Opération Nanook

L’opération NANOOK se déroule chaque année d’un bout à l’autre du Yukon, des Territoires-du-Nord-Ouest, du Nunavut et du Labrador. Elle comprend jusqu’à cinq déploiements par année.

En tant que pays baigné par l’Arctique, le Canada défend sa souveraineté et son territoire contre les menaces dans cette région. Les Forces armées canadiennes (FAC) jouent un rôle essentiel à cet égard. Elles s’adaptent actuellement aux changements environnementaux et tentent d’améliorer leur capacité à mener des opérations dans l’Arctique.

Mise à jour

Le 11 août 2019

 

L’Opération NANOOK- Nunakput/ Tuugalik a commencé. Nous sommes déployés dans le passage du Nord-Ouest pour surveiller le trafic maritime pendant la période la plus achalandée de l’année. Les FAC travaillerons avec des partenaires régionaux dans le Nord jusqu’à la fin du mois d’août.

 

Environ 126 membres des Forces armées canadiennes participent à l’Opération NANOOK, dont le NCMS Kingston et son équipage.

 

Sept aéronefs au total font partie de la mission. Deux hélicoptères CH-136 Griffon, deux CC-138 Twin Otter, un CC-115 Buffalo, un CC-177 Globemaster et un CC-130J Hercules.

Combien de personnes ont été déployées?

Le nombre de membres des FAC et leur composition changent d’une année à l’autre en fonction des activités et des exercices planifiés.

Que font-elles?

Durant l’opération NANOOK, les FAC effectuent ce qui suit :

  • Elles affirment la souveraineté du Canada dans ses régions les plus au nord.
  • Elles améliorent la façon dont elles mènent des opérations dans des conditions arctiques.
  • Elles accroissent la coordination avec les Autochtones, les gouvernements fédéral et territoriaux, et les partenaires dans le Nord.
  • Elles collaborent avec des partenaires de mission pour mieux réagir aux problèmes de sécurité et de sûreté dans le Nord.

Depuis le début de 2018, quatre activités ont été menées dans le cadre de l’opération NANOOK :

  • des activités visant à assurer une présence dans le passage du Nord-Ouest;
  • un exercice de défense et de sécurité du domaine maritime dans le nord du Labrador, au Nunavut et au Groenland;
  • un exercice de catastrophe aérienne à Yellowknife, dans les Territoires-du-Nord-Ouest;
  • un entraînement à l’intervention en cas d’urgence ou de catastrophe avec des partenaires gouvernementaux à Yellowknife et Behchokö, dans les Territoires-du-Nord-Ouest, et dans les environs.

Histoire et contexte de l'opération

De 2007 à 2018, les FAC ont mené différentes opérations dans le Nord.

  • L’opération NUNALIVUT mettait l’accent sur des opérations terrestres, sur la collaboration avec des partenaires internationaux, et sur le soutien de la recherche et du développement dans l’Extrême-Arctique à la fin de l’hiver et au début du printemps.
  • L’opération NUNAKPUT mettait l’accent sur des opérations menées le long des cours d’eau du Nord durant l’été, en collaboration avec des partenaires gouvernementaux.
  • L’opération NANOOK comprenait une ou deux activités d’envergure, et se déroulait d’un bout à l’autre de l’Arctique vers la fin de l’été.

Aujourd’hui, ces activités sont toutes combinées en une seule opération : l’opération NANOOK.

Les FAC ont également intégré des exercices nordiques supplémentaires à l’opération, ce qui leur donne une approche plus ciblée et leur permet de mieux travailler avec leurs partenaires et alliés.

Ce regroupement d’activités aura des effets sur l’opération BOXTOP, l’opération NEVUS et l’opération LIMPID.

La relation des Forces armées canadiennes avec des partenaires dans le Nord

Durant l’opération NANOOK, les FAC collaborent et s’entraînent avec divers partenaires. En mettant l’accent sur la collaboration avec des alliés et des partenaires clés, les FAC améliorent leur efficacité dans le Nord.

Les groupes avec lesquels les FAC collaborent comprennent des partenaires militaires internationaux, d’autres ministères et organismes du gouvernement canadien, les gouvernements territoriaux et autochtones, et des organisations locales. La contribution du Canada à la sécurité dans l’Arctique est une composante essentielle de sa relation avec les États-Unis en matière de défense.

Les communautés autochtones sont au cœur du succès dans le nord du Canada. Les FAC s’efforcent d’approfondir ses relations avec elles, en particulier grâce à des échanges collaboratifs tout au long de l’année. Les FAC continuent de renforcer la compréhension mutuelle avec les chefs des communautés dans le Nord.

Importance à l’échelle mondiale

Il existe d’importants enjeux internationaux dans l’Arctique :

  • changements climatiques
  • commerce international
  • sécurité mondiale

L’Arctique est de plus en plus accessible en raison des changements climatiques et des nouvelles technologies. Par exemple, en 2003, moins de 1 000 vols ont utilisé les routes polaires de l’espace aérien du Canada. En 2016, ce nombre s’élevait à plus de 14 000.

Des acteurs étatiques et commerciaux de partout dans le monde s’intéressent aux avantages à long terme de mener des activités dans l’Arctique. Cette région contient de grandes quantités de combustibles fossiles et de minéraux. On s’attend à ce que ces facteurs entraînent une augmentation de l’activité commerciale, de la recherche et du tourisme dans le nord du Canada et dans les environs.

Cet accroissement du trafic engendre de nouveaux risques pour la sécurité et la sûreté. Le Canada doit être prêt à effectuer des opérations de recherche et sauvetage, et à intervenir en cas de catastrophe naturelle ou d’origine humaine.

Déploiements antérieurs

2018

Opération NANOOK 2018

L'exercice en cas d'urgencs

Du 21 au 28 septembre 2018, des membres des FAC ont travaillé avec nos partenaires à Yellowknife, à Behchokǫ̀ et aux alentours, dans les Territoires du Nord-Ouest. Ils ont pratiqué comment les organisations militaires et civiles répondraient aux cas d’urgences et aux catastrophes naturelles dans le Nord canadien.

L’entraînement vise à aider le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest et nos partenaires municipaux et autochtones à mettre en œuvre leurs plans de gestion des urgences.

Ensemble, ils se sont entraînés dans une série des scénarios progressifs. L’objectif principal des FAC était d`effectuer un exercice d’évacuation d’habitants lors de feux de forêts.

L'exercice de catastrophe aérienne

Près de 270 membres des FAC ont participé à un important exercice de catastrophe aérienne à Yellowknife, aux T. N.-O., du 17 au 21 septembre 2018.

Bien que les FAC soient les principaux responsables des opérations SAR aéronautiques—la recherche d’aéronefs qui ont coulé—une importante catastrophe aérienne nécessite une intervention coordonnée. Par conséquent, durant l’exercice, les membres des FAC ont collaboré avec d’autres ministères et organismes, des organismes non gouvernementaux et des compagnies privées.

L’exercice a compris la participation de militaires et d’aviateurs, y compris des professionnels de la santé et du personnel de soutien. Les aéronefs suivants ont pris part à l’exercice :

  • CC-130 Hercules
  • CH-146 Griffon
  • CH-149 Cormorant

Dans le cadre du scénario, les techniciens en recherche et sauvetage et des membres des services de santé ont effectué un certain nombre d’activités d’instruction, dont le triage initial, la stabilisation, le traitement, et la préparation à un mouvement vers l’avant.

Exercice de défense et de sécurité du domaine maritime

Environ 300 membres des FAC ont été déployés dans le cadre de l’opération NANOOK, du 8 août au 4 septembre 2018. Ils ont participé à un exercice de défense et de sécurité du domaine maritime dans le nord du Labrador, au Nunavut et au Groenland.

Les NCSM Charlottetown et Kingston se sont rendus dans différentes communautés de l’Arctique. Les marins en ont profité pour aller à la rencontre de la population nordique et solidifier leurs relations.

Les membres des FAC ont travaillé aux côtés de partenaires du gouvernement, d’employés d’autres ministères et de partenaires internationaux, dont la marine danoise.

Activités de présence

Du 16 juillet au 7 septembre 2018, des membres des FAC ont mené une série d’activités de présence le long du passage du Nord-Ouest. Celles-ci ont compris ce qui suit :

  • Patrouilles de présence;
  • Reconnaissance dans l’eau et dans les airs;
  • Entraînement de survie.

Des membres du 1er Groupe de patrouille des Rangers canadiens ont surveillé des voies d’eau internes pendant la période la plus occupée en matière de circulation maritime.

Nos partenaires dans le Nord, y compris d’autres ministères, ont pris part à plusieurs activités.

2017

Opération NANOOK 2017

L’opération NANOOK 2017 s'est déroulée du 14 au 25 août 2017 au Labrador et au Nunavut. Près de 900 membres des FAC et membres du personnel civils ont pris part.

L`opération NANOOK 2017 a compris deux parties :

  1. Rankin Inlet, Nunavut – La Force opérationnelle interarmées (Nord) s'est concentrée sur la pleine gamme d’activités d’intervention en cas de crise et de gestion des conséquences découlant d’une situation d’urgence dans une communauté isolée et nécessitant l’aide de plusieurs paliers du gouvernement et de partenaires, y compris les Forces armées canadiennes.
  2. Labrador – La Force opérationnelle interarmées (Atlantique) a dirigé une réponse à un scénario de sécurité. Des membres des FAC et d’autres ministères et organismes gouvernementaux étaient impliqués.

Il s’agissait de la dixième édition de l’opération NANOOK.

2016

Opération NANOOK 2016

Environ 850 membres militaires et civils canadiens ont participé à l’opération NANOOK 2016, du 21 août au 2 septembre 2016. L’opération a eu lieu dans la région de Whitehorse et de Haines Junction, au Yukon, ainsi qu’à Rankin Inlet, au Nunavut. Les forces armées canadiennes ont déployé des éléments terrestres, maritimes, et aériens ainsi que des militaires responsables du commandement, de l’état-major et du soutien. Des civils appartenant à plusieurs organismes fédéraux et territoriaux au Yukon ont également participé à l’opération.

L’Op NANOOK 2016 comprenait deux scénarios : un scénario impliquant une réponse pangouvernementale à un séisme simulé, et un scénario portant sur la sécurité de l’arctique. Les scénarios impliquaient des patrouilles militaires, des cherches et sauvetage et des exercices de combat simulées. Les FAC ont pu ainsi mettre en valeur leur capacité à travailler dans le Nord avec leurs partenaires, ce qui est nécessaire dans le cas d’une véritable urgence.

2015

Opération NANOOK 2015

L’opération NANOOK 2015 a été basée à Inuvik, dans les Territoires du Nord-Ouest, du 16 au 30 août 2015. Environ 650 membres du personnel militaire y ont pris part.

L’op NANOOK 2015 est un effort pangouvernemental centré sur la sûreté et la sécurité ainsi que la défense du Nord canadien. L’opération sert à améliorer la collaboration entre les FAC et les autres ministères et agences ainsi qu’à renforcer les relations avec les autorités locales, les Autochtones et les partenaires internationaux.

D’autres pays ont contribué au succès de NANOOK 2015. Les États-Unis ont participé aux exercices d’entraînement et le Royaume-Uni et la France ont envoyé des observateurs.

Des membres des FAC des unités maritime, terrestre et aérienne ont participé à NANOOK 2015. Les FAC ont également appuyé les ministères et organismes gouvernementaux. Les scénarios opérationnels incluaient un déversement de pétrole et la gestion des conséquences, ainsi que des scénarios de sûreté et de sécurité lors d’événements d’entraînement sur la sécurité dans cinq communautés nordiques. Ces scénarios ont été mis sur pied pour deux raisons. La première était pour exercer la souveraineté du Canada dans le Nord et la deuxième pour mettre en pratique les mesures d’intervention locales, régionales et nationales des FAC en cas d’urgence.

L’opération NANOOK confirme que les Forces armées canadiennes peuvent bien travailler dans l’Arctique. Les activités entreprises démontrent aussi que le Canada appuie les interventions de ses partenaires de mission en matière de sécurité dans le Nord.

2014

Opération NANOOK 2014

L’opération NANOOK 2014 s’est déroulée dans la région de l’île de Baffin, au Nunavut, du 20 au 29 août 2014. Plus de 800 personnes ont participé, notamment des membres de tous les services des FAC ainsi que des gouvernements fédéral et territorial. La marine royale danoise a envoyé un navire et la United States Navy a envoyé un aéronef de surveillance.

NANOOK 2014 était composée de divers scénarios d’entraînement et avait pour but d’assurer une présence visible dans le Nord. L’opération démontrait la capacité du Canada à répondre aux incidents de sécurité dans cette région. Il y avait deux aspects principaux : la capacité de recherche et sauvetage (SAR) et la capacité des FAC à soutenir les autres ministères dans des endroits éloignés du Nord.

Les deux scénarios se sont déroulés au large de l’île de Baffin, dans le détroit de Davis et dans la baie York. Il s’agissait de simulations démontrant la capacité des participants à travailler ensemble efficacement.

  • Un exercice de SAR (SAREX) s’est déroulé du 20 au 23 août dans le détroit de Davis. I comprenait une simulation de bateau de pêche en détresse. Le centre conjoint de coordination de sauvetage (JRCC) Halifax a dirigé l’opération visant à trouver le bateau et les survivants. Il était soutenu par le NCSM Shawinigan, le HDMS Triton et le Navire de la Garde côtière canadienne Henry Larsen, ainsi que par les aéronefs afférents.
  • Du 25 au 29 août, des membres des Forces armées canadiennes ont répondu à l’échouement simulé, pour des raisons mécaniques, d’un navire de croisière comptant 50 passagers dans la baie York. Les FAC ont déployé une trousse de catastrophe aérienne (CATAIR) et ont travaillé avec d’autres ministères pour répondre à cette crise.
2013

Opération NANOOK 2013

L’opération NANOOK 2013 avait trois objectifs. Le premier était de soutenir des scénarios de gestion des urgences, le second était d’intervenir face à des menaces envers la sécurité publique et le troisième était d’aider les organisations de maintien de l’ordre. L’opération a eu lieu du 2 au 23 août.

L’opération comprenait quatre scénarios se déroulant dans quatre régions géographiques distinctes du Nord canadien :

  • à Whitehorse, des membres des FAC ont offert des secours terrestres et aériens au gouvernement du Yukon à la suite d’un incendie de forêt d’envergure national qui a mis en danger la ville de Whitehorse;
  • Environnement Canada a demandé de l’aide des FAC sur l’île Cornwallis, au Nunavut, à la suite de rapports faisant état d’activités de braconnage soupçonnées dans la région;
  • sur l’île Resolution, les FAC, en collaboration avec la Gendarmerie royale du Canada, ont aidé à enquêter sur des activités suspectes simulées;
  • sur l’île King William, les Rangers canadiens ont effectué des patrouilles simulées dans le passage du Nord-Ouest. Le but était de faire état des activités s’y déroulant.
2012

Opération NANOOK 2012

L’opération NANOOK 2012 a eu lieu du 1er au 26 août 2012. Elle a permis de démontrer les capacités du Canada dans l’Arctique dans deux régions fort éloignées l’une de l’autre. La première région était Inuvik et Tsiigehtchic, dans les Territoires du Nord-Ouest, dans l’Arctique de l’Ouest. La deuxième région était le détroit d’Hudson, la baie d’Hudson et son littoral.

Dans les deux endroits, les membres des FAC ont pris part à des scénarios. Dans le scénario Ouest, les forces aériennes et terrestres ont travaillé avec la GRC et d’autres partenaires pangouvernementaux. Le scénario impliquait un incident de sécurité simulé. Dans le scénario Est, la GRC a dirigé une intervention pangouvernementale en réponse à un « navire d’intérêt » simulé. Le scénario comprenait une demande d’aide militaire. Les deux scénarios mettaient l’accent sur les principaux secteurs d’intervention des Forces canadienne chez nous : protéger le pays, décourager les menaces à la sécurité du Canada et répondre aux urgences partout sur notre territoire.

Parmi les participants internationaux à l’opération NANOOK 2012, citons :

  • un navire de guerre de la Marine royale danoise;
  • un navire de la U.S. Coast Guard;
  • des observateurs du Royaume-Uni et des États-Unis.

L’opération NANOOK 2012 a pu compter sur la participation de plus de 1 250 membres provenant de :

  • la Marine royale canadienne;
  • l’Armée canadienne (y compris les Rangers canadiens);
  • l’Aviation royale canadienne;
  • le Commandement des forces d’opérations spéciales du Canada.
2011

Opération NANOOK 2011

L’opération NANOOK 2011 s’est déroulée du 4 août au 1er septembre 2011. Elle devait se dérouler en deux phases. La première était menée en collaboration avec nos partenaires américains et danois. Elle comprenait des patrouilles de souveraineté et de présence sur l’île Cornwallis, dans le détroit de Davis, dans la baie de Baffin et dans le détroit de Lancaster. Cette phase comprenait également le premier déploiement d’un véhicule aérien sans pilote (UAV, d’après l’anglais unmanned aerial vehicle) dans le Haut-Arctique.

La seconde phase, un exercice employant un scénario de catastrophe aérienne, a été annulée pour permettre aux forces engagées de répondre à une véritable crise. Le 21 août 2011, le vol 6560 de la First Air s’est écrasé près de Resolute Bay, au Nunavut. Les membres des Forces armées canadiennes affectés à l’opération NANOOK 2011 ont été les premiers sur les lieux et sont restés là pour aider les autorités fédérales, territoriales et municipales à mener les opérations de sauvetage et de récupération.

Près de 1 100 membres des FAC ont pris part à l’Op NANOOK 2011. Ils provenaient de :

  • la Marine royale canadienne;
  • l’Armée canadienne (y compris les Rangers canadiens);
  • l’Aviation royale canadienne;
  • le Commandement des forces d’opérations spéciales du Canada.

Il y avait également plus de 100 militaires de pays alliés.

2010

Opération NANOOK 2010

L’opération NANOOK 2010 a eu lieu du 6 au 26 août 2010 et s’est déroulée dans l’Arctique de l’Est et dans le Haut-Arctique. En plus des plus de 900 membres des Forces armées canadiennes, les participants comprenaient environ 600 membres de la Garde côtière canadienne, de la U.S. Navy, de la U.S. Coast Guard et de la Marine royale danoise. L’opération s’est conclue par un exercice pangouvernemental répondant à un déversement pétrochimique simulé dans la baie Resolute, au Nunavut.

2009

Opération NANOOK 2009

L’opération NANOOK 2009 a eu lieu du 6 au 28 août 2009 et s’est déroulée sur la côte Sud-Est de l’île de Baffin. Elle comprenait trois phases : des patrouilles de souveraineté, un exercice militaire se concentrant sur la lutte anti-sous-marine et un exercice pangouvernemental auquel ont participé plus de quinze ministères et agences.

2008

Opération NANOOK 2008

L’opération NANOOK 2008 a eu lieu du 16 au 26 août 2008 et s’est déroulée autour de trois communautés sur l’île de Baffin : Iqaluit, Kimmirut et Pangnirtung, dans le Nunavut. L’opération NANOOK 2008 comprenait des scénarios d’urgences maritimes, y compris l’évacuation d’un navire en détresse et un déversement de pétrole.

2007

Opération NANOOK 2007

L’opération NANOOK 2007 a eu lieu du 7 au 17 août 2007 et s’est déroulée sur l’île de Baffin près d’Iqaluit et de Kimmirut, au Nunavut. Elle comprenait des scénarios d’interception de drogues et de déversement de pétrole impliquant environ 650 membres des Forces armées canadiennes, deux navires, un sous-marin et quatre types d’aéronefs.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :