Le gouvernement du Canada investit plus de 11 millions de dollars dans la recherche sur les blessures de stress post‑traumatique chez le personnel de la sécurité publique

Communiqué de presse

Les Instituts de recherche en santé du Canada appuient la recherche visant à mieux comprendre, traiter et prévenir les BSPT dans les professions de la sécurité publique.

Le 8 février 2019 – Ottawa (Ontario) – Instituts de recherche en santé du Canada

Le personnel de la sécurité publique – allant des pompiers et des agents de police aux travailleurs paramédicaux et correctionnels, entre autres – assure au péril de sa vie la sécurité de nos communautés et de notre pays. Dans le cadre de leur travail au quotidien, ces travailleurs sont régulièrement exposés à des situations traumatisantes, ce qui peut mettre leur santé mentale à risque et être à l’origine de graves difficultés psychologiques, que l’on appelle blessures de stress post‑traumatique (BSPT).

Davantage de recherches sont nécessaires pour déterminer quels programmes, politiques et traitements seraient les plus efficaces pour améliorer la santé mentale et la résilience des travailleurs de la sécurité publique. Voilà pourquoi la ministre de la Santé, l’honorable Ginette Petitpas Taylor, et le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, l’honorable Ralph Goodale, sont heureux de mettre en lumière aujourd’hui les progrès réalisés dans la recherche sur les BSPT grâce aux investissements faits par le gouvernement du Canada.

Aujourd’hui, les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) ont rendu publics les résultats de leur concours de subventions Catalyseur sur les BSPT : 22 subventions d’un an d’une valeur maximale de 150 000 $ seront accordées, pour un investissement total de 2,95 millions de dollars. Ces subventions serviront de tremplin aux chercheurs dont le travail nous permet de mieux comprendre de quelle façon reconnaître, traiter et prévenir les BSPT chez le personnel de la sécurité publique.

Les IRSC ont aussi lancé récemment le concours de subventions d’équipe sur les BSPT, un autre investissement de 8,4 millions de dollars. Cet investissement permettra de financer des projets de recherche de quatre ans conçus pour produire les nouvelles données probantes et les nouveaux outils nécessaires pour combler les lacunes en matière de BSPT chez le personnel de la sécurité publique au Canada. Les résultats de ce concours devraient être connus en mars 2020.

Citations

« Les investissements que nous soulignons aujourd’hui témoignent de l’engagement du gouvernement du Canada à fournir des solutions fondées sur des données probantes pour améliorer la qualité de vie des braves hommes et femmes qui risquent leur propre sécurité pour assurer celle de la population canadienne. »
- L’honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé

« Le personnel de la sécurité publique se met en danger pour protéger les Canadiens, s’exposant ainsi de façon disproportionnée au risque de blessures de stress post‑traumatique (BSPT). Notre pays doit en faire davantage pour protéger la santé mentale au travail des agents de la sécurité publique. Les initiatives sur lesquelles nous attirons l’attention aujourd’hui aideront à combler les lacunes dans la recherche sur les BSPT et à éclairer les plans à long terme pour soutenir la santé mentale et le bien‑être de nos travailleurs de la sécurité publique. »
- L’honorable Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile

« L’annonce d’aujourd’hui met en relief la force incroyable de la collaboration entre les ministères, le milieu de la recherche, les IRSC, l’Institut canadien de recherche et de traitement en sécurité publique et les groupes d’intervenants. Ces investissements stimuleront un nouveau savoir scientifique sur les BSPT, et créeront une centrale nationale d’échange de données et de coordination qui améliorera à terme la santé mentale du valeureux personnel de la sécurité publique du Canada. »
- Le Dr Samuel Weiss, directeur scientifique de l’Institut des neurosciences, de la santé mentale et des toxicomanies des IRSC

« L'Institut canadien de recherche et de traitement en sécurité publique (ICRSP) s'efforce d'améliorer la santé et le bien-être à vie des personnes directement ou indirectement liées au personnel de la sécurité publique, y compris celles qui occupent des postes de direction et de soutien, ainsi que leurs familles et les personnes à la retraite. Les subventions Catalyseur des IRSC, qui mettent l'accent sur les BSPT, nous aideront à améliorer notre capacité de soutenir la santé mentale du personnel de la sécurité publique qui est exposé à des expositions, à des expériences et à des environnements professionnels uniques, le tout au service de nos collectivités. En fin de compte, le soutien de ce personnel peut être bénéfique pour la santé et le bien-être de tous les Canadiens. »
- Steve Palmer, directeur exécutif, Institut canadien de recherche et de traitement en sécurité publique
Directeur exécutif, Centre de collaboration pour la justice et la sécurité, Université de Regina

Faits en bref

  • Le budget de 2018 prévoyait l’investissement de 20 millions de dollars sur cinq ans pour appuyer un nouveau consortium national de recherche entre les IRSC et l’Institut canadien de recherche et de traitement en sécurité publique (ICRTSP) pour s’attaquer aux BSPT chez le personnel de la sécurité publique.

  • L’ICRTSP servira de centrale pour l’échange des connaissances du consortium national de recherche, qui réunira les chercheurs financés grâce à ces concours des IRSC avec tous les autres intervenants pour coordonner les activités et mettre en application le savoir généré.

  • Comme prévu dans le budget de 2018, le gouvernement investit 10 millions de dollars de plus sur cinq ans, à compter de 2018‑2019, afin de permettre à Sécurité publique Canada de travailler avec l’ICRTSP pour créer un programme pilote de thérapie comportementale cognitive sur Internet comme moyen de procurer aux travailleurs de la sécurité publique un meilleur accès aux soins et aux traitements.

  • La GRC, pour sa part, contribuera d’importante façon à ce dossier en investissant 10 millions de dollars dans une étude longitudinale sur la santé mentale des nouvelles recrues. L’ICRTSP se chargera de ce travail afin de surveiller ce que vivent concrètement les agents et de mieux comprendre les effets cumulatifs des expériences vécues par ces personnes durant une période prolongée. Les conclusions de l’étude aideront les Forces à élaborer les stratégies d’atténuation appropriées pour une meilleure santé mentale du personnel, en plus d’éclairer d’autres organismes d’intervention d’urgence.

  • Sécurité publique Canada continue de collaborer étroitement avec une diversité d’intervenants, à tous les paliers de gouvernement, ainsi qu’avec d’autres ministères et des associations de premiers répondants afin d’élaborer un plan d’action coordonné sur les blessures de stress post-traumatique pour soutenir les agents de la sécurité publique. Le plan d’action sur les blessures de stress post‑traumatique est censé être dévoilé ce printemps.

Liens connexes

Personnes-ressources

Thierry Bélair
Cabinet de l’honorable Ginette Petitpas Taylor
Ministre de la Santé
613-957-0200

Scott Bardsley
Conseiller principal des Communications
Cabinet de l’honorable Ralph Goodale
Ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile
613-991-0657
scott.bardsley@canada.ca

Relations avec les médias
Sécurité publique Canada
613-991-0657
ps.mediarelations-relationsaveclesmedias.sp@canada.ca

Relations avec les médias
Instituts de recherche en santé du Canada
613-941-4563
relationsaveclesmedias@cihr-irsc.gc.ca

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) savent que la recherche a le pouvoir de changer des vies. En tant qu’organisme fédéral chargé d’investir dans la recherche en santé, ils collaborent avec des partenaires et des chercheurs pour favoriser les découvertes et les innovations qui améliorent la santé de la population et le système de soins du Canada.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :