
Côte-ouest 2005 16,67 0,12 0,01 -1,04 15,77
Côte-ouest 2006 14,21 0,13 0,01 -1,02 13,33
Côte-ouest 2007 12,81 0,14 0,01 -1,03 11,93
Côte-ouest 2008 11,48 0,12 0,01 -1,04 10,58
Côte-ouest 2009 9,15 0,12 0,01 -1,07 8,21
Côte-ouest 2010 11,09 0,13 0,01 -1,06 10,17
Côte-ouest 2011 12,04 0,16 0,01 -1,06 11,15
Côte-ouest 2012 11,54 0,12 0,01 -1,00 10,67
Côte-ouest 2013 12,16 0,16 0,01 -0,90 11,44
Côte-ouest 2014 11,34 0,19 0,01 -0,98 10,56
Côte-ouest 2015 11,43 0,20 0,01 -0,95 10,70
Côte-ouest 2016 10,82 0,22 0,01 -0,95 10,09
Côte-ouest 2017 10,65 0,20 0,02 -0,95 9,92
Côte-ouest 2018 11,41 0,20 0,02 -0,91 10,72
Côte-ouest 2019 11,81 0,20 0,01 -0,88 11,15
Prairies 1990 0,41 -0,41 0,00 -0,18 -0,18
Prairies 1991 0,18 -0,75 0,00 -0,18 -0,74
Prairies 1992 0,14 -1,70 0,00 -0,18 -1,74
Prairies 1993 0,21 -2,70 0,00 -0,18 -2,67
Prairies 1994 0,30 -3,67 0,00 -0,19 -3,56
Prairies 1995 0,35 -4,57 0,00 -0,19 -4,41
Prairies 1996 0,41 -5,41 0,00 -0,19 -5,19
Prairies 1997 0,34 -6,57 0,00 -0,19 -6,42
Prairies 1998 0,11 -7,68 0,00 -0,20 -7,76
Prairies 1999 0,12 -8,79 0,00 -0,20 -8,88
Prairies 2000 0,17 -9,85 0,00 -0,20 -9,88
Prairies 2001 -0,01 -10,17 0,00 -0,20 -10,38
Prairies 2002 0,01 -11,24 0,00 -0,20 -11,43
Prairies 2003 -0,11 -12,23 0,00 -0,20 -12,55
Prairies 2004 0,03 -13,22 0,00 -0,21 -13,40
Prairies 2005 0,09 -14,14 0,00 -0,21 -14,27
Prairies 2006 0,11 -15,01 0,00 -0,21 -15,11
Prairies 2007 0,12 -15,20 0,00 -0,21 -15,29
Prairies 2008 0,15 -15,34 0,00 -0,21 -15,41
Prairies 2009 0,19 -15,46 0,00 -0,22 -15,49
Prairies 2010 0,18 -15,54 0,00 -0,22 -15,58
Prairies 2011 0,25 -15,56 0,00 -0,21 -15,52
Prairies 2012 0,24 -14,91 0,00 -0,20 -14,87
Prairies 2013 0,30 -14,27 0,00 -0,18 -14,15
Prairies 2014 0,35 -13,64 0,00 -0,15 -13,45
Prairies 2015 0,39 -13,00 0,00 -0,12 -12,73
Prairies 2016 0,61 -12,55 0,00 -0,12 -12,06
Prairies 2017 0,94 -12,14 0,00 -0,11 -11,31
Prairies 2018 1,03 -11,70 0,00 -0,10 -10,77
Prairies 2019 1,07 -11,14 0,00 -0,09 -10,17
Sud-est 1990 6,75 1,94 0,64 -1,13 8,19
Sud-est 1991 5,94 1,84 0,64 -1,14 7,27
Sud-est 1992 6,57 1,89 0,65 -1,14 7,97
Sud-est 1993 7,64 1,96 0,66 -1,18 9,07
Sud-est 1994 7,93 2,03 0,69 -1,20 9,45
Sud-est 1995 10,12 2,10 0,70 -1,21 11,70
Sud-est 1996 9,39 2,16 0,70 -1,20 11,04
Sud-est 1997 9,73 2,37 0,79 -1,22 11,67
Sud-est 1998 7,50 2,53 0,83 -1,17 9,68
Sud-est 1999 7,60 2,68 0,89 -1,14 10,03
Sud-est 2000 7,62 2,83 0,90 -1,15 10,20
Sud-est 2001 3,33 3,06 0,93 -1,15 6,17
Sud-est 2002 3,33 2,97 0,94 -1,17 6,07
Sud-est 2003 1,84 2,90 0,87 -1,18 4,43
Sud-est 2004 4,86 2,85 0,97 -1,17 7,50
Sud-est 2005 3,72 2,79 0,98 -1,18 6,30
Sud-est 2006 0,79 2,72 0,93 -1,19 3,25
Sud-est 2007 0,02 2,84 0,93 -1,19 2,60
Sud-est 2008 0,23 2,91 0,92 -1,19 2,88
Sud-est 2009 -1,45 2,99 0,90 -1,20 1,24
Sud-est 2010 -0,99 3,07 0,98 -1,23 1,83
Sud-est 2011 -2,17 3,17 0,84 -1,24 0,60
Sud-est 2012 -3,83 3,33 0,79 -1,26 -0,97
Sud-est 2013 -2,51 3,48 0,75 -1,23 0,48
Sud-est 2014 -1,84 3,63 0,75 -1,16 1,38
Sud-est 2015 -0,54 3,80 0,80 -1,05 3,01
Sud-est 2016 -1,44 3,94 0,98 -1,04 2,43
Sud-est 2017 -1,51 4,07 1,02 -1,16 2,41
Sud-est 2018 0,32 4,19 0,82 -1,17 4,16
Sud-est 2019 0,38 4,33 0,77 -1,19 4,28

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : Les régions sont fondées sur l'emplacement des activités humaines au pays. Les données sont précises à 2 chiffres significatifs conformément à la partie III de l'annexe 8 du Rapport d'inventaire national. On calcule l'échange net en soustrayant les absorptions des émissions.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2021) Rapport d’inventaire national 1990-2019 : sources et puits de gaz à effet de serre au Canada.

L'augmentation des absorptions de GES dans les Prairies peut être attribuable aux changements apportés aux pratiques d'aménagement des terres agricoles, comme l'adoption du travail de conservation du sol et l'utilisation réduite de jachères. Ces changements de l'aménagement des terres ont réduit la perturbation du sol, diminuant ainsi les rejets de carbone du sol. Cependant, la diminution de la proportion de cultures vivaces dans la gamme des cultures et du taux d'adoption du travail de conservation du sol a contribué à un réduction du taux d'absorptions de GES depuis 2010.

Dans les régions de la Côte ouest et du Sud‑est, les pratiques d'aménagement forestier (changements du taux de récolte et la régénération de forêt) ont contribué à la réduction des émissions. Cependant, au cours des dernières années, les émissions nettes de GES ont accru dans la région du Sud-est. Comme pour la région des Prairies, cette augmentation est en partie causée par la réduction de cultures vivaces dans la gamme des cultures.

La diminution des absorptions de GES dans les régions Montagneuse et Boréale est liée à l'augmentation de l'exploitation forestière (en partie dans un effort de sauvetage du bois d'arbres tués par dendroctone du pin ponderosa) et à la réduction des absorptions du carbone des forêts. Cette dernière est attribuable aux infestations d'insectes et les incendies dans les forêts aménagées, ce qui a réduit la superficie qu'occupent les arbres en croissance active, ainsi que l'augmentation de la décomposition et de la coupe de récupération (la récolte d'arbres morts toujours debout).

Perturbations naturelles

Émissions et absorptions de GES terrestres attribuables aux perturbations naturelles

Les forêts absorbent le carbone de l'atmosphère pendant leur croissance et le rejettent en même temps que d'autres GES lorsqu'elles se décomposent après la mort d'arbres ou brûlent lors de feux de forêt.

Aperçu des résultats

  • Les feux de forêt constituent le facteur le plus influent sur les émissions et les absorptions de GES terrestres attribuables aux perturbations naturelles (émissions de 158 mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone [Mt d'éq. CO2] en 2019).
  • Les émissions causées par les infestations d'insectes ont atteint un sommet de 57 Mt d'éq. CO2 en 2008, et en 2019, elles étaient de 21 Mt d'éq. CO2.
  • Les absorptions liées à la repousse de forêt suivant des feux de forêt ont atteint un sommet de 61 Mt d'éq. CO2 en 1994, et en 2019, elles étaient de 22 Mt d'éq. CO2.

Émissions et absorptions de gaz à effet de serre terrestres attribuables aux perturbations naturelles dans les zones aménagées, Canada, 1990 à 2019

Émissions et absorptions de gaz à effet de serre terrestres attribuables aux perturbations naturelles dans les zones aménagées, Canada, 1990 à 2019 (voir la tableau de données ci-dessous pour la description longue)
Tableau de données pour la description longue
Émissions et absorptions de gaz à effet de serre terrestres attribuables aux perturbations naturelles dans les zones aménagées, Canada, 1990 à 2019
Year Feux de fôret – émissions immédiates
(mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone)
Après un feu de fôret
(mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone)
Insectes
(mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone)
Échange des perturbations naturelles
(mégatonnes d'équivalent en dioxyde de carbone)
1990 37,67 -59,62 0,31 -21,64
1991 61,97 -55,98 0,41 6,39
1992 14,68 -60,17 0,39 -45,10
1993 66,63 -60,67 0,40 6,36
1994 74,92 -61,12 0,43 14,23
1995 244,32 -49,99 0,50 194,83
1996 62,82 -48,96 0,53 14,39
1997 17,08 -52,58 0,52 -34,98
1998 224,66 -48,00 0,53 177,19
1999 78,82 -48,40 0,91 31,33
2000 11,81 -51,91 4,77 -35,32
2001 37,08 -53,67 10,62 -5,96
2002 175,11 -49,26 17,37 143,23
2003 114,11 -48,58 27,37 93,02
2004 159,04 -46,07 34,69 147,71
2005 65,78 -47,47 41,71 60,06
2006 86,63 -46,65 48,56 88,57
2007 84,63 -47,33 55,77 93,10
2008 36,48 -49,79 57,03 43,73
2009 64,07 -51,09 52,60 65,59
2010 127,43 -48,53 48,37 127,28
2011 152,93 -46,62 42,47 148,79
2012 119,18 -44,67 38,96 113,47
2013 58,66 -46,62 36,37 48,42
2014 176,36 -42,94 33,10 166,53
2015 258,76 -33,67 30,83 255,92
2016 109,20 -33,29 27,37 103,30
2017 229,42 -27,83 23,81 225,41
2018 250,50 -21,94 22,23 250,79
2019 157,65 -21,73 20,86 156,79

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : Les émissions et absorptions attribuables aux feux de forêt sont divisées en deux catégories : « feux de forêt – émissions immédiates » et « après un feu de forêt ». La catégorie « feux de forêt – émissions immédiates » englobe les émissions des arbres et des sols attribuables à la combustion lors de feux de forêts. La catégorie « après un feu de forêt » englobe les émissions attribuables à la décomposition des arbres morts et des matières organiques présentes dans le sol ainsi que les absorptions relatives à la régénération de la forêt. Les perturbations liées aux insectes englobent les émissions attribuables à la décomposition de matières organiques et les absorptions relatives à la régénération et repousse naturelles. Les données sont précises à 2 chiffres significatifs conformément à la partie III de l'annexe 8 du Rapport d'inventaire national. On calcule l'échange net des perturbations naturelles en soustrayant les absorptions des émissions. 
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2021) Rapport d’inventaire national 1990-2019 : sources et puits de gaz à effet de serre au Canada.

Les perturbations naturelles constituent un facteur important pour déterminer si les forêts absorbent ou rejettent des GES chaque année. Ces perturbations entraînent des émissions immédiates, comme celles qui sont attribuables au brûlage des arbres, ainsi que des émissions et des absorptions après les perturbations. Les émissions après les perturbations sont attribuables à la décomposition graduelle des matières organiques mortes. Les absorptions après les perturbations sont liées à la régénération et à la repousse naturelles des forêts.

Les émissions et les rejets des perturbations naturelles peuvent grandement varier d'une année à l'autre. Par exemple, les émissions des terres aménagées étaient plus faibles en 2016 comparativement aux années précédentes et suivantes en raison de la superficie plus petite des feux de forêt.Note de bas de page 4 Toutefois, depuis le millieu des années 2000, les émissions attribuables aux feux de forêt et aux infestations d'insectes augmentent.

À propos de l'indicateur

Ce que mesure l’indicateur

L'indicateur des émissions et des absorptions de gaz à effet de serre terrestres permet le suivi des échanges des émissions et des absorptions de gaz à effet de serre (GES) entre l'atmosphère et les terres aménagées du Canada. Les émissions et les absorptions rapportées de GES attribuables aux activités humaines qui sont déclarées découlent d'activités liées à l'utilisation des terres, de changement de l'affectation des terres et de la foresterie (terres forestières aménagées et produits du bois récolté), des terres agricoles (terres cultivées et prairies agricoles), des terres humides (extraction de tourbe et réservoirs pour la production d'hydroélectricité) et des établissements. L'indicateur permet également le suivi des émissions et des absorptions de GES attribuables aux perturbations naturelles (infestations d'insectes et feux de forêt) sur les terres aménagées du Canada.

Pourquoi cet indicateur est important

Les émissions de GES et l'augmentation de leurs concentrations dans l'atmosphère ont des répercussions considérables sur l'environnement, la santé humaine et l'économie. Le suivi des tendances des émissions et des absorptions de GES terrestres du Canada fournit un contexte utile pour comprendre la façon dont différentes activités d'aménagement pourraient réduire les émissions et augmenter les absorptions au fil du temps. Cet indicateur peut également aider à déterminer les possibilités d'atténuation des impacts des changements climatiques et le potentiel d'amélioration de la séquestration du carbone.

La distinction entre les émissions et les absorptions attribuables aux activités humaines comparativement à celles attribuables aux perturbations naturelles permet de mieux comprendre les émissions qui pourraient être directement gérées à court et à moyen terme. Le Rapport d’inventaire national fait cette distinction depuis 2017 dans le Rapport d'inventaire national de 2015.

Indicateurs connexes

Les indicateurs relatifs aux émissions de gaz à effet de serre fournissent de l'information sur les tendances des émissions anthropiques (d'origine humaine) totales de GES au niveau national, par personne et par unité de produit intérieur brut, par province et territoire ainsi que par secteur économique.

L’indicateur relatif aux émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale donne une perspective mondiale de la part du Canada dans les émissions mondiales de GES.

L’indicateur relatif aux émissions de dioxyde de carbone sur le plan de la consommation offre un aperçu de l'incidence de la consommation canadienne de biens et de services, indépendamment du lieu où ils sont produits, sur les quantités de dioxyde de carbone rejetées dans l'atmosphère.

L’indicateur relatif aux progrès vers la cible de réduction des émissions de gaz à effet de serre du Canada donne un aperçu des émissions de GES du Canada projetées jusqu'en 2030.

L’indicateur relatif aux émissions de gaz à effet de serre des installations d’envergure présente les émissions de GES provenant des plus grandes installations émettrices de GES au Canada (installations industrielles et autres types d'installations).

Sources des données et méthodes

Sources des données

Cet indicateur est dévéloppé en utilisant les données du Rapport d'inventaire national du Canada et inclut les émissions et les absorptions liées aux perturbations naturelles et aux activitiés liées à l'utilisation des terres, de changement d'affectation des terres et de foresterie (ATCATF) sur les terres aménagées. Les terres aménagées sont définies par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) comme étant des terres où les interventions et les pratiques humaines ont été appliquées pour remplir des fonctions productives, écologiques ou sociales.Note de bas de page 5 Des renseignements sur la définition des catégories de terres et la représentation des terres aménagées se trouvent au chapitre 6 du Rapport d'inventaire national.

Les émissions et les absorptions de gaz à effet de serre (GES) terrestres comprennent les émissions et les absorptions de dioxyde de carbone (CO2). Elles comprennent également les émissions de méthane (CH4), d'oxyde nitreux (N2O) et de CO2 indirect provenant de l'oxydation atmosphérique du monoxyde de carbone (CO) due au brûlage contrôlé de la biomasse; les émissions de CH4 et de N2O attribuables au drainage des terres humides et à la réhumectation des sols aux fins d'extraction de tourbe; les émissions de N2O découlant de la conversion des terres en terres cultivées.

Complément d'information

Les données utilisées pour établir les estimations des émissions et des absorptions de GES terrestres présentées dans le Rapport d'inventaire national sont tirées de sources publiées et inédites provenant de divers ministères, de sources industrielles et d'articles scientifiques.

Les estimations des émissions de GES terrestres sont fournies à l'échelle nationale, par secteur et par région. Les estimations annuelles des émissions de GES sont mises à jour chaque année; la version la plus récente de l'inventaire fait état d'estimations pour la période de 1990 à 2019. Les détails complets de la couverture temporelle de chaque source de données utilisée pour les indicateurs se trouvent au chapitre 6 du Rapport d'inventaire national.

Il faut près de 16 mois pour préparer l'inventaire des GES, y compris les estimations des émissions et des absorptions de GES terrestres, à partir de la fin de l'année de déclaration en raison du temps nécessaire pour recueillir, valider, calculer et interpréter les données. Conformément aux lignes directrices en matière de bonnes pratiques pour maintenir les inventaires nationaux, on améliore en permanence les méthodes et les données afin de tenir compte des nouvelles connaissances et des données ou méthodes améliorées. Les estimations des inventaires sont préparées par la Division des inventaires et rapports sur les polluants d'Environnement et Changement climatique Canada, avec la contribution de nombreux experts et scientifiques de partout au Canada. Les estimations préliminaires et les ébauches de textes sont examinées en détail par des experts et des fonctionnaires avant d'être achevées. Le rapport achevé est présenté par voie électronique à la Convention‑cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) au plus tard à la mi‑avril, conformément aux exigences.

Méthodes

Les émissions et les absorptions de GES terrestres sont quantifiées à l'aide de méthodes conformes au cadre méthodologique convenu à l'échelle internationale dans les Lignes directrices de 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre. Les méthodes utilisées pour estimer les émissions et les absorptions sont revues, mises à jour et améliorées périodiquement. Des travaux sont effectués en collaboration avec des experts du secteur œuvrant à Environnement et Changement climatique Canada et pour d'autres organismes en vue d'intégrer l'expertise accessible et les dernières avancées des connaissances scientifiques. De plus amples renseignements sur ces méthodes se trouvent dans le Rapport d'inventaire national d'Environnement et Changement climatique Canada.

Complément d'information

Les émissions et les absorptions de GES terrestres sont déclarées en équivalents en dioxyde de carbone (éq. CO2), déterminés en multipliant la quantité d'émissions d'un GES particulier par le potentiel de réchauffement climatique de ce gaz. Les GES diffèrent dans leur capacité à absorber la chaleur dans l'atmosphère en raison de leurs différentes propriétés chimiques et de leur durée de vie dans l'atmosphère. Par exemple, sur une période de 100 ans, le potentiel du méthane à emprisonner la chaleur dans l'atmosphère est 25 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone. Par conséquent, on considère que le méthane a un potentiel de réchauffement climatique de 25. Les Directives de la CCNUCC pour la notification des inventaires (en anglais seulement) (PDF; 270 ko) présentent les potentiels de réchauffement climatique et les durées de vie dans l'atmosphère à utiliser pour chaque GES déclaré dans les inventaires de GES nationaux; ces données se trouvent dans le Tableau 1-1 du Rapport d'inventaire national.

Des zones de forêt aménagée sont soumises à la fois à l'aménagement forestier et aux perturbations naturelles. Les émissions et les absorptions à partir de ces zones sont liées aux activités humaines dans des circonstances particulières. Il est reconnu que tous les peuplements exploités ou qui ont été affectés par des perturbations naturelles associées au rajeunissement de la forêt par le passé, mais qui ont atteint la maturité commerciale, ou l'âge minimal pour faire l'objet d'une exploitation (pour une région en particulier), sont considérés comme influencés par les activités humaines. Les peuplements matures sur le plan commercial qui font l'objet de perturbations naturelles causant une mortalité d'un pourcentage moindre ou égal à 20 % de la biomasse (par exemple, des insectes qui causent la défoliation mais une faible mortalité) demeurent associés aux activités humaines. Il est reconnu que les perturbations naturelles d'envergure et incontrôlables (par exemple, les incendies de forêt et la pullulation d'insectes ayant causé plus de 20 % de la mortalité de biomasse) découlent d'événements naturels, et les émissions et absorptions connexes sont reflétées dans la catégorie des perturbations naturelles. Pour obtenir de plus amples renseignements sur le suivi et la déclaration des perturbations naturelles, voir la partie II de l'annexe 3 du Rapport d'inventaire national.Note de bas de page 6

Agrégation spatiale

Dans le Rapport d'inventaire national, des estimations concernant le secteur de l'affectation des terres, des changements d'affectation des terres et de la foresterie (ATCATF) sont fournies pour 18 zones de déclaration (chapitre 6, figure 6-1 du Rapport d'inventaire national du Canada). Ces zones de déclaration sont semblables aux écozones du Cadre écologique national, un système national de classification des écosystèmes hiérarchique et cohérent sur le plan spatial.

Dans le présent indicateur, les zones de déclaration ont été groupées en catégories régionales qui reflètent mieux les tendances en matière de pratiques de gestion. Le Tableau 1 présente les catégories régionales de l'indicateur et les zones de déclaration du Rapport d'inventaire national correspondantes.

Tableau 1. Catégories régionales de l’indicateur et zones de déclaration du Rapport d’inventaire national
Catégories régionales de l'indicateur Zones de déclaration du Rapport d'inventaire national
Zone montagneuse Taïga de la Cordillère
Zone montagneuse Cordillère boréale
Zone montagneuse Cordillère montagnarde
Zone boréale Taïga des plaines
Zone boréale Taïga du Bouclier ouest
Zone boréale Plaines boréales
Zone boréale Bouclier boréal ouest
Zone boréale Plaines hudsonniennes
Zone boréale Bouclier boréal est (à l'exception de Terre-Neuve)
Zone boréale Taïga du Bouclier est
Côte-ouest Région maritime du Pacifique
Prairies Prairies subhumides
Prairies Prairies semi-arides
Sud-est Bouclier boréal est (Terre-Neuve)
Sud-est Région maritime de l'Atlantique
Sud-est Plaines à fôrets mixtes
Non déclarée Cordillère arctique
Non déclarée Haut-Arctique
Non déclarée Bas-Arctique

Émissions et absorptions de gaz à effet de serre terrestres par catégorie d'affectation des terres

Dans le présent indicateur, les données sur les émissions et les absorptions calculées du Rapport d'inventaire national sont regroupées en 4 grandes catégories. Le Tableau 2 montre une comparaison des catégories d'émissions et d'absorptions de GES terrestres déclarées dans l'indicateur avec les catégories déclarées dans le Rapport d'inventaire national.

Tableau 2. Catégories d’émissions et d’absorptions de gaz à effet de serre terrestres
Catégories d’émissions et d’absorptions de GES terrestres déclarées dans l’indicateur Catégories d’émissions et d’absorptions de GES terrestres déclarées dans le Rapport d’inventaire national
Secteur forestier Terres forestières
Secteur forestier Produits du bois récolté (PBR)
Terres agricoles Terres cultivées
Terres agricoles Prairies agricoles
Terres humides Extraction de tourbe et terres inondées
Établissements Établissements

Remarque : Les définitions du changement de l’affectation des terres et du secteur forestier qui se trouvent dans le Rapport d’inventaire national sont conformes aux catégories de terres du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

Mises en garde et limites

Les méthodes utilisées pour compiler les émissions et les absorptions de GES terrestres s'améliorent au fil du temps. C'est pourquoi les données sur les émissions et les absorptions de GES terrestres déclarées dans l'indicateur peuvent différer de celles des estimations précédemment publiées.

Le Canada est un vaste pays qui présente des paysages et des climats hétérogènes. Des facteurs tels que l'emplacement géographique, les conditions climatiques, les espèces végétales et leur âge ainsi que les activités d'aménagement jouent tous un rôle dans l'établissement de la quantité nette de GES qui sont absorbés ou rejetés dans l'atmosphère à partir de chaque lieu au Canada. Les données sur les émissions et les absorptions de GES terrestres fournissent une représentation simplifiée de la réalité complexe et pourraient ne pas représenter tous les processus écologiques pertinents.

La déclaration actuelle des émissions et des absorptions de GES terrestres ne tient pas compte de la rétroaction du climat autre que celles identifiées dans les perturbations naturelles telles que les feux de fôret et les infestations d'insectes. Les mécanismes de rétroaction du climat peuvent soit amplifier (rétroaction positive), soit diminuer (rétroaction négative) les effets des changements climatiques. Par exemple, comme l'augmentation des concentrations de GES réchauffe le climat de la Terre, le pergélisol commence à fondre. Cette fonte entraîne la libération du carbone organique stocké, ce qui contribue aux rejets de GES qui causent un réchauffement plus important, ce qui augmente la fonte, et ainsi de suite, dans un cycle qui se renforce.

Pour de plus amples détails sur les mises en garde et les limites concernant les données sur les émissions et les absorptions de GES terrestres, voir les sections sur les questions méthodologiques du chapitre 6 du Rapport d'inventaire national 1990-2019.

Ressources

Ressources

Références

Environnement et Changement climatique Canada (2021) Inventaire officiel canadien des gaz à effet de serre. Consulté le 14 avril 2021.

Environnement et Changement climatique Canada (2021) Rapport d'inventaire national 1990-2019 : Sources et puits de gaz à effet de serre au Canada. Consulté le 14 avril 2021.

Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (2003) Recommandations en matière de bonnes pratiques pour le secteur de l'utilisation des terres, changements d'affection des terres et foresterie. Consulté le 14 avril 2021.

Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (2006) Ligne directrices de 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre, Vol. 4: agriculture, foresterie et autres affectations de terres. Consulté le 14 avril 2021.

Kurz W A, Hayne S, Fellows M, MacDonald J D, Metsaranta J M, Hafer M et Blain D (2018) Quantifying the impacts of human activities on reported greenhouse gas emissions and removals in Canada's managed forest: conceptual framework and implementation. Canadian Journal of Forest Research 48: 1-14 (en anglais seulement). Consulté le 14 avril 2021.

Warren F J et Lemmen D S (éd.) (2014) Vivre avec les changements climatiques au Canada : perspectives des secteurs relatives aux impacts et à l'adaptation, Gouvernement du Canada, Ottawa (Ontario), 286 p. Consulté le 14 avril 2021.

Renseignements connexes

Changements climatiques

Émissions de gaz à effet de serre : facteurs et incidences

Mesures du Canada face aux changements climatiques

Infographie 
Émissions et absorptions de gaz à effet de serre terrestres (voir la description longue ci-dessous)
Description longue 

L'infographie présente des informations sur l'indicateur des émissions et absorptions de gaz à effet de serre terrestres. Un schéma illustre le cycle du carbone, c’est-à-dire le processus selon lequel le carbone est absorbé par les arbres et les plantes au moyen de la photosynthèse, pour ensuite retourner dans l'atmosphère durant la combustion et la décomposition des sols et des matières organiques mortes. 

Gaz à effet de serre des terres aménagées du Canada en 2019 :

  • Les activités humaines représentaient des absorptions nettes de 9,9 Mt d’éq. CO2;
  • Les perturbations naturelles représentaient des émissions nettes de 157 Mt d’éq. CO2.

Émissions et absorptions attribuables aux activités humaines en 2019 :

  • La foresterie et la croissance des arbres ont contribué à l’émission de 9,3 Mt d’éq. CO2;
  • Les terres cultivées et les terres converties en terres cultivées ont contribué à l’absorption de 4,2 Mt d’éq. CO2;
  • L'extraction de tourbe et l'inondation de terres pour le développement hydroélectrique ont contribué à l’émission de 2,6 Mt d’éq. CO2;
  • Les milieux urbains et la conversion de terres en établissements ont contribué à l’émission de 2,2 Mt d’éq. CO2.

Émissions et absorptions attribuables aux perturbations naturelles en 2019à :

  • Les feux de forêt ont contribué à l’émission de 158 Mt d’éq. CO2;
  • La repousse des forêts après les feux de forêt a contribué à l’absorption de 22 Mt d’éq. CO2;
  • Les infestations d'insectes ont contribué à l’émission de 21 Mt d’éq. CO2.

En 2019, les terres aménagées représentaient des émission nettes d'environ 167 Mt d’éq. CO2.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :