#ImmigrationÇaCompte à Altona, au Manitoba : Entreprises locales en expansion grâce à l’immigration

Entreprises locales en expansion grâce à l’immigration

9 décembre 2020

Partager :

L’immigration, ça compte pour les entreprises canadiennes – Friesens

Cette vidéo est aussi disponible en HD sur YouTube. Partagez-la dans votre réseau social ou incorporez-la dans votre site.

*Cette vidéo a été tournée avant la pandémie de COVID-19.

Transcription : « L’immigration, ça compte pour les entreprises canadiennes— Friesens Corporation— Altona (Manitoba) »

Durée de la vidéo : 3 minutes, 18 secondes

Tout au long de la vidéo, on entend une mélodie au piano.

La vidéo commence par une vue des champs d’Altona en hiver. Des éoliennes tournent.

Texte affiché : « L’immigration, ça compte pour les entreprises canadiennes— Friesens Corporation— Altona (Manitoba) »

Chad Friesens marche dans un hall rempli de couvertures de livres, laminées et accrochées aux murs.

Texte affiché : « Chad Friesens, PDG de Friesens Corporation »

chad : À Friesens, nous aidons d’autres personnes à partager leurs récits avec le monde entier. Nous le faisons grâce au pouvoir de l’impression.

Une série de clichés montre du papier qui entre dans une machine à imprimer, des revues fraîchement imprimées sur un convoyeur à bande.

Un portrait en couleur de D.W. Friesens est accroché à un mur.

chad : Friesens a été fondée en 1907 par D.W. Friesens. Comme entreprise, l’un de nos principes était de créer des occasions d’emploi au sein de la communauté.

Une série de photos d’archives montre les techniques d’impression du début du 20e siècle. La mention « Our rich and storied past » (Notre passé riche et illustre) est écrite sur un mur représentant la chronologie historique de Friesens.

chad : Au fur et à mesure de la croissance de l’entreprise, nos besoins ont changé, nous ne pouvions plus compter uniquement sur le marché local de l’emploi pour soutenir notre croissance et c’est alors que nous avons réellement commencé à prendre des mesures pour tenter d’attirer des gens à l’extérieur de la province et du pays.

Un employé nouvellement arrivé conduit un chariot élévateur. Un autre nouvel employé manipule du papier à gros caractères. Une vue élargie du plancher de l’entreprise montre de nombreuses piles de papier et beaucoup de machines à imprimer. Chad traverse l’entrepôt. Il envoie la main à un employé.

Un camion de Friesens descend la rue. Il entre dans l’entrepôt.

Tina Barkman sourit et écoute quelqu’un parler.

Texte affiché : « Tina Barkman, vice-présidente aux ressources humaines de Friesens Corporation »

Tina circule dans le couloir des bureaux et traverse l’entrepôt. Elle prend un café avec un collègue.

tina : Le taux de chômage dans le sud du Manitoba était presque nul. Nous avions fait de la publicité dans tout le pays, et parfois des personnes déménageaient, mais il semblait que nous les perdions aussi vite que nous avions réussi à les former.

Tina parle au téléphone. Elle tape à l’ordinateur et regarde son écran. Elle parle à un collègue dans son bureau.

tina : Nous avons pris connaissance d’un programme d’immigration économique et d’un voyage aux Philippines. Nous avons embauché 71 personnes, et nous sommes heureux de dire que toutes ces personnes travaillent toujours pour Friesens.

Une salle de classe est remplie d’employés nouvellement arrivés, qui écoutent Chad Friesens parler devant la classe. Tina envoie la main aux employés dans la classe.

Tina rit avec un employé nouvellement arrivé. Un employé nouvellement arrivé manipule une bobine géante de papier. D’autres employés nouvellement arrivés grignotent dans la salle de repos et rient.

tina : Nous avons des gens qui viennent des quatre coins du monde, et nous travaillons avec la communauté pour nous assurer qu’ils aient ce dont ils ont besoin, non seulement pour vivre, mais aussi pour s’épanouir. Et à mon avis, ils s’intègrent très bien et apportent une contribution non seulement à Friesens, mais aussi à la communauté.

Les nouveaux arrivants entrent dans l’immeuble et dans la salle de classe où Chad Friesens parle. Certains nouveaux arrivants lèvent la main. D’autres hochent la tête en signe d’accord. L’un d’eux fait une blague et les autres rient.

Dans une salle de classe désormais vide, Tina parle en tête-à-tête avec un nouvel arrivant.

Suanny Krahn fait ses courses. Elle croise Tina et rit. Suanny paie ses courses à la caisse et part en souriant.

Suanny, dans son uniforme de travail, parle à son collègue et sourit.

Texte affiché : « Suanny Krahn, gestionnaire des expéditions à Friesens Corporation »

Au téléphone, Suanny pose une question à son collègue à côté d’elle. Son collègue lui montre quelque chose sur l’émetteur-récepteur portatif. Suanny et son collègue sourient en sortant de leur bureau.

suanny : Friesens a adopté une politique de la porte ouverte – vous pouvez parler à n’importe qui sans problème. Les gens vont arrêter momentanément de faire ce qu’ils font juste pour vous donner un coup de main.

Le panneau de la ville d’Altona indique : « Altogether Altona— Welcome » (Bienvenue à Altona).

Dans une rue de la banlieue, sur la pelouse avant d’une maison, il y a la mention « Sold » (Vendu) indiquée sur le panneau « For Sale » (À vendre).

Une pittoresque maison est entourée de grands arbres. À l’intérieur de la maison, il y a des portraits de Suanny et de son mari, et de leur nouveau-né. Suanny saisit sa fille dans son parc et la tient dans ses bras.

suanny : J’aime vivre ici. Parce que c’est petit, tout le monde se connaît et mon projet a toujours été d’avoir une famille. J’ai rencontré mon mari à Altona et nous avons une fille qui a presque un an.

Une photo montre Suanny et ses deux sœurs.

Les femmes dansent dans un studio de danse. Elles terminent leur chorégraphie et rient.

Nous sommes trois sœurs ici à Altona. Nous avons entre 20 et 25 femmes qui viennent au cours de Zumba tous les mercredis. Nous y allons et nous ne faisons que danser, danser, danser. (Elle rit.)

Une série de photos montre Chad en train de parler en tête-à-tête avec plusieurs employés nouvellement arrivés.

Les machines à imprimer fonctionnent à très grande vitesse. Il y a des piles gigantesques de papier recyclé.

chad : Les répercussions de notre programme de recrutement pour Friesens ont permis une transformation. Nous avons produit 22 millions de livres en 2019.

Sur une photo de groupe de l’entreprise, on peut lire : « We embrace Employee-Ownership » (Nous adhérons au principe de l’actionnariat des employés).

Une série de photos montre des employés nouvellement arrivés qui travaillent et aiment leur travail. L’un des employés reçoit des encouragements de Chad. Des employés chevronnés travaillent à des machines et sourient à la caméra.

Dans la salle de repos, un employé nouvellement arrivé offre à Tina une pâtisserie traditionnelle des Philippines. Tina en prend une bouchée et discute avec les employés.

chad : Ainsi, de nos près de 600 employés, une centaine d’entre eux proviennent maintenant d’autres pays du monde. Nous avons constaté qu’une grande partie des valeurs que nos nouveaux arrivants ont apportées à Friesens reflètent les valeurs de nos employés actuels et de l’entreprise, et nous constatons que cela n’a fait que renforcer notre culture.

Série de photos montrant des employés nouvellement arrivés qui travaillent et aiment leur travail. Suanny sourit à la caméra.

chad : Nous avons des personnes qui sont débutantes, mais qui deviendront des dirigeants dans notre entreprise et des experts techniques dans notre domaine et qui feront réellement passer notre entreprise au niveau supérieur.

À l’extérieur de Friesens, un drapeau canadien flotte dans le vent.

L’écran devient noir.

Texte affiché : « Les immigrants ajoutent de la valeur à nos entreprises et à nos communautés. »

L’écran devient noir.

Texte affiché : « Le Canada attire les talents mondiaux dans ses entreprises »

« Apprenez-en plus à canada.ca/embauchez-immigrants, canada.ca/immigration-ca-compte »

L’écran devient noir.

La signature organisationnelle d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada y figure, ainsi que le message relatif aux droits d’auteur : « Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, 2020 », suivi du mot-symbole Canada.

Profil d’immigration : Altona, Manitoba

Faits en bref

  • À Altona, les immigrants représentent près de 15 % de la population.
  • Le Mexique est le plus important pays d’origine pour les immigrants qui arrivent à Altona, suivi par la Syrie, puis à parts égales par l’Allemagne et les Philippines.
  • Près de la moitié (48 %) des immigrants qui sont arrivés à Altona entre 1980 et 2016 étaient des immigrants de la catégorie économique, alors que près du tiers (31 %) étaient parrainés par leur famille, et environ 21 % étaient des réfugiés.

Le saviez-vous?

  • Avec un taux de 4 %, Altona a l’un des taux de chômage les plus faibles au Manitoba.

Ce qui pourrait aussi vous intéresser ...

Cultiver la compassion dans la communauté

À la suite d’une tragédie qui l’a bouleversée, Loizza Aquino a créé un espace sécuritaire où les jeunes peuvent partager leurs expériences et surmonter la honte que beaucoup ressentent en parlant de santé mentale et de suicide.

Une collectivité grandit grâce à l’immigration

Quand une collectivité rurale tissée serré du Manitoba accueille les immigrants à bras ouverts, tout le monde en bénéficie – en particulier les employeurs.

Placer les gens avant les profits dans le secteur de la technologie

Pablo Listingart, un entrepreneur d’Argentine, s’attaque au chômage en offrant gratuitement de la formation en technologie.

Voir tous les récits

 Obtenez des mises à jour par courriel

Recevez, à même votre boîte de réception, des renseignements sur les récits, les mises à jour et les événements liés à l’#ImmigrationÇaCompte.

Abonnez-vous

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :