Annonce de l’Initiative de catalyse du capital de risque

Discours

Notes d’allocution

L’honorable Navdeep Bains, C.P., député
Ministre de l’Innovation, des Sciences et
du Développement économique

Toronto (Ontario)
Le 18 décembre 2017

La version prononcée fait foi

Merci, Whitney [Rockley, cofondatrice et associée directrice de McRock Capital], et bonjour à tous.

Un merci spécial à Hubba de nous accueillir aujourd’hui.

Cette entreprise n’a que cinq ans et elle fait des miracles en permettant la rencontre de fabricants de produits de consommation avec des vendeurs au détail.

Ses clients — dont font partie Unilever et Walmart — profitent de ce service de liaison. Ils bénéficient aussi d’une information normalisée sur les produits et de bien plus encore.

Vous savez que l’innovation est au cœur du budget de 2017.

Nous avons présenté le Plan pour l’innovation et les compétences. Et nous avons prévu des investissements massifs dans les compétences, la recherche, le développement des technologies et la mise en marché.

Nous savons que l’innovation est source d’emplois au Canada.

En fait, l’innovation est nécessaire à la croissance des entreprises, à la concurrence mondiale et à l’établissement de collectivités propres et durables.

Tous les investissements de notre gouvernement visent à faire du Canada un chef de file mondial de l’innovation et à encourager le type d’avancées et de percées qui alimenteront l’économie mondiale au cours de la prochaine décennie.

L’innovation, c’est la mobilisation de toutes les ressources.

C’est la diversité des opinions et des idées.

Ce sont des Canadiens dynamiques qui ont des idées audacieuses. Des Canadiens qui n’ont pas peur de l’échec et qui peuvent se relever rapidement.

L’innovation, c’est le talent.

Voilà pourquoi nous avons lancé la Stratégie en matière de compétences mondiales, qui aide les entreprises canadiennes à embaucher des personnes de talent qualifiées de l’étranger.

Nous investissons aussi dans les jeunes d’ici, en offrant une formation sur les compétences numériques et le codage et des milliers de stages d’apprentissage intégré au travail.

L’innovation, c’est aussi la collaboration avec des partenaires comme les universités et les entreprises en démarrage.

L’Initiative des supergrappes d’innovation investira dans des foyers d’innovation dirigés par des entreprises qui réuniront les meilleurs éléments de la recherche, de la mise au point des technologies et de la mise en marché au pays, de manière à favoriser l’essor de l’économie et la création d’emplois.

L’innovation a bien entendu besoin d’investissement et de financement pour se développer pleinement.

Sans le capital de risque et d’autres formes d’investissement offerts aux petites entreprises, nous n’aurions pas de cas de réussite comme Hubba, qui a permis d’obtenir plus de 50 millions de dollars en capital de risque.

Nous n’aurions pas Shopify, entreprise d’Ottawa qui domine maintenant le marché mondial du cybercommerce.

Nous n’aurions pas Zymeworks, entreprise de Vancouver, qui est devenue une société ouverte cette année et qui travaille à la mise au point de traitements prometteurs contre le cancer et d’autres maladies graves.

Vous savez, j’ai voyagé d’un océan à l’autre pour connaître les besoins des entreprises.

On m’a répété qu’il fallait attirer des investissements pour soutenir la croissance de nos meilleures entreprises.

C’est pourquoi je fais cette annonce aujourd’hui.

Annoncée dans le budget de 2017, l’Initiative de catalyse du capital de risque (ou l’ICCR) est assortie d’un engagement de financement de 400 millions de dollars.

L’ICCR obtiendra auprès du secteur privé et d’autres sources une somme au moins équivalente au financement du gouvernement du Canada, et dans certains cas, correspondant à plus du double.

Cela signifie que l’ICCR pourrait injecter jusqu’à 1,5 milliard de dollars dans les marchés financiers du Canada en vue de soutenir l’innovation et les Canadiens talentueux travaillant au sein de ces entreprises en croissance.

Aujourd’hui, je suis heureux d’annoncer que l’appel de propositions au titre de l’ICCR est officiellement lancé aux membres de la communauté du capital de risque.

Les gestionnaires de fonds de capital de risque peuvent désormais présenter une demande pour obtenir une part du financement de 400 millions de dollars accordé par le gouvernement fédéral.

Pour être admissibles, les candidats doivent expliquer comment ils utiliseront le financement et de quelle façon ils obtiendront des fonds complémentaires du secteur privé de manière à susciter des retombées économiques encore plus grandes.

Par ailleurs, notre gouvernement est déterminé à assurer l’équité et la diversité dans tous ses programmes.

Les gestionnaires de fonds doivent donc, au moment de présenter leur demande, inclure une proposition indiquant comment ils utiliseront le financement de l’ICCR afin d’obtenir un équilibre entre les sexes et d’accroître la diversité de leurs entreprises et de leur portefeuille d’investissements.

Comme je l’ai dit plus tôt, le Canada ne réussira que si notre prise de décisions est éclairée par la diversité des points de vue de groupes variés.

La deuxième chose que je veux vous annoncer est la création d’un comité de sélection. Ce comité va aider à évaluer les demandes de financement des gestionnaires de fonds de capital de risque.

Nous allons accepter les demandes pour faire partie du comité jusqu’au 15 janvier 2018.

Mesdames et Messieurs, il s’agit là d’un programme formidable du gouvernement.

Notre gouvernement créera un cadre propice à la réussite en versant le financement initial. Il cédera ensuite sa place aux professionnels de l’industrie du capital de risque qui obtiendront des fonds supplémentaires et prendront des décisions d’investissement.

Nous adoptons cette approche parce que nous voulons mettre en place le meilleur comité de sélection qui soit afin que les meilleurs investissements possibles soient effectués.

Nous faisons confiance à l’industrie et aux nombreux Canadiens de talent.

Nous voulons être un partenaire actif du secteur du capital de risque pour obtenir la meilleure innovation canadienne.

Mesdames et Messieurs, l’investissement de capital de risque n’a cessé de croître chaque année depuis 2009.

En 2016, nous avons été témoins de l’investissement le plus important de capital de risque depuis 2001.

Cette tendance à la hausse signifie que l’économie du Canada est en croissance, et il est donc nécessaire d’alimenter cette croissance au moyen d’un financement.

L’ICCR représente l’aide financière dont l’industrie a besoin.

Les entreprises pourront ainsi prendre de l’expansion, par exemple, embaucher davantage d’employés ou percer sur les marchés d’exportation.

Grâce à cet investissement, notre gouvernement veille à ce que l’économie canadienne continue de se démarquer sur la scène mondiale et à ce qu’elle continue de fournir des solutions et des produits innovateurs qui améliorent les collectivités du monde entier.

J’aimerais maintenant céder la parole à ma collègue, la leader du gouvernement à la Chambre des communes et ministre de la Petite Entreprise et du Tourisme, l’honorable Bardish Chagger.

Je vous remercie.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Please select all that apply:

Thank you for your help!

You will not receive a reply. For enquiries, contact us.

Date de modification :